Solignac-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Solignac (homonymie).
Solignac-sur-Loire
Église Saint-Vincent à Slolignac-sur-Loire.
Église Saint-Vincent à Slolignac-sur-Loire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Haute-Loire
Arrondissement Arrondissement du Puy-en-Velay
Canton Canton de Solignac-sur-Loire
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay
Maire
Mandat
Bernard Bonnal
2014-2020
Code postal 43370
Code commune 43241
Démographie
Population
municipale
1 221 hab. (2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 09″ N 3° 53′ 14″ E / 44.9692, 3.887244° 58′ 09″ Nord 3° 53′ 14″ Est / 44.9692, 3.8872  
Altitude Min. 655 m – Max. 1 117 m
Superficie 24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Solignac-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Solignac-sur-Loire

Solignac-sur-Loire est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne.

Le bourg médiéval du chef-lieu éponyme de cette commune est établi sur un promontoire rocheux dominant la vallée de la Loire, à l’extrémité duquel se dressait autrefois un château fort. De ce dernier ne subsistent plus aujourd’hui que quelques pans de muraille, et le cimetière du village a été aménagé sur son emplacement.

Géographie[modifier | modifier le code]

Solignac-sur-Loire se trouve sur un plateau volcano-basaltique surplombant les gorges de la jeune Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Solignac sur Loire 43.svg

Description:D'argent au chef de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1953 1971 Pierre Pagès Droite  
1971 1989 Jean Jacques Gagne Droite  
1989 1998 Didier Bourdelin Gauche  
1998 2008 André Pitiot Gauche  
2008 en cours
(au 28 août 2014)
Bernard Bonnal[1] SE  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 221 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
811 880 1 036 879 1 046 1 135 1 053 1 094 1 158
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 128 1 168 1 087 1 185 1 260 1 330 1 376 1 293 1 355
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 329 1 618 1 305 1 133 1 055 966 947 850 846
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
804 793 801 937 1 029 1 058 1 159 1 188 1 221
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Vincent
    L’église romane Saint-Vincent, sise près du cimetière, auquel l’ancien château fort a dû céder la place, est composée d’un unique vaisseau de cinq travées, voûté en berceau brisé, et d’un chœur carré. Ce dernier, produit d’une transformation postérieure, date de la fin du XVe siècle, mais fut restauré au XIXe ; il est recouvert d’une voûte d'arêtes et se termine par un mur plat percé d’une fenêtre ogivale. Les arcs-doubleaux du vaisseau retombent sur des colonnes semi-engagées aux chapiteaux sculptés ; des arcs de décharge, percés de baies en plein-cintre, et de vigoureux contreforts assurent le contrebutement. Le flanc sud de l’édifice comporte des enfeus et des bas-reliefs qui ont justifié son inscription à l’inventaire des monuments historiques. Le reste de l’extérieur résulte d’une campagne de restauration et de remaniements menés dans la première moitié du XIXe siècle, en particulier la façade occidentale et le clocher-peigne, reconstruit en 1834, après avoir été vandalisé pendant la Révolution.
Campenard
Façade occidentale
Nef, vue vers le chœur
Cascade de la Beaume.
  • Cascade de la Beaume
  • Gorges de la Haute Vallée de la Loire
  • Château de la Beaume
  • Le site archéologique de Beaume-la vallée
  • Plus de 25 cabanes en pierres sèches, chibottes ou bories.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 28 août 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :