Irlando-Américains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Irlando-Américains
Populations significatives par région
Population totale 33 348 049
Autres
Régions d’origine Drapeau de l'Irlande Irlande
Langues Anglais, irlandais
Religions Catholicisme romain, protestantisme
Ethnies liées Irlandais, Scotto-Américains, Anglo-Américains, Gallo-Américains

Les Irlando-Américains (gaélique: Gaël-Mheiriceánach anglais: Irish-Americans) sont des citoyens des États-Unis se réclamant d'ascendance irlandaise. Un total de 33 millions d’Américains[1] (soit 11 % de la population totale) se déclare d’origine irlandaise. C'est la deuxième communauté d'origine européenne après les Germano-Américains.

Les irlandais protestants (Scots-Irish) sont les premiers à avoir émigré aux États-Unis dans un nombre modéré, et ce avant même la révolution américaine. Les nombreux irlandais catholiques ont pour leur part commencé leur transit au milieu du XIXe siècle. Les causes de l'exil des irlandais sont nombreuses, en partie à cause de leur statut économique précaire en tant qu'agriculteurs et de la domination politico-économique de l'Irlande par les Britanniques. Le nombre de migrants a beaucoup augmenté dans les années 1820 et l'on estime qu'un total de 3 millions d'irlandais a émigré en Amérique du Nord entre 1820 et 1920. Cette forte émigration s’explique en partie par la Grande famine entre 1845 et 1855, qui a touché gravement l’Irlande au XIXe siècle et a poussé une importante part de sa population à émigrer.

Au nord-est des États-Unis, des migrants, pour la plupart des hommes, ont participé à la construction de canaux, l'exploitation forestière et des travaux de construction civile. Le grand projet du canal Érié est un exemple où les Irlandais constituaient la majorité des travailleurs. De petites communautés irlandaises se sont de plus en plus développées dans des villes comme Boston, New York, Chicago et Providence. Beaucoup d'irlandais habite aux États-Unis, particulièrement Nouvelle-Angleterre, New York, et Pennsylvanie.

John F. Kennedy

Les Irlandais qui se sont installés aux États-Unis, et leurs descendants, ont beaucoup marqué l'histoire américaine. Près de la moitié des présidents des États-Unis ont des ancêtres irlandais[2], les plus connus étant John F. Kennedy et Ronald Reagan). Il y a également plusieurs astronautes comme Neil Armstrong, le premier homme qui a marché sur la Lune. Henry Ford, le fondateur de Ford Motor Company, était le fils d'un immigré irlandais. On peut encore citer des criminels populaires comme Billy the Kid, des légendes du rock comme Jim Morrison et Kurt Cobain, et un grand nombre de stars de cinéma comme John Wayne, Clint Eastwood, Harrison Ford, Robert De Niro, Kevin Costner, Mel Gibson, George Clooney, Grace Kelly et Johnny Depp.

La population de la communauté irlando-américaine dépasse de près de 4 fois la population de la terre natale des émigrés[3],[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Selected social characteristics in the United States », sur American FactFinder,‎ .
  2. (en) « Presidents of the United States with "Irish Roots" », sur irishamericanheritage.com (consulté le 16 novembre 2016)
  3. (en) James Webb, « Secret GOP Weapon : The Scots Irish Vote », Wall Street Journal,‎ .
  4. (en) Born Fighting : How the Scots-Irish Shaped America, New York, Broadway Books, (ISBN 0-7679-1688-3) :

    « More than 27 million Americans today can trace their lineage to the Scots, whose bloodline was stained by centuries of continuous warfare along the border between England and Scotland, and later in the bitter settlements of England's Ulster Plantation in Northern Ireland. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]