Économie du Tibet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marché de produits agricoles à Lhassa.

Dans l’ancien Tibet, selon la Mission permanente de la République populaire de Chine auprès de l'ONU, l’industrie était quasi inexistante[1], tout métal devait être importé[2].

Le tibétologue Andrew Martin Fischer indique que, selon un recensement chinois de 2000, les Tibétains restent massivement ruraux car le taux général de résidents tibétains en zone rurale est de 87,2 % avec 91,4 % dans le Qinghai, 90,9 % dans le Gansu, 89,5 % dans le Sichuan, 84,8 % dans la Région autonome du Tibet et 80 % dans le Yunnan[3]. En raison de la limitation des terres arables, l’élevage du bétail est l’occupation principale sur le Plateau tibétain.

Selon le Livre blanc illustré publié par le gouvernement central en 2009 à l’occasion du Cinquantenaire de la Réforme démocratique au Tibet, une industrie moderne aux couleurs tibétaines s’est développée avec pour piliers l’extraction minière, les matériaux de construction, l’artisanat et la médecine tibétaine, et comme auxiliaires la production d’électricité, la transformation des produits de l’agriculture et de l’élevage et la production alimentaire. Le commerce moderne, le tourisme, la restauration, les loisirs et autres industries, inconnues sous l’ancien régime, sont en plein essor et constituent les industries premières de la région. De 2001 à 2009, Pékin a dépensé 45,4 milliards de dollars au développement économique de la région autonome du Tibet. Cela a eu des effets bénéfiques sur la croissance économique, le niveau de vie, les infrastructures[4].

Andrew Martin Fischer indique que le discours sur la croissance ne mentionne pas le « contexte de privation continue du pouvoir politique des Tibétains » où les stratégies de subventions massives servent directement le gouvernement ou des entreprises chinoises dont le siège se situe à l’extérieur des secteurs tibétains. Cette situation permet une appropriation de l’économie locale par les populations non tibétaines et ce malgré l’importance des subventions. Fischer note ainsi que la majorité des constructions sont confiées à des entreprises extérieures au Tibet et qui emploient essentiellement des travailleurs d’origine Han. Ces entreprises réinvestissent les bénéfices dans leur province d’origine plutôt que dans l’économie du Tibet[3]. Le sinologue Jean-Luc Domenach considère que « si les Tibétains ont regagné partiellement le contrôle de leur culte et de leurs mœurs, ils n’ont guère renforcé leur poids économique et social. De leur côté, avec le développement économique, les colons chinois se sont installés en nombre croissant alors que se répandait dans les villes chinoises l’idée que le Tibet n’était plus qu’une charmante bizarrerie touristique »[5].

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Définitions du Tibet et Géographie du Tibet.

Le Tibet est une région culturelle et historique d’Asie, située en République populaire de Chine. Constitué des anciennes provinces tibétaines du Kham, de l’Ü-Tsang et de l’Amdo, il comprend aujourd’hui essentiellement les subdivisions administratives autonomes tibétaines de la République populaire de Chine dont la région autonome du Tibet.

Le Tibet est principalement constitué d’un haut plateau, le plateau Tibétain, entouré de trois côtés par les plus hauts massifs du monde, l’Himalaya au sud, le Karakoram à l’ouest et le massif du Kunlun au nord. Souvent appelé « le Toit du Monde », le Tibet a une altitude moyenne de 4 200 mètres et son plus haut sommet, l’Everest culmine à 8 848 mètres[6]. Sa superficie est de 2,5 millions de km2[7].

La région autonome du Tibet couvre 1 200 000 km2. Le plateau nord (Changthang) comprend les régions de haute altitude, le plateau central autour de Lhassa comprend les régions agricoles majeures, et le plateau sud-est (pays des gorges) comporte des ressources forestières importantes, la 2ezone de biomasse forestière de la Chine. Dans les zones agricoles représentant 2 % de la superficie vivent la majorité des Tibétains. Il y a environ 500 000 pasteurs nomades au Tibet[8]. La région autonome du Tibet est riche en minéraux, dont certains rares dans d'autres régions de Chine. Les gisements de chrome et de cuivre sont les plus importants à l'échelon national. Au Tibet se trouvent les gisements de borax et d'uranium les plus importants du monde, et la moitié de la réserve mondiale de lithium. Dans le but d'augmenter les activités minières au nord-est et à l'ouest de la région autonome du Tibet, cette dernière a été classée zone économique spéciale. Le potentiel hydroélectrique de la région autonome du Tibet est le plus important de l'Asie. L'héritage culturel et écologique tibétain est riche et des parcs nationaux ont été créés dont la Changthang Wildlife Reserve en 1992[9].

Historique[modifier | modifier le code]

Avant les années 1950[modifier | modifier le code]

Un billet de banque tibétain de 100 tam srang (recto).

À la fin du XIXe siècle, le visiteur japonais Ekai Kawaguchi indique que le commerce à Lhassa est actif. Sur les marchés se vendent des articles provenant de Chine et de l’Inde. Les paiements s’effectuent en or, qui est alors pesé ou en roupie indienne ou en utilisant la monnaie tibétaine. Les moines ont le monopole du commerce du thé et des images pieuses. Des Chinois tiennent de nombreux restaurants[10].

Heinrich Harrer, qui résida à Lhassa de 1946 à 1951, indique dans son livre Sept ans d’aventures au Tibet que les pièces sont en or, en argent ou en cuivre. Elles portent les emblèmes du Tibet : lion des neiges et montagne, reproduits aussi sur le drapeau national, à côté du soleil levant[11].

Selon le gouvernement chinois, en dehors d’une centrale électrique de 92 kilowatts à Lhassa, d’une petite usine d’armements et d’un petit hôtel de la monnaie créés par le 13e dalaï-lama, il n’y avait pas, d’industrie dans l’ancien Tibet[1]. Selon le journal marxiste-léniniste Lalkar, l’arriération du pays était telle qu’on n’utilisait même pas la roue[12].

Heinrich Harrer se plaignait de la gêne publique causée par les mendiants qui exploitaient leurs difformités en les exhibant sous le nez des passants[13]. Selon Li Sha, de l’université de Shenyang, il y avait à Lhassa, au sud du temple de Jokhang, un village de mendiants appelé Lu Bu Band Cang, et ces derniers se réunissaient aux alentours du temple de Ramoche. En 1951, il y avait de 3 000 à 4 000 mendiants, soit un dixième de la population de la ville[14].

En 1947, le Kashag envoya une délégation tibétaine conduite par Tsepon W. D. Shakabpa en tant que ministre des finances du Tibet, notamment aux États-Unis pour des négociations commerciales. Il reçut aussi un visa sur son passeport en 1947 pour échanges commerciaux, il se rendit en Chine, Inde, Angleterre, États-Unis, Italie, Suisse et France[15]. Surkhang Lhawang Topgyal participa en tant qu'interprète à la délégation commerciale. L'objectif économique de la mission était l'introduction de machines pour l'agriculture, l'élevage au Tibet, et la transformation de la laine, ainsi que d'obtenir le relâchement du contrôle indien sur les exportations du Tibet et l'achat d'or pour la monnaie tibétaine. Du point de vue politique, la mission visait à souligner l'indépendance du Tibet à l'étranger, car l'information sur le Tibet dans le monde à cette époque aurait eu principalement des sources chinoises[16]. Selon Thupten Samphel, un porte-parole du dalaï-lama, représentant du gouvernement tibétain en exil : « Ceci indique que là où Tsepon W.D. Shakabpa s'est rendu en visite, on a reconnu le passeport délivré par le gouvernement tibétain »[17].

Les réformes démocratiques (1959-1969)[modifier | modifier le code]

Après l'échec du soulèvement tibétain de 1959 (ce que l'historiographie chinoise appelle « la rébellion armée »)[18],[19] et le départ en exil d'une partie de la population, le gouvernement chinois déclara qu'il n'était plus tenu de retarder les réformes puisque l'Accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet de 1951 avait été rompu. Il décréta et mit en application ce qu'il appelle les « réformes démocratiques »[20].

Selon Jiawei Wang et Nyima Gyaincain, en mai 1959, le gouvernement central approuva les réformes démocratiques préparées par le Comité de travail du Tibet. Elles se dérouleraient en deux étapes :
- la première se focaliserait sur la suppression de la corvée obligatoire (ulag) et de l'esclavage, ainsi que la réduction des loyers et des intérêts des prêts;
- la deuxième se concentrerait sur la distribution des terres,
le but visé étant la disparition du système féodal. Les propriétaires de grands domaines n'ayant pas participé à la révolte virent leurs biens rachetés par l'État, les autres furent expropriés[21].

La révolution culturelle (1966-1976)[modifier | modifier le code]

Article principal : Révolution culturelle au Tibet.

Dans la décennie s'arrêtant en 1975, l'organisation des communes populaires fut progressivement mise en place dans la plupart des zones rurales de la R. A. du Tibet[22].

Pendant la révolution culturelle, la production industrielle et l'activité économique dans la R.A. du Tibet et dans le reste de la Chine connurent un recul voire s'interrompirent. La situation commença à changer à partir de l'arrestation de la bande des quatre en 1976, peu de temps après la mort du président Mao[23].

L'ère des réformes et de l'ouverture (années 1980)[modifier | modifier le code]

Lorsque Deng Xiaoping revint aux affaires en 1978, la Chine entra dans une nouvelle ère « de réforme et d'ouverture du système ». Les communes furent démembrées, l'initiative privée fut légalisée et même encouragée au début des années 1980. À l'instar des autres groupes, les Tibétains profitèrent de la nouvelle ligne politique[24].}}

Hu Yaobang au Tibet (1980) : constat et mesures prises[modifier | modifier le code]

Selon le journaliste Pierre-Antoine Donnet[25],[26], citant une publication de Jigmé Ngapo dans Emancipation monthly, Hong Kong, décembre 1987, au début des réformes économiques engagées par Deng Xiaoping en 1979, Hu Yaobang fit une tournée d’inspection au Tibet en mai 1980. Lors de cette visite il constata que le peuple tibétain et le Tibet se trouvaient dans une situation d’une pauvreté écrasante. Pas un bâtiment moderne n’avait été construit à Lhassa. L’économie du Tibet autrefois autarcique était devenue complètement dépendante de la Chine continentale. Tous les biens de consommation, dont la nourriture, devaient être importés. Le Tibet n’exportait que quelques minéraux, des herbes médicinales et du bois. Hu Yaobang prit des mesures pour rendre vie au Tibet sinistré en demandant :

  • d’exempter d’impôt pendant 3 ans les paysans et les nomades,
  • le départ du Tibet de 85 % des cadres chinois[27],
  • le renforcement de l’autonomie du Tibet.

L'ouverture sur les provinces intérieures (années 1990)[modifier | modifier le code]

Selon Andrew Martin Fischer, le développement économique de la Région autonome du Tibet engagé dans les années 1990 accentue la dépendance de la région et marginalise la majorité des Tibétains[28].

Selon Yves Kernöac’h, dans les années 1990, l’ouverture à la Chine entraîne hausse des prix importante, chômage, corruption, immigration han, faisant le lit de la contestation[29].

Selon Robert Barnett, c’est dans les écrits de Chen Kuiyuan, secrétaire du parti communiste de la Région autonome du Tibet entre 1992 et 2000, que l’on peut trouver les justifications les plus explicites à l’utilisation de l’économie comme moyen de contrôle[30].

Selon Vegard Iversen, les économistes de l'Académie chinoise des sciences sociales préconisèrent[Quand ?] une stratégie de développement industriel en 2 phases sur 20 ans impliquant une voie de développement régionale inégale au profit des provinces côtières dans la 1re phase. Dans ce modèle, les régions occidentales, dont le Tibet fait partie, sont les fournisseurs des matières premières pour les régions côtières. L'extraction de matières premières des régions occidentales incluant le Tibet, vers les régions de l'est de la Chine est une politique délibérée. Les prix inférieurs aux marchés mondiaux correspondent à des subventions implicites et des pertes de revenu pour les régions occidentales productrices. Pour la laine, les estimations suggèrent une modeste plus-value (53 % du montant perçu par les nomades). Pour le cachemire, la plus-value est de 360 %. Il s'agit de subventions cachées passant des régions occidentales à l'est de la Chine. Cette politique peut s'éloigner considérablement d'une stratégie de développement dans l'intérêt de l'ouest. Bien que le développement industriel et l'exploitation des ressources soit réduit, le secteur forestier a été lourdement exploité[31].

Vegard Iversen note qu’alors que pour d'autres régions de Chine, il existe des estimations de la pauvreté, il n'y a pas de chiffre disponible pour le Tibet. Il cite cependant Rong Ma (1997) qui révèle dans une enquête que 38,5 % des chefs de familles tibétaines n'ont pas de travail ou pas de travail stable, suggérant qu'il existe un nombre important de familles vulnérables à Lhassa[32].

Rapport de l'ONG Gongmeng (2008)[modifier | modifier le code]

Un an après les troubles au Tibet en 2008, Gongmeng (ou Open Constitution Initiative), une organisation non gouvernementale chinoise (aujourd'hui interdite), publia un document intitulé Rapport d’enquête sur les causes sociales et économiques de l’incident du 14 mars dans les zones tibétaines. L’enquête souligne les limites des politiques de « développement rapide » lancées dans les années 1990 par le gouvernement chinois, qui ont « créé les bases d’une marginalisation accrue » des Tibétains[33].

Développement économique[modifier | modifier le code]

Mesures du niveau de développement[modifier | modifier le code]

Le développement du PIB
Année PIB en milliard de yuans
1994 5
2000 12
2004 20
2006 29
Source du gouvernement chinois[34]

La mesure de la croissance économique du Tibet est difficile à restituer en raison de « l’absence de séries statistiques continues et homogènes » tant pour le régime antérieur à 1951 que pour les décennies de 1950 à 1970. Il faut attendre la réforme économique de Deng Xiaoping en 1978 pour avoir des séries exploitables[35].

Selon Vegard Iversen, en 1982, le Tibet avait le plus faible taux d'alphabétisation de toutes les provinces de la Chine, que ce soit en zone urbaine ou rurale. L'écart entre urbain et ruraux était aussi le plus grand soulignant le désintérêt relatif de la politique publique pour cette catégorie. Dans les années 1990, le Tibet a stagné. Ainsi, le Tibet est en bas de l'échelle en Chine, mais aussi du monde concernant l'alphabétisation (citant un tableau du PNUD, UNDP, 1998). Ainsi, les rapports sur l'éducation au Tibet contredisent les déclarations des autorités chinoises qui affirment poursuivre des efforts sérieux pour le développement du Tibet[36].

En 1990, dans le cadre du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) pour évaluer le niveau de développement humain des pays du monde, il a été créé l’indice de développement humain, ou IDH, un indice statistique composite. En 1994, la Chine s’y inscrivait dans la catégorie moyenne de l’IDH avec des investissements importants et ce malgré un faible revenu par individu. L’indice de développement humain présente en République populaire de Chine de fortes disparités régionales. Shanghai (0,865) et Pékin (0,861) étaient placés au 31e rang. Au bas de l’échelle se trouvaient le Qinghai et le Tibet (0,404) qui se situent respectivement au 110e et 131e rang[37].

Selon Claude B. Levenson, la région autonome du Tibet était en 2000, le territoire le plus pauvre de Chine parmi les 31 subdivisions considérées dans la liste des subdivisions de Chine par PIB[38].

En 2005, selon Louis de Broissia, le PIB par habitant s’élevait à environ 1 000 dollars, ce qui situait la RAT au 25e rang sur les 31 provinces chinoises[39].

Aide du gouvernement central au développement de la région autonome du Tibet[modifier | modifier le code]

Dans ses mémoires publiées en 2005, Israel Epstein détaille les multiples aides accordées par le gouvernement central à la région autonome du Tibet au cours du demi-siècle écoulé :

  • couverture par le Trésor national d'une grande partie des coûts de l'administration locale ;
  • taux d'imposition limités à une fraction de ceux des provinces intérieures ;
  • subventions pour le transport des marchandises au Tibet de sorte que leur prix à l'arrivée soit le même qu'au point de départ ;
  • prise en charge par le gouvernement central du coût de l'envoi au Tibet de personnels dans les domaines de la recherche et du développement économique ;
  • idem pour l'envoi d'écoliers tibétains dans des écoles et collèges d'autres provinces chinoises ;
  • fourniture gratuite d'une bonne partie de l'équipement industriel et cession à prix réduit des machines agricoles ;
  • relèvements successifs du prix d'achat des produits des paysans et éleveurs tibétains.

Toutes ces mesures découlent de l'égalité stipulée par la constitution chinoise entre les différentes nationalités ou minorités ; elles visent à créer l'égalité dans les faits, laquelle n'est possible, selon Epstein, qu'au prix du développement de la production, de l'éducation et autres domaines[40].

Ressources primaires[modifier | modifier le code]

Conformément à la Constitution chinoise, « Les ressources minérales, eau, forêts, montagnes, prairies, les terres non défrichées, les plages et autres ressources naturelles sont propriété de l’État ». Ainsi, selon Susette Cooke, même si l’exploitation des ressources est de plus en plus ouverte aux investisseurs privés, la région est privée d'actifs importants[41].

Selon Les Amis de la Terre (Flandres et Bruxelles), la plus importante réserve d'uranium mondiale se trouverait au Tibet[Où ?] et l'on compterait 9 mines d'uranium sur le plateau tibétain qui alimentent le programme d'armement et d'énergie nucléaire de la Chine. L'uranium est aussi exporté vers d'autres pays, par exemple entre 1990 et 2005 il a constitué 8 % de la consommation d'uranium de la Belgique. Il y a peu ou pas de règles pour vérifier l'élimination des déchets, et ceux qui sont frappés les plus durement sont les Tibétains. Ils sont exclus des décisions gouvernementales concernant l'extraction, sont souvent contraints de se déplacer, et n'ont pas accès aux informations sur les risques pour la santé associés à l'exposition. La plus grande mine d'uranium de la Chine, No 792, déchargerait ses eaux irradiées non traitées directement dans la rivière Bailong, un affluent du Yangtze[42],[43].

Dans la préfecture autonome mongole et tibétaine de Haixi de la province du Qinghai, le bassin du Qaidam est qualifié de « bassin aux trésors », en raison de sa richesse en ressources minières. Parmi ses nombreuses ressources minérales, les plus notables sont le pétrole, le gaz naturel, le charbon, le chlorure de sodium, le potassium, le magnésium, le plomb, le zinc et l’or[44], ainsi que d’importantes réserves d’amiante, de borax et de gypse[45].

Agriculture, élevage et sylviculture[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Schigatsé-Taktsé, agriculture avec des yaks, 1938.
Agriculteur labourant un champ avec une paire de yaks, photo de Nathan Freitas intitulée « Les yaks fournissent toujours la meilleure façon de labourer les champs au Tibet ».

L’économie de l’ancien Tibet était dominée par une agriculture de subsistance ayant pour but de pourvoir ses proches et sa famille.

Les principales cultures aujourd’hui sont l’orge, le blé, le sarrasin, le seigle, la pomme de terre, l’avoine, le colza, le coton, des fruits et légumes variés. L’orge, qui est la culture principale, est cultivée essentiellement entre 2 500 m et 4 000 m d’altitude car cette céréale résiste bien au froid.

Selon Roland Barraux, l'arrivée massive de consommateurs dans les années 1950 pesa sur le marché fragile des ressources alimentaires, entraînant une inflation[46],[47].

Selon Horst Südkamp, en 1954, 40 000 agriculteurs Han furent installés au Tibet[48]. Selon le Tibetan Centre for Human Rights & Democracy, entre 1954 et la moitié des années 1960, une migration à grande échelle des Han s’est produite dans le Qinghai (Amdo), pour revendiquer les prairies pour l’agriculture, à la fois pour des fermes d’état et des laogai (camps de réforme par le travail). Des milliers de migrants Han attirés par les possibilités agricoles ont commencé à arriver dans les années 1960, et des cadres Han ont été envoyés dans des régions rurales du plateau pour l’administration[49].

Selon des sources chinoises, à l’automne 1960, 200 000 paysans se virent attribuer les titres de jouissance et de libre gestion des terres tandis que les nomades devenaient propriétaires et gestionnaires de leurs troupeaux[50].

Selon Laura S. Ziemer, dans les années 1960, les autorités forcèrent les agriculteurs tibétains à cultiver le blé, à la place de l’orge qui est la récolte traditionnelle dans la région de l’Himalaya, ce qui eut pour résultat deux famines graves, inédites dans l’histoire tibétaine : la première, dans les années 1960, suivie d'une deuxième entre 1968 et 1973, durant la révolution culturelle[51],[52],[53]

En 1997, l’universitaire Laurent Deshayes indiquait qu’il existait un problème de « pollution des sols par les boues industrielles et les différents engrais et pesticides utilisés pour faciliter la croissance des blés hybrides, imposés par les autorités, au détriment des cultures traditionnelles, principalement celle de l’orge ». Ces techniques permettaient d’obtenir des rendements très importants en zone de montagne mais finalement « stérilisaient les sols »[54].

Interrogé par le Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie, Tsering Dorjee, un Tibétain natif de la région de Qomolangma, qui quitta son village pour faire des études puis passa une année au Tibet entre 2005 et 2006 (il vit actuellement aux États-Unis), rapporte que les méthodes agricoles n’ont pas changé au Qomolangma depuis l’entrée des Chinois. Les autorités locales auraient dernièrement introduit des engrais et des pesticides pour améliorer la productivité, obligeant les agriculteurs tibétains à les acheter ou à les rembourser sous forme de grain. Ces derniers se plaignent des dommages sur les sols dus à l’utilisation de ces produits et de la modification du goût de la farine d’orge. Les paysans ne peuvent rembourser ces produits et certains deviennent endettés[55].

Selon Revolutionär Sozialistische Organisation, une organisation trotskiste basée en Autriche, en 2008, environ 60 % de la population de la région autonome du Tibet vit de l’agriculture[56].

Élevage[modifier | modifier le code]

Yaks devant le monastère Ganden Thubchen Choekhorling.

Avec ses 80 millions d’hectares de prairies, le Tibet est une des cinq grandes régions pastorales de la Chine. Au début des années 1950, la valeur de la production pastorale représentait les 2/3 de la production agricole et pastorale totale. Depuis 1994, la production agricole dépasse la production pastorale[57].

En raison de la limitation des terres arables, l’élevage du bétail est l’occupation principale sur le Plateau tibétain, les espèces incluent mouton, vache, chèvre, chameau, yak, âne et cheval.

Le Yack domestique (Bos grunniens grunniens Linnaeus, 1766) est utilisée comme bête de somme (un yak porte environ 130 kg) et comme monture et fournit laine (avec laquelle on confectionne des vêtements et des cordes), cuir, viande (séchée à l’air froid et sec), lait (sous forme nature ou fermentée) et fromage. De plus, ses bouses séchées sont un combustible très utilisé. En Mongolie, le yak est fréquemment croisé avec des vaches, les hybrides sont des dzo et remplacent admirablement bien les yaks aux faibles altitudes. Ils sont utilisés comme animaux de bât et pour les travaux aux champs[58].

Urbanisation d'éleveurs[modifier | modifier le code]

Selon un rapport publié par l’ONG américaine Human Rights Watch en 2007, le gouvernement chinois obligerait les bergers tibétains au Gansu, Qinghai, Sichuan et dans la Région autonome du Tibet à quitter leur activité d’éleveur et à rejoindre les grandes villes[59]. Le directeur pour l’Asie de Human Rights Watch indique que « Certaines autorités chinoises prétendent que leur urbanisation forcée des bergers tibétains est une forme éclairée de modernisation ». La tibétologue Anne-Marie Blondeau indique que ces populations, qui subvenaient à leurs besoins, sont maintenant logées dans les banlieues des grandes villes dans des conditions économiques difficiles[60].

Nomadisme[modifier | modifier le code]

Se basant sur une description des nomades du royaume de Dergé, une étude récente analyse l’économie pastorale tibétaine pré-moderne et l’organisation sociale dans la région du Kham, le Tibet oriental. Il replace de façon convaincante les débats anthropologiques et politiques sur le féodalisme ou le servage dans les sociétés tibétaines dans une perspective des contextes locaux, historiques, et socio-économiques[61].

En 1996, une politique de sédentarisation et une réglementation des libertés des nomades dans la Région autonome du Tibet est mise en place[62].

Sylviculture[modifier | modifier le code]

Ressources forestières[modifier | modifier le code]

Le Tibet est riche en ressources forestières. Il possède 7,17 millions d’hectares de forêt, et les réserves estimées se montent à 2,08 milliards de mètres cubes, soit les plus élevées de Chine. Il y a environ 13 millions d’hectares de terres convenant au reboisement[63]. Ces réserves se trouvent dans le sud, l’est et le sud-est du Tibet. Il y a des forêts alpines, tempérées, subtropicales et même tropicales. La couverture forestière représente 9,8 % du territoire[64].

Déforestation : un phénomène postérieur ou antérieur à 1951 ?[modifier | modifier le code]

Selon Jean-Paul Ribes, président du Comité de soutien au peuple tibétain, en 1949, les forêts recouvraient 222 000 km2, soit près de la moitié de la superficie de la France. En 1989, la moitié de la surface de la forêt était rasée[65].

Selon une étude du World Watch Institute datant de 1998, la déforestation dans le bassin du Yangtsé pour l’ensemble de la Chine atteindrait 85 %[66].

En l’an 2000, on a estimé que 80 à 90 % des forêts qui protégeaient le sol sur les montagnes en amont du bassin du Yangzé Kiang avaient été détruites[67].

En 1997, l’universitaire Laurent Deshayes indique que depuis 1951, l’exploitation industrielle avait « fait disparaître environ 45 % de la surface boisée ». Dans les territoires montagneux, cette déforestation augmente l’érosion des sols, ce qui induit une désertification de vastes régions en particulier dans le Kham. Par ailleurs, le Tibet « étant le réservoir de l’Asie, les conséquences hydrologiques et atmosphériques de ces coupes forestières sont immenses ». Ainsi les crues de plus en plus importantes du Yangtsé, du Haut Mékong et des cours d’eau du nord de l’Inde ont pour origine en partie ces déforestations. Par ailleurs ce déboisement mais aussi la mise en culture des pâturages réduisent les espaces de la faune[68].

Selon Jack Ives et Bruno Messerli[69], cités par Dorothy Klein, le déboisement est une affaire à long terme, il remonte non pas à 1950 mais peut-être à des centaines d'années en arrière, voire un millier d'années. Ils font valoir que les tourbières qui existent et les arbres qui subsistent à haute altitude témoignent du fait qu'il y avait autrefois davantage de forêts au Tibet ; de plus, la société n'aurait pas pu financer la construction d'institutions religieuses aussi nombreuses et aussi grandes si tout le bois avaît dû être importé[70].

Les dégâts du déboisement dans la région de Chamdo, capitale du Kham, dans les années 1940, sont notés par l’opérateur radio Robert W. Ford : les collines étaient nues et érodées, il ne restait que quelques bosquets de sapins[71].

La Chine indique avoir importé du Tibet 18 millions de mètres cubes de grumes en 40 ans. Pendant ces 40 ans, les Chinois estiment le commerce du bois pour la seule région autonome du Tibet, à 54 milliards de dollars[72].

Commerce[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, le Tibet exportait des peaux, de la laine, des produits médicinaux et importait, depuis la Chine, du thé et de la soie, et depuis l’Inde, des produits fabriqués. Ce commerce se faisait au moyen de caravanes de bêtes de somme (yaks, mules, chevaux)[73],[74].

Selon le sociologue chinois Rong Ma, les marchands Han ont joué un rôle important dans le commerce du Tibet et pendant des siècles, les principaux échanges commerciaux se faisaient entre le Tibet et d'autres parties de la Chine. Il cite une estimation faite par le consul général britannique de Chengdu (Sichuan) au début du XXe siècle indiquant que le commerce entre le Tibet et les autres régions de Chine était quatre fois plus élevé que celui entre le Tibet et l'Inde. Pendant des décennies, l'une des trois plus grandes sociétés commerciales du Tibet, la société Retingsang que possédait le régent Reting Rinpoché, contrôla, conjointement avec la société Heng-Sheng-Gong, une société Han établie dans le Yunnan, le commerce du thé entre le Sichuan et le Tibet, soit 10 000 ballots de thé annuellement. Lhassa comptait plus de 2 000 sociétés et magasins de commerce tenus par des Han à la fin de la dynastie Qing[75].

Le commerce entre le Tibet, l'Inde et le Népal était également important. Les marchands tibétains étaient très actifs, faisant venir diverses marchandises des zones Han comme de l'Inde et du Népal. Les comptes des douanes de Yatung indiquent que le tonnage annuel de laine exporté en Inde atteignait 544 tonnes de 1895 à 1898. Plus de 150 magasins à Lhassa étaient tenus par des Népalais dans les années 1940. Enfin, le gouvernement des Indes britanniques avait ses propres agences commerciales à Lhassa et à Gyantse[76]

À la fin des années 1940, à ce que rapporte l’Autrichien Heinrich Harrer, Lhassa recelait nombre de bazars où l’on trouvait de tout, depuis des aiguilles jusqu’aux bottes en caoutchouc, ainsi que des boutiques de mode vendant des tentures et des soieries. Il y avait des magasins d’alimentation où l’on pouvait acheter, outre les produits du pays, du corned-beef (« singe ») américain, du beurre australien et du whisky anglais. On pouvait même se procurer des produits de beauté Elizabeth Arden. Harrer précise qu’il n’y a rien qu’on ne puisse acheter ou du moins commander : machines à coudre, postes de radio, et phonographes[77],[78].

Les nomades du sel, avec leurs longues caravanes de troc de sel pour de l’orge, ont été mieux connus en Occident grâce au documentaire suisse-allemand de 1997, La route du sel[79],[80], et au film multi-primé franco-népalais de 1999, Himalaya : L’Enfance d’un chef.

Industrie[modifier | modifier le code]

Dans le Tibet d’avant 1950, d’après le philosophe et écrivain slovène Slavoj Žižek, l’élite dirigeante empêchait tout développement de l’industrie par crainte d’une disruption de la société, à telle enseigne que tout métal devait être importé d’Inde[81]. Nain Singh (en) qui se rendit au Tibet en 1867-1868 passa par des sites aurifères, certains abandonnés, et d'autres exploités, nommés en tibétain Thok Jalung, Thok Nianmo, Thok Sarlung, Thok Ragyok, Thok dalung, Thok-Bakung, Sarlung ... La carte et la description des mines furent publiées par le colonel Thomas George Montgomerie dans le journal de la société royale de géographie de Londres en 1868 et 1869[82]. Selon le britannique Robert W. Ford qui séjourna à Chamdo à la fin des années 1940, le Tibet était riche en minerais, dont l’or, mais ceux-ci n’avaient jamais été exploités. Un moine nommé Möndro prospecta et creusa à son retour de stage en Angleterre fin 1916 ou été 1917. L'abbé d'une région protesta qu'il aurait risqué de déranger les esprits et de gâter les récoltes. Möndro changea d'endroit et commença à creuser, mais le même phénomène se produisit[83]. Cependant, selon Bradley Mayhew et Michael Kohn le 13e dalaï-lama avait invité des spécialistes britanniques pour effectuer des études géologiques dans certaines parties du Tibet afin d'évaluer les possibilités d'extraction minière[84]. Dans la liste des mesures qu'il avait proposées pour aider le Tibet à garder sa liberté, Sir Charles Bell avait cité l'assistance de la Grande-Bretagne pour faire venir des prospecteurs et éventuellement des ingénieurs des mines. Il recommandait cependant que le gouvernement tibétain en ait la pleine propriété, et qu'il n'engage que des entreprises dignes de confiance pour les exploiter[85]. En 1922, Möndro a poursuivi sa recherche d'or au Tibet avec le Britannique Sir Henry Hubert Hayden (1869–1923) quand l'intervention de ce dernier fut demandé par le gouvernement tibétain pour la prospection de mines au Tibet[86].

Selon Rong Ma, de nombreuses usines ont été créées dans la région autonome du Tibet depuis 1959 mais le développement de l'industrie y a connu une histoire sinuueuse. Le gouvernement s'en est d'abord tenu à la structure industrielle et aux plans de développement en vigueur dans d'autres régions sans tenir compte de la situation locale (rareté des combustibles, coûts de transport élevés, main-d'œuvre locale non qualifiée, etc.), dans une région où, avant 1950, il n'y avait aucune industrie ni infrastructure modernes et où le mode de vie et les habitudes de travail des habitants étaient bien différents de ceux des sociétés industrielles. Si bien que nombre d'usines devinrent rapidement déficitaires financièrement et un boulet pour le gouvernement. La valeur de la production industrielle des entreprises d'État grimpa à 141,7 millions de yuans en 1960 pour redescendre à 11,2 millions en 1968[87].

Toujours selon Rong Ma, non sans quelques rajustements, la valeur de la production industrielle remonta à la fin des années 1980. Par ailleurs, comme dans le reste de la Chine, la propriété des entreprises industrielles connut de grands changements dans sa composition. En 2007, pour une production industrielle brute d'une valeur totale de 5 044 millions de yuans, 35,1 % provenaient des entreprises étatiques, 5,6 % des entreprises en propriété collective et 61,3 % du reste (sociétés privées, coentreprises et sociétés étrangères). L'entreprise privée est désormais la source principale de la croissance de la production industrielle[88].

Selon Vegard Iversen, citant Rong Ma (1997, p. 184), le développement industriel au Tibet a été très limité. En zone rurale, le poids industriel avait une valeur de 1,1 % en 1986, chiffre le plus bas de toutes les provinces chinoises. Ainsi, l'industrialisation limitée du Tibet est-elle pour l'essentiel urbaine. La majorité des travailleurs employés dans l'industrie sont des Chinois, les effets de l'industrie sont donc négligeables sur l'emploi des Tibétains[89].

Selon le Livre blanc illustré publié par le gouvernement central en 2009 à l’occasion du Cinquantenaire de la « Réforme démocratique au Tibet », une industrie moderne aux couleurs tibétaines s’est développée avec pour piliers l’extraction minière, les matériaux de construction, l’artisanat et la médecine tibétaine, et comme auxiliaires la production d’électricité, la transformation des produits de l’agriculture et de l’élevage et la production alimentaire. La valeur ajoutée industrielle a grimpé de 15 millions de yuans en 1959 à 2,968 milliards de yuans en 2008. Le commerce moderne, le tourisme, la restauration, les loisirs et autres industries, inconnues sous l’ancien régime, sont en plein essor et constituent les industries premières de la région[90].

Artisanat[modifier | modifier le code]

Dans les régions agricoles et pastorales, l’artisanat a toujours constitué une occupation familiale auxiliaire. Avant les années 1970, la plupart des produits d’artisanat servaient à l’usage familial, quelques-uns au troc. Dans les années 1950, les artisans spécialisés, concentrés dans les régions urbaines, regroupaient 800 foyers[91].

Selon le sociologue chinois Rong Ma, les principales productions artisanales étaient du tissu tibétain, des tapis, des tentes, des bols en bois, des bottes, des couteaux et des bijoux. En dehors de la laine, du cuir et du bois produits sur place, les autres matières (tissu en coton, soie, métaux, etc.) étaient importées des provinces Han voisines ou de l'Inde et du Népal[92].

L’essor économique de la région autonome permet de faire revivre l’artisanat traditionnel. Selon l’enseignant et écrivain australien Mark Anthony Jones, nombre de Tibétains trouvent désormais, dans la vente d’objets artisanaux et de produits culturels aux touristes, un revenu non négligeable. Ces divers produits rencontrent même le succès auprès des Tibétains eux-mêmes[93].

Créée en 1953, l’usine étatique[94] de tapis de Lhassa est devenue une entreprise moderne dont les produits se vendent en Europe, en Amérique du Nord et en Asie du Sud[95].

Selon Vegard Iversen, en 1989-1990, les exportations de tapis tibétains du Népal atteignaient 74 millions au Népal contre seulement 11 000 dollars pour la Région autonome du Tibet[96].

Environ 2 000 artisans réalisent et vendent [Quand ?] des productions de l’art Regong né le long de la rivière Longwu qui traverse l’actuelle préfecture autonome tibétaine de Huangnan[97].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme au Tibet.
Étal de souvenirs à Lhassa (2007).

Après s’être ouverte aux touristes étrangers en 1979, à ce que rapporte l’historien Pierre Chapoutot, la Région autonome du Tibet en reçut 300 en 1980, 2 000 en 1984 et 28 000 en 1994[98].

Dans la 2e moitié des années 1980, le développement de l'industrie du tourisme, selon Vegard Iversen, a été freiné par la présence de l'État chinois au Tibet. Alors qu'au Népal, les revenus de ce secteur atteignirent plus de 24 % des revenus des échanges extérieurs en 1985-1990, les nombre de touriste étrangers ayant visité le Tibet entre 1985 et 1989 était de 23 000 contre 273 000 en 1991 au Népal, où les revenus de cette industrie étaient de 73 millions de dollars américains[99].

En 2004, le chiffre de visiteurs grimpa à 1,1 million[100], en 2005 à 1,6 million[101]. Après l’achèvement de la Ligne ferroviaire Qing-Zang au mois de juillet 2006, le tourisme augmenta rapidement. La région autonome reçut 2,5 millions de touristes en 2006, principalement chinois, et pour 150 000 d’entre eux, des étrangers[102]. En 2007 le chiffre monta à 4 millions pour resdescendre à 2 246 400 visiteurs en 2008[103] en raison de la fermeture de la région de mars à juin. Entre janvier et juillet 2009, plus de 2,7 millions de touristes visitèrent la région, soit trois fois plus que durant la même période de 2008, indique le Quotidien du Tibet[104], pour un revenu de 2,29 milliards de yuans[105].

En 2010, la région accueillit 6,85 millions de touristes chinois et étrangers, dégageant des revenus de 7,14 milliards de yuan (11 milliards de dollars), soit 14 % de son produit domestique brut[106].

L'année 2011 vit la réalisation du premier office de tourisme à Lhassa. Le coût du projet était de 15,7 millions de yuans (2,29 millions de dollars), pris en charge par les autorités centrales. L'office est situé sur la place de la gare, dans le centre-ville de Lhassa[107].

Pour l'année 2012, à la date du 30 novembre, la région autonome du Tibet a reçu 10,34 millions de visiteurs venant d'autres régions de Chine ou de l'étranger, contre 8,69 millions en 2011. Près de 300 000 personnes sont employées dans le secteur touristique régional[108].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Ringang (Rinzin Dorji), 1938.

Selon un rapport du sénateur Louis de Broissia, « Le Tibet ancien était à peu près complètement dépourvu d’infrastructures économiques. Il suffit de lire les récits des voyages effectués par l’aventurière française Alexandra David-Néel dans la première moitié du XXe siècle pour mesurer l’archaïsme des moyens de communication du Tibet traditionnel, où les durées de trajet se mesuraient en nombreuses semaines »[109]. « Si on allait [au Tibet] du Qinghai ou du Xikang (province disparue située entre le Sichuan et le Tibet) », affirme Li Youyi, « il fallait trois mois au minimum. L’état des routes ne permettait pas aux gens faibles de voyager »[110]. Au milieu du XXe siècle, le Tibet n'avait toujours pas de routes pour véhicules automobiles, de voies de chemin de fer et de lignes aériennes[111].

La construction de routes, de voies ferrées et d’aéroports[112] a permis de désenclaver le pays et a favorisé le développement du tourisme[113], de l’industrie et du commerce dans la région autonome du Tibet. Un oléoduc de plus de 1 000 km de long a même été posé entre Goldmund et Lhassa[114].

Selon Claude Levenson, les investissements mis en avant par le gouvernement chinois servent avant tout à la réalisation des infrastructures afin de relier le Tibet à la Chine et au paiement d’une administration importante[citation nécessaire][38].

Réseau électrique[modifier | modifier le code]

Trabshi Lekhung, 1933
Trabshi Lekhung, 1933

La construction de la première centrale hydroélectrique remonte à 1927. Elle suppléa l’arsenal (Trabshi Lekhung) installé par Ringang à Drapchi, près de Lhassa où était notamment fabriquée la monnaie[115],[116]. Dans son livre My China eye: memoirs of a Jew and journalist, Israel Epstein rapporte que la distribution de l’électricité, souvent irrégulière, ne concernait que le Potala et quelques familles nobles. En 1965, ajoute-t-il, les neuf-dixièmes des foyers de Lhassa disposaient de l’éclairage électrique.

La centrale hydroélectrique de Nagchen, située dans la région de Lhassa a été construite entre 1959 et 1960. Elle fut construite par des prisonniers d'un camp de détention situé à proximité. Affectés par la malnutrition et exténués par un travail harassant, plusieurs d'entre-eux mouraient chaque jour, leurs cadavres étaient jetés dans le fleuve par les gardes. Selon Tubten Khétsun, un des travailleurs du chantier, la centrale fournissait de l'électricité aux unités de travail chinoises, la population ne bénéficiant que d'un éclairage succinct durant près de 10 jours par mois. En hiver et au printemps, quand le niveau d'eau était au plus bas, elle ne fonctionnait pas. L'électrification n'était qu'une fiction[117].

En 1976, le Tibet possédait plusieurs centrales hydro-électriques de taille moyenne alimentant les villes, en plus d’un grand nombre de petites centrales dans les campagnes reculées fournissant de l’électricité aux petites communautés rurales[118].

En 2002, la tibétologue Françoise Pommaret écrit que la richesse hydroélectrique représente 57 % du potentiel de la Chine et des centrales sont construites pour exporter l’électricité vers le sud du pays[119].

L’autosuffisance hydroélectrique est programmée pour la fin de l’année 2010 au plus tard, avec une puissance installée de 500 MGW. En raison de la dispersion de l’habitat sur le haut plateau, on compte sur l’énergie solaire pour élargir l’accès à l’électricité au 1 million d’habitants qui ne sont pas encore couverts[120].

La plus grande centrale solaire de la région autonome est entrée en service en juillet 2011. Située à 3 km au nord-ouest de la ville de Xigaze, dans la préfecture du même nom, elle devrait produire jusqu'à 20,23 millions de kWh par an et permettre d'y atténuer la pénurie d'électricité, en plus d'économiser 9 000 tonnes métriques de charbon. Le financement a été assuré par le groupe Linuo Power, fournisseur de panneaux solaires voltaïques ayant son siège dans la province de Shandong[121]. En 2011, il est prévu de construire 10 centrales solaires (dont celle de Xigaze) produisant en tout 100 mégawatts. L'énergie du soleil est très largement utilisée par les foyers tibétains : il y a 400 000 réchauds solaires, 200 000 foyers éclairés à l'énergie solaire[122].

En 2011, a été raccordée au réseau la centrale photovoltaïque de Yangbajing, située dans le comté de Dangxiong à 90 km au nord-ouest de Lhassa, dans la région autonome du Tibet. Elle a une capacité de 10 mégawatts[123].

À la fin de l'année 2011, dans la région autonome du Tibet, près de 500 000 Tibétains, soit un cinquième de la population, n'ont pas accès à l'électricité. Les autorités chinoises envisagent de combler ce retard d'ici la prochaine décennie [124].

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

Ligne ferroviaire Qing-Zang (2007)
Gare ferroviaire de Lhassa (vers 2009)
Article détaillé : Ligne ferroviaire Qing-Zang.

Le 1er juillet 2006, Hu Jintao a inauguré le premier train pour Lhassa à la gare de Golmud, dans la préfecture autonome mongole et tibétaine de Haixi de la province du Qinghai. Cette nouvelle ligne ferroviaire relie le Tibet au reste de la Chine, mettant Pékin à deux jours de train[125]. Grâce à elle, 4 561 km sont franchis pour environ 80 Euros.

Depuis septembre 2010, une extension de la ligne Qing-Zang jusqu'à Xigaze est en cours de construction et devrait être achevée d'ici 2015 selon la commission de développement et de réforme régionale. Longue de 253 kilomètres, cette extension traversera cinq comtés. Elle est conçue pour transporter 8,8 millions de tonnes de fret annuellement et permettre aux trains de rouler à la vitesse minimale de 120 km/h. Un autre prolongement est prévu entre Lhassa et Nyingchi dans les cinq prochaines années[126].

Réseau routier[modifier | modifier le code]

L'absence de véhicules à roues pour le transport[modifier | modifier le code]

Véhicule au Tibet (1933)
Carrioles à pneumatiques (2002).

Edmund Candler, William Montgomery McGovern, Heinrich Harrer, Robert W. Ford, qui séjournèrent au Tibet à diverses périodes de la première moitié du XXe siècle, signalent dans leurs mémoires que l’usage de la roue y était inconnu dans les moyens de transport.

Selon Edmund Candler, les premiers véhicules à faire leur apparition au Tibet furent les charrettes (ekkas) construites spécialement pour le corps expéditionnaire britannique en 1904[127].

L’aventurier américain William Montgomery McGovern, qui voyagea au Tibet en 1922, rapporte que l’usage de véhicules à roues était certes impossible pour traverser les cols mais restait inconnu partout au Tibet[128].

L’Autrichien Heinrich Harrer déplorait que la roue soit interdite au Tibet alors que les Chinois l’utilisaient depuis des milliers d’années. Son usage, argumentait-t-il, donnerait une impulsion considérable au transport et au commerce et entraînerait une élévation du niveau de vie dans tout le pays[129]. (De retour au Tibet en 1982, il constate que les paysans disposent désormais de carrioles à roues de bicyclettes)[130].

De même, l’Anglais Robert W. Ford constatait qu’il n’y avait aucun véhicule sur roues, pas même des charrettes tirées par des animaux, ni aucune route digne de ce nom[131].

Lorsqu'il quittait sa résidence d'hiver, le palais du Potala, pour passer l'été au parc de Norbulingka, le 14e dalaï-lama se déplaçait dans un palanquin jaune, tapissé de soie, porté par trente-six porteurs et abrité du soleil par un moine portant une vaste ombrelle en plumes de paon[132]. Cette chaise à porteurs est conservée aujourd'hui au Norbulingka, dans le nouveau palais d'été construit de 1954 à 1956.

Les moyens de locomotion à la fin du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Traversée d'une passerelle en bois par un convoi de mules (1938)

Dans un livre publié en 1886, l’orientaliste français Léon Feer évoquait en ces termes les « moyens de locomotion » au Tibet à cette époque :

« Les routes sont fort peu entretenues au Tibet ; surtout elles présentent fréquemment des passages très difficiles dans les montagnes et traversent des fleuves et des torrents ; les chutes de neige viennent souvent accroître les obstacles. On ne fait pas grand usage de voitures ; les voyages s’exécutent surtout à dos de cheval, d’âne et de mulet ; les moutons et les yaks portent les bagages. Quand la neige a rendu les chemins impraticables, on envoie des yaks en avant pour la piétiner et frayer un sentier. Les précipices et les fleuves se traversent au moyen soit de bacs, soit de ponts. Les ponts sont de plusieurs espèces ; il y en a en fer, en bois, en corde »[133].

Objections à l'établissement de routes en 1904[modifier | modifier le code]

Dans son récit des pourparlers ayant conduit au traité de Lhassa de 1904 à la suite de l’invasion du Tibet par l’armée britannique, le journaliste militaire Edmund Candler évoque les raisons avancées par l’assemblée nationale tibétaine dans sa première réponse en opposition notamment au percement de routes exigé par la partie britannique : les tirs de mines et le soulèvement du sol offenseraient les dieux et attireraient des ennuis au voisinage [134].

Les premières autos et motos[modifier | modifier le code]

En 1925, le 13e dalaï-lama, qui lança au Tibet une campagne de modernisation, confia le département gouvernemental regroupant la monnaie, l’arsenal et la production électrique à Thupten Kunphel-la, un moine issu d’une famille d’humbles paysans. Adepte de la modernité, Kunphel-la importa au Tibet les premières automobiles, une Dodge et deux petites Austin[135].

Selon Dundul Namgyal Tsarong, le 13e dalaï-lama possédait trois voitures et envisageait la construction de routes[136]. D'autres sources précisent que 2 voitures lui furent offertes, une Austin Baby 1927 et une Dodge orange[137], tandis qu'une troisième, une Austine A40, appartenait à Thupten Kunphel-la[138]. Après la disparition du 13e dalaï-lama en 1933, Reting Rinpoché, lui aussi favorable à la modernisation, devint régent. Il possédait plusieurs motocyclettes, et de jeunes tibétains en importèrent sous sa régence[139][réf. insuffisante]. Cependant, en 1943, le nouveau régent, Taktra Rinpoché, un conservateur opposé à la modernisation, interdit l’usage des motocyclettes et des vélos[139]. Le régent et le clergé conservateur croyaient que les roues des véhicules laisseraient des cicatrices à la surface sacrée de la terre[140].

Le désenclavement de la région[modifier | modifier le code]

Proposition par Sun Yat-sen d'un réseau de chemin de fer couvrant toute la Chine, Tibet et Mongolie compris (1917–1920)

Selon Zhao Zongzhi et Jia Lijun, avant les années 1950, il n’existait aucune route véritable sous le 14e dalaï-lama, en dehors de la route de terre longue d’un kilomètre reliant le palais du Potala à la résidence d’été du Norbulingka[141].

Le désenclavement routier du Tibet fut entrepris par le gouvernement chinois dès le début des années 1950. Une première route reliant le Sichuan à Lhassa fut ouverte officiellement le 24 décembre 1954. Longue de 2 400 km, elle nécessita quatre années et neuf mois de travaux[142]. Le même jour vit l’inauguration d’une route reliant Xining, la capitale du Qinghaï, à Lhasa, la capitale du Tibet. Longue de quelque 2 000 km, elle fut baptisée « route de la liberté »[143]. Le premier convoi de camions chinois atteignit Lhassa le jour de Noël 1954[144].

Ces deux premières routes, construites par l’Armée populaire de libération et des Tibétains, marquèrent un tournant pour les transports en raccourcissant les distances entre la région et le reste du pays et vinrent à être connues sous l’appellation de « ponts dorés »[145].

Une 3e grande voie de communication fut ouverte en octobre 1957, reliant le Xinjiang au Tibet en passant par l’Aksaï-Chin et couvrant 1 200 km. Grâce à ces nouvelles routes, le prix du thé chinois, une des denrées quotidiennes des habitants, baissa des deux tiers en deux ans. Un camion pouvait désormais transporter en deux jours la même quantité de marchandises que soixante yaks en douze jours[146].

