Île Jarvis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Île Jarvis
Jarvis Island (en)
Carte de l'île Jarvis.
Carte de l'île Jarvis.
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Archipel Îles de la Ligne
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 0° 22′ 00″ S 160° 01′ 00″ O / -0.366667, -160.016667 ()0° 22′ 00″ S 160° 01′ 00″ O / -0.366667, -160.016667 ()  
Superficie 4,5 km2
Géologie atoll
Administration
Statut Réserve naturelle, intégrée au Pacific Remote Islands Marine National Monument

Territoire non-incorporé non organisé Îles mineures éloignées des États-Unis
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Fuseau horaire UTC-11

Géolocalisation sur la carte : Kiribati

(Voir situation sur carte : Kiribati)
Île Jarvis
Île Jarvis

Géolocalisation sur la carte : Océanie

(Voir situation sur carte : Océanie)
Île Jarvis
Île Jarvis
Îles des États-Unis
Refuge faunique nationale de l'Île-Jarvis
Image illustrative de l'article Île Jarvis
Colonie de Sterne fuligineuse
Catégorie UICN Ia (réserve naturelle intégrale)
Identifiant 2931
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Territoire Îles mineures éloignées des États-Unis
Superficie 1 739,55 km2
Création 27 juin 1974
Administration U.S. Fish and Wildlife Service
Site web (en) Site officiel
Remarque Fait partie du Pacific Remote Islands Marine National Monument

L'île Jarvis[1] est une île corallienne inhabitée appartenant aux États-Unis et située dans l’océan Pacifique. Elle fait partie des îles de la Ligne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Côte occidentale avec la balise maritime près du site de Milersville.
Panneau multilingue indiquant qu'il est interdit de débarquer sur l'île.
Photo satellite de l'île prise par la NASA. On peut noter à l'est la présence d'un récif immergé.

L’île est aperçue par les Européens pour la première fois le 21 août 1821 par le navire britannique Eliza Francis détenu par Edward, Thomas et William Jarvis (qui ont donné leur nom à l'île) et dirigé par le capitaine Brown. En mars 1857, l’île inhabitée est revendiquée par les Etats-Unis en vertu du Guano Islands Act et annexée formellement le 27 février 1858.

Dès 1858, plusieurs structures sont bâties dont une bâtisse comprenant une coupole d’observation et de larges vérandas. Un petit train est construit pour transporter le guano sur la côte occidentale. L’un des premiers chargements est pris par Samuel Gardner Wilder. Lors des 21 années suivantes, l’île est exploitée pour le guano qui est envoyé aux Etats-Unis comme fertilisant. Toutefois, en 1879, l’île est brutalement abandonnée et une douzaine de bâtiments ainsi que 8 000 tonnes de guano extraits sont laissés sur place. Des entrepreneurs néo-zélandais tentent ensuite sans succès de reprendre l’exploitation. Squire Flockton est laissé seul sur l’île comme gardien durant plusieurs mois avant qu’il ne se suicide en 1883[2].

En 1889, le Royaume-Uni annexe l’île sans y installer de présence permanente.

Le 30 août 1913, le trois-mâts goélette Amaranth transporte un chargement de charbon de Newcastle en Nouvelle-Galles du Sud vers San Francisco lorsqu’il s’échoue sur la rive sud de l’île Jarvis. L’équipage parvient à quitter l’île à bord de deux canots de sauvetage. L’un d’entre eux atteint Pago Pago dans les Samoa américaines et l’autre Apia dans les Samoa occidentales. Les restes du navire sont pillés durant de nombreuses années et des fragments de charbon étaient encore présents sur la rive sud à la fin des années 1930[3].

L’île Jarvis est de nouveau revendiquée par les États-Unis et colonisée à partir du 26 mars 1935. Cette colonisation est conduite par le Baker, Howland and Jarvis Colonization Scheme. Le président Franklin Roosevelt confie l’administration de l’île au département américain de l’intérieur le 13 mai 1936. La colonie est d’abord constituée d’un groupe de larges lentes situées près de la balise maritime. Cet établissement est baptisé Millersville. Il s’agrandit avec la construction d’un groupe de baraquements à partir des restes de l’épave de l’Amaranth (ce bois sert aussi aux colons Hawaïens pour fabriquer des planches de surf). Plus tard, des habitations sont construites en pierre et en bois et équipées de radios et de climatisation. En outre, une station météo est aussi construite. Une piste d’atterrissage sommaire est dégagée au nord-est de l’île tandis qu’une antenne en T est positionnée pour être vue des airs bien qu’aucun avion ne semble s’être posé sur l’île.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, un sous-marin de la marine impériale japonaise fait surface au large de la côte occidentale de l’île. Quatre jeunes colons croyant qu’il s’agit là d’un sous-marin de l’US Navy venu les récupérer, se précipitent vers le rivage situé devant la petite colonie de Millersville. Le sous-marin répond en tirant à l’aide de ses canons de pont sans parvenir à tuer qui que ce soit. Le 7 février 1942, l’USCGC Taney évacue les colons avant de détruire et de brûler leurs habitations. La piste d’aviation est quant à elle détruite par les Japonais.

L’île Jarvis est visitée par des scientifiques lors de l’année géophysique internationale de juillet 1957 à novembre 1958. En janvier 1958, toutes les ruines restantes des bâtiments sont réduites à néant par une sévère tempête qui dure plusieurs jours et dont sont témoins les scientifiques. À la fin de la mission scientifique, l’île est de nouveau abandonnée. Au début de la décennie 1960, quelques abris, les bâtiments scientifiques, la balise maritime construite deux décennies auparavant et des amas de matériaux divers sont les seules traces de l’occupation humaine sur l’île.

L’île Jarvis est une réserve naturelle (Jarvis Island National Wildlife Refuge) depuis le 27 juin 1974 et fait partie du Pacific Remote Islands Marine National Monument depuis le 6 janvier 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Commission nationale de toponymie, conseil national de l'information géographique, Pays indépendants et capitales du monde : Entités géopolitiques dépendantes au 01.06.2006,‎ 24 avril 2006, 10 p. (lire en ligne), p. 5
  2. « L'histoire d'Henry Winkelmann et de Harold Willey Hudson sur l'île Jarvis » (consulté le 14 mai 2012)
  3. « Jarvis Island » (consulté le 14 mai 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :