IBM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

International Business Machines Corporation
logo de IBM

Création , création déclarée sous le nom de Computing-Tabulating-Recording Company (C-T-R)
Fondateurs Charles Ranlett Flint - George Winthrop Fairchild (toutefois c'est Thomas Watson qui renomma la compagnie International Business Machines en 1924)
Forme juridique société anonyme
Action NYSE : IBM
Slogan Bâtissons une planète plus intelligente
Siège social Armonk (État de New York)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction Ginni Rometty
(Executive Chairman)
Arvind Krishna (en)
(CEO)
Jim Whitehurst (en)
(President)
Actionnaires Berkshire Hathaway (0,08 ), The Vanguard Group (0,06 ) et State Street Corporation (0,05 )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Informatique, conseil
Produits Voir ci-dessous
Filiales SoftLayer, IBM India (en), IBM Internet Security Systems (en), Lotus Software, Rational Rose, IBM Denmark (d), IBM France (d), Companhia IBM Portuguesa (d), IBM Nederland (d), IBM Deutschland (d), IBM Egypt Business Support Services (d), IBM Canada (d), Bluemix, IBM Research, The Weather Company (en), Object Technology International (en), Red Hat, IBM Česká republika (d) et IBM Israel (en)
Partenaires BeeckerCo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif 381 100 (2018)
Site web www.ibm.com

Capitalisation 118,977 milliards USD (2019)
Chiffre d'affaires 79,591 milliards USD (2018)
Résultat net 8,728 milliards USD (2018)[1]
Société précédente DehomagVoir et modifier les données sur Wikidata

International Business Machines Corporation, connue sous le sigle IBM, est une société multinationale américaine présente dans les domaines du matériel informatique, du logiciel et des services informatiques.

La société est née le de la fusion de la Computing Scale Company et de la Tabulating Machine Company sous le nom de Computing Tabulating Recording Company (CTR). Celle-ci a changé de nom pour devenir International Business Machines Corporation le . On lui prête le surnom de Big Blue en référence au bleu sombre, couleur longtemps associée à l’entreprise[2]. Dans les années 1970 et les années 1980, IBM était la première capitalisation boursière au monde[3].

Historique[modifier | modifier le code]

1911 - 1929[modifier | modifier le code]

Le , plusieurs entreprises ont été fusionnées par Charles Ranlett Flint, notamment l’International Time Recording Company et la Tabulating Machine Company pour former la Computing-Tabulating-Recording Company (C-T-R) ayant 1 300 employés à son siège de New York. Flint recruta Thomas J. Watson, Senior. pour l’aider à diriger l’entreprise en 1914.

Le , C-T-R fut renommé the International Business Machines Corporation (IBM), afin d’aligner son nom avec l’extension de ses activités.

1930-1945[modifier | modifier le code]

IBM se développe dans les années 1930, grâce aux brevets de mécanographie sur la carte perforée Hollerith. En 1937, le gouvernement américain déploie l’équipement de tabulation IBM pour suivre les enregistrements de 26 millions de personnes bénéficiaires du Social Security Act. En 1944, IBM met sur le marché Harvard Mark I, calculateur ne stockant pas d'instructions en mémoire, mais pouvant grâce à des câblages similaires à ceux des tabulatrices effectuer des séquences de calculs complexes.

En Allemagne, pendant la Seconde Guerre mondiale, IBM s'est engagé dans des pratiques commerciales qui ont été la source de controverses. Une grande attention se concentre sur le rôle de la filiale allemande d'IBM, connue sous le nom de Deutsche Hollerith Maschinen Gesellschaft, ou Dehomag. Les sujets à cet égard incluent :

  • documenter les opérations de Dehomag qui ont permis aux nazis de mieux organiser leur effort de guerre, en particulier la Shoah et l'utilisation des camps de concentration nazis ;
  • comparer ces efforts aux opérations d'autres filiales d'IBM qui ont aidé les efforts de guerre d'autres nations ;
  • et finalement, évaluer dans quelle mesure IBM devrait être tenu pour responsable des atrocités rendues possibles par ses actions.
  • les méthodes de sélection telles qu'elles ont été développées et utilisées avaient pour but de sélectionner et de tuer des civils.

Les relations commerciales entre IBM et le régime hitlérien se sont poursuivies sans interruption face aux vastes appels internationaux au boycott économique. Willy Heidinger, qui resta le PDG de Dehomag, la filiale allemande détenue à 90 % par IBM, était un fervent partisan du régime hitlérien.

Le , le gouvernement allemand a annoncé son intention de procéder à un recensement national longtemps retardé[4]. Le projet était particulièrement important pour les nazis en tant que mécanisme d'identification des Juifs, des Tsiganes et d'autres groupes ethniques jugés indésirables par le régime. Dehomag a proposé d'aider le gouvernement allemand dans sa tâche d'identification ethnique, en se concentrant sur les 41 millions d'habitants de Prusse[5]. Cette activité n'a pas seulement été encouragée par Thomas Watson et IBM en Amérique, mais a été activement encouragée et soutenue financièrement, Watson lui-même se rendant en Allemagne en et la société augmentant son investissement dans sa filiale allemande de 400 000 à 7 000 000 Reichsmark. —environ 1 million de dollars (équivalent à 20 millions de dollars en 2020). Cette injection de capitaux américains a permis à Dehomag d'acheter un terrain à Berlin et de construire la première usine d'IBM en Allemagne[6].

Alors que la machine de guerre nazie occupait l'Europe, la capitulation a été suivie d'un recensement de la population de chaque nation assujettie, dans le but d'identifier et d'isoler les Juifs et les Roms. Ces opérations de recensement étaient intimement liées à la technologie et aux cartes fournies par les filiales allemandes et polonaises d'IBM, qui se sont vu attribuer des territoires de vente spécifiques en Pologne par décision du bureau de New York à la suite de l' invasion réussie de la Blitzkrieg en Allemagne. Les données générées au moyen d'équipements de comptage et d'alphabétisation fournis par IBM, par l'intermédiaire de ses filiales allemandes et nationales, ont joué un rôle déterminant dans les efforts du gouvernement allemand pour concentrer et finalement détruire les populations juives ethniques à travers l'Europe. Chaque camp de concentration nazi a maintenu son propre Hollerith-Abteilung (Département de Hollerith), chargé de garder un œil sur les détenus grâce à l'utilisation de la technologie des cartes perforées d'IBM. Dans son livre, IBM and the Holocaust, l'historien Edwin Black accuse que "sans les machines d'IBM, l'entretien et le service continus, ainsi que la fourniture de cartes perforées, qu'elles soient situées sur place ou hors site, les camps d'Hitler n'auraient jamais pu gérer le nombre qu'ils fait"[7].

Aux États-Unis, IBM était, à la demande du gouvernement, le sous-traitant du projet de carte perforée des camps d'internement japonais :

His grand design for 1943 was a locator file in which would appear a Hollerith alphabetic punch card for each evacuee. These cards were to include standard demographic information about age, sex, education, occupation, family size, medical history, criminal record, and RC location. However, additional data categories about links to Japan were also maintained, such as years of residence in Japan and the extent of education received there... The punch card project was so extensive and immediate that the War Relocation Authority subcontracted the function to IBM.

Son grand dessein pour 1943 était un fichier de localisation dans lequel apparaîtrait une carte perforée alphabétique Hollerith pour chaque évacué. Ces cartes devaient inclure des informations démographiques standard sur l'âge, le sexe, l'éducation, la profession, la taille de la famille, les antécédents médicaux, le casier judiciaire et l'emplacement du CR. Cependant, des catégories de données supplémentaires sur les liens avec le Japon ont également été maintenues, telles que les années de résidence au Japon et l'étendue de l'éducation reçue là-bas... Le projet de carte perforée était si vaste et immédiat que la War Relocation Authority a sous-traité la fonction à IBM.[8]

L'équipement IBM a été utilisé pour la cryptographie par les organisations de l'armée et de la marine américaines, Arlington Hall et OP-20-G et des organisations alliées similaires utilisant des cartes perforées Hollerith (Central Bureau et Far East Combined Bureau).

