Sinisation du Tibet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La sinisation du Tibet est, selon les milieux exilés tibétains et des observateurs occidentaux, la transformation de la société tibétaine de la région autonome du Tibet, du Kham et de l'Amdo sur la base de normes chinoises, au moyen de l'assimilation culturelle, la migration, et la politique de réforme et d'adoption de l'économie de marché. C'est un processus marqué principalement par la venue en masse de population de l'ethnie Han[1] au Tibet et par une politique active du gouvernement central de la République populaire de Chine[2] visant à intégrer le Tibet dans la république chinoise[1] et à maîtriser les ambitions d'indépendance de certains Tibétains[3],[4].

La modernisation et le développement du Tibet expliquent l'arrivée d'ouvriers Han[5] et des spécialistes occidentaux[6]. Depuis l'instauration de l'économie de marché en 1992, tout habitant de la RPC a le droit de se déplacer librement dans le pays et de travailler à l'endroit de son choix[7]. Selon Robert Marquand, le Tibet étant considéré par les Chinois comme faisant partie de leur pays depuis des milliers d'années, ces derniers estiment avoir le droit de s'y établir[8].

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Le Tibet, qui échappait au contrôle de la Chine depuis 1912, fait l'objet en 1950 d'une intervention militaire de la République populaire de Chine ; les représentants à Pékin du 14eme dalaï-lama doivent signer un accord en 17 points qui reconnait le bien-fondé de la « libération pacifique » du Tibet et prévoit le maintien d'une autonomie régionale et du gouvernement tibétain. En 1959, le soulèvement tibétain, écrasé par l'armée chinoise, entraîne la fuite du dalaï-lama, la dissolution du gouvernement tibétain, et la formation six ans plus tard de la Région autonome du Tibet. Le bilan humain de la répression politique au Tibet ne fait l'objet d'aucun consensus : en 1984, l'Administration centrale tibétaine (gouvernement en exil du dalaï-lama) parle de 1,2 millions de morts causés depuis 1951[9],[10]. L'historien et journaliste britannique Patrick French estime pour sa part qu'environ 500 000 Tibétains seraient « directement morts à cause de la politique appliquée au Tibet par la République populaire de Chine »[11]. Si les milieux indépendantistes tibétains parlent d'un « génocide », la notion de génocide tibétain ne fait l'objet d'aucune reconnaissance au niveau international[12]. Sa réalité est en outre contestée par la République populaire de Chine et le gouvernement de la région autonome du Tibet[13].

Aspects démographiques[modifier | modifier le code]

Le « Tibet historique » est présent dans différentes régions chinoises dont la Région autonome du Tibet

Migration des Han[modifier | modifier le code]

Les chiffres[modifier | modifier le code]

Pour le Tibet des trois provinces[modifier | modifier le code]

Selon le gouvernement tibétain en exil, depuis la fin des années 1990 il y aurait davantage de non-Tibétains que de Tibétains dans le Tibet des trois provinces (Ü-Tsang, Amdo et Kham). Il estime le chiffre de la population en 2003, à 6 millions de Tibétains ethniques et 7,5 de non-Tibétains[4].

La différence entre ce dernier chiffre et le chiffre officiel de 1 255 700 Han vivant en 1999 dans les zones autonomes tibétaines hors RAT s'explique par le fait que le GTE inclut dans ses comptes non seulement les préfectures autonomes du Qinghai mais la totalité de la province. Or la partie orientale celle-ci est peuplée en majorité de Han depuis des siècles (3,5 millions environ), comme le souligne le professeur Colin P. Mackerras[14].

Pour la région autonome du Tibet[modifier | modifier le code]

Selon un recensement de 2000, dans les villes de la région autonome du Tibet, les Han et les Hui ont dominé l'urbanisation, cependant, ce n'est que dans les villes tibétaines principales que l'on peut soutenir, de façon plausible, que les Han sont plus nombreux, ou aussi nombreux, que les Tibétains[15].

Officiellement, fin 2005, la population de la région autonome était de 2,77 millions d'habitants, non compris les militaires en poste. Elle réunissait 26 ethnies différentes, dont 92 % de Tibétains[16].

Pour Lhassa[modifier | modifier le code]

En 1904, le lieutenant-colonel britannique Younghusband qui occupe la ville avec son corps expéditionnaire, estime la population de celle-ci à 30 000 habitants dont 20 000 moines[17].

En 1949, il y en a entre 300 et 400 résidents chinois à Lhassa[18]. Vers 1950, la ville couvre moins de trois kilomètres carrés et ne compte pas plus de 30 000 habitants[19]. Le palais du Potala et le village de Shöl en contrebas de celui-ci ne sont pas considérés comme faisant partie de la ville[20].

En 1953, au premier recensement, la zone urbaine de Lhassa compte environ 30 000 résidents, dont 4 000 mendiants, en plus de 15 000 moines[21].

En 1992, la population de la ville est estimée à un peu moins de 140 000 personnes, dont 96 431 Tibétains, 40 387 Chinois (Han) et 2 998 divers. À ce chiffre, qui ne tient compte que des résidents permanents, il convient d'ajouter entre 60 000 et 80 000 résidents temporaires, dont la majorité seraient des pèlerins et des commerçants tibétains[22].

En 1994, selon le journal britannique The Independent, Lhassa compte 150 000 habitants, dont la majorité est constituée de migrants Han[23].

En 2000, la zone urbanisée atteint les 53 kilomètres carrés, pour une population d'environ 170 000 personnes, dont 63 % de Tibétains, 34,5 % de Han et 2,7 % de Hui principalement[24].

En 2007, la population de Lhassa est de 122 261 habitants.

En 2008, selon l'agence Xinhua, la ville-préfecture de Lhassa a 400 000 habitants[25].

La situation vue par les exilés tibétains et leurs partisans[modifier | modifier le code]

L'armée populaire de libération (APL) est intervenue au Tibet le 7 octobre 1950, mettant en ligne environ 40 000 militaires chinois contre les 8 500 hommes de l'armée tibétaine. Le 19 octobre 1950, 5 000 soldats tibétains avaient été tués, et la petite armée tibétaine se rendit. En 1950, le gouvernement tibétain interpelle l'ONU sur l'invasion du Tibet par la Chine. Dans cette période coloniale, seul le Salvador accepta de soutenir le Tibet[26]. Puisque l'APL avait cessé le feu et demandé une négociation pacifique plutôt que d'entrer dans Lhassa par la force, l'organisation des Nations unies renonça à traiter de la question du Tibet. L'association de la pression militaire, des rapports de bon traitement vis-à-vis de la population locale, de la libération des prisonniers ainsi que le manque de soutien international conduisirent les représentants tibétains à s’engager dans des négociations avec l'APL[27].

Dans les années 1980, le gouvernement tibétain en exil estimait que dans l'ensemble du Tibet, il y avait 7,5 millions de Chinois pour 6 millions de Tibétains[28] En 2007, le Dalaï Lama faisait part de ses craintes d'un danger que le peuple tibétain devienne une minorité dans leur propre pays[29] et parle d'un « génocide culturel » qui risquerait de faire disparaître la culture tibétaine[30],[31],. Selon une personne native de Lhassa, actuellement en exil, il y aurait deux catégories de migrants au Tibet, les migrants par nécessité économique, et les migrants involontaires envoyés par le gouvernement chinois[32].

Le gouvernement central de la République populaire de Chine met en œuvre une politique de migration active de Chinois au Tibet, au moyen d'aides attractives et de conditions de vie favorables[33],[34].

Selon le Dalaï Lama, dans les villes tibétaines, des chinatowns (quartiers chinois) se sont développés et les Chinois sont en général plus nombreux que les Tibétains, comme à Lhassa, « les Tibétains sont environ 100 000, alors que les Chinois sont plus du double. Lhassa est devenue méconnaissable avec des buildings, et toute la vallée est urbanisée », comme dans d’autres régions à l’ouest, telles que Ngari, où il n’y avait aucun Chinois 20 ans plus tôt. Pour le dalaï-lama, il s’agit d’une agression démographique grave[35].

Points de vue autres que celui des exilés tibétains[modifier | modifier le code]

Dans son livre Fascination tibétaine : du bouddhisme, de l'Occident et de quelques mythes, le professeur Donald Sewell Lopez, Jr. décrit en ces termes la représentation que l'Occident plaquerait systématiquement sur la présence des Han au Tibet : « L'invasion du Tibet par l’Armée populaire de libération fut et reste encore présentée comme le déferlement d'une masse indifférenciée de communistes athées sur un pays pacifique voué exclusivement à des préoccupations éthérées (…). Le Tibet incarne le spirituel et l'ancien, tandis que la Chine symbolise le matériel et le moderne. Les Tibétains sont surhumains, tandis que les Chinois sont subhumains »[36].

Selon Andrew Martin Fischer, la migration des non-Tibétains au Tibet se serait concentrée dans les villes où les Tibétains sont devenus une minorité et où les migrants non-tibétains dominent l'emploi, aggravant l'exclusion économique des Tibétains dans le contexte du développement urbain rapide[37]. Le même démographe assure cependant que l'affirmation de la part des émigrés que les Tibétains deviennent minoritaires dans leur pays ou qu'ils sont déjà devenus minoritaires dans certaines régions, « doit être prise avec des pincettes »[38].

S'exprimant devant des sénateurs français, Zhang Yongnian, vice-président de la Commission pour le développement et la réforme de l'assemblée populaire du Tibet, déclare que la région autonome du Tibet est « ouverte aux autres régions de la Chine » et que « l'économie de marché repose sur la libre circulation des personnes ». Les entreprises qui y sont installées font appel aux personnes compétentes dont elles ont besoin. Il précise que « l'État central n'envoie pas de colons au Tibet » mais que « les fonctionnaires de l'État y bénéficient de primes durant leur séjour ». Ces fonctionnaires « retournent ensuite dans leur région d'origine »[39].

Le sinologue Jean-Luc Domenach considère que la Chine a traité le Tibet, après 1950, « comme une différence à détruire, non comme une partie du monde chinois » ; il souligne que les pratiques en matière de camp de travail et de violence politique font apparaître un Tibet « littéralement écrasé par les autorités communistes » jusqu'aux années 1970. Ensuite, la répression chinoise s'est réduite ; néanmoins, « si les Tibétains ont regagné partiellement le contrôle de leur culte et de leurs mœurs, ils n’ont guère renforcé leur poids économique et social. De leur côté, avec le développement économique, les colons chinois se sont installés en nombre croissant alors que se répandait dans les villes chinoises l’idée que le Tibet n’était plus qu’une charmante bizarrerie touristique »[40]. Domenach estime que la question tibétaine sera « résolue par la colonisation, puisque les Chinois, d'une façon ou d'une autre, vont inonder le Tibet »[41].

L'accusation d'« apartheid chinois »[modifier | modifier le code]

En avril 1991, le 14e Dalai Lama décrivait la situation comme suit : « Les nouveaux colons chinois ont créé une société à deux vitesses : un apartheid chinois qui, refusant aux Tibétains l'égalité de statut social et économique sur (leur) propre terre, menace de finir par (les) submerger et (les) absorber »[42]. Par exemple cette fracture économique peut se retrouver aussi dans des salaires différents selon l'origine ethnique des demandeurs d'emploi voire des refus d'employer des tibétains[43].

Un autre élément présenté comme suggérant l'existence d'un apartheid réside, selon un récit pseudonyme publié dans le Nouvel Observateur en décembre 2009, dans le fait que les Chinois tibétains, au contraire des Chinois Han, ne peuvent obtenir de passeport et n'ont donc pas la possibilité de voyager légalement hors de Chine[44].

En 2002, l'association Tibet Society du Royaume-Uni appela le gouvernement britannique à « condamner le régime d'apartheid au Tibet qui traite les Tibétains comme une minorité sur leur propre terre et pratique une discrimination à leur égard dans l'usage de leur langue, dans l'éducation, dans la pratique de leur religion et dans les possibilités d'emploi »[45].

Par ailleurs la tibétologue Françoise Pommaret précisait en 2002 que les cadres de l'administration de la République Autonome du Tibet sont essentiellement des Chinois à 66 % et les Tibétains occupent 16 % des postes de commandement dans l'armée. Enfin aucun Tibétain n'a été secrétaire du Parti communiste dans la Région autonome du Tibet[46]. Ainsi Phuntsok Wangyal qui a créé le Parti communiste tibétain en 1939 a été mis au secret en 1958 puis en 1961 il a été emprisonné à Pékin pendant 18 années. Il a publié une biographie en anglais, où il insiste particulièrement sur la nécessité de mieux faire connaître les intérêts du peuple tibétain[47].

Le juriste américain Barry Sautman, écrit, pour sa part, que les Tibétains sont nombreux à tous les échelons de la hiérarchie politique de la région autonome du Tibet, sauf pour ce qui est du poste de secrétaire régional du parti. Il oppose cette situation à celle qui prévaut au Ladakh, région majoritairement tibétaine de l'Inde et dont le système politique est louangé par les chefs exilés : l'administration indienne n'aurait jamais employé un seul des nombreux bouddhistes ladakhis ayant pourtant passé avec succès ses examens[48].

