Îles Vierges des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Îles Vierges.
Îles Vierges des États-Unis
United States Virgin Islands (en)
Sceau
Sceau
Drapeau
Drapeau
Image illustrative de l'article Îles Vierges des États-Unis
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Statut politique Territoire non-incorporé et organisé
Capitale Charlotte-Amélie
(18° 20′ 30″ N, 64° 55′ 56″ O)
Gouvernement
- Chef d'État
 - Gouverneur

Donald Trump
Kenneth Mapp
Démographie
Population 104 983 hab. (2015[1])
Densité 303 hab./km2
Langue(s) Anglais
Géographie
Coordonnées 18° 20′ 00″ nord, 64° 50′ 00″ ouest
Superficie 346,4 km2
Divers
Monnaie Dollar américain (USD)
Fuseau horaire UTC -4
Domaine internet .us et .vi
Indicatif téléphonique 1-340
Code ISO 3166-1 VIR, VI

Les Îles Vierges des États-Unis[2] ou Îles Vierges américaines[3] (anglais : United States Virgin Islands) sont un territoire non-incorporé et organisé insulaire des Antilles, englobant les îles occidentales des îles Vierges. Composées principalement de trois îles – Saint-Thomas, Saint-John et Sainte-Croix – elles étaient une possession danoise jusqu'à leur rachat par les États-Unis en 1917.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte des Îles Vierges des États-Unis.

Les Îles Vierges des États-Unis se situent entre la mer des Caraïbes et l'océan Atlantique, à environ 80 km à l'est de Porto Rico, marquant la limite entre Petites et Grandes Antilles. Les îles sont composées de trois îles principales : Saint-Thomas (83 km2) et Saint-John (52 km2), situées dans le prolongement sud-ouest des îles Vierges britanniques, et plus au sud, dans la mer des Caraïbes, Sainte-Croix (207 km2). On compte aussi une cinquantaine d'îlots, plus petits et pour la plupart inhabités.

Les îles sont connues pour leurs plages de sable blanc et leurs ports, dont Charlotte-Amélie et Christiansted. La plupart des îles sont d'origine volcanique avec un relief vallonné. Le point le plus haut est Crown Mountain, sur l'île de Saint-Thomas, avec une hauteur de 474 mètres. Sainte-Croix est l'île la plus vaste avec un relief plus plat. Le parc national des îles Vierges couvre environ la moitié de l'île de Saint-John, presque l'intégralité de Hassel Island, et plusieurs autres de récif corallien.

Les îles sont situées à la frontière de la plaque tectonique nord-américaine et la plaque caraïbe qui les placent dans une zone à risque pour les tsunamis. Elles se situent également dans la zone de passage des ouragans dont Hugo en 1989 et Marylin en 1995. Le climat est tropical.

Population[1]
Iles 2000 2010 Superficie
Sainte-Croix 53 234 50 601 212 km2
Saint Thomas 51 181 51 634 83 km2
Saint John 4 197 4 170 52 km2
Total 108 612 106 405 352 km2

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers habitants des îles Vierges furent les Arawaks vers 1500 av. J.-C., ils en ont été chassés vers la moitié du XVe siècle par les Caraïbes.

Christophe Colomb découvrit les îles Vierges en 1493, lors de son second voyage. Il nomma ces îles Las Virgenes (« Les Vierges ») en hommage à une légende concernant Sainte Ursule et les vierges martyrisées avec elle.

Ces îles furent colonisées par les Danois en 1672 et furent exploitées par la Compagnie danoise des Indes occidentales et de Guinée.

Article détaillé : Indes occidentales danoises.

Comme sur les autres îles des Antilles, ils exploitèrent la canne à sucre et pour cela introduisirent des esclaves en provenance d'Afrique dès 1763[4]. La traite négrière dans les possessions danoises sera interdite en 1792, le Danemark étant le premier pays à l'interdire[5] mais l'esclavage ne sera lui aboli sur les îles antillaises danoises qu'en 1848[4]. L'économie des îles basée sur la culture de la canne à sucre périclite alors[4], de nombreux colons quittent les îles et le royaume Danois se désintéresse de ses possessions antillaises, cherchant à s'en débarrasser.

En 1916, ces territoires sont finalement rachetés par les États-Unis contre la somme de 25 millions de dollars et passe avec ses 26 000 habitants sous contrôle américain le 31 mars 1917.

Politique[modifier | modifier le code]

Les Îles Vierges des États-Unis sont dirigées par un gouvernement élu pour quatre ans à la tête duquel se trouve un gouverneur (actuellement Kenneth Mapp, en fonction depuis le 5 janvier 2015). Le pouvoir législatif est assuré par un Sénat de quinze membres renouvelé tous les deux ans. Ce système politique est fortement inspiré de celui du reste des États-Unis.

Les habitants ont la citoyenneté américaine de plein droit et peuvent notamment voter à l'élection présidentielle, s'ils résident et sont inscrits sur les listes électorales dans l'un des cinquante États du pays et non pas aux Îles Vierges[6].

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

L'activité principale des îles est le tourisme qui attire environ deux millions de visiteurs par an avec notamment les croisières en bateaux. L'autre centre d'intérêt touristique est le parc national des îles Vierges qui reçoit la visite de 750 000 visiteurs chaque année.

Énergie[modifier | modifier le code]

Le secteur industriel est représenté par le raffinage du pétrole, l'industrie pharmaceutique, le textile, l'horlogerie (montre), l'électronique et la distillation de rhum.

Hovensa, sur l'île de Sainte-Croix, est l'une des plus grandes raffineries du pétrole de l'hémisphère ouest[7]. Toutefois, cette raffinerie a fermé à cause du ralentissement général de la croissance et donc de la consommation américaine en pétrole, cumulant plus d'un milliard de pertes en trois ans. Selon le gouvernement, cette fermeture pourrait sévèrement ébranler l'économie de l'archipel[8]. À la fin de l'année 2013, le gouvernement cherche une compagnie désirant reprendre les activités de la raffinerie[9]. Celle-ci continuera à servir de réservoir pétrolier jusqu'en août 2019 si personne ne manifeste d'intérêt[10].

Transport[modifier | modifier le code]

Les Îles Vierges des États-Unis sont le seul territoire américain où on roule à gauche.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
Année Pop. ±%
1970 62 468 —    
1980 96 569 +54.6%
1990 101 809 +5.4%
2000 108 612 +6.7%
2010 106 405 −2.0%
2016 102 951 −3.2%

Lors du recensement de 2010, les Îles Vierges des États-Unis comptent 106 405 habitants, dont[11] :

Langues[modifier | modifier le code]

La langue danoise a disparu depuis les années 1980, ainsi que le français, à Saint-Thomas.

Lors du recensement de 2010, 71,6 % de population âgée de plus de 5 ans déclare parler anglais à la maison, alors que 17,2 % déclare parler espagnol ou un créole espagnol, 8,6 % français ou un créole français et 2,5 % une autre langue[11]. De plus 9,5 % de la population âgée de plus de 5 ans déclare ne pas très bien savoir parler l'anglais[11].

Religions[modifier | modifier le code]

65 % de la population est catholique, le reste est protestant[réf. nécessaire].

Culture[modifier | modifier le code]

Codes[modifier | modifier le code]

Les îles Vierges américaines ont pour codes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]