La société a développé et construit la calculatrice à séquence contrôlée automatique qui a été utilisée pour effectuer des calculs pour le projet Manhattan.

1945-1979[modifier | modifier le code]

Thomas J. Watson rencontre le jésuite italien Roberto Busa en 1949 et les deux hommes entament un partenariat. Watson offre à Busa la possibilité d'utiliser les machines, les fonds et le savoir-faire de l'équipe d'IBM pour mener à bien le projet de l'homme religieux. Celui-ci souhaite étudier le vocabulaire de la présence dans les œuvres de Thomas d'Aquin et ce travail ne pouvait être effectué par un humain seul. Il fallait des machines. Il put établir 13 millions de fiches grâce à la puissance des machines d'IBM[9].

En 1954, IBM lance sur le marché le modèle 650, premier calculateur, muni d'une mémoire à tambour et orienté calcul scientifique[10] produit en grande série : il coûtait un demi-million de dollars, occupait plusieurs mètres cubes et était doté d’une mémoire vive de 2 000 « caractères » (2 kilooctets). C’est d’ailleurs à la suite de cette occasion que la filiale IBM France, et plus précisément son Président-directeur général, Christian de Waldner (entré en fonction en 1952), sollicita le professeur Jacques Perret de la faculté des lettres de l’université de Paris, pour qu'il propose un néologisme équivalent au terme anglais « computer » Le mot ordinateur était inventé le [11].

Vue (partielle) d'un IBM 729 à bandes en 1969.

En 1957, IBM lance le Fortran et le disque dur. En 1964, IBM dévoile son OS/360.

Durant les années 1970, IBM développe l'informatique distribuée de plus en plus réclamée par les clients (systèmes 32, 34, 36, 8100…). Dans le même temps IBM passe à la micro-informatique. Après quelques machines de succès divers (5100, Système 23 Datamaster, Visiotexte…), il lance dans le plus grand secret le projet Acorn, qui aboutira en trois ans au PC. De plus, IBM commence à rompre avec la traditionnelle politique de location seule : désormais, IBM vend aussi ses machines, ce qui provoque un afflux d'argent frais.

Le procès antitrust qui pèse sur IBM laissant craindre une décision de démantèlement de la compagnie, il prend les devants en la réorganisant en deux grands pôles : mainframes et systèmes de grande diffusion. Le démantèlement n'aura en fin de compte pas lieu.

1980-2000[modifier | modifier le code]

En 1981, sous la présidence de John Opel qui est un ami de Mary Maxwell, la mère de Bill Gates, l’entreprise met sur le marché l'IBM PC muni en mémoire morte du langage Altair Basic qui est la version Microsoft de l'interpréteur BASIC et comme système d'exploitation MS-DOS dont Microsoft a l'exclusivité.

Durant sa présidence de 1983 à 1989, John Akers gère le succès du PC et du PC/AT et introduit même le PC/RT (en), mais — impressionné par le succès du Macintosh qui constitue alors un système fermé -— il décide de fermer à son tour le standard PC en lançant en 1987 le PS/2 : nouveau BIOS incompatible, bus assujetti à des droits d'usage, apparence déposée, OS/2 non finalisé encore : cette décision se révèlera la plus catastrophique jamais prise par IBM, qui — sans tout de suite le comprendre — abandonne ainsi de facto la continuité du standard à Compaq et aux clones[12]. La page où IBM menait la danse avec 21 % du marché de l'ordinateur personnel est désormais tournée.

En revanche, la filière du Système 38 devenu AS/400 (machine de milieu de gamme introduite en ) est gérée sans la moindre faute : cette machine au début secondaire, qui succède au système 38 et s'inspire donc du projet FS, sera à la fin des années Akers devenue un formidable succès avec plus de 600 000 exemplaires mis en service, dont la moitié par des entreprises ne possédant pas de service informatique en propre.

Cela ne compense pas le manque à gagner sur le PC et les mainframes, et IBM connaît alors le premier déficit financier de son histoire.

En 1991, IBM vend Lexmark et fonde IBM Global Services. L’entreprise devient fortement déficitaire en 1991. En 1992, la première ébauche de smartphone, l'IBM Simon, est conçue par IBM.

En 1993, IBM enregistre la plus grosse perte de son histoire : 8 milliards $[13]. À la suite de ces pertes, IBM réagit et les années suivantes lance un emprunt à cent ans (totalement souscrit par le public en quelques jours)[réf. nécessaire] et vend une bonne partie de son patrimoine immobilier. Le plan produit a également été drastiquement nettoyé : des milliers de produits sont abandonnés ou revendus (Lexmark est l’ancienne division imprimantes d’IBM), et le développement du système d’exploitation OS/2, concurrent de Windows, est arrêté. C'est aussi le moment choisi pour revoir toute l'organisation commerciale. La volonté de pouvoir répondre de manière globale et unifiée aux demandes émanant des grands clients internationaux. C'est encore à ce moment qu'IBM se lance de manière très volontariste dans les activités de services avec en particulier les débuts de l'infogérance. Le développement de ces activités de services a notamment permis de recycler une partie des employés dont les postes avaient été supprimés à la suite de la réorganisation.

En 1994, IBM commercialise l'IBM Simon. En 1995, IBM rachète Lotus Software pour 3,5 milliards de dollars. En 1996, IBM rachète Tivoli Systems pour un montant de 750 millions de dollars.

Depuis 2000[modifier | modifier le code]

Dans les années 2000, Sam Palmisano poursuit le développement d’IBM vers les services et son désengagement des lignes de produit technologiques. De plus, IBM s'engage de plus en plus fortement sur Linux et le fait savoir. Le fait de ne plus développer de système « propriétaire » non seulement diminue les coûts, mais entend marquer la nouvelle politique d'ouverture.

En 2001, IBM acquiert la division bases de données d'Informix Software pour un montant de 1 milliard de dollars.

IBM a développé en premier (2001) le concept d’e-business on demand qui peut se définir comme étant la mobilisation des ressources informatiques en fonction de l’intensité de l’activité de l’entreprise cliente. La facturation se fait alors en fonction exacte de la consommation, comme pour de l’électricité. Ce concept, lié à celui de grid computing, cherche plus à créer le besoin qu’à répondre à une attente précise auprès des grands groupes. En bonne santé financière et donc capable de supporter le financement de ce genre d’opération, IBM met ainsi la pression sur ses concurrents, selon une stratégie qui n’est pas sans rappeler le programme militaire Strategic Defense Initiative (SDI), surnommé « Guerre des Étoiles », de l'administration Reagan et qui avait pour but de saturer par réaction la recherche militaire des Soviétiques et donc de lui retirer toute capacité d’initiative.

En 2002, après avoir jeté les bases de Millipede, IBM invoque des problèmes de qualité ponctuels sur sa ligne de disques Deskstar pour céder cette activité à Hitachi. En , IBM achète la branche consulting de PricewaterhouseCoopers pour 3,5 milliards de dollars[14] et met ainsi un point d’orgue à sa stratégie de diversification dans les services : avec cette acquisition, IBM devient numéro un mondial en effectifs, devant Accenture.

En 2003, IBM achète Rational pour 2,1 milliards de dollars.

