Syracuse (New York)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la ville de l'État de New York nommée Syracuse. Pour les autres significations du nom Syracuse, voir Syracuse (homonymie).
Syracuse
Héraldique
Héraldique
Image illustrative de l'article Syracuse (New York)
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau de l'État de New York New York
Comté Onondaga
Type de localité City
Maire Matthew Driscoll (D)
Code ZIP 13235
Démographie
Population 145 306 hab. (2010)
Densité 2 188 hab./km2
Population aire urbaine 736 755 hab.
Géographie
Coordonnées 43° 02′ 49″ Nord, 76° 08′ 40″ Ouest
Superficie 6 640 ha = 66,4 km2
· dont terre 65 km2 (97,89 %)
· dont eau 1,4 km2 (2,11 %)
Fuseau horaire EST (UTC-5)
Divers
Fondation 1848
Devise « City of Champions »
Surnom « The Salt City »
Localisation
Carte du comté d'Onondaga
Carte du comté d'Onondaga

Géolocalisation sur la carte : New York

Voir sur la carte administrative de New York
City locator 14.svg
Syracuse

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Syracuse

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Syracuse
Liens
Site web http://www.syracuse.ny.us

La ville américaine de Syracuse est le siège du comté d'Onondaga, dans l’État de New York. D'après le recensement de 2010, la ville a une population totale de 145 306 habitants, et son agglomération compte 732 117 habitants. C'est le foyer économique et académique du centre de l'État de New York, une région de plus d'un million d'habitants. La ville doit son nom à la ville italienne du même nom, Syracuse, qui se trouve sur la côte est de la Sicile. Ce nom a été choisi en raison des points communs que partagent les deux lieux : une industrie salière importante et une ville voisine qui s'appelle Salina (c'est le nom d'une des îles Éoliennes près de la Sicile).

Histoire[modifier | modifier le code]

La région de Syracuse a été découverte par les Européens lorsque des missionnaires français y arrivèrent dans les années 1600. Un groupe de jésuites, de militaires, et de coureurs des bois (parmi lesquels Pierre-Esprit Radisson) établirent une mission sur la rive sud-ouest du lac Onondaga après y avoir été invités par les Onondagas, l'une des cinq tribus de la confédération des Iroquois.

Au terme de la Guerre d'indépendance des États-Unis, de nouveaux colons vinrent s'établir dans la région, attirés par le commerce avec les indiens Onondaga. Plusieurs salines furent découvertes dans les marécages de Syracuse, valant à la ville son surnom de Salt City. D'ailleurs le nom de cette colonie varia à plusieurs reprises : d'abord appelée Webster's Landing (1786), puis Bogardus Corners (1796), on l'appela Milan (1809), South Salina (1812), Cossits’ Corners (1814), et Corinth (1817) ; mais le Postal Service s'opposa à ce dernier nom, car il existait déjà un bureau de poste de nom de « Corinth » à New York. Le nom définitif fut adopté par analogie avec les salines entourant la ville sicilienne de Syracuse. En 1820, le village de Syracuse reçut le statut officiel de commune. Cinq ans plus tard, le Canal Érié reliait l'agglomération. En 1839, Syracuse annexa la petite ville voisine de Salina et obtint le statut de cité de l’État de New York.

Avec la croissance de l'industrie du sel, Syracuse devint l'un des foyers du mouvement abolitionniste. Le , on arrêta un esclave affranchi nommé Jerry, en application de la loi sur les esclaves en fuite. Le Liberty Party antiesclavagiste tenait à ce moment sa convention en ville : à l'annonce de cette arrestation, plusieurs centaines d’abolitionistes convergèrent vers la prison pour libérer le convict. Au cours de la Guerre de Sécession, Syracuse était l'une des villes d'étape pour le Chemin de fer clandestin.

L'industrie du sel se mit à decliner au terme de la Guerre de Sécession, mais elle fut relayée par de nouvelles activités industrielles. Parmi les entreprises qui s'établirent au cours de la Belle époque, il y a lieu de citer la Franklin Automobile Company, qui produisit les premiers moteurs à refroidissement à air, et Craftsman Workshops, fleuron du magnat de l'ameublement, Gustav Stickley.

Plusieurs immeubles historiques de Syracuse furent démolis dans les années 1950 et 1960, cependant qu'on construisait des musées et des locaux administratifs. La population connut un pic avec 221 000 habitants en 1950. Dans les années 1980, plusieurs immigrants venus d’Afrique et d’Amérique centrale s'établirent à Syracuse, sous les auspices de certaines fondations religieuses ; mais cet afflux de nouveaux citadins fut impuissant à enrayer l'hémorragie démographique vers la banlieue (dont la population, elle, est très stable).

La récession industrielle à Syracuse remonte aux années 1970. La faillite de plusieurs entreprises moyennes accéléra la hausse du chômage.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville a une superficie totale de 66,4 km². 65,0 km2 sont des terres et 1,4 km2 est de l'eau, soit 2,15 % d'eau (principalement le lac Onondaga).

Démographie[modifier | modifier le code]

Historique des recensements
Ann. Pop.  %±
1850 22 271
1860 28 119 26,3%
1870 43 051 53,1%
1880 51 792 20,3%
1890 88 143 70,2%
1900 108 374 23,0%
1910 137 249 26,6%
1920 171 717 25,1%
1930 209 326 21,9%
1940 205 967 −1,6%
1950 220 583 7,1%
1960 216 038 −2,1%
1970 197 208 −8,7%
1980 170 105 −13,7%
1990 163 855 −3,7%
2000 146 070 −10,9%
2010 145 170 −0,6%
Composition de la population en % (2010)[1],[2]
Groupe Syracuse Drapeau de l'État de New York New York Drapeau des États-Unis États-Unis
Blancs 56,0 65,8 72,4
Afro-américains 29,5 15,9 12,6
Autres 2,7 7,5 6,4
Asiatiques 5,5 7,3 4,8
Métis 5,2 3,0 2,9
Amérindiens 1,1 0,6 0,9
Total 100 100 100
Hispaniques et Latino-Américains 8,3 17,6 16,7

Selon l'American Community Survey pour la période 2010-2014, 81,78 % de la population âgée de plus de 5 ans déclare parler l'anglais à la maison, 6,16 % déclare parler l'espagnol, 1,58 % une langue chinoise, 1,43 une langue africaine, 0,86 % l'arabe, 0,85 % le vietnamien, 0,75 % le français, 0,54 % l'italien et 6,05 % une autre langue[3].

Religions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des évêques de Syracuse.

Syracuse est le siège d'un évêché catholique.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Syracuse a subi le contrecoup de la désindustrialisation dans les dernières décennies du XXe siècle, et le chômage n'a pas cessé d'augmenter. Le principal gisement d'emploi est aujourd'hui le secteur éducatif et les services. Le quartier de University Hill, tiré par la prospérité de l’université de Syracuse et d’Upstate Medical University (faculté de l’université d'État de New York) et des dizaines de cliniques, est le plus dynamique.

Principaux employeurs[modifier | modifier le code]

Les principaux employeurs du bassin de Syracuse, au 1er janvier 2008, sont selon l’effectif du personnel[4] :

Panorama depuis le nord-ouest, montrant le centre-ville (à gauche) et le Carrier Dome de l’université de Syracuse à droite.

Le groupe Bristol-Myers Squibb, fondée par un ancien étudiant de Hamilton College, possède un complexe de bureaux à East Syracuse[5]. Time Warner Cable y a établi l'un de ses départements[6].

Aujourd’hui la région de Syracuse ne compte plus de gros employeurs : une multitude de PME assurent le maintien du taux d'activité. Huit des onze plus gros employeurs sont actifs dans le domaine de l’éducation ou le secteur tertiaire.

Le taux de chômage de Syracuse (5 %) est comparable au taux de chômage national de 4.8 % (mars 2006). Tout au long de 2006, l'agglomération a vu le nombre d'emplois croître et au premier trimestre 2006, le taux de croissance rivalisait avec celui de New York pour le record de l’État[7].

Futur[modifier | modifier le code]

Quartiers[modifier | modifier le code]

Syracuse est composée de plusieurs parties, comme dans la plupart des villes américaines: centre des affaires , le bourg ( le centre ) et les villa et maisons autour .

Transports[modifier | modifier le code]

Transports publics[modifier | modifier le code]

Bus & chemins de fer[modifier | modifier le code]

La ville possède une gare desservie par les trains du réseau Amtrak.

Aéroports[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Journaux[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Musées et bibliothèques[modifier | modifier le code]

Collèges et universités[modifier | modifier le code]

L'université de Syracuse est une université de recherche majeure, et constitue le plus important employeur de la ville. Le nombre d'étudiants inscrits pour l'année académique 2006-2007 est de 19,082.

Deux collèges universitaires du système SUNY (State University of New York) sont adossés au campus de l'université de Syracuse, soit l'École de foresterie et d'environnement (Environmental Science and Forestry, ou SUNY-ESF) ainsi que l'école de médecine (SUNY Upstate Medical University).

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Naissance à Syracuse (New York).
Scène de rue, Syracuse

De la ville :

Ayant suivi des cours à l'université de Syracuse :

Voir aussi Université de Syracuse

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes de Syracuse
Lac Ontario, États-Unis, État de New York Watertown (New York), Pulaski (New York)
Irondequoit (New York), Rochester (New York) Syracuse Utica (New York), Rome (New York), East Syracuse
Auburn (New York) Cortland (New York) Oneonta (New York), Norwich (New York)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]