État de New York

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis New York (État))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir New York (homonymie).
État de New York
Armoiries
Armoiries
Drapeau
Drapeau
Carte des États-Unis avec l'État de New York en rouge.Surnom« The Empire State »En français : « L'État de l'Empire »Devise« Excelsior » (latin)« Supérieur »
Carte des États-Unis avec l'État de New York en rouge.

Surnom
« The Empire State »
En français : « L'État de l'Empire »

Devise
« Excelsior » (latin)
« Supérieur »
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Capitale Albany
Adhésion à l’Union 26 juillet 1788 (11e État)
Gouverneur Andrew Cuomo (D)
Sénateurs Charles Schumer (D)
Kirsten Gillibrand (D)
Nombre de représentants 39
ISO 3166-2 US-NY
Fuseau horaire -5
Démographie
Population 19 746 227 hab. (2014)
Densité 140 hab./km2
Rang 4e
Ville la plus peuplée New York
Géographie
Altitude 305 m (min. : 0 m) (max. : Mont Marcy 1 629 m)
Superficie 141 205 km2
Rang 27e
– Terre 122 409 km2
– Eau (%) 18 795 km2 (13,3 %)
Coordonnées 40°29'40" N à 45°00'42" N (455 km)
71°47'25" W à 79°45'54" W (530 km)
Divers
Langues officielles De jure : Aucune
De facto : Anglais
Liens
Site web http://www.ny.gov

L'État de New York est le quatrième État le plus peuplé des États-Unis avec 19,7 millions d'habitants en 2014. Il se trouve dans le Nord-Est du pays et a pour capitale la ville d'Albany, située dans l'est de l'État. Vers le nord et l’ouest, le territoire de l'État s'élargit et partage une longue frontière avec le Canada (provinces de l'Ontario et du Québec), dont une grande partie est constituée par les lacs Érié et Ontario. À l'est, l’État est bordé par le Vermont, le Massachusetts, le Connecticut, tandis qu’au sud, il partage une frontière avec le New Jersey et la Pennsylvanie.

Si la ville de New York se trouve dans l'État de New York, une grande partie de son agglomération se trouve dans les États voisins du New Jersey et du Connecticut. En revanche, le nord de l'État de New York est assez rural.

C'est le troisième État le plus riche du pays après la Californie et le Texas[1] ; s'il était une nation indépendante, il serait la 16e puissance économique du monde, devant la Corée du Sud.

Sa superficie est du même ordre de grandeur que celle de l'Angleterre. De 1810 aux années 1960, l'État de New York était le plus peuplé des États-Unis, titre qu'il avait ravi à la Virginie et qu'il a abandonné à la Californie.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de New York a été donné en 1664 en l'honneur du frère du roi Charles II, duc d'York, futur Jacques II, lorsque la région entourant « Nouvelle-Amsterdam » a été prise aux Néerlandais des Provinces-Unies lors de la Deuxième Guerre anglo-néerlandaise. Auparavant, la région s’appelait « Nouvelle Angoulême » (ou « Terre d'Angoulême ») qui était le nom donné à la baie formée par l'embouchure du fleuve Hudson alors baptisé « Vendôme », par le navigateur italien Giovanni da Verrazzano lorsqu'il la découvrit en 1524, alors qu'il explorait la région pour le compte du roi de France François Ier (comte d'Angoulême de 1496 à 1515), à bord de la petite caravelle La Dauphine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lyndhurst à Tarrytown, État de New York

À la suite de l'exploration d'Henry Hudson commanditée par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales en 1609, le long du fleuve Hudson (« Noord Rivier », ou « fleuve du Nord » en français, fut le nom du fleuve adopté par les cartographes néerlandais jusqu'à la cession de la colonie), la région située entre la Virginie et ce qui deviendra le Massachusetts est connue sous le nom de Nouvelle-Néerlande («  Nieuw Nederland  » en néerlandais). Si plusieurs entreprises privées néerlandaises font du commerce à l'embouchure des fleuves Hudson et Delaware («  Zuide Rivier  » ou « fleuve du Sud ») pendant la décennie suivante (deux fortins de bois portant le nom de Fort Nassau sont construits, un sur l'île Castle, mis sur pied en 1611 et abandonné en 1618 en face du Fort Orange construit ultérieurement et l'autre sur le rivage sud du Delaware) ce n'est qu'avec le regroupement des intérêts privés en une seule compagnie que la colonisation débutera au tournant des années 1620. Les premiers colons européens à s'établir dans la colonie proviennent des Pays-Bas espagnols sous contrat avec la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales. Les Néerlandais s'établirent au Fort Orange près de l'actuelle ville d'Albany en 1624. La Nouvelle-Amsterdam («  Nieuw Amsterdam  » en néerlandais) est érigée sur le site actuel de Battery Park sur l'île de Manhattan, deux ans plus tard, par Pierre Minuit alors que fut décidé de regrouper les colons de Fort Orange, du Fort Nassau (Delaware) et du Connecticut («  Versche Rivier  » à l'époque) et de déménager les colons qui avaient été établis sur l'île-aux-Noix (Noten Eyland, l'actuelle Governors Island) vers l'embouchure de l'Hudson pour consolider l'entreprise et se soustraire à l'agressivité des Agniers à l'ouest de Fort Orange. Pendant quarante ans, les Néerlandais érigèrent une colonie à caractère résolument semblable aux Provinces-Unies en Amérique du Nord. Lorsque les Anglais se sont approprié de la colonie en 1664, elle fut renommée New York, en l'honneur du duc d'York, frère de Charles II, futur roi d'Angleterre sous le nom de Jacques II et comptait entre 7 000 et 10 000 colons. La région devient colonie royale en 1685. New York est le onzième État à ratifier la Constitution en 1788.

En 1917, l'État de New York accorde le droit de vote aux femmes[2]. En 2011, il accorde le mariage entre personnes de même sexe.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de l'État de New York

D'une superficie de 128 402 km², l'État de New York était peuplé de 18 976 457 habitants au recensement de 2000. Il contient la ville de New York (en anglais New York City), la plus peuplée des États-Unis et septième agglomération la plus peuplée du monde (22 433 312 habitants) après Tokyo[3].
Alors que l'aire urbaine de New York (en partie dans l'État) occupe la partie sud de l'État et la grande île de Long Island, la majeure partie du territoire (ou Upstate, dénomination regroupant tous les comtés situés au nord des comtés de Westchester et Rockland) est dominée par de grandes régions agricoles, des forêts, des lacs et des reliefs.

Les massifs montagneux principaux sont les Adirondacks au nord-est, les Catskills et la Shawangunk Ridge au sud-est. Le retrait des glaciers a créé un ensemble de lacs profonds dans le nord-ouest de l'État : les Finger Lakes.

Les cours d'eau principaux sont l'Hudson, la Mohawk et le Saint-Laurent, ce dernier constituant la frontière naturelle avec l'Ontario.

Les Chutes du Niagara situé sur la rivière homonyme, à la frontière canadienne, sont une des principales attractions touristiques de l'État.

Le canal Érié, voie d'eau artificielle majeure qui fut aménagé au début du XIXe siècle, fait communiquer le fleuve Hudson avec le lac Érié, reliant la ville de New York à la région des Grands Lacs.

Climat[modifier | modifier le code]

Les précipitations neigeuses dans l'ouest de l'état résultent principalement de l’effet de lac.

New York présente un climat continental humide, bien que d'après la classification de Köppen, la métropole de New York soit répertoriée sous « climat subtropical humide[4]. » La météorologie à New York est conditionnée par deux courants dominants : un courant d'air chaud et humide soufflant du sud-ouest et un air froid et sec venu du nord-ouest.

Les hivers sont longs et frais dans les régions de plateau de l’État, avec des températures couramment de l'ordre de -25 °C dans les collines du nord et -15 °C ou moins encore dans les plateaux du sud-ouest et du centre-est. L'été le climat reste printanier dans les monts Adirondacks, Catskills et les autres massifs du plateau méridional.

La région de New York-Long Island et la zone maritime de la Vallée de l'Hudson connaissent en comparaison des étés plutôt chauds, avec quelques périodes orageuses. Le reste de l’État de New York bénéficie d'étés agréables, ponctués à intervalles brefs, occasionnels, d'une atmosphère lourde. Les températures diurnes d'été vont de plus de 25 à 30 °C à travers presque tout l'État.

New York se classe au 46e rang des 50 états pour le volume de gaz à effet de serre dégagé par habitant. Ce bon résultat relatif s'explique par la densité de l'habitat dans l'aire urbaine de New York, et un flux de transit important de la population de l'état vers les grandes villes[5].

Moyennes mensuelles haute et basse des températures pour différentes villes de l'État de New York (°C)[6]
Ville Janv  Févr  Mars   Avr  Mai  Juin  Juil  Août  Sept  Oct  Nov  Déc 
Albany max
min
-1 °C
-11 °C
1 °C
-9 °C
7 °C
-4 °C
14 °C
2 °C
21 °y
8 °C
26 °C
13 °C
28 °C
16 °C
27 °C
14 °C
22 °C
10 °C
16 °C
4 °C
9 °C
-1 °C
2 °C
-7 °C
Binghamton max
min
-2 °C
-9 °C
-1 °C
-8 °C
5 °C
-4 °C
12 °C
2 °C
19 °C
8 °C
23 °C
12 °C
26 °C
15 °C
24 °C
14 °C
20 °C
10 °C
14 °C
4 °C
7 °C
-1 °C
1 °C
-6 °C
Buffalo max
min
-1 °C
-8 °C
1 °C
-7 °C
6 °C
-3 °C
12 °C
2 °C
19 °C
9 °C
24 °C
14 °C
27 °C
17 °C
26 °C
16 °C
21 °C
12 °C
15 °C
6 °C
8 °C
1 °C
2 °C
-4 °C
Lake Placid max
min
-3 °C
-15 °C
0 °C
-13 °C
4 °C
-9 °C
12 °C
-2 °C
19 °C
4 °C
23 °C
9 °C
26 °C
12 °C
24 °C
11 °C
21 °C
7 °C
13 °C
1 °C
7 °C
-4 °C
0 °C
-11 °C
Long Beach max
min
4 °C
-5 °C
4 °C
-1 °C
9 °C
4 °C
14 °C
4 °C
21 °C
9 °C
25 °C
16 °C
28 °C
19 °C
28 °C
18 °C
24 °C
14 °C
18 °C
7 °C
12 °C
2 °C
7 °C
-2 °C
New York max
min
3 °C
-3 °C
5 °C
-2 °C
10 °C
2 °C
16 °C
7 °C
22 °C
12 °C
26 °C
17 °C
29 °C
21 °C
28 °C
20 °C
24 °C
16 °C
18 °C
10 °C
12 °C
5 °C
6 °C
0 °C
Rochester max
min
1 °C
-8 °C
-1 °C
-8 °C
6 °C
-4 °C
13 °C
2 °C
20 °C
8 °C
25 °C
13 °C
27 °C
16 °C
26 °C
15 °C
22 °C
11 °C
16 °C
5 °C
8 °C
1 °C
2 °C
-5 °C
Syracuse max
min
-1 °C
-10 °C
1 °C
-9 °C
6 °C
-4 °C
13 °C
2 °C
20 °C
8 °C
25 °C
13 °C
28 °C
16 °C
27 °C
15 °C
22 °C
11 °C
16 °C
4 °C
8 °C
0 °C
2 °C
-6 °C

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Comtés[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Comtés de l'État de New York.

L'État de New York est divisé en 62 comtés[7].

Agglomérations[modifier | modifier le code]

L'État est en partie intégré au BosWash, une mégalopole s'étendant sur plusieurs États du Nord-Est des États-Unis entre Boston et Washington.

Aires métropolitaines et micropolitaines[modifier | modifier le code]

Le Bureau de la gestion et du budget a défini douze aires métropolitaines et quatorze aires micropolitaines dans ou en partie dans l'État de New York[8].

Aires métropolitaines
Zone urbaine Population (2010) Population (2013) Variation (2010-2013) Rang national (2013)
New York-Newark-Jersey City, NY-NJ-PA 13 038 826

(19 567 410)

13 319 579

(19 949 502)

2,2 %

(2,0 %)

(1)
Buffalo-Cheektowaga-Niagara Falls, NY 1 135 509 1 134 155 -0,1 % 50
Rochester, NY 1 079 671 1 083 278 0,3 % 51
Albany-Schenectady-Troy, NY 870 716 877 905 0,8 % 61
Syracuse, NY 662 577 661 934 -0,1 % 80
Utica-Rome, NY 299 397 297 766 -0,5 % 163
Binghamton, NY 251 725 247 777 -1,6 % 186
Kingston, NY 182 493 180 998 -0,8 % 228
Glens Falls, NY 128 923 128 430 -0,4 % 306
Watertown-Fort Drum, NY 116 229 119 504 2,8 % 321
Ithaca, NY 101 564 103 617 2,0 % 346
Elmira, NY 88 830 88 506 -0,4 % 366
Aires micropolitaines
Zone urbaine Population (2010) Population (2013) Variation (2010-2013) Rang national (2013)
Jamestown-Dunkirk-Fredonia, NY 134 905 133 080 -1,4 % 11
Ogdensburg-Massena, NY 111 944 111 963 0,0 % 17
Corning, NY 98 990 98 650 -0,3 % 31
Plattsburgh, NY 82 128 81 591 -0,7 % 63
Auburn, NY 80 026 79 477 -0,7 % 67
Olean, NY 80 317 78 892 -1,8 % 69
Hudson, NY 63 096 62 243 -1,4 % 135
Oneonta, NY 62 259 61 683 -0,9 % 138
Batavia, NY 60 079 59 454 -1,0 % 153
Gloversville, NY 55 531 54 586 -1,7 % 175
Malone, NY 51 599 51 688 0,2 % 199
Amsterdam, NY 50 219 49 897 -0,6 % 212
Cortland, NY 49 336 48 976 -0,7 % 219
Seneca Falls, NY 35 251 35 409 0,5 % 379

En 2010, 97,9 % des New-Yorkais résidaient dans une zone à caractère urbain, dont 92,7 % dans une aire métropolitaine et 5,2 % dans une aire micropolitaine. L'aire métropolitaine de New York-Newark-Jersey City était l'aire métropolitaine la plus peuplée des États-Unis en 2013. En 2010, elle regroupait à elle seule 67,3 % de la population de l'État.

Aires métropolitaines combinées[modifier | modifier le code]

Le Bureau de la gestion et du budget a également défini sept aires métropolitaines combinées dans ou en partie dans l'État de New York.

Aires métropolitaines combinées
Zone urbaine Population (2010) Population (2013) Variation (2010-2013) Rang national (2013)
New York-Newark, NY-NJ-CT-PA 13 221 319

(23 076 664)

13 500 577

(23 484 225)

2,1 %

(1,8 %)

(1)
Buffalo-Cheektowaga, NY 1 215 826 1 213 007 -0,2 % 44
Albany- Schenectady, NY 1 168 485 1 173 061 0,4 % 45
Rochester-Batavia-Seneca Falls, NY 1 165 001 1 168 141 0,3 % 46
Syracuse-Auburn, NY 742 603 741 411 -0,2 % 64
Elmira-Corning, NY 187 820 187 156 -0,4 % 139
Ithaca-Cortland, NY 150 900 152 593 1,1 % 146

L'aire métropolitaine combinée de New York-Newark était l'aire métropolitaine combinée la plus peuplée des États-Unis en 2013. En 2010, elle regroupait à elle seule 68,2 % de la population de l'État.

Municipalités[modifier | modifier le code]

L'État de New York compte 614 municipalités[9], dont 16 de plus de 40 000 habitants.

Municipalités de plus de 40 000 habitants
Rang Municipalité Type Comté Population (2010) Population (2013) Variation (2010-2013)
1 New York City Kings, Queens, New York, Bronx, Richmond 8 175 133 8 405 837 2,8 %
2 Buffalo City Érié 261 310 258 959 -0,9 %
3 Rochester City Monroe 210 565 210 358 -0,1 %
4 Yonkers City Westchester 195 976 199 766 1,9 %
5 Syracuse City Onondaga 145 170 144 669 -0,4 %
6 Albany City Albany 97 856 98 424 0,6 %
7 New Rochelle City Westchester 77 062 79 446 3,1 %
8 Mount Vernon City Westchester 67 292 68 224 1,4 %
9 Schenectady City Schenectady 66 135 65 902 -0,4 %
10 Utica City Oneida 62 235 61 808 -0,7 %
11 White Plains City Westchester 56 853 57 866 1,8 %
12 Hempstead Village Nassau 53 891 55 361 2,7 %
13 Troy City Rensselaer 50 129 49 974 -0,3 %
14 Niagara Falls City Niagara 50 193 49 468 -1,4 %
15 Binghamton City Broome 47 376 46 444 -2,0 %
16 Freeport Village Nassau 42 860 43 167 0,7 %

La municipalité de New York était la municipalité la plus peuplée des États-Unis en 2013.

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Densités de population en 2010 (en mille carré).
Historique des recensements
Année Population Variation

1790 340 120 ——
1800 589 051 73,2 %
1810 959 049 62,8 %
1820 1 372 812 43,1 %
1830 1 918 608 39,8 %
1840 2 428 921 26,6 %
1850 3 097 394 27,5 %
1860 3 880 735 25,3 %
1870 4 382 759 12,9 %
1880 5 082 871 16,0 %
1890 6 003 174 18,1 %
1900 7 268 894 21,1 %
1910 9 113 614 25,4 %
1920 10 385 227 14,0 %
1930 12 588 066 21,2 %
1940 13 479 142 7,1 %
1950 14 830 192 10,0 %
1960 16 782 304 13,2 %
1970 18 236 967 8,7 %
1980 17 558 072 -3,7 %
1990 17 990 455 2,5 %
2000 18 976 457 5,5 %
2010 19 378 102 2,1 %

Le Bureau du recensement des États-Unis estime la population de l'État de New York à 19 651 127 habitants au 1er juillet 2013, soit une hausse de 1,4 % depuis le recensement des États-Unis de 2010 qui tablait la population à 19 378 102 habitants[10]. Depuis 2010, l'État connaît la 32e croissance démographique la plus soutenue des États-Unis.

Avec 19 378 102 habitants en 2010, l'État de New York était le 3e État le plus peuplé des États-Unis après la Californie (37 253 956) et le Texas (25 145 561). Sa population comptait pour 6,28 % de la population du pays. Le centre démographique de l'État était localisé dans le sud du comté de Sullivan[11].

Avec 158,76 hab./km2 en 2010, l'État de New York était le 7e État le plus dense des États-Unis.

Le taux d'urbains était de 87,9 % et celui de ruraux de 12,1 %[12].

En 2010, le taux de natalité s'élevait à 12,6 ‰[13] (12,3 ‰ en 2012[14]) et le taux de mortalité à 7,6 ‰[15] (7,6 ‰ en 2012[16]). L'indice de fécondité était de 1,81 enfants par femme[13] (1,77 en 2012[14]). Le taux de mortalité infantile s'élevait à 5,1 ‰[15] (5,0 ‰ en 2012[16]). La population était composée de 22,32 % de personnes de moins de 18 ans, 10,24 % de personnes entre 18 et 24 ans, 27,19 % de personnes entre 25 et 44 ans, 26,74 % de personnes entre 45 et 64 ans et 13,51 % de personnes de 65 ans et plus. L'âge médian était de 38,0 ans[17].

Entre 2010 et 2013, l'accroissement de la population (+ 273 022) était le résultat d'une part d'un solde naturel positif (+ 296 542) avec un excédent des naissances (782 989) sur les décès (486 447), et d'autre part d'un solde migratoire négatif (- 10 406) avec un excédent des flux migratoires internationaux (+ 318 132) et un déficit des flux migratoires intérieurs (- 328 538)[18].

Selon des estimations de 2013, 75,3 % des New-Yorkais étaient nés dans un État fédéré, dont 63,6 % dans l'État de New York et 11,7 % dans un autre État (4,7 % dans le Nord-Est, 3,7 % dans le Sud, 1,9 % dans le Midwest, 1,5 % dans l'Ouest), 2,4 % étaient nés dans un territoire non incorporé ou à l'étranger avec au moins un parent américain et 22,3 % étaient nés à l'étranger de parents étrangers (49,4 % en Amérique latine, 27,6 % en Asie, 17,1 % en Europe, 4,2 % en Afrique, 1,4 % en Amérique du Nord, 0,3 % en Océanie). Parmi ces derniers, 53,8 % étaient naturalisés américain et 46,2 % étaient étrangers[19],[20].

Selon des estimations de 2012 effectuées par le Pew Hispanic Center, l'État comptait 750 000 immigrés illégaux, soit 3,8 % de la population. Cela représentait la 9e proportion la plus importante du pays[21].

Composition ethno-raciale et origines ancestrales[modifier | modifier le code]

Selon le recensement des États-Unis de 2010, la population était composée de 65,75 % de Blancs, 15,86 % de Noirs, 7,33 % d'Asiatiques (2,98 % de Chinois, 1,62 % d'Indiens, 0,73 % de Coréens, 0,54 % de Philippins), 3,02 % de Métis, 0,55 % d'Amérindiens, 0,05 % d'Océaniens et 7,44 % de personnes ne rentrant dans aucune de ces catégories.

Les Métis se décomposaient entre ceux revendiquant deux races (2,80 %), principalement blanche et noire (0,64 %) et blanche et autre (0,65 %), et ceux revendiquant trois races ou plus (0,22 %).

