Aeronautica Militare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aeronautica militare)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AMI.
Aeronautica Militare
Armes de l'Aeronautica Militare
Armes de l'Aeronautica Militare

Période 1923 - présent
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Allégeance Forces armées italiennes
Type Armée de l'air
Effectif 43 000 personnes
Ancienne dénomination Regia Aeronautica
Couleurs Roundel of the Italian Air Force.svg
Devise Virtute Siderum Tenus (Avec bravoure vers les étoiles)
Marche Marcia di Ordinanza dell'Aeronautica Militare
Anniversaire 10 décembre, anniversaire de la Madonne de Loreto (patronne de l'armée)
Équipement 470 aéronefs
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Batailles Vol sur Vienne (it)
Commandant Général de corps d'armée Pasquale Preziosa
Armes de la Regia Aeronautica, armée de l'air du Royaume d'Italie

L’Aeronautica Militare (Italiana) (AM) est le nom italien de l’armée de l'air italienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’Aeronautica militare est l’héritière de la Regia Aeronautica (l’armée de l’air royale italienne) (le changement de nom intervient au moment du changement de régime en 1946).

Les origines[modifier | modifier le code]

Les origines de l’armée de l’air italienne remontent à la campagne d'Éthiopie de 1887-1888, au cours de laquelle furent employés trois aérostats d’observation de la compagnie spécialisée du Génie, compagnie qui dès 1885 avait créé en son sein une section aéronautique. Cette section se transforma en 1894 en brigade spécialisée du Génie et en 1910, en bataillon spécialisé du Génie. Ce fut cette dernière unité, renforcée par la flottille des aviateurs civils volontaires, qui fut la première à participer au premier emploi opérationnel du "plus lourd que l'air" en alignant 4 aérostats, 2 dirigeables et 28 avions pendant la campagne de Libye de 1911-1912 (Guerre italo-turque). Ce premier emploi opérationnel de l'avion en tant qu'arme fut réalisé le 1er novembre 1911 par le sous-lieutenant Giulio Gavotti lorsqu'il accomplit le premier bombardement à partir d'un avion (de type Etrich Taube) en lançant à la main des grenades de fragmentation (de type Cipelli) sur les troupes ottomane en Tripolitaine, à l'oasis de Taguira et Aïn Zara.

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Bombardier italien Caproni Ca.36 de la Première Guerre mondiale

Les résultats obtenus et les arguments du théoricien de l’aviation Giulio Douhet amenèrent le ministre de la Guerre à développer l’armée de l’air : dès le début de 1915, les unités volantes furent détachées de l’arme du Génie et constituèrent, toujours au sein de l’armée de terre italienne, le corps de l’armée de l’air. Un programme de production fut lancé mais les financements furent insuffisants (4 145 000 lires en 1914-1915) et l’Italie entra en guerre en 1915 avec 86 avions. À partir de 1916, elle fut cependant renforcée, en se spécialisant dans les bombardements de bases éloignées, comme ceux effectués en 1917 par les trimoteurs Caproni sur Pula et Kotor (alors en Autriche-Hongrie et dans les vols à long rayon d’action comme celui des 7 avions SVA qui en 1918 survolèrent Vienne, guidés par Gabriele D'Annunzio. Même la chasse forma ses premiers as comme F. Baracca (34 victoires), S. Scaroni (26 victoires) et P.R. Piccio (24). Durant la guerre, furent fabriqués en Italie 11 986 avions et environ 30 000 moteurs d’avions. À la fin de la guerre, pendant laquelle moururent 1 784 aviateurs, l’Italie avait 1 683 avions qui restèrent, pour la plupart, sans emploi, sur les aérodromes.

Après la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La première mesure en faveur de l’armée de l’air, notamment pour récompenser le corps de ses résultats pendant la guerre, fut le décret gouvernemental du 28 mars 1923 qui élève au rang de force armée, le corps aéronautique (baptisée : arma azzurra, armée du ciel). En 1927, elle devint armée à part entière et prit le nom de Regia aeronautica, avec un ministère de tutelle propre. Dans ce ministère, le général Italo Balbo fut nommé secrétaire d'État, ce qui favorisa son développement de façon remarquable. Des croisières intercontinentales furent organisées (De Pinedo en 1925 ; Ferrarin en 1920 et 1928). L’armée de l’air devint un des éléments de prestige du régime fasciste en conquérant bien 96 records internationaux, donc ceux, toutes catégories, de distance, de vitesse et d’altitude.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Bombardiers Savoia-Marchetti SM.79 en formation

L'armée de l'air italienne participe activement à la guerre d'Espagne et du fait de la faible opposition, en retire des conclusions erronées. Parfait exemple, le chasseur biplan Fiat CR.42 Falco est totalement dépassé au début du conflit. D'une manière générale, les avions italiens sont de conception ancienne et souffrent de graves défauts : manque de puissance des moteurs ; armement constitué de simples mitrailleuses ; seuls la qualité et le courage des pilotes et équipages permet à l'armée de l'air de se distinguer parfois.

