Tsepon W. D. Shakabpa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wangchuk Deden Shakabpa
Wangchuk Deden Shakabpa, photo de son passeport
Wangchuk Deden Shakabpa, photo de son passeport
Fonctions
Ministre des finances
19391950
Gouvernement Gouvernement tibétain
Représentant du Bureau du Tibet de New Delhi
juin 19601966
Gouvernement Gouvernement tibétain en exil
Successeur Kalon Thupten Ningee
Biographie
Date de naissance 11 janvier 1907
Lieu de naissance Lhassa, Drapeau du Tibet Tibet
Date de décès 23 février 1989 (à 82 ans)
Lieu de décès Corpus Christi (Texas), Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité Tibétaine
Conjoint Pema Yudon Shakabpa
Enfant(s) Tsoltim Ngima Shakabpa
Tsering Wangyal
Thubten Chukie Shakabpa-Wangdu
Résidence New Delhi et New York

Tsepon W. D. Shakabpa

Tsepon Wangchuk Deden Shakabpa (tibétain དབང་ཕྱུག་བདེ་ལྡན་ཞྭ་སྒབ་པ, Wylie : dbang phyug bde ldan zhwa sgab pa , 11 janvier 1907, Lhassa, Tibet[1] - 23 février 1989, Corpus Christi (Texas), États-Unis) est un homme politique et historien[2] tibétain descendant de la famille noble des Shakabpa[3]. Tsepon était le titre du ministre des finances du Gouvernement tibétain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les quatre tsipon dans le jardin de Dekyi Lingka. De gauche à droite : Shakapa, Ngapo Ngawang Jigme, Lukhangwa et Namseling Paljor Jigme.

Tsepon Shakabpa, né à Lhassa le 11 janvier 1907, est le fils de Tashi Phuntsok Shakabpa, steward de Lhassa[4], et de son épouse Samdup Dolma[5]. Son plus jeune frère, Thubten Tsepal Taikhang, est né en 1919. Une conversation en 1931 avec son oncle Trimön, ministre du gouvernement du 13e dalaï-lama ayant participé à la Convention de Simla, fut à l'origine de sa fascination pour l'histoire du Tibet[4].

Il devint membre du gouvernement tibétain à l'âge de 23 ans et fut secrétaire laïc du Kashag avant de devenir ministre des Finances du gouvernement tibétain[6] de 1939 à 1950 lors de la période de l'indépendance de facto.

Mission commerciale en 1947-1949[modifier | modifier le code]

Tsepon Shakabpa rencontre Lord Louis Mountbatten, en 1948. Kuladharma Ratna traduit, tandis que Pomdawa Lozang Yarpel, membre de la mission commercial se tient à l'arrière.

Fin 1947, le Kashag envoya une délégation tibétaine conduite par Shakabpa, alors ministre des finances, afin « d'investiguer les conditions commerciales pour l'importation au Tibet de produits étrangers d'Inde, d'Amérique, de Chine et d'Angleterre, ansi que les exportations tibétaine de laine, queues de yak et fourrures, pour le bénéfice du pays et de ses habitants »[7]. Selon Tsering Shakya et Anne-Marie Blondeau, cette mission commerciale avait aussi pour but de montrer que le Tibet était un pays indépendant et que ses liens avec la Chine étaient de nature religieuse[8].

Au cours de ce voyage, qui dura de fin 1947 à début 1949, il se rendit en Inde, en Chine, à Hong Kong, aux États-Unis en Angleterre, en France, en Suisse et en Italie[9]. Son jeune frère (Thubten Tsepal Taikhang) ainsi que le jeune abée Khenchung Changkhyim Tupten Tsepel (Mkhan chung Chang khyim Thub bstan tshe dpag), le militaire Surkhang Lhawang Topgyal et l'homme d'affaire Pandatsang Rapga (en) et le traducteur Kuladharma Ratna, prirent part à cette mission dont l'objectif économique était l'introduction de machines pour l'agriculture, l'élevage au Tibet, et la transformation de la laine, ainsi que d'obtenir le relâchement du contrôle indien sur les exportations du Tibet et l'achat d'or pour la monnaie tibétaine. Du point de vue politique, des passeports furent délivrés aux membres de la délégation pour, selon Shakabpa lui-même, souligner l'indépendance du Tibet, dont le statut n'était bien compris dans le monde, l'information provenant alors principalement de sources chinoises[10]. Selon Thupten Samphel, porte-parole du dalaï-lama, représentant du gouvernement tibétain en exil : « Ceci indique que là où Tsepon W. D. Shakabpa s'est rendu en visite, on a reconnu le passeport délivré par le gouvernement tibétain »[11].

Début 1948, la mission se rendit en Chine et visita Shanghai, Pékin et Hongchow avant d'arriver à Nankin en mai. Elle évita le piège du Kuomintang qui tenta de faire apparaître les délégués comme représentants officiels du Tibet lors de l'élection du président de l'assemblée nationale chinoise. La mission se contenta d'adresser un message de félicitations à Tchang Kaï-chek, réélu à la présidence. Ils rencontrèrent des difficultés diplomatiques pour obtenir des visas sur leurs passeports tibétains, dont la validité était contestée par les Chinois. Des aménagements diplomatiques subtils leurs permirent de poursuivre leur voyage par Honolulu, San Francisco, Washington et Londres. Si les discussions avec les Américains et les Britanniques portèrent principalement sur les affaires économiques et financières, ce fut aussi l'occasion de présenter le problème du Tibet dans les chancelleries occidentales et dans l'opinion publique. Une lettre du 14e dalaï-lama fut remise au président Harry S. Truman. Le gouvernement des États-Unis envisagea la chute du Kuomintang, et l’opportunité de considérer les Tibet comme un État indépendant plutôt que comme appartenant à la Chine communiste[12].

La question du passeport[modifier | modifier le code]

Le passeport de Wangchuk Deden Shakabpa, émis le 10 octobre 1947

Une illustration du passeport de Tsepon W. D. Shakapba a été publiée en 1967 dans son livre Tibet: A political History. Le passeport original a été retrouvé en 2003 au Népal[11]. Délivré par le Kashag (cabinet du gouvernement tibétain) à son ministre des finances Tsepon Shakabpa en voyage à l'étranger, le passeport, similaire au message des officiers nominaux qui distribuent les passeports aujourd'hui, est muni d'une photographie et stipule dans un texte bilingue tibétain - anglais (le passeport ne comporte aucune inscription en chinois) que "le possesseur de cette lettre - Tsepon Shakabpa, Chef du Département des Finances du Gouvernement du Tibet, est envoyé en Chine, aux États-Unis d'Amérique, au Royaume-Uni et dans d'autres pays pour explorer et réviser les possibilités commerciales entre ces pays et le Tibet"[13],[14],[15]. Le passeport, établi à Lhassa par le Kashag (le Conseil des ministres), est daté du 26e jour du 8e mois de l'année du Cochon de Feu selon le calendrier tibétain (10 octobre 1947 dans le calendrier gégorien)[16].

Le passeport a reçu les visas de nombreux pays et territoires, dont l'Inde, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l'Italie, la Suisse, le Pakistan, l'Irak, Hong Kong, mais pas de la Chine. Certains visas révèlent un statut officiel, comportant les mentions "visa diplomatique", "courtoisie diplomatique", "visa de service", "officiel gratuit", ainsi que "pour officier du gouvernement".

Selon la famille Shakabpa ainsi que Friends of Tibet, une association solidaire des Tibétains en exil, ce passeport démontre que le Tibet était indépendant en 1948[9],[17]. Selon Thupten Samphel, un porte-parole du dalaï-lama, « cela indique que les endroits qu'il a visité ont reconnu le passeport délivré par le gouvernement tibétain »[11].

Barry Sautman, professeur associé de l'université de science et de technologie de Hong Kong, déclare pour sa part que les passeports d'un état non reconnu n'ont pas de valeur aux yeux des états reconnus et que l'apposition d'un visa ne saurait impliquer reconnaissance[18]. Il cite à cet égard un texte sur la politique en matière de visa dans l'Union européenne : « en règle générale on n'appose pas de visa sur un passeport non reconnu ou, si on le fait, il est expressément stipulé que cet acte n'implique pas de reconnaissance de la part de l'autorité délivrante »[19].

Les négocations tibéto-chinoises qui n'eurent pas lieu en 1950[modifier | modifier le code]

Délégation tibétaine qui rencontra le premier ministre Nehru à New Delhi, le 8 septembre 1950. Premier rang : Tsecha Thubten Gyalpo, Pema Yudon Shakabpa (épouse de Tsepon Shakabpa), Indira Gandhi, Jawaharlal Nehru, Tsering Dolma, Tsepon Wangchuk Deden Shakabpa, Depon Phuntsok Tashi Takla. Dernier rang : Jigmé Taring, moine inconnu (Geshe Lodo Gyatso?), et Chepon Chemo Driyul (beau-frère de Tsepon Shakabpa).

A l'initiative de Gyalo Dhondup, au printemps 1950, des négociations devaient commencer entre Tibétains et Chinois[20]. L'assemblée nationale tibétaine envoya une délégation tibétaine dirigée par Shakabpa, comprenant en outre Tsecha Thubten Gyalpo et Geshe Lodo Gyatso[21], qui arriva en Inde le 6 mars. Les Chinois proposèrent que les pourparlers se déroulent à Hong Kong, alors sous administration des Britanniques qui refusèrent pour des raisons politiques d'accorder un visa à la délégation tibétaine. Shakabpa le demanda au gouvernement du Bengale occidental qui lui accorda un visa « officiel gratuit de courtoisie ». Le 4 juin, alors que leurs bagages étaient enregistrés pour Hong Kong, les Tibétains furent priés de débarquer. Shakabpa se rendit à Delhi où il s'entretint avec K. P. S. Menon et sir Archibald Nye (en), le haut-commissaire britannique, faisant valoir que leurs gouvernements étaient favorables à des négociations tibéto-chinoises à à Delhi[22].

Shakabpa demanda à Archibald Nye son opinion sur les conséquences d'un échec des pourparlers. Nye envisagea que la Chine pourrait (1) envahir le Tibet et y imposer son régime, (2) essayer de subvertir le Tibet par infiltration, (3) essayer d'obliger le Tibet d'accepter sa politique par une diplomatie de menaces et de promesses, ou (4) laisser le Tibet tranquille. Shakabpa demanda alors si le gouvernement britannique viendrait en aide au Tibet en cas d'invasion et d'attaques militaires de la Chine. Sans parler officiellement au nom de son gouvernement, Nye répondit par la négative, n'envisageant pas de perspective à une aide militaire britannique dans une telle circonstance. La même question posée à Loy W. Henderson (en), l'ambassadeur américain à Delhi reçu également une réponse négative. Henderson précisa cependant que les États-Unis avaient parfois accepté d'aider des pays menacés par les communistes. L'entretient fut également qualifié de privé et personnel. La question fut ensuite discutée entre les gouvernements britannique et américain qui conclurent qu'il n'était pas facile d'aider les Tibétains, le terrain n'étant pas favorable, et qu'il relevait du gouvernement indien d'en décider car armes et munitions devaient passer par l'Inde[23].

En septembre 1950, Shakabpa rencontra le premier ministre indien Nehru[24] qui le questionna sur les progrès des pourparlers. Cependant, le gouvernement chinois refusa un courrier adressé par Lhassa suggérant Delhi comme lieu pour des négociations, montrant que les Chinois ne voulaient pas négocier dans la capitale indienne[25].

L'appel du Tibet aux Nations unies en 1950[modifier | modifier le code]

Quand la RPC intervint au Tibet en 1950, il rejoignit l'Inde[26]. L’appel du Tibet aux Nations unies, signé par le kashag et l’assemblée nationale du Tibet et daté du 7 novembre 1950, fut envoyé par fax de la résidence du Tsepon W. D. Shakabpa, à Kalimpong[27].

Discussion à l'ambassade américaine de Delhi (1951)[modifier | modifier le code]

Selon un compte rendu de conversation (memorandum of service) rendu public par les États-Unis[citation nécessaire], une réunion entre Fraser Wilkins, premier secrétaire de l'ambassade américaine de Delhi, et Shakabpa en sa qualité de « représentant personnel du dalaï-lama »[citation nécessaire] accompagné de Jigmé Taring, eut lieu le 26 mai 1951, avec pour objet « les rapports entre les États-Unis et le Tibet »[citation nécessaire]. Shakabpa informe Wilkins qu'ils ont reçu un message de la délégation tibétaine à Pékin : le 13 mai, les discussions autour de l'accord en 17 points étaient dans l'impasse et qu'ils souhaitent recevoir les conseils des États-Unis sur ce que le Tibet devrait faire si les pourparlers échouent. Il ajoute que les Chinois veulent contrôler totalement la défense et les affaires étrangères, et que le dalaï-lama refuse inflexiblement de concéder aux demandent chinoises. Si les Chinois faisaient pression en poursuivant leur incursion au Tibet, alors le dalaï-lama quitterait le Tibet. Précisant qu'il a lu la lettre de Loy W. Henderson (en), Shakabpa posa six questions à Wilkins : (1) Le Tibet doit-il informer l'ONU si les pourparlers échouent ? (2) Le Tibet n'ayant pas de relations avec Ceylan, les États-Unis soutiendraient-ils une demande d'asile pour le dalaï-lama et son entourage ? (3) Les États-Unis accorderaient-ils l'asile au dalaï-lama est à environ 100 personnes de son entourage, et pourvoiraient-ils aux frais[28]? (4) « Si le dalaï-lama quittait le Tibet, est-ce que les États-Unis seraient disposés à lui fournir une assistance militaire et financière lorsque la situation serait mûre, afin de permettre à des groupes tibétains de se soulever contre l'envahisseur communiste chinois ? »[29], (5) les États-Unis accepteraient-ils d'établir une représentations pour une liaison entre les représentants américains et les autorités tibétaines, le 6e point était une demande d'asile pour Thupten Jigme Norbu qui s'inquiétait de quitter le Tibet[28]. Selon la site Western Shugden Society (en) des adeptes de Shugden, Shakabpa rappela sa précédente conversation sur une éventuelle assistance militaire à l'été 1950 et demanda si une aide était encore possible[30].

Mission à l'ONU en 1959[modifier | modifier le code]

En 1959, lorsque l'Irlande et la Malaisie ont mis la question Tibet à l'ordre du jour de l'Assemblée générale des Nations Unies, Tsepon W. D. Shakabpa avec Gyalo Dhondup et Rinchen Sadutshang sont allés à New-York en mission de soutien[31],[32]. Ils étaient accompagnés de Hugh Richardson, le dernier représentant britannique à Lhassa et de Chanakya Sen[33], un avocat indien assurant la fonction de conseiller juridique du dalaï-lama[32]. Lors de l'assemblée générale qui s'est tenue les 20 et 21 octobre, la Résolution 1353 adoptée a rappelé le respect des droits de l'homme et a souligné l'identité culturel et religieuse du Tibet. La résolution n'a toutefois fait aucune mention de la République populaire de Chine[31].

Selon Melvyn C. Goldstein, après avoir joué un rôle clé en 1950-1951 dans les rapports avec les États-Unis et l'Inde, Shakabpa est devenu l'un des chefs d'un groupe de résistance anti-chinois en Inde, le Jenkhentsisum (acronyme formé des titres de ses trois dirigeants : Gyalo Dhondup, Tsipön Shakabpa, et Khenjung Lobsang Gyentsen — littéralement, jen (frère aîné), khen (khenjung), tsi (tsipön), et sum (le nombre 3)[34],[35].

Représentant du dalaï-lama à New Delhi (1960-1966)[modifier | modifier le code]

Il fut le premier représentant du dalaï-lama à Delhi, et débuta sa fonction en juin 1960. Jusqu'en 1966, il fut le représentant principal du 14e dalaï-lama à New Delhi[26],[16], où il fut responsable du Bureau du Tibet[36].