Selon Adhe Tapontsang, certains Tibétains croyaient que ces routes seraient un avantage, mais la plupart savaient qu’elles serviraient bien plus au déploiement rapide de l’équipement et des troupes chinoises dans l’ensemble du Tibet. La route reliant Lhassa à Xikang, passant par Dartsedo et Karze, fut construite par des Chinois de Chengdu et d’autres villes du Sichuan, la plupart enrôlés de forces, certains étaient des prisonniers, des anciens du Guomindang. Le mal des montagnes et les dures conditions de travail entraînèrent de nombreuses morts, et les survivants devinrent les premiers colons chinois vivant dans un Tibet sous régime communiste. Des Tibétains de Minyak ou d’autres régions entre Dartsedo et Nyarong furent embauchès pour travailler sur des chantiers séparés des Chinois. Bien payés au départ, ils virent leurs salaires diminués subitement de façon importante après l’arrivée des nouvelles unités de l’Armée populaire de libération. Comme ils refusaient de poursuivre dans ces conditions, on tenta de les convaincre de reprendre le travail, puis on les menaça de représailles, certains disparurent : ils furent déplacé plus au nord, à Golmud[147].

La situation dans les années 2000[modifier | modifier le code]

À la date de 2003, 41 302 km de routes avaient été construits. La région possédait 5 nationales, 14 régionales et 6 qui s’entrecroisent. En plus des 3 200 km de routes asphaltées, il y avait désormais 32 195 km de voies rurales reliant quelque 683 communes et 5 966 villages[148].

Le 15 janvier 2009, la Chine avait annoncé la construction de la première autoroute du Tibet, un tronçon de 37,9 kilomètres de route dans le sud-ouest de Lhassa. Le projet devait coûter 1,55 milliard de yuans (227 millions de dollars)[149]. Ouverte en juillet 2011, cette autoroute relie Lhassa à l'aéroport de Gonggar dans la préfecture de Shannan. Elle a 4 voies et un éclairage d'origine solaire[150]. Il y a 216 478 automobiles au Tibet en 2011[151].

Aéroports[modifier | modifier le code]

Salle d'embarquement de l'aéroport de Gonggar (2011)

Le premier aéroport à être construit au Tibet fut celui de Damxung en 1956. En 2011, la région autonome compte cinq aéroports civils : Lhassa Gonggar, Chamdo Bamda, Nyingchi, Shigatse et Ngari Gunsa.

L’aéroport de Gonggar est un aéroport domestique et international desservant la ville de Lhassa. Il est situé à environ 45 km de Lhassa et à plus de 3 500 m d’altitude. L’aéroport de Chamdo Bamda (ou Bangda) se trouve dans la préfecture de Chamdo, à 4 334 m d’altitude. L’aéroport de Nyinchi se trouve dans le sud-est du Tibet, à 2 949 m d’altitude. L'aéroport de la Paix se trouve dans le comté de Jangdan, dans la préfecture de Shigatse, à 45 km de Shigatse et à 3 783 mètres d'altitude[152]. L'aéroport de Ngari Gunsa se trouve dans la préfecture de Ngari, à 4 500 m d'altitude.

Tibet Airlines[modifier | modifier le code]

En juillet 2011, le transporteur Tibet Airlines, sis à Lhassa, a réceptionné le premier d'une commande de trois A 319 d'Airbus. La compagnie aérienne veut créer un réseau régional couvrant l'ensemble des aéroports civils de la région autonome[153]. En février 2012, Tibet Airlines a inauguré trois nouvelles lignes reliant la ville de Nyinchi au Tibet respectivement à Lhassa, Chengdu (Sichuan) et Chongqing (Sichuan)[154].

La poste[modifier | modifier le code]

Lors de l’indépendance de facto du Tibet et jusqu’à 1959, le Tibet avait un système postal. Dans ses mémoires, Heinrich Harrer mentionne l’existence de timbres tibétains. Ils ont cédé la place à des timbres chinois.

La monnaie[modifier | modifier le code]

Un billet de banque de 25 tam, daté 1659 (= AD 1913) (verso)

Le Tibet indépendant de facto avait sa propre monnaie (billets et pièces)[155]. Elle était fabriquée dans un hôtel de la monnaie construit dans les années 1920[156] et fonctionnant à l’électricité d’une petite centrale électrique construite à la même époque[157]. La monnaie tibétaine a cédé la place à la monnaie chinoise[158],[159].

Les télécommunications[modifier | modifier le code]

Le téléphone n'est devenu accessible au public qu'à partir de la fin des années 1950[160].

En 1994, la moitié des comtés du Tibet chinois étaient équipés de lignes téléphoniques (28 000 en tout) permettant aux Tibétains d'appeler partout dans le monde[161].

Aujourd'hui, les téléphones portables au Tibet sont dotés de l'écriture tibétaine[162].

Essor économique (2000-2010)[modifier | modifier le code]

Le chemin de fer le plus élevé du monde.

Les chiffres[modifier | modifier le code]

Depuis 2001, Pékin a dépensé 45,4 milliards de dollars au développement économique de la région autonome du Tibet. Cela a eu des effets bénéfiques sur la croissance économique, le niveau de vie, les infrastructures, et s’est traduit par un accroissement à deux chiffres du produit intérieur brut de 2001 à 2009. Un tiers de cette somme est allé à des investissements dans les infrastructures, notamment le train reliant Pékin à Lhassa, lequel a fait baisser le prix des produits industriels et ménagers pour les Tibétains tout en favorisant la vente des produits tibétains dans le reste de la Chine. Le tourisme a fait un bond, passant à 5,5 millions de visiteurs en 2009[163].

Selon le bureau national des statistiques de Chine, en 2001, le PIB du Tibet était 13,9 milliards de yuans[164]. Le gouvernement central chinois exempte le Tibet de toute taxation et fournit 90 % des dépenses du gouvernement du Tibet[165].

Selon le Président de la région autonome du Tibet, Qiangba Puncog, l’économie du Tibet se serait accrue en moyenne de 12 % par an de 2000 à 2006. Le PIB par personne a atteint 10 000 RMB en 2006 pour la première fois de l’histoire du Tibet[102].


Un mode de vie en mutation[modifier | modifier le code]

Bouilloire solaire pour le thé (1993).

Selon Xu Mingxu et Yuan Feng, la vie des Tibétains change, les ampoules remplacent les lampes au beurre, la cuisine se fait au gaz et non plus à la bouse de yak. Les gens se déplacent en bus, en voiture, à moto, à vélo, en avion, ils disposent des attributs de la modernité que sont le téléphone, la télévision, l’eau courante. L’ordinateur et l’Internet font leur entrée dans les écoles, les entreprises, les services sociaux et les administrations. Les enfants, les gens d’âge mûr et même les anciens aiment à regarder la télévision chez eux, se rendant moins souvent qu’autrefois dans les temples[166].

Les ombres au tableau[modifier | modifier le code]

Un des points de vue des exilés tibétains est que « l’exploitation des ressources tibétaines financée par l’État vise principalement à soutenir l’industrie chinoise, et non pas à favoriser le développement durable du Tibet ». Par ailleurs les revenus des populations urbaines sont cinq fois plus élevés que les revenus des populations rurales, les plus faibles de la République populaire de Chine, celles-ci concernent 85 % de la population tibétaine. La culture tibétaine avec l’industrie du tourisme, devrait devenir « une marchandise adaptée aux besoins de l’économie socialiste de marché »[167].

Selon Claude Levenson, un phénomène récent et nouveau est apparu dans les villes avec la mendicité enfantine, phénomène explicite concernant la situation économique du Tibet[38].

Selon Kent Ewing, journaliste de Asia Times Online, l’évolution économique actuelle du Tibet est critiquée pour la manière dont elle « avantage de fait les résidents chinois » et pour les atteintes à l’agriculture et l’écologie de la région[168].