La faiblesse de l'industrie de l'armement ne permet pas d'aligner la quantité nécessaire d'avions compétitifs, en particulier des chasseurs, comme le Fiat G55 et le Macchi M.C.205 Veltro qui vers la fin de 1942 sont en trop petit nombre pour changer le cours des choses.

A partir de septembre 1943, suite à l'armistice de Cassibile et au changement de camp de l’Italie, une partie de l'aviation combat auprès des Alliés, l'Aviazione Cobelligerante Italiana (ACI) tandis qu'une autre rejoint la république sociale italienne sous le nom de Aeronautica Nazionale Repubblicana.

Après la 2e guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Fiat G-91 des années 1960 au couleurs de la Frecce Tricolori, la patrouille acrobatique Italienne
Base italienne de Tuono, site du 66º Gruppo Intercettori Teleguidati équipé de MIM-14 Nike-Hercules. Ce missile des années 1960 resta en service jusqu'au 24 novembre 2006

A compléter

L'aviation se reconstruit au sein de l'OTAN dans le cadre de la guerre froide à partir de l'ACI.

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

A compléter

Aéronefs en service au début du XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Eurofighter Typhoon, le chasseur le plus récent de l'Aeronautica militare
Un General Dynamics F-16A de l'Aeronautica militare se prépare pour le décollage au l'aérodrome Lajes Air Base.
AMX, un avion de combat léger
Aermacchi MB-339 de la Frecce Tricolori
Alenia G-222, avion de transport tactique
Un Predator (Reaper) de l'Aeronautica Militare

Les aéronefs en service en 2007 comprennent notamment[1] :

Avions de chasse et chasseurs-bombardiers 
Transport
Transport des personnalités
Entraînement
Autres types d'aéronefs
Hélicoptères
Aéronefs prévus pour le futur
Anciens aéronefs

Missions[modifier | modifier le code]

La principale mission de l'Aeronautica Militare est la défense. Celle-ci se divise en 4 parties :

  • Assurer l'intégrité du territoire national en prévenant des intrusions,
  • Tenir ses engagements vis-à-vis de l'OTAN,
  • Assurer la défense des intérêts extérieurs en maintenant l'ordre international,
  • Assurer la sauvegarde des institutions républicaine en mettant ses moyens à la disposition des autorités.

L'armée de l'air italienne participe chaque année à des exercices nationaux et internationaux dont Bright Star et Red Flag. Elle est aussi présente sur différents théâtres d'opération extérieurs dont récemment en ex-Yougoslavie, en Afghanistan et en Irak.

Organisation opérationnelle[modifier | modifier le code]

La cocarde de l'armée de l'air italienne.

Le président de la République possède le titre de chef des armées, mais il n'a que peu de pouvoir si ce n'est celui de présider le Conseil Suprême de la Défense. Le réel pouvoir est détenu par le Parlement qui définit la politique à tenir en matière de défense et par le Gouvernement par l'intermédiaire du ministre de la Défense qui est chargé de la faire appliquer.

La planification des missions est réalisée par le chef d'état-major de l'armée de l'air sous l'autorité du chef d'état-major de la Défense et de son ministre. Il est aidé en cela de plusieurs services dont :

  • la direction de l'emploi du personnel militaire,
  • l'inspection de la sécurité des vols,
  • la direction de l'aéronautique navale,
  • ...

L'Aeronautica Militare est divisée en 4 grands commandements :

  • le Comando delle Squadre Aeree (Commandement du corps aérien) chargé de la mise en œuvre de unités aérienne,
  • le Comando Logistico (Commandement logistique) chargé d'assurer la logistique au profit des forces,
  • le Comando delle Scuole (Commandement des écoles) chargé d'assurer la formation des personnels,
  • le Comando Operativo delle Forze Aeree (Commandement opérationnel de la force aérienne) chargé du déroulement des opérations

Composition du Comando della squadra aerea fin 2006 et des informations 2007:

  • Caccia Intercettori (Brigade de défense aérienne), implantation Bari comprend 5 escadres (Stormo) dont l'unité opérationnelle (escadron) est appelée " Gruppo " ( " Gruppi " au pluriel)
  • Brigade de bombardement et de reconnaissance basée à Milan comprend 5 escadres
    • 2e Stormo basée à Rivolto équipée d'AMX International AMX; 313ᵉ Gruppo " Patrouille Acrobatique Nationale" ( PAN ) equipée de MB 339
    • 6e Stormo basée à Ghedi : Gruppi 102ᵉ et 154ᵉ équipés de Tornado IDS
    • 32e Stormo basée à Amendola : 13ᵉ Gruppo 101ᵉ équipé d'AMX ;101ᵉ Gruppo équipé de AMX-T ; 28ᵉ Gruppo équipé de RQ-1 Predator A
    • 50e Stormo basée à Piacenza : 155ᵉ Gruppo équipé de Tornado IT-ECR
    • 51e Stormo basée à Istrana : Gruppi 103ᵉ et 132ᵉ équipés d'AMX
    • Unité détachée à Goose Bay au Canada pour l'entraînement au vol à basse altitude
  • Caccia Aquila (Brigade de transport, de recherche et de secours (Resco), et de transport V.I.P.)
    • 46e Brigata Aerea de transport basée à Pise équipée de Lockheed C-130J, J-30 Hercules et de C-27J Spartan
    • 9e Brigata Aerea de ravitaillement en vol et de Resco basée à Pratica di Mare équipé de Boeing 707 T/T et d'hélicoptères HH-3F
    • 31e Stormo basée à Ciampino près de Rome équipé d'Airbus A319
  • Brigade missiles basée à Padova
    • 17e Stormo basé à Padova responsable de l'emploi et de la mise en œuvres des missiles sol-air
    • école spécialisée basée à Villafranca
  • Brigata Spazio Aereo (brigade responsable du contrôle aérien)
    • centres radars
    • service géophotographique
    • unité chargée de l'entraînement du personnel
    • unité des équipage italiens d'AWACS de l'OTAN basée à Geilenkirchen en Allemagne
  • 41e Stormo basé à Catania équipée de Breguet Atlantic mis en œuvre par des marins et des aviateurs

Composition du Comando delle Scuole:

  • 60e Stormo basée à Lecce équipée de MB 339
  • 70e Stormo basée à Latina équipée de SIAI 260
  • 72e Stormo basée à Frosinone équipée de NH-500E

Aéroports et Bases aériennes[modifier | modifier le code]

Grades de l'Aeronautica Militare[modifier | modifier le code]

Généraux
IT-Airforce-OF-10.png
Chef d'état-major de l'Aeronautica Militare
IT-Airforce-OF-9.png IT-Airforce-OF-7.png
Generale di squadra aerea Général de division Général de brigade
Officiers supérieurs
IT-Airforce-OF-5.png IT-Airforce-OF-4.png IT-Airforce-OF-3.png
Colonel Lieutenant-colonel Major
Officiers inférieurs
IT-Airforce-OF3.png IT-Airforce-OF2.png IT-Airforce-OF1.png
Capitaine Lieutenant Sous-lieutenant
Sous-officiers
IT-Airforce-WO4.gif IT-Airforce-WO3.gif IT-Airforce-WO2.gif IT-Airforce-WO1.gif IT-Airforce-OR9.png IT-Airforce-OR8.png
Primo maresciallo Maresciallo di prima classe Maresciallo di seconda classe Maresciallo di terza classe Sergent-major Sergent
Truppa
IT-Airforce-OR6.png IT-Airforce-OR5.png IT-Airforce-OR4.png IT-Airforce-OR3.png IT-Airforce-OR2.png Nessun distintivo
Primo aviere capo Primo aviere scelto Aviere capo Primo aviere Aviere scelto Aviere

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. World Military Aircraft Inventory, Aerospace Source Book 2007, Aviation Week & Space Technology, 15 janvier 2007.
  2. Milaviapress Order of Battle
  3. Pagine di Difesa, « Consegnati all’Aeronautica militare gli ultimi due velivoli SF-260EA », Stato Maggiore Aeronautica (consulté le 15-04-2008)
  4. « Showcase », Piaggio Aero (consulté le 17-03-2008)
  5. « Boeing consegna il primo il KC-767 Tanker al Giappone », www.boeingitaly.it,‎ 21-02-2008 (consulté le 17-03-2008)
  6. Domenico Gianarro, « Il G-222 “Gigione” va in pensione », www.paginedidifesa.it,‎ 08-09-2005 (consulté le 14-10-2007)
  7. « L'ultimo scramble… », www.aeronautica.difesa.it (consulté le 07-10-2007)
  8. « Pisa: Un pezzo di storia vola via », www.aeronautica.difesa.it (consulté le 14-10-2007)
  9. (en) « Final AMI Tornados F.3s Returned », Air Forces Monthly, Key Publising,‎ February 2005, p. 9
  10. « FIAT G91Y » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Sources[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]