Travaux d'historien[modifier | modifier le code]

Shakabpa rencontra personnellement des experts de l'histoire du Tibet comme Peter Aufschnaiter, l'anthropologue Pierre de Grèce, Hugh Richardson, Rolf Stein, Giuseppe Tucci, Rahul Sankrityayan (en), Turrell Wylie et Luciano Petech[37]. Shakabpa est l'auteur de plusieurs livres, dont Tibet, une histoire politique, publié en 1967 aux éditions Yale University Press[26]. Au milieu des années 1970, il vit à New York, et utilise la collection tibétaine de l'Université de Columbia, et rencontre à cette occasion le tibétologue Matthew T. Kapstein[38]. Un autre tibétologue contemporain qu'il rencontra est David Jackson[37].

Mort[modifier | modifier le code]

Wangchuk Deden Shakabpa est mort d'un cancer de l'estomac en 1989, chez Tsoltim Ngima Shakabpa, son plus jeune fils, à Corpus Christi au Texas. Il avait 82 ans et avait vécu à New Delhi et Manhattan[26].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Tibet: A Political History, 1967, Yale University Press, New Haven and London, 369 pages
  • (en) 'The Dalai Lama's 1913 Proclamation' (extrait de Tibet: A Political History, Yale University Press, New Haven, 1967, pp. 246-248), in Alex McKay (editor), The History of Tibet - The Modern Period: 1895-1959, Cornell University Press, 2003, (ISBN 0-415-30844-5) (aperçu limité en ligne)
  • The Vaidurya g.yaʼ sel of Sde-srid Sangs-rgyas-rgyamtsho, together with the Snyan sgron nyis brgya brgyad pa; two works clarifying and elucidating controversial points in the author's monumental astronomical and astrological treatise, the Vaidurya dkar po, Volume 1, 1971, avec Thubten Tsepal Taikhang, Éd. Taikhang
  • (en) Rare Tibetan historical and literary texts : from the library of Tsepon W. D. Shakabpa, 1974, compilé and publié par T. Tsepal Taikhang, Éd. Taikhang
  • (en) One hundred thousand moons: an advanced political history of Tibet, 2010, traduit par Derek F. Maher, Ed. Brill, 1184 pages, (ISBN 9004177329)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Interview: W.D. Shakabpa, Tibetan Bulletin, Volume 16, Information Office of the Central Tibetan Secretariat, 1985, p. 24 : « Ku-ngo W.D. Shakabpa is a well known figure in the Tibetan scene. Born on January 11, 1907 in Lhasa, he began service with the Tibetan Government at the age of 23. »
  2. (en) Bhuchung Tsering, Did I have a hand in translating Shakabpa’s new book on Tibetan History?, 11 avril 2010.
  3. (en) Derek F. Maher, Translator's preface in Tsepon Wangchuk Deden Shakabpa, One Hundred Thousand Moons: An Advanced Political History of Tibet, vol. 1, BRILL, 2010, p. xi : « Wangchuk Deden, the scion of the noble Shakabpa family ».
  4. a et b (en) Derek F. Maher, Préface, One Hundred Thousand Moons: An Advanced Political History of Tibet, Volume 1
  5. Karma Gyatsho, Tsepon Wangchuk Deden Shakabpa (1908-89): A Brief Biography The Tibet Journal, Volume 16, 1991, p. 90 : « Tsepon W. D. Shakabpa was born to Lhachag Tashi Phuntsok Shakabpa and Samdup Dolma in Lhasa »
  6. Michael Harris Goodman, Le Dernier Dalaï-Lama ?, 1986, p. 57.
  7. Alex McKay, The History of Tibet: The modern period : 1895-1959, p. 576.
  8. Tsering Shakya et Anne-Marie Blondeau, Faits historiques, in Le Tibet est-il chinois ?, Anne-Marie Blondeau, Katia Buffetrille, p. 83-84
  9. a et b (en) Tenzin Tsundue, Shakabpa's Passport Recovered, Phayul.com, 1er avril 2004.
  10. (en) Shakabpa, Tsepon Wangchuk Deden (4e druk 1988) Tibet: A Political History, Potala Publications, New York, (ISBN 0-9611474-1-5), pp. 294-295. « On October 25 th of the same year, the Tibetan government decided to send a Trade Delegation to India, the United Kingdom, the United States, and China. I was assigned to head the delegation and the other members were my younger brother, Khenchung Changkhyim, and Dapon Surkhang and Rimshi Pangdatshang. There were three reasons for dispatching the Trade Delegation: 1. Tibet’s non-Asian exports, chiefly wool, followed by musk, furs, and yak-tails, were usually sold by way of India. All trade business was negotiated through India, which paid Tibet in rupees. The object of the Trade Delegation was to seek the relaxation of Indian control on Tibetan exports and to request payment in dollars or pounds sterling instead of rupees; otherwise, it would be necessary to seek direct trade relations with foreign countries. The Delegation was also to look for import prospects and to find suitable machines for use in agriculture and in wool factories. 2. The Delegation was to purchase gold bullion for the backing of Tibetan currency. 3. As the world was not properly informed of Tibet’s political status, and since what it did know was chiefly from Chinese sources, it was necessary for Tibet to open formal relations with other nations of the world. To demonstrate Tibet’s independent and sovereign status, Tibetan passports were issued to the members of the Delegation for travel abroad. (These were the first official Tibetan passports ever issued for foreign travel.) »
  11. a, b et c (en) Jeremy Page, Crumpled passport ‘proves’ Tibet independence claim, The Times, 23 juin 2007.
  12. Roland Barraux, Histoire des dalaï-lamas. Quatorze reflets sur le lac des visions, éditions Albin Michel, 1993. Réédité en 2002 chez Albin Michel, (ISBN 2226133178), p. 322-323
  13. (en) Tsepon W.D. Shakabpa Tibet: A Political History (1967), Yale University Press, New Haven and London: « English text on the passport: "The bearer of this letter – Tsepon Shakabpa - Chief of the Finance Department of the Government of Tibet, is hereby sent to China, the United States of America, the United Kingdom and other countries to explore and review trade possibilities between these countries and Tibet. We shall, therefore, be grateful if all the Governments concerned on his route would kindly give due recognition as such, grant necessary passport, visa, etc. without any hindrance and render assistance in all possible ways to him. Seal of the KASHAG (Cabinet of Tibet), Lhasa. Date this 26th day of the 8th month of Fire-Pig year (Tibetan). »
  14. Independent Tibet – The Facts (Jamyang Norbu), http://www.tibetjustice.org/jamyangnorbu/
  15. Conference for an Independent Tibet to display rare Historic document (Phurbu Thinley), http://www.phayul.com/news/article.aspx?id=16947&t=1
  16. a et b http://www.friendsoftibet.org/mediaonfot/20040402a.html
  17. (en) Statement from Shakabpa family regarding Tsepon Shakabpa's passport, Phayul.com, 5 avril 2004.
  18. (en) Barry Sautman, “All that Glitters is Not Gold”: Tibet as a Pseudo-State : « Passports of an unrecognized state have not standing with recognized states ; placing of visa on them can't imply recognition. »
  19. Barry Sautman, op. cit., p. 13, note 93 : « an unrecognized state or government is considered to have no authority to issue passports. Documents issued by urecognized states or governments are not regarded as "passports". They are accorded no official standing ; generally no visa is affixed on an unrecognized passport or, if a visa is affixed, such action is expressly said not to imply recognition of the issuing authority » (source : Annalisa Melone, Visa Policy Within the European Union Structure, Berlin, Springer, 2006) (« On considère qu'un état ou un gouvernement non reconnu n'a aucune autorité pour délivrer des passeports. Les documents délivrés par des états ou des gouvernements non reconnus ne sont pas considérés comme étant des "passeports". On ne leur accorde aucune validité officielle, en règle générale on n'appose pas de visa sur un passeport non reconnu ou, si on le fait, il est expressélment stipulé que cet acte n'implique pas de reconnaissance de la part de l'autorité délivrante »).
  20. Claude Arpi, op. cit., p. 223
  21. (en) Dawa Norbu, China's Tibet Policy
  22. Claude Arpi, op. cit., p. 223-227
  23. Claude Arpi, op. cit., p. 229
  24. (en) Tsepon W. D. Shakabpa, Derek F. Maher, One hundred thousand moons, Volume 1, p. 575 : « The Tibetan Delegation to India met with Indian Prime Minister Nehru at his residence in New Delhi in 1950. Front row: Tsecha Thubten Gyalpo, Pema Yudon Shakabpa (wife of Tsepon Shakabpa), Indira Gandhi, Prime Minister Jawaharlal Nehru, Tsering Dolma (older sister of His Holiness the Dalai Lama), Tsepon Wangchuk Deden Shakabpa, Depon Phuntsok Tashi Takla (husband of Tsering Dolma). Back row: Dzasa Jigme Taring, Unknown monk, and Chepon Chemo Driyul (brother-in-law of Tsepon Shakabpa). »
  25. Claude Arpi, op. cit., p. 230
  26. a, b, c et d (en) Tsepon W. D. Shakabpa, Tibetan Scholar, 82, The New York Times, 25 février 1989.
  27. Claude Arpi, Tibet, le pays sacrifié, Calmann-Lévy, 2000, pp. 301-302.
  28. a et b (en) Tsering Shakya, Dragon In The Land Of Snows: The History of Modern Tibet since 1947, p. 168-169
  29. (en) Melvyn C. Goldstein, A History of Modern Tibet, Vol. 2: The Calm Before the Storm: 1951-1955, University of California Press, 2007, (ISBN 0520249410 et 978-0520249417), 639 p., pp. 123-124 : « Shakabpa then listed six specific operational questions he and Liushar needed to have answered. These queries cut right to the heart of the matter: […] (4) If Dalai Lama leaves Tibet would the US be willing supply the Dalai Lama with military assistance and loans of money when the time was ripe for the purpose enabling of Tibetan groups to rise against the Communist Chinese invader? Money was needed to encourage groups. »
  30. (en) The Dalai Lama Cables: No Nobel Peace - Part 1, Western Shugden Society (en) (WSS) : « (...) Shakabpa recalled his previous conversation the summer of 1950 with respect to military assistance and wondered if we were still willing to help. »
  31. a et b (en) Tsepon W. D. Shakabpa, Tibet - A Political History, 1988, Potala Publications, New York, (ISBN 0-9611474-1-5), p. 308, 312, 321.
  32. a et b (en) Tsering Shakya, Dragon In The Land Of Snows: The History of Modern Tibet since 1947
  33. Dalaï-lama, Sofia Stril-Rever, Appel au monde
  34. Melvyn C. Goldstein, op. cit., pp. xxv et xxviii.
  35. Selon Melvyn Goldstein, cette organisation secrète, formée par un frère aîné du dalaï-lama et deux hauts responsables du gouvernement tibétain, Shakabpa et Lobsang Gyentsen, recherchait le soutien des États-Unis et de l'Inde et, à partir de 1955, eut partie liée avec la faction Namseling à Lhassa et avec Phala, le chambellan du dalaï-lama. Elle s'avéra une force importante opposée à l'occupation chinoise du Tibet et à tout accommodement avec la Chine (Melvyn Goldstein, op. cit., pp. 548-549 : (« While the Dalai Lama was in China, a secret anti-Chinese resistance group emerged in India independent of the Tibetan government. Headed by his own older brother Gyalo Thondup and two other government officials, Shakabpa and Lobsang Gyentsen, Jenkhentsisum, as it was known, sought support from India and the United States and in the second half of 1955, came to be linked with the anti-Chinese Namseling clique in Lhasa and the Dalai Lama’s Lord Chamberlain Phala. It would become an important force opposed to the Chinese occupation of Tibet and to compromising solutions with China. »)
  36. (en) Namgyal Lhamo Taklha, Born in Lhasa, p. 102-103
  37. a et b (en) Jamyang Norbu, Shakabpa and the awakening of Tibetan history, 6 décembre 2011
  38. (en) Matthew T. Kapstein, Forword, 2009