Le , le fabricant de PC chinois Lenovo rachète pour 1,25 milliard de dollars la branche PC d’IBM et devient ainsi le troisième constructeur d’ordinateurs individuels au monde (après Dell et Hewlett-Packard). Après les disques durs, c’est un autre fleuron matériel de Big Blue qui est vendu. Depuis 1991, la stratégie apparente d’IBM en matière de cession d’activité est de vendre quand l’avantage technologique est en passe de ne plus être suffisant pour justifier des prix supérieurs à ceux des concurrents. En 2005, IBM acquiert l’entreprise SPSS pour 1,2 milliard de dollars et Ascential Software Corporation.

En 2004, IBM a ouvert les spécifications de l’architecture PowerPC et invité tous les fondeurs à y prendre part ; le but est de contester à Intel l'hégémonie dans le domaine de la micro-informatique avec son architecture x86. En , IBM annonce des résultats en deçà des objectifs, ce qui provoque un coup de tonnerre sur les places financières et amène de nombreuses questions sur la pertinence de la stratégie « plus de services, moins de technologie » de Palmisano. Fin , IBM perd le marché des ordinateurs Apple : à partir de 2006, ceux-ci seront équipés de processeurs Intel. Parallèlement, lors de l'E3, il devient officiel que c'est IBM qui équipera Microsoft, Nintendo et Sony en processeurs Cell (déclinaison du POWER4 équipée de plusieurs processeurs multimédia intégrés) pour l'intégralité de leur nouvelle génération de consoles.

En 2006, IBM rachète Filesnet et ISS. En 2008, IBM achète Cognos pour 5 milliards de dollars, et Diligent Technologies (stockage et déduplication)[15].

En 2009, IBM achète ILOG, SPSS, Guardium et Lombardi. En 2009, le projet Blue Insight migre 140 000 utilisateurs vers le nuage privé d'IBM[16] : IBM estime avoir baissé ses coûts de configuration ou de suivi d'exploitation de 50 % et ses défauts logiciels de 30 %.

En 2010, IBM achète Sterling Commerce à AT&T pour 1,4 milliard de dollars, BigFix (en), OpenPages (en), Unica (en) et Netezza (en).

En 2011, IBM dévoile son programme d’intelligence artificielle Watson à Jeopardy! et rachète i2 Limited, Algorithmics Inc. (en)[17] et Cúram Software (en)[18].

En , IBM vend une partie de la branche serveur, à Lenovo pour 2,3 milliards de dollars, IBM gardant les activités serveur à haute valeur ajoutée[19]. En , IBM accepte de payer 1,6 milliard de dollars à GlobalFoundries, pour se défaire de sa filiale déficitaire dans les semi-conducteurs[20]. La décision prend effet le .

En fin d'année 2014, IBM annonce le renouvellement ou la signature de contrats d'infogérance importants avec ABN Amro, WPP et Lufthansa, le premier se montant à plusieurs milliards de dollars[21] et les deux derniers ayant chacun une valeur de 1,25 milliard de dollars[22].

En , IBM acquiert l'entreprise d'imagerie médicale Merge Healthcare pour 1 milliard de dollars, dans le but de renforcer ses activités Watson Health, fondée la même année[23]. En , IBM acquiert les activités numériques de Weather Company, qui possède par ailleurs The Weather Channel, pour un montant estimé à 2 milliards de dollars[24]. En , IBM continue ses acquisitions et rachète Ustream, spécialisée dans la vidéo en direct[25]. En , IBM acquiert Truven Health Analytics, une entreprise spécialisée dans les bases de données médicales, pour 2,6 milliards de dollars. IBM intègrera cette acquisition dans IBM Watson Health, sa branche spécialisée dans la base de données médicale, créée en [26].

En , IBM Japon sponsorise en association avec la licence Sword Art Online, le vrmmo-project[27], un projet expérimental de réalité virtuelle dans le domaine vidéo-ludique portant le nom de Sword Art Online : The Beginning, débutant en .

Le Google, Facebook, IBM, Microsoft et Amazon officialisent dans un communiqué commun la création du « Partnership on Artificial Intelligence to Benefit People and Society » (« partenariat pour l’intelligence artificielle au bénéfice des citoyens et de la société »). Ce partenariat prendra la forme d’une organisation à but non lucratif, qui « mènera des recherches, recommandera de bonnes pratiques, et publiera les résultats de ses recherches sous une licence ouverte »[28].

Fin , IBM annonce le rachat de Red Hat pour 34 milliards de dollars[29]. En , les autorités européennes donnent leur feu vert et officialisent ce rachat[30]. Le CEO de Red Hat Jim Whitehurst (en) devient président d'IBM trois mois plus tard, étant même pressenti pour devenir le prochain CEO. Il démissionne le [31].

En 2019, IBM organise le concours international Call for Code et encourage les développeurs à inventer de nouvelles technologies susceptibles d'aider après des catastrophes comme l'incendie de Notre-Dame[32],[33].

Le , IBM annonce renoncer au développement et à la vente des systèmes de reconnaissance faciale. IBM regrette que les forces de l'ordre utilisent des outils qui ne sont pas fiables à 100 %. De nombreuses études ont en effet montré que la reconnaissance faciale présentait des biais liés à l'âge, au genre et à la couleur du visage présenté[34].

En , IBM annonce son intention de scinder à l'horizon 2021 ses activités dédiées aux services d'infrastructure numérique, regroupant 90 000 employés sur les 352 000 que compte IBM et 19 milliards de chiffre d'affaires[35],[36].Ainsi est créée en 2021 l'entreprise Kyndryl qui est issue de la scission des services d'infrastructure d'IBM. Kyndryl est cotée à la bourse de New York sous le symbole KD depuis le [37].

Le bilan de l'année 2020 affiche un chiffre d’affaires en recul de 4 % à 73,6 milliards de dollars et un bénéfice net en baisse de 32 % à 7,8 milliards de dollars. C'est la huitième année de déclin[38].

En , IBM annonce vouloir atteindre la neutralité carbone d'ici 2030. Cet objectif doit être réalisé en réduisant les émissions de gaz à effet de serre de 65 % d'ici 2025[39].

En , IBM annonce l'acquisition de Turbonomic pour 1,5 milliard de dollars[40].

Jim Whitehurst démissionne le de son poste de président[41],[31]. La nouvelle fait chuter le titre d'IBM de 4 % en bourse, introduisant des doutes quant au succès du rapprochement de la culture des deux entreprises après le rachat de Red Hat par IBM. Whitehurst était en effet pressenti pour devenir le prochain CEO[42].

Activités[modifier | modifier le code]

IBM était autrefois très centrée sur la conception et la commercialisation de matériels informatiques et en particulier d'ordinateurs centraux (souvent appelés mainframes) auxquels son image est longtemps restée associée. IBM a en effet eu un rôle décisif dans leur développement et leur utilisation par la plupart des grandes organisations publiques ou privées.

En 2015, la contribution au bénéfice des différentes activités se décompose comme suit :

  • Matériels = 13 %
  • Activités de financement = 4 %
  • Logiciels = 23 %
  • Services = 60 %.

Les services représentent désormais un peu plus de la moitié du chiffre d’affaires. Ceci témoigne de la profonde transformation opérée par IBM depuis les années 1990.

Depuis 2002 et l'acquisition de la branche conseil de PricewaterhouseCoopers, IBM est devenu la première entité de conseil dans le monde entier.

Matériel[modifier | modifier le code]

Disques IBM2314 et perforateur de cartes 2540 (vers 1968).

L’histoire de la division Matériel d’IBM commence en 1886 lorsque Docteur Herman Hollerith mène les premiers tests de son système de tabulation en enregistrant et calculant des statistiques vitales destinées au département de santé de Baltimore au Maryland. Depuis cette date, IBM n’a eu de cesse d’innover dans le domaine du matériel : processeurs, serveurs, réseaux et solutions de calcul et de stockage. Aujourd’hui, la division Matériel d’IBM (appelée Systems & Technology Group) propose une offre complète de matériels professionnels, destinés à satisfaire tous les besoins informatiques, de la TPE à l’entreprise du CAC 40. La stratégie de la division est de construire pour ses clients une infrastructure dynamique, qui s’adapte à leurs besoins métiers. La mission de la division Matériels d’IBM couvre tous les aspects du cycle de vie des matériels informatiques, depuis la vente des composants et systèmes jusqu’au recyclage de ces systèmes en passant par l’intégration et le déploiement.

La gamme de produits de la division Matériel d’IBM se décompose en 6 grandes familles :

  • System z (grands systèmes ou mainframes) : ligne de produits adaptée pour la continuité des affaires, l’optimisation de la charge de travail (workload) et l’intégration de processus d’entreprise.
  • Power Systems est la famille de serveurs basés sur des processeurs RISC construits par IBM. Les plus grands clients du CAC40 utilisent tous les Serveurs Power pour de nombreuses applications-métier critiques. On les retrouve aussi bien dans les consoles de jeux que dans les plus puissants super-calculateurs. La technologie actuelle est basée sur les processeurs POWER9. Les futurs processeurs POWER10, avec une finesse de gravure de 7 nm, ont été annoncés à la conférence Hot Chips d'. Les systèmes d'exploitations AIX, IBM i et Linux peuvent tirer le meilleur parti des processeurs POWER grâce à la virtualisation native PowerVM.
  • Stockage : IBM offre un ensemble de prestations matériels (disques, bandes, réseaux) et logiciels pour maitriser la forte croissance des données des entreprises.
  • Terminaux point de vente et bornes libre service : IBM est aujourd’hui le numéro un mondial des terminaux points de vente vendus et de parcs installés dans le monde.
  • Offres réseaux : IBM commercialise aussi du matériel de connexion réseau, adapté à l’évolution de l’infrastructure des entreprises.

Principales contributions :

  • Dans les années 1960, introduction de la machine à écrire Selectric, la première machine à écrire à boule.
  • Construction et maintenance de mainframes et de gros serveurs (qui possèdent nettement plus de RAM et d’espace de stockage que les ordinateurs grand public).
  • 47 % de la recherche et développement d’IBM est consacrée au matériel.
  • Fabrication de disques durs. Technologie inventée par IBM en 1956. Cette activité a cependant été cédée à Hitachi en 2002 quand IBM s’est intéressée à millipede.
  • Recherche en nanotechnologie (entre autres : millipede).
  • IBM est l’un des deux architectes et fondeurs, et le promoteur principal, des processeurs Power utilisés dans la série Power Systems d’IBM (UNIX et i5), dans les anciens Macintosh d’Apple (gamme PowerPC) et en informatique embarquée. En 2005, Apple annonça son intention de migrer à des processeurs x86 au moment même où IBM annonçait son nouveau processeur, nommé CELL, conçu pour la console de jeu PlayStation 3. Auparavant, la société avait déjà fourni des variantes de son architecture PowerPC pour les consoles de Microsoft (Xbox 360) et Nintendo (Game Cube et Wii).
  • Concepteur et assembleur du Roadrunner, l’ordinateur le plus rapide au monde (en date du ).
  • Fabrication de semi-conducteurs (puces électroniques) avec notamment un service de fonderie pour des sociétés fabless de semi-conducteurs.
  • En 2005, IBM Microelectronics pointe à la 19e place des 20 plus grands fabricants de semi-conducteurs (sans tenir compte de son service de fonderie).[réf. souhaitée]
  • IBM a introduit en CloudBurst 1.1, premier système de Cloud Computing intégré prêt à l’emploi, à base de BladeCenter destiné aux environnements de développement et de test.

Logiciels[modifier | modifier le code]

Un bâtiment IBM de R&D à Haïfa en Israël.

Avec un chiffre d’affaires mondial de 22,089 milliards de $ et 21 % de parts de marché en 2008, la branche logicielle d’IBM (IBM Software Group) est le premier fournisseur de solutions logicielles d’infrastructure.

La branche logicielle d’IBM dans le monde, c’est :

  • 50 000 professionnels, dont 26 000 développeurs, 17 000 ingénieurs commerciaux et ingénieurs avant-vente.
  • Une part de 40 % des 5 896 brevets déposés par IBM aux États-Unis en 2010[43].
  • Un total de 80 laboratoires de R&D et de plus de 40 centres d'innovation.
  • Une représentation dans plus de 170 pays.
  • Un écosystème de plus de 100 000 partenaires.

Depuis sa création en 1995, IBM Software Group construit une gamme complète de logiciels d’infrastructure ouverts, évolutifs, interconnectables et adaptés aux problématiques sectorielles[44].

Le portefeuille de technologies logicielles s'articule autour de cinq marques :

  • Information Management, pour la gestion de l’information à la demande, propose des solutions intégrées dans les domaines du décisionnel, de l’ILM (Information Life cycle management) et du MDM (master data management).
  • Lotus, première marque historique d'IBM Software, vend des prestations de communication et de collaboration unifiées ainsi que des prestations de portail d'entreprise.
  • Rational Rose répond aux problématiques de développements, de tests logiciels, de gouvernance de projets.
  • Tivoli, pour l’administration des systèmes d’information, fournit des solutions intégrées pour améliorer la qualité de service et les performances de l'infrastructure et des applications.
  • WebSphere, pour la gestion et l’intégration des applications, propose des solutions intégrées autour de l’ESB (Enterprise Service Bus) et du BPM (Business Process Management ou pilotage des processus métier) pour mettre en œuvre des architectures orientées services (SOA).

Par ailleurs, IBM Software Group vend des prestations de PLM (Product Lifecycle Management) en partenariat avec Dassault Systèmes. Les solutions CATIA, ENOVIA, SMARTEAM permettent de concevoir, analyser et gérer les produits tout au long de leur cycle de vie, de leur conception à leur retrait du marché.

Dans le cadre de sa nouvelle orientation vers le cloud computing, IBM a racheté la société SoftLayer, pour son offre IaaS, et a lancé l'offre Bluemix pour son offre PaaS. L'entreprise propose aussi un BRMS appelé ODM.

Principales contributions :

  • Bases de données (Edgar F. Codd pour les bases de données relationnelles en 1970) ;
  • Construite autour du noyau des bases de données (DB2), la branche Logiciels (Software Group en jargon interne) a été principalement constituée par croissance externe. Ses produits, peu connus du grand public (Tivoli, Websphere, Lotus, DB2, Rational) mais appréciés des professionnels, sont soit des « couches » intermédiaires (middleware) entre les logiciels applicatifs (Microsoft Office, SAP…) et les systèmes d’exploitation, soit des « suites professionnelles » visant le marché de la R&D (Rational Software) ;
  • Le système d'exploitation de type UNIX AIX développé à partir de 1986 avec la contribution de Bull.

En 2012, l'activité logicielle a généré près de 11 milliards de dollars de bénéfices avant impôts, un résultat multiplié par trois en dix ans[45].

Services[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La branche services (IBM Global Services ou IGS) représente la moitié du chiffre d’affaires d’IBM en 2008, mais l’essentiel de la marge opérationnelle provient encore du matériel et du logiciel, sur lesquels IBM dispose de positions dominantes discrètes mais fructueuses.

