African Burial Ground National Monument

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monument national African Burial Ground
Image virtuelle de l'African Burial Ground
Image virtuelle de l'African Burial Ground
Présentation
Nom local African Burial Ground National Monument
Propriétaire National Park Service
Protection Monument national le
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau de l'État de New York New York
Localité New York
Localisation
Coordonnées 40° 42′ 52″ N 74° 00′ 15″ O / 40.71444, -74.00417 ()40° 42′ 52″ Nord 74° 00′ 15″ Ouest / 40.71444, -74.00417 ()  

Géolocalisation sur la carte : New York

(Voir situation sur carte : New York)
Monument national African Burial Ground

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Monument national African Burial Ground

L'African Burial Ground National Monument est un monument national américain situé dans Duane Street dans le bas de Manhattan (New York). Le monument abrite un site contenant les restes de plus de 400 Africains enterrés ici entre le XVIIe et le début du XIXe siècle. Le site fut découvert lors de la construction d'un immeuble au début des années 1990.

Esclavage à New York[modifier | modifier le code]

L'esclavage fut introduit par les Pays-Bas au début du XVIe siècle à la Nouvelle-Amsterdam. Les Africains arrivaient comme esclaves dans la région mais certains furent affranchis pendant la période de domination hollandaise, avant que la colonie ne soit capturée par les Anglais en 1664 et rebaptisée New York. Perth Amboy, dans l'actuelle New Jersey, était alors une zone franche très active dans le commerce d'esclaves. Au moment de la guerre d'Indépendance, il y avait environ 10 000 noirs à New York. Ils travaillaient dans de nombreuses activités, comme l'artisanat, la construction navale ou comme domestiques. Durant pratiquement tout le XVIIIe siècle, le lieu d'inhumation africain était au-delà de la frontière nord de la ville, l'actuelle Chambers Street.

New York abolit l'esclavage en 1827; Le New Jersey ne l'abolit que graduellement, substituant l'esclavage au « contrat » en 1804. Au moment de la guerre d'indépendance américaine, il y avait encore des anciens esclaves dans le New Jersey liés par un « contrat à vie ».

Découverte et controverse[modifier | modifier le code]

Ces restes furent découverts durant la construction d'un immeuble pour l'administration fédérale à Foley Square en 1991. La General Services Administration (GSA), qui contrôlait le projet, arrêta la construction pour préserver correctement les restes retrouvés. Le dessin de l'immeuble de bureaux fut alors modifié pour offrir une place adéquate pour l'emplacement d'un futur mémorial. Le , le site fut désigné comme lieu historique américain[1]. Les historiens pensent que le site a été un lieu d'inhumation de 15 à 20 000 hommes, femmes, enfants d'origine africaine pendant une période allant du XVIIe siècle à 1812[2].

Le site devint une source de controverse, certains estimant que le projet de fouille proposé à l'origine n'était pas adapté, par exemple dans le traitement des ossements restés à découvert. En plus, la communauté afro-américaine de New York n'avait pas été consultée, ni aucun archéologue spécialiste de l'histoire afro-américaine. Après les protestations des membres de la communauté noire, d'hommes politiques et d'universitaires, les fouilles furent placées sous le contrôle de l'archéologue Michael Blakey et de son équipe de l'Université Howard.

Le , le président George W. Bush signa la proclamation désignant le lieu comme le 123e monument national américain[3]. Il devint le 390e lieu géré par le service américain des parcs nationaux.

Mémorial[modifier | modifier le code]

Après un concours regroupant 61 projets pour déterminer le design du mémorial, le choix fut fait en juin 2004 et consacré le lors d'une cérémonie présidée par le maire Michael Bloomberg et la poète Maya Angelou. Le mémorial en granite de huit mètres de haut fut imaginé par l'architecte américain d'origine haïtienne Rodney Leon[4]. Le monument est surnommé La porte du retour, référence à la porte du non retour, un des principaux lieux d'embarquement en Afrique d'esclaves vers l'Amérique, situé sur l'île de Gorée[5]. Le mémorial sert à présenter différentes expositions culturelles.

Photo 2007 de l'African Burial Ground
Monument en construction (2007)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) National Historic Landmark summary listing, « African Burial Ground », National Park Service,‎ 14-09-2007
  2. (en) Frank Lombardi, « Memorial dedicated at African Burial Ground », The New York Daily News,‎ 6 octobre 2007 (consulté en 10-10-2007)
  3. (en) « National Monuments Numbered », National Park Service (consulté en 10-10-2007)
  4. (en) « Rodney Leon Tapped to Design National Historic Landmark; Winner to Create Memorial for 17th, 18th-Century Africans », Exodus News,‎ 6 mai 2005 (consulté en 10-10-2007)
  5. (en) « New York opens slave burial site », BBC News Online,‎ 6 octobre 2007 (consulté en 10-10-2007)

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]