Histoire philatélique et postale du Tibet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Timbre du Tibet de 1934

De 1909 à fin 1911[modifier | modifier le code]

De 1909 à la fin de 1911, l'armée impériale chinoise, menée par Zhao Erfeng, occupa le Tibet, contraignant le 13e dalaï-lama et son gouvernement à s'enfuir en Inde. Pendant environ 2 ans, 5 bureaux de poste chinois fonctionnèrent dans le Tibet central. Un bureau de poste chinois fonctionna aussi à Chamdo dans le Tibet oriental (le Kham). Au départ, la poste utilisait des timbres impériaux chinois usuels, mais en 1911 on introduisit une série de 11 timbres surchargés en trois langues[1] (chinois, tibétain et anglais) [2].

De 1912 à la fin des années 1950[modifier | modifier le code]

A Phari Dzong, en 1938, coureur de la poste tibétaine avec une courte lance à grelots

Après avoir rejeté la souveraineté chinoise et déclaré officiellement son indépendance en 1912, le gouvernement du Tibet, dont le 13e dalaï-lama était le chef temporel, émit sa première série de timbres à Lhassa, à une date que l'on suppose être décembre 1912[3]. Il s'agit d'une série de 6 timbres dont la valeur s’échelonnait entre de 1/6e de tangka et 1 tangka. L’un des timbres de cette série, d’une valeur d’un Srang, soit plus de 6 tangka, a été découvert récemment par des philatélistes, et pourrait avoir été utilisé pour l'envoi de messages télégraphiques.

D'autres séries de timbres devaient suivre en 1914, 1933, et jusque dans les années 1950[4].

Une deuxième série de 2 timbres de 4 et 8 tangka fut émise en 1914. Ces timbres étaient imprimés par feuilles de 12, en utilisant une planche de bois gravée manuellement. Tous ces timbres comportent une figure centrale ronde.

Une troisième série de 5 timbres de 1/2 à 4 tangka fut émise en 1933. Ces timbres comportent tous une figure centrale carrée. Pour chaque timbre, 12 blocs gravés individuellement étaient assemblés pour constituer une planche d'impression. Ce système d'impression fut utilisé entre 1933 et 1960[5].

Selon Georges-André Morin, à la fin des années 1920 deux séries de timbres tibétains furent des timbres de l'Empire des Indes dans une première version surchargée puis modifiée[6].

Le témoignage de William Montgomery McGovern[modifier | modifier le code]

Ayant voyagé au Tibet sous un déguisement en 1922[7], l'aventurier et orientaliste américain William Montgomery McGovern rapporte, dans le récit de son séjour, que la poste et le télégraphe tibétains, qui venaient d'être créés, servaient efficacement à empêcher l'intrusion dans le pays d'Européens non invités : la communication était en effet possible à tout moment entre la frontière et la capitale[8].

Le témoignage de Sonam T. Kazi[modifier | modifier le code]

Sonam T. Kazi, interprète et traducteur auprès de la Mission indienne au Tibet entre 1949 et 1956, rapporte, dans un témoignage publié sur le site du gouvernement tibétain en exil, que l'ancien Tibet avait un réseau de bureaux de postes et des tampons d'affranchissement, et qu'il imprimait des timbres postaux de différentes tailles, couleurs et dénominations. Sur les timbres était figuré un lion des neiges, l'emblème du Tibet. Y figuraient également les lettres tibétaines signifiant « Gouvernement du Tibet » et en anglais le mot « Tibet » [9].

Le témoignage de Heinrich Harrer[modifier | modifier le code]

Au relais de poste de Kala en 1938

L'alpiniste et écrivain autrichien Heinrich Harrer, qui fut amené à séjourner dans l'ancien Tibet de mai 1944 à mars 1951, livre dans ses mémoires un témoignage sur la poste tibétaine dans la deuxième moitié des années 1940. Il trouve la poste tibétaine « compliquée » car il faut deux enveloppes, une enveloppe externe portant un timbre tibétain, une enveloppe interne qui, arrivée à la frontière et après enlèvement de l'enveloppe externe, sera revêtue d'un timbre indien puis postée. C'est que les timbres tibétains n'ont pas de valeur à l'extérieur du pays, le Tibet ne faisant pas partie du système postal international. Pour qu'une lettre arrive en Europe, il faut compter au moins une quinzaine de jours. Quant aux timbres, en vente dans les bureaux de poste, ils correspondent à cinq niveaux d'affranchissement [10].

Un amateur de timbres tibétains à la Maison Blanche[modifier | modifier le code]

En 1942, les États-Unis avaient dépêché au Tibet un émissaire, Ilya Tolstoy (en), accompagné de l'explorateur Brooke Dolan II. Avant de quitter le Tibet en 1943, les deux hommes avaient demandé à des responsables tibétains d'envoyer au président Roosevelt, collectionneur de timbres, quelques timbres de leur pays. La demande fut rejetée par la partie tibétaine, estimant que des cadeaux en papier n'étaient pas appropriés pour le chef d'un grand pays[11].

Le courrier international (1904 - 11 avril 1955)[modifier | modifier le code]

Couple de timbres de l'Inde britannique oblitérés le 24 août 1904 à Lhassa (où séjournèrent entre le 3 août 1903 et le 23 septembre 1904 les militaires britanniques du lieutenant-colonel Francis Younghusband)[12],[13].

Selon Geoffrey Flack, à la suite de l'expédition militaire britannique au Tibet entre 1903 et 1904, le traité signé à Lhassa en 1904 entre les Britanniques et le Tibet autorisa les postes de l'Inde britannique à opérer au Tibet. C'est donc l'Inde britannique, puis l'Inde indépendante après 1947, qui se chargèrent de la presque totalité du courrier international du Tibet jusqu'au 11 avril 1955[14]. À cette date, la poste indienne cessa officiellement ses activités et la poste chinoise prit le relais pour tout le courrier international[15].

De la fin des années 1950 à nos jours[modifier | modifier le code]

Selon Geoffrey Flack, l'histoire postale de cette période reste en grande partie à écrire[16]. Les timbres tibétains ont été imprimés jusqu'en 1960[5]. Les timbres aujourd'hui en usage dans la Région autonome du Tibet sont des timbres chinois, comme dans l'ensemble de la Chine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Geoffrey FLack's Fine Stamps and Postal History, Tibet, Chinese Imperial.
  2. (en) A stamp, evidence of China's indisputable sovereignty over Tibet, China.org, 27 avril 2008.
  3. (en) Complete series of six stamps, issue 1912 : « The first stamps of Tibet have been most likely first issued in December 1912 in Lhasa (c.-à-d. « Les premiers timbres du Tibet ont été très vraisemblablement émis en décembre 1912 à Lhassa ») ».
  4. (en) Stamps of Independent Tibet Timbres du Tibet indépendant, sur le site du gouvernement tibétain en exil.
  5. a et b Les timbres du Tibet indépendant, tashi-delek.fr.gd
  6. Patrice Sifflet interroge Georges-André Morin sur France Culture, 10 septembre 2006.
  7. Thierry Dodin, Heinz Rather, Imagining Tibet: Perceptions, Projections, and Fantasies, p. 108
  8. (en) W. M. McGovern, To Lhasa in Disguise. A Secret Expedition Through Mysterious Tibet, 2000, 462 p. (réimpression de l'édition de 1924), p. 7 : « Even the new institutions, such as the post and the telegraph, are employed as the most efficient means of keeping the unofficial European intruder out as in this way constant communication between the frontier and the capital is ensured ».
  9. (en) A brief account of Mr. Sonam T. Kazi's experience in Tibet before the Chinese Invasion, 13 septembre 1994.
  10. (de) Heinrich Harrer, Sieben Jahre in Tibet. Mein Leben am Hofe des Dalai Lama, paru en 1952; traduction anglaise : Seven years in Tibet, E. P. Dutton, 1954; traduction française : Sept ans d'aventures au Tibet, Arthaud, 1954.
  11. Cette anecdote est rapportée dans le livre de Rosemary Jones Tung, (en) A Portrait of Lost Tibet, Holt, Rinehart & Winston, New York, 1980.
  12. (en) Edmund Candler, The Unveiling of Lhasa, Thomas Nelson and Sons, Londres, 1905, p. 361 : « When we reached Lhasa on August 3rd ».
  13. (en) John Powers, History as Propaganda: Tibetan exiles versus the People's Republic of China, Oxford University Press, 2004, p. 83 : « the British left Lhasa on September 23, 1904 ».
  14. (en) Geoffrey Hack's Fine Stamps and Postal History, Tibet, British India Used in Tibet : « The treaty signed in Lhasa in 1904 allowed for British-Indian P.O.s to operate in Tibet and they handled almost all Tibet's International mail until the mid-1950s ».
  15. (en) Geoffrey Flack's Fine Stamps and Postal History, Tibet, Modern China used in Tibet ; « The British-India Post Offices in Tibet officially closed down on April 11, 1955 and the Chinese Post Office became responsible for all international mail ».
  16. (en) Geoffrey Hack's Fine Stamps and Postal History, Modern China used in Tibet : « The postal history of this period has to a large extent been ignored and represents an affordable challenge for the serious philatelist ».


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Livres[modifier | modifier le code]

  • Holmes, Henry Robert, The Postage Stamps of Tibet, 1941
  • Bibbins, Frealon, Tibet, First Series, 1912, plating notebook, 1992
  • Haverbeck, Harrison D.S., The Postage stamps and postal history of Tibet, 1952, 1958
  • Hellrigl, Wolfgang C., The Postal markings of Tibet, 1996
  • Hellrigl, Wolfgang C., Tibet: a philatelic and numismatic bibliography: a critical bibliography containing over 400 titles of Tibetan philately, numismatics and postal and monetary histories. [Part I - Philatelic bibliography], 1981
  • Singer, Armond E., Tibet 1809-1975, 1995
  • Waterfall, Arnold C., The Postal history of Tibet, 1981, 1965
  • Virk, D.S., Sikkim-Tibet, 1903-1908, 1989