Charles IV de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles IV
Charles IV de France
Charles IV de France
Titre
Roi de France et de Navarre
3 janvier 13221er février 1328
(&&&&&&&&&&&022206 ans, 0 mois et 28 jours)
Couronnement 21 février 1322, en la cathédrale de Reims
Prédécesseur Philippe V
Successeur Philippe VI (France)
Jeanne II (Navarre)
Biographie
Dynastie Capétiens
Date de naissance 18 juin 1294
Lieu de naissance Clermont (France)
Date de décès 1er février 1328 (à 33 ans)
Lieu de décès Vincennes (France)
Père Philippe IV de France
Mère Jeanne Ire de Navarre
Conjoint Blanche de Bourgogne
(1308-1322)
Marie de Luxembourg
(1322-1324)
Jeanne d'Évreux
(1325-1328)

Charles IV de France
Rois de France
Carte de France et du sud de l'Angleterre en 1330 soulignant l'influence anglaise sur tout l'ouest de la France, notamment la route du sel entre la Bretagne et l'Angleterre.
Sphères d'influence et principaux axes commerciaux au royaume de France en 1330.
  •      Possessions de Jeanne de Navarre
  •      États pontificaux
  •      Territoires contrôlés par Édouard III
  •      Zone d'influence économique anglaise
  •      Zone d'influence culturelle française

Charles IV de France, dit « Charles le Bel », né le 15 juin 1294 dans le comté de Clermont (Oise) [1] et mort le 1er février 1328 à Vincennes, fut comte de la Marche puis, de 1322 à 1328, roi de France, le quinzième et dernier de la dynastie dite des Capétiens directs, et roi de Navarre (sous le nom de Charles Ier).

Biographie[modifier | modifier le code]

Le troisième fils de Philippe le Bel[modifier | modifier le code]

Troisième fils du roi de France et de Navarre Philippe IV le Bel et de la reine Jeanne Ire de Navarre, Charles n'est pas destiné à régner. Très peu de choses sont connues sur son enfance, qu'il passe entièrement au palais de la Cité[2]. En 1307, Philippe le Bel rachète le comté de Bigorre, qu'il offre peu après en apanage à Charles.

Mariage avec Blanche de Bourgogne[modifier | modifier le code]

En 1307 ou 1308, Charles épouse Blanche de Bourgogne, fille d'Othon IV de Bourgogne et de Mahaut d'Artois. En 1310 ils sont déclarés nubiles et autorisés à vivre ensemble en un appartement de la tour de Nesle.

Blanche est condamnée pour adultère au début de l'année 1314 avec sa belle-sœur Marguerite de Bourgogne, dans ce que l'on a appelé l'« affaire de la tour de Nesle ». Blanche étant enfermée dans la forteresse de Château-Gaillard, le mariage n'est pas rompu et Charles ne peut se remarier.

Entrée au Conseil et premières armes[modifier | modifier le code]

Sous le règne de son père, du fait de son jeune âge, Charles joue un rôle très secondaire dans la conduite des affaires du royaume. Ce n'est que dans les dernières années du règne qu'il apparaît au Conseil royal.

En août 1314, Charles de Bigorre participe à la très courte campagne de Flandre, et le 20 août débloque facilement Tournai assiégée par les troupes du comte de Flandre.

Sans doute déçu de son piètre apanage, il doit attendre les derniers jours de la vie de son père, en novembre 1314, pour que celui-ci mourant lui accorde le comté de La Marche. Encore peut-il se sentir frustré, car il n'obtient pas le comté d'Angoulême, qui avec la Marche faisait pourtant partie de l'héritage de Hugues XIII de Lusignan récupéré par la couronne en 1308[3].