IBM Global Services couvre deux grands domaines d'activité :

  • Le conseil métier Global Business Services ou GBS qui intervient sur les couches organisationnelles et les systèmes d’information de l’entreprise pour en améliorer l’efficacité opérationnelle,
  • les services pour les infrastructures informatiques Global Technology Services ou GTS qui regroupe un ensemble d’offres de services à forte valeur ajoutée permettant d’accompagner les entreprises dans leur transformation et de répondre à leurs nouveaux enjeux mondiaux.

GTS se différencie sur quatre segments d'activités principaux :

  • Les services portant sur les infrastructures informatiques Integrated Technology Services ou ITS : ensemble de services d’infrastructure aidant les entreprises à optimiser et tirer pleinement parti de leurs infrastructures informatiques.
  • Les services de maintenance Maintenance and Technical Support Services ou MTS : maintenance matériel et logiciel informatique avec actions préventives et correctives pour assurer une disponibilité optimale du matériel informatique par une approche multi-constructeur.
  • Les services d’infogérance Strategic Outsourcing ou SO, qui propose des solutions d’externalisation de la fonction Informatique (IT outsourcing) comme l’hébergement de serveurs intranet et extranet, la gestion de la sécurité, du stockage et des sauvegardes, ou encore l’externalisation d’applications de messageries ou de progiciels de gestion intégrés.
  • Les services de transformation des processus métier Managed Business Process Services ou MBPS : marché émergeant d’externalisation des processus métiers de ressources humaines ou de back office, comme la comptabilité, la paie ou les achats de commodités.

La stratégie d’IBM dans les services est de s'implanter sur les marchés de services de masse en s’affranchissant de toute connotation technologique. IBM Global Business Services s’appuie sur la notoriété de la marque — qui dispose d’un fort capital de confiance — et sur la puissance de feu de son organisation pour faire valoir sa position de leader sur le marché des services informatiques[46] : dotée du capital technologique et intellectuel pour répondre à ses propres besoins informatiques internes pour gérer ses 300 000 employés dans le monde, IBM peut et sait gérer les besoins informatiques de toute entreprise quelle que soit sa taille.

Plus de 42 % des 380 000 employés d’IBM sont désormais mobiles et gèrent quand, où et comment ils font leur travail[47].

Communautés[modifier | modifier le code]

En 2001, IBM a lancé la fondation Eclipse chargée du développement de technologies open source.

En 2007, IBM a mis en place le projet de modèle d’entreprise collaborative BlueIQ ayant comme public cible les 16 000 commerciaux n’ayant pas l’habitude de partager leurs informations et leurs contacts. En raison du succès rapide, le programme a été étendu à 400 000 collaborateurs IBM supplémentaires[48]. L’équipe BlueIQ composée de huit collaborateurs a identifié 20 taches récurrentes à accomplir à l’aide des réseaux sociaux. Ensuite, elle a créé une communauté de 1 600 membres volontaires provenant de 50 pays pour promouvoir le réseau social d'entreprise[49].

En , IBM a développé le réseau social du site developerWorks avec Lotus Connections[50]. En 2011, il réunit 600 000 profils, totalise 4 millions de visiteurs uniques par mois qui ont accès à une bibliothèque de 30 000 articles, podcasts et tutoriels[51]. D’après sa directrice Alice Chou, « My developerWorks permet aux entreprises, aux start-ups et aux partenaires de collaborer. De plus, la plateforme permet à IBM d’économiser d’environ 100 millions de dollars par an en matière d’assistance aux utilisateurs. » IBM souhaite créer un système d’attribution de récompenses par le développement de la notoriété afin de soutenir la communauté developerWorks ; cette dernière devant suivre les règles IBM de conduite des affaires[52] et de social computing (en)[53].

Au niveau mondial, IBM anime une communauté de 100 000 partenaires qui génèrent près de 35 % de son chiffre d’affaires[54] ; 60 000 d’entre eux sont également éditeurs de logiciels[55].

IBM a développé trois niveaux de partenariat pour commercialiser ses offres matérielles, logicielles et de services[56] :

  • Business Partner Member (engagement minimal et gratuit sous condition d'accepter les termes du contrat PartnerWorld) ;
  • 7 800 Business Partner Advanced[57] (engagement à entretenir avec IBM une relation commerciale fructueuse qui donne l'accès aux rapports de veille stratégique d'IBM, à l'aide au financement d'événements et aux feuilles de route pour le développement de produits) ;
  • 7 300 Business Partner Premier (collaboration active avec IBM dans le but de proposer des solutions innovantes qui engendre la désignation d'un responsable chargé de la gestion de leur relation avec IBM).

Depuis , IBM a mis en place trois nouveaux labels sectoriels pour ses partenaires[58]. Par ailleurs, IBM organise son offre Logiciel en tant que service dans le cadre du Club Alliances[59]. Loic Simon estime que « 20 % des 500 plus grosses entreprises mondiales non-informatiques vont devenir des fournisseurs de services de cloud d'ici 2015 ».

Financement[modifier | modifier le code]

Numéro 1 mondial du financement informatique, IBM Global Financing (IGF) bénéficie de 30 années d'expérience dans le financement de projets informatiques et solutions métiers. IGF est présent dans 50 pays et compte plus de 125 000 clients.

IGF propose :

  • une palette d'offres de financement adaptées aux besoins des PME/PMI comme à ceux des grandes entreprises ;
  • des prestations de financement informatique incluant des matériels, des logiciels et / ou des prestations de services, fournis par IBM ou par d’autres prestataires ;
  • un savoir-faire dans la gestion du cycle de vie complet des matériels en location: reconditionnement, recyclage et effacement des données, mise au rebut du matériel selon les normes environnementales.

En 2009, IBM s’est associé à OSEO, établissement public qui soutient la croissance et l’innovation des entreprises. Ce partenariat permet à IBM de renforcer son aide aux PME en temps de crise en s’appuyant sur l’expertise d’OSEO en termes de financement des entreprises. Il s’inscrit dans le programme mondial de financement d’IBM qui a décidé en de débloquer 1,5 milliard d’euros pour stimuler les projets d’investissement informatique des entreprises en Europe. Le groupe IBM devient l’une des premières entreprises du secteur industriel français à être agréée par OSEO pour la garantie des financements octroyés.

Réseau IBM en France[modifier | modifier le code]

La division française d’IBM a été créée dès 1914[60] sous l'appellation de « Société Internationale de Machines Commerciales (SIMC) »[61] avant de prendre la dénomination d'IBM France en 1948[60]. Elle a compté plus de 30 000 salariés dans les années 1990, avant de perdre chaque année entre 800 et 1 000 employés[62]. IBM France comptait ainsi 26 000 employés en 1998, puis 11 000 employés en 2011, dont 91 % de cadres, et moins de 7 000 salariés en 2016[63]. IBM est implanté sur 19 sites en France[64], dont Nantes, Toulouse et Rennes. IBM France évalue son écosystème de près de 40 000 personnes comprenant 1 500 sous-traitants et 3 000 PME[65]. Depuis , le nouveau siège social d'IBM France accueille 4 000 collaborateurs dans un bâtiment HQE (haute qualité environnementale) situé avenue de l'Europe à Bois-Colombes, dans le quartier de Bécon-les-Bruyères, à quelques kilomètres de Paris.

En , le directeur Nicolas Sekkaki est nommé chez CMA CGM[66], et c'est Béatrice Kosowski qui le remplace[67].

En , IBM France annonce son intention de mettre en œuvre un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) dans le cadre d'une restructuration mondiale. Ce PSE devrait être officiellement présenté le et pourrait concerner un quart des postes de l'entreprise sur le territoire français[68].

Recherche et développement[modifier | modifier le code]

En , Louis Gerstner annonce qu’IBM va investir 1 milliard de dollars dans Linux[69].

