Lac Érié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac Érié
Image illustrative de l'article Lac Érié
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Drapeau des États-Unis États-Unis
Géographie
Coordonnées 42° 11′ 16″ N 81° 09′ 23″ O / 42.1877907, -81.156298842° 11′ 16″ Nord 81° 09′ 23″ Ouest / 42.1877907, -81.1562988
Type eau douce
Superficie 25 700 km2
Altitude 174 m
Profondeur
 · Maximale
 · Moyenne
 
64 m
19 m
Volume 483 km3
Hydrographie
Bassin versant 58 800 km2
Alimentation rivière Détroit
Émissaire(s) rivière Niagara
Durée de rétention 2,6 ans[1]
Îles
Île(s) principale(s) Bass Island, Catawba Island, Pelee Island

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Lac Érié

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Lac Érié

Le lac Érié est l'un des cinq Grands Lacs d'Amérique du Nord. Il est bordé à l'est par les États américains de l'Ohio, de Pennsylvanie, de New York au sud, du Michigan à l'ouest et de la province canadienne de l'Ontario au nord.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géomorphologie[modifier | modifier le code]

Mesurant 388 km de long, d'ouest en est, sur 92 km du nord au sud, il s'étend sur 25 700 km2 et présente 1 377 km de rives. Il est le deuxième plus petit des Grands Lacs (le lac Ontario étant le plus petit), mais néanmoins le 13e lac naturel du monde. Situé à l'altitude de 174 m, il possède un volume de 483 km3.

Le lac comporte trois zones de profondeurs distinctes : l'extrémité ouest mesure environ 7 m en moyenne et est caractérisée par des hauts fonds et récifs ; la partie centrale plus importante en superficie atteint 18 m ; la profondeur plonge à 27 m dans la partie est du lac avec un maximum de 64 m dans les fosses profondes[2]. Relativement peu profond dans son ensemble, avec une moyenne de 19 m, il gèle donc fréquemment l'hiver mais fond rapidement au printemps et se réchauffe en été.

Géologie[modifier | modifier le code]

Sandy bluffs le long du lac Érié dans le Comté d'Érié.
Carte bathymétrique du lac Érié et du Lake Saint Clair[3],[4],[5], [6]. Le point le plus profond est coté « × »[7].

Le lac Érié est une dépression creusée par le passage des glaciers[8], et il a pris sa forme actuelle il y a moins de 4 000 ans, ce qui est très récent en termes géologiques. Auparavant, le site avait connu une histoire géologique complexe : il y a plus de deux millions d'années, un fleuve s’écoulant vers l’est et préexistant aux glaciations du Pléistocène avait dessiné une large plaine alluviale. Cette vallée a été comblée au passage des premiers grands glaciers, qui ont aussi élargi et creusé la dépression, réceptacle qui est devenu un lac. Ces glaciers ont arraché davantage de sédiments sur l’extrémité orientale car le substrat y est fait de shale, roche plus tendre que les roches carbonatées (dolomite et craie) de la moitié occidentale. Ainsi, le centre et l’est du lac sont aujourd’hui plus profonds que la moitié occidentale (profondeur moyenne de 8,30 m), elle-même plus riche en coquillages et en poisson[9]. Le lac Érié est le moins profond des Grands Lacs car la banquise, moins épaisse, y a moins érodé la roche.

C'est la formation et le retrait de langues glaciaires successives qui a donné au lac son aspect actuel ; chaque recul a laissé un lac au cours de l’interglaciaire. Le pénultième de ces lacs, dit « Lac Warren », s’est maintenu entre 13 000 et 12 000 ans. Il était plus profond que l’actuel lac Érié, et ses berges débordaient de 13 km à l’extérieur du lac actuel. Les berges de ces lacs préhistoriques ont abandonné de grandes barrières de sable qui coupent les marécages et que les Indiens, puis les pionniers, ont empruntées pour traverser la région. Les pistes des nomades sont devenues des routes : ainsi l’U.S. Route 30 à l’ouest de Delphos et l’U.S. Route 20 à l’ouest de Norwalk et à l’est de Cleveland. On peut encore voir l'une de ces dunes dans la Région des Oak Openings dans le Nord-ouest de l'Ohio. À cet endroit, le fond sableux du lac asséché ne permettait pas la colonisation par d'autres essences que des chênes, ce qui a donné naissance à une savane de chêne[10], dont on n'a que de rares exemples en Europe (Estramadure).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lac Érié à l'époque de la Nouvelle-France par Guillaume Delisle en 1718.

Les Amérindiens Érié vivaient à côté de ce grand lac. À l'époque de la Nouvelle-France, les Français nommèrent ce peuple la Nation du Chat, car en langue iroquoise, erie désigne le Puma Puma concolor. Ils nommèrent cette étendue d'eau à la fois « lac Érié » et « lac de Conty »[11].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le lac Érié gelé, vu de Cleveland.

Il reçoit la rivière Détroit, émissaire du lac Huron (176 m) par l'intermédiaire du lac Sainte-Claire et se déverse en direction du lac Ontario (75 m) par la rivière et les chutes du Niagara.

Qualité de l'eau[modifier | modifier le code]

Son bassin versant couvre des parties des États de l'Indiana, du Michigan, de l'Ohio, de la Pennsylvanie, de New York et de la province de l'Ontario. Il demeure le plus exposé aux effets de l'urbanisation, de l'industrialisation, de l'élevage et de l'agriculture intensive. En raison de ses sols fertiles, il est intensivement cultivé et s'avère le plus urbanisé des cinq bassins des Grands Lacs. En conséquence le lac Érié porte l'étiquette de l'une des étendues d'eau parmi les plus polluées d'Amérique du Nord.

Géographiquement avant-dernier des cinq grands lacs tributaires du lac Ontario, le lac Érié a été considéré comme gravement hypothéqué du point de vue de la santé des espèces aquatiques sous-marines vivantes et des plantes marines dès le début des années 1970 en raison de l'augmentation d'algues ; les effets nocifs de la pollution ont eu pour résultat la quasi-destruction de toute forme de vie et on a craint grandement que le lac ne s'eutrophie. Confrontés à ce scénario catastrophique, les divers intervenants du milieu se sont concertés en vue de renverser la situation par des mesures draconiennes.

Ainsi l'Accord canado-américain relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs et l'Accord Canada-Ontario (ACO) concernant l'écosystème du bassin des Grands Lacs furent conclus et les efforts ont porté leurs fruits dès les années 1980 par la revitalisation du lac à tous les niveaux, économiques et environnementaux. Les éléments nutritifs retrouvèrent des niveaux durables acceptables. Les éclosions d'algues ont été stoppées et, 10 ans plus tard, les eaux sont à nouveau limpides. Les poissons sont revenus, ressuscitant une industrie des pêches mal-en-point.

Cependant la bonne santé du lac Érié demeure fragile et reste l'objet d'une haute surveillance constante, des indicateurs de qualité étant redevenus alarmants au cours des années postérieures. Ainsi on a mis sur pied le Plan du millénaire canado-américain pour le lac Érié, qui met à contribution scientifiques et chercheurs canadiens et américains en vue de comprendre les forces en jeu à l'intérieur du bassin versant et de définir les mesures correctives à prendre ; le mandat fut ainsi donné de conserver la santé du lac. Parallèlement, en 2001, on a élaboré un plan global, le Plan d'aménagement panlacustre du lac Érié (ou PAP), fondé sur la prévention.

Écosystème aquatique[modifier | modifier le code]

Le lac Érié doit à ses caractéristiques topographiques d'être un paradis de la pêche : plus de 140 espèces différentes fraient dans les eaux de son bassin hydrographique. La pêche sportive y a de nombreux adeptes et la pêche commerciale y demeure la plus productive des Grands Lacs. On y retrouve les pêcheries en eau douce les plus riches au monde. La pêche commerciale pratiquée y est plus florissante que tous les autres Grands lacs réunis avec près de 20 000 t par an, et représentent 80 % des récoltes de pêche commerciale en Ontario (surtout de la perchaude et du doré jaune)[12].

Les autres espèces indigènes comprennent : poisson-castor, grand brochet, barbotte jaune, malachigan, éperlan arc-en-ciel, bar blanc, achigan à petite bouche, maskinongé (poisson) et même l'unique sucet de lac[13]. Des espèces exotiques ont infesté les eaux du lac à cause de la pollution dont la carpe, le goujon de mer et le clodocène épineux, qui viennent hypothéquer la survie des poissons indigènes. Ainsi, par le passé, des essais d'introduction de poissons dans les Grands Lacs ainsi que l'arrivée massive des navires océaniques, dès l'ouverture de la voie maritime, procédant au déversement d'eaux de ballasts, ont contribué à l'insertion de nouvelles espèces invasives[14],[15].

Écosystème aviaire[modifier | modifier le code]

Les ornithologues du monde entier viennent en masse autour du lac Érié pour profiter de cet emplacement privilégié sur les vols principaux des oiseaux migrateurs.

Trois sites privilégiés le parc national de Cuyahoga Valley (Ohio) (USNPS), la réserve nationale de faune de Long Point[16] (Ontario) (SCF) et le Parc national de la Pointe-Pelée (Ontario) (APC) accueillent plus de 360 espèces durant la migration des oiseaux, y étant protégés en vertu de la convention concernant les oiseaux migrateurs.

Voie maritime du fleuve Saint-Laurent et ports[modifier | modifier le code]

Le lac Érié est relié au lac Ontario grâce au canal Welland depuis 1932. Cependant la voie maritime qui s'étend de Montréal jusqu'au lac Érié, incluant le canal Welland, a été inaugurée le 25 avril 1959. La région fut ainsi l'objet d'un essor économique majeur immédiat. Depuis, les administrations portuaires se sont dotées en 2003 d'une corporation de gestion de la voie maritime du Saint-Laurent soit l'Autoroute H2O qui contrôle l'impressionnant trafic maritime de marchandises des navires océaniques de l'océan Atlantique aux Grands Lacs[17].

La navigation dans le lac Érié est rendue précaire à cause des hauts-fonds et aux lames de fond provoquées lors d'intempéries. De nombreux naufrages témoignent de destins tragiques de par l'implacabilité des éléments naturels tels que vents et ouragans.

Les plus grandes villes portuaires situées sur ses rives sont :

Attraits particuliers[modifier | modifier le code]

Le papillon Monarque a l'habitude de se nourrir sur les rives nord du lac Érié avant sa migration annuelle en direction sud vers le centre du Mexique où il se reproduit. Il migre dans les deux sens chaque année, en mars vers le nord et en novembre pour le retour au Mexique[18],[19],[20].

Points d'intérêts[modifier | modifier le code]

Plusieurs lieux touristiques se trouvent aux abords du lac dont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En comparaison, on peut noter qu'en étant le moins profond et le moins volumineux des Grands Lacs, sa période de rétention s'étend sur 2,6 années, période au moins deux fois plus courte que celle du lac Ontario (6 ans) et très en deçà des 22 ans du lac Huron, des 99 ans du lac Michigan et des 191 ans du lac Supérieur, lui permettant de renouveler relativement plus rapidement son volume d'eau. Ceci lui confère un net avantage dans sa lutte contre les contaminants.
  2. Bathymétrie
  3. D’après « Bathymetry of Lake Erie and Lake Saint Clair », sur National Geophysical Data Center, NOAA,‎ (DOI 10.7289/V5KS6PHK, consulté le 23 mars 2015).
  4. D’après « Bathymetry of Lake Huron. National Geophysical Data Center », sur National Geophysical Data Center (NOAA),‎ (DOI 10.7289/V5G15XS5, consulté le 23 mars 2015) (pour certaines portions de cette carte uniquement).
  5. D’après « Bathymetry of Lake Ontario », sur National Geophysical Data Center, NOAA,‎ (DOI 10.7289/V56H4FBH, consulté le 23 mars 2015) (pour certaines portions de cette carte uniquement).
  6. D’après Hastings, D. et P.K. Dunbar, « Global Land One-kilometer Base Elevation (GLOBE) v.1. », National Geophysical Data Center,‎ 1999. (DOI 10.7289/V52R3PMS, lire en ligne).
  7. « About Our Great Lakes: Tour », sur National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) - Great Lakes Environmental Research Laboratory (GLERL) (consulté le 2 avril 2015).
  8. D'après « Lake Erie Facts », sur State of Ohio, Division of Geological Survey (consulté le 4 mai 2013)
  9. D'après :
    1. Lake Erie Coastal Ohio Trail National Scenic Byway
    2. Ohio Chapter of The Nature Conservancy
    3. Art Weber et Melinda Huntley, « Explore the Lake Erie Islands », Ohio Sea Grant, Ohio Sea Grant College Program,‎ , p. 5 (lire en ligne) : « […] Lake Erie’s shallow, nutrient-rich western basin and the much deeper central and eastern basins […] The western basin […] dolomite and limestone are more durable than the softer shales […] glacier dug through the stones […] resistance from the dolomite and limestone in the western basin […] »
  10. « Hansen, Michael C. "The History of Lake Erie" », sur Ohio Department of Natural Resources (consulté le 5 septembre 2015).
  11. Carte de l'Amérique septentrionale et partie de la méridionale de Claude Bernou, 1681.
  12. Ministère des richesses naturelles de l'Ontario
  13. Pêches et océans Canada
  14. Parcs Canada - lac Érié
  15. Centre Saint-Laurent d'Environnement Canada
  16. Réserves nationales de faune
  17. Autoroute H2O
  18. Monarque
  19. Lepidoptera
  20. Il faut noter que la grande diversité et les exigences écologiques variées des papillons leur confèrent un rôle d'indicateurs de la qualité des milieux naturels, et donc de la santé des écosystèmes. La plupart des espèces sont étroitement liés à des plantes-hôtes sensibles et vulnérables - dans le présent article il s'agit de la plante asclépiade au Canada - et font office de très bons indicateurs biologiques. En Europe, on utilise d'ailleurs les papillons pour évaluer la santé des écosystèmes, en vue de faire un pronostic sur leur durabilité. L'éventuelle disparition de cette espèce en difficultés dans les prochaines décennies en dira donc long sur l’état de santé de l’environnement du lac.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]