La crise de succession de 1316[modifier | modifier le code]

Charles de France, comte de La Marche, ne joue aucun rôle notable sous le court règne de son frère aîné Louis X le Hutin. Mais la mort de ce dernier le 5 juin 1316 lui permet d'intervenir dans la crise de succession qui s'annonce. En effet, la France se retrouve à cette date sans monarque, la reine veuve Clémence de Hongrie étant enceinte d'un enfant posthume du feu roi. Dans le cas où naîtrait une fille, de nombreux barons du royaume, et en particulier le duc Eudes IV de Bourgogne, souhaiteraient voir accéder au trône la petite Jeanne de Navarre, fille aînée de Louis X mais soupçonnée de bâtardise après l'Affaire de la tour de Nesle, mais sans droits.

À l'été 1316, la question la plus urgente à régler est celle de la régence du royaume. Philippe, comte de Poitiers, frère de Louis X et de Charles, la réclame en tant que plus proche parent du feu roi. Ceci n'est pas sans contrarier Charles de Valois, frère cadet de Philippe le Bel qui, en plus d'être l'aîné de la famille royale, a exercé la réalité du pouvoir sous le règne de son neveu Louis le Hutin. Charles de France penche nettement pour ce dernier. Selon une chronique[4], les comtes de Valois et Charles de France auraient fait occuper le Palais de la Cité par leurs hommes d'armes, ce qui aurait obligé le connétable Gaucher de Châtillon à employer la manière forte pour permettre au comte de Poitiers d'entrer dans la place et de prendre le pouvoir.

Quoi qu'il en soit Charles qui est prince de France mais sans terre ni titre ni responsabilités, se rallie de très mauvaise grâce au gouvernement de son frère aîné. Le 15 novembre 1316, la reine Clémence met au monde le petit roi Jean Ier qui décède au bout de cinq jours. Rejetant les prétentions de Jeanne de Navarre, le comte de Poitiers se proclame roi sous le nom de Philippe V. Plus que jamais opposé à son frère et partisan des droits de sa nièce, le prince Charles n'hésite pas à répandre alors des bruits médisants selon lesquels Philippe aurait, avec la complicité de sa belle-mère Mahaut d'Artois, fait empoisonner le petit roi[5].

En janvier 1317, Charles fait scandale en quittant précipitamment la ville de Reims pour ne pas assister au sacre de son frère. De toutes les oppositions contre Philippe V, il s'allie à Eudes de Bourgogne qui souhaite voir Jeanne de Navarre sur le trône de France.

Le roi, sur les conseils du pape Jean XXII, rallie son cadet en le dotant du comté de la Marche. Ainsi le 17 mars 1317 le comte de La Marche soutient-il les droits au trône du fils qui naîtrait de Philippe V.

Dans l'attente du trône[modifier | modifier le code]

Après une dernière brouille en juin 1317, le comte de La Marche cesse toute attaque contre son frère, Phillipe V. Avec son oncle Charles de Valois, dont il reste très proche, il est toutefois tenu à l'écart de la réalité du pouvoir, sans pour autant être en disgrâce.

La mort en 1317 de Louis, le jeune fils de Philippe V, fait de lui l'héritier présomptif de la couronne de France, ce qui le pousse à la modération. Fin 1321, la maladie de son frère aîné lui fait espérer un avènement très proche.

Le règne[modifier | modifier le code]

Avènement[modifier | modifier le code]

Le comte de La Marche monte sur le trône sous le nom de Charles IV à la mort de son frère Philippe V le Long le 3 janvier 1322. Cette fois-ci, il ne tient aucun compte d'éventuels droits de ses nièces, Jeanne de Navarre et les filles de Philippe V. Contrairement à ce qui s'était passé en 1316, cette prise du pouvoir s'effectue sans aucune contestation.

Charles IV est sacré à Reims le 21 février 1322 par l'archevêque Robert de Courtenay. En tant qu'héritier de sa mère Jeanne de Navarre, il ajoute au titre de roi de France celui de roi de Navarre.

Trouvant le trésor royal épuisé par les abus du règne précédent, Charles IV punit sévèrement et dépouille les financiers lombards. Il traite avec la même rigueur les mauvais juges et les seigneurs qui avaient accaparé les biens des particuliers. Il fait même arrêter Girard de la Guette, ex-surintendant des finances de Philippe le Long, lequel est accusé d'avoir détourné un million deux cent mille livres. Il le remplace par son trésorier Pierre Rémi, qui sera lui-même pendu sous le règne suivant pour le même motif de concussion. À la chancellerie, Charles IV nomme son ancien chancelier du comté de La Marche Pierre Rodier.

