Clémence de Hongrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Clémence de Hongrie

Description de l'image  Klementina.JPG.

Titre

Reine de France et de Navarre

19 août 13155 juin 1316
(&&&&&&&&&&&&02919 mois et 16 jours)

Prédécesseur Marguerite de Bourgogne
Successeur Jeanne de Bourgogne
Biographie
Dynastie Maison d'Anjou-Sicile
Surnom « Clémence l'Orpheline »
Naissance 1293
Décès 12 octobre 1328
Paris (France)
Sépulture Couvent des Jacobins puis Nécropole de Saint-Denis
Père Charles Martel de Hongrie
Mère Clémence de Habsbourg
Conjoint Louis X de France
Enfants Jean Ier Red crown.png
Description de cette image, également commentée ci-après

Reines de France

Clémence de Hongrie, (née en 1293 - morte le 12 octobre 1328 à Paris)[1], reine de France et de Navarre, fut la fille de Charles-Martel d'Anjou, roi titulaire de Hongrie et de Clémence de Habsbourg[2], fille de l’empereur Rodolphe Ier[3]. Surnommée Clémence l'orpheline, car ses parents sont morts de la peste alors qu'elle avait deux ans, elle est élevée par sa grand-mère Marie de Hongrie, fille du roi Étienne V de Hongrie.

Elle fut la nièce du comte Charles de Valois, époux de Marguerite d'Anjou-Sicile, sœur de son père.

Biographie[modifier | modifier le code]

Reine de France[modifier | modifier le code]

Alors que son épouse Marguerite de Bourgogne était toujours enfermée dans sa prison de Château-Gaillard pour adultère, le roi de France, Louis X le Hutin, se mit à la recherche d’une nouvelle épouse. Hugues de Bouville, grand chambellan de Philippe IV, se chargea d'aller la chercher à Naples, à la cour de Robert Ier de Naples, oncle de Clémence de Hongrie.

Le 19 août 1315, elle épousa le roi Louis X de France[1], et fut couronnée avec lui à Reims, le 24 du même mois[1].

Reine douairière[modifier | modifier le code]

Veuve en juin 1316[1], elle mit au monde en novembre 1316 un fils, Jean Ier le Posthume, qui ne vécut que cinq jours[4].

Clémence quitta la cour pour Avignon, puis en 1318 elle entra au couvent des dominicains d'Aix-en-Provence[4]. Quelques années plus tard, elle rentra à Paris où elle mourut, le 12 octobre 1328[4], à l’âge de trente-cinq ans. Elle fut inhumée le 15 octobre au couvent des Jacobins.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Elle est l'un des personnages principaux de la série Les Rois maudits, rédigée par Maurice Druon entre 1955 et 1966 (en particulier les tomes 3 et 4).
  • Après le décès de son époux et la perte de son enfant, ses facultés mentales ont été atteintes ; elle devint prodigue, dilapida la fortune accordée par Louis X (spécialement des demeures royales) s'endetta très rapidement, au point d'être rappelée à l'ordre par le pape Jean XXII.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (Bouyer 1992, p. 194)
  2. (Louda et MacLagan 1995), tableau 90
  3. (Louda et MacLagan 1995), tableau 77
  4. a, b et c (Bouyer 1992, p. 195)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jiri Louda et Michael MacLagan, Les Dynasties d’Europe, Bordas,‎ 1995 (ISBN 2-04-027115-5)

Voir aussi[modifier | modifier le code]