Esclavage aux États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Titre : United States slave trade, 1830

L'esclavage aux États-Unis (1619-1865) est une institution contestée dès ses débuts lorsqu'elle prend son essor dans le dernier quart du XVIIe siècle en Colonie de Virginie puis au début du siècle suivant en Caroline avant de subir le choc des dizaine de milliers de libérations d'esclaves par les anglais pendant Guerre d'indépendance des années 1770. Malgré les premières abolitions qui ont immédiatement suivi dans les États du Nord, cette pratique a duré encore près d'un siècle, pour ne prendre fin que par l'adoption du XIIIe amendement de la Constitution américaine adopté par le Congrès le 6 décembre 1865, suivi du Quatorzième amendement de la Constitution des États-Unis de 1868, accordant la citoyenneté à toute personne née ou naturalisée aux États-Unis et interdisant toute restriction à ce droit, et du Quinzième amendement de la Constitution des États-Unis, de 1870, garantissant le droit de vote à tous les citoyens des États-Unis.

Par la suite, l'application des droits constitutionnels fut encore entravée dans les États du sud jusqu'aux années 1960, par les lois Jim Crow, et par les divers règlements légalisant différentes formes de ségrégation raciale.

Dès ses débuts, l'esclavage aux États-Unis a connu une croissance provenant surtout des naissances sur le sol américain. Les historiens estiment qu'en trois siècles un total d'environ 400 000 Africains y ont été déportés pour y travailler comme esclaves[1] alors que leur population avoisinait 4 millions lors de l'abolition de 1865. Pour marquer cette année, le est devenu un jour férié "Juneteenth" aux États-Unis. Il est promulgué en 2021, et il symbolise les derniers esclaves libérés aux États-Unis le [2].

Introduction[modifier | modifier le code]

Succédant à une forme de servitude temporaire — l’indenture —, un esclavage fondé sur le commerce de déportés africains s'institutionnalise progressivement, à un rythme variable selon les colonies, dans le dernier quart du XVIIe siècle, sous l’effet de décisions de justice et d'évolutions législatives.

Après les dizaines de milliers d'esclaves libérés par les Anglais entre 1775 et 1784 cette pratique est progressivement aboli dans les États du Nord du pays, pendant et dans les années qui suivent la révolution américaine. L'esclavage continue cependant à occuper par la suite une position centrale dans l'organisation sociale et économique du Sud des États-Unis. Les esclaves sont utilisés comme domestiques et dans le secteur agricole, en particulier dans les plantations de tabac puis de coton, qui s'impose au XIXe siècle comme la principale culture d'exportation du pays. Au total, les Treize Colonies puis les États-Unis font venir 400 000 Africains, soit 3,5 % du total des esclaves déportés vers les Amériques[réf. nécessaire], jusqu'à l'interdiction de la traite atlantique en 1808.

Avant la Guerre de sécession, le recensement américain de 1860 dénombre 3 950 528 d’esclaves dans le pays[3],[4]. La marge d'autonomie que ces derniers sont parvenus à se ménager à l'intérieur du système d'exploitation dont ils ont été victimes a donné naissance à une culture originale qui emprunte à la fois à leur culture africaine d'origine et à celle de leurs maîtres[réf. nécessaire].

Dans les années 1820, un mouvement anti-esclavagiste, extrêmement actif, s'organise dans le Nord et, avec lui, un réseau d'aide pour les esclaves fugitifs, le chemin de fer clandestin. L'esclavage devient l'un des enjeux principaux du débat politique du pays. Le compromis de 1850, le Fugitive Slave Act, l'arrêt Scott v. Sandford de la Cour suprême ou les émeutes du Bleeding Kansas sont autant d'étapes de la polarisation croissante autour de cette question, à l'origine du déclenchement de la guerre de Sécession en 1861. À l'issue de ce conflit, le XIIIe amendement de la Constitution fédérale met fin à l'esclavage en étendant à l'ensemble du territoire américain les effets de la proclamation d'émancipation du 1er janvier 1863[5], sans toutefois régler la question de l'intégration des Afro-Américains à la communauté nationale malgré la promulgation du Quatorzième amendement de la Constitution des États-Unis de 1868, accordant la citoyenneté à toute personne née ou naturalisée aux États-Unis et interdisant toute restriction à ce droit, et du Quinzième amendement de la Constitution des États-Unis, de 1870, garantissant le droit de vote à tous les citoyens des États-Unis. Après l’ère dite de la Reconstruction qui prend fin en 1877, la plupart des institutions des anciens États confédérés repassent sous le contrôle des Sudistes racistes qui entraveront l'application des droits constitutionnels des Afro-Américains en établissant des lois locales comme les Lois Jim Crow, la clause de grand-père et par le développement de mouvements terroristes comme le Ku Klux Klan ou la White League. Peu à peu se constitue un système légal de ségrégation raciale dans le Sud, conforté par des milices racistes qui font taire toute tentative de rébellion des Afro-Américains par tous les moyens violents possibles (assassinats, attentats, viols, tortures, enlèvements, incendies d'écoles et d'églises afro-américaines). La ségrégation, dernier rejeton de l'esclavage, prend fin que dans les années 1960 avec la vague du mouvement américain des droits civiques et l'adoption de différentes lois fédérales comme le Civil Rights Act de 1964, le Voting Rights Act de 1965 et le Civil Rights Act de 1968 qui mettent fin à toutes les formes de discrimination raciale sur l'ensemble des états des États-Unis[6],[7],[8],[9].

Origines[modifier | modifier le code]

Le développement de l'esclavage aux États-Unis s'est principalement effectué d'abord au XVIIIe siècle dans la colonie de Caroline. La Virginie, colonie plus ancienne, est resté pendant trois-quarts de siècle une terre d'agriculteurs blancs modestes. Elle n'avait que 15 000 habitants en 1650, dont seulement 300 noirs (2%)[10], et 40 000 en 1670, dont un peu moins de 2 000 noirs (5%).

Le nombre de ces derniers passe à 3 000 en 1680 et 6 000 en 1700, les grandes plantations de tabac n'ayant pris leur essor qu'après 1673, année du monopole français du tabac[11], qui dope la contrebande anglaise en provenance de Virginie et lamine les planteurs français de Saint-Domingue. Les exportations annuelles de tabac virginien de 1741 à 1747 sont 60% plus élevées que dans les années 1700, résistant au quadruplement des taxes, qui va cependant pénaliser la Virginie dans les années 1760, contribuant à déclencher la guerre d'indépendance américaine.

En Caroline, les premiers esclaves furent acheminés de l'île de la Barbade par leurs propriétaires au début des années 1660, sans recours ensuite à la traite car au cours des quatre premières décennies d'existence de cette colonie, près de 20000 amérindiens furent réduits en esclavage, dont une majorité de femmes[12]. Les esclaves noirs les ont remplacé au siège suivant, leurs arrivées étant multipliées par six en deux décennies[12] d'autant que les tensions s'avivent avec les Amérindiens, désormais mieux immunisés contre les maladies[12], peu avant la Guerre des Yamasee de 1715-1717, qui fait 400 victimes blanches, en vengeance de l'esclavage[12].

Vers 1690, la Caroline s'est tournée vers la culture du riz, importée d'Afrique de l'Ouest, adaptée aux terres inondables[12] et qui permet des économies d'échelle sur des plantations plus grandes[12], employant beaucoup plus d'esclaves, 90% dans certains comtés[12]. Les planteurs de Caroline ont les moyens d'en acheter car les rendements du riz sont bien supérieurs[12], 20% par an, contre 5% à 10% pour le tabac de Virginie, enrichissant une élite agricole plus récente[12].

En 1700, après quatre décennie de croissance de la Caroline, les 2800 esclaves noirs n'y représentaient que 40% de la population non-amérindienne, proportion cependant bien plus élevée qu'en Virginie[12]. Leurs arrivées représentent 1 000 personnes dans les années 1690 puis respectivement 3000 et 6000 au cours des décennies suivantes[12]. Mais c'est dans les années 1720 que l'expansion rizicole s'accélère : La production passe 0,26 millions de livres en 1700 à 6 millions dans les années 1720 et 16 millions dans les années 1730[12].

Décennie Années 1690 Années 1700 Années 1710
Arrivées d'esclaves noirs en Caroline[12] 1000 3000 6000

La demande de riz est dopée dans les années 1720 et 1730 par la forte immigration de familles modestes écossaises qui s'installènt au pied des Appalaches[13]. Le représentant de la colonie Henry Laurens exporte ar Charleston, devenu le plus grand port du Sud le bois qu'il lui livrent en échange de riz[14].

Développement progressif[modifier | modifier le code]

La colonie de Virginie fut la première non ibérique en Amérique, excepté le court passage de Pierre du Gua de Monts 2 000 km plus au nord en Nouvelle-Écosse (1604-1607). Après l'échec en 1584 du navigateur anglais Walter Raleigh sur l'île de Roanoke Island, en 1607, une deuxième colonie anglaise fut fondée par La colonie de Virginie fut la première non ibérique en Amérique, excepté le court passage de Pierre du Gua de Monts 2 000 km plus au nord en Nouvelle-Écosse (1604-1607). Après l'échec en 1584 du navigateur anglais Walter Raleigh sur l'île de Roanoke Island, en 1607, une deuxième colonie anglaise fut fondée par la Virginia Company, de John Smith et des artisans de la cité de Londres, qui voulaient éviter les plantations en Irlande., de John Smith et des artisans de la cité de Londres, qui voulaient éviter les plantations en Irlande. Une vaste campagne de publicité, utilisant des brochures, des pièces de théâtre et des sermons dans toute l’Angleterre a convaincu près de 1 700 personnes physiques et morales d'acheter des actions, y compris des corporations commerciales et des villes.

Comme la Caroline plus tard, la Virginie pratique l'engagisme via des indentured servants)[Note 1]. En échange de 7 ans de travail, La colonie de Virginie fournit passage, nourriture, protection et propriété foncière aux 600 colons qui arrivent entre et , mais sans soutien logistique, ce qui déclenche la famine de 1609. La charte rédigée par Thomas Smythe, gouverneur de la Compagnie anglaise des Indes orientales depuis 1603, qui a échoué en Asie face aux Hollandais, interdit de s'en prendre aux leaders religieux Amérindiens mais enjoint de recueillir des enfants pour les convertir ce qui cause des guerres.  La Compagnie devient rentable à partir de 1612 : la découverte de nouvelles variétés de tabac plus adaptés aux goûts anglais en fait une culture marchande, ce qui amène en 1614 la Couronne à reprendre à la Compagnie les îles Bermudes. La Virginie connait de nombreux arrivages de colons après avoir promis de terres à quiconque en transporte.

Cicatrices de flagellation sur un esclave. Photo prise le , à Baton Rouge, Louisiane. Légende originale du photographe : « Le contremaître Artayou Carrier m'a fouetté. À la suite de cette flagellation, j'ai eu des escarres pendant deux mois. Mon maître est venu après que j'ai été fouetté ; il a licencié le contremaître. Ce sont les propres paroles du malheureux Peter alors qu'il posait pour la photo. »

Le négociant Robert Kœnigsmann implante le tabac près de Strasbourg en 1620 et le cardinal de Richelieu décide de taxer en 1621 celui des Antilles, pour obtenir 7 ans ans après les premières plantations en France, à Clairac (Lot-et-Garonne). En , les troupes du chef indien Opchanacanough tuent 350 desw 1240 colons d'un seul des établissements[15], ce qui entraina de nombreux départs. En 1624, seulement 3400 des 6000 premiers colons avaient survécu [16]. Le succès du tabac sur le Vieux continent, réexporté par Amsterdam, amène l'administration anglaise à envisager un monopole en 1620.

En 1621 les actionnaires se plaignent d'une dette de 9000 sterling, de l'absence de dividendes et des loteries utilisées pour créer des actions[17]. La société par actions fait faillite en 1624 et la propriété de la Virginie fut transférée au Roi d'Angleterre, qui édicta en 1626 un monopole très strict sur la production et la commercialisation du tabac au cours de la période 1626-1628 puis accorda une concession sur les terres situées plus au sud, de la future Caroline.

Les meilleures terres du Sud-Est de la Virginie étant déjà entre les mains de riches planteurs dès le milieu du XVIe siècle, la libération des anciens engagés ne leur permettait pas d'échapper à la pauvreté, d'autant que la culture du tabac nécessitait de laisser la terre reposer après trois ans. La révolte de Bacon, déclenchée en 1676, montra qu'ils pouvaient constituer une menace pour les riches propriétaires terriens[18]. « Les exportations de tabac de la Virginie et du Maryland sextuplent en trente ans, entre 1663 et 1699 »[19] car elles étaient encore insignifiantes pendant le demi-siècle précédent[12] et pour compléter leurs revenus, les Virginiens modestes achetaient des peaux de cerfs aux indiennes, en échange d'armes[12] et les noirs n'étaient encore que 150 en 1640 et 300 en 1649 dans les colonies du Sud[20].

Arrivée d'une vingtaine de noirs douze ans après les débuts[modifier | modifier le code]

C'est aussi le système de l'indenture qui est appliqué lors de l'arrivée d'un vingtaine d'Africains en 1619 près de Jamestown en Virginie[21],[22], qui se produit par le hasard d'avaries sur un navire corsaire hollandais, obligé d'accoster sur la terre la plus proche car souffrant de sérieuses avaries. La vingtaine de Noirs à bord n'étaient pas destinés à la Virginie, car les hollandais les avaient trouvés sur un navire négrier espagnol. Le corsaire passe un mois dans la colonie, et y débarque les esclaves, recevant de la nourriture et de l'aide pour des réparations.

Les Espagnols baptisaient généralement leurs esclaves avant leur départ vers les colonies mais le droit anglais considérait que les chrétiens baptisés ne pouvaient être esclaves. Les Virginiens leur appliquent alors le seul statut qu'ils connaissent, celui d'engagés « travailleurs sous contrat »: ils sont libérés après une période établie et se voient accorder la jouissance de quelques terres, comme ce fut le cas pour l'un d'eux Anthony Johnson[23],[24], qui deviendra même par la suite l'un des premiers propriétaires d'esclaves légaux aux États-Unis[6],[25] en 1640.  

Première. vente d'esclaves 1655 à la Nouvelle-Amsterdam par Howard Pyle, 1895

Au-delà de cet épisode inaugural, le statut des premiers Africains amenés sur le continent américain au XVIIe siècle fait encore aujourd'hui débat. Deux thèses, la thèse d'une progressivité de l'esclavage et la thèse racialiste, s'opposent à ce sujet. La thèse de la progressivité insiste sur une évolution du statut des Noirs. Oscar Handlin met en avant que, contrairement aux empires ibériques, les Britanniques n'avaient pas pratiqué l'esclavage avant l'installation de leurs premières colonies américaines au XVIIe siècle. Aux premiers Noirs, on aurait, comme à la vingtaine d'Africains débarqués du « White Lion », attribué un statut d’indentured servant, identique à celui des immigrés européens pauvres. Le racisme à l'égard des Noirs n'aurait été dans cette perspective qu'une des conséquences de l'infériorité durable de leur statut[26]. La thèse racialiste estime au contraire que les Noirs africains auraient d'emblée été considérés, à cause de la couleur de leur peau et de préjugés racialistes antérieurs, comme des êtres inférieurs, corvéables à merci. L'esclavage américain n'aurait été que l'importation à l'identique d'un système déjà répandu dans les colonies ibériques d'Amérique du Sud et des Caraïbes[27].

Dans la colonie de Virginie, la condamnation en 1640 à la servitude à vie de l’indentured servant noir John Punch après une tentative d'évasion, est la première trace connue d'une différenciation de la jurisprudence sur la base de la couleur de la peau[25]. En 1654, une cour du comté de Northampton se prononce contre John Casor (en), le déclarant propriété à vie de son maître[28]. Les colons s'engouffrèrent dans un vide juridique : puisque les déportés africains n'étaient pas citoyens britanniques par leur naissance, ils n'étaient pas nécessairement couverts par la loi commune britannique (common law)[6].

John Casor, fut déclaré l'esclave à vie de Anthony Johnson en 1655[29]. En 1661 et 1662, l'esclavage devient pour la première fois un statut héréditaire en Virginie[30].

Sucre, tabac et coton, trois économies différentes[modifier | modifier le code]

Esclaves dans une plantation de Virginie. Illustration tirée de the Old Plantation, vers 1790.

Les Britanniques ont créé en 1672 la Compagnie royale d'Afrique pour développer le commerce négrier dans l'océan Atlantique vers leurs deux principales îles à sucre, la Jamaïque et la Barbade. Le tabac du continent, mois rentable et plus exposé aux attaques amérindiennes, repose de son côté sur une main d'œuvre d'abord blanche, puis noire mais née sur le sol américain qui se voit imposer le statut d'esclave seulement dans le dernier tiers du XVIIe siècle. Les codes noirs, adoptés dans l'État du Connecticut dès 1690 et en Virginie en 1705, généralisent explicitement ce statut, en définissant les droits des propriétaires sur des individus considérés comme des biens meubles et donc dépourvus de droits[réf. souhaitée]. Durant la période coloniale britannique, toutes les colonies, au nord comme au sud, possédaient des esclaves[réf. souhaitée]. Ceux du Nord étaient principalement employés à des tâches domestiques, ceux du Sud travaillant dès l'origine dans des fermes et des plantations cultivant des plants d'indigo, du riz et du tabac, le coton ne devenant la culture principale qu'au cours des années 1790. En Caroline du Sud en 1720 près de 65 % de la population était constituée d'esclaves, principalement utilisés par les riches fermiers et planteurs tournés vers l'exportation[31].

La production du coton elle n'arrive qu'un siècle plus tard, quand la part des plantations américaines dans l'offre mondiale passe brutalement de 5 % à 70 % entre 1790 et 1805, pour alimenter les fabriques de la région industrielle de Manchester, ferment de la première révolution industrielle d'Europe[32]. Le prix du coton grimpe de 50 %, de 30 à 45 cents par livre entre 1790 et 1800, avant de revenir progressivement à moins de 10 cents en 1840, avec l'extension des plantations dans l'Ouest, à grande échelle, dans quatre futurs États[32].

Les esclaves noirs libérés par les Anglais[modifier | modifier le code]

Plusieurs dizaines de millier d'esclaves noirs ont été libérés par les Anglais en Caroline du Sud, mais aussi en Georgie ou encore dans le Maryland, pendant la Guerre d'indépendance américaine, en échange de leur affranchissement collectif, notamment dans le sillage de la Dunmore's Proclamation (1775) et la Philipsburg Proclamation (1779), aux tout début de cette Guerre d'indépendance américaine, à l'issue de laquelle ces Loyalistes noirs seront évacués au Canada, resté une des possessions anglaises importantes puis participeront à la création du Sierra Leone. Mais la majorité des esclaves libérés par les Anglais entre 1775 et 1784 ont réussi à s'enfuir vers de nombreuses destinations différentes.

1776-1865[modifier | modifier le code]

Second passage du milieu[modifier | modifier le code]

Animation montrant l'évolution des territoires esclavagistes de 1789 à 1861.

La culture du coton, et avec elle l’esclavage, se répandit à l'ouest avec l'expansion des États-Unis[Note 2]. L'historien Peter Kolchin écrit qu'« en brisant des familles existantes et en forçant les esclaves à se réinstaller loin de tous ceux et tout ce qu'ils connaissaient », cette migration « reproduisait (à une échelle réduite) beaucoup des horreurs » de la traite atlantique[33]. L'historien Ira Berlin (en) a donné à cette migration le nom de « second passage du milieu »À (second middle passage)[Note 3]. Qu'ils aient eux-mêmes vécu ce déracinement ou qu'ils en aient expérimenté la crainte, Berlin considère cette déportation massive comme un traumatisme central dans la vie d'un esclave entre la révolution américaine et la guerre de Sécession[34].

Chapelet d'esclaves noirs conduits à pieds de Staunton (Virginie) jusqu'au Tennessee en 1850.

Les statistiques sont lacunaires concernant le nombre exact d'esclaves déplacés : on estime ce chiffre à environ un million entre 1790 et 1860[35]. La majorité des esclaves étaient originaires du Maryland, de Virginie et des Carolines. À l'origine, leur destination était principalement le Kentucky et le Tennessee mais après 1810 la Géorgie, l'Alabama, le Mississippi, la Louisiane et le Texas ont reçu la majorité des esclaves déportés. Dans les seules années 1830, presque 300 000 esclaves furent déplacés, l'Alabama et le Mississippi en recevant 100 000 chacun. On estime que de 60 à 70 % des migrations interrégionales étaient le résultat de la vente d'esclaves. En 1820, la possibilité pour un enfant de l'Upper South d'être vendu dans le Sud profond avant 1860, était de 30 %[36].

Séparation des familles, des mères de leurs nourrissons lors des ventes d'esclaves, 1853.

Il est généralement admis que les ventes d'esclaves ont été responsables de la majorité des déplacements d'esclaves vers l'ouest[Note 4]. Les déplacements des familles de propriétaire d'esclaves étaient eux-mêmes minoritaires et seule une minorité d'esclaves a pu suivre les pas de ses maîtres en préservant son unité familiale[réf. souhaitée]. Par ailleurs, même si, en vue de créer une force de travail capable de se reproduire, les marchands d'esclaves emportaient généralement un nombre égal d'hommes et de femmes, ils avaient peu intérêt à déplacer des familles entières[réf. souhaitée][pourquoi ?]. La traite devint la plus vaste entreprise du Sud, en dehors des plantations elles-mêmes, et probablement la plus sophistiquée dans son emploi de moyens de transports modernes, de circuits de financement innovants et de la publicité. Cette industrie développa son propre langage composé de termes tels que première main (prime hands) ou bucks (dollars en argot)[37]… Le développement de la traite négrière terrestre au sein de l'Union et l'arrêt de la traite maritime en 1808 provoquèrent une hausse du prix des esclaves qui contribua notamment à relancer économiquement les États côtiers[38].

Une partie des déplacements d'esclaves s'opérait par la voie maritime, principalement depuis Norfolk (Virginie) jusqu'à La Nouvelle-Orléans, mais la plupart des esclaves était forcée de se déplacer à pied. Des routes de migration régulières étaient établies le long d'un réseau d'entrepôts destinés à l'accueil temporaire des esclaves. Chemin faisant, certains d'entre eux étaient vendus, d'autres achetés. La migration occupait une place centrale dans l'organisation économique et sociale des régions concernées, et la grande majorité des habitants du Sud des États-Unis, qu'ils soient noirs ou blancs, était impliquée, plus ou moins directement, dans le fonctionnement de ce circuit commercial[39].

Une vente d'esclaves à Richmond, gravure d'Edmond Morin, v. 1865.

La mortalité des esclaves durant la marche, sans commune mesure avec le niveau atteint lors de la traite, dépassait toutefois sa valeur en période normale. Le second passage du milieu était extrêmement épuisant et débilitant. Un témoin d'époque souligne sa morne apparence en le décrivant comme « une procession d'hommes, de femmes, et d'enfants similaire à une procession funéraire ». En effet, les décès pendant la marche, ainsi que les ventes et reventes quotidiennes, transformaient non seulement les esclaves en objets marchands mais faisaient surtout de la marche une machine à briser tout lien humain. Les bandits de grand chemin, attirés par le prix croissant des esclaves sur le marché, rendaient le second middle passage presque aussi dangereux pour les marchands qu'il l'était pour les esclaves[réf. souhaitée]. Les hommes étaient enchaînés et placés sous une garde rapprochée. Les convois d'esclaves devinrent des forteresses mobiles où les tentatives de fuite étaient bien plus nombreuses que les révoltes[40].

Vie quotidienne des esclaves[modifier | modifier le code]

Conséquences de la migration vers l'ouest[modifier | modifier le code]

Les conditions de vie rencontrées par les esclaves déplacés sur la frontière de l'ouest différaient sensiblement de celles qu'ils avaient connues plus à l'est. Le défrichage et l'exploitation d'une terre vierge, combinés à une nourriture insuffisante, une eau insalubre et l'affaiblissement parfois durable provoqué par le voyage, engendrèrent de nombreuses blessures et maladies[réf. souhaitée]. Les sites de défrichage privilégiés par les planteurs, souvent situés à proximité d'un point d'eau et donc des moustiques, le climat souvent plus humide et plus chaud contribuèrent à augmenter sensiblement le taux de décès des esclaves nouvellement arrivés. À tel point que certains planteurs préféraient dans les premières années d'exploitation louer des esclaves plutôt qu'en acquérir pour leur propre compte[41].

La dégradation des conditions de vie des esclaves tenait aussi à d'autres facteurs. La culture du coton était plus exigeante que celles du tabac et du blé pratiquées plus à l'est : les maîtres imposaient des rythmes de travail plus soutenus qui laissaient peu de temps pour la culture vivrière que certains esclaves avaient développée chez leurs anciens propriétaires[42]. Les conditions difficiles sur la frontière augmentèrent par ailleurs la résistance des esclaves et conséquemment la violence des maîtres et des surveillants.

En Louisiane, la canne à sucre constituait, de préférence au coton, la principale culture. Entre 1810 et 1830 le nombre d'esclaves passa dans cette région de moins de 10 000 à plus de 42 000. La Nouvelle-Orléans devint un port d'esclaves de dimension nationale et dans les années 1840 le plus grand marché d'esclaves du pays. La culture de la canne à sucre, plus éprouvante encore que celle du coton, exigeait de jeunes hommes dans la force de l'âge qui représentaient les deux tiers de la demande en esclaves. Cette population, plus virulente et susceptible de se tourner vers la rébellion, rendit le régime de soumission imposé par les planteurs d'autant plus violent[43].

Travail[modifier | modifier le code]

Égrenage du coton en 1869.

Deux principaux systèmes de travail, parfois non exclusifs l'un de l'autre, ont coexisté au sein du système des plantations américaines : le task system et le gang system. Typique des vastes exploitations rizicoles rencontrées en Louisiane, le long de la rivière Yazoo et sur la bande côtière de la Caroline du Sud et de la Géorgie, le task system consistait à assigner à chaque esclave un travail donné. Une fois sa tâche acquittée, l'esclave était libre de vaquer à ses occupations personnelles. Ménageant une marge d'autonomie aux esclaves, il était toutefois, à l'image des grandes exploitations, largement minoritaire[Note 5]. Plus contraignant était le gang system qui peut être considéré comme l'équivalent du travail à la chaîne dans le domaine agricole. Placés sous l'autorité d'un driver, des équipes d'esclaves, dont chacun se voyait attribuer une fonction spécifique, effectuaient parallèlement une tâche identique[Note 6]. Les esclaves travaillaient habituellement entre 12 et 15 heures par jour[44].

L'encadrement des esclaves était assuré par un régisseur (overseer), représentant de l'autorité du propriétaire sur le terrain, et d'un driver, qui conduisait les équipes. Si le régisseur était presque exclusivement un blanc[Note 7], le driver était lui-même un esclave. Les fonctions de police qui lui étaient confiées impliquaient force physique et capacité de commandement. Régulièrement, y compris dans les plantations où les maîtres étaient considérés relativement cléments, les esclaves étaient soumis au fouet. Infligé par le régisseur, le conducteur ou directement par le maitre, le châtiment allait de 20 à 40 coups[44].

Dans les plus grandes exploitations, l'organisation du travail pouvait aboutir à une certaine spécialisation. Forgerons, charrons, serruriers étaient des métiers indispensables au fonctionnement de la plantation dont la charge était souvent héréditaire et réservés aux métis et aux esclaves à peau claire qui, d'une manière générale, étaient mieux considérés que les autres[réf. souhaitée]. La clarté de la peau était ainsi un élément d'appréciation de la valeur des esclaves sur le marché et les planteurs choisissaient de préférence des esclaves à peau claire comme concubine (fancy girls)[Note 8].

Outre la distinction entre le task system et le gang system, une des principales lignes de fracture qui organise le monde des esclaves est celle qui distingue les travailleurs des champs et les travailleurs domestiques. Cette ligne n'est pas inamovible[réf. souhaitée]. Une carrière d'esclave pouvait le conduire à exercer l'une ou l'autre des fonctions au gré des changements de culture, des migrations et surtout de son épuisement physique. Il n'existait pas non plus de hiérarchie établie entre esclaves sur la base de l'appartenance à l'un ou l'autre de ces deux types de métiers. Si les domestiques étaient globalement mieux nourris et bénéficiaient de conditions de travail plus clémentes, ils subissaient aussi plus directement l'arbitraire des décisions et des châtiments des propriétaires[réf. souhaitée].

Vie matérielle et sociale[modifier | modifier le code]

Maison des esclaves de la plantation Kingsley en Floride.

La vie sociale des esclaves nous est connue grâce aux récits autobiographiques et notamment les entretiens du « Federal writers' project » qui réunit, dans les années 1930, les témoignages de quelque 2 000 anciens esclaves[Note 9]. Les historiens ont longtemps imaginé les esclaves subissant leur sort sans grande marge d'autonomie, mais l'historiographie a évolué sensiblement depuis les années 1970 sur la base de ses témoignages.

Longtemps considérée comme inexistante chez les esclaves, la famille a vu son rôle considérablement réévalué, sous l'influence pionnière du sociologue Edward Franklin Frazier[45]. Sans existence légale, elle est toutefois souvent consacrée par une cérémonie religieuse et consignée sur des registres. Une grande partie de la vie sociale et matérielle s'organise autour d'elle. C'est à son échelle, et plus précisément au nom du père de famille, que sont effectuées les distributions de nourriture et de vêtements et l'attribution du logement. La société sudiste impose en la matière son modèle patriarcal, illustré par la division sexuelle du travail : l'homme assure l'entretien de la case, la chasse et la pêche, la femme est dévolue aux tâches ménagères et à l'éducation des enfants. Quand les planteurs les autorisent, les économies financières sont inscrites au nom du mari[réf. souhaitée]. Les cases familiales ne dépassaient semble-t-il pas 25 m2 pour une moyenne de près de six personnes[Note 10]. Elles étaient regroupées dans des quarters situés à distance de la demeure du maître, les plus grandes plantations pouvant en compter plusieurs disséminées sur l'exploitation. L'hygiène y était quasiment inconnue.

Esclaves dans une plantation en Caroline du Sud, 1862.

Dans certaines régions privilégiées comme les zones de riziculture de Caroline du Sud ou de Géorgie, les esclaves étaient autorisés à exercer une activité complémentaire en plus de leurs heures de travail obligatoire. Les compléments apportés par l'élevage et la culture de subsistance pouvaient être consommés ou vendus sur des marchés. Une économie parallèle semble s'être mise en place dans ces régions. Il était aussi de coutume d'octroyer un supplément financier pour la période de Noël et quelques propriétaires autorisaient leurs esclaves à conserver leurs gains au jeu (un esclave, Denmark Vesey, est connu pour avoir gagné à la loterie et acheté sa liberté). S'ils étaient dépourvus de tout droit, et donc du droit de propriété, les esclaves pouvaient, dans certaines régions, se voir octroyer la jouissance de biens, en particulier du bétail ou des outils[Note 11]. La transmission héréditaire de ces biens était semble-t-il tolérée par certains planteurs[réf. souhaitée].

La plupart des États esclavagistes interdisaient l'alphabétisation des esclaves. En 1860, ils sont moins de 5 % à être alphabétisés[44].

Religion[modifier | modifier le code]

Julia Greeley (en), esclave du Missouri devenue religieuse chez les Franciscains à Denver, av. 1918

Le rapport à la religion des esclaves américains a considérablement varié dans l’espace et dans le temps. Les croyances animistes et le culte des ancêtres, hérités de l'Afrique, continuèrent de jouer un rôle prédominant pour les premières générations[46]. À partir du milieu du XVIIIe siècle, le christianisme est devenu majoritaire, notamment avec le grand réveil, un mouvement religieux évangélique dont l'élan missionnaire encouragea les nouveaux convertis blancs à libérer leurs esclaves et à leur donner des postes de directions dans de nouvelles églises[47]. Le méthodisme et le baptisme, dont la doctrine de l'engagement individuel tranchait avec le déterminisme calviniste, rencontrèrent en particulier un succès important parmi la population noire[48]. Progressivement cependant, sous l'influence des propriétaires d'esclaves notamment très présents chez les épiscopaliens et presbytériens, les Églises commencent à justifier l'esclavage sur des bases doctrinales[44].

Animée d’une foi sincère ou concevant la religion comme un moyen supplémentaire de contrôle, la majorité des maîtres encourageaient la conversion de leurs esclaves[49]. Ces derniers vivaient cependant leur foi dans des conditions matérielles assez diverses. Dans les plantations isolées, ils ne pouvaient assister aux offices faute de lieu de culte. Tandis que dans les exploitations de taille réduite, certains esclaves écoutaient la lecture de la Bible de leurs maîtres. L’autonomie des esclaves variait aussi de manière importante. Malgré le contrôle que les maîtres tentaient de conserver sur cette part de leur vie, les esclaves parvinrent à développer une « Église invisible » selon l'expression d'Albert J. Raboteau[50] dont les discours et les pratiques différaient sensiblement de celle des Blancs.

Danse d'esclaves dans une plantation par Dirk Valkenburg (en), 1706-1708

Lors des cérémonies qui échappaient au regard de leurs maîtres, le discours de soumission que relayaient les Églises du Sud était rejeté par les esclaves au profit de choix liturgiques qui privilégiaient le potentiel émancipateur des Écritures. L’épisode de l'Exode des esclaves du pharaon menés par Moïse tenait par exemple une grande place dans les chants (les negro spiritual) et les sermons[51]. Les célébrations qui empruntaient pour partie au registre des revivals meetings incluaient des éléments plus spécifiquement afro-américains. Les danses rituelles (les ring shows) et les séances de psalmodie dont les participants approchaient de la transe témoignaient d'une ferveur qui tranchait avec l'austérité formelle des cérémonies des élites blanches épiscopaliennes.

Malgré l'adhésion considérable au christianisme, certaines pratiques animistes, donnant naissance à une forme de syncrétisme qui mariait aux enseignements bibliques des pratiques magiques et rituelles. Les deux domaines conservaient toutefois des fonctions assez différenciées, la magie étant traditionnellement réservée à l’action immédiate et concrète sur le monde tandis que la religion épousait l'horizon plus lointain du salut de l'âme.

Les positions des Églises sur l'esclavage étaient variées. Des tensions croissantes entre abolitionnistes et partisans ont amené des scissions dans les Églises, sur un axe Nord-Sud, suivant les perceptions sociales dans les états. En 1844, un groupe d’églises en désaccord avec l’abolitionnisme de la Methodist Episcopal Church (devenue United Methodist Church) l’a quitté pour former la Methodist Episcopal Church, South (qui a fusionné avec la United Methodist Church en 1968)[52]. En 1845, un groupe d’églises en désaccord avec l’abolitionnisme de la Triennial Convention (devenue American Baptist Churches USA) l’a quitté pour former la Southern Baptist Convention [53]. En Pennsylvanie un luthérien Francis Daniel Pastorius sera l'un des premiers abolitionnistes qui lancera en 1688 le tout premier manifeste anti-esclavagiste à être publié au sein des colonies anglaises[54]. Des calvinistes piétistes comme les Quakers lui emboîtent le pas et militent de façon organisée contre l'esclavage, à questionner le droit d'une personne à posséder une autre personne en tant qu'esclave. Sous l'impulsion des quakers Antoine Bénézet et John Wollman, les quakers créent la première société antiesclavagiste des États-Unis, la Pennsylvania Abolition Society, à Philadelphie le [55],[56].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution démographique de la population des esclaves aux États-Unis constitue une originalité par rapport à celle de ses voisins américains. Bien que n'ayant « importé » qu'environ 6 % de la population d'esclaves du continent, les États-Unis comptèrent rapidement une population d'esclaves plus importante que celles des Caraïbes ou du Brésil[réf. souhaitée]. En 1810, soit deux ans après l'interdiction officielle de la traite, les États-Unis comptaient 1,1 million d'esclaves, soit un plus du double de leur « importation » totale[57]. En 1860, cette population avait presque quadruplé pour atteindre un total de 4 millions. En comparaison, il ne restait en Jamaïque en 1834 que 311 000 des 750 000 Africains déportés par l'ancienne colonie britannique.

Si, dans les autres colonies importatrices d'esclaves, la mortalité était très élevée, aux États-Unis, la natalité des esclaves lui fut dès l'origine supérieure[réf. souhaitée]. Il est cependant malaisé de donner une explication à ce phénomène. Cette différence tient sans doute pour une part à la taille respective des exploitations. En Amérique du Nord, la majorité des esclaves vivaient dans des plantations de moins de dix esclaves[réf. souhaitée]. Les relations entre les propriétaires et esclaves s'en trouvaient fondamentalement modifiées : la majorité des maîtres vivaient dans leur plantation et ne déléguaient pas sa gestion à un régisseur. Dans les plantations brésiliennes ou jamaïcaines la situation différait sensiblement : les plantations étaient de taille bien plus importante (seul un quart des esclaves travaillait dans une exploitation de moins de cinquante esclaves) et les propriétaires résidaient majoritairement dans les villes coloniales ou même en métropole[réf. souhaitée].

Les interactions quotidiennes qui survenaient entre les propriétaires et leurs esclaves contribuèrent sans doute à développer un paternalisme, qui, s'il présentait des aspects négatifs, améliora les conditions de vie des esclaves. En ne concentrant pas les esclaves dans de vastes dortoirs communs, les petites exploitations favorisaient aussi l'hygiène de vie et prévenaient le développement d'épidémies massives qui décimèrent la population noire brésilienne et caribéenne. Cette configuration, ainsi que la proportion plus élevée d'esclaves de sexe féminin, affectées principalement aux tâches domestiques en Amérique du Nord, permirent aussi le développement d'une vie familiale autonome.

Évolution démographique de la population noire[58]
Année Esclaves Noirs libres Total % noirs libres Population totale Pourcentage
1790 697 681 59 527 757 208 8 % 3 929 214 19 %
1800 893 602 108 435 1 002 037 11 % 5 308 483 19 %
1810 1 191 362 186 446 1 377 808 14 % 7 239 881 19 %
1820 1 538 022 233 634 1 771 656 13 % 9 638 453 18 %
1830 2 009 043 319 599 2 328 642 14 % 12 860 702 18 %
1840 2 487 355 386 293 2 873 648 13 % 17 063 353 17 %
1850 3 204 313 434 495 3 638 808 12 % 23 191 876 16 %
1860 3 953 760 488 070 4 441 830 11 % 31 443 321 14 %
1870 0 4 880 009 4 880 009 100 % 38 558 371 13 %

Traitement des esclaves[modifier | modifier le code]

L'ancien marché aux esclaves de Newport (Rhode Island), construit en 1762. Il a été transformé en musée (Museum of Newport History).

L'historien Kenneth M. Stampp estime, en examinant le rôle de la coercition dans l'esclavage, que « sans le pouvoir de punir, que l'État conférait au maître, l'esclavage n'aurait pu exister. En comparaison, toutes les autres techniques de contrôle étaient d'importance secondaire ». Stampp note plus loin que si les récompenses conduisaient parfois les esclaves à se comporter de manière conforme aux exigences de leurs maîtres, la plupart des propriétaires d'esclaves s'accordaient sur la méthode de ce fermier de l'Arkansas :

Marquage des esclaves noires au fer rouge, 1853

« Je parle de ce que je connais quand je dis que c'est comme de « jeter des perles aux pourceaux » que de persuader un nègre de travailler. Il doit être forcé à travailler, et l'on doit lui faire comprendre que s'il échoue à remplir sa tâche il va s'en trouver puni[59]. »

L'historien récipiendaire du prix Pulitzer David Brion Davis (en) et l'historien marxiste Eugene Genovese s'accordent tous deux pour qualifier le traitement subi par les esclaves d'« inhumain ». Qu'ils travaillent ou qu'ils marchent dans la rue, les esclaves étaient soumis à un régime de violence légalement autorisé. Davis souligne que, par certains aspects, l'organisation économique et sociale des États-Unis d'alors avait l'apparence d'un « capitalisme social » (welfare capitalist).[réf. nécessaire]

« Cependant il ne faut jamais oublier que ce même « capitalisme social » des plantations du sud était essentiellement basé sur l'usage de la terreur. Même le plus gentil et humain des maîtres savait que seule la menace de la violence pouvait obliger les équipes d'esclaves à travailler de l'aube jusqu'au crépuscule avec, selon un témoin contemporain, « la discipline d'une armée régulière entraînée ». De fréquentes séances de flagellations publiques étaient là pour rappeler à chaque esclave la punition pour un travail inefficace, une conduite indisciplinée ou le refus de se plier à l'autorité d'un supérieur[Note 12],[60]. »

Fouet et tortures, 1834

Dans les grandes plantations, les régisseurs étaient autorisés à fouetter et brutaliser les esclaves désobéissants. Parmi les châtiments utilisés figurent les privations, les travaux supplémentaires, le marquage au fer rouge pour les fugitifs, la castration ou les mutilations. Les codes de l'esclavage autorisaient et requéraient même l'usage de la violence[réf. souhaitée]. Esclaves comme Noirs libres étaient soumis au code noir et voyaient leurs mouvements surveillés par des patrouilles composées de trois ou six conscrits blancs, autorisés à infliger des châtiments sommaires, pouvant aller jusqu'à la mutilation ou la mort, contre les échappés[réf. souhaitée]. En plus des violences physiques ou de la mort, les esclaves étaient placés sous la menace constante de perdre un membre de leur famille si le propriétaire décidait d'une vente[61]. Cependant, si l'esclave n'avait aucun droit et pouvait être sévèrement puni, le planteur n'avait pas intérêt à maltraiter ses esclaves : les traces de fouet diminuaient la valeur marchande de l'esclave car elles donnaient à penser qu'il était insoumis ou paresseux[62]. Le propriétaire se considérant comme un aristocrate, il se devait de respecter un code de conduite morale et devait en principe s'abstenir de toute cruauté gratuite[62].

Différentes tortures administrées aux esclaves noirs, 1864

Les témoignages de Mary Chesnut et de Fanny Kemble, toutes deux issues de l'aristocratie des planteurs, ainsi que ceux des anciens esclaves réunis par la Work Projects Administration (WPA), font tous état des abus sexuels réguliers infligés aux esclaves de sexe féminin par les propriétaires, les membres de leur famille, les amis ou superviseurs blancs. De Genovese à Nell Irwin Painter, la communauté universitaire s'accorde elle aussi quasi-unanimement sur ce point. Le statut des esclaves, considérés comme la propriété des planteurs, contribuait pour une grande part à donner une légitimation légale à ces pratiques. Les enfants issus de ces viols héritaient le plus souvent du statut d'esclave de leur mère mais étaient parfois libérés par leur maître.

Le traitement des esclaves variait avec la couleur de leur peau. Les esclaves à la peau la plus foncée étaient confinés au travail des champs alors que les esclaves à la peau plus claire pouvaient servir plus facilement de domestiques et recevaient comparativement une meilleure nourriture, un logement et des vêtements plus décents. Les enfants issus de relations entre planteurs et esclaves pouvaient servir de domestiques : plusieurs des gens de maisons du président Thomas Jefferson étaient ainsi des enfants de son beau-père et d'une esclave[réf. souhaitée]. Au XVIIIe siècle, certains esclaves domestiques noirs vivaient mieux que bien des paysans pauvres blancs[63].

Location d'esclave[modifier | modifier le code]

Échange de citoyens contre des chevaux, 1834

L'esclave étant considéré comme propriété de son maître, celui-ci devait payer des taxes à l'État pour sa possession. Il existait des taxes d'importation et des taxes annuelles pour la possession d'esclaves. Un système de location d'esclaves a été mis en place pour réduire cette taxation[64]. La construction des chemins de fer et différentes autres affaires employaient notamment des esclaves loués[65].

Louer un esclave pendant la saison des récoltes dans les champs de canne à sucre de Louisiane avait un coût moins élevé que sa possession et son entretien pendant toute l'année[66].

Ce marché s'est principalement développé en raison des coûts élevés d'importation des esclaves, puis de l'interdiction d'importation de nouveaux esclaves[64].

Des disputes juridiques ont eu lieu comme dans le cas de l'affaire Latimer v. Alexander, en 1853. la cour suprême de Géorgie a été stipulé que le locataire devait supporter les frais de soins de l'esclave, mais qu'il ne devrait pas y avoir d'autre réglementation afin de ne pas risquer de porter préjudice au marché[64]. Les locataires de l'esclave devaient souscrire à une assurance couvrant celui-ci auprès de son propriétaire pour pouvoir le louer[64].

Édifices construits par des esclaves aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Révoltes, fuites et marronnage[modifier | modifier le code]

Chemin de fer clandestin[modifier | modifier le code]

On distingue au sein des esclaves en fuite les outliers des marrons : les premiers continuent de vivre à proximité de la plantation, tirant leur subsistance de la rapine ou parfois même de l'aide d'esclaves restés à l'intérieur de la plantation. Les seconds s'établissent dans des zones inaccessibles, montagnes ou marécages[68]. L’abolition progressive de l’esclavage dans les États du Nord ouvre une possibilité supplémentaire aux esclaves du Sud, en leur offrant un refuge potentiel sur le territoire même des États-Unis. Un réseau secret et décentralisé, le chemin de fer clandestin (Underground Railroad), s’organise qui aide la fuite et facilite l’accueil des fugitifs. Composé de conducteurs, parmi lesquels Harriet Tubman est restée une figure célèbre, et de relais ou « stations », il implique un nombre croissant d’abolitionnistes blancs et de Noirs libres. L’expression Underground Railroad fait ainsi son apparition dans la presse au début des années 1840 et concentre les récriminations des planteurs du Sud[69]. Avec le renforcement de la loi sur les esclaves fugitifs en 1850, le prolongement des routes jusqu’au Canada devient indispensable pour assurer la sécurité des fugitifs[réf. souhaitée].

Révoltes[modifier | modifier le code]

Affiche de 1851 pour The Fugitive Slave Law de 1850 décourageant toute aide aux esclaves fugitifs, qui conduisit à des protestations de masse par des habitants du Nord.

L’étude de la résistance des esclaves prit son essor avec la publication en 1943 d’American negro slave revolts de l’historien marxiste Herbert Aptheker. Aptheker répertorie 250 révoltes et complots du XVIIe siècle à la fin du XIXe siècle. Il distingue les révoltes planifiées des révoltes spontanées.

Les révoltes planifiées impliquent une division du travail entre les insurgés. Elles ont le projet de conquérir un territoire ou de préparer une évasion massive. Au contraire des configurations sud-américaines ou caribéennes où un marronnage de grande ampleur est fréquent, le stade de l’insurrection a rarement été franchi en Amérique du Nord. Dans la majorité des cas, la rumeur de la révolte a été ébruitée et la conspiration démasquée. Ce fut le cas des plus célèbres d’entre elles comme celles de Gabriel Prosser qui planifia la conquête de la Virginie en 1800 ou de Denmark Vesey en Caroline du Sud en 1822. La rébellion de Stono qui avait préparé en 1739 une marche vers la Floride, alors sous souveraineté espagnole, fut reprise avant de pouvoir atteindre son objectif.

Les révoltes réactives naissent d’un incident entraînant le meurtre du régisseur ou du maître et la destruction de sa propriété. Elles comptent sur les esclaves de la plantation puis ceux des propriétés avoisinantes pour lui fournir, par une réaction en chaîne, des troupes supplémentaires. La rébellion de Nat Turner en Virginie en 1831, bien qu’elle n’apparaisse pas totalement spontanée[réf. souhaitée][Comment ?], peut entrer dans ce cadre. Le soulèvement de German Coast en Louisiane débuta en 1811 lorsqu'un esclave blessa son maître et tua son fils à l'aide d'une hache[réf. souhaitée]. En réunissant de 180 à 500 esclaves en 1811, il est tenu pour être la plus grande révolte d’esclaves qu’ait connue le territoire américain[70].

La localisation des révoltes a également évolué au cours du temps. Pendant la période coloniale, elles sont principalement concentrées dans le Nord, à New York (révolte des esclaves de New York de 1712) ou dans le New Jersey, et dans les États de Virginie et de Caroline du Sud (rébellion de Stono en 1739). Après la révolution américaine, l’esclavage disparaît du Nord du pays et les révoltes sont localisées dans le Sud, en Caroline du Nord et en Louisiane[71].

Réprimées le plus souvent dans le sang, ces révoltes ont périodiquement donné lieu à un durcissement de la surveillance et des règlements applicables aux Noirs, qu’ils soient libres ou esclaves[réf. souhaitée].

Abolition dans les États du Nord[modifier | modifier le code]

Convention antiesclavagiste de 1840.

Les premiers abolitionnistes américains se trouvent d'abord dans les sociétés quakers de Pennsylvanie : dès 1688, trois d'entre eux, associés au luthérien Francis Daniel Pastorius, rédigent et publient la Protestation de Germantown (un quartier de Philadelphie), qui dénonce l'esclavage[72]. En 1759, les quakers pennsylvaniens s'interdisent toutes pratiques esclavagistes[73]. En 1761, la colonie lève une taxe sur tout esclave importé à l'intérieur de ses limites[72]. En 1767, le livre d'Antoine Bénézet connaît un certain succès jusqu'en Angleterre[réf. souhaitée].

Dans les années 1770, la Société d’émancipation des Noirs libres et illégalement réduits à la servilité est fondée à Philadelphie[74]. Pendant la révolution américaine, plusieurs intellectuels ont défendu les droits des Noirs comme Thomas Paine, l'auteur du Sens commun (1776)[74]. Durant ses dernières années, Benjamin Franklin (1706-1790) fut un fervent défenseur de l'abolition de l'esclavage (il libéra ses esclaves dès 1772). Thomas Jefferson, George Washington, James Madison et Patrick Henry militèrent au Congrès américain pour la suppression de l'esclavage[75]. Ayant hérité de 10 esclaves à l'âge de 11 ans, puis ayant fait prospérer son exploitation, le premier président américain affranchit ses 123 esclaves par testament[76] ; il en posséda 317 en tout au cours de son existence[77].

Texte de Benjamin Franklin en faveur de l'abolition de l'esclavage.

L'esclavage est aboli en 1777 dans le Vermont[73],[78], en 1780 en Pennsylvanie[79], en 1783 dans le Massachusetts[80] et le New Hampshire[76]. Une loi de 1782 votée en Virginie entraîne la libération de 10 000 Noirs en dix ans[81]. En 1794 est créée la Convention des sociétés abolitionnistes à Philadelphie[82]. En 1783, le Maryland interdit l'importation d'esclaves[83]. En 1786, la Caroline du Nord augmente fortement les droits sur l’importation des esclaves ; l’esclavage disparaît au nord des États-Unis au début XIXe siècle[83]. La Caroline du Sud interdit la traite en 1803[81].

L'ordonnance du Nord-Ouest (1787) interdit l'esclavage dans le territoire du Nord-Ouest[84],[85],[76] et établit de fait la limite entre les États esclavagistes et les autres sur l'Ohio. La traite négrière est abolie officiellement en 1808, même si les contrebandiers la poursuivent clandestinement pendant plusieurs années[86].

Pourtant, lorsque la Constitution américaine entre en vigueur le , elle ne remet pas en cause l'esclavage pratiqué dans les États du Sud, afin de garantir l'union de la jeune nation. Si les esclaves sont exclus de la citoyenneté, les États du Sud réclament qu'ils soient comptabilisés dans le recensement qui doit permettre la répartition des sièges à la Chambre des représentants. Cette revendication qui avantagerait considérablement les États-Unis du Sud aboutit à un compromis connu sous le nom de « clause des trois cinquièmes » ; cette disposition ajoute au total de la population libre des différents États « les trois cinquièmes de toutes autres personnes » vivant sur le territoire, c'est-à-dire les esclaves qui, comme dans l'ensemble de la Constitution, ne sont pas désignés directement[87]. L'article IV de la constitution du prévoit qu'« une personne tenue au service ou au travail dans un État, et qui se sauverait dans un autre, ne pourra être dispensée de ce service ou travail ». L’attorney general du Maryland Luther Martin, représentant de son État à la convention de Philadelphie, refusa la constitution parce qu’elle ne condamnait pas l’esclavage explicitement. La Société de Pennsylvanie pour l'abolition de l'esclavage fit circuler une pétition, signée notamment par Benjamin Franklin en 1790[88].