À voir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes et sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Rising above the Snow-Covered Plateau, Permanent Mission of the People’s Republic of China to the UN, 14-10-2003 : « Before the 1950s Tibet had no industry except for a 92-kilowatt hydropower station in Lhasa, a small armaments factory and a small mint ».
  2. (en) Slavoj Žižek, Tibet: dream and reality, sur le site mondediplo.com (édition anglaise du Monde diplomatique), mai 2008 : « Facing social unrest and disintegration, the ruling elite prohibited any development of industry, so all metal had to be imported from India ».
  3. a et b Andrew Martin Fischer, L’économie politique de l’« aide boomerang » dans la Région autonome du Tibet, suivi de Débats sur la population au Tibet [PDF], traduit par Laure Courret, Perspectives chinoises, 3, 2009 .
  4. (en) Tibet’s GDP has an average annual growth of 8.9 percent, Illustrated White Paper: Fifty Years of democratic Reform in Tibet, sur le site chinahumanrights.org : « There was no modern industry in old Tibet. Now, a modern industrial system with Tibetan characteristics has formed, with mining, building materials, folk handicrafts and Tibetan medicine as pillar industries, and power, farming and animal product processing and foodstuffs as supplement. The industrial added value skyrocketed from 15 million yuan in 1959 to 2.968 billion yuan in 2008. Modern commerce, tourism, catering, entertainment and other industries that had never been heard of in old Tibet are now booming as primary industries in the region. »
  5. Sur la crise tibétaine par Jean-Luc Domenach (2008).
  6. Présentation géographique.
  7. Note : soit cinq fois la superficie de la France.
  8. Goldstein et Beall 1989, cité par Vegard Iversen, op. cit.
  9. Vegard Iversen, Le Tibet est-il chinois ? Ouvrage collectif dirigé par Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, ed. Albin Michel, coll. Sciences des religions 2002 (ISBN 2226134263), p. 300-333
  10. Chronologie de l’histoire du Tibet et de ses relations avec le reste du monde par Jean Dif.
  11. Sept ans d’aventures au Tibet, Arthaud, 1953, p. 184.
  12. (en) Tibet before the Chinese Revolution, sur le site Lalkaronline : « The backwardness was such that even the wheel was not in use in Tibet. »
  13. (en) Heinrich Harrer, Seven Years in Tibet, with a new epilogue by the author. Translated from the German by Richard Graves. With an introduction by Peter Fleming, First Tarcher/Putnam Hardcover Edition, 1997 (ISBN 0-87477-888-3) : « In Tibet, as in most other places, beggars are a public nuisance. (…) Many beggars have horrible diseases that deserve sympathy, but they exploit their difformities by thrusting them on the notices of the passerby ».
  14. (en) Li Sha, Department of Social Sciences, Shenyang University, Contribution of "Abolishment of Serf System" in Tibet, Human Rights Campaign - In Memory of the fiftieth Anniversary of Democratic Reform : « The south of the Jokhang Temple was a beggar village called "Lu Bu Bang Cang", and surroundings of Ramoche Temple were assembly places of beggars. The number of beggars at that time almost reached over three to four thousand, which accounted for one tenth of population in the city ».
  15. (en) Tenzin Tsundue, Shakabpa's Passport Recovered, Phayul.com, 1er avril 2004
  16. (en) Shakabpa, Tsepon Wangchuk Deden (4e druk 1988) Tibet: A Political History, Potala Publications, New York, ISBN 0-9611474-1-5, pag. 294-295
  17. (en) Jeremy Page, Crumpled passport ‘proves’ Tibet independence claim, The Times, 23 juin 2007.
  18. (en) Ngapoi recalls the founding of the TAR, www.chinaview.cn, 2005-08-30 : « March 10, 1959 Armed rebellion broke out in Lhasa » (traduction : « la révolte armée ddu 10 mars 1959 éclata à Lhassa »).
  19. (en) Jiawei Wang, Nyima Gyaincain, The Historical Status of China's Tibet, Chapter IX - Tibetan People Acquired Ultimate Human Rights Through Quelling of Rebellion and Conducting the Democratic Reform : « (1) Putting Down the Armed Rebellion. »
  20. (en) June Teufel Dreyer, Economic Development in Tibet Under the People's Republic of China, in Contemporary Tibet: politics, development and society in a disputed region, Barry Sautman, June Teufel Dreyer (eds.), M. E. Sharpe, 2006, 360 p. (ISBN 0765613573 et 9780765613578), pp. 129-&51, en part. p. 131 : « The failure of a rebellion against Chinese rule in March 1959 began the second stage of economic development under the PRC. [...] The Chinese government declared that, since the local government of Tibet had broken the 1951 agreement, Beijing was no longer obliged to postpone reforms. It proceeded to enact them. According to official sources, the institution of what it described as democratic reforms led to huge increases in the production of virtually all goods. »
  21. (en) Jiawei Wang, Nyima Gyaincain, The Historical Status of China's Tibet, Chapter IX - Tibetan People Acquired Ultimate Human Rights Through Quelling of Rebellion and Conducting the Democratic Reform, (2) Democratic Reform : « On March 22, 1959, the Central Government put forward a policy of "conducting reform while quelling the rebellion, first in areas witnessing rebellion and second in other areas." It stressed that the system of feudal possession must be abolished, but in different ways. The property of serf owners who participated in the rebellion must be confiscated and distributed to peasants; that of those who did not participate could be redeemed. In mid-April, Chairman Mao said a buying-out policy could be adopted toward serf owners who did not take part in the rebellion during the Democratic Reform in Tibet. In May, the Central Government approved the policies submitted by the Tibet Work Committee. According to them, the Democratic Reform in Tibet would be carried out in two stages. The first step would concentrate on "Three Against and Two Reduction" movement against rebellion, ula and slavery, and for the reduction of rent and interest charges. The second step would focus on distribution of land. »
  22. (en) Rong Ma, Population and Society in Tibet, Hong Kong University Press, 2010, 350 p., p. 157 : « In the 10 years to 1975 the commune system was gradually established in most rural areas in the TAR (Lhapa Phuntso, 1984:455-459). »
  23. (en) Rong Ma, Population and Society in Tibet, 2010, 350 p., p. 158 : « During the Cultural Revolution, industrial production and other economic activities in the TAR and other parts of China were seriously curbed and even halted. The situation started to change when the Gang of Four was arrested in 1976, soon after Chairman Mao's death. »
  24. (en) Rong Ma, Population and Society in Tibet, Hong Kong University Press, 2010, 350 p., p. 158 : {{Citation étrangère|lang=en|When Deng Xiaoping returned to power in 1978, the situation started to change and China entered a new era of "system reform and opening up". During the reform area, when communes disintegrated and private business became legal and even encouraged in the early 1980s, Tibetans, like other groups, benefited from the new policies (Goldstein and Beall, 1990).
  25. Pierre-Antoine Donnet, Tibet mort ou vif, Édition Gallimard, 1990, nouv. éd. augmentée 1993, (ISBN 2070328023), p. 155 : « Jigmé Ngapo, témoin privilégié des débats internes derrière les paravents du pouvoir dans la capitale chinoise, se souvient de la réaction de Hu Yaobang et de son second, le vice-Premier ministre Wan Li, quand ils découvrirent avec épouvante dans quelle détresse le Tibet était plongé. « Quand Hu Yaobang et Wan Li se rendirent au Tibet, ce qui les choqua le plus fut la pauvreté. » (…) « Hu Yaobang a dit quelque chose que personne n’avait jamais osé dire en Chine : "Ceci, c’est du colonialisme à l’état pur" » »
  26. L’express international - Google Livres.
  27. Visite de Hu Yaobang au tibet en 1980
  28. L’impasse au Tibet.
  29. Yves Kernöac’h, Médias en 1993, in Tibet, l’envers du décor, O. Moulin (ed.), Olizane, Paris, 1993, p. 227-248 (ISBN 2-88086-130-6). « Conséquences directes de la grande ouverture à la Chine, une hausse des prix vertigineuse (y compris dans les campagnes pour le grain, l’essence et les engrais), le chômage, la corruption généralisée et, surtout, l’immigration han s’imposent comme autant de plaies sur la société tibétaine. Après le mieux être général du début des années 80, elles viennent à nouveau apporter un carburant social à la contestation nationaliste. »
  30. (en) Robert Barnett, Chen Kuiyuan and the marketisation of policy in Alex McKay éd., Tibet and Her Neighbours : A History, London, Édition Hansjörg. Mayer, 2003, p. 229-239 « Significantly, it was in Chen’s writings that we can find the most explicit justifications of the use of economy as control. »
  31. Vegard Iversen op. cit., p. 300-333
  32. Vegard Iversen op. cit. p. 307 et 319
  33. Une ONG chinoise remet en cause la version officielle sur la révolte tibétaine de 2008, article reproduit par Briançon-Urgence-Tibet.
  34. (en) Gov.cn, février 2007 : Bureau national des statistiques de Chine.
  35. Quelle solution politique pour le Tibet ?, rapport présenté par M. Louis de Broissia, sénateur, série Relations interparlementaires France-Tibet, 2006, III Le développement du Tibet : lumières et ombres : « La mesure de la croissance économique du Tibet depuis son annexion à la Chine se heurte à l’absence de séries statistiques continues et homogènes. Le régime antérieur ignorait les bases mêmes de la macroéconomie et de la comptabilité nationale, tandis que le régime actuel ne se risque pas à avancer des chiffres pour la période troublée des années 1950 à 1970. En pratique, les données disponibles remontent rarement au delà du mouvement « d’ouverture et de réforme » initié à partir de 1978 par Deng Xiaoping ».
  36. Vegard Iversen, op. cit. p. 326
  37. Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, Le Tibet est-il chinois ?, page 332 ;  éd. Albin Michel, coll. Sciences des religions, 2002 (ISBN 2226134263).
  38. a, b et c Source : Tibet : un peuple en sursis, Texte de Claude B. Levenson avec des photos de Pierre-Yves Ginet, Actes Sud, 2000, p. 53 et suivantes.
  39. Quelle solution politique pour le Tibet, op. cit., III Le développement du Tibet : lumières et ombres.
  40. (en) Israel Epstein, My China Eye: Memoirs of a Jew and Journalist, Long River Press, 2005, 358 p. 273.
  41. Susette Cooke, La culture tibétaine menacée par la croissance économique, in Perspectives chinoises [en ligne], 79 | septembre-octobre 2003, mis en ligne le 2 août 2006, consulté le 11 avril 2011 : « Même si l’exploitation des ressources est de plus en plus ouverte aux investisseurs privés, les ressources restent propriété de l’Etat, conformément à la Constitution, ce qui prive la région d’actifs importants. »
  42. Jacques Henno, L'uranium du Tibet : un enjeu pour Pékin, 4 avril 2008.
  43. Les Amis de la Terre, Case 3: China/Tibet, p. 3.
  44. (en) Rich Resources to Open Qaidam Basin to Multiple Industries, China Internet Information Center, juillet 2002.
  45. Richesses minérales du Qaidam Actions pour le développement et l’étude du Qinghai, août 1998.
  46. Roland Barraux, Histoire des Dalaï-Lamas: quatorze reflets sur le Lac des Visions, 1993, p. 334 : « Comme dans le passé, l'arrivée massive de consommateurs pesa sur le marché fragile des denrées alimentaires; les Tibétains connurent l'inflation »
  47. Thomas Laird, Une histoire du Tibet : Conversations avec le dalaï-lama, Christophe Mercier, Plon, 2007, (ISBN 978-2-259-19891-2), p. 319.
  48. (de) Horst Südkamp, Breviarium der tibetischen Geschichte, Opuscula Tibetana, Éditeur Tibet-Institut, 1998, p. 191 : « Die ersten Kollektivierungsversuche der Landwirtschaft wurden in Angriff genommen, die allerdings in Kham sofort auf Widerstand stießen und der Besatzungsmacht den Vorwand lieferten, das 17-Punkte Abkommen zu brechen. Es wurden 40.000 chinesische Bauern in Tibet angesiedelt ».
  49. (en) 4.1 Development imperatives: economic development and population transfer, Population transfer.
  50. (en) Pradyumna P. Karan, The new Tibet, in Focus on Geography, American Geographical Society, vol. 52, no 2, p. 7-13, 22 septembre 2009 : « According to Chinese sources, in the fall of 1960, land certificates were granted to 200,000 farmers, giving them long-term rights of land use and independent management. Tibetan herdsmen were also granted long-term ownership of livestock and independent management ».
  51. Laura S. Ziemer, Application in Tibet of the Principles on Human Rights and the Environment : « The Tibetans’ traditional crop is barley, which is well suited to the short growing season and the harsh, high-altitude conditions of the Tibetan plateau. China, however, required the communes to grow hybrid wheat varieties, often referred to as “winter wheat,” a crop ill-suited to Tibet and dependent on intensive application of artificial fertilizers and pesticides.[129] The program’s results proved disastrous. Tibet experienced two intense periods of widespread famine—the first ever in over 2000 years of recorded Tibetan history—from 1961 to 1964 and again from 1968 to 1973 during the Cultural Revolution.[130] »
  52. (en) Tsering Shakya, The Dragon in the Land of Snows, Columbia University Press, 1999 (ISBN 978-0712665339), p. 310 : « They had to follow centrally determined targets and were under pressure to meet state targets set by the higher authority, with production decisions being made by government officials: the communes themselves did not even have the authority to decide what crop to plant. This led to pressure to grow wheat rather than traditional barley, in line with the need to minimise the import of wheat from China to feed the military and the Chinese cadres living in Tibet. »
  53. (en) Rolf Stein, Tibetan Civilization, Stanford University Press, 1972 (ISBN 0-8047-0806-1).
  54. Laurent Deshayes Histoire du Tibet, Fayard 1997, p. 369, (ISBN 978-2213595023).
  55. (en) Railway and China’s Development Strategy In Tibet, A Tale of Two Economies [PDF], Tibetan Centre for Human Rights & Democracy, 2007 (ISBN 8188884243) : « Compulsory Purchase of Fertilizer:
    The enforcement for the Tibetan farmers to increase the wheat production lands them in problem since the cultivation of winter heat requires concentrated applications of fertilizer. Moreover, it is compulsory for Tibetan farmers to buy fertilizers according to some of [the] testimonies documented by TCHRD.
    The heavy concentrated applications of fertilizer degrade the natural fertility of the soil and hence soil loses its natural nutrition, thus resulting in a decline of harvest each following year.
