Guy II de Dampierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guy de Dampierre (homonymie).
Blason de Guy II de Dampierre.

Guy II de Dampierre, mort le 18 janvier 1216, fut connétable de Champagne (1174-1216), seigneur de Dampierre, de Bourbon et de Montluçon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né vers 1140, il était fils de Guillaume Ier, seigneur de Dampierre, et d'Ermengarde de Mouchy. Il avait en apanage Moëslains et Dampierre, il devint seigneur de Saint-Dizier et de Saint-Just, connétable de Champagne à la mort de son père. Son nom et ses armes figurent dans la première des salles des croisades du château de Versailles car il était au côté de son suzerain Henry II à la troisième croisade.

Il épousa en 1196 Mathilde, dame de Bourbon, fille d'Archambaud de Bourbon et d'Alix de Bourgogne et petite-fille d'Archambaud VII de Bourbon, laquelle venait de divorcer de Gaucher IV de Salins. Ils eurent :

Après son mariage, il administra la seigneurie de Bourbon avec sa femme.

Entre 1210 et 1212, il est à la tête d'une armée de Philippe Auguste contre Guy II, comte d'Auvergne. Il est accompagné de l'archevêque de Lyon Renaud II de Forez et du chef mercenaire Lambert Cadoc. L'objectif est de mater Guy II d'Auvergne, qui a dévasté l'abbaye royale de Mozac et fait prisonnier son propre frère Robert d'Auvergne, évêque de Clermont. Guy II de Dampierre écrase les troupes de Guy II d'Auvergne. En 1213, Philippe Auguste lui donne le comté d'Auvergne[1]. Il est présent au côté du roi à la bataille de Bouvines, il a fondé le prieuré d'Epineusval et l'église paroissiale de Saint-Dizier[2] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aristide Matthieu Guilbert, Histoire des villes de France, Furne, 1845 ; Bibliothèque de l'École des chartes vol. 3, 1842, p. 418 ; Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, vol. 1, p. 211.
  2. Abbé C.Didier, Etude statistique et historique sur St-Dizier, Saint-Dizier, Thévenet, 1897.