Les Han au Tibet : 1/5e de la population et 50 % à Lhassa ?[modifier | modifier le code]

Contredisant la thèse de la submersion démographique des Tibétains par les Chinois Han, le professeur Barry Sautman de l'université des Sciences et techniques de Hong Kong, affirme qu'entre le recensement national de 1990 et celui de 2000 (recensements comptabilisant toute personne habitant une région donnée depuis au moins six mois), le pourcentage de Tibétains dans les régions tibétaines s'est accru quelque peu dans son ensemble et les Han représentent environ 1/5e de la population. De même, une analyse préliminaire du mini-recensement de 2005 montre que de 2000 à 2005, il y a eu un petit accroissement de la proportion des Han dans la zone centre-ouest du Tibet (la Région autonome du Tibet) et peu de changements dans le Tibet oriental[49]

Aux conclusions des recherches de Barry Sautman s'ajoute le constat du sinologue et ethnologue allemand Ingo Nentwig. Dans un article de l'agence Chine nouvelle qui lui est consacré[50], l'ancien directeur du département de recherche du Musée d'ethnologie de Leipzig, exclut une assimilation systématique du Tibet par des implantations de Han. À Lhassa, si les Han représentent 50 % de la population, il s'agit surtout de résidents temporaires : soldats qui quitteront le Tibet une fois démobilisés, ouvriers travaillant sur des projets routiers ou ferroviaires, responsables désignés, par rotation, pour travailler au Tibet et qui le quittent à l'expiration de leur tour, commerçants et restaurateurs n'ayant pas l'intention de s'établir définitivement. En dehors de Lhassa, on rencontre rarement un Han. Ingo Nentwig rapporte qu'à l'époque de ses recherches sur le Yak en 2002, il y avait 20 à 30 Han seulement parmi les 50 000 à 60 000 Tibétains du district étudié. « Même en prenant en considération les résidents temporaires, les Han ne représentent que 20 à 25 % de la population et les Tibétains 75 à 80 % »[51].

Selon Jamyang Norbu, un écrivain tibétain en exil et partisan de l'indépendance du Tibet[52], Barry Sautman n'a pas visité le Tibet d'avant 1980[53]. Andrew Martin Fischer, professeur de l'Institute of Social Studies (en) affirme avoir réfuté les arguments de Barry Sautman en se fondant sur une analyse plus complète des statistiques de la Chine publiées dans un livre en 2005[54].

Difficultés et risques liés à l'acclimatation pour les Han[modifier | modifier le code]

Le Tibet est à 4 000 m au-dessus du niveau de la mer et la température moyenne annuelle est inférieure à 0 °C. La faible pression et la raréfaction de l'oxygène ne permettent pas à des gens venant d'autres régions que le Tibet d'y rester très longtemps[55].

En règle générale, les Han ne sont pas très enclins à s'installer au Tibet : les enfants y sont victimes d'œdèmes pulmonaires tandis que les adultes souffrent du mal d'altitude[56].

Sinisation par la culture et la civilisation chinoises au Tibet[modifier | modifier le code]

Selon Tenzin Nyinjey, un ancien responsable du gouvernement tibétain en exil, la Chine n'a pas un respect authentique pour la culture tibétaine, la langue et la religion qui n'y voit que superstition et arriération. Les Chinois considèrent comme un devoir sacré d’apporter la « civilisation » aux Tibétains en apportant la langue, la culture et la civilisation chinoises. Selon lui, en résumé, la civilisation et la modernisation chinoises du Tibet n’ont d’autre but que la sinisation de toute la population tibétaine[57].

L'envoi d'étudiants tibétains en Chine continentale[modifier | modifier le code]

Selon le Tibetan Center for Human Rights and Democracy, dans le cadre de la politique de sinisation, les autorités chinoises recrutent de nombreux Tibétains de bon niveau scolaire des écoles primaires pour les former en Chine continentale, dans des classes tibétaines liées aux écoles secondaires locales ou à une des 18 « Écoles secondaires tibétaines » de la Chine continentale, où ces étudiants ne reçoivent pas d'éducation tibétaine. En 1996, les autorités chinoises ont déclaré un nombre de 12 590 étudiants tibétains ayant été inscrits dans de telles classes[58].

Conditions du transfert des enfants tibétains[modifier | modifier le code]

Après le départ en exil du 14e dalaï-lama Tenzin Gyatso, en mars 1959, le gouvernement tibétain est officiellement dissous par les autorités chinoises le 28 mars 1959. Les Tibétains forment un gouvernement provisoire clandestin le 9 avril suivant. Claude B. Levenson indique qu'une des premières proclamations de ce gouvernement provisoire accuse les autorités chinoises « d'avoir enlevé des milliers d'enfants et d'adolescents tibétains conduits en Chine en vue de les endoctriner afin d'en faire des valets dociles de sa politique de colonisation[59] ».

La commission internationale de juristes, une association financée de 1952 à 1967 par la CIA en tant qu'instrument de la guerre froide[60],[61], affirme dans son rapport de 1959 sur le Tibet[62] que « Les nourrissons étaient tous retirés à leurs parents en présence d'un médecin chinois, puis remis à des nourrices. Pour se justifier quand ils enlevaient les enfants à leurs parents, les Chinois racontaient ou bien qu'ils allaient les instruire, ou bien que ces enfants gênaient leurs parents ».

Un texte mis en ligne par le linguiste québécois Jacques Leclerc, indique deux raisons à ce déplacement d'enfants ; d'une part ils devaient recevoir une éducation politique et d'autre part être initiés à la culture Han[63].

« des milliers d'enfants furent arrachés à leur famille pour recevoir en Chine une éducation marxiste-léniniste . »
« Enfin, une autre forme de la politique d'immigration consistait à déporter de jeunes enfants issus des minorités nationales vers la région de Pékin en vue de les initier à la culture han. Cette dernière mesure fut inégalement appliquée parce qu'elle provoquait la révolte chez les minoritaires, notamment les Tibétains, qui ne semblaient pas comprendre les « bienfaits » de l'éducation Han. »

Le succès des « instituts pour les nationalités » chez les enfants et parents tibétains[modifier | modifier le code]

Dans son livre Commoners and nobles. Hereditary divisions in Tibet, la tibétologue Heidi Fjeld évoque les raisons du succès de ces « instituts pour les nationalités » se trouvant dans les provinces en dehors de la région autonome du Tibet. La possibilité d'aller y étudier est proposée aux élèves du primaire ayant de bons résultats ou dont la famille a des relations. Ces places sont très convoitées par les Tibétains, tant les enfants que les parents, car ces instituts pour les nationalités enseignent des matières non proposées au Tibet. Au nombre de celles-ci, la langue et la grammaire tibétaines classiques, l'histoire tibétaine (ancienne et moderne) et la religion (le bouddhisme et le Bön). De plus, le diplôme obtenu est la garantie d'un emploi. Les instituts situés dans la Chine intérieure auraient toutefois moins de succès auprès des habitants de Lhassa que ceux du Kham et de l'Amdo[64].

Aspects économiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie du Tibet.

L'économie de marché[modifier | modifier le code]

La région autonome du Tibet est le territoire le plus pauvre de Chine parmi les 31 subdivisions considérées dans la liste des subdivisions de Chine par PIB. Selon Claude B. Levenson un phénomène nouveau est apparu dans les villes avec la mendicité enfantine, phénomène explicite concernant la situation économique du Tibet. Les investissements mis en avant par le gouvernement Chinois servent avant tout à la réalisation des infrastructures afin de relier le Tibet à la Chine et au paiement d'une administration importante[65].

L'évolution économique actuelle du Tibet est critiquée du fait qu’elle avantage les résidents chinois et pour les atteintes à l’agriculture tibétaine et au fragile système écologique du Tibet[66].

Barry Sautman contredit ces données. Ainsi, si l'économie de marché est présente, avec ses inconvénients, dans les zones tibétaines tout comme dans le reste de la Chine, elle ne se traduit pas par une « division ethnique de la main-d'œuvre » qui défavoriserait les Tibétains, contrairement à ce que prétendent les séparatistes. Loin d'être la région la plus pauvre du pays, le Tibet serait mieux loti que bien d'autres régions à minorité ethnique, voire certaines zones Han. La raison principale en serait les fortes subventions gouvernementales[49].

L'agriculture et le pastoralisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Agriculture au Tibet.

L'économie du Tibet est dominée par l’agriculture de subsistance, c'est-à-dire l'agriculture avec le but de pourvoir uniquement à sa propre famille. Pour cette raison l'entrée de 35,000 militaires chinois dans les années 1950 a pesé lourdement sur les ressources alimentaires du Tibet.

Selon Horst Südkamp, à l’époque de l’introduction de la politique de collectivisation dans la région du Kham, 40 000 paysans chinois furent envoyés au Tibet[67].

Selon le TCHRD, entre 1954 et la moitié des années 1960, une émigration à grande échelle des Chinois s'est produite dans le Qinghai (Amdo), pour revendiquer les prairies pour l'agriculture, à la fois pour des fermes d'état et des laogai (camps de réforme par le travail). Des milliers de migrants chinois attirés par les possibilités agricoles ont commencé à arriver dans les années 1960, et des cadres chinois ont été envoyés dans des régions rurales du plateau pour l'administration[68].

Dans les années 1960, les autorités chinoises ont forcé les agriculteurs tibétains à cultiver le blé, à la place de l'orge qui est la récolte traditionnelle dans la région de l’Himalaya, ce qui a eu pour résultat la première famine d'une telle ampleur de l'histoire tibétaine. Les moissons ont échoué comme les agriculteurs l’avaient prédit et des milliers de Tibétains sont morts de faim[69],[70].

En 1961, après avoir exproprié les biens fonciers des seigneurs et des lamas, le gouvernement chinois organisa les paysans en communes. Dans son article Friendly Feudalism: The Tibet Myth, Michael Parenti rapporte que fermiers locataires et paysans sans terre reçurent des centaines de milliers d’arpents. Les troupeaux appartenant à la noblesse furent remis à des collectifs de pasteurs pauvres. Des améliorations furent apportées à la reproduction du bétail tandis que de nouvelles variétés de légumes et souches de blé et d’orge étaient introduites. Ces mesures, jointes à une meilleure irrigation, auraient entraîné une augmentation de la production agricole[71].

Elisabeth Martens évoque le progrès que constitue désormais, pour les habitants de Lhassa, l'installation par les Chinois de « serres à tomates, poivrons, courges, potirons et autres légumes et fruits qui, avant, étaient introuvables au Tibet »[72].

L'urbanisation des nomades : des visions contrastées[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, le gouvernement chinois obligerait les bergers tibétains à quitter leur activité d'éleveur et à rejoindre les grandes villes[73]. Le directeur pour l'Asie de Human Rights Watch indique que « Certaines autorités chinoises prétendent que leur urbanisation forcée des bergers tibétains est une forme éclairée de modernisation ». La tibétologue Anne-Marie Blondeau indique que ces populations, qui subvenaient à leurs besoins, sont maintenant logées dans les banlieues des grandes villes dans des conditions économiques difficiles[74].

Jean-Paul Desimpelaere, ancien président de l'Association Belgique Chine[75], apporte un éclairage différent sur la question. Parallèlement à l'accroissement démographique survenu ces cinquante dernières années, le nombre de yacks et de moutons a triplé alors que la quantité d'herbages disponible diminuait du fait du dessèchement du haut plateau[76]. Pour pallier cette situation, les autorités du Tibet ont décidé de réduire le cheptel et de proposer aux éleveurs intéressés et volontaires un regroupement dans de nouveaux villages et une reconversion[77]. Chaque famille reçoit une maison et une allocation dont le versement est assuré pour dix ans. Si les volontaires se plaignent de la faiblesse de l'allocation et de l'absence de travail, ils se félicitent des meilleures possibilités d'études offertes à leurs enfants. Dans le même temps, le autorités ont mis sur pied un projet de replantation de graminées sur une superficie plus vaste que celle de la France.

L'artisanat[modifier | modifier le code]

L'essor économique de la région autonome permet de faire revivre l'artisanat traditionnel. Selon l'enseignant et écrivain australien Mark Anthony Jones, nombre de Tibétains trouvent désormais, dans la vente d'objets artisanaux et de produits culturels aux touristes, un revenu non négligeable. Ces divers produits rencontrent même le succès auprès des Tibétains eux-mêmes[78]. Et d'ajouter : « C'est pourquoi, la production culturelle liéé à présent au tourisme est un facteur de tout premier plan dans la revitalisation de la culture tibétaine ».

L'industrie chinoise s'est investie dans l'exploitation de l'artisanat tibétain. Selon les journalistes Claire Goubier et Virginie Morel de l'hebdomadaire Marianne, les touristes, essentiellement chinois « peuvent acheter des bouddhas dorés sous film plastique, des faux blousons de grandes marques internationales ou des copies de DVD. Les Chinois reconnus pour la qualité de leurs contrefaçons ne s'arrêtent pas là. L'artisanat tibétain est lui aussi fabriqué en série ! Les Chinois se sont mis à produire des objets tibétains. Sur le marché, il est difficile de reconnaître les produits authentiques ». Par ailleurs les Chinois profitent d'une main-d'œuvre sous-payée dans les campagnes tibétaines pour faire fabriquer cet artisanat et l'exporter vers les grandes villes chinoises où l'art tibétain est devenu à la mode[79].

Elisabeth Martens précise que « le développement du marché libre dans les villes du Tibet favorise les Han et les Hui qui ont plus d’expérience dans le commerce que les Tibétains »[80].

Le tourisme[modifier | modifier le code]

En 2007, le tourisme au Tibet était en pleine expansion. Les touristes sont chinois à 90 %. Les journalistes Claire Goubier et Virginie Morel de l'hebdomadaire Marianne indiquaient alors que les lieux sacrés des Tibétains sont transformés en musée : « le Potala, chef-d'œuvre de l'architecture tibétaine, a été déguisé pour les besoins de la cause. Si, le jour, l'imposant palais blanc et ocre coiffé de toits dorés est emblématique du style tibétain, la nuit, les éclairages évoquent plus ceux d'un parc d'attractions ! Jour et nuit, l'atmosphère pieuse est perturbée. Depuis l'arrivée du train, le quota d'entrées de touristes au Potala est passé de 1 500 à 2 300 personnes par jour. Dans les couloirs étroits, les visiteurs se bousculent pendant que les Tibétains font brûler le beurre de yack en offrande. Difficile de prendre conscience de la sérénité bouddhique ! »[79].

Après les troubles au Tibet en 2008, le Tibet a été fermé aux touristes et journalistes étrangers du 19 mars au 26 juin 2008[81]. Toutefois, en décembre 2008, les régions tibétaines restaient interdites aux journalistes du Monde et à d’autres médias basés en Chine[82], et le nombre de touristes a fortement diminué en 2008, les recettes des agences de tourisme n’atteignant que 12 % de celles de 2007[44].

Formation d'une classe moyenne tibétaine[modifier | modifier le code]

Selon Barry Sautman, il y a désormais en région autonome du Tibet une importante classe moyenne tibétaine, implantée dans les services publics, le tourisme, le commerce et les petites entreprises industrielles ou de transport[49].

Un mode de vie en plein changement[modifier | modifier le code]

Blanchisseuses à Gyantsé, c. 1938
Gare de Lhassa
Femme tibétaine lavant son linge sur le site d’une rivière près de Lao au Tibet, en 2008
Photo dans le comté d'Amdo, en région autonome du Tibet, février 2009

Selon ce que rapportent Xu Mingxu et Yuan Feng dans leur étude The Tibet Question: A New Cold War, publiée en 2006, la vie des Tibétains change, les ampoules remplacent les lampes au beurre, la cuisine se fait au gaz et non plus à la bouse de yak. Les gens se déplacent en bus, en voiture, à moto, à vélo, en avion, ils disposent des attributs de la modernité que sont le téléphone, la télévision, l'eau courante. L'ordinateur et l'Internet font leur entrée dans les écoles, les entreprises, les services sociaux et les administrations. Les enfants, les gens d'âge mûr et même les anciens aiment à regarder la télévision chez eux, se rendant moins souvent qu'autrefois dans les temples[83].

Selon Isaac Stone Fish, depuis 2001, Pékin a dépensé 45,4 milliards de dollars au développement économique de la région autonome du Tibet. Cela a eu des effets bénéfiques sur la croissance économique, le niveau de vie, les infrastructures, et s'est traduit par un accroissement à deux chiffres du produit intérieur brut de 2001 à 2009. Un tiers de cette somme est allé à des investissements dans les infrastructures, notamment le train reliant Pékin à Lhassa, lequel a fait baisser le prix des produits industriels et ménagers pour les Tibétains tout en favorisant la vente des produits tibétains dans le reste de la Chine. Le tourisme a fait un bond, passant à 5,5 millions de visiteurs en 2009. Ce journaliste mentionne cependant que Hu Jintao a déclaré qu’il est probable que les revenus des Tibétains des régions rurales atteindront les revenus moyens de la Chine en 2020[84].

Selon les journalistes Claire Goubier et Virginie Morel, cette modernisation de l'économie profite en priorité aux Chinois Han. Les salaires sont majorés dans les emplois réservés aux Chinois Han pour compenser l'éloignement de leur région d'origine et l'inconfort de l'altitude. Les loyers et les prix des biens de consommation sont proportionnels. Ainsi il existe au Tibet une société a deux vitesses : l'une des travailleurs chinois qui peuvent consommer normalement et l'autre constituée essentiellement de Tibétains qui sont marginalisés[85].