    There are also many cases of Tibetan farmers unable to pay back the price of fertilizers due to their growing poverty
     »
    .
  56. Qu’y a-t-il derrière les émeutes au Tibet ?, site Europe solidaire sans frontières, 1er avril 2008.
  57. (en) Wang Wenchang et Lha Can, L’économie du Tibet, Collection Tibet, Chine Intercontinental Presse, 2004, 121 p. (ISBN 7508505670.[à vérifier : ISBN invalide]), p. 4.
  58. (fr) Le yak : animal de survie de l’Himalaya.
  59. (fr) Les bergers tibétains contraints de rejoindre les villes, sur le site de Human Rights Watch. Ce rapport s’appuie sur des entretiens menés de juillet 2004 à décembre 2006, avec environ 150 Tibétains anonymes provenant des zones directement touchées.
  60. (fr) Anne Marie Blondeau.
  61. (en) Rinzin Thargyal, Nomads of eastern Tibet : social organization and economy of a pastoral estate in the kingdom of Dege, edité par Toni Huber.
  62. Vegard Iversen, op. cit. p. 322
  63. (en) Matchmaking Symposium for FDI in China.
  64. (en) Kezia Dewi, Why Tibet is important to China, sur le site Confucius Institute, 23 mars 2009.
  65. Jean-Paul Ribes, Préserver l’écosystème le plus vaste d’asie, GEO, Tibet, no 186, août 1994 (p. 98-99) : « En 1949, les forêts séculaires couvraient 222 000 km2. En 1989, ce chiffre serait tombé à 134 000 km2, un peu plus de la moitié (…) Ces forêts ont été massivement dévastées par des coupes « à nu » particulièrement redoutables lorsqu’elles touchent les vallées pentues (…) Ce sont essentiellement les troupes d’occupation chinoises, qui, en utilisant la main-d’œuvre fournie par les camps de travail, sont à l’origine de la coupe de près de 2,5 millions de mètres cubes de bois pour une valeur de plus de 54 milliards de dollars. Conséquences : une disparition irréversible des couches d’humus dans les régions pentues, l’extinction de certaines espèces de la flore et de la faune, l’embourbement des fleuves dont les crues ne sont plus régulées, une exposition sans écran aux fortes variations de température. »
  66. (en) Lester R. Brown et Brian Halweil, The Yangtze flood: the human hand, local and global, World Watch Institute, 13 août 1998 : « To begin with, the Yangtze river basin, which originates on the Tibetan Plateau, has lost 85 percent of its original forest cover ».
  67. (en) Qian Ye et Michael H. Glantz, The 1998 Yangtze Floods: The Use Of Short-Term Forecasts In The Context Of Seasonal To Interannual Water Resource Management [PDF].
  68. Laurent Deshayes Histoire du Tibet, Fayard 1997, p. 368 et 369, (ISBN 978-2213595023).
  69. (en) The Himalayan Dilemma, Routledge, 1989, pp. 53-60 et 227.
  70. (en) Dorothy Stein, People who counts, Earthscan, 1995, 238 pages, pp. 187-188 : « These authors argue that, contrary to general belief, the Himalayan ecology is not going into supercrisis, even in Tibet. Deforestation has been a long-term affair, not just since 1950, but may stretch back hundreds or even over a thousand years. They point out that peat deposits, and still surviving trees at high altitudes indicate there were formerly more forests in Tibet, and besides, the society could not have supported the building of so many large religious institutions if all the wood had to be imported. »
  71. (en) Robert Ford, Captured in Tibet, Oxford University Press, 1990 (ISBN 019581570X), p. 7 : « Nearer Chamdo the hills were bare and eroded, and only a few clumps of firs had escaped deforestation ».
  72. Françoise Pommaret, Le Tibet : Une civilisation blessée, Découverte Gallimard, 2002, p. 120 et suivantes.
  73. (en) The Columbia Electronic Encyclopedia, 6e édition sur le site infoplease.com : « Traditionally, goods for trade, particularly foreign trade, were carried by pack trains (yaks, mules, and horses) across the windswept plateau and over difficult mountain passes. In exchange for hides, wool, and salt there were imports of tea and silk from China and of manufactured goods from India ».
  74. (en) Wang Zhengxing, Towards Sustainable Agriculture in a Marginal Area. A Case Study in Tibet [PDF] : « Dans le passé, le gros du commerce (ou du troc) consistait à importer du sel et du thé et à exporter des produits médicinaux et du bétail ».
  75. (en) Rong Ma, Population and Society in Tibet, Hong Kong University Press, 2010, 350 p., p. 143 : « Han merchants played important roles in Tibet's trade. For centuries, Tibet major economic exchange had been between Tibet and other parts of China. An estimate made by a British consul-general in Chengdu in the early 20th century suggested that trade between Tibet and other parts of China was four times that between Tibet and India. [...]. Retingsang was a company owned by regent Reting Rempoche, one of the three largest trading companies in Tibet (Goldstein, 1989a:331). For decades it and a Han company, Heng-Sheng-Gong (from Yunnan Province), together controlled the tea trade between Sichuan and Tibet, managing to move some 10,000 packages annually (Chen Xunzhou et al, 1988:53). There were more than 2,000 Han-owned trade companies and stores in Lhasa in the late Qing Dynasty (Hong Dichen, 1936:43). »
  76. Rong Ma, op. cit., p. 143 : « Trade between Tibet, India and Nepal was also important. Tibetan merchants were also very active. They brought various goods from Han areas as well as from India and Nepal. The Yatung customs records indicate that the annual export of wool to India reached 544 tons from 1895 to 1898 (Huang Wangun, 1982:49). Meanwhile, more than 150 stores in Lhasa were owned by Nepalese in the 1940s (Wu Zhongxin, 1953:112). The British-Indian government had its trade agencies in Lhasa and Gyantse. »
  77. (en) Heinrich Harrer, Seven Years in Tibet, with a new epilogue by the author. Translated from the German by Richard Graves. With an introduction by Peter Fleming, First Tarcher/Putnam Hardcover Edition, 1997 (ISBN 0-87477-888-3) : « One finds numbers of general stores containing a large range of goods from needles to rubber boots, and near them smart shops selling draperies and silks. Provision stores contain, as well as local produce, American corned beef, Australian butter, and English whisky. There is nothing one cannot buy, or at least order. One even finds the Elizabeth Arden specialities, and there is a keen demand for them. (…) You can order, too, sewing machines, radio sets, and gramophones (…) ».
  78. Heinrich Harrer Sept ans d’aventures au Tibet, traduction de Henry Daussy Arthaud, 1954 (ISBN 2-7003-0427-6) : « En dehors de bric-à-brac où l’on trouve de tout, des aiguilles aux bottes en caoutchouc, il existe des maisons spécialisées dans la vente de tel ou tel article : épiceries, magasins de tissus ou de soieries (…) Les produits du Tibet voisinent avec ceux de l’étranger ; le tabac à priser et le poil de yak font bon ménage avec le corned beef made in U.S.A., le beurre australien en boîte et le Scotch Whisky. Il n’est pas d’objet que l’on puisse, sinon trouver, du moins commander. (…) Dans certaines boutiques, on peut se procurer sans difficulté une machine à coudre, un récepteur de radio ou un pick-up. »
  79. Charlie Buffet, Un documentaire plein de poésie sur la récolte du sel chez les nomades tibétains. Pas à pas sur le toit du monde. La Route du sel, Documentaire de Ulrike Koch, 110 min, Libération, 16 décembre 1998
  80. Marine Landrot, La Route du sel au Tibet, Télérama, 16 décembre 1998
  81. (en) Slavoj Žižek, Tibet: dream and reality, sur le site mondediplo.com (édition anglaise du Monde diplomatique), mai 2008 : « Facing social unrest and disintegration, the ruling elite prohibited any development of industry, so all metal had to be imported from India » ; voir aussi : Le Tibet pris dans le rêve de l’autre (édition française du Monde diplomatique), mai 2008.
  82. Lucette Boulnois, Poudre d'or et monnaie d'argent au Tibet, éditions du CNRS, 1983, (ISBN 2222028868), p. 57-58
  83. (en) Robert Ford, Captured in Tibet, Oxford University Press, 1990 (ISBN 019581570X), p. 108 : « Tibet is rich in minerals, including gold, and they had never been exploited. [A monk named] Möndo came back and began propecting. At once the local abbot protested that he was upsetting the spirits and would cause the crops to fail. Möndo did not want to be blamed for a possible bad harvest, so he moved to another district and began digging there. The same thing happened ».
  84. (en) Bradley Mayhew, Michael Kohn, Tibet, Lonely Planet, 2005, 360 p., p. 32 : « At the invitation of the Dalai Lama, British experts conducted geological surveys of parts of Tibet with a view to gauging mining potential. »
  85. (en) Sir Charles Bell, Tibet: Past and Present, Motilal Banarsidass Publications, 1992, 326 p., en part. p. 194 : « I proposed such measures as seemed necessary to enable Tibet to maintain freedom and good government (...) Put briefly, my proposals amounted to : (...) b/ Assistance in engaging mining prospectors to discover mines, if discovered, mining engineers to test them, and, if necessary, work them. [...] It was desirable that the Tibetan Government should retain the full ownership of the mines and that they should engage only trustworthy firms and agents to develop them. »
  86. (en) Tibet Album, British photography in Central Tibet 1920-1950, Mondo Biography
  87. (en) Rong Ma, Population and society in Tibet, Hong Kong University Press, 2010, 350 p., p. 161 : « Many factories have been established in the TAR since 1959, but the development of industry has had a tortuous history. The government simply tried to follow the industrial structure and development plans of other regions, ignoring the actual situation in the TAR (scarcity of fuel, high costs of transportation, inxperienced local laborers, etc.). There was no modern industry or infrastructure before the 1950s and people's life-styles and work customs were much different to those in industrial societies. Many factories established in the TAR rapidly acquired a financial deficit and became a burdent on the government. So, the value of industrial production of state-owned entreprises first increased to 141.7 million yuan in 1960, and then decreased to 11.2 million yuan in 1968. »
  88. Rong Ma, Population and society in Tibet, op. cit., p. 161 : « After some adjustments, the value of industrial production increased again in the late 1980s. The ownership structure of industrial enterprises in the TAR also experienced a great change, as in other parts of Chin. Among the total 5,044 million yuan "gross output value of industry" in 2007, 33,1 percent was produced by state-owned enterprises, 5.6 percent by collective-owned and 61.3 per cent by "others" (private, joint venture and foreign companies) (SBT, 2008: 169). Therefore, the major industrial production growth was due to private enterprises. »
  89. Vegard Iversen, op. cit. p. 315
  90. (en) Tibet’s GDP has an average annual growth of 8.9 percent, Illustrated White Paper: Fifty Years of democratic Reform in Tibet, sur le site chinahumanrights.org : « There was no modern industry in old Tibet. Now, a modern industrial system with Tibetan characteristics has formed, with mining, building materials, folk handicrafts and Tibetan medicine as pillar industries, and power, farming and animal product processing and foodstuffs as supplement. The industrial added value skyrocketed from 15 million yuan in 1959 to 2.968 billion yuan in 2008. Modern commerce, tourism, catering, entertainment and other industries that had never been heard of in old Tibet are now booming as primary industries in the region ».
  91. (en) Wang Wenchang et Lha Can, L’économie du Tibet, Collection Tibet, Chine Intercontinental Presse, 2004, 121 p., p. 6-7, (ISBN 7508505670).
  92. (en) Rong Ma, Population and Society in Tibet, Hong Kong University Press, 2010, 350 p., p. 142 : « Major handicraft products in Tibet included: Pulu (special style Tibetan fabric), Kadian (carpets), tent, wooden bowls, boots, knives, and jewelry (Lhapa Phuntso, 1984:478). Except for local products such as wool, leather and wood, handicraft production relied on the import of raw materials (cotton cloth, silk, metal, etc.) from nearby Han provinces or India and Nepal. »
  93. (en) Mark Anthony Jones, Flowing Waters Never Stale: Journey Through China, Zeus Publications, Burleigh MDC, Queensland, 2008 (ISBN 978-1-921406-32-4), p. 143 : « Many Tibetans are clearly keen to benefit from the money that the sharply increasing number of tourists bring, producing and selling all kinds of traditional handicrafts, and (…) some of these cultural products on sale to tourists have also become popular with the Tibetans themselves, which is why cultural production, now linked to tourism, is ‘a very important factor in the revitalisation of Tibetan culture.’ »
  94. Style et origine des tapis tibétains.
  95. Wang Wenchang et Lha Can, op. cit., p. 7.
  96. Vegard Iversen Le Tibet est-il chinois ? Ouvrage collectif dirigé par Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, ed. Albin Michel, coll. Sciences des religions 2002 (ISBN 2226134263), p. 316.
  97. La Chine au présent : Une fleur de l’art tibétain – Visite au lieu de naissance de l’art Regong.
  98. Pierre Chapoutot, Géopolitique de l’Everest [PDF], Cimes, 2002, p. 87 : « Cependant, un élément nouveau est le développement du tourisme sous toutes ses formes. Le Tibet reçoit 300 touristes étrangers en 1980, 2000 en 1984, 28 000 en 1994 ».
  99. Vegard Iversen, op. cit. p. 316
  100. (en) Paul Miles, Tourism drive is destroying Tibet, Telegraph.co.uk, 8 avril 2005.
  101. (en) Andrew Martin Fischer, "Population Invasion" versus Urban Exclusion in the Tibetan Areas of Western China[PDF].
  102. a et b (en) « Tibet’s economy grows at an average rate of 12 percent last 6 years », sur CCTV,‎ 21 juin 2007 (consulté le 22 juin 2007)
  103. (en) Report: tourism in Tibet plays more important role, Focus on Tibet, 5 avril 2009.
  104. Le Tibet a accueilli 2,7 millions de touristes entre janvier et juillet 2009
  105. Tourisme au Tibet : record du nombre de touristes en juillet 2009.
  106. (en) Direct flight boosts Tibet's tourism, chinatibetnew.com, 16 décembre 2011 : « Last year [2010], the region received 6.85 million tourists from home and abroad, generating revenues of 7.14 billion yuan ($11 million), 14 percet of its total GDP ».
  107. Chine informations Lhassa construira son premier office de tourisme.
  108. (en) Tibet receives record number of tourists, sur le site chinatibetnew.com, 10 décembre 2012 : « Southwest China's Tibet Autonomous Region has received a record 10 million domestic and foreign tourists so far this year, tourism authorities said Friday (Dec. 7, 2012). [...] Nearly 300,000 people are employed in the region's tourism sector, according to government figures. [...] Last year, more than 8.69 million people visited Tibet. »