Sa montée sur le trône permet aussi à son oncle et parrain Charles de Valois de retrouver un pouvoir qu’il n'avait pas eu sous le règne précédent. L’oncle du roi fait ainsi entrer au gouvernement des hommes à lui, comme le trésorier Jean Billouart ou le chancelier Jean de Cherchemont, qui remplace Pierre Rodier en 1323. Parmi les autres conseillers du nouveau souverain, on peut citer d’anciens légistes de Philippe le Bel tels que Guillaume de la Brosse et Raoul de Presles, ou encore Guillaume Flote, appelé à jouer un rôle encore plus grand sous Philippe de Valois[6].

Personnalité du roi[modifier | modifier le code]

On sait très peu de choses sur la personnalité de Charles le Bel. Les chroniqueurs ont jugé sévèrement ce roi qui « régna grand temps sans rien faire » et qui « tenait plus du philosophe que du roi ». Charles le Bel semble toutefois avoir été soucieux de faire respecter la justice, comme le prouve sa fermeté dans l'affaire Jourdain de l'Isle[7].

En 1324, le roi effectue un long voyage en Languedoc, ce qui le rend populaire auprès du peuple. Cette popularité s'érode cependant avec les pratiques financières douteuses de la couronne.

Deuxième et troisième mariages[modifier | modifier le code]

Mariage de Charles IV le Bel et de Marie de Luxembourg,
par Jean Fouquet (XVe siècle).

A l'intervention de Philippe V[réf. nécessaire], le pape Jean XXII annule le mariage pour cause de consanguinité (voir l'affaire de la tour de Nesle)(Mahaut d'Artois, la mère de son épouse, étant également sa marraine)[8]

Le 21 septembre 1322 à Provins, il prend pour seconde épouse Marie de Luxembourg, qui lui donnera une fille mais qui ne survivra pas. Le 21 mars 1324, au cours d'un voyage à Issoudun en Berry, la voiture de Marie de Luxembourg se renverse, provoquant la mort de la reine et de l'enfant qu'elle portait.

Le 13 juillet 1325, le roi, toujours sans héritier, épouse en troisièmes noces sa cousine Jeanne d'Évreux. Cette dernière accouche d'une première fille prénommée Jeanne en 1326, et d'une seconde fille, Marie, l'année suivante. Elle est de nouveau enceinte lorsque le roi meurt en février 1328. Il faut attendre la naissance de l'enfant pour savoir si les Capétiens vont conserver le Trône. C'est de nouveau une fille, Blanche, qui naît le 1er avril 1328. Cette dernière fille épousera en 1345 Philippe (1336-1375), duc d'Orléans, fils de Philippe VI de Valois.

Administration et finances[modifier | modifier le code]

Le règne de Charles IV le Bel voit la poursuite de la bureaucratisation de l'administration royale, déjà accélérée sous le règne de son père et de ses frères aînés. Des réformes sont aussi effectuées, touchant les offices de la Chambre des Comptes, du Parlement, la Chancellerie, etc. ceci afin d'effectuer des économies budgétaires et de prévenir les fraudes.

Comme sous les règnes précédents, l'État royal fait face à des difficultés financières. Pour y remédier, le gouvernement de Charles le Bel utilise les expédients habituels : mutations monétaires, taxes sur les marchandises, confiscations des biens des marchands italiens. La dîme levée avec l'accord du pape dans le but officiel de préparer la Croisade est aussi un habile moyen de renflouer les caisses royales[9].