Les non hispaniques représentaient 82,37 % de la population avec 58,34 % de Blancs, 14,37 % de Noirs, 7,26 % d'Asiatiques, 1,68 % de Métis, 0,28 % d'Amérindiens, 0,03 % d'Océaniens et 0,42 % de personnes ne rentrant dans aucune de ces catégories, tandis que les Hispaniques comptaient pour 17,63 % de la population, principalement des personnes originaires de Porto Rico (5,52 %), de la République dominicaine (3,48 %), du Mexique (2,36 %), de l'Équateur (1,18 %), du Salvador (0,79 %) et de la Colombie (0,73 %)[17].

En 2010, l'État de New York avait la 4e plus forte proportion d'Asiatiques après Hawaï (38,60 %), la Californie (13,05 %) et le New Jersey (8,25 %) ainsi que la 9e plus forte proportion d'Hispaniques des États-Unis. A contrario, l'État avait la 7e plus faible proportion de Blancs des États-Unis.

L'État comptait également le plus grand nombre de Noirs (3 073 800), le 2e plus grand nombre d'Asiatiques (1 420 244) après la Californie (4 861 007), le 3e plus grand nombre de Blancs non hispaniques (11 304 247) après la Californie (14 956 253) et le Texas (11 397 345), le 4e plus grand nombre de Blancs (12 740 974) après la Californie (21 453 934), le Texas (17 701 552) et la Floride (14 109 162), le 4e plus grand nombre d'Hispaniques (3 416 922) après la Californie (14 013 719), le Texas (9 460 921) et la Floride (4 223 806), le 7e plus grand nombre d'Amérindiens (106 906) et le 10e plus grand nombre d'Océaniens (8 766) des États-Unis.

Historique récent de la composition ethno-raciale de l'État de New York (en %)[22],[17]
1940 1950 1960 1970 1980 1990 2000 2010
Blancs 95,55 93,54 91,09 86,82 79,51 74,40 67,95 65,75
———Non hispaniques 74,98 69,26 61,98 58,34
Noirs 4,24 6,19 8,45 11,89 13,68 15,89 15,88 15,86
———Non hispaniques 14,28 14,82 14,37
Asiatiques (et Océaniens jusqu'en 1990) 0,15 0,19 0,31 0,68 1,77 3,86 5,51 7,33
———Non hispaniques 5,46 7,26
Autres 0,06 0,08 0,15 0,61 5,04 5,85 10,66 11,06
———Non hispaniques 2,63 2,40
Hispaniques (toutes races confondues) 9,45 12,31 15,11 17,63

En 2013, le Bureau du recensement des États-Unis estime la part des non hispaniques à 81,6 %, dont 56,9 % de Blancs, 14,4 % de Noirs, 7,9 % d'Asiatiques et 1,6 % de Métis, et celle des Hispaniques à 18,4 %[23].

En 2000, les New-Yorkais s'identifiaient principalement comme étant d'origine italienne (14,4 %), irlandaise (12,9 %), allemande (11,2 %), anglaise (6,0 %), polonaise (5,2 %) et américaine (3,8 %)[24].

L'État avait la 4e plus forte proportion de personnes d'origine italienne après Rhode Island (19,0 %), le Connecticut (18,6 %) et le New Jersey (17,9 %) ainsi que la 7e plus forte proportion de personnes d'origine polonaise.

L'État abrite la plus grande communauté juive des États-Unis. Selon le North American Jewish Data Bank, l'État comptait 1 760 220 Juifs en 2013 (2 535 870 en 1971), soit 9,0 % de la population de l'État et 26,2 % de la population juive américaine. Ils se concentraient principalement dans les agglomérations de New York-Newark-Jersey City (1 676 500), Rochester (19 850), Albany-Schenectady-Troy (18 800) et Buffalo-Cheektowaga-Niagara Falls (13 150). Ils constituaient une part significative de la population dans les boroughs de la municipalité de New York avec les comtés de Kings (22,4 %), New York (19,9 %), Queens (8,9 %), Richmond (7,3 %) et Bronx (3,9 %), dans les comtés composant le Grand New York avec les comtés de Rockland (31,4 %), Nassau (17,2 %), Westchester (14,3 %), Orange (8,7 %), Suffolk (5,8 %), Putnam (3,9 %), Dutchess (3,4 %) et Ulster (3,2 %), ainsi que dans les comtés de Sullivan (9,6 %), Albany (3,9 %), Schenectady (3,4 %) et Monroe (2,6 %).

Les Hispaniques étaient principalement originaires de Porto Rico (31,3 %), de la République dominicaine (19,7 %), du Mexique (13,4 %), de l'Équateur (6,7 %), du Salvador (4,5 %) et de la Colombie (4,2 %)[25]. Composée à 42,0 % de Blancs, 8,5 % de Noirs, 7,6 % de Métis, 1,6 % d'Amérindiens, 0,4 % d'Asiatiques, 0,1 % d'Océaniens et 39,8 % de personnes ne rentrant dans aucune de ces catégories, la population hispanique représentait 49,6 % des Amérindiens, 44,3 % des Métis, 39,3 % des Océaniens, 11,3 % des Blancs, 9,4 % des Noirs, 1,0 % des Asiatiques et 94,3 % des personnes ne rentrant dans aucune de ces catégories.

L'État avait les plus fortes proportions de personnes originaires de la République dominicaine (3,48 %) et de l'Équateur (1,18 %), la 2e plus forte proportion de personnes originaires de Porto Rico (5,52 %) après le Connecticut (7,08 %), la 2e plus forte proportion de personnes originaires du Panama (0,15 %) après la Floride (0,15 %), la 4e plus forte proportion de personnes originaires de la Colombie (0,73 %) après la Floride (1,60 %), le New Jersey (1,16 %) et Rhode Island (0,79 %), la 4e plus forte proportion de personnes originaires d'Argentine (0,13 %) après la Floride (0,30 %), l'Utah (0,17 %) et le New Jersey (0,16 %), la 5e plus forte proportion de personnes originaires du Honduras (0,37 %) après la Louisiane (0,68 %), la Floride (0,57 %), le New Jersey (0,42 %) et la Virginie (0,38 %), la 5e plus forte proportion de personnes originaires du Pérou (0,34 %) après le New Jersey (0,86 %), la Floride (0,54 %), le Connecticut (0,46 %) et la Virginie (0,36 %) ainsi que la 6e plus forte proportion de personnes originaires du Salvador (0,79 %).

L'État comptait également les plus grands nombres de personnes originaires de Porto Rico (1 070 558), de la République dominicaine (674 787) et de l'Équateur (228 216), le 2e plus grand nombre de personnes originaires de la Colombie (141 879) après la Floride (300 414), le 3e plus grand nombre de personnes originaires du Salvador (152 130) après la Californie (573 956) et le Texas (222 599), le 3e plus grand nombre de personnes originaires du Guatemala (73 806) après la Californie (332 737) et la Floride (83 882), le 3e plus grand nombre de personnes originaires d'Argentine (24 969) après la Floride (56 260) et la Californie (44 410), le 3e plus grand nombre de personnes originaires du Venezuela (13 910) après la Floride (102 116) et le Texas (20 162), le 4e plus grand nombre de personnes originaires du Honduras (71 919) après la Floride (107 302), le Texas (88 389) et la Californie (72 795), le 4e plus grand nombre de personnes originaires de Cuba (70 803) après la Floride (1 213 438), la Californie (88 607) et le New Jersey (83 362), le 4e plus grand nombre de personnes originaires du Pérou (66 318) après la Floride (100 965), la Californie (91 511) et le New Jersey (75 869), le 4e plus grand nombre de personnes originaires du Nicaragua (13 006) après la Floride (135 143), la Californie (100 790) et le Texas (19 817), le 4e plus grand nombre de personnes originaires du Costa Rica (11 576) après la Californie (22 469), la Floride (20 761) et le New Jersey (19 933), le 5e plus grand nombre de personnes originaires de la Bolivie (7 122) après la Virginie (31 333), la Californie (13 351), la Floride (10 938) et le Maryland (7 496) ainsi que le 6e plus grand nombre de personnes originaires d'Espagne (35 571).

L'État regroupait à lui seul 47,7 % des Dominicains, 40,4 % des Équatoriens et 23,2 % des Portoricains résidant aux États-Unis.

L'agglomération de New York-Newark-Jersey City était la 2e agglomération portoricaine du monde après celle de San Juan et la 3e agglomération dominicaine du monde après celles de Saint-Domingue et Santiago de los Caballeros.

Les Asiatiques s'identifiaient principalement comme étant Chinois (40,6 %), Indiens (22,1 %), Coréens (9,9 %), Philippins (7,3 %), Pakistanais (4,5 %) et Bangladais (4,1 %)[26].

L'État avait les plus fortes proportions de Pakistanais (0,33 %) et de Bangladais (0,30 %), la 2e plus forte proportion d'Indiens (1,62 %) après le New Jersey (3,32 %), la 3e plus forte proportion de Chinois (2,98 %) après Hawaï (4,04 %) et la Californie (3,36 %), la 7e plus forte proportion de Coréens (0,73 %) ainsi que la 9e plus forte proportion de Japonais (0,19 %).

L'État comptait également les plus grands nombres de Pakistanais (63 696) et de Bangladais (57 761), le 2e plus grand nombre de Chinois (576 952) après la Californie (1 253 102), le 2e plus grand nombre d'Indiens (313 620) après la Californie (528 176), le 2e plus grand nombre de Coréens (140 994) après la Californie (451 892), le 3e plus grand nombre de Japonais (37 780) après la Californie (272 528) et Hawaï (185 502), le 4e plus grand nombre de Thaïs (9 258) après la Californie (51 509), le Texas (11 049) et la Floride (10 801), le 5e plus grand nombre de Philippins (104 287) après la Californie (1 195 580), Hawaï (197 497), l'Illinois (114 724) et le New Jersey (110 650) ainsi que le 9e plus grand nombre de Viêts (28 764).

L'État regroupait à lui seul 44,9 % des Bangladais résidant aux États-Unis.

Les Métis se décomposaient entre ceux revendiquant deux races (92,7 %), principalement blanche et autre (21,5 %), blanche et noire (21,1 %), blanche et asiatique (14,3 %), noire et autre (8,7 %), blanche et amérindienne (7,1 %), asiatique et autre (4,9 %), noire et amérindienne (4,3 %) et noire et asiatique (3,6 %), et ceux revendiquant trois races ou plus (7,3 %).

Religions[modifier | modifier le code]

Composition religieuse en % en 2015[27].
Religion Drapeau de l'État de New York New York Drapeau des États-Unis États-Unis
Catholicisme 31 20,8
Non affiliés 17 15,8
Protestantisme traditionnel 11 14,7
Protestantisme évangélique 10 25,4
Judaïsme 7 1,9
Église noire 5 6,5
Agnosticisme 5 4,0
Athéisme 5 3,1
Islam 2 0,9
Autres 7 6,9

Selon l'institut de sondage The Gallup Organization, en 2015, 32 % des habitants de l'État de New York se considèrent comme « très religieux » (40 % au niveau national), 30 % comme « modérément religieux » (29 % au niveau national) et 38 % comme « non religieux » (31 % au niveau national)[28].

Langues[modifier | modifier le code]

L'État de New York n'a pas de langue officielle.

Selon l'American Community Survey, en 2010 70,72 % de la population âgée de plus de 5 ans déclare parler l'anglais à la maison, 14,44 % déclare parler l'espagnol, 2,61 % une langue chinoise, 1,20 % le russe, 1,18 % l'italien, 1,54 % le français ou un créole français, 0,67 % le yiddish, 0,63 % le coréen, 0,53 % le polonais et 6,48 % une autre langue (bengali, arabe, tagalog, hébreux, grec...)[29].

Économie[modifier | modifier le code]

Des silos à céréales dans une ferme à Brunswick.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2015).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'État de New York est le 3e État des États-Unis en termes de produit intérieur brut (PIB) après la Californie et le Texas. Son PIB en 2010 est d'environ 1160 milliards de dollars, comparable à un pays comme la Turquie.

L'État de New York est l'un des plus grands producteurs agricoles du pays. Il se classe parmi les cinq premiers États en ce qui concerne la production de pommes, d'oignons, de choux ou encore pour l'élevage laitier.

La ville de New York est la ville la plus peuplée et la plus riche de l'État. La seule île de Manhattan produit environ les trois quarts des richesses de l'État de New York. Si elle était indépendante, Manhattan serait la 20e puissance économique mondiale, au même rang que la Suisse (pour une superficie de seulement 52 km2 et 1,5 million d'habitants).

Politique[modifier | modifier le code]

L'État de New York est de forte tradition libérale (libéralisme américain) et démocrate.

Ce penchant démocrate résulte principalement de la domination écrasante des démocrates libéraux dans la ville de New York, tandis que les banlieues de celles-ci sont légèrement pro-démocrates, et le reste de l'État légèrement pro-républicain.

Un bastion démocrate pour les élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Évolution des partis politiques américains aux élections présidentielles.
L'État de New York est l'un des États les plus démocrates (jaune) du Nord-Est des États-Unis depuis l'élection présidentielle américaine de 1932 après avoir été favorable aux Whigs (violet) et aux Républicains (bleu). Depuis 1945, les seuls candidats républicains à avoir remporté l'État sont Thomas E. Dewey (1948), Dwight D. Eisenhower (1952 et 1956), Richard Nixon (1972) et Ronald Reagan (1980 et 1984).

L'État de New York fut un bastion républicain jusqu'en 1932 et la victoire du démocrate Franklin Delano Roosevelt, par ailleurs ancien gouverneur de l'État, qui le remporta à chaque présidentielle.

Depuis 1960, les seuls Républicains à avoir emporté l'État de New York sont Richard Nixon en 1972 et Ronald Reagan en 1980 et 1984. Depuis, plus aucun candidat républicain n'a emporté l'État et lors de l’élection présidentielle de 2004, le candidat démocrate John Kerry y a obtenu 58,37 % des voix contre 40,08 % au président et candidat républicain George W. Bush. Lors de l'élection présidentielle de 2008, Barack Obama remporte plus de 62 % des suffrages alors que John McCain n'obtient que 36 % des votes.

Résultat de chaque parti au cours des dix dernières élections présidentielles
Élection Démocrates Républicains
1976 51,95 % 47,52 %
1980 43,99 % 46,66 %
1984 45,83 % 53,84 %
1988 51,62 % 47,52 %
1992 49,73 % 33,88 %
1996 59,47 % 30,61 %
2000 60,21 % 35,23 %
2004 58,37 % 40,08 %
2008 62,88 % 36,03 %
2012 63,35 % 35,17 %

Un État progressiste[modifier | modifier le code]

L'État de New York autorise le mariage entre personnes de même sexe depuis un vote du Sénat le 24 juin 2011. La peine de mort est supprimée de facto depuis 2007. L'usage médical du cannabis est autorisé.

Une représentation nationale de tendance démocrate[modifier | modifier le code]

Au niveau fédéral, 20 des 29 représentants au Congrès des États-Unis sont démocrates ainsi que les deux sénateurs de l'État de New York, Kirsten Gillibrand et Charles Schumer.

Le gouverneur de l'État est le démocrate Andrew Cuomo qui a succédé à David Paterson. Ce dernier, en tant que lieutenant-gouverneur, avait lui-même succédé le à Eliot Spitzer, démissionnaire à la suite de son implication dans un scandale de prostitution. David Paterson fut le premier gouverneur de l'État afro-américain et le premier gouverneur non-voyant des États-Unis.

Lors de la législature 2007-2008, le Sénat de l'État de New York était dominé par 34 républicains face à 28 démocrates alors que la Chambre des représentants avait une majorité de 108 démocrates contre 42 républicains. Lors des élections du , le Sénat a basculé pour la première fois en 40 ans du côté démocrate (32 sénateurs démocrates contre 30 républicains). Néanmoins, en juin 2009, 6 mois après l'entrée en fonction du nouveau sénat, deux sénateurs démocrates font alliance avec les républicains et renversent la majorité sénatoriale redonnant le contrôle de la chambre haute au parti républicain.

Les élus républicains sont généralement des centristes à l'image des anciens gouverneurs Thomas E. Dewey, Nelson Rockefeller et George Pataki et des maires de New York, Fiorello La Guardia, Rudolph Giuliani et Michael Bloomberg (maintenant indépendant).

Culture[modifier | modifier le code]

Dès 1832, l'État de New York instaure l'école élémentaire gratuite et obligatoire[30].

Sport[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

En 1969, 1994 et 1999 ont eu lieu trois éditions du festival de Woodstock, la première étant la plus connue et les deux autres étant des éditions anniversaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Regional Economic Accounts », sur bea.gov
  2. François Weil, Histoire de New York, Paris, Fayard, 2005 (ISBN 2213618569), p. 250
  3. source : populationdata.net
  4. « Climat de New York », sur New York State Climate Office – Cornell University (consulté le 10 avril 2008)
  5. « A Breath of Fresh New York Air », The New York Post,‎ (lire en ligne)
  6. « Typical High and Low Temperatures For Various New York Cities », sur US Travel Weather (consulté le 24 mars 2010)
  7. http://quickfacts.census.gov/qfd/maps/new_york_map.html
  8. http://www.whitehouse.gov/sites/default/files/omb/bulletins/2013/b13-01.pdf
  9. https://www.census.gov/govs/go/index.html
  10. (en) « Population estimates, July 1, 2015, (V2015) », sur quickfacts.census.gov (consulté le 17 mai 2016)
  11. (en) US Census Bureau Geography, « State Centers of Population 1880 - 2010: New York », sur www.census.gov (consulté le 17 mai 2016)
  12. (en) U.S. Census Bureau, « American FactFinder - Results », sur factfinder2.census.gov (consulté le 17 mai 2016)
  13. a et b (en) Joyce A. Martin, M.P.H.; Brady E. Hamilton, Ph.D.; Stephanie J. Ventura, M.A.; Michelle J.K. Osterman, M.H.S.; Elizabeth C. Wilson, M.P.H.; et T.J. Mathews, « Births: Final Data for 2010 », National Vital Statistics Reports, vol. 61, no 1,‎ (lire en ligne).
  14. a et b (en) Joyce A. Martin, M.P.H.; Brady E. Hamilton, Ph.D.; Michelle J.K. Osterman, M.H.S.; Sally C. Curtin, M.A.; et T.J. Mathews, « Births: Final Data for 2012 », National Vital Statistics Reports, vol. 62, no 9,‎ (lire en ligne).
  15. a et b (en) Sherry L. Murphy, B.S.; Jiaquan Xu, M.D.; et Kenneth D. Kochanek, « Deaths: Final Data for 2010 », National Vital Statistics Reports, vol. 61, no 4,‎ (lire en ligne).
  16. a et b (en) Sherry L. Murphy, B.S.; Kenneth D. Kochanek, M.A.; Jiaquan Xu, M.D.; et Melonie Heron, « Deaths: Final Data for 2012 », National Vital Statistics Reports, vol. 63, no 9,‎ (lire en ligne).
  17. a, b et c (en) U.S. Census Bureau, « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov (consulté le 17 mai 2016)
  18. (en) U.S. Census Bureau, « American FactFinder - Results », sur factfinder2.census.gov (consulté le 17 mai 2016)
  19. (en) U.S. Census Bureau, « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov (consulté le 17 mai 2016)
  20. (en) U.S. Census Bureau, « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov (consulté le 17 mai 2016)
  21. (en) « Unauthorized Immigrants in the U.S., 2012 », sur pewhispanic.org,‎ (consulté le 17 mai 2016)
  22. (en) Campbell Gibson et Kay Jung, « Historical Census Statistics on Population Totals by Race, 1790 to 1990, and by Hispanic Origin, 1970 to 1990, for the United States, Regions Divisions, and States » [PDF],‎ .
  23. (en) U.S. Census Bureau, « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov (consulté le 8 mai 2016)
  24. (en) U.S. Census Bureau, « American FactFinder - Results », sur factfinder2.census.gov (consulté le 17 mai 2016)
  25. (en) U.S. Census Bureau, « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov (consulté le 17 mai 2016)
  26. (en) U.S. Census Bureau, « American FactFinder - Results », sur factfinder.census.gov (consulté le 27 mai 2016)
  27. (en) « Religious Landscape Study », sur Pew Research Center's Religion & Public Life Project (consulté le 24 février 2016)
  28. (en) « State of the States », sur Gallup.com (consulté le 11 mars 2016)
  29. (en) « Language Map Data Center », sur apps.mla.org (consulté le 10 mars 2016)
  30. Jean-François Revel, L’obsession anti-américaine, Paris, Plon, 2002, ISBN 2-259-19449-4, page 253

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Institutions et vie politique

  • (en) Schneier, Brian Murtaugh et Antoinette Pole, New York politics: a tale of two states, M.E. Sharpe, , 374 p. (ISBN 9780765622044)
  • (en) Joseph Francis Zimmerman, The government and politics of New York State, SUNY Press, , 369 p. (ISBN 9780791474365)
  • (en) Robert B. Ward, New York State government, Rockefeller Institute Press, , 611 p. (ISBN 9781930912168)
  • (en) Sarah F. Liebschutz et Robert W. Bailey, New York politics & government: competition and compassion, Presses de l'Université du Nebraska, coll. « Politics and governments of the American states », , 234 p. (ISBN 9780803279711)
  • (en) Sarah F. Liebschutz, Bargaining under federalism: contemporary New York, SUNY Press, coll. « SUNY series in public administration », , 237 p. (ISBN 9780791406342)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]