Marguerite de Provence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marguerite de Provence
Image illustrative de l'article Marguerite de Provence

Titre Reine consort de France
Prédécesseur Blanche de Castille
Successeur Isabelle d'Aragon
Biographie
Naissance 1221
Forcalquier, Royaume de France
Décès
Paris, Royaume de France
Père Raymond Bérenger IV de Provence
Mère Béatrice de Savoie
Conjoint Louis IX de France
Enfants Blanche (1240-1243) (morte à l'âge de 3 ans)
Isabelle de France
Louis de France
Philippe III le Hardi Red crown.png
Jean (mort-né)
Jean Tristan de France
Pierre d'Alençon
Blanche de France
Marguerite de France
Robert de Clermont
Agnès de France
Mariage de Marguerite de Provence et de Louis IX en 1234

Marguerite de Provence, née en 1221 à Forcalquier et morte le à Paris, est une reine consort de France, épouse de Louis IX.

Elle est la fille de Raymond-Bérenger IV, comte de Provence et de Béatrice de Savoie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Fille de Raymond-Berenger IV comte de Provence et de Béatrice de Savoie, Marguerite de Provence née en 1221 (peut-être dans le château familial paternel) dans une riche cour qui a connue beaucoup d’événements historiques. Nous savons pas grand-chose d’elle excepté qu'elle était cultivée, spirituelle, vive et enjouée.

Raymond-Berenger IV, son père, était quelqu'un d'intelligent, brave et intrigant, qui dut se battre pour défendre sa place dans le comté. Il était animé par l’idée folle de réunifier tout le comté de Provence; son enfance se déroule donc au rythme des nombreux déplacements organisés par son père et les autres membres de sa famille à la découverte du comté de Provence; cette Provence qu'elle aimait beaucoup et qu'elle finira par connaître par cœur.

Béatrice de Savoie, sa mère, était quant à elle une femme réputée pour son intelligence et sa beauté. Chantée par les troubadours elle fit de la cour de Provence, une cour brillante. Avec ses autres soeurs, Éléonore, Sancie et Béatrice, elle reçoit une éducation digne de leur rang, Béatrice de Savoie enseigne ses filles selon des principes élevés pour des jeunes femmes destinées à devenir reines.

La cérémonie de mariage[modifier | modifier le code]

À l’âge de treize ans le 27 mai 1234, dans la cathédrale de Sens Marguerite [1] épouse Louis IX de France, qui sera connu postérieurement comme Saint Louis.

C’est devant le portail de la cathédrale que l'archevêque Gautier Cornut joint les mains des deux fiancés, symbole à la fois de leur consentement et de la promesse de fidélité qu'ils se font. A la suite des deux jeunes mariés, le cortège pénètre alors dans la cathédrale, où tous assistent à une messe solennelle. Le lendemain, 28 mai, Marguerite est couronnée reine de France dans cette même cathédrale.

Des noces fastueuses[modifier | modifier le code]

Naturellement les fêtes qui accompagnent le mariage sont éblouissantes. Aux musiciens et chanteurs du roi s'ajoutent ceux de son frère Robert, ceux du comte de Provence et des autres grands du royaume. Marguerite reçoit de beaux et riches bijoux et, avec d'autres dames de la cour, des manteaux de fourrure.

Le faste déployé pour l'occasion explique le coût très élevé du mariage : les comptabilités royales enregistrent une dépense totale de deux mille cinq cent livres, soit près de trois mille fois le salaire mensuel d'un ouvrier agricole, alors que le royaume, affaibli, sort tout juste de la guerre civile.

Descendance[modifier | modifier le code]

Quelques années passent sans qu’aucune naissance n’arrive et la cour et l'entourage royal commencent à craindre que Marguerite ne soit stérile. Blanche de Castille lui propose de l'accompagner en pèlerinage auprès de la tombe de saint Thibaut, un moine de lignage de l'illustre famille Montmorency, réputé pour accorder la fécondité; mais les prières n'ont pas l'effet escompté. On désespère et la rumeur court d'une possible séparation, cependant après six ans de mariage naît un premier enfants, suivi de nombreux autres :

Reine de France[modifier | modifier le code]

Marguerite de Provence

Les croisades[modifier | modifier le code]

Courageuse, elle suit son époux en Égypte lors de la croisade de 1248, pays dans lequel elle accouchera de trois de ses enfants (Jean-Tristan, Pierre et Blanche).

Relation avec Éléonore[modifier | modifier le code]

Marguerite entretiendra avant et pendant son règne une correspondance avec sa sœur cadette Éléonore qui est devenu reine d’Angleterre en 1236.C'est elle pendant son enfance qui s'occupera d'elle bébé avec tendresse et admiration.Mais plus tard il y aura une division entre les deux femmes qui Marguerite n'acceptait pas que sa sœur hérite du comté de Provence.

Sa belle mère[modifier | modifier le code]

Elle s'impose aussi à sa bru - celle-ci ayant trop d'influence sur son fils - quoique Marguerite reproduise là le schéma selon lequel Blanche de Castille s'opposait à elle dans sa jeunesse. Elle prête aussi appui à l'Angleterre, ayant des liens familiaux avec ce pays, car sa sœur Eléonore y est reine.

Mort[modifier | modifier le code]

Vers les dernières années de sa vie, elle tentera de récupérer la Provence, sa région natale, sans y parvenir. Elle décèdera le , à l'âge de soixante-quinze ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Marguerite de Provence : une reine au temps des cathédrales, Gérard Sivéry, Fayard, 9 sept. 1987 - 286 pages, Code ISBN / EAN : 9782213020174 / hachette : 3577897

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Précédé par Marguerite de Provence Suivi par
Blanche de Castille
Blason pays fr FranceAncien.svgAragon Arms.svg
Reine consort de France
1234-1270
Isabelle d'Aragon