Conséquences politiques de l’expansion vers l'ouest[modifier | modifier le code]

 : Henry Clay introduit le compromis de 1850 au Sénat.

Avec l’expansion territoriale vers l'ouest, l’esclavage devient progressivement un enjeu politique majeur du débat politique américain, cristallisant l’opposition croissante entre le Nord et le Sud du pays. La question de l’esclavage, en faisant « éclater la contradiction entre la servitude et la liberté »[89], met en cause le fondement même de la démocratie américaine.

Alors que le camp esclavagiste tente d’étendre cette institution aux nouveaux États candidats à l’Union et que les antiesclavagistes modérés essaient au contraire de stopper l’expansion de l’esclavage, une série de compromis politiques préserve l’unité du pays en maintenant l’équilibre numérique entre États esclavagistes et États libres qui conditionne l’égale représentation des deux tendances au Sénat.

Le premier d’entre eux, le compromis du Missouri ou compromis de 1820, répond à la crise suscitée par l’entrée dans l’Union du nouvel État du Missouri où vivent déjà des esclaves. Pour faire contrepoids à ce nouvel État esclavagiste, un nouvel État libre, le Maine, est détaché du Massachusetts.

La controverse s’anime à nouveau avec la perspective de l’admission du Texas et plus encore de la Californie, le cas de cette dernière étant finalement réglé par le compromis de 1850. Le nouvel État peut intégrer l’Union en tant qu'État libre en échange de deux mesures : le renforcement du Fugitive Slave Act qui confie désormais à l’administration fédérale le pouvoir de restituer les esclaves fugitifs qui auraient trouvé refuge sur le territoire des États libres et la garantie que les territoires du Nouveau-Mexique et de l'Utah décideront, sans intervention du pouvoir fédéral, du maintien ou de l'abolition de l'esclavage au moment de leur entrée dans l’Union. En outre, le commerce des esclaves est interdit dans le district fédéral de Columbia[90].

Le Kansas-Nebraska Act vient confirmer en 1854 l’ascendant des esclavagistes au Congrès. Il affirme que l’État fédéral ne pourra pas se prononcer sur le statut conféré à l’esclavage dans ces deux futurs États, la décision en étant réservée à ses habitants selon le principe de la squatter sovereignty[91]. La ligne de partage, établie par le compromis du Missouri, qui restreignait l’esclavage au sud du 36° 30′ parallèle, est elle aussi implicitement remise en cause. La loi aboutit sur le territoire du Kansas à une série d’affrontements qui lui vaut le surnom de Bleeding Kansas (Kansas sanglant) ; elle entraîne également une importante recomposition du paysage politique américain. À compter de 1840, la question de l’esclavage a provoqué l’apparition de nouveaux partis dont l’influence est restée réduite : le très minoritaire Parti de la Liberté avait fait de l’abolition de l’esclavage sa raison d’être[92] avant d’être rejoint en 1848 par des dissidents du Parti whig et du Parti démocrate pour former le Parti du sol libre (Free Soil Party) [93]. Ce groupe se fond en 1854 dans le Parti républicain naissant qui appelle à l’annulation de la loi Kansas-Nebraska et à l’arrêt de l’expansion de l’esclavage[94].

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Carte de l'esclavage aux États-Unis vers 1860. En gris, les États où l'esclavage est interdit.

L'abolition de l'esclavage sur l’ensemble du territoire américain présente la caractéristique d’être la conséquence d’une guerre civile, la guerre de Sécession. Elle ne figure toutefois pas au rang des motifs de guerre des deux protagonistes.[réf. nécessaire] Les confédérés entrèrent en sécession au nom de leur droit à l’auto-détermination, pour protester contre l’élection du républicain Abraham Lincoln à la présidence de la République ; l’objectif initial des Nordistes était le maintien de l’unité territoriale du pays.[réf. souhaitée]

Ce n’est qu’avec la Proclamation d'émancipation du que l’abolition devient l’un des objectifs affichés du camp nordiste[réf. souhaitée]. Après la guerre, le 13e amendement de la Constitution américaine abolit définitivement l’esclavage sur le territoire américain ; durant la Reconstruction qui suivit la guerre, deux amendements consécutifs, les 14e et 15e, ne parviendront toutefois pas à empêcher l’instauration d’un système ségrégationniste dans le Sud du pays.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Eastman Johnson, A Ride for Liberty -- The Fugitive Slaves, 22 × 26,25 in, environ 1862. Peinture basée sur un épisode de la bataille de Manassas observé par Johnson pendant la guerre de Sécession[95].

Sur les 5 millions de Blancs que comptaient environ la totalité des États esclavagistes, seulement 385 000 possédaient des esclaves, soit 4,8 % de la population. La moitié n'avait que 20 esclaves ou moins, mais 110 000 blancs en avaient plus de 50 et 3 000 d'entre eux, plus de 100[96].

Les esclaves sont alors au nombre de 4 millions et dépassent la population blanche dans certains États[44].

Positions des protagonistes[modifier | modifier le code]

Si la question de l’esclavage est indiscutablement l’une des causes du conflit, celle de l’abolition n’apparaît que manière indirecte au rang des préoccupations de ses protagonistes.[réf. souhaitée] La position d'Abraham Lincoln, le président républicain nouvellement élu, était claire au sujet de l’esclavage : intellectuellement opposé à cette institution, il s’était prononcé contre son expansion tout en promettant de ne pas la remettre en question dans les États où elle existait déjà.[réf. souhaitée]

Pour les confédérés, l’élection de Lincoln apparaissait, malgré ses positions modérées au sujet de l’esclavage, comme la remise en cause de leurs intérêts et plus encore de leur mode de vie. Beaucoup de sudistes restent en effet attachés à l'institution de l'esclavage, bien que la majorité ne soit pas propriétaire, car posséder des esclaves signifiait s'élever socialement[44]. Le débat politique dans la décennie précédant l’élection de 1860 s’était cristallisé avec une telle violence autour de la question de l’esclavage que la solution sécessionniste, la plus radicale, apparut comme la seule face à ce qui était perçu comme une remise en cause des valeurs et de l'organisation sociale du Sud[97].

Défense du statu quo et lutte pour l'abolition[modifier | modifier le code]

Jusqu’en , Lincoln se défend de faire de l’abolition un des objectifs du conflit. Sa prudence découle en partie de considérations stratégiques : le Delaware, le Maryland, le Kentucky, le Missouri, bien que tous quatre esclavagistes avaient choisi de rester dans l’Union ; une émancipation immédiate présentait le risque de les faire basculer dans le camp sécessionniste[98].

Si la position de Lincoln est amenée à évoluer, c’est selon l’historien Peter Kolchin à cause de la conjonction de trois facteurs[99] : une évolution du rapport de force au sein du parti républicain et de l’opinion nordiste ; des impératifs de politique étrangère ; et l’attitude des esclaves du Sud.

Glissement de l'opinion[modifier | modifier le code]

Au sein du parti au pouvoir, l'opinion des républicains radicaux, dont l'ambition est de profiter de la guerre pour réformer en profondeur les structures sociales du Sud, gagnent sensiblement du terrain. Outre par les radicaux, la question de l’abolition est portée dans l’arène publique par l’activité redoublée des militants abolitionnistes dont les plus célèbres représentants sont alors Wendell Phillips[Note 13],[100] et Frederick Douglass. La revendication apparaît de plus en plus partagée par l’opinion publique du Nord : en réaction au coût humain inattendu du conflit, la population réagit en exigeant que son issue marque un changement radical dans l’organisation sociale du Sud.

Face à l’opinion internationale[modifier | modifier le code]

Le soutien des diplomaties étrangères était un enjeu fondamental pour les nordistes. La France et le Royaume-Uni, qui avaient accordé aux Confédérés le statut d’État belligérant, étaient tentés, pour faire face à la pénurie de coton, de reconnaître la pleine souveraineté à la Confédération. Une prise de position claire en faveur de l’abolition constituait un argument décisif pour rallier des partenaires hésitants, et notamment une opinion publique britannique largement acquise aux idées abolitionnistes[101].

Comportement des esclaves du Sud[modifier | modifier le code]

Enveloppe montrant des esclaves fugitifs travaillant comme pompiers et mineurs avec le général Benjamin Butler durant la guerre civile. Message : « Contrebande de guerre », 1861-65

Le comportement des esclaves du Sud durant la guerre a fait l’objet de nombreuses controverses. À l’exception de quelques auteurs, majoritairement noirs comme W. E. B. Du Bois, l’idée de la loyauté des esclaves à leurs propriétaires sudistes était largement répandue jusqu’au début du XXe siècle. Elle est aujourd’hui largement abandonnée. Bien que n’ayant pas organisé de grandes rébellions, identiques aux rébellions serviles caribéennes, les esclaves profitèrent de la désorganisation des structures de contrôle occasionnée par la guerre pour ralentir leur travail ou même refuser d’obéir à leurs propriétaires[réf. souhaitée]. À l’approche des troupes nordistes, beaucoup s’enfuyaient pour rejoindre le camp adverse[102].

Ce comportement obligea le commandement militaire puis la direction politique à se prononcer sur le statut à conférer aux esclaves fugitifs, désignés sous le terme de contrabands, et aux esclaves établis sur les territoires occupés par les troupes nordistes. S’agissant des premiers, une loi votée par le Congrès interdit en de renvoyer les fuyards à leurs anciens propriétaires[103]. La seconde question donna lieu à plusieurs passes d’armes entre pouvoirs militaire et politique. Le général Frémont au mois d’août 1861 puis le général Hunter en prirent, dans leur secteur respectif, des mesures d’émancipation des esclaves appartenant à des planteurs sécessionnistes ; ils furent à deux reprises désavoués par le président Lincoln[104] [pourquoi ?].

Parallèlement, la volonté de combattre manifestée par les noirs libres du nord et les fugitifs du Sud aboutit à la constitution des premières unités de combattants noirs au Massachusetts ou dans les États occupés de l’Arkansas et de la Louisiane[105].

Proclamation d'émancipation[modifier | modifier le code]

Cette configuration contraint Lincoln à abandonner sa prudence initiale pour une position tranchée en faveur de l’abolition. Entravée au sein de l’Union par les blocages institutionnels et le compromis avec les quatre États esclavagistes, son action s’oriente vers les territoires sécessionnistes[Note 14].

À l’automne 1862, il menace les confédérés d’abolir l’esclavage s’ils ne rentrent pas dans le rang de l'Union. À l’expiration de l’ultimatum, le , la Proclamation d'émancipation libère « toute personne asservie » située sur les territoires sécessionnistes[106]. Elle autorise par ailleurs officiellement les noirs libres ou affranchis à s’engager dans l’armée de l’Union[réf. souhaitée]. La moitié des 180 000 noirs qui combattirent finalement aux côtés des unionistes était des esclaves libérés[107].

Abolition et Reconstruction[modifier | modifier le code]

Un encan d'esclaves, datant du XXe siècle, dans Fredericksburg, en Virginie.

Avant même la fin de la guerre, un consensus s’était dessiné au sein des républicains pour une abolition générale de l’esclavage sur l’ensemble du territoire des États-Unis. Le , le Sénat avait voté un amendement en ce sens mais la procédure d’adoption buta longuement sur l’hostilité des démocrates[108]. À la suite des élections générales de 1864, les républicains, qui ont pris pour l’occasion l’étiquette d’« unionistes », remportent une majorité suffisante à la Chambre des représentants pour réunir les deux tiers des suffrages nécessaires à l’adoption d’un amendement à la Constitution[réf. souhaitée]. Le le 13e amendement est ainsi voté de justesse en remportant le nombre exact de voix requises[109]. La ratification, nécessitant l’adhésion des trois quarts des États, fut obtenue dans le cours de l’année et le le 13e amendement était promulgué[110].

Si la question de l’esclavage était formellement résolue par ce nouvel amendement, de nombreuses questions restaient encore en suspens, notamment au sujet des moyens de garantir l’autonomie des anciens esclaves. Les résistances manifestes de la société sudiste, qui se traduisirent par l’adoption de codes noirs visant à maintenir un ordre social hiérarchisé sur une base raciale, achevèrent de convaincre de la nécessité d’une politique de Reconstruction volontariste[réf. souhaitée]. Les droits civils et politiques, qui semblaient devoir garantir l’émancipation véritable des Noirs du Sud, furent étendus à tous les hommes nés ou naturalisés aux États-Unis, et donc aux noirs, par une série de lois sur les droits civils et par le 14e amendement : la section 1 donne la citoyenneté à toute personne née ou naturalisée aux États-Unis (donc y compris les anciens esclaves)[111]. Le processus, émaillé de plusieurs invalidations par la Cour suprême et d’interprétations divergentes du sens du 14e amendement, nécessita l’adoption d’un nouveau texte à valeur constitutionnelle. Promulgué en 1870, ce 15e amendement interdisait explicitement la limitation du droit de vote « pour des raisons liées à la race, à la couleur ou à un état antérieur de servitude »[112].