IBM a délivré 500 brevets pour la communauté open source en 2005[70]. En 2005, IBM a déposé 2 941 brevets.

En 2011, 6 186 brevets ont été déposés par IBM Research.

De 1993 à 2012, IBM a enregistré plus de 67 000 brevets déposés aux États-Unis. IBM y reste le premier « inventeur » depuis 20 ans avec 6 478 brevets déposés en 2012[71].

Arrivé au sixième rang des entreprises contributrices au noyau Linux, IBM a annoncé en son projet d'investir à nouveau 1 milliard de dollars dans les technologies Linux et open source pour ses serveurs Power Systems[72] sur les quatre à cinq prochaines années[73].

En IBM annonce un investissement de 3 milliards de dollars pour repousser les limites technologiques rencontrées actuellement par les puces en silicium[74] : circuits de calcul quantique, nanotubes de carbone, nouvelles technologies de mémoire, ou puces photoniques sur silicium sont abordées parmi les nouvelles pistes de réflexion.

Principaux apports[modifier | modifier le code]

Culture d’entreprise[modifier | modifier le code]

IBM est probablement l'une des structures qui a développé le plus fortement et précocement le principe de culture d'entreprise[77]. Durant la majeure partie du XXe siècle, l'uniforme, constitué d'un costume bleu, d'une chemise blanche et d'une cravate foncée, y était de rigueur pour les représentants commerciaux[78]. Ces codes ont commencé à s'assouplir à la fin des années 1970, puis l'ont été considérablement dans les années 1990. À ses débuts, IBM faisait aussi chanter à ses salariés des hymnes à la gloire de l'entreprise[79],[80]. De nos jours, l'habillement et l'attitude de ses employés ne diffèrent pas particulièrement de ceux d'autres grandes entreprises.

Présidence de la société[modifier | modifier le code]

IBM a été dirigée depuis sa création par neuf P-DG qui ont chacun durablement marqué la Compagnie :

[modifier | modifier le code]

Le logo actuel (les 2 versions en 8 et 13 barres), ainsi que le précédent ont été créés par le graphiste Paul Rand[87],[88].

Dans les années 1980, les caractéristiques du logo d'Apple semblaient se moquer gentiment de celui d'IBM, présenté comme son principal « concurrent » à l'époque.

Le bleu officiel du logo est CMYK : C75 M43 Y0 K0, RGB : R75 G107 B175, WEB : #006699[89].

Un logo informel d'IBM conçu par le designer Paul Rand circule dans la Compagnie depuis les années 1990 sous forme de fond d'écran et de pin's : un œil, une abeille, et la lettre M (eye, bee, M).

Principaux actionnaires[modifier | modifier le code]

Au [90] :

Capital Research & Management 8,45 %
The Vanguard Group 7,93 %
SSgA (en) Funds Management 5,79 %
BlackRock Fund Advisors 2,14 %
Geode Capital Management (en) 1,60 %
Charles Schwab Investment Management 1,50 %
Northern Trust Investments (Investment Management) 1,16 %
Brandes Investment Partners 1,15 %
Marsico Capital Management 1,05 %
Norges Bank Investment Management 0,99 %

Résultats financiers[modifier | modifier le code]

En 2004, IBM a réalisé, d'après son rapport annuel, un chiffre d’affaires d'un peu plus de 96 milliards de dollars. L'entreprise disposait alors d'une force de travail de 330 000 personnes réparties dans 75 pays. D'après le même rapport, la Russie, l'Inde, la Chine et le Brésil ont constitué ses principaux moteurs de croissance.

En 2006, IBM dans son rapport annuel [4] annonce 91,4 milliards de dollars de chiffre d’affaires pour un bénéfice de 9,4 milliards de dollars. Les systèmes (hardware) représentent 23 % des bénéfices avant impôts, les services 37 % et les logiciels 40 %. IBM est présent dans 170 pays dont 25 % dans la zone Europe/Moyen-Orient/Afrique, 30 % dans la zone Asie/Pacifique et 45 % dans la zone Amériques. Les augmentations de bénéfices les plus marquantes concernent la Chine (+16 %), le Brésil (+19 %), la Russie (+21 %) et l'Inde (+38 %).

De 2002 à 2007, les investissements d'IBM ont débouché sur des économies cumulées de 4,1 milliards de dollars dans le cadre de la transformation de ses propres centres informatiques.

En 2009, le chiffre d’affaires était de 95,76 milliards de dollars et les bénéfices de 13,43 milliards de dollars[91].

Cette multinationale américaine fait partie des entreprises cotées au Dow Jones Industrial Average. Elle est également, ce qui est moins connu, présente dans le NASDAQ.

Fin 2011, et pour la première fois depuis quinze ans, IBM dépasse Microsoft en capitalisation boursière[92] avec 161 milliards d'euros, validant sa stratégie de réorientation vers les services entamée dès 2005.

Mais, depuis, IBM ne cesse de reculer. Fin 2014, l'entreprise a enregistré son 11e trimestre consécutif dans le rouge[Quoi ?].[réf. nécessaire] Selon Forbes, IBM s'apprêterait à licencier près de 112 000 de ses salariés, principalement aux États-Unis[93],[94], une rumeur démentie par IBM[95] qui parle d'une diminution d'effectif beaucoup moins importante. Une autre source indique que le nombre de licenciements pourrait être de 11 000 à 12 000 en 2015[96].

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Selon le Center for Responsive Politics, les dépenses de lobbying d'IBM aux États-Unis s'élèvent en 2017 à 5 310 000 dollars[97].

Auprès des institutions de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

IBM est inscrit depuis 2009 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne, et déclare en 2017 pour cette activité des dépenses annuelles d'un montant compris entre 1 750 000 et 2 000 000 euros[98].

En France[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2017, IBM déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 200 000 euros[99].

Mises en cause et controverses[modifier | modifier le code]

IBM et le régime nazi[modifier | modifier le code]

Dès 1934 la filiale allemande d'IBM, Dehomag (pour « DEutsche HOllerith MAschinen Gesellschaft ») fournit au régime nazi des machines mécanographiques de poinçonnage de cartes perforées qui servent au réarmement, à la gestion de la force de travail des prisonniers politiques et aux nombreux recensements de la population allemande dès 1933[100], ce qui fit de Dehomag la filiale d'IBM la plus profitable à la fin des années 1930. En parallèle, ces mêmes machines servirent au décompte de la population juive dans les ghettos et les camps de concentration durant la Seconde Guerre mondiale. Ce sont aussi ces recensements efficaces, contenant des données ethniques et religieuses, qui permirent aux nazis de se saisir rapidement et presque totalement des populations de Juifs et de Roms en Allemagne et, avec une efficacité plus variable, dans les autres pays sous domination allemande.

Edwin Black, dans son livre intitulé IBM et l'holocauste publié d'abord en anglais en 2001 puis en français la même année, démontre que le système informatique vendu par la corporation IBM (surtout la machine Hollerith) et les cartes perforées imprimées aux États-Unis expliquent en grande partie l'efficacité du recensement des Juifs et des Roms sous le Troisième Reich ce qui donna à ces machines IBM, ainsi qu'aux experts qui les faisaient fonctionner, un rôle essentiel dans la Shoah.

Parmi les différents éléments de la démonstration figure l'écart significatif entre la mortalité des Juifs de France et de Hollande, 25 % contre 73 % : pour la France on observe une différence significative entre le nombre de Juifs français effectivement déportés, environ 85 000, et le quota initial fixé à 100 000, sur un total situé entre 300 000 et 350 000, avec un effet inverse en Hollande. En effet, René Carmille, chef du service national de statistiques, et en fait un résistant, manipula les fiches des machines Hollerith de façon à les rendre inutilisables (ce qui le conduisit lui-même à Dachau où il mourut en 1944), alors qu'en Hollande le système, servi par des fonctionnaires zélés tel Jacobus Lambertus Lentz (en), fonctionna parfaitement et permit même aux nazis de revoir à la hausse le quota initial de Juifs hollandais déportés.