Politique extérieure[modifier | modifier le code]

La révolte des Flandres[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Révolte des Karls.
La question du Saint-Empire[modifier | modifier le code]

Lorsque Charles le Bel arrive au pouvoir, deux princes revendiquent le titre d'empereur romain germanique : Louis de Bavière, élu mais non reconnu par le pape Jean XXII, et Frédéric le Bel, duc d'Autriche.
En 1322, Louis de Bavière bat et capture son rival à la bataille de Mühldorf. Cependant, Jean XXII refuse toujours de le reconnaître comme empereur. Le conflit entre Louis et le souverain pontife ne cesse de s'envenimer jusqu'à l'excommunication de Louis prononcée en 1324, point de départ d'une lutte de près de vingt-cinq ans entre l'Empire et la papauté.

À ce moment-là, les partisans de Frédéric d'Autriche songent à faire du roi de France leur nouveau champion. L'épouse de ce dernier, Marie de Luxembourg, est en effet la fille de l'ancien empereur Henri VII. Cette union offre à Charles IV de puissants soutiens, en plus de celui du pape, dans le cas d'une éventuelle élection à l'Empire.

Mais Marie meurt prématurément le 26 mars 1324, ce qui met un terme aux ambitions impériales de Charles IV.

Charles et les projets de croisade[modifier | modifier le code]

L'idée d'une nouvelle croisade était réapparue sous les règnes de Philippe IV et Philippe V. En 1323, le roi charge le comte de Valois de négocier avec Jean XXII l'organisation d'une nouvelle expédition en Terre sainte et l'obtention d'un subside. Toutefois, les conciliabules entre le pape et Valois sont un échec, le pape soupçonnant Charles IV de vouloir utiliser cet argent à ses fins personnelles, et nullement pour prendre la Croix[10].

En 1326, Charles le Bel s'intéresse de nouveau aux questions d'Orient et envisage de mener une expédition contre l'Empire byzantin. Il prend pour cela officiellement la Croix et nomme le vicomte de Narbonne à la tête d'une flotte expéditionnaire[11]. L'année suivante, il reçoit à Paris des envoyés de l'empereur Andronic II Paléologue qui proposent, en plus de la paix, de rétablir l'union de la chrétienté. La chute d'Andronic, renversé par son fils Andronic III, et la mort de Charles mettent un terme aux négociations.

La guerre de Guyenne (1324) dite de "Saint-Sardos"[modifier | modifier le code]

Les relations de Charles IV avec l'Angleterre sont d'abord cordiales. Le roi envoie en effet outre-Manche une ambassade au roi Édouard II, afin de conclure un mariage entre Marie, une des filles de Charles de Valois, et le prince Édouard, futur Édouard III. Les ambassadeurs français acceptent même de participer à une guerre contre l'Écosse, au cours de laquelle ils sont d'ailleurs fait prisonniers. Néanmoins la Gascogne reste le point sensible des relations entre les deux royaumes. Édouard II, qui est également duc de Guyenne, souhaite mettre un terme aux luttes d'influence qui opposent dans cette région ses partisans et ceux du roi de France.

En 1323, l'évasion de Roger Mortimer aggrave les relations franco-anglaises. Mortimer avait participé quelques années plus tôt à une rébellion contre le roi et son favori Hugues le Despenser. Vaincu et emprisonné à la tour de Londres, il est parvenu à s'évader et a trouvé refuge en France.
En juillet 1323, Édouard II envoie une ambassade en France pour obtenir la livraison de Mortimer. Charles IV refuse et, prétextant un trop haut degré de parenté entre les futurs époux, met un terme au projet de mariage entre le prince Édouard et Marie de Valois[12]. De plus, le roi de France réclame d'Édouard II l'hommage pour le duché de Guyenne, formalité que le souverain anglais n'a toujours pas remplie depuis le sacre de Reims.

À l'automne 1323 intervient l'incident de Saint-Sardos qui met le feu aux poudres. Le village de Saint-Sardos, dans l'Agenais, se trouve à l'époque dans une situation complexe. Bien que situé sur les terres du duché de Guyenne, donc du roi d'Angleterre, il appartient au Prieur de Sarlas, dépendant du roi de France. Lorsque le sire de Montpezat, seigneur gascon donc vassal du roi d'Angleterre, construit sur le site une bastide, le Parlement de Paris proclame que celle-ci se trouve sur les terres du Royaume de France. Les Gascons, conduits par Montpezat, répliquent en chassant les Français qui s'étaient installés dans la place. Les officiers du roi de France qui ont eu le malheur de se trouver là sont pendus.
Charles IV réagit en exigeant réparation et somme Édouard II de lui rendre hommage. Édouard désavoue Montpezat et accepte de négocier mais ne prend aucune résolution. Devant sa mauvaise volonté, Charles fait prononcer par le Parlement la saisie du duché de Guyenne le 1er juillet 1324, ce qui déclenche le conflit armé.

Les principales opérations militaires se déroulent évidemment en Guyenne. Le roi y envoie une puissante expédition commandée par l'inévitable Charles de Valois. Édouard II envoie quant à lui son demi-frère Edmond de Kent. La campagne est très facile pour les Français qui rencontrent peu de résistance jusqu'à ce qu'ils mettent le siège devant La Réole, occupée par Kent. Incapable de résister, celui-ci se rend au bout d'un mois, le 22 septembre 1324 et signe une trêve.

Afin de négocier la paix, Édouard II envoie en 1325 son épouse Isabelle auprès de son frère Charles le Bel.

Chute d'Édouard II et règlement du conflit gascon[modifier | modifier le code]

Par l'intermédiaire de la papauté et de la reine Isabelle, Français et Anglais parviennent à un accord en mai 1325: la Guyenne est restituée à Édouard II, mais les officiers du duché seront désormais nommés par le roi de France. De plus Édouard doit venir rendre hommage à Charles IV. Le roi d'Angleterre refuse de se déplacer à Paris, et envoie à sa place son fils le prince Édouard, qu'il titre duc d'Aquitaine.

Charles profite alors de l'absence de son rival pour imposer de nouvelles conditions à son jeune fils. Le prince Édouard récupèrera bien la Guyenne, mais amputée de l'Agenais. Furieux, Édouard II désavoue son fils et dénonce le traité modifié. Charles le Bel riposte en confisquant une nouvelle fois le duché.

En parallèle à ces négociations, le voyage d'Isabelle sur le continent prend un tour scandaleux. Celle-ci en effet affiche ostensiblement une relation avec Roger Mortimer, l'ennemi juré du roi d'Angleterre et ses favoris les Despenser. Très vite, la « louve de France » [réf. nécessaire] et son amant s'allient dans le but de renverser ces derniers puis de prendre le pouvoir. Charles IV se retrouve alors dans une situation difficile en étant assailli par les réclamations d'Édouard II, qui exige le retour de son épouse.
Il est finalement contraint de demander le départ des deux amants. Ceux-ci, réfugiés en Hainaut, montent une expédition et débarquent en Angleterre en septembre 1326. Aidés par une révolte des barons du royaume, Isabelle et Mortimer éliminent les Despenser et déposent Édouard II, qui sera assassiné quelques mois plus tard. Le 25 janvier 1327, le duc d'Aquitaine est proclamé roi sous le nom d'Édouard III.

Reste à régler l'affaire de Guyenne. Isabelle signe le 31 mars 1327 le traité de Paris très défavorable à l'Angleterre. En effet, si Édouard III recouvre le duché de Guyenne (moins l'Agenais), c'est au prix d'une énorme indemnité de guerre. Mais la mort de Charles le Bel moins d'un an plus tard complique l'application du traité.

Mort et Succession[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Succession de Charles IV de France.

Malade, Charles IV est alité à partir du 25 décembre 1327. Selon le chroniqueur Jean Lebel, mais il est le seul à rapporter ce fait, le roi mourant aurait souhaité que le comte Philippe de Valois devînt régent si la reine Jeanne, alors enceinte, donnait naissance à un fils. Si une fille venait à naître, alors Philippe de Valois pourrait monter directement sur le trône. Mais la volonté du roi ne semble pas avoir été suivie immédiatement d'effet, puisque la question de sa succession n'est tranchée qu'après sa mort[13].

Charles IV meurt finalement le 1er février 1328. En l'absence de descendant mâle survivant, se pose la question de savoir qui va alors régner.