19 juin, Jour férié (Juneteenth)[modifier | modifier le code]

Le est un jour férié aux États-Unis. Le , le Président des États-Unis Joe Biden, promulgue une loi, presque adoptée à l’unanimité par le Congrès, pour créer un nouveau jour férié fédéral, le «Juneteenth», pour commémorer l’émancipation des derniers esclaves au Texas il y a 156 ans, le . Ce jour-là, l’armée de l’Union, victorieuse de la guerre de Sécession avait annoncé aux esclaves de la ville texane de Galveston qu’ils étaient libres, plus de deux ans après la Proclamation d’émancipation signée par le président Abraham Lincoln le . L’année 2021, marque également le centenaire du massacre d’Afro-Américains à Tulsa, en Arizona. Le , des centaines de manifestants blancs avaient pillé et brûlé un quartier noir surnommé «Black Wall Street», exemple de réussite économique. Les violences avaient fait jusqu’à 300 morts, selon les historiens[2].

Prisonniers-esclaves[modifier | modifier le code]

Le treizième amendement de la Constitution des États-Unis, adoptée par le congrès le , abolit l'esclavage et la servitude involontaire, sauf en cas de punition pour un crime : « Section 1. Neither slavery nor involuntary servitude, except as a punishment for crime where of the party shall have been duly convicted, shall exist within the United States, or any place subject to their jurisdiction. »

À partir des années 1870[modifier | modifier le code]

Culture du coton dans le Sud par des Noirs, 1921

Dans les années 1870 des propriétaires de sociétés exploitant le travail de prisonniers sont rapidement devenus millionnaires et se sont fait construire des villas à Jefferson City, capitale de l'État du Missouri, en exploitant le travail des prisonniers, dans le domaine de la confection des bottes, chaussures et selle d'équitation. Les populations des villes où ces pratiques avaient lieu, voyait cela comme une concurrence de main d'œuvre déloyale et s'opposait à ces pratiques[113]. Durant la même période, au Nevada, la Nevada State Prison (NSP), fait également travailler les prisonniers dans les chaussures, ce qui rapporte à l'État 28 075 dollars en un an. Le gouverneur Tasker Oddie, favorable à l'automobile décide leur faire construire un réseau routier. Ils construisent entre 1911 et 1913 le réseau routier du Nord du Nevada[114].

Dès les années 1870, la Reconstruction était cependant perçue par l’ensemble des catégories de la population — noirs comme anciens maîtres — comme un échec. Pour les anciens esclaves, la déception était à la hauteur de l’espoir qu’elle avait suscité. Les difficultés d’intégration qui provoquèrent les premières migrations du Sud vers le Nord à la fin des années 1870 annonçaient les grandes migrations du début du XXe siècle. La persistance du racisme ainsi que la rapide séparation des Noirs et des Blancs dans de nombreux domaines de la vie sociale laissaient apparaître les prémices du système ségrégué que viendrait institutionnaliser la série des lois Jim Crow dans le Sud du pays, lois accompagnées par la création d'organisations racistes, telles que le Ku Klux Klan qui regroupait à cette époque tout « bon citoyen » blanc, souvent membre de la police locale[6].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En , le président George W. Bush avait parlé de l'esclavage comme « l'un des plus grands crimes de l'Histoire », au cours d'une visite sur l'île de Gorée au Sénégal[115]. Cinq ans plus tard, la Chambre des représentants présente des excuses pour l'esclavage et la ségrégation raciale envers les Noirs[115]. Puis c'est au tour du Sénat des États-Unis le , sous la forme d'une résolution symbolique[115].

En 2011, les États-Unis comptaient environ de 2,3 millions de prisonniers[116], ce chiffre est redescendu à 2,2 millions en 2012[117]. En 2019, les États-Unis sont en tête des pays de l'OCDE en proportion de prisonniers avec 6.65 pour 1 000 personnes en prison, le second étant la Turquie avec 3,18/1000 et le 3e Israël avec 2.34/1000[118].

En 2015, les prisons, généralement privées aux États-Unis, font également payer aux prisonniers les nuits passées dans celles-ci, cela pouvant aller d'1 dollar à 66 dollars par nuit, laissant ainsi les prisonniers parfois accablés de plusieurs dizaines de milliers de dollars de dette à leur sortie de l'établissement pénitentiaire[119].

D'après l'organisation non gouvernementale, « Prison Policy Initiative (en) », en 2017, le revenu des prisonniers a diminué par rapport à 2001, Les prisonniers gagnent en moyenne entre 0,14 (soit 1,12 dollar pour 8 heures de travail) et 0,63 dollar de l'heure dans les prisons non industrialisées et entre 0,33 et 1,41 dollar de l'heure dans les autres[120].

Les prisonniers peuvent avoir 4 types de travaux[120] :

  • Dans les prisons privées, non industrialisées, les tâches sont rares et se limitent aux travaux ménagers des prisons et à la cuisine.
  • Dans les prisons industrialisées gérées par les États, dites « Correctional Industries » produisent des biens et services vendues aux agences gouvernementales.
  • En dehors des centres de détentions, il existe des camps de travail, des centres de travail communautaires (anglais : community work centers), destinés aux personnes à faible risque ou en fin de peine.
  • Du travail pour des sociétés privées. Ces entreprises sont tenues de payer les employés, mais récupèrent généralement 80 % de leurs revenus sous la forme de frais divers.

Grève des prisonniers-travailleurs[modifier | modifier le code]

En , une importante grève des prisonniers-travailleurs a lieu dans tous les États-Unis, se plaignant de leur statut proche de celui des esclaves, en raison du XIIIe amendement qui autorise encore l'esclavage dans les prisons américaines. Esclavage auquel sont notamment soumis beaucoup de citoyens étrangers aux États-Unis. La grève est lancé au 45e anniversaire de la mutinerie de la prison d'Attica qui avait été déclenchée par la mort du Black Panther, George Jackson.

Historiographie[modifier | modifier le code]

Longtemps délaissée par l'historiographie américaine[Note 15] dont l'attention fut longtemps retenue par la question des origines institutionnelles et politiques de la nation américaine, le thème de l'esclavage n'apparaît véritablement qu'au cours des années 1920 dans le champ de la recherche académique avec les travaux d'Ulrich Bonnell Phillips (en)[121],[122],[123].

Le point de vue développé à la suite de Phillips, qui présente les rapports entre maîtres et esclaves sous un jour plutôt favorable, n'est remis en cause qu'au début des années 1950 par Kenneth M. Stampp (en) qui, après en avoir questionné l'objectivité en 1952, produit l'un des classiques du domaine avec The peculiar institution: slavery in the ante-bellum south[124]. Balayant l'image de la plantation comme lieu d'exercice d'un paternalisme bienveillant, il défend une position marxiste qui voit dans le système des plantations un régime d'exploitation au profit d'une aristocratie de planteurs.

Ses travaux seront prolongés par Eugene Genovese puis sa femme Elizabeh Fox-Genovese. Genovese conçoit l'économie du Sud comme un système non capitaliste et quasi-féodal où les planteurs sont considérés comme une caste, plus qu'une classe, pré-bourgeoise plus éprise d'une consommation ostentatoire que d'une mesure systématique de la rentabilité de ses investissements[125]. Si le circuit commercial et financier de l'économie de plantation implique les métropoles de l'Est (New York, Baltimore ou Philadelphie et revêt même un cadre international (Le Havre, Liverpool), il constitue pour Genovese un système autonome du système capitaliste. Sa position marxiste originelle évaluera progressivement et Genovese ouvrit un vaste programme de recherche centré sur la psychologie sociale de l'esclave américain. S'appuyant sur les recueils d'entretien de la Works Progress Administration et non plus sur les écrits des planteurs qui avaient constitué jusqu'alors l'essentiel des sources sur la société esclavagiste, Genovese joua un rôle fondamental dans l'appréhension socio-culturelle de la société de plantation[126]. À sa suite, Lawrence Levine ou John Blassingame insistèrent sur les modes d'expression spécifiques développés par les esclaves (gospels, folklore afro-américain…)[127].