Par ailleurs, ce livre nous apprend aussi que pendant un temps le tatouage inscrit sur le bras des détenus à Auschwitz a correspondu à leur numéro d'identification dans le système mécanographique mis en place par IBM[101].

En tout état de cause, le dirigeant d'IBM, Thomas J. Watson, se révéla indifférent à l'aspect éthique des activités d'IBM sous le régime nazi, bien qu'il fût au courant des politiques ouvertement racistes de ce dernier.

À la suite de la parution très médiatisée du livre, IBM s'engagea à donner des explications, qui prirent la forme de démentis[102] s'appuyant sur la critique d'historiens accusant Edwin Black d'avoir recours à des méthodes d'investigation approximatives. Les travaux d'Edwin Black sur les liens, certes non causaux, d'IBM avec la Shoah ainsi que le Porajmos sont pourtant désormais reconnus, bien qu'encore discutés sur certains points.

Collaboration avec la NSA[modifier | modifier le code]

Le , le fonds de pension de la Louisiane, qui détient des actions dans l'entreprise, attaque IBM en justice au motif d'avoir collaboré avec la NSA dans le cadre du programme de surveillance PRISM[103]. Le Louisiana Sheriffs’ Pension & Relief Fund estime le manque à gagner d'IBM en Chine à 12 milliards depuis qu'Edward Snowden a rendu l'affaire publique. Une baisse de 40 % des ventes de matériel sur le marché chinois a été constatée lors du trimestre précédent, une baisse soudaine qui semble liée à la collaboration aux écoutes de la NSA. Il n'est toutefois pas encore prouvé que cette affaire soit la seule cause d'une telle chute des ventes.

Licenciements boursiers[modifier | modifier le code]