Dans un rapport publié en 2000, le TCHRD écrivait que les déclarations du gouvernement chinoises affirmant que les Tibétains ont grandement profité de leurs politiques quant à la pauvreté peut être abordé de leur propre termes. Même en utilisant les statistiques chinoises, plus de 70 % des personnes habitant la région autonome du Tibet vivaient en dessous du seuil de pauvreté. Ces conclusions étaient confirmées par les rapports des réfugiés indiquant que de nombreuses personnes font face à des problèmes avec le manque de nourriture, l'accès aux services de santé, d'éducation, et dans d’autres secteurs comme l'emploi et le logement[86].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sinisation du Tibet, par Astrid Fossier, sur le site de l'Institut de ressources pour la paix, Association financée par la Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l'homme (FPH)
  2. (en) Interview with Tashi Wangdi, David Shankbone, Wikinews, November 14, 2007.
  3. (en) Burbu, Dawa (2001) China's Tibet Policy, Routledge, (ISBN 978-0700704743), pp 100-124
  4. a et b Tseten Samdup(1993) Chinese population - Threat to Tibetan identity.
  5. Gouvernement chinois : « Depuis 1984, avec le concours de l'État, 9 provinces (municipalités) ont envoyé des travailleurs et fourni des matériaux pour entreprendre au Tibet 43 projets de construction. » Livre blanc: La modernisation du Tibet (1).
    Livre blan du gouvernement de la RPC : « Elles (Le DL et les forces hostiles internationales) ont prétendu que le développement rapide de l'économie du Tibet était le "sabotage de l'environnement du Tibet" et que la sollicitude et les contributions du gouvernement central et du peuple chinois au processus de modernisation du Tibet étaient un "pillage des ressources du Tibet" et un "renforcement du contrôle sur le Tibet par les Hans" ».
  6. Pour Pierre Picquart, beaucoup de médias occidentaux ne connaissent pas bien la Chine et le Tibet Interview de Pierre Picquart par Xinhua 25/03/2008. Cela résulte d'une ignorance de l'histoire du Tibet (...), a expliqué Pierre Picquart, qui préfère personnellement « les termes du progrès, de la tolérance et de la construction économique, sociale et culturelle ».
  7. (en) Netizens condemn biased reporting on riots, China View, 9 juillet 2009.
  8. (en) Robert Marquand, 'Seeking truth from facts' in Tibet, The Christian Science Monitor, August 30, 2004 : « Since Tibet is viewed as part of the Chinese motherland dating back thousands of years, Chinese assume the right to establish themselves here ».
  9. (en) Tseten Samdup, Chinese Population - Threat to Identity, 1993 : « The exiled Tibetan government […] revealed in 1984 that since the invasion over 1.2 million Tibetans died as a result of China's invasion of their nation. This figure was compiled after years of analysis of documents, refugee statements and interviews, and by official delegations sent to Tibet by the Tibetan Government between 1979 and 1983 ».
  10. Compte rendu de l'audition du mardi 17 octobre 2000, Audition du professeur Samdhong Rinpoche, président du Parlement tibétain en exil.
  11. Patrick French, Tibet, Tibet, une histoire personnelle d'un pays perdu, traduit de l'anglais par William Oliver Desmond, Albin Michel, 2005, pp. 83, 84, 326 et 327.
  12. Bruno Étienne, Est-ce aux politiques de dire comment l'histoire doit être enseignée ? in La pensée de midi, septembre-octobre 2006; reproduction sur le site LDH-Toulon (Ligue des droits de l'homme-Toulon)] : « les « mémoristes » français juifs, arméniens, pieds-noirs et autres s'intéressent fort peu au génocide tibétain… non homologué… ».
  13. Un responsable tibétain condamne les allégations de la clique du dalaï lama sur le « génocide tibétain », Le quotidien du peuple en ligne, Le vrai Tibet, 11 mars 2009 : « Un responsable tibétain a qualifié […] « d'invention » et de « diffamation » les rumeurs sur le génocide tibétain que fait courir le dalaï lama et sa clique sécessionniste en prétendant que plus d'un million de Tibétains ont été tués ces 50 derniers ans. La population du Tibet est passée de 1,2 million de personnes en 1959 à 2,87 millions en 2008 et les 50 années écoulées ont été la période de croissance la plus rapide de la population tibétaine depuis plusieurs siècles, a fait remarquer Qiangha Puncog, gouverneur de la Région autonome du Tibet ».
  14. (en) Colin P. Mackerras, People's Republic of China: Background Paper on the Situation of the Tibetan Population, A Writenet Report by Professor Colin P. Mackerras, commissioned by United Nations High Commissioner for Refugees, Protection Information Section (DIP), février 2005, 40 p., en part. p. 26 : « One reason for the difference is that the TGIE has a very different concept of what is included in Tibet. The TGIE claims as part of Tibet not only the autonomous prefectures of Qinghai, but the whole province. As it happens, by far the most populous part of the province is the capital Xining and its surrounding areas in Haidong. Approximately 3.5 million of the province’s 5 million people live in this eastern extremity of Qinghai, and they are overwhelmingly Han. One might add that this region has been dominantly or overwhelmingly Han for centuries and it seems far-fetched to claim that the Tibetan nation and identity are being submerged because most of the people there are Han ».
  15. (en) Andrew Martin Fischer, « “Population Invasion” versus Urban Exclusion in the Tibetan Areas of Western China » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-06, 2008 : « It is also clear, however, that rapid urban growth up to 2000 was disproportionately filled by Han, and to a lesser extent by Muslims in the case of Qinghai, relative to their overall population share. (...) In the TAR, the contrast between the rurality of Tibetans and the urbanity of the Han and Hui is extreme. Therefore, the key issue is not the overall population balance between Tibetans and outsiders, but the fact that outsiders have dominated urbanization. (...) Only in the main Tibetan cities and towns can it be argued that Han are outnumbering Tibetans, or at least matching their numbers. »
  16. Zhang Yongnian, vice-président de la Commission pour le développement et la réforme de l'assemblée populaire du Tibet, Quelle solution politique pour le Tibet ?, Annexe I - Les entretiens de la délégation, site Bienvenue au Sénat.
  17. (en) Emily T. Yeh, Living Together in Lhasa. Ethnic Relations, Coercive Amity, and Subaltern Cosmopolitanism.
  18. Roland Barraux, Histoire des Dalaï Lamas - Quatorze reflets sur le Lac des Visions, Albin Michel, 1993, réédité en 2002, Albin Michel, ISBN 2226133178.
  19. (en) Liu Jiangqiang, Preserving Lhasa's history (part one), in Chinadialogue, october 13, 2006.
  20. (en) Emily T. Yeh, Living Together in Lhasa. Ethnic Relations, Coercive Amity, and Subaltern Cosmopolitanism : « Lhasa’s 1950s population is also frequently estimated at around thirty thousand. At that time the city was a densely packed warren of alleyways branching off from the Barkor path, only three square kilometers in area. The Potala Palace and the village of Zhöl below it were considered separate from the city. »
  21. (en) Thomas H. Hahn, Urban Planning in Lhasa. The traditional urban fabric, contemporary practices and future visions, Presentation Given at the College of Architecture, Fanzhu University, October 21, 2008.
  22. (en) Heidi Fjeld, Commoners and Nobles. Hereditary Divisions in Tibet, Nordic Institute of Asian Studies, Copenhagen, 2005, en part. p. 18.
  23. Old Tibet falls to Chinese wreckers, The Independent, 17 avril 1994.
  24. Emily T. Yeh, op. cit.
  25. (en) EN.TIBET.CN (11 January 2008) Tibet gives concern for vehicle exhaust.
  26. Tibet, le pays sacrifié, Claude Arpi.
  27. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Thomas_Laird.
  28. (en) « Population transfer and control » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-06, site tibet.com, Gouvernement tibétain en exil : « In the early 1980s, the Tibetan Government-in-Exile estimated the Chinese population in the whole of Tibet at 7.5 million ».
  29. « Congressional Gold Medal Ceremony Address » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-09-14, Savetibet.org, 17 octobre 2007, le 14e Dalai Lama
  30. La culture tibétaine menacée de disparition.
  31. (en) BBC NEWS | World | Asia-Pacific | 'Eighty killed' in Tibetan unrest.
  32. (en) Migration into Tibet, freetibet.org.
  33. Tseten Samdup, op. cit. (en) « and in order to persuade Chinese workers and settlers to move to Tibet and remain there, the Chinese government needed to develop extensive economic, social and educational incentives. These include higher pay (as much as four times as high as in China,(20) longer leave; very favourable loans, housing and various individual privileges. All of these incentives are enormously costly for the government, and the government's resolve to maintain them testifies to the economic and political importance of maintaining a substantial Chinese populations in the Tibetan areas. »
  34. (en) Uros Pinteric, International Status Of Tibet, Slovenian Association for Innovative Political Science, 2003, Université de Ljubljana, Slovénie
  35. Le dalaï-lama : « Je suis un marxiste en robe bouddhiste ».
  36. (en) Donald Sewell Lopez Jr, Fascination tibétaine : du bouddhisme, de l'Occident et de quelques mythes, préface de Katia Buffetrille, traduit de l'anglais par Nathalie Münter Guiu, Paris, Éditions Autrement, 2003; (en) Donald Sewell Lopez Jr, Prisoners of Shangri-La: Tibetan Buddhism and the West, The University of Chicago Press, Chicago, 1998, en part. Introduction, p. 7; citation en anglais : « The invasion of Tibet by [China] was and still is represented as an undifferentiated mass of godless Communists overrunning a peaceful land devoted only to ethereal pursuits... Tibet embodies the spiritual and the ancient, China the material and the modern. Tibetans are superhuman, Chinese are subhuman ».
  37. (en) Andrew Martin Fischer, « "Population Invasion" versus Urban Exclusion in the Tibetan Areas of Western China » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-06.
  38. (en) Andrew Martin Fischer, « "Population Invasion" versus Urban Exclusion in the Tibetan Areas of Western China » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-06, p. 639 : « The assertions by exiles that Tibetans are becoming a minority in their homeland, or have already become a minority in certain regions, should also be taken with a grain of salt ».
  39. Quelle solution politique pour le Tibet ?, Annexe I - Les entretiens de la délégation, site Bienvenue au Sénat.
  40. Sur la crise tibétaine par Jean-Luc Domenach (2008)
  41. Le Figaro : Domenach-Jullien:l'Occident peut-il comprendre la Chine ?
  42. (en) BBC News (20 May 2008) Profile: The Dalai Lama
  43. Source: article de Françoise Robin (Enseignante de littérature tibétaine) paru le 16/08/2008 dans Rue 89
  44. a et b Récit du périple d'un Français à travers le Tibet, Nouvel Obs, Carlo Blanco, 13 décembre 2008
  45. (en) "What do we expect the United Kingdom to do?", Tibet Vigil Royaume-Uni, June 2002. Accessed 25 June 2006.
  46. Source : Françoise Pommaret Le Tibet : Une civilisation blessée Découverte Gallimard 2002 Page 123
  47. (en) Biography of a Tibetan Revolutionary Highlights Complexity of Modern Tibetan Politics
  48. (en) Barry Sautman, "Cultural genocide" and Tibet, in Texas International Law Journal, April 1, 2003 : « Tibetans are numerous at all rungs of the Tibet Autonomous Region (TAR) political hierarchy, except as Regional Party Secretary. Their political participation is unlike the situation in Ladakh, which is a largely Tibetan Buddhist area of India, a country whose political system the emigre leaders fulsomely praise. The Indian Administrative Service has reportedly never employed any of the many Ladakhi Buddhists who have passed its examinations. »
  49. a, b et c (en) Barry Sautman, Protests in Tibet and Separatism: the Olympics and Beyond, sur le site Black and White Cat, 1er avril 2008.
  50. (en) German scholar refutes Dalai's claim of 'cultural genocide' in Tibet, 24 avril 2008.
  51. (en) German scholar refutes Dalai's claim of 'cultural genocide' in Tibet, 24 avril 2008 : « Even taking the short-term residents into account, the Han people account for an estimated 20 to 25 percent of (the) entire population in Tibet, while ethnic Tibetans are still the "overwhelming majority of about 75 to 80 percent". »
  52. (en) Topden Tsering, 'Hands off' isn't enough for Tibet. Dalai Lama stops short of autonomy, site SFgate.com, July 24, 2005 : « (...) Jamyang Norbu, a 51-year-old Tibetan novelist, playwright and activist who is widely seen as the enduring voice of Tibetan independence ».
  53. (en) A Losar gift for rangzen activists, Jamyang Norbu.
  54. (en) Andrew Martin Fischer, State Growth and Social Exclusion in Tibet: Challenges of Recent Growth, Nordic Institute of Asian Studies Press, Copenhagen, 2005.
  55. (en) A. S. Bhalla and Mark Brenner, Literacy and basic education, in Poverty and inequality among Chinese minorities (A. S. Bhalla, Shufang Qiu eds), No 22 de Routledge studies in the Chinese economy, Routledge, 2006, 202 p., pp. 81-82.
  56. Jack Ives and Bruno Messerli, The Himalayan Dilemma, Routledge, 1989, p. 233 (cité par Doroth Stein, dans People Who Count, Earthscan, 1995, note 1) : citation : the Han themselves do not like to settle in Tibet; their children are subject to pulmonary oedema, and adults to altitude sickness?.
  57. (en) Tenzin Nyinjey, Why Tibetans Must Opt for Rangzen, sur le site phayul.com, 19 novembre 2008 : « China has no genuine respect for Tibetan culture, language and religion. For them Tibetan religion and culture is nothing but superstition and backwardness. As such it is the sacred duty of every Chinese to bring “civilization” to the Tibetans by bringing in Chinese language, culture and “civilization”. In a nutshell, Chinese civilization and modernization in Tibet is nothing but to SINICIZE the whole Tibetan population. »
  58. The Next Generation: State of Education in Tibet Today (1997), voir le paragraphe C. SENDING OF TIBETAN STUDENTS OUTSIDE TIBET.
  59. Source : La Chine envahit le Tibet par Claude B Levenson.
  60. (en) Richard Pierre Claude, compte rendu de Howard B. Tolley Jr., The International Commission of Jurists: Global Advocates for Humam Rights, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1994, in Human Rights Quarterly, August 1994 : « Based on documentation and named respondents, the author presents the tale of the United States Central Intelligence Agency (CIA) in secretly bankrolling the formation of the ICJ as an instrument of the Cold War. [...] Tolley shows that the tainted source of funding was unknown to most ICJ officers and members, [...] ».
  61. (en) Howard B. Tolley Jr., The International Commission of Jurists: Global Advocates for Humam Rights, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1994, in Human Rights Quarterly, August 1994 : « Part 1 [of the book] describes how the ICJ began in response to Stalinsit totalitarianism. The United States Central Intelligence Agency (CIA) covertly arranged an inaugural conference in Berlin to counter the Soviet controlled International Association of Democratic Lawyers (IADL). »
  62. Commission internationale de juristes, La question du Tibet et la primauté du droit, Genève, 1959
  63. Jacques Leclerc, Source : Université Laval.
  64. Heidi Fjeld, Commons and nobles. Hereditary divisions in Tibet, Nordic Institute of Asian Studies, Copenhagen, NIAS Press, 2005, (ISBN 87-91114-17-9), chap. Knowledge and education, p. 125 et note 13, p. 131 : « (...) some institutions for higher learning offer studies of Tibetan subjects. These institutes for nationalities are found in Chinese provinces outside the Tibetan areas, and many young Tibetans are now being educated there. Middle school pupils with good marks or from well-connected families are offered the chance to study at an institute in the mainland. These positions are much coveted by Tibetans, by both the pupils and their parents, as the institues for nationalities provide subjects not available in Tibet. The subjects include classical Tibetan language and grammar, Tibetan history (ancient and modern) and religion (Buddhism and Bon). Moreover, a degree fromone of these institutes guarantees a future job. Note 13 : The institutes for nationalities in China are probably less popular in Lhasa than in, for instance, Kham and Amdo, where some of these schools are located (...) ».
  65. Source : Tibet : un peuple en sursis Texte de Claude B. Levenson avec des photos de Pierre-Yves Ginet Actes Sud, 2000, page 53 et suivantes.
  66. Kent Ewing, Pékin n'a toujours pas réussi à dompter le Tibet, Asia Times Online.
  67. (de) Horst Südkamp, Breviarium der tibetischen Geschichte, Opuscula Tibetana, Éditeur Tibet-Institut, 1998 p. 191, « Die ersten Kollektivierungsversuche der Landwirtschaft wurden in Angriff genommen, die allerdings in Kham sofort auf Widerstand stießen und der Besatzungsmacht den Vorwand lieferten, das 17-Punkte Abkommen zu brechen. Es wurden 40.000 chinesische Bauern in Tibet angesiedelt ».
  68. 4.1 Development imperatives: economic development and population transfer, Population transfer
  69. Tsering Shakya The Dragon in the Land of Snows, Columbia University Press, 1999, 574 pages, ISBN 978-0712665339
  70. Rolf Stein (en) Tibetan Civilization, 1972, Stanford University Press, ISBN 0-8047-0806-1, (fr) La civilisation tibétaine, Édition L'Asiathèque; 1 janvier 1992, (ISBN 2901795285).
  71. Cf (en) Dr Michael Parenti, Friendly Feudalism: The Tibet Myth, Global Research, November 18, 2007; cet auteur donne comme source : Karan, The Changing Face of Tibet, London Times, 4 July 1966.
  72. Elisabeth Martens, Histoire du bouddhisme tibétain : la compassion des puissants, L'Harmattan, 2007, p. 233.
  73. Les bergers tibétains contraints de rejoindre les villes
  74. Anne Marie Blondeau
  75. La Chine force les nomades tibétains à habiter en ville : info ou intox ?
  76. Dans la partie septentrionale du plateau Qinghaï-Tibet, la moyenne annuelle des précipitations a reculé de 100 à 80 mm, tandis que la température moyenne croissait de 1°C. En outre, à la raréfaction de l'eau potable, provoquée par le recul des glaciers, vient s'ajouter celle de l'herbe.
  77. Créer une nouvelle activité économique sur la base de 1 ou 2 habitants par km carré est impossible.
  78. (en) Jones Mark Anthony Jones, Flowing Waters Never Stale: Journey Through China, Zeus Publications, Burleigh MDC, Queensland, 2008 - (ISBN 978-1-921406-32-4) : « Many Tibetans are clearly keen to benefit from the money that the sharply increasing number of tourists bring, producing and selling all kinds of traditional handicrafts, and (...) some of these cultural products on sale to tourists have also become popular with the Tibetans themselves, which is why cultural production, now linked to tourism, is 'a very important factor in the revitalisation of Tibetan culture' ».
  79. a et b Claire Goubier et Virginie Morel, Tibet, les touristes chinois à l'assaut, Marianne, 11 août 2007].
  80. Source : Elisabeth Martens.
  81. Le Tibet, zone interdite à cent jours des Jeux olympiques.
  82. Echos du Tibet, Reportage, Le Monde, 12 décembre 2008, Bruno Philip
  83. (en) Xu Mingxu and Yuan Feng, The Tibet Question; A New Cold War, in Barry Sautman, June Teufel Dreyer (sous la direction de), Contemporary Tibet: Politics, Development, and Society in a Disputed Region, China Perspectives, No 68, novembre-décembre 2006, p. 313 : « (...) the Tibetans are changing (...). They are now using electric lights as a substitute for butter lamps. They are cooking with gas instead of yak chips. They travel by buses, cars, motorcycles, planes, and bicycles (...). They are enjoying other basic conveniences of modern times, such as telephones, movies, televisions, and running water. Computers and the Internet are entering Tibetan schools, businesses, government offices, and social services. Children, middle-aged, and even old Tibetans like to watch TV at home. They visit temples less frequently than they did in the past (...) ».
  84. (en) Isaac Stone Fish, Charity Case. Whether they like it or not, China has been very good for Tibetans, Newsweek Web, Feb 17, 2010 : « The other story is that, for China's many blunders in mountainous region, it has erected a booming economy there. Looking at growth, standard of living, infrastructure, and GDP, one thing is clear: China has been good for Tibet. Since 2001, Beijing has spent $45.4 billion on development in the Tibet Autonomous Region (TAR). (That's what the Chinese government calls Tibet, even though many Tibetans live in neighboring provinces, too). The effect: double-digit GDP growth for the past nine years. About a third of the money went to infrastructure investment, including the train connecting Beijing to Lhasa. "A clear benefit of the train was that it makes industrial goods cheaper for Tibetans, who, like everyone else in the world, like household conveniences, but normally had to pay very high prices," said Ben Hillman, a Tibet expert from the Australian National University's China Institute. The train also provides an opportunity for Tibetan goods to be sold outside of the region and for a massive increase in number of tourists, reaching more than 5.5 million in 2009 - up from close to 2 million in 2005, the year before the train (...) Last month, President Hu Jintao held the Communist Party's fifth Tibet planning conference, the first since 2001, to strategize on the upcoming years. He said that Tibetan rural income will likely match China's average by 2020. »
  85. Source : Article de Marianne des journalistes Claire Goubier et Virginie Morel du 11 août 2007.
  86. II. Poverty in Tibet « The Chinese government's claims that Tibetans have benefited greatly from their policies regarding poverty can also be tackled on their own terms. Even if one were to rely on Chinese statistics themselves there is an indication that over 70 % of the people living in the Tibet Autonomous Region are below the poverty line. These figures are also confirmed by refugee reports which indicate that many people face problems with food shortages, access to health care, education, and in other areas such as employment and housing »