Canal Érié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canal Érié
Illustration.
Le canal Érié à North Tonawanda.
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État État de New York
Coordonnées 43° 01′ 20″ N, 78° 52′ 51″ O
Début Hudson
Fin Lac Érié
Caractéristiques
Longueur 584 km

Le canal Érié est un canal américain situé dans l'État de New York et reliant l'Hudson au lac Érié, établissant une voie fluviale entre l'océan Atlantique et les Grands Lacs.

Historique[modifier | modifier le code]

Tracés du canal Erié (en bleu) et des lignes de chemin de fer New York Central Railroad (violet) et West Shore Railroad (rouge).

L'idée de cette réalisation date de 1699, mais il faut attendre le début du XIXe siècle pour que la Niagara Canal Company soit constituée et élabore un projet réaliste. Après s'être heurté au refus du président Thomas Jefferson, l'entrepreneur Jessie Hawley sollicite l'appui du gouverneur DeWitt Clinton. Candidat fédéraliste à la présidentielle de 1812, puis chassé par la Régence d’Albany, DeWitt Clinton obtient dès 1811 que des obligations de l'État de New York financent le canal Erié, offrant à Wall Street sa première réussite.

Les travaux débutent le à Rome (New York). Aucun des responsables de la construction n'est expérimenté en génie civil. Les hommes qui établissent le tracé, James Geddes et Benjamin Wright, étaient d'anciens juges. On trouve également Canvass White, un ingénieur amateur de 27 ans, qui part étudier le système des canaux en Angleterre, et Nathan Roberts, un professeur de mathématiques. La construction se heurte à de multiples difficultés. Le défrichement de la forêt vierge s'avère tout d'abord plus délicat que prévu. En 1819, lors de la traversée du marais de Montezuma, en bordure du lac Cayuga, plus de 1 000 travailleurs meurent de fièvre, probablement de la malaria. Enfin, le percement de la tranchée dans l'escarpement du Niagara, réalisée avec des explosifs à base de poudre noire, cause de multiples accidents.

La première section du canal est ouverte en 1819, et le reste le . Il est à cette époque long de 584 kilomètres, pour une largeur de 12 mètres et une profondeur de 1,20 mètres. 83 écluses, au gabarit de 27 mètres sur 4,50, permettent de compenser la différence d'altitude de 183 mètres entre le fleuve Hudson à Albany et le lac Érié. Le tonnage maximal des navires est de 75 tonnes. Le canal Érié permet de réduire de 90 % les coûts de transport entre la côte est et les zones de l'intérieur du continent, qui sont alors encore sauvages. Sa mise en service accélère la colonisation de l'État de New York, avec le développement des villes de Buffalo, Rochester, Syracuse, Rome, Utica et Schenectady. Le canal Érié contribue largement à l'expansion de la ville de New York, qui devient un port de premier plan, au détriment de Philadelphie, de Boston et de Baltimore. Il permet l'expansion des cultures le long de son parcours. Les journaux des villes qu'il dessert veulent recevoir les cotations et nouvelles des autres marchés, et créent dès 1846[1], la New-York State Associated Press, en réunissant les quotidiens existant les plus à l'ouest d'Utica (New York). Ils obtiennent une ligne télégraphique achevée dès l'été 1846, avec une qualité de service meilleure que sur les autres lignes américaines. Un tiers des nouvelles reçues concerne les marchés financiers ou de marchandises[2].

Profil du premier canal.

Le canal Érié est remplacé par le canal New York Barge, ouvert en 1918 aux embarcations de 1800 tonnes. Le tracé de la nouvelle voie fluviale emprunte quelques portions du premier canal, mais exploite largement les rivières existantes, comme la Mohawk, la Seneca, la Clyde, ou encore le lac Oneida. Avec la concurrence accrue de la voie maritime du Saint-Laurent, du chemin de fer et du réseau autoroutier, le trafic fluvial a diminué considérablement dans la seconde moitié du XXe siècle.

Le canal New York Barge est officiellement rebaptisé canal Érié en 1990 et sert de nos jours à la navigation de plaisance. L'ouverture, un peu plus tard, du canal de l'Ohio permet le transport fluvial entre New York et le bassin du Mississippi.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en)Richard Schwarzlose, The Nation's Newsbrokers: The formative years, from pretelegraph to 1865, Volume 1, Northwestern University Press, . 

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]