 
 
 
 
 
Marie
de Brabant

†1322
 
 
 
 
 
 
Philippe III
†1285 Falkorona (heraldika).PNG
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Isabelle
d'Aragon

†1271
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Philippe IV
†1314 Falkorona (heraldika).PNG
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Charles
de Valois

†1325
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis
d'Évreux

†1319
 
 
 
Louis X
†1316 Falkorona (heraldika).PNG
x Marguerite de Bourgogne
 
 
 
 
 
Philippe V
†1322 Falkorona (heraldika).PNG
x Jeanne de Bourgogne
 
 
 
Isabelle
x Édouard II Red crown.png
le 22 janvier 1308
 
Charles IV
†1328 Falkorona (heraldika).PNG
 
Philippe VI de Valois
Falkorona (heraldika).PNG
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Philippe III
d'Evreux
Héraldique meuble couronne.svg
†1343
 
Jeanne II
de Navarre
Héraldique meuble couronne.svg
née en 1311
†1349
 
Jean Ier
†1316 Falkorona (heraldika).PNG
 
Jeanne
née le 2 mai 1308
x Eudes IV
de Bourgogne
 
Marguerite
née en 1309
x Louis Ier
de Flandre
 
Édouard III
d'Angleterre

né en 1312
†1377 Red crown.png
 
 
 
 
 

MAISON DE VALOIS
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Charles le Mauvais
né en 1332
†1387
Héraldique meuble couronne.svg
abandonne ses droits en 1365
 
 
 
 
 
 
 
Philippe
de Bourgogne

né en 1323
†1346
 
Louis II de Flandre
né en 1330
†1384

Avant sa redécouverte en 1358, on ignorait qu'il y eût une loi salique ; tous les rois avaient eu des fils, et du fait de la primogéniture masculine positionnant un frère cadet avant sa sœur ainée, les souverains avaient toujours été des hommes. Ainsi Philippe V en 1316 puis Charles IV en 1322 avaient succédé à leur frère Louis X au détriment de sa fille, Jeanne, puis de leur sœur Isabelle, après que Jean Ier avait lui-même prévalu sur Jeanne sa sœur aînée. À la mort de Charles IV en 1328, les quatre prétendants, dont trois qui se font connaître, sont donc dans l'ordre de succession :

  1. Philippe III d'Evreux, par les droits de son épouse Jeanne de Navarre née en 1311, fille contestée de Louis X le Hutin, puis en principe à compter de 1332 au nom de leur fils Charles le Mauvais ;
  2. Jeanne de France née en 1308, duchesse de Bourgogne, fille de Philippe V le long et de Jeanne II de Bourgogne non directement compromise dans l'affaire de la tour de Nesle (1311-1314), au nom de son fils Philippe de Bourgogne. En 1330, s'intercale, en principe, dans l'ordre de succession Marguerite de France née en 1309, duchesse de Bourgogne, sœur cadette de la précédente, au nom de son fils Louis II de Flandre, tandis que les dernières filles de Phillippe V le long, Isabelle de France (†1348) et Blanche de France (†1358) n'auront pas de descendance, au même titre que celles de Charles IV, Marie de France (†1342) et Blanche de France (†1393) ;
  3. Édouard III d'Angleterre, par les droits de sa mère Isabelle de France, fille de Philippe IV le bel ;
  4. Philippe VI de Valois, par les droits du plus proche héritier mâle, neveu de Philippe IV le bel.

Tous les candidats qui devaient leur prétention successorale à une princesse de France furent écartés pour le motif qu'une femme qui n'a pas le droit de monter sur le trône ne peut pas transmettre ce droit. Cette succession contestée par le roi d'Angleterre fut une des raisons principales de la guerre de Cent Ans, alors que même en mettant en doute la légitimité de Jeanne II de Navarre, dans le cas d'une transmission directe de la couronne d'une princesse de France à son fils, Philippe de Bourgogne précédait Édouard III dans la ligne de succession à la date de la mort de Charles IV. Une telle règle aurait également été une source de conflit, dans le cas où le fils d'une fille cadette ayant accèdé au trône, son ainée aurait ultérieurement donnée naissance à un fils, auquel le roi aurait dû de son vivant restituer la couronne, ce qui aurait justement pu se produire avec la naissance de Charles le Mauvais quatre ans plus tard en 1332, lequel s'engagera d'ailleurs dans une vaine lutte avec le futur Charles V jusqu'à sa défaite à Cocherel en 1364.

Philippe de Valois, cousin germain de Charles IV, devint ainsi roi de France par primogéniture masculine sous le nom de Philippe VI. Il restitua la Navarre à laquelle il ne pouvait prétendre à son héritière légitime, Jeanne II, qui avait épousé en 1317 son cousin Philippe d'Evreux, roi de Navarre sous le nom de Philippe III de Navarre.

À la condition d'exclure Charles le Mauvais, qui abandonna en 1365 ses droits pour lui et ses successeurs, à la mort de Louis II de Flandre en 1384, c'est son petit fils Jean sans Peur né en 1371 qui, par l'intermédiaire de sa mère Marguerite de Male comtesse de Flandre, revendiqua à son tour la couronne de France concurremment avec le roi d'Angleterre. En effet, Philippe de Bourgogne n'avait plus d'héritier male à cette date, suite à la mort prématurée de son fils sans descendance, en 1361. Devenu duc de Bourgogne en 1404, Jean sans Peur déclenchera la Guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons en faisant assassiner en 1407 Louis Ier d'Orléans, frère du roi Charles VI.

Père de Thomas de La Marche[modifier | modifier le code]

Charles le Bel est parfois considéré comme le père de Thomas de La Marche (1318-1361)[14], capitaine, né de Béatrice La Berruère. Il est plus vraisemblablement le fils naturel de Philippe VI de Valois[15].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. {{http://books.google.fr/books?id=HhU-AAAAYAAJ&pg=PA13&lpg=PA13&dq=charles+le+bel+n%C3%A9+clermont&source=bl&ots=rqIFVM_Hpq&sig=OMgtFvX7uMpziVSsPtzgRpNmET8&hl=fr&sa=X&ei=Iw7jUsvxM63J0AWFlYGIBA&ved=0CEcQ6AEwBTgK#v=onepage&q=charles%20le%20bel%20n%C3%A9%20clermont&f=false}}
  2. I. Gobry, p.19
  3. I. Gobry, p. 35-36
  4. J.Petit, p.167
  5. J. Petit, p. 171
  6. Charles Dufayard, La Réaction féodale sous les fils de Philippe le Bel, Revue historique, 1894, t. 55 [lire en ligne]
  7. Seigneur méridional, Jourdain de l'Isle s'était rendu célèbre par un grand nombre de cruautés et d'assassinats. Cité à comparaître devant le Parlement, il fit pendre l'envoyé de celui-ci. Amené de force à Paris, il fut condamné à mort et pendu malgré la protection du pape.
  8. [1]
  9. http://pagesperso-orange.fr/historia2000/genealogie/rois/charles4lebel.htm
  10. William W. Kibler, Medieval France: an Encyclopedia, Londres, Routledge, 1995
  11. Henri Lot, Projets de croisade sous Charles le Bel et sous Philippe de Valois, Bibliothèque de l'école des chartes, Volume 20, 1859, pages 503-509 Lien Persée
  12. Le futur Édouard III a pour mère Isabelle de France, sœur de Charles IV et donc nièce du comte de Valois.
  13. Il existe un acte consigné à la chancellerie de Paris et daté du mois de janvier 1328, donc antérieur à la mort de Charles IV, dans lequel Philippe de Valois s'intitule régent de France. Cela laisserait à penser que le cousin du roi exerçait déjà la réalité du pouvoir pendant la maladie du roi. Cf La Société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois de R. Cazelles, Bibliothèque elzévirienne, Paris, 1958.
  14. Notamment Gaston Paris, dans "Journal des savants", 1900 - page 694 et s.
  15. Cité par Patrick Van Kerrebrouck, dans "les Valois" - 1990, page 85.