Dans les années 1970, parallèlement au programme socio-culturel ouvert par Genovese, le développement de la cliométrie est revenu, en inaugurant de nouvelles méthodes quantitatives, sur la question des implications économiques de l'esclavage. La mesure de sa rentabilité est en particulier devenue l'une des questions centrales soulevées par cette approche. Ouvert par John Meyer et Joseph Conrad, ce débat va focaliser toute l'attention après la parution de l'ouvrage Time on the Cross (en) de Robert Fogel et Stanley Engermann qui apparaît rétrospectivement comme « une sorte de tremblement de terre dans l'historiographie de l'esclavage »[128]. La diversification des sources mobilisées et l'utilisation pionnière de l'outil informatique constituent les premières innovations d'un ouvrage qui remet surtout en cause nombres des positions communément admises jusque-là sur l'esclavage nord américain. En affirmant que les conditions de vie des esclaves étaient comparables et même meilleures que celles des ouvriers du Nord, les deux auteurs soulevèrent un tollé qui dépassa le monde académique. Une grande partie des travaux universitaires qui parurent sur le sujet dans les années 1970 se donneront ainsi pour tâche d'attaquer les conclusions des deux économistes. Les auteurs qui passèrent l'ouvrage au crible critiquèrent en particulier certaines extrapolations statistiques, les modes de traitement et relevèrent des erreurs de calcul manifestes. La présentation, sous un jour plutôt favorable, de la condition servile fut aussi vivement critiquée. Fogel revint sur certaines de ses conclusions dans un nouvel ouvrage ; il y affirmait notamment la supériorité économique du travail libre sur le travail servile, le premier permettant « la mobilité économique et sociale » et « la possibilité pour les individus de s'élever dans l'échelle économique »[129], toutes choses qui étaient impossibles dans le cadre du second.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le chiffre de 400 000 est un chiffre officiel qui ne prend pas en compte le trafic clandestin qui s'est produit après 1810, ce chiffre, selon les sources varie entre 50 000 et 270 000 sans qu'un seul de ces chiffres puissent clairement établis.
  2. a et b Le 19 juin devient jour férié pour marquer la fin de l’esclavage, 20 minutes (Suisse), 17 juin 2021
  3. (en) US Census Bureau, « 1860 Census: Population of the United States », sur The United States Census Bureau (consulté le )
  4. (en) « 1860 Census of the United States Federal Population Schedules », sur Random Acts of Genealogical Kindness, (consulté le )
  5. (en) 13th Amendment to the U.S. Constitution, document de la Bibliothèque du Congrès, États-Unis.
  6. a b c et d Nicole Bacharan, Les Noirs américains — Des champs de coton à la Maison-Blanche, Éditions du Panama, , 618 p..
  7. « Jim Crow and the Ku Klux Klan », sur www.lva.virginia.gov (consulté le )
  8. « White Only: Jim Crow in America - Separate Is Not Equal », sur americanhistory.si.edu (consulté le )
  9. (en) « Jim Crow law - Homer Plessy and Jim Crow », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  10. "The African Experience in Colonial Virginia Essays on the 1619 Arrival and the Legacy of Slavery" sous la direction de Colita Nichols Fairfax en 2020 [1]
  11. Gérard Marion, L'administration des finances en Martinique, 1679-1790, , 764 p. (ISBN 978-2-7475-0048-7, lire en ligne), p. 85.
  12. a b c d e f g h i j k l m n et o "The Making of the American South: A Short History, 1500–1877", par J. William Harris, en janvier 2006. Editions Blacwell Publishing [2]
  13. "Les Américains", par André Kaspi
  14. Patrick Puy-Denis, La Sierra Leone, Paris, Karthala, , 190 p. (ISBN 978-2-86537-723-7, lire en ligne)
  15. Williams, Robert A. (1990). "The English Conquest of America". The American Indian in Western Legal Thought. Oxford, England: Oxford University Press. pp. 193–232
  16. "The lost colony and Jamestown droughts" Archived September 13, 2009, at the Wayback Machine, Stahle, D. W., M. K. Cleaveland, D. B. Blanton, M. D. Therrell, and D. A. Gay. 1998. Science 280:564–567
  17. Chapter III - The Commercial Policy of England Toward the American Colonies: the Acts of Trade, p.37 in Emory R. Johnson, T. W. Van Metre, G. G. Huebner, D. S. Hanchett, History of Domestic and Foreign Commerce of the United States - Vol. 1, Carnegie Institution of Washington, 1915. Retrieved 2016-01-15
  18. Frank E. Grizzard et D. Boyd Smith, Jamestown Colony : a political, social, and cultural history, Santa Barbara, ABC-CLIO, 2007
  19. Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, page 494
  20. Histoire de l'esclavage
  21. (en) National Geographic Society, « New England Colonies' Use of Slavery », sur National Geographic Society, (consulté le )
  22. (en) « Slaves in New England », sur Medford Historical Society & Museum (consulté le )
  23. (en) Deborah McNally, « Anthony Johnson (?-1670) • », sur Black Past, (consulté le )
  24. (en) « Johnson, Anthony | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  25. a et b Betty Wood, Slavery in colonial America, 1619-1776, Rowman & Littlefield, , p. 7.
  26. Oscar et Mary Handlin, « Origins of the Southern Labor System », the William and Mary Quarterly, vol.7, no 2, avril 1950.
  27. (en) Carl Degler, « Slavery and the Genesis of American Race Prejudice », Comparative Studies in Society and History, vol.2, no 1, octobre 1959.
  28. « Le premier propriétaire d’esclaves aux Etats-Unis était un noir, Anthony Johnson », sur bledard.org (consulté le ).
  29. Eschner, Kat (March 8, 2017). "The Horrible Fate of John Casor, The First Black Man to be Declared Slave for Life in America". Smithsonian Magazine. Retrieved June 5, 2020.
  30. Hashaw, Tim (2007). The Birth of Black America. New York: Carroll & Graf Publishers. (ISBN 978-0-7867-1718-7).
  31. Trinkley, M. « Growth of South Carolina's Slave Population », South Carolina’s Information Highway.
  32. a et b Plan.mod.pipo
  33. Kolchin, American slavery — 1619-1877, New York, Hill and Wang, p. 96.
  34. Berlin 1998, p. 161-162.
  35. Michael Tadman, Speculators and slaves: masters, traders, and slaves in the old South, 1989.
  36. Berlin 1998, p. 168-169. Kolchin, p. 96.
  37. Berlin 1998, p. 166-169.
  38. Kolchin p. 98.
  39. Berlin 1998, p. 168-171.
  40. Berlin 1998, p. 172-173.
  41. Berlin 1998, p. 174.
  42. Berlin 1998, p. 175-177.
  43. Berlin 1998, p. 179-180.
  44. a b c d e et f John Keegan, La guerre de Sécession, Perrin, .
  45. Franklin Edward Frazier. The Negro Family in Chicago, University of Chicago Press, Chicago, 1932 ; The Negro family in the United States, University of Chicago Press, Chicago, 1939 ; en français, Bourgeoisie noire, Plon, Paris, 1955.
  46. Anne Garrait-Bourrier, L'esclavage aux États-Unis : du déracinement à l'identité, Paris, Ellipses, coll. « Les essentiels de la civilisation anglo-saxonne », , 192 p. (ISBN 2-7298-0535-4, OCLC 46702695, notice BnF no FRBNF37221703, présentation en ligne), p. 71.
  47. J. William Frost, Christianity: A Social and Cultural History, Upper Saddle River, NJ, Prentice Hall, (ISBN 978-0-13-578071-8), « Christianity and Culture in America », p. 446
  48. Garrait-Bourrier (2001), p. 77.
  49. Garrait-Bourrier (2001), p. 74 et s.
  50. (en) Albert J. Raboteau, Slave Religion: The "Invisible Institution" in the Antebellum South, New York, Oxford University Press, .
  51. Garrait-Bourrier (2001), p. 80.
  52. Sébastien Fath. Militants de la Bible aux États-Unis. Évangéliques et fondamentalistes du Sud, Éditions Autrement, Paris, 2004, p. 55.
  53. Samuel S. Hill, Charles H. Lippy, Charles Reagan Wilson, Encyclopedia of Religion in the South, Mercer University Press, USA, 2005, p. 796
  54. (en-US) History Making Productions, « Francis Daniel Pastorius, Germantown Renaissance man, arrives in Philadelphia », sur https://www.inquirer.com (consulté le )
  55. (en-US) « Pennsylvania Abolition Society Papers | Historical Society of Pennsylvania », sur hsp.org (consulté le )
  56. (en-US) History com Editors, « First American abolition society founded in Philadelphia », sur HISTORY (consulté le )
  57. Jacques Houdaille, « Le nombre d'esclaves africains importés en Europe et en Amérique », Population, vol. 26, no 5,‎ , p. 958–960 (DOI 10.2307/1529687, lire en ligne, consulté le )
  58. (en) « Distribution of Slaves in United States History » (consulté le ).
  59. Stampp, the Peculiar Institution, p. 171.
  60. Davis, p. 196.
  61. Genovese, The Political Economy of Slavery: Studies in the Economy and Society of the Slave South, 1967.
  62. a et b Étienne de Planchard de Cussac, Le Sud américain — Histoire, mythe et réalité, Paris, Ellipses, 2001 (ISBN 2729802630), p. 29.
  63. Étienne de Planchard de Cussac, Le Sud américain — Histoire, mythe et réalité, Paris, Ellipses, 2001 (ISBN 2729802630), p. 27.
  64. a b c et d (en) James W. Ely Jr. et Bradley G. Bond, The New Encyclopedia of Southern Culture : Volume 10 : Law and Politics, Chapel Hill, University of North Carolina Press, , 304 p. (ISBN 978-0-8078-3743-6, OCLC 819717285, lire en ligne).
  65. a et b (en) Jack Trammell, The Richmond Slave Trade : The Economic Backbone of the Old Dominion, Charleston, History Press, , 127 p. (ISBN 978-1-60949-413-1, OCLC 771431420, lire en ligne).
  66. (en) Richard Follett, The Sugar Masters : Planters and Slaves in Louisiana's Cane World, 1820--1860 (lire en ligne), p. 87.
  67. (en) « The Patowmack Canal », sur National Park Service (service public des États-Unis) « The work force was composed of hired hands, indentured servants, and slaves rented from local landowners. The river's swift currents, solid rock, and constant financial and labor problems hindered progress on the Patowmack Canal at Great Falls. ».
  68. Stanley Harrold, Slave Rebels and Black Abolitionnists — A companion to African-American history, Blackwell, 2005, p. 201.
  69. Stanley Harrold, American abolitionists, Pearson Education, 2001, p. 67.
  70. (en) Encyclopedia of slave resistance and rebellion, vol. 1, Greenwood Publishing Group, , p. 213.
  71. Randall M. Miller et John David Smith, Dictionary of Afro-American Slavery, Westport (Connecticut), Praeger, 1997, p. 619 et s.
  72. a et b Christian Delacampagne, Histoire de l'esclavage. De l'Antiquité à nos jours, Paris, Le livre de poche, , 319 p. (ISBN 2-253-90593-3), p. 203.
  73. a et b Christian Delacampagne, Histoire de l'esclavage. De l'Antiquité à nos jours, Paris, Le livre de poche, , 319 p. (ISBN 2-253-90593-3), p. 200.
  74. a et b Bernard Cottret, La Révolution américaine : La quête du bonheur 1763-1787, Paris, Perrin, 2003 (ISBN 2-262-01821-9), p. 178.
  75. Bernard Vincent, La Révolution américaine 1775-1783, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1985, tome 2 (ISBN 2-86480-211-2), p. 172.
  76. a b et c Christian Delacampagne, Histoire de l'esclavage. De l'Antiquité à nos jours, Paris, Le livre de poche, , 319 p. (ISBN 2-253-90593-3), p. 204.
  77. (en) « The spectre of slavery haunts George Washington’s house », sur The Economist, (consulté le ).
  78. Jacques Binoche, Histoire des États-Unis, p. 103 ; Bernard Cottret, La Révolution américaine : La quête du bonheur 1763-1787, Paris, Perrin, 2003 (ISBN 2-262-01821-9), p. 425.
  79. Bernard Cottret, La Révolution américaine : La quête du bonheur 1763-1787, Paris, Perrin, 2003 (ISBN 2-262-01821-9), p. 425 ; Bernard Vincent, La Révolution américaine 1775-1783, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1985, tome 2 (ISBN 2-86480-211-2), p. 11.
  80. Bernard Vincent, La Révolution américaine 1775-1783, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1985, tome 2 (ISBN 2-86480-211-2), p. 12.
  81. a et b Étienne de Planchard de Cussac, Le Sud américain. Histoire, mythe et réalité, Paris, Ellipses, 2001 (ISBN 2729802630), p. 31.
  82. Bernard Cottret, La Révolution américaine : La quête du bonheur 1763-1787, Paris, Perrin, 2003 (ISBN 2-262-01821-9), p. 425.
  83. a et b Bernard Cottret, La Révolution américaine : La quête du bonheur 1763-1787, Paris, Perrin, 2003 (ISBN 2-262-01821-9), p. 478.
  84. Claude Fohlen, Les pères de la révolution américaine, Paris, Albin Michel, 1989 (ISBN 2226036644), p. 162.
  85. Étienne de Planchard de Cussac, Le Sud américain. Histoire, mythe et réalité, Paris, Ellipses, 2001 (ISBN 2729802630), p. 34.
  86. Christian Delacampagne, Histoire de l'esclavage. De l'Antiquité à nos jours, Paris, Le livre de poche, , 319 p. (ISBN 2-253-90593-3), p. 208.
  87. Fohlen 1998, p. 109.
  88. G. B. Nash, Race and Revolution, Madison, Wisconsin, Madison House, « The Merill Jensen Lectures in Constitutional Studies », 1990, p. 144 sq[Quoi ?].
  89. Fohlen 1998, p. 224.
  90. Fohlen 1998, p. 244.
  91. Fohlen 1998, p. 254.
  92. Fohlen 1998, p. 239.
  93. Fohlen 1998, p. 240.
  94. Fohlen 1998, p. 259.
  95. A Ride for Liberty -- The Fugitive Slaves 0
  96. Histoire sociolinguistique des États-Unis (5) L'Amérique anglocentrique.
  97. Fohlen 1998, p. 275.
  98. Fohlen 1998, p. 278-279.
  99. Peter Kolchin, Une institution particulière : l’esclavage aux États-Unis. 1619-1877, Paris, Belin, 1998, p. 212-220.
  100. (en) « Wendell Phillips | American abolitionist », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  101. Fohlen 1998, p. 286.
  102. (en) Ira Berlin (dir.), Freedom : a documentary history of emancipation. 1861-1867, vol. I The destruction of slavery, Cambridge University Press, .
  103. Fohlen 1998, p. 283.
  104. Fohlen 1998, p. 284.
  105. Fohlen 1998, p. 281.
  106. Peter Kolchin, Une institution particulière, op. cit., p. 218.
  107. Peter Kolchin, Une institution particulière, p. 219.
  108. Claude Folhen (1998), p. 293.
  109. Fohlen 1998, p. 294.
  110. (en) « 13th Amendment », sur LII / Legal Information Institute (consulté le )
  111. (en-US) « 14th Amendment », sur LII / Legal Information Institute (consulté le )
  112. Fohlen 1998, p. 302.
  113. (en) Arnold G. Parks, Missouri State Penitentiary (lire en ligne), « Five, Prison Industry », p. 113.
  114. (en) Jennifer E. Riddle, Sena M. Loyd, Stacy L. Branham et Curt Thomas, Nevada State Prison (lire en ligne), « Four, Prisoner Rehabilitation thourgh Work and Community Service », p. 83.
  115. a b et c « Le Sénat américain présente ses excuses pour l'esclavage », dans Le Monde du 18 juin 2009 [lire en ligne].
  116. (en) Lauren E. Glaze, BJS Statistician and Erika Parks, BJS Intern, « US « Correctional Population 2011, US Department of Justice » », sur Département de la Justice des États-Unis,
  117. (en) Lauren E. Glaze, Erinn J. Herberman, « Correctional Populations in the United States, 2012 », sur Département de la Justice des États-Unis, (consulté le ).
  118. (en) Erin Duffin, « Incarceration rates in OECD countries as of 2019 », sur statista.com,
  119. (en) Jessica Lussenhop, « The US inmates charged per night in jail », sur BBC News,
  120. a et b (en) Wendy Sawyer, « How much do incarcerated people earn in each state? », sur Prison Policy Intitiative,
  121. (en) John David Smith, « The Historiographic Rise, Fall, and Resurrection of Ulrich Bonnell Phillips », The Georgia Historical Quarterly, vol. 65, no 2,‎ , p. 138-153 (16 pages) (lire en ligne)
  122. (en) William L. Van Deburg, « Ulrich B. Phillips: Progress and the Conservative Historian », The Georgia Historical Quarterly, vol. 55, no 3,‎ , p. 406-416 (11 pages) (lire en ligne)
  123. (en-US) John David Smith, Ulrich Bonnell Phillips: A Southern Historian And His Critics, University of Georgia Press, 20 avril 1990, rééd. 1 octobre 1993, 308 p. (ISBN 9780820315898, lire en ligne)
  124. (en-US) Kenneth M. Stampp, The Peculiar Institution: Slavery in the Ante-Bellum South, Vintage, 1956, rééd. 17 décembre 1789, 468 p. (ISBN 9780679723073, lire en ligne)
  125. The political economy of slavery, New York, 1963 ; traduction française, Économie politique de l'esclavage : essais sur l'économie et la société du Sud esclavagiste, Maspero, Paris, 1968.
  126. Voir Roll, Jordan, Roll: the world slaves made, 1974.
  127. Lawrence Levine, Black culture and black consciousness: afro-american folk thought from slavery to freedom, 1977.
  128. Peter Parish, op. cit., p. 9.
  129. Robert Fogel, Without Consent or Contract: The Rise and Fall of American Slavery, p. 395-396.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le maître payait au travailleur le voyage et disposait de sa force de travail durant une période déterminée.
  2. Dès 1834, l'Alabama, le Mississippi et la Louisiane cultivaient la moitié du coton américain et, en 1859 près de 78 % avec la Géorgie. En 1859, la culture du coton dans les deux Carolines avaient chuté à 10 % du total national.
    Berlin 1998, p. 166.
  3. Les esclaves appellent communément middle passage (passage du milieu) la traversée de l'océan Atlantique.
  4. Kolchin note que Robert Fogel et Engerman soutiennent que 84 % des esclaves se sont déplacés avec leurs familles en suivant leurs maîtres mais la majorité des autres universitaires accordent un poids bien plus important à la vente des esclaves. Ransome, (p. 582) note que Fogel et Engerman ont basé leurs conclusions sur l'étude de comtés du Maryland dans les années 1830, extrapolant les données obtenues à tout le sud sur la période entière.
  5. 12 % des exploitations américaines comptaient en effet plus de 20 esclaves, Claude Folhen (1998), p. 167.
  6. Ainsi durant la période des semailles, un esclave était chargé d'ouvrir le sillon, un autre de semer les graines, un troisième fermait le sillon tandis qu'un quatrième battait la terre.
  7. La loi impliquait souvent la présence d'un Blanc dans tout corps de Noirs. Voir Fogel et Engermann, Time on the cross, vol. 1, p. 213.
  8. Voir sur ce point Pap N'Diaye, « Questions de couleur — Histoire, idéologie et pratiques du colorisme », dans Didier et Éric Fassin (dir.), De la question sociale à la question raciale, la Découverte, Paris, 2006.
  9. L'intégralité de ces récits ont été publiés en vingt-deux volumes sous la direction de George Rawick. The american slave : a composite autobiography, Greenwood, Wesport (Connecticut), 1977 et 1979. Une compilation d'extraits en français dans James Mellon, Paroles d'esclaves : les jours du fouet, Seuil, Paris, 1991.
  10. Fohlen 1998, p. 63.
  11. Voir l'étude menée par Dylan Penningroth dans un comté de Géorgie, « Slavery, freedom and social claims to proprety among African Americans in Liberty County, Georgia, 1850-1880 », Journal of American History, vol.84, 1997, p. 404-435.
  12. Fohlen 1998, p. 173
  13. Ce dernier redoubla d’activité durant l’année 1862, prononçant notamment en mars un discours à Washington en présence du président et des membres du Congrès. Voir sur ce point J. M. McPherson, La Guerre de Sécession, p. 539-540.
  14. Quelques mesures, notamment la libération des esclaves du district de Columbia, siège de la capitale fédérale Washington, avaient eu lieu à l’été 1862 ; le pouvoir fédéral avait toutefois tenté, sans succès, de proposer un amendement à la Constitution pour libérer les esclaves des États esclavagistes de l’Union.Fohlen 1998, p. 284-286.
  15. Pour une synthèse de l'historiographie de l'esclavage nord américain, voir Fohlen 1998, p. 24-38 ; Peter Parish, Slavery — History and historians, New York, 1989.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Anglophone[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • (en-US) La Roy Sunderland, Anti slavery manual : containing a collection of facts and arguments on American slavery., New York, Benedict, , 141 p. (lire en ligne),
  • (en-US) Charles Olcott, Two lectures on the subjects of slavery and abolition : compiled for the special use of anti-slavery lectures and debates, Ohio, Massilion, , 127 p. (lire en ligne),
  • (en-GB) Esther Copley, A history of slavery and its abolition, Londres, Houlston & Stoneman, , 657 p. (lire en ligne),
  • (en-US) Adam Gurowski, Slavery in history, A. B. Burdick, , 296 p. (lire en ligne),
  • (en-US) Ulrich Bonnell Phillips, American Negro Slavery: A Survey of the Supply, Employment, and Control of Negro Labor as Determined by the Plantation Regime, LSU Press, 1 mai 1918, rééd. 1 novembre 1966, 530 p. (ISBN 9780807101094),
  • (en-US) Kenneth M. Stampp, The Peculiar Institution: Slavery in the Ante-Bellum South, Vintage, 1956, rééd. 17 décembre 1989, 468 p. (ISBN 9780679723073, lire en ligne),
  • (en-US) Willie Lee Rose, Slavery and Freedom, Oxford University Press, USA, , 276 p. (ISBN 9780195029697, lire en ligne),
  • (en-US) Randall M. Miller et John David Smith, Dictionary of Afro-American Slavery, Praeger Publishers, 15 novembre 1988, rééd. 28 février 1997, 916 p. (ISBN 9780275957995, lire en ligne),
  • (en-US) William Dudley, Slavery (Opposing Viewpoints: American History), Greenhaven Press, , 320 p. (ISBN 9781565100121, lire en ligne),
  • (en-US) Paul Finkelman, Dred Scott v. Sandford: A Brief History with Documents, Bedford Books, , 260 p. (ISBN 9780312115944, lire en ligne),
  • (en-US) Peter D. Burchard, Lincoln and Slavery, Atheneum Books, , 216 p. (ISBN 9780689815706, lire en ligne),
  • (en-US) John Hope Franklin et Alfred A. Moss Jr., From Slavery to Freedom: A History of African Americans, McGraw-Hill Companies, , 436 p. (ISBN 9780072393613, lire en ligne).
  • (en-US) Jerrold M. Packard, American Nightmare: The History of Jim Crow, St. Martin's Griffin, 2002, rééd. 21 juillet 2003, 312 p. (ISBN 9780312302412, lire en ligne),
  • (en-US) Kristin Thoennes Keller, The Slave Trade in Early America, Capstone Press, 1 septembre 2000, rééd. 1 janvier 2004, 56 p. (ISBN 9780736824651, lire en ligne),
  • (en-US) David M. Holford, Lincoln and the Emancipation Proclamation in American History, Enslow Publishers, , 136 p. (ISBN 9780766014565, lire en ligne),
  • (en-US) Tom Monaghan, The Slave Trade, Raintree, 1 septembre 2002, rééd. 2003, 88 p. (ISBN 9780739858028, lire en ligne),
  • (en-US) Richard Worth, The Slave Trade in America: Cruel Commerce, Enslow Publishers, , 128 p. (ISBN 9780766021518, lire en ligne),
  • (en-US) Stephen Currie, The Quest for Freedom: The Abolitionist Movement, Lucent Books, , 115 p. (ISBN 9781590187036, lire en ligne),
  • (en-US) Gabor S. Boritt et Scott Hancock, Slavery, Resistance, Freedom, Oxford University Press, USA, 30 mai 2007, rééd. 2009, 196 p. (ISBN 9780195384604, lire en ligne),
  • (en-US) Carin T. Ford, The Emancipation Proclamation, Lincoln, and Slavery Through Primary Sources, Enslow Publishers (, , 51 p. (ISBN 9780766041295, lire en ligne),