  109. Quelle solution politique pour le Tibet ?, rapport présenté par M. Louis de Broissia, sénateur, série Relations interparlementaires France-Tibet, 2006, III - Le développement du Tibet : lumières et ombres.
  110. Li Youyi, Le Tibet mystérieux et clair, in Jianguo Li, Cent ans de témoignages sur le Tibet : reportages de témoins de l’histoire du Tibet, 2005, 196 p., p. 13-14.
  111. Lucette Boulnois, La politique de construction de routes dans la région autonome du Tibet (1950-2001), pp. 178-198, in Flora Blanchon (sous la dir. de) , Aller et venir : Faits et perspectives, Volume 2, Presses Paris Sorbonne, 2002, 389 pages, p. 198 (Abstract) : « In the middle of [the] XX(th) century, Tibet still had no motor-roads, no railways, no airlines. »
  112. Un aéroport à 4.436 mètres au Tibet ?, AFP, 12 janvier 2010.
  113. Le tourisme au Tibet amplifié par le chemin de fer Qinghai-Tibet : « La ligne Qinghai-Tibet, longue de 1 956 km, a une influence profonde sur le développement du Tibet depuis qu’elle a mis fin à l’histoire de la région enclavée sans chemin de fer. »
  114. (en) Rolf Berthold, Tibet, an inalienable art of China, The Guardian, 30 août 2006, reproduit sur le site Bellaciao : « an oil pipeline of more than 1000 km length runs from Goldmund to Lhasa, supplying fuel ».
  115. (en) Ringang Biography.
  116. (de) Tibetische Münzstätte Trabshi Lekhung (Grwa-bzhi glog-´phrul las-khungs).
  117. Sofia Stril-Rever, Dalaï Lama, Appel au monde, Seuil, 2011, (ISBN 9782021026757), p. 119
  118. (en) Israel Epstein, My China Eye: memoirs of a Jew and a journalist, Long River Press, 2005, 358 p., p. 282, (ISBN 1-59265-042-2) : « Electricity had been available only to the Potala and a few aristocrats, and even that was supplied erratically. By 1965 nine-tenths of the city’s homes were lit. By my third visit in 1976, Tibet had several medium-sized hydroelectric power substations in the remote countryside supplying electricity to small villages and communities ».
  119. Françoise Pommaret, Le Tibet : Une civilisation blessée, Découverte Gallimard, 2002.
  120. Quelle solution politique pour le Tibet ?, rapport présenté par M. Louis de Broissia, sénateur, série Relations interparlementaires France-Tibet, 2006, III - Le développement du Tibet : lumières et ombres : « Le développement des infrastructures hydroélectriques, d’une puissance installée de 500 MGW, devrait permettre à la RAT d’atteindre l’autosuffisance en électricité d’ici la fin de la XIe programmation quinquennale en 2010. Compte tenu de la dispersion de l’habitat sur le haut plateau, l’élargissement de l’accès à l’électricité (1 million d’habitants ne sont pas encore couverts) pourrait être facilité par le recours à l’énergie solaire ».
  121. La plus grande centrale solaire du Tibet entre en activité, french.news.cn, 6 juillet 2011.
  122. Tibet to become China's leading solar power base, Chinatibetnews, 12 mai 2011.
  123. (en) Tibet Yangbajing 10MWp Solar PV Grid-Connected Power Station Successfully Combined to the Grid, site China Renewable Scale-up Programme, 2011-3-14.
  124. La Chine veut offrir à chaque foyer tibétain un accès à l'électricité
  125. Julien Chatelin, Lhassa aujourd’hui, National Geographic, France, janvier 2008, no 100, p. 33.
  126. (en) Catherine Liu, Full speed ahead for Tibet railway extension, chinatibetnews, 18 janvier 2012.
  127. (en) Edmund Candler, Edmund Candler, The Unveiling of Lhasa, p. 125 : « They were the first vehicles ever seen in Tibet ».
  128. (en) W. Montgomery McGovern, To Lhasa In Disguise. A Secret Expedition Through Mysterious Tibet, 2000, 462 p. (réimpression de l’édition de 1924), p. 17 : « Wheeled traffic of any sort was of course impossible over the passes and is unknown anywhere in Tibet ».
  129. (en) Heinrich Harrer, Seven Years in Tibet, with a new epilogue by the author. Translated from the German by Richard Graves. With an introduction by Peter Fleming, First Tarcher/Putnam Hardcover Edition, 1997 (ISBN 0-87477-888-3) : « The Chinese invented and used the wheel thousands of years ago. But the Tibetans will have none of it, though its use would give an immense impulse to transport and commerce, and would raise the whole standard of living throughout the country ».
  130. (en) Interview: Heinrich Harrer, "I was disappointed to see the Changes" : « they had bicycle-wheeled carts in which to carry the dirt to the fields ».
  131. (fr) Robert Ford, Tibet rouge : capturé par l’armée chinoise au Kham, Olizane, 1999, p. 20, (ISBN 2-88086-241-8) : « (…) il n’y avait aucun véhicule sur roues au Tibet, pas même des charrettes tirées par des animaux et il n’y avait donc aucune route digne de ce nom. »
  132. Heinrich Harrer, Seven Years in Tibet, op. cit. : « And now approached the yellow, silk-lined palanquin of the Living Buddha, gleaming like gold in the sunlight. The bearers were six-and-thirty men in green silk cloaks, wearing red plate-shaped caps. A monk was holding a huge iridescent sunshade made of peacock's feathers over the palanquin. »
  133. Léon Feer, Le Tibet. Le pays, le peuple, la religion, Bibliothèque ethnographique, vol. VII, 1886, chap. III : Mœurs. Caractère. Développement intellectuel.
  134. (en) Edmund Candler, The Unveiling of Lhasa, Pentagon, London, 2007, chap. XV (The Settlement), p. 288 : « The first reply of the Assembly to our demands … Road-making they would not allow, as the blasting and upheaval of soil offended their gods and brought trouble on the neighbourhood ».
  135. Roland Barraux, Histoire des Dalaï Lamas - Quatorze reflets sur le Lac des Visions, Albin Michel, 1993 ; réédité en 2002, Albin Michel (ISBN 2226133178).
  136. Dundul Namgyal Tsarong, Jean-Paul Claudon, Le Tibet tel qu’il était, éditions Anako, 1996 (ISBN 978-2-907754-21-7).
  137. Paris match, Numéros 2102 à 2109, 1989 « Plus tard, au Potala, il échappe à la surveillance de ses tuteurs pour aller conduire en cachette l'Austin Baby 1927 et la Dodge orange qui avaient franchi l'Himalaya en pièces détachées avant d'être offertes à son prédécesseur. »
  138. (en) Tsepon Wangchuk Deden Shakabpa, Tibet: A Political History, Potala Publications, New York, (ISBN 0-9611474-1-5), 4e édition 1988, pp. 267 « The real strong man was Kunphela, with whom even the Kashag ministers were careful. He was the only man, apart from the Dalai Lama, who had his own private car. It was an Austin A-40, and when Kunphela drove about Lhasa, he created quite a sensation. »
  139. a et b Dundul Namgyal Tsarong, Jean-Paul Claudon, op. cit.
  140. (en) Michael Buckley, A Railway Runs Through It, sur le site Perceptive Travel : « Even motor vehicles were rare in pre-1950 Tibet. Wheeled vehicles like motorcycles were effectively banned in the 1940s because the ruling regent and conservative clergy believed that wheels would scar the sacred surface of the earth ».
  141. (en) Zhao Zongzhi and Jia Lijun, Roads of Change Revitalize Tibet, China Daily, 5 janvier 2005, reproduit sur le site du World Tibet News (WTN), tibet.ca : « Before the 1950s, a 1-kilometre long dirt road linked the Potala Palace to Norbu Lingka, former summer residence of the Dalai Lama. No highway in its true sense existed in the region which lies over 4,000 metres above sea level ».
  142. (en) Wang Zai-Tian, A brief introduction of Tibet history and lamaism, chap. 22 (1950s: the Honeymoon) : « The first highway connecting Sichuan and Lhasa was officially opened on 25 December 1954. It is 2400 km in distance and took four years and nine months to complete ».
  143. Zhao Zongzhi and Jia Lijun, op. cit. : « The Qinghai-Tibet Highway runs from Xinning, capital of Qinghai, to Lhasa, capital of Tibet, a distance of 2000 kilometers. The highway, also known as "Freedom Highway", accounts for 85 percent of Tibet’s cargo since it opened in 1954 ».
  144. (en) Peter Allen, Tibet, China and the Western World, sur le site History Today : « The first convoy of Chinese trucks reached Lhassa on Chritsmas Day 1954 ».
  145. Zhao Zongzhi and Jia Lijun, op. cit. : « These were the Sichuan-Tibet and Qinghai-Tibet highways, with a total length of 4,360 kilometres, built by soldiers of the People’s Liberation Army and local Tibetans. (…) But it was the first two highways which marked the transportation turning point for Tibet. They helped shorten the distance between the region and other parts of the country and became known among Tibetans as "golden bridges" »
  146. (en) Wang Zai-Tian, A brief introduction of Tibet history and lamaism, chap. 22 (1950s: the Honeymoon) : « The third major link was opened in October 1957 from Xinjiang Province through the disputed Aksai-Chin area, totaling 1200 km. With these arteries in operation, the price of Chinese tea, a daily commodity in Tibetan’s life, dropped by two-thirds in two years. The road allows one truck to transport in two days the same quantity of goods previously carried by sixty yaks in twelve days. Besides supplying Tibet market with more and cheaper products, it also relieved central government staff and PLA in Tibet of their food supply problem ».
  147. Ama Adhe voix de la mémoire, du Tibet libre à l’exil, 1999, Éditeur Dangles, (ISBN 2703304900), p. 77-79 (en) The Voice That Remembers: A Tibetan Woman’s Inspiring Story of Survival, Adhe Tapontsang as told by Joy Blakeslee, Wisdom Publications, Boston, MA, 1997.
  148. (en) Zhao Zongzhi et Jia Lijun, op. cit. : « By the end of 2003, some 41,302 kilometres of roads had been completed. (…) To date, the region has five national-level, 14 regional-level and six criss-cross highways, which basically satisfy the social and economic development needs of Tibet. (…) In addition to the 3,200 kilometres of asphalted roads, 32,195 kilometres of rural roads have also been built, linking some 683 townships and 5,956 villages across the region ».
  149. (en) Peng, James, « China Says ‘Sabotage’ by Dalai Lama Supporters Set Back Tibet »,‎ 16 janvier 2009.
  150. (en) Travel made easy on "roof of the world", English.news.cn, 17 juillet 2011, p. 1.
  151. (en) Travel made easy on "roof of the world", English.news.cn, 17 juillet 2011, p. 2.
  152. (en) Heping Airport in Shigatse ready for flight, Chinatibetnews.com, 31 octobre 2010.
  153. Tibet Airlines réceptionne son premier A319 d'Airbus, french.news.cn, 2 juillet 2011.
  154. (en) Tibet Airlines to fly 3 new routes from Nyingchi, chinatibetnews, 6 février 2012.
  155. Heinrich Harrer, Seven Years in Tibet, op. cit. : « Tibet produces its own paper money and coinage. »
  156. (en) Source : china.com.cn : « a small mint ».
  157. Heinrich Harrer, Seven Years in Tibet, op. cit. : « Lhasa had an old electric plant, which had been put up twenty years before by one of the former Rugbians. It was now in a terribly neglected state and gave practically no current. On working days there was just enough power to keep the machines in the mint in motion, but only on Saturdays was there enough current for the needs of private houses ».
  158. « Les billets tibétains », tibetonline.fr.
  159. Laurent Deshayes, Histoire du Tibet, Fayard, 1997, p. 268 (ISBN 978-2213595023).
  160. (en) Rong Ma, Population and Society in Tibet, Hong Kong University Press, 2010, 350 p., p. 142 : « Telephone and government postal services have become available to the public since the late 1950s (SBT, 1989:27). »
  161. (en) Jiawei Wang, Nimajianzan, The Historical Status of China's Tibet, 2e édition, 五洲传播出版社, 1997, 333 p., (ISBN 7801133048 et 9787801133045), p. 309 : « Post and telecommunications have made astonishing progress. By early 1994, the region had completed 41 communications satellite receiving stations. Half of the counties had access to direct dial telephone services, which had reached 28,000 lines. Tibetans can make telephone calls to any country or region around the world. »
  162. Handwriting Tibetan language mobile phone developed, Tibet News, 3 décembre 2009
  163. (en) Isaac Stone Fish, Charity Case. Whether they like it or not, China has been very good for Tibetans, Newsweek Web, Feb 17, 2010 : « The other story is that, for China’s many blunders in mountainous region, it has erected a booming economy there. Looking at growth, standard of living, infrastructure, and GDP, one thing is clear: China has been good for Tibet. Since 2001, Beijing has spent $45.4 billion on development in the Tibet Autonomous Region (TAR). (That’s what the Chinese government calls Tibet, even though many Tibetans live in neighboring provinces, too). The effect: double-digit GDP growth for the past nine years. About a third of the money went to infrastructure investment, including the train connecting Beijing to Lhasa. "A clear benefit of the train was that it makes industrial goods cheaper for Tibetans, who, like everyone else in the world, like household conveniences, but normally had to pay very high prices," said Ben Hillman, a Tibet expert from the Australian National University’s China Institute. The train also provides an opportunity for Tibetan goods to be sold outside of the region and for a massive increase in number of tourists, reaching more than 5.5 million in 2009—up from close to 2 million in 2005, the year before the train. »
  164. (en) « China’s Tibet Fact and Figures 2003 », China Tibet Information Service,‎ 26 août 2002 (lire en ligne)
  165. (en) « Tibet’s economy depends on Beijing », NPR News,‎ 26 août 2002 (lire en ligne)
  166. (en) Xu Mingxu et Yuan Feng, The Tibet Question; A New Cold War, in Barry Sautman, June Teufel Dreyer (sous la direction de), Contemporary Tibet: Politics, Development, and Society in a Disputed Region, China Perspectives, no 68, novembre-décembre 2006, p. 313 : « (…) the Tibetans are changing (…). They are now using electric lights as a substitute for butter lamps. They are cooking with gas instead of yak chips. They travel by buses, cars, motorcycles, planes, and bicycles (…). They are enjoying other basic conveniences of modern times, such as telephones, movies, televisions, and running water. Computers and the Internet are entering Tibetan schools, businesses, government offices, and social services. Children, middle-aged, and even old Tibetans like to watch TV at home. They visit temples less frequently than they did in the past ».
  167. Susette Cooke, La culture tibétaine menacée par la croissance économique, Perspectives chinoises, no 79, 2003, 2 août 2006. Consulté le 3 avril 2010.
  168. Kent Ewing, Pékin n’a toujours pas réussi à dompter le Tibet, Asia Times Online, sur le site buddhachannel : « l’évolution économique récente du Tibet est fort critiquée pour la manière dont elle avantage de fait les résidents chinois et pour les atteintes au système agricole et écologique de la région ».