IBM est accusé de pratiquer régulièrement des licenciements boursiers. Ainsi, en 2005, IBM annonce la suppression de plus de 10 000 postes en Europe après avoir terminé l'année avec un bénéfice record de 8,4 milliards de dollars[104]. En 2013, IBM annonce cette fois, après avoir atteint un nouveau record de bénéfice net, en hausse de 5 %, un plan de licenciement mondial, avec 1 200 suppressions d'emploi en France[105].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.zonebourse.com/INTERNATIONAL-BUSINESS-MA-4828/fondamentaux/
  2. Les ordinateurs et périphériques IBM étaient disponibles de 1960 à 1990 en 6 couleurs : bleu, vert sombre, rouge, jaune, gris et noir. Pour des raisons non élucidées — peut-être le fait que cette couleur était majoritaire sur les dépliants marketing — plus de deux tiers des clients choisissaient le bleu.
  3. « Classement des capitalisations boursières européennes et américaines depuis 1975 » sur Vernimmen.net [1].
  4. Henry Ashby Turner, « IBM and the Holocaust: The Strategic Alliance between Nazi Germany and America's Most Powerful Corporation. ByEdwin Black. New York: Crown, 2001. 519 pp. Cloth, $27.50. », Business History Review, vol. 75, no 3,‎ , p. 636–639 (ISBN 0-609-60799-5, ISSN 0007-6805 et 2044-768X, DOI 10.2307/3116406, lire en ligne, consulté le )
  5. Henry Ashby Turner, « IBM and the Holocaust: The Strategic Alliance between Nazi Germany and America's Most Powerful Corporation. ByEdwin Black. New York: Crown, 2001. 519 pp. Cloth, $27.50. », Business History Review, vol. 75, no 3,‎ , p. 636–639 (ISBN 0-609-60799-5, ISSN 0007-6805 et 2044-768X, DOI 10.2307/3116406, lire en ligne, consulté le )
  6. Henry Ashby Turner, « IBM and the Holocaust: The Strategic Alliance between Nazi Germany and America's Most Powerful Corporation. ByEdwin Black. New York: Crown, 2001. 519 pp. Cloth, $27.50. », Business History Review, vol. 75, no 3,‎ , p. 636–639 (ISBN 0-609-60799-5, ISSN 0007-6805 et 2044-768X, DOI 10.2307/3116406, lire en ligne, consulté le )
  7. Henry Ashby Turner, « IBM and the Holocaust: The Strategic Alliance between Nazi Germany and America's Most Powerful Corporation. ByEdwin Black. New York: Crown, 2001. 519 pp. Cloth, $27.50. », Business History Review, vol. 75, no 3,‎ , p. 636–639 (ISBN 0-609-60799-5, ISSN 0007-6805 et 2044-768X, DOI 10.2307/3116406, lire en ligne, consulté le )
  8. Peter Wynn Kirby, « Toxic Town: IBM, Pollution, and Industrial Risks by Peter C. Little. New York: New York University Press, 2014. 264 pp. », American Anthropologist, vol. 118, no 1,‎ , p. 201–202 (ISSN 0002-7294, DOI 10.1111/aman.12473, lire en ligne, consulté le )
  9. Pierre Mounier, « IBM ou International Busa Machines ? De l’informatique aux humanités », dans Les humanités numériques : Une histoire critique, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Interventions », (ISBN 978-2-7351-2483-1, DOI 10.4000/books.editionsmsh.12033, lire en ligne), p. 21–43
  10. Le Dictionnaire Google donne comme définition : 1. unité centrale 2. processeur central. Il y a un article mainframe en italien. Le site Grand dictionnaire donne comme définition : « Ordinateur puissant offrant des possibilités et des ressources étendues, et auquel d'autres ordinateurs ou de nombreux terminaux peuvent être reliés. » [2], ce qui correspond à ordinateur central.
  11. IBM a 100 ans et un avenir rayonnant.
  12. (en) Jason Cohen, Silicon Cowboys, Documentaire produit par Zipper Bros Films, (lire en ligne)
  13. « Life science: Fade or flourish ? », Guy Lefever, Michele Pesanello, Heather Fraser & Lee Taurman, IBM Institute for business value, 2011, p. 2.
  14. « IBM rachète la branche conseil de PwC pour 3,5 milliards de dollars - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le )
  15. http://www-03.ibm.com/press/us/en/pressrelease/23929.wss.
  16. Le système est bâti sur les serveurs IBM de la gamme System Z et utilise la solution de business décisionnel Cognos rachetée pour 5 milliards de dollars en 2007.
  17. IBM achète I2 et Algorithmics.
  18. IBM étend son initiative Smarter Cities avec l’acquisition de Cúram Software.
  19. Paul Carsten et Soham Chatterjee, « Lenovo to buy IBM's low-end server unit for 2,3 billion $ », Reuters, .
  20. « IBM to pay Globalfoundries 1,5 billion $ to take chip unit off its hands: WSJ », Reuters, .
  21. « IBM passe un gros contrat avec ABN Amro », sur Le Figaro, .
  22. Eric Auchard, « IBM signs 1,25 billion $ WPP cloud deal and says more coming », Reuters, .
  23. Abhirup Roy et Ankur Banerjee, « IBM to buy Merge Healthcare in 1 billion $ deal », Reuters, .
  24. « IBM, looking to cloud, to buy Weather Company's digital assets », Reuters, .
  25. « IBM rachète le service de vidéos Ustream@ », Le Monde, .
  26. « IBM to acquire Truven Health Analytics for 2,6 billion $ », Reuters, .
  27. « Sword Art Online: The Beginning, un MMO en réalité virtuelle pour IBM », sur Canal Togo, .
  28. « Intelligence artificielle : les géants du Web lancent un partenariat sur l’éthique », Le Monde, .
  29. « IBM rachète Red Hat, le numéro un de l'« open source », pour 34 milliards de dollars », sur Les Echos,
  30. VERS UN FEU VERT INCONDITIONNEL DE L'UE AU RACHAT DE RED HAT PAR IBM, Easybourse, (consulté le sur le site de easybourse)
  31. a b et c (en) Steven J. Vaughan-Nichols, « With Whitehurst stepping down, where do IBM and Red Hat go from here? », sur ZDNet (consulté le )
  32. (en) Lynne Peskoe-Yang, « IBM and Linux Foundation Call on Developers to Make Natural Disasters Less Deadly », sur https://spectrum.ieee.org,
  33. (en) « Code for Notre Dame with IBM »,
  34. Julien Baldacchino, « Voilà pourquoi IBM arrête de développer la reconnaissance faciale », sur France Inter,
  35. Philippe Escande, « Arvind Krishna a la lourde tâche de tirer IBM du monde du sommeil profond », sur Le Monde,
  36. Munsif Vengattil, « IBM to break up 109-year old company to focus on cloud growth », sur Reuters,
  37. (en) « Kyndryl Completes Separation from IBM », (consulté le )
  38. Ridha Loukil, « Comment le patron d’IBM espère sortir son entreprise du marasme dès 2021 », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. « Atos et IBM s’engagent à atteindre la neutralité carbone », sur www.ictjournal.ch (consulté le )
  40. (en) Krystal Hu, « IBM to acquire software provider Turbonomic for over $1.5 billion », sur Reuters,
  41. « L'ancien CEO de Red Hat Jim Whitehurst quitte la présidence d'IBM - Le Monde Informatique », sur LeMondeInformatique (consulté le )
  42. « IBM : le départ soudain de Jim Whitehurst interroge sur le succès du rapprochement avec Red Hat », sur ChannelNews, (consulté le )
  43. IBM Software Smart Book, 2011, page 4.
  44. Des solutions logicielles adaptées à vos besoins.
  45. « IBM Connections 4.5 : analyser le collaboratif » par Maryse Gros, le .
  46. Classement Fortune 500.
  47. Corporate responsability report, 2008, page 4 et 16.
  48. (en) Creating a new kind of workplace at IBM.
  49. Erin Traudt et Richard Vancil, Livre blanc d’IDC : Comment entrer dans l’ère du Social Business : l’expérience d’IBM, , page 10.
  50. Site d’IBM developerWorks : la ressource des développeurs informatiques.
  51. Erin Traudt et Richard Vancil, Livre blanc d’IDC : Comment entrer dans l’ère du Social Business : l’expérience d’IBM, , page 5.
  52. (en) Règles IBM de conduite des affaires
  53. (en) IBM Social Computing Guidelines.
  54. (en) Citation de Rich Hume, General Manager, Global Business Partners.
  55. IBM Software Smart Book, 2011, page 5.
  56. IBM PartnerWorld, le réseau mondial des partenaires commerciaux.
  57. [PDF] (en) Partner Program Review: IBM PartnerWorld in 2011.
  58. Communiqué de presse sur http://www-03.ibm.com/press/fr/fr/pressrelease/33028.wss.
  59. Forum SaaS et Cloud IBM.
  60. a et b « IBM France », sur data.bnf.fr, Bibliothèque Nationale de France (consulté le )
  61. (en) Heide, Lars, 1950-, Punched-card systems and the early information explosion, 1880-1945, Baltimore (Md.), Johns Hopkins University Press, , 369 p. (ISBN 978-0-8018-9143-4 et 0801891434, OCLC 233697364, lire en ligne)
  62. « IBM dégraisse en Europe de l'Ouest », BFM Business, .
  63. « IBM France annonce 360 suppressions de postes », Le Parisien, .
  64. « IBM compte supprimer près de 700 emplois en France », Le Monde, .
  65. [PDF] IBM en France ().
  66. « CMA CGM recrute le président d'IBM France Nicolas Sekkaki - Le Monde Informatique », sur LeMondeInformatique (consulté le )
  67. « Béatrice Kosowski nommée directrice générale d'IBM France - Le Monde Informatique », sur LeMondeInformatique (consulté le )
  68. « IBM veut supprimer un quart de ses effectifs en France », sur Les Echos, (consulté le )
  69. (en) In 2000, IBM announced it would invest 1 billion $ in Linux. The commitment caught the attention of CEOs and CIOs all over the world. Today, Linux is the fastest-growing operating system in the world.
  70. (fr) Jaap Bloem & Menno van Doorn (trad. Audrey Vuillermier), Open for business, éd. VINT, 2007 (ISBN 978-90-75414-20-2), p. 38.
  71. IBM No 1 en dépôt de brevets aux États-Unis pour la 20e année consécutive.
  72. « IBM va investir un milliard de dollars dans Linux et l'open source pour Power Systems ».
  73. (en) « IBM Again Pledges 1 billion $ to a Linux Effort ».
  74. « IBM met 3 milliards de dollars sur la table pour explorer « l'après-silicium » », Journal du Net, .
  75. autocommutateur développé à IBM La Gaude, France.
  76. Le , IBM lançait une nouvelle machine, « l'IBM 5150 », une innovation qui allait donner un nouvel essor au marché des « ordinateurs personnels » vers le grand public.
  77. Les étapes d'une refondation.
  78. Big Lou - L'homme qui réinvente IBM est apparu sans cravate et en chemise bleu lavande (une entorse à la sacro-sainte tenue de l'IBMer, chemise blanche-costume sombre).
  79. History, IBM.
  80. History, IBM.
  81. Olivier Rafal, « Le PDG d’IBM a maintenu sa rémunération en 2008 », Le Monde informatique, [3], consulté le .
  82. « Ginni » Rometty, 54 ans, est entrée en 1981 chez IBM et a la charge des ventes, du marketing et de la stratégie.
  83. « Virginia Rometty, la directrice générale d'IBM, quitte son poste », sur Le Figaro,
  84. IBM Archives: International Business Machines (1924-1946).
  85. IBM Archives: IBM in transition (1947-1956).
  86. IBM Archives: IBM continuity (1956-1972).
  87. IBM Archives: IBM international recognition (1972-).
  88. IBM Logo History.
  89. ftp://ftp.software.ibm.com/ftp/lotusweb/certification/C4_Guidelines_V2.pdf.
  90. « INTERNATIONAL BUSINESS MACHINES CORPORATION : Actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le )
  91. https://www.forbes.com/lists/2010/18/global-2000-10_The-Global-2000_Prof.html.
  92. « IBM dépasse Microsoft en Bourse », Le Monde, .
  93. « Près de 112 000 employés d’IBM licenciés cette semaine ? », MacPlus, .
  94. « Next Week's Bloodbath At IBM Won't Fix The Real Problem », Forbes, .
  95. « IBM Dismisses Report of Massive Layoffs », WSJ.
  96. « Sources Say IBM Planning On Laying Off 12,000 Over Next Year », TechCrunch, .
  97. (en) « Opensecrets.org », sur le site du Center for Responsive Politics (consulté le )
  98. « Registre de transparence », sur le site de la Commission européenne (consulté le )
  99. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le )
  100. (en) IBM et l'holocauste.
  101. (en) IBM and Auschwitz.
  102. (en)http://www-03.ibm.com/press/us/en/pressrelease/828.wss.
  103. « IBM poursuivi pour avoir collaboré avec la NSA », silicon.fr, .
  104. « IBM Montpellier programme sa lutte », Libération, .
  105. « Plus d'un millier d'emplois menacés chez IBM », Ouest France, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]