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en) « Account of Anthony Benezet of Philadelphia, a Zealous Advocate for the Abolition of the Slave Trade. Extracted from Clarkson's Interesting History of the Abolition of the African Slave Trade », The Belfast Monthly Magazine, vol. 4, no 19,‎ , p. 117-123 (7 pages) (lire en ligne),
  • (en) « The Historical Origin of Slavery », The Sewanee Review, vol. 8, no 4,‎ , p. 466-477 (12 pages) (lire en ligne),
  • (en) Edward Raymond Turner, « The First Abolition Society in the United States », The Pennsylvania Magazine of History and Biography, vol. 36, no 1,‎ , pp. 92-109 (18 pages) (lire en ligne),
  • (en) T. R. Davis, « Negro Servitude in the United States: Servitude Distinguished from Slavery », The Journal of Negro History, vol. 8, no 3,‎ , p. 247-283 (37 pages) (lire en ligne),
  • (en) Robert R. Russel, « The Economic History of Negro Slavery in the United States », Agricultural History, vol. 11, no 4,‎ , p. 308-321 (14 pages) (lire en ligne),
  • (en) Arnold A. Sio, « Interpretations of Slavery: The Slave Status in the Americas », Comparative Studies in Society and History, vol. 7, no 3,‎ , p. 289-308 (20 pages) (lire en ligne),
  • (en) Eugene D. Genovese, « Race and Class in Southern History: An Appraisal of the Work of Ulrich Bonnell Phillips », Agricultural History, vol. 41, no 4,‎ , p. 345-358 (14 pages) (lire en ligne)
  • (en) Alfred H. Conrad, « Slavery as an Obstacle to Economic Growth in the United States: A Panel Discussion », The Journal of Economic History, vol. 27, no 4,‎ , p. 518-560 (43 pages) (lire en ligne),
  • (en) Donald M. Bluestone, « Marxism without Marx: The Consensus-Conflict of Eugene Genovese », Science & Society, vol. 33, no 2,‎ , p. 231-243 (13 pages) (lire en ligne)
  • (en) Robert S. Starobin, « The Economics of Industrial Slavery in the Old South », The Business History Review, vol. 44, no 2,‎ , p. 131-174 (46 pages) (lire en ligne),
  • (en) Jonathan L. Alpert, « The Origin of Slavery in the United States-The Maryland Precedent », The American Journal of Legal History, vol. 14, no 3,‎ , p. 189-221 (33 pages) (lire en ligne),
  • (en) Edna Bonacich, « Abolition, the Extension of Slavery, and the Position of Free Blacks: A Study of Split Labor Markets in the United States, 1830-1863 », American Journal of Sociology, vol. 81, no 3,‎ , p. 601-628 (28 pages) (lire en ligne),
  • (en) Norman R. Yetman, « Ex-Slave Interviews and the Historiography of Slavery », American Quarterly, vol. 36, no 2,‎ , p. 181-210 (30 pages) (lire en ligne),
  • (en) Eugene D. Genovese et Elizabeth Fox-Genovese, « The Religious Ideals of Southern Slave Society », The Georgia Historical Quarterly, vol. 70, no 1,‎ , p. 1-16 (16 pages) (lire en ligne),
  • (en) Ronald Bailey, « The Other Side of Slavery: Black Labor, Cotton, and Textile Industrialization in Great Britain and the United States », Agricultural History, vol. 68, no 2,‎ , p. 35-50 (16 pages) (lire en ligne),
  • (en) Theresa A. Singleton, « The Archaeology of Slavery in North America », Annual Review of Anthropology, vol. 24,‎ , p. 119-140 (22 pages) (lire en ligne),
  • (en) Jean Kemble, « Slavery and Antislavery in the United States of America », The British Library Journal, vol. 23, no 1,‎ , p. 33-40 (8 pages) (lire en ligne),
  • (en) Gayle T. Tate, « Free Black Resistance in the Antebellum Era, 1830 to 1860 », Journal of Black Studies, vol. 28, no 6,‎ , p. 764-782 (19 pages) (lire en ligne),
  • (en) Tobias Barrington Wolff, « The Thirteenth Amendment and Slavery in the Global Economy », Columbia Law Review, vol. 102, no 4,‎ , p. 973-1050 (78 pages) (lire en ligne),
  • (en) Gavin Wright, « Slavery and American Agricultural History », Agricultural History, vol. 77, no 4,‎ , p. 527-552 (27 pages) (lire en ligne),
  • (en) Ira Berlin, « American Slavery in History and Memory and the Search for Social Justice », The Journal of American History, vol. 90, no 4,‎ , p. 1251-1268 (18 pages) (lire en ligne),
  • (en) Walter Johnson, « The Pedestal and the Veil: Rethinking the Capitalism/Slavery Question », Journal of the Early Republic, vol. 24, no 2,‎ , p. 299-308 (10 pages) (lire en ligne),
  • (en) Robin L. Einhorn, « Slavery », Enterprise & Society, vol. 9, no 3,‎ , p. 491-506 (16 pages) (lire en ligne),
  • (en) Anthony E. Kaye, « The Second Slavery: Modernity in the Nineteenth-Century South and the Atlantic World », The Journal of Southern History, vol. 75, no 3,‎ , p. 627-650 (24 pages) (lire en ligne),
  • (en) John C. Rodrigue, « “Repudiating the Emancipation Proclamation, and Re-establishing Slavery”: The Abolition of Slavery in the Lower Mississippi Valley and the United States », Louisiana History: The Journal of the Louisiana Historical Association, vol. 58, no 4,‎ , p. 389-403 (15 pages) (lire en ligne),

Francophone[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • Claude Fohlen, Histoire de l'esclavage aux États-Unis, Paris, Perrin, .
  • Anne Garrait-Bourrier, L'Esclavage aux États-Unis : du déracinement à l'identité. Éditions Ellipses, coll. « les Essentiels de civilisation », Paris, 2001.
  • Peter Kolchin, Une institution très particulière. L'esclavage aux États-Unis, Belin, Paris, 1998.

Articles[modifier | modifier le code]

David Gilles, « La norme esclavagiste, entre pratique coutumière et norme étatique : les esclaves panis et leur condition juridique au Canada (XVIIe - XVIIIe s.) », Ottawa Law Review, vol. 40.1, 2009, p. 495-536.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :