Lapidation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Martyre de saint Étienne. Panneau du retable dit de Jacob et Étienne, peint en 1506 par Marx Reichlich (1460-1520) (provient d'un monastère au Tyrol, exposé à la pinacothèque de Munich).

La lapidation est une forme d'exécution dans laquelle un groupe d'individus lance des pierres à une personne jusqu’à ce que cette dernière décède d’un traumatisme contondant. Elle a été attestée comme une forme de punition pour de graves méfaits depuis l’antiquité. Son adoption dans certains systèmes juridiques a suscité la controverse au cours des dernières décennies.

La Torah et le Talmud prescrivent la lapidation comme punition pour un certain nombre d’infractions. Au cours des siècles, le judaïsme rabbinique a développé un certain nombre de contraintes procédurales qui ont rendu ces lois pratiquement inapplicables. Bien que la lapidation ne soit pas mentionnée dans le Coran, la jurisprudence islamique classique (fiqh) a imposé la lapidation comme un hadd (peine prescrite par la charia) pour certaines formes de zina (rapports sexuels illicites) sur la base de certains hadîths (paroles et actions attribuées au prophète musulman Muhammad). La législation islamique prévoit cependant elle aussi un certain nombre de dispositions qui rendent le crime de zina pratiquement improuvable dans la pratique.

La lapidation semble avoir été la méthode standard d'exécution capitale dans l’ancien Israël. Son utilisation est attestée au début de l’ère chrétienne, mais les tribunaux juifs ont par la suite généralement évité les peines de lapidation. Seuls quelques cas isolés de lapidation légale sont enregistrés dans l’histoire prémoderne du monde musulman. Aujourd'hui, les lois pénales de la plupart des pays à majorité musulmane sont dérivées des modèles occidentaux. Au cours des dernières décennies, plusieurs États ont inséré la lapidation et d’autres punitions hudud (pluriel de hadd) dans leurs codes pénaux sous l’influence des mouvements islamistes. Ces lois revêtent une importance particulière pour les conservateurs religieux en raison de leur origine scripturaire, bien qu’en pratique elles aient joué un rôle largement symbolique et aient eu tendance à tomber en désuétude.

Récemment, la lapidation a été une peine légale ou coutumière aux Émirats arabes unis, en Irak, au Qatar, en Mauritanie, en Arabie saoudite, en Somalie, au Soudan, au Yémen, au nord du Nigeria, en Afghanistan, au Brunei et dans les zones tribales du Pakistan, y compris le nord-ouest de la vallée de Kurram et le nord-ouest de la région de Khwezai-Baezai[1],[2],[3],[4]. Dans certains de ces pays, y compris l’Afghanistan et l’Irak, où la lapidation n’est pas légale, elle a été effectuée de façon extrajudiciaire par des militants, des chefs tribaux et d’autres[2]. Dans certains autres pays, dont le Nigeria et le Pakistan, bien que la lapidation soit une forme légale de punition, elle n’a jamais été pratiquée légalement. La lapidation est condamnée par les organisations de défense des droits de l'homme et les peines de lapidation ont suscité des controverses internationales.

Étymologie[modifier | modifier le code]

La lapidation vient du latin lapis (pierre), qui donne le verbe lapidare signifiant littéralement « attaquer à coups de pierres »[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

En Grèce antique[modifier | modifier le code]

La lapidation est une méthode d'exécution connue dès l'époque homérique, principalement liée aux crimes sexuels et aux blasphèmes[6] : dans la mythologie grecque, Ajax fils d'Oïlée échappe de peu à la lapidation après avoir tenté de violer Cassandre réfugiée auprès de l'autel d'Athéna[7]. Après avoir découvert qu'il a tué son père et épousé sa mère, Œdipe souhaite mourir lapidé, mais ne trouvant personne autour de lui pour ce faire, se résout à se crever les yeux[8]. Cycnos fait lapider le joueur de flûte qui a accompagné sa seconde femme à diffuser des calomnies afin qu'il contraigne son fils Ténès à l'exil[9]. Toutefois, la lapidation n'est pas couramment employée à l'époque archaïque et inspire plutôt une certaine répulsion : Eschyle la classe avec la décapitation, l'énucléation ou l'empalement comme les marques d'une « justice d'abattoir », propre aux Euménides non civilisées[10].

De nombreux tyrans grecs sont lapidés : Koes à Mytilène (Hérodote, V, 38), Mennès à Cumes (Nicolas de Damas, fragment 52), Néarque à Élée (Diogène Laërce, IX, 26 et Valère Maxime, III, 3, 2), Phalaris à Akragas (Valère Maxime, III, 3, 2).

Une autre occurrence de lapidation historique remonte aux guerres médiques, en 479 av. J.-C. : l'Athénien Lycidès[11] est lapidé par les participants à la Boulè (assemblée) quand il propose d'approuver la demande de reddition envoyée par le Perse Mardonios. Hérodote présente la lapidation comme un acte spontané de la foule en colère, mais chez Lycurgue[12], un siècle plus tard, il résulte d'un décret (psēphisma) pris formellement par les membres de l'Assemblée, qui retirent les couronnes symbolisant leur fonction avant d'y procéder. On a suggéré que les Athéniens avaient réinterprété a posteriori un lynchage en acte légal et rituel[13]. Par la suite, la lapidation à Athènes est liée aux cas de trahison (prodosia) : ainsi, Alcibiade, cousin de l'Alcibiade compagnon de Socrate est condamné à mort en même temps que ce dernier pour la profanation des Mystères d'Éleusis. Il s'enfuit et rejoint les Syracusains, adversaires d'Athènes. Capturé à bord d'un vaisseau ennemi, il est lapidé immédiatement, sur ordre du stratège Thrasyllos[14].

Philostrate, dans sa Vie d'Apollonios de Tyane rapporte une lapidation « miraculeuse » située à Éphèse au Ier siècle. Les Éphèsiens, en butte à une épidémie de peste, font appel à Apollonius de Tyane, fameux thaumaturge païen, et également philosophe, qui leur désigne un mendiant comme « ennemi des dieux » et les convainc de le lapider. Et ils pensent découvrir, dans le corps en charpie écrasé sous les pierres, une créature monstrueuse, le démon de la peste[15].

Dans le judaïsme[modifier | modifier le code]

Jésus empêchant la lapidation de la femme adultère (Le Guerchin, 1621)

Les textes judaïques prévoyaient la lapidation pour punir divers crimes et attitudes jugés criminels, tant dans le Pentateuque (terme grec désignant la Torah) que dans les écrits rabbiniques (le Talmud). Concernant plus particulièrement l'adultère, il faut considérer que ces textes de loi sont rédigés dans le cadre d'une idéologie patriarcale ne connaissant pas l'égalité des sexes et que dans une société qui considère le mariage comme un accord commercial, l'adultère correspond à une atteinte à la « propriété » d'un autre homme[16].

Toutefois, la lapidation était encore appliquée au premier siècle de notre ère ainsi qu'en témoigne le passage de l'Evangile sur la lapidation de la femme adultère (Jean VIII, versets 1-11): " Que celui d'entre vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.», ou le martyre de Saint Etienne.

Par la suite, avant même la chute de Jérusalem, les Juifs ont été dispersés dans des territoires de l'Empire romain où leur loi était devenue inapplicable même s'ils étaient majoritaires, comme en Corse, où, selon Suétone, l'empereur Tibère en aurait déporté cent mille. Après la chute et la destruction de Jérusalem, La tendance de la jurisprudence judaïque a été de réduire l'application des châtiments mortels dont la lapidation, voire de les supprimer totalement[17]. Thomas Römer explique que « de nombreux rabbins se sont d'ailleurs demandés si la lapidation ou d'autres peines de mort prévues comme châtiment ont vraiment été appliquées à l'époque, ou s'il s'agit plutôt d'une rhétorique dissuasive ayant pour but d'empêcher les transgressions formulées dans ces lois »[16].

Le rabbin Moshe Feinstein, une des plus grandes sommités du judaïsme contemporain a écrit dans son ouvrage Igrot Moche, second volume sur Hoshen Mishpat, réponse 68, « que bien que la loi juive ne préconise pas la peine de mort dans tous les cas, elle permet néanmoins qu’elle soit appliquée là où la loi du pays le permet. Toutefois, cela devrait être limité aux seuls cas de meurtres particulièrement cruels, ou dans une situation où l’effusion de sang devient incontrôlable et que la menace de la peine de mort puisse permettre de rétablir le respect de la loi[18]. »

Le rabbin orthodoxe Aryeh Kaplan écrit au sujet de la peine de mort dans le judaïsme : « En pratique ces peines ne sont presque jamais invoquées, et existaient principalement comme un moyen de dissuasion et afin d'indiquer la gravité des péchés pour lesquels elles ont été prescrites. Les règles sévères codifiées dans la Torah afin de protéger l'accusé ont de fait rendu impossible l'application de ces sanctions, le système pénal pouvant devenir brutal et barbare à moins d'être administré dans une atmosphère de la plus haute moralité et piété. Lorsque ces normes ont diminué dans le peuple juif, le Sanhédrin a volontairement aboli ce système de sanctions[19]. »

Jerome H. Somers, le président du conseil d'administration de l'Union des Congrégations hébraïques américaines, la plus grande organisation juive aux États-Unis qui compte plus de 870 congrégations réformistes se déclare opposé à la peine capitale[note 1]

Le rabbin Ben Zion Bokser, l'un des plus grands rabbins du judaïsme conservateur explique que : « Trop souvent, nous apprenons que des personnes qui ont été reconnues coupables de crimes ont été plus tard innocentées par des faits nouveaux. Dans de tels cas, les portes des prisons peuvent être ouvertes et ainsi réparer partiellement l'injustice. Mais les morts ne peuvent pas être ramenés à la vie de nouveau. Nous considérons toutes les formes de la peine capitale comme barbares et obsolètes[20]. »

Dans l'islam[modifier | modifier le code]

Article connexe : Droit pénal musulman.
Carte montrant les pays où la lapidation sur place publique est une forme de punition judiciaire ou extrajudiciaire. 2013.[21]

Rajm (رجم) est un mot arabe qui signifie "lapider"[22],[23]. Il est communément utilisé pour désigner la punition Hadd lors de laquelle un groupe organisé jette des pierres à un individu condamné jusqu’à ce qu'il meurt. Selon certaines versions de la loi islamique (Charia), c’est la peine prescrite en cas d’adultère commis par un homme marié ou une femme mariée. La condamnation exige une confession de l’adultère, ou le témoignage de 4 témoins de l'acte contre ce dernier (comme demandé par le Qor'ān 24:4), ou la grossesse en dehors du mariage[24],[25],[26].

La peine de la lapidation/Rajm ou la peine de mort pour adultère est un cas unique dans le droit pénal musulman puisqu'elle vient contredire la prescription coranique déjà existante pour les relations sexuelles avant le mariage et extraconjugales (zina)[27],[23] que l’on trouve dans le deuxième verset de la sourate An-Nur : « La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. [...] ». Pour cette raison, certaines sectes musulmanes hétérodoxes telles que les kharidjites en Irak, ainsi que les modernistes islamiques tels que les coranistes sont en désaccord avec la légalité du rajm.

Cependant, la lapidation est mentionnée dans plusieurs ahadith[28] (des rapports prétendant citer ce que le prophète Muhammad a dit mot pour mot sur diverses questions, et que la plupart des musulmans et des ouléma considèrent comme la seconde source du droit religieux après le Qor'ān)[29],[30] et donc la plupart des écoles de jurisprudence islamique (madahib) sunnites comme chiites l’acceptent comme une peine prescrite pour l’adultère[23]. La peine a rarement été appliquée dans l’Histoire de l'islam en raison des exigences de preuve très strictes stipulées par la loi islamique[23].

En pratique[modifier | modifier le code]

La lapidation d'une femme adultère, illustration d’un manuscrit des 1001 Nuits d’Abou Hassan Ghaffari ou de son atelier. Téhéran, 1853-1857.

Au moins quelques sources (Sadakat Kadri (en), Max Rodenbeck (en)) ont noté que bien qu'abstraitement populaire, le rajm n'a que rarement été appliqué dans l'histoire islamique. Un seul cas de lapidation a été recensé dans toute l’histoire de l’Empire ottoman et aucun en Syrie sous domination musulmane[31]. Le Dr.Abdou-Rahman ibn Abdoul Karim Al-Sheha affirme pour sa part : « De toute l’histoire de l’Islam, on n’a observé que deux ou trois cas où cette peine a été appliquée suite à l’aveu même des contrevenants et sur leur demande. »[32]. En effet, des techniques ont rapidement été employées pour "minimiser la possibilité" que la grossesse d’une seule femme soit considéré comme une preuve tangible de zina et ainsi rendre la justice plus miséricordieuse, y compris "des présomptions fantastiques" sur la durée de la période de gestation humaine. Les fuqaha hanafites classiques ont décidé qu’au lieu de neuf mois, elle pouvait durer jusqu’à deux ans, les shâfi'îtes quatre et les malikites cinq ans[33]. Le calife bien-guidé Omar a une fois acquitté une mère célibataire enceinte au motif qu’elle avait le "sommeil lourd" et "des rapports sexuels sans s'en rendre compte"[33].

Selon le journaliste Max Rodenbeck (en) :

« Dans presque tous les cas où elle a été appliquée au cours des dernières années, la lapidation a eu lieu dans des zones tribales ou rebelles qui échappent au contrôle des gouvernements centraux — les talibans en Afghanistan, l’EIIL en Irak et Boko Haram au Nigeria, par exemple. Sur les quarante-neuf États à majorité musulmane du monde, six conservent la peine par respect pour la tradition... Parmi ces pays, seul l’Iran, qui a officiellement imposé un moratoire sur la lapidation en 2002 tout en laissant une marge de manœuvre aux juges, l’a effectivement appliqué. »[34]

L’Arabie saoudite a exécuté quatre personnes par lapidation dans les années 1980[35]. Depuis 2005, des peines de lapidation ont été envisagées ou prononcées au Nigeria et en Somalie pour les crimes d’adultère et de sodomie homosexuelle[36],[37]. Depuis l’introduction de la charia dans le nord du Nigeria en 2000, plus d’une douzaine de musulmans ont été condamnés à mort par lapidation, mais aucun n’a été lapidé[38],[39],[40]. Dans une affaire, une cour d’appel de l’État de Sokoto a annulé une sentence de lapidation au motif que la défenderesse divorcée n’aurait peut-être pas conçu son enfant sous zina (fornication) parce qu’elle l'a peut-être porté pendant cinq ans[33] (conformément à la jurisprudence malikite, prédominante dans le pays). Une autre cour d’appel de l’État nigérian a évalué la limite supérieure de la gestation à sept ans[33].

Au Pakistan, "plus de trois décennies d’islamisation officielle n’ont pas encore abouti à une seule lapidation effective [...]"[41]. L’Iran a officiellement imposé un moratoire sur la lapidation en 2002, tout en laissant une large marge de manœuvres aux juges pour qu'il puisse prescrire la peine[34]. Ces échecs à faire appliquer la peine de la lapidation ont été mis sur le dos de la publicité et de la pression de groupes internes et internationaux de défense des droits de l’homme[42],[43], qui considèrent la lapidation comme une mise à mort par torture[44].

Selon l’Observatoire syrien des droits de l'homme, entre juillet 2014 et février 2015, au moins 15 personnes (six hommes et neuf femmes) ont été exécutées (pas toutes par rajm) par Daech en Syrie pour des crimes d’adultère ou d’homosexualité[45].

Références dans les textes musulmans[modifier | modifier le code]

Dans le Qor'ān[modifier | modifier le code]

On rapporte qu’Omar, le second calife bien guidé, aurait déclaré que "le verset de la lapidation" était récité comme faisant partie du Qor'ān[46]. Une autre explication sur pourquoi la peine de la lapidation n’est pas mentionnée dans le Qor'ān vient d’un rapport attribué à Aïcha, l'une des épouses de Mahomet :

[Rapporté par Aisha] « Le verset concernant la lapidation et l’allaitement de l'adulte par dix fois furent révélés, et ils étaient (inscrits) sur une feuille placée sous mon lit. Lorsque le messager d’Allah (ﷺ) décéda, nous étions préoccupés par sa mort, et une chèvre entra et mangea le feuillet. »[47]

La plupart des érudits musulmans (à l'exception notable de cheikh al-Albani) ont considéré ce hadith comme étant Mawdou' (inventé) et l'ont par conséquent rejeté puisque les chaînes de transmission (asanid) communes de celui-ci contiennent soit des narrateurs accusés de malhonnêteté lors de la divulgation de leurs sources[48], soit (dans le cas de la version du Musnad (en) d’Ahmad) des contradictions avec toutes les versions du hadith qui portent des itinéraires authentiques (Sahîh) — aucune ne mentionne la chèvre mangeant le morceau de papier[49].

Dans les ahadith[modifier | modifier le code]

De nombreux ahadith sahih (dont les chaînes de transmission sont fiables selon les critères des érudits sunnites) décrivent cependant la lapidation. Parmi ces derniers ont retrouve notamment le hadith du discours d’Omar interdisant le mariage de jouissance, le dernier sermon du pèlerinage d'adieu de Muhammad et le hadith du verset de la lapidation.

Le Sahih al-Bukhari, un recueil de ahadith considéré comme le livre le plus digne de confiance après le Qor'ān par la plupart des musulmans, rapporte plusieurs sunnah concernant la lapidation. Par exemple :

  • D'après ibn Abbas, Omar a dit du haut de son minbar : « Allâh envoya Mohammed en toute vérité. Il lui a révélé notamment le Verset de la lapidation. Nous l'avons lu et bien assimilé. Nous avons également appliqué la lapidation après sa mort. J'ai bien peur qu'avec le temps quelqu'un dise : " Nous ne trouvons pas la lapidation dans le Livre d'Allâh ", et qu'il s'égare ainsi pour avoir délaissé un commandement révélé par Allâh. La lapidation est une vérité dans le Livre d'Allah le Très-Haut contre l'homme ou la femme marié qui a commis l'adultère ; à condition d'en apporter la preuve ou qu'il y ait eu une grossesse ou un aveu. »[50],[51]
  • D'après Abu Huraira : « Un homme des Banu Aslam (en) vint voir le Prophète (ﷺ) alors qu’il était dans la mosquée et dit : "Ô Messager d'Allah (ﷺ) ! J'ai forniqué" Le Messager d'Allah (ﷺ) s'est détourné et ne lui a pas prêté attention. L'homme a alors répété 4 fois ce qu'il a dit. Le prophète (ﷺ) a alors demandé : "Es-tu fou ?" "Non" répondit-il. "Es-tu marié ?" "Oui" répondit-il. Le prophète (ﷺ) a ordonné les compagnons de le lapider. Jaber dit : "J'étais parmi ceux qui l'ont lapidé dans la grande salle de prière prévue pour les fêtes, à l'extérieur de la ville. Quand les pierres sont lancées contre lui, il s'est enfuit, mais nous l'avons attrapé à Horra et nous l'avons lapidé" »[52]
  • D'après Ach-Chaybani : « Comme j'interrogeai Abdullah ben Abi Awfa (en) si l'Envoyé d'Allah (ﷺ) avait appliqué la peine de la lapidation ou non, il me dit :"Oui." Je dis: "Avant ou après (la révélation) de la sourate d'an-Nour ?" (Abdullah ben Abi Awfa) dit:"Je ne sais pas." »[53]
  • D'après Abdullah ibn Omar : « Un juif et une juive ont été amenés devant le messager d’Allah (ﷺ) pour avoir commis l’adultère. Le messager d’Allah (ﷺ) vint voir les juifs et leur dit : "Que trouve-t-on dans la Torah pour celui qui commet l’adultère ?". Ils dirent : "On noircit leur visages et on les fait monter ensemble sur un âne avec leurs visages tournés dans des directions opposées, et ensuite on les promène dans la ville.". Il dit : "Amenez la Torah pour vérifier si vous avez raison.". Ils l’ont amenée et l’ont récitée jusqu’au verset qui concerne la lapidation ; la personne qui lisait a mis sa main sur ce verset et a lu ce qui n’était pas masqué par sa main. Abdullah ibn Salam qui était avec le messager d’Allah (ﷺ) dit : "Ordonne-lui d’enlever sa main.". Il l’enleva et il y avait à la place le verset relatif à la lapidation. Alors l’envoyé d’Allah (ﷺ) prononça son jugement et ordonna que les deux personnes soient lapidées à mort. Abdullah ibn Omar dit : "J’étais un de ceux qui les ont lapidés et j’ai vu l’homme protéger la femme avec son corps." »[54],[55],[56]
  • D'après Amr ibn Maymun (en) : « Au temps de la Jâhilîya, j’ai vu une guenon entourée par un grand nombre de singes. Ils étaient en train de la lapider, parce qu’elle avait commis un acte sexuel illégal. Moi aussi, je l’ai lapidée. »[57]

Le livre 17 (celui des des peines légales) du Sahih Muslim (du nom de l'élève d'al-Boukhari) renferme également de nombreux ahadith concernant spécifiquement la lapidation. Par exemple :

  • D'après Ubada ibn as-Samit (en) : « L’envoyé d’Allah (ﷺ) a dit : - Quand un homme célibataire commet l’adultère avec une femme célibataire, ils recevront cent coups de fouet et seront bannis un an. Dans le cas où ils sont mariés, ils recevront cent coups de fouet et seront lapidés à mort. »[58] (des ouléma ont déduit de ce hadith que la peine de la lapidation ne vient pas forcément se substituer au hadd coranique, mais peu au contraire s'y additionner)
  • D'après Imran ibn Hussein (en) : « Une femme de Juhaina vint voir le Prophète (ﷺ) car elle était devenue enceinte à cause d’un adultère. Elle dit : "J’ai fait quelque chose qui mérite un châtiment, donc inflige-le moi." L’apôtre d’Allah (ﷺ) appela son maître et dit : "Traite-la bien et amène-la moi quand elle aura accouché." C’est ce qu’il fit. L’apôtre d’Allah (ﷺ) prononça ensuite [après l’accouchement] son jugement ; ses vêtements furent noués autour d’elle et il ordonna qu’elle soit lapidée. Il pria ensuite sur son cadavre. »[59]

D'autres ahadith montre que la lapidation n'est pas un châtiment exclusif à l'adultère, mais qu'il peut aussi s'appliquer à l'homme reconnu coupable de sodomie homosexuelle, de viol ou dans le cadre du Qisas (loi du talion) :

  • D'après ibn Abbas : « Si un homme non-marié est pris pendant un acte de sodomie, il sera lapidé à mort. »[60]
  • D'après Wa'il ibn Hujr (ar) : « Lorsqu'à l'époque du prophète (ﷺ), une femme sortit pour aller prier [probablement à la mosquée], un homme l'agressa et la violenta [la viola]. Elle cria mais il s'échappa et lorsqu'un homme passa, elle déclara : Cet homme m'a fait ceci et cela. Et lorsqu'un groupe de mouhadjiroune passa, elle déclara : cet homme m'a fait ceci et cela. Ils s'en allèrent et saisirent l'homme qu'ils pensaient être celui qui l'avait violée, et le ramenèrent près d'elle. Elle déclara : Oui, c'est lui. Ils l’amenèrent alors devant le messager d'Allah (ﷺ). Lorsque le prophète s’apprêtait à donner sa sentence, l’homme qui avait attaqué (violé) la femme se leva et dit : "Messager d'Allah, je suis coupable". Le prophète dit à la femme : "Pars, car Allah t’a pardonnée !" (Mais il dit quelques bons mots à l’homme). Quant à l’homme qui a eu des relations sexuelles avec elle, il dit : "lapidez-le à mort !" Il dit aussi : il a montré une telle contrition que si les gens de Médine avaient fait preuve d'une contrition identique, cela aurait été accepté de leur part. »[61]
  • D'après Anas ibn Malik : « Un Juif contusionna la tête d'une esclave entre deux pierres. On demanda alors à celle-ci: "Qui t'a fait cela? est-ce Un Tel? Un tel?" Et on se mit à lui citer des noms. [En entendant] celui du Juif, elle fit un signe avec la tête. On emmena le Juif et il reconnut les faits. Le Prophète (ﷺ) donna alors l'ordre... après quoi sa tête a été écrasée avec des pierres »[62],[63],[64]

Un ancien ouvrage islamique, le Musannaf (en) d'Abd al-Razzaq (en) énumère, dans son chapitre sur le Rajm, 70 ahadith rapportant des cas de lapidation liés à Muhammad, et 100 liés aux sahaba ou à d'autres autorités[65].

Selon Aboubaker Djaber el Djazaïri, théologien musulman et professeur à l'Université islamique de Médine, un seul hadith, sujet à controverse, cite la lapidation comme châtiment de l'adultère pour un homme marié ou une femme mariée ayant eu un rapport sexuel hors mariage, si et si seulement quatre témoins ont clairement vu l'adultère[66].

Fiqh de la lapidation[modifier | modifier le code]

Le Rajm, parfois orthographié Rajam, a été abondamment discuté dans les textes de l’époque précoce, médiévale et moderne de la jurisprudence islamique (fiqhs)[25].

Les personnes qui accusent une femme d’adultère mais ne sont pas en mesure d’amener quatre témoins fiables (i.e. qui sont connus pour s'abstenir de péchés en public et en privé) de l'acte — un crime connu sous le nom de Qadhf, القذف[67] — sont passibles d’une peine de 80 coups de fouet et sont inacceptables comme témoins à moins qu’elles ne se repentent et ne se réforment. Par ailleurs, en Islam, il suffit qu'un des témoins n'attestent pas de l'authenticité de l'adultère, pour les trois autres se retrouvent astreints à cette peine pour avoir voulu salir la réputation d'un homme ou d'une femme (Qor'ān 24:4)[68]. Le témoignage d’un homme qui accuse son épouse sans aucun autre témoin peut être accepté s’il jure par Allah à quatre reprise qu’ils dit la vérité (Qor'ān 24:6) avec un cinquième serment d’engager la malédiction divine s’il ment (Qor'ān 24:7). Dans ce cas, si son épouse contre-jure, aucune punition ne sera appliquée (Qor'ān 24:8).

Un des nombreux commentaires juridiques islamiques, le Muwatta de Malik ibn Anas, affirme que la grossesse contestée est une preuve suffisante d’adultère et que la femme doit être lapidée à mort[24],[26].

Hanafisme[modifier | modifier le code]

Les fuqaha hanafites ont conclu que l’accusé doit être un muhsan au moment du rapport sexuel religieusement interdit pour être lapidé[69]. Un muhsan est un adulte, libre (qui n'est pas esclave), musulman qui a déjà eu des relations sexuelles licites dans le cadre du mariage, que ce dernier existe toujours ou non[24]. En d’autres termes, la lapidation ne s’applique pas à une personne qui n’a jamais été mariée dans sa vie (la seule punition obligatoire dans de tels cas est la flagellation sur la place publique)[69].

Pour preuve, la jurisprudence hanafite accepte ce qui suit :

  • Aveux répétés quatre fois et non rétractés par la suite
  • Témoignage de quatre témoins masculins (les témoins féminins ne sont pas acceptables)[69].

La littérature de droit musulman hanafite spécifie deux types de lapidation[69] :

  • Le premier lorsque la punition est fondée sur la bayyinah, ou des preuves concrètes (quatre témoins masculins). Dans ce cas, la personne est ligotée et partiellement enterrée dans une fosse creusée pour qu'elle ne puisse s'échapper, après quoi la lapidation sur place publique peut commencer[69]. Une femme condamnée à la lapidation doit être partiellement enterrée jusqu’à sa poitrine[70], conformément au hadith suivant : « Le Prophète a fait lapider une femme et une fosse a été creusée pour elle jusqu’aux seins. »[71]. Les premières pierres doivent être lancées par les témoins et l’accusateur. Après quoi seulement, la communauté musulmane présente peut prendre part au châtiment comme l'ont précisé Abou Hanifa et d'autres ouléma hanafites[69].
  • Le second lorsque la punition est basée sur l'aveu. Dans ce cas, la lapidation doit être effectuée sans creuser de fosse ou enterrer partiellement la personne. Le cadi doit jeter la première pierre avant que d’autres musulmans se puissent se joindre à l’exécution du châtiment. De plus, si la personne fuit, elle est autorisée à partir[69].

Les ouléma hanafites ont spécifié que la taille des pierres à utiliser pour Rajm devait être de la taille de la main, pas trop petites pour être efficace, mais pas trop grosses non plus pour que la mort ne survienne pas trop vite[69].

Les hanafites ont toujours soutenu que les témoins devraient lancer les premières pierres au cas où la condamnation serait provoquée par des témoins, et le qadi devrait lancer les premières pierres au cas où la condamnation serait le résultat d’un aveu[23].

Shâfi'îsme[modifier | modifier le code]

La littérature de l'école shâfi'îte a la même analyse de droit musulman que l'école hanafite. Cependant, elle recommande que la première pierre soit jetée par l’imam ou un de ses représentants dans tous les cas (témoignage ou aveu), puis que la communauté musulmane présente sur place se joigne à l’exécution de la peine[70].

Hanbalisme[modifier | modifier le code]

Le faqîh hanbalite Ibn Qudama déclare : « Les juristes musulmans sont unanimes sur le fait que la lapidation à mort est une punition spécifique pour les adultères mariés, hommes et femmes. La punition est enregistrée dans un certain nombre de traditions et la pratique de Muhammad se tient comme une source authentique la soutenant. C’est l’avis de tous les Compagnons, Successeurs et autres érudits musulmans à l’exception des Kharidjites. »[72]

La loi islamique hanbalite condamne toutes les formes de relations sexuelles consensuelles mais religieusement illicites comme punissables avec le Rajm. Cependant, les érudits hanbalites insistent sur le fait que les rapports homosexuels entre les hommes doivent être punis par la décapitation, au lieu du Rajm comme recommandé par le madhhab malikite de l'Islam[73].

Malikisme[modifier | modifier le code]

L’école de jurisprudence (fiqh) malikite affirme que la lapidation est la peine prescrite pour les rapports sexuels illicites entrepris par une personne mariée ou veuve, ainsi que pour toute forme de relations homosexuelles entre hommes[30]. Malik ibn Anas, le fondateur du fiqh malikite, considérait la grossesse d’une femme célibataire comme une preuve concluante de zina. Il a également déclaré que la grossesse contestée est également une preuve suffisante d’adultère et que toute femme musulmane enceinte d’un homme à qui elle n’est pas mariée, au moment de la grossesse, doit être lapidée à mort[24],[26]. Plus tard, des érudits malikites musulmans ont développé le concept d'"embryon endormi", qui stipulait qu'une femme divorcée pouvait échapper à la peine de la lapidation, si elle restait célibataire et devenait enceinte à tout moment dans les 5 ans suivant son divorce. On supposait alors qu'elle avait été fécondée par son ancien mari mais que l’embryon était resté "endormi" pendant 5 ans[74].

Jafarisme (école chiite duodécimaine)[modifier | modifier le code]

Le livre des peines légales du Kitab al-Kafi, proclame la lapidation comme la punition prescrite pour les rapports sexuels qui ne sont pas autorisés en vertu de la charia[25].

Contrairement aux écoles sunnites, la loi islamique chiite, dans les affaires concernées par la peine de la lapidation, accepte les femmes comme témoin, mais considère que leur témoigne vaut deux fois moins que celui d’un homme. Ainsi, avant qu’un accusé ne soit condamné à la lapidation dans le système chiite, les témoins peuvent être :

  • 4 hommes
  • 3 hommes et 2 femmes
  • 2 hommes et 4 femmes
  • 1 homme et 6 femmes

Il est cependant impossible de faire témoigner 8 femmes car les témoins doivent comprendre au moins un homme[30]. De plus, les fuqaha chiites accordent des pouvoirs discrétionnaires au juge dans les cas d’homosexualité (masculine comme féminine), pour qu'ils puissent condamner l’accusé à la peine de mort soit par décapitation (comme dans les écoles hanbalite et shâfi'îte), soit par lapidation (comme dans l'école malikite), soit par précipitation à partir d'une élévation, soit par le bûcher[30]. Cette dernière peine est souvent considérée comme interdite dans le sunnisme, en raison du commentaire d'ibn Abbas, selon lequel Muhammad aurait interdit le châtiment du feu (exclusif à Allah) aux hommes[75], mais ne l'est pas dans le chiisme duodécimain qui fait état de nombreuses traditions dans lesquelles Ali aurait brûlé vifs des ghulāt et des homosexuels[76].

Points de vue contemporains[modifier | modifier le code]

Les penseurs islamistes contemporains ne s’entendent pas sur l’applicabilité de la lapidation pour l’adultère. Bien que les textes religieux donnent souvent des exemples avec et sans lapidation, le Qor'ān ne prescrit pas la lapidation comme punition pour tout crime, mentionnant seulement le fouet comme punition pour le zina. Toutefois, la plupart des ouléma[22] soutiennent qu’il y a suffisamment de preuves dans les ahadith pour en extraire une règle. La grande majorité des musulmans considèrent les ahadith, qui décrivent les paroles, les actes et l’exemple donnés par Muhammad à l'humanité au cours de sa vie, comme une source de droit et d’autorité religieuse au-delà du Qor'ān. Ils considèrent les ahadith sahîh comme une source valable de la charia, justifiant leur croyance sur le vingt-et-unième verset de la sourate Al-Ahzab[note 2], ainsi que d'autres versets[note 3],[77],[78].

La fiabilité du hadith est contestée par les coranistes qui rejettent tous les ahadith, et par conséquent la peine de la lapidation aussi.

Le Dr. Mohammad Enayatullah Asad Subhani soutient que la lapidation n’est pas la peine prescrite pour la fornication, comme on l’a généralement compris, et qu'elle ne fait pas non plus partie des Hudud. Son livre Haqeeqat-e-Rajm (la vérité sur la lapidation) a été largement critiqué par les ouléma, car il avait tenté de dissiper les doutes sur les peines prescrites par l’islam pour différents crimes[79]. Javed Ahmad Ghamidi (en) postule que les versets coraniques prescrivent la prostitution seulement pour ceux qui commettent habituellement la fornication comme le font les prostituées, ce qui constitue alors de "la corruption sur la terre" qui est punissable par la mort selon les versets 33 et 34 de la sourate Al-Ma'ida[80]. Cependant, beaucoup d'érudits traditionnels de l’islam rejettent la plupart des pensées et des avis de Ghamidi comme déviants de l’islam classique[81].

Autre : la lapidation de Satan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lapidation de Satan.
Cérémonie de la lapidation de Satan, 2006

En outre, la lapidation de Satan est une cérémonie symbolique pratiquée par les musulmans lors du pèlerinage à La Mecque, le Hajj.

À l'époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La mort par lapidation est un supplice auquel recourent encore certains pays à majorité musulmane.

Le Nigeria, l'Arabie saoudite, le Soudan, l'Afghanistan, le Pakistan, les Émirats arabes unis, le Yémen et peut-être encore l'Iran[82]. Des cas de lapidation ont aussi été signalés au Kurdistan irakien et au Népal (commis par la guérilla maoïste népalaise). La condamnation à mort de Amina Lawal en 2002 au Nigeria (cassée en appel l'année suivante) a été très médiatisée.

Le 3 avril 2019, la mort par lapidation a été instaurée à Brunei par le sultan Hassanal Bolkiah.

Afghanistan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Meurtre de Farkhunda.

La lapidation est illégale en Afghanistan, mais elle est parfois pratiquée extrajudiciairement par des chefs tribaux[2],[83],[84],[85] ou des insurgés talibans dans certaines zones du pays[84],[85],[86],[87]. Avant le gouvernement taliban, la plupart des régions de l’Afghanistan, à l’exception de la capitale, Kaboul, étaient contrôlées par des seigneurs de guerre ou des chefs tribaux. Le système juridique afghan dépendait fortement de la culture locale d’une communauté individuelle et de l’idéologie politique ou religieuse de ses dirigeants. Des cas de lapidation ont également été recensés dans des zones de non-droit, où des auto-justiciers ont commis l’acte à des fins politiques. Dès que les talibans ont pris le pouvoir, c’est devenu une forme de punition légale pour certains crimes graves ou l’adultère. Après la chute du gouvernement taliban, l’administration Karzaï, mis en place par les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN, a restauré le code pénal de 1976, qui ne prévoyait pas l’utilisation de la lapidation comme sanction judiciaire. En 2013, le ministère de la Justice (en) a proposé de rétablir la lapidation sur place publique en guise de punition pour l’adultère[88].

Arabie saoudite[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peine de mort en Arabie saoudite.

En Arabie saoudite, tout acte de sodomie commis par un non-musulman avec une musulmane est passible de la lapidation[89],[90]. Quatre cas d’exécution par lapidation ont été signalés entre 1981 et 1992[91].

Brunei[modifier | modifier le code]

À partir du , toute personne musulmane reconnue coupable de sodomie ou d’adultère sera lapidée à mort, en vertu du nouveau code pénal instauré à Brunei. "Un groupe de musulmans" sera tenu d'assister à l’exécution de la punition[92]. Brunei est devenu le premier pays d’Asie du Sud-Est à adopter officiellement la lapidation publique comme une forme de sanction judiciaire.

Le , juste avant le début du ramadan, le sultan de Brunei, Hassanal Bolkiah annonce à la télévision que le moratoire sur la peine capitale observé de facto dans le pays depuis 1957 (date de la dernière exécution) s'appliquerait aussi aux nouvelles dispositions pénales entrées en vigueur un mois plus tôt[93]. Il a également promis que le pays ratifierait la convention des Nations unies contre la torture[93], qu'il avait signé le [94].

Émirats Arabes Unis[modifier | modifier le code]

La lapidation est une forme légale de punition judiciaire aux Émirats Arabes Unis et ce depuis la fin des années 1970. En 2006, un expatrié a été condamné à mort par lapidation pour adultère[95]. Entre 2009 et 2013, plusieurs personnes ont été condamnées à mort par lapidation[96],[97],[98]. En mai 2014, une femme de ménage asiatique a été condamnée à mort par lapidation à Abou Dabi[99],[100],[101].

Indonésie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peine de mort en Indonésie.

Le , le Conseil législatif sortant d’Aceh a adopté un règlement qui prévoyait la lapidation des adultères mariés[102]. Cependant, le gouverneur Irwandi Youssouf (en) a refusé de signer le règlement, ce qui en fait une loi sans force légale et, de l’avis de certains, donc encore un projet de loi, plutôt qu’une loi réelle[103]. En mars 2013, le gouvernement d'Aceh a retiré la disposition sur la lapidation de son propre projet de nouveau Code criminel[104].

En Iran[modifier | modifier le code]

Le droit iranien[modifier | modifier le code]

La peine de lapidation est inscrite dans le Code de criminalité iranien dans les articles 99 et suivants qui est une base législative tirée de textes islamiques (charia) rédigée au moment de la révolution islamique d'Iran en 1979 par le Conseil des gardiens de la Constitution. Or, ces textes ne sont pas des lois applicables (décrets, arrêtés), contrairement au Code de procédure pénale[105]. En effet, le système judiciaire iranien a prévu dès l'origine, une triple modification des lois de la charia et de ce code de criminalité rendant impossible ce type de condamnation.

Selon Amnesty International, trois personnes auraient été lapidées entre 2006 et 2007, et en janvier 2008 neuf femmes et deux hommes condamnés à être lapidés attendaient l'exécution de leur peine[106], mais ces accusations sont réfutées par le régime de Téhéran, s'appuyant sur le système judiciaire iranien qui ne permet pas de telles condamnations.

Réaction du gouvernement iranien[modifier | modifier le code]

Les autorités iraniennes nient utiliser la peine de lapidation ou condamner des mineurs et considèrent cela comme de la propagande occidentale. En application du code pénal iranien, les responsables iraniens arguent que même si une condamnation de lapidation était prononcée par une cour de justice, elle serait immédiatement annulée par une haute cour de justice[107].

Irak[modifier | modifier le code]

En 2007, Du’a Khalil Aswad, une jeune fille de 17 ans membre d'une tribu de Yézidi, non musulmane, fut lapidée au Kurdistan irakien à la demande de son oncle pour être tombée amoureuse d'un musulman. Ce lynchage, qui n'est pas conforme au droit musulman, a été fait en présence de policiers du gouvernement régional du Kurdistan autonome. Toute la scène a été filmée à l'aide de téléphones portables et diffusée sur Internet[108].

En février et mars 2012, au moins quatorze jeunes sont lapidés à Bagdad par des milices chiites pour avoir adopté le style occidental "emo" dans leurs vêtements et leurs coiffures[109].

Un Irakien de 30 ans a été lapidé à mort, le , dans la ville septentrionale de Mossoul, après qu’un tribunal instauré par Daech l’ait condamné à mort pour le crime d’adultère[110].

Nigeria[modifier | modifier le code]

Depuis l’introduction de la charia dans le nord (à prédominance musulmane) du Nigeria en 2000, plus d’une douzaine de musulmans nigérians ont été condamnés à mort par lapidation pour des infractions sexuelles allant de l’adultère à la sodomie. Cependant, aucune de ces peines n’a été exécutée. Elles ont été rejetées en appel et les coupables condamnés à des peines de prison ou laissés sans exécution, en partie à cause des pressions exercées par les groupes de défense des droits de l'homme[111],[112],[113],[114].

Soudan[modifier | modifier le code]

En mai 2012, un tribunal soudanais a condamné à mort Intisar Sharif Abdallah pour adultère ; les accusations ont été portées en appel et abandonnées deux mois plus tard[115]. En juillet 2012, un tribunal pénal de Khartoum, au Soudan, a condamné à mort Layla Ibrahim Issa Jumul, âgée de 23 ans, par lapidation pour adultère[116]. Amnesty International a signalé qu’elle s’était vu refuser un avocat pendant le procès et qu’elle avait été condamnée uniquement sur la base de ses aveux. L’organisation l’a désignée prisonnière de conscience, "détenue uniquement pour des relations sexuelles consensuelles", et a fait pression pour sa libération[115]. En septembre, l’article 126 du Code pénal du Soudan (1991), qui prévoyait la mort par lapidation pour apostasie, a été modifié pour prévoir la mort par pendaison.

Dans l'État islamique[modifier | modifier le code]

Il a été fait mention de plusieurs lapidations par les djihadistes du groupe État islamique généralement pour adultère, pour avoir eu des relations sexuelles hors mariage ou pour homosexualité[117],[118],[119].

En France[modifier | modifier le code]

En 2004, lors de l'affaire Ghofrane Haddaoui, deux mineurs sont condamnés à 23 ans de prison pour la lapidation de la jeune fille qui avait refusé d'entretenir une relation sexuelle avec l'un des accusés[120],[121]. Ce fait divers criminel provoque l'indignation sur la condition des jeunes filles d'origine musulmane des quartiers populaires en France[122].

Lutte contre la lapidation[modifier | modifier le code]

La lapidation est condamnée par de nombreux groupes, religieux ou laïques, pour des raisons diverses. Certains groupes, comme Amnesty International et Human Rights Watch, sont opposés à toute forme de peine de mort.

Cette lutte est réactivée en août 2010 par les réactions à la condamnation à mort de Sakineh Mohammadi Ashtiani, une femme iranienne azérie, condamnée en 2006 pour adultère puis pour meurtre[123],[124],[125].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L’Union des Congrégations hébraïques américaines est depuis longtemps opposée à la peine capitale. Nous croyons que c'est le devoir de la société d'évoluer et de favoriser d'autres méthodes pour lutter contre la criminalité en essayant de la prévenir par l'élimination de ses causes, et en favorisant les méthodes modernes de réhabilitation des criminels dans l'esprit de la tradition juive de Techouva qui signifie la repentance. Nous croyons, en outre, que la pratique de la peine capitale ne sert à rien. L'expérience dans plusieurs États américains et dans d'autres pays a démontré que la peine capitale n'est pas un moyen de dissuasion efficace contre le crime. En outre, nous croyons que cette pratique avilit tout notre système pénal et brutalise l'esprit humain
  2. « En effet, vous avez dans le Messager d'Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment. »

    — Le Coran, « Les Confédérés », XXXIII, 21, (ar) الأحزاب

  3. « Dis: « Obéissez à Allah et au Messager. Et si vous tournez le dos... alors Allah n'aime pas les infidèles ! »

    — Le Coran, « La Famille d’Imran », III, 32, (ar) آل عمران

    « Et obéissez à Allah et au Messager afin qu'il vous soit fait miséricorde ! »

    — Le Coran, « La Famille d’Imran », III, 132, (ar) آل عمران

    « Ô les croyants ! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d'entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleure interprétation (et aboutissement). »

    — Le Coran, « Les Femmes », IV, 59, (ar) النساء

    « Ô vous qui croyez ! Obéissez à Allah et à Son messager et ne vous détournez pas de lui quand vous l'entendez (parler). »

    — Le Coran, « Le Butin », VIII, 20, (ar) الأنفال

    « Le jour où leurs visages seront tournés et retournés dans le Feu, ils diront: « Hélas pour nous ! Si seulement nous avions obéi à Allah et obéi au Messager ! » »

    — Le Coran, « Les Confédérés », XXXIII, 66, (ar) الأحزاب

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Emma Batha, « FACTBOX: Stoning - where does it happen? », sur News.Trust.org, (consulté le 26 août 2019)
  2. a b et c (en) Emma Batha, « Special report: The punishment was death by stoning. The crime? Having a mobile phone », sur Independent.co.uk, (consulté le 26 août 2019)
  3. (en) Lichter, Ida, 1947-, Muslim women reformers : inspiring voices against oppression, Prometheus Books, (ISBN 9781591027164 et 1591027160, OCLC 262889534, lire en ligne), p. 189
  4. Emily Tamkin, « Brunei makes gay sex and adultery punishable by death by stoning », Washington Post,‎ (lire en ligne)
  5. C.N.R.T.L., étymologie du verbe lapider.
  6. (en) Deborah T. Steiner, Stoning and Sight: A Structural Equivalence in Greek Mythology Stoning and Sight: A Structural Equivalence in Greek Mythology, CA 14/1, , p. 200 [193-211].
  7. Résumé du Le Sac de Troie par Proclus, EGF I, 49 Kinkel et Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne], X, 31, 2.
  8. Sophocle, Œdipe à Colone [détail des éditions] [lire en ligne], 434-436.
  9. Apollodore, Épitome [détail des éditions] [lire en ligne], III, 25.
  10. Eschyle, Euménides [détail des éditions] [lire en ligne], 187-191.
  11. Nom donné par Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], IX, 5 ; Démosthène Sur la couronne = XVIII, 204 donne au personnage le nom de Cyrsilos.
  12. Lycurgue, Contre Léocratès, 122.
  13. Vincent J. Rosivach, « Execution by Stoning in Athens », CQ 6/22 (octobre 1987), p. 238-239 [232-248].
  14. Xénophon, Helléniques [lire en ligne], I, 2, 10-13.
  15. René Girard, Je vois Satan tomber comme l‘éclair, Grasset 1999, p. 83 et suivantes, commentant Flavius Philostratus, The life of Apollonius of Tyana, Cambridge 1912, livre 4, chap.10
  16. a et b Thomas Römer, Dieu obscur : Cruauté, sexe et violence dans l'Ancien Testament, éd. Labor et Fides, 2009, p. 101, extrait en ligne
  17. article « Capital punishment », in Jewish Encyclopedia, éd; 1906, article en ligne
  18. What is the Jewish position on Capital Punishment?, faqs.org,
  19. Rabbi Aryeh Kaplan dans le Manuel de la pensée juive, tome II, p. 170-71
  20. Statement on capital punishment, 1960. Proceedings of the Committee on Jewish Law and Standards 1927-1970, Volume III, p. 1537-1538
  21. Emma Batha, Stoning - where does it happen? Thomson Reuters Foundation, September 29, 2013
  22. a et b (en) Black, E. Ann, et Hosen, Nadirsyah,, Modern perspectives on Islamic law (ISBN 9780857934468, 0857934465 et 9781782545521, OCLC 828416459, lire en ligne), p. 222-223
  23. a b c d et e (en) Peters, Rudolph., Crime and punishment in Islamic law : theory and practice from the sixteenth to the twenty-first century, Cambridge University, (ISBN 9780511345371, 0511345372 et 0511344678, OCLC 667103033, lire en ligne), p. 37
  24. a b c et d Muhsan The Oxford Dictionary of Islam (2012)
  25. a b et c (en) Nuʻmān ibn Muḥammad, Abū Ḥanīfah, -974. et Poonawala, Ismail K., The pillars of Islam : Da'a'im al-Islam of al-Qadi al-Nu'man, Oxford University Press, (2006 printing) (ISBN 9780195684353, 0195684354 et 9780195689075, OCLC 81452076, lire en ligne), p. 448-457
  26. a b et c Al Muwatta 41 1.8
  27. Michael Cook, The Koran, A Very Brief Introduction, Oxford University Press, (lire en ligne), p. 140
  28. Sahih Muslim 17:4191 - 4209 and 17:4916 & 17:4194
  29. OU Kalu (2003), Safiyya and Adamah: Punishing adultery with sharia stones in twenty‐first‐century Nigeria, African Affairs, 102(408), pp. 389-408
  30. a b c et d (en) Abiad, Nisrine., Sharia, Muslim states and international human rights treaty obligations : a comparative study, British Institute of International and Comparative Law, (ISBN 9781905221417 et 190522141X, OCLC 261135061, lire en ligne), p. 24-25
  31. Kadri & Heaven on Earth 2012, p. 217.
  32. Abdou-Rahman ibn Abdoul Karim Al-Sheha (trad. de l'arabe par Yaqub Chérif), Les Droits De l’Homme en Islam : Halte aux Préjugés ! [« كتاب حقوق الإنسان في الإسلام والتصورات الخاطئة الشائعة »], Editions Assia,‎ , 131 p., p. 28
  33. a b c et d Kadri & Heaven on Earth 2012, p. 231.
  34. a et b Max Rodenbeck, « How She Wants to Modify Muslims [Review of Heretic: Why Islam Needs a Reformation Now by Ayaan Hirsi Ali ] », New York Review of Books, vol. LXII, no 19,‎ , p. 36 (lire en ligne)
  35. Kadri & Heaven on Earth 2012, p. 231.
  36. Nigerian scholars promoting Sharia law as support for women's rights. September 13, 2005
  37. « 5th Delay in Nigerian Gay Trial. Two men facing death by stoning for the alleged crime of sodomy .... September 14, 2005 » [archive du ]
  38. Leela Jacinto, « Nigerian Woman Fights Stoning Death », ABC News International,‎ (lire en ligne)
  39. « Gay Nigerians face Sharia death », BBC News,‎ (lire en ligne)
  40. Sarah Coleman, « Nigeria: Stoning Suspended », World Press,‎ (lire en ligne)
  41. Kadri & Heaven on Earth 2012, p. 225.
  42. (en) « Afghanistan: Reject stoning, flogging, amputation and other Taliban-era punishments », sur Amnesty.org, (consulté le 22 août 2019)
  43. (en) « Sudan: Ban Death by Stoning », sur HRW.org, (consulté le 22 août 2019)
  44. (en) Kathryn Seifert, « Death by Stoning: Why Is This Sickening Punishment Legal? », sur PsychologyToday.com, (consulté le 22 août 2019)
  45. Olivia Becker, « Syrian Woman Reportedly Survives Islamic State’s Execution by Stoning », Vice News,
  46. Hasan, "The Theory of Naskh", Islamic Studies, 1965: p.190
  47. Musnad Ahmad Ibn Hanbal. vol. 6. p. 269; Sunan Ibn Majah, p. 626; Ibn Qutaybah, Tawil Mukhtalafi 'l-Hadith (Cairo: Maktaba al-Kulliyat al-Azhariyya. 1966) p. 310; As-Suyuti, ad-Durru 'l-Manthur, vol. 2. p. 13
  48. Muhammad Taqi Uthmani, Takmilat Fath al-Mulhim (en), vol. 1, pg. 69. Beyrouth: Dar Ihya al-Turath al-Arabi.
  49. Shuaib Al Arna'ut (en), Tahqiq Musnad Ahmad ibn Hanbal, vol. 6, pg. 269, hadith #26,359. Beirut: Mu`assasah al-Risalah.
  50. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 6830 », sur Quranx.com (consulté le 23 août 2019)
  51. (en) « Sahih Muslim / Hadith 1691a », sur Quranx.com (consulté le 23 août 2019)
  52. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 5271 », sur Quranx.com (consulté le 23 août 2019)
  53. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 6813 », sur Quranx.com (consulté le 23 août 2019)
  54. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 3635 », sur Quranx.com (consulté le 24 août 2019)
  55. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 4556 », sur Quranx.com (consulté le 24 août 2019)
  56. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 7543 », sur Quranx.com (consulté le 24 août 2019)
  57. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 3849 », sur Quranx.com (consulté le 24 août 2019)
  58. (en) « Sahih Muslim / Hadith 1690a », sur Quranx.com (consulté le 24 août 2019)
  59. (en) « Sahih Muslim / Hadith 1696a », sur Quranx.com (consulté le 23 août 2019)
  60. (en) « Sunan Abu Dawud / Hadith 4463 », sur Quranx.com (consulté le 24 août 2019)
  61. (en) « Sunan Abu Dawud / Hadith 4379 », sur Quranx.com (consulté le 22 septembre 2019)
  62. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 2413 », sur Quranx.com (consulté le 24 août 2019)
  63. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 6876 », sur Quranx.com (consulté le 24 août 2019)
  64. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 6884 », sur Quranx.com (consulté le 24 août 2019)
  65. Melchert, Christopher., The formation of the Sunni schools of law, 9th-10th centuries C.E., Brill, (ISBN 9004109528 et 9789004109520, OCLC 37579969, lire en ligne), p. 16
  66. Aboubaker Djaber Eldjazaïri, "La voie du musulman", éd. Maison d'Ennour, p. 539
  67. Joseph Schacht, An Introduction to Islamic Law (Oxford: Clarendon Press, 1973), pp. 178–181
  68. « Mahmoud Azab : « Dans le Coran, il n’y a aucune trace d’incitation à la lapidation. » », sur Oumma.com (consulté le 8 février 2008)
  69. a b c d e f g et h (en) Semerdjian, Elyse., "Off the straight path" : illicit sex, law, and community in Ottoman Aleppo, Syracuse University Press, (ISBN 9780815651550 et 0815651554, OCLC 785782977, lire en ligne), p. 22-23
  70. a et b (en) Semerdjian, Elyse., "Off the straight path" : illicit sex, law, and community in Ottoman Aleppo, Syracuse University Press, (ISBN 9780815651550 et 0815651554, OCLC 785782977, lire en ligne), p. 23-25
  71. (en) « Sunan Abu Dawud / Hadith 4443 », sur Quranx.com (consulté le 24 août 2019)
  72. IslamOnline.net, « Stoning: Does It Have Any Basis in Shari`ah? » (consulté le 24 août 2019)
  73. (en) Abiad, Nisrine., Sharia, Muslim states and international human rights treaty obligations : a comparative study, British Institute of International and Comparative Law, (ISBN 9781905221417 et 190522141X, OCLC 261135061, lire en ligne), p. 24-26
  74. (en) McGarvey, Kathleen, 1968-, Muslim and Christian women in dialogue : the case of northern Nigeria, Peter Lang, (ISBN 9783039114177 et 3039114174, OCLC 267044767, lire en ligne), p. 203–204
  75. (en) « Sahih Bukhari / Hadith 3017 », sur Quranx.com (consulté le 26 août 2019)
  76. (ar) « الاسئلة و الأجوبة » الإمام علي (عليه السلام) » هل أحرق الإمام علي (عليه السلام) قوما من الغلاة », sur Aqaed.com (consulté le 26 août 2019)
  77. (en) Zaman, Muhammad Qasim., Modern Islamic thought in a radical age : religious authority and internal criticism (ISBN 9781139571234, 1139571230 et 9781139569422, OCLC 812917685, lire en ligne), p. 30-31
  78. (en) Robinson, Neal, 1948-, Islam, a concise introduction, Georgetown University Press, (ISBN 0878402241 et 9780878402243, OCLC 40510545, lire en ligne), p. 85-89
  79. s Ubaidurrahman, « Apostasy does not carry death penalty in Islam », sur the Milli Gazette (consulté le 16 février 2018)
  80. Javed Ahmad Ghamidi (en), Mizan (en), The Penal Law of Islam « https://web.archive.org/web/20070127184245/http://www.renaissance.com.pk/septfeart2y2.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), , Al-Mawrid (en)
  81. [Fitna of Javed Ahmad][1]
  82. (en) Elyse Semerdjian, "Off the straight path": illicit sex, law, and community in Ottoman Aleppo, Syracuse, Syracuse University Press, , 1re éd., 274 p. (ISBN 978-0-8156-3173-6 et 0815631731, LCCN 2008043095, lire en ligne), p. 185
  83. (en) « Afghanistan – Stoning of Women », sur WUNRN.com, (consulté le 17 septembre 2019)
  84. a et b (en) Serina Sandhu, « Afghan woman accused of adultery stoned to death in video posted online », sur www.independent.co.uk, (consulté le 17 septembre 2019)
  85. a et b (en) Sune Engel Rasmussen, « Afghan woman stoned to death for alleged adultery », sur TheGuardian.com, (consulté le 17 septembre 2019)
  86. (en) Hassan Hakimi, « Stoning Rukhshana was against Shariah: Ghor Ulema », sur pajhwok.com, (consulté le 17 septembre 2019)
  87. (en) Laura King, « Young lovers killed by stoning in Afghanistan », sur LATimes.com, (consulté le 17 novembre 2019)
  88. (en) « Afghanistan: Reject Proposal to Restore Stoning », sur HRW.org, (consulté le 17 septembre 2019)
  89. Anne Chemin, « Mobilisation mondiale contre la pénalisation de l'homosexualité », (consulté le 4 juin 2009)
  90. (en) [PDF] Daniel Ottosson, « State-sponsored Homophobia », International Lesbian and Gay Association (ILGA), (consulté le 19 juin 2009), p. 33
  91. (en) Vogel, Frank E., Islamic law and legal system : studies of Saudi Arabia, Brill, (ISBN 9004110623, 9789004110625 et 1417590874, OCLC 133163392, lire en ligne), p. 246
  92. (en) Ben Westcott, « Brunei to punish gay sex and adultery with death by stoning », sur edition.cnn.com, (consulté le 26 août 2019)
  93. a et b « Le sultanat de Brunei suspend (pour l’instant) la lapidation pour homosexualité et adultère », sur NouvelObs.com, (consulté le 26 août 2019)
  94. (en) « Convention Against Torture - United Nations Treaty Collection », sur Treaties.un.org (consulté le 26 août 2019)
  95. (en) « UAE: DEATH BY STONING/ FLOGGING », sur Amnesty.org, (consulté le 26 août 2019)
  96. (en) « Two women sentenced to death for adultery », sur KhaleejTimes.com, (consulté le 26 août 2019)
  97. (en) « Man faces stoning in UAE for incest », sur DNAIndia.com, (consulté le 26 août 2019)
  98. (en) Kareem Shaheen, « Woman denies affair after hearing she faces stoning », sur TheNational.ae, (consulté le 26 août 2019)
  99. (en) Sarah Garden, « Woman Sentenced To Death By Stoning In Abu Dhabi », sur EmiratesWoman.com, (consulté le 26 août 2019)
  100. (en) « Asian housemaid gets death for adultery in Abu Dhabi », sur QatarLiving.com, (consulté le 26 août 2019)
  101. (en) « Expat faces death by stoning after admitting in court to cheating on husband », (consulté le 26 août 2019)
  102. (en) « Aceh's Sharia Law Still Controversial in Indonesia », sur VOAnews.com, (consulté le 26 août 2019)
  103. Aceh Stoning Law Hits a New Wall « https://web.archive.org/web/20160125051612/http://jakartaglobe.beritasatu.com/archive/aceh-stoning-law-hits-a-new-wall/ »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), The Jakarta Globe, 12th October 2009
  104. (en) Nurdin Hasan, « Aceh removes stoning sentence from Sharia draft bylaw », sur pacific.scoop.co.nz, (consulté le 26 août 2019)
  105. [2],Droit pénal iranien
  106. Amnesty demands Iran ends 'grotesque' stoning executions, Ian Black, The Guardian, 15/1/2008.
  107. Iran denies execution by stoning, BBC, 11 janvier 2005
  108. Giawdat Sofi, « Tuée pour l'honneur », Télévision suisse romande, (consulté le 28 août 2010)
  109. (en) Ahmed Rasheed, Mohammed Ameer et Peter Graff, « Iraq militia stone youths to death for "emo" style », sur Reuters.com, (consulté le 26 août 2019)
  110. (en) « Islamic State militants stone man to death in Iraq: witness », sur Reuters.com, (consulté le 26 août 2019)
  111. (en) Weimann, Gunnar J., Islamic criminal law in Northern Nigeria : politics, religion, judicial practice, Vossiuspers UvA, an imprint of Amsterdam University Press, (ISBN 9789048514526, 9048514525 et 9056296558, OCLC 704284899, lire en ligne), p. 77
  112. John L. Esposito et Dalia Mogahed, Who Speaks For Islam?: What a Billion Muslims Really Think, Gallup Press (Kindle edition), , Kindle loc. 370
  113. (en) « Gay Nigerians face Sharia death », sur news.bbc.co.uk, (consulté le 26 août 2019)
  114. (en) Sarah Coleman, « Nigeria: Stoning Suspended », sur WorldPress.org, (consulté le 26 août 2019)
  115. a et b (en) « Amnesty: Sudan – end stoning, reform the criminal law », sur SudanTribune.com, (consulté le 27 août 2019)
  116. (it) « Sudan: Amnesty International e Italians for Darfur mobilitati contro lapidazione di Layla », sur LiberoReporter.it, (consulté le 27 août 2019)
  117. Syrie: La vidéo de la lapidation d'une femme par son père et Daesh postée sur YouTube, 20minutes.fr, 21 octobre 2014
  118. Lapidés par l'EI pour des relations sexuelles hors mariage, 7sur7.be, 31 mars 2015
  119. Un adolescent poussé dans le vide par Daesh puis lapidé, alliancefr.com, 10 février 2016
  120. « Le meurtre de Ghofrane devant les assises des Bouches-du-Rhône », Le Nouvel Observateur, 10 avril 2007.
  121. « Les 2 meurtriers de Ghofrane condamnés à 23 ans de prison » « Copie archivée » (version du 7 octobre 2007 sur l'Internet Archive), 15 avril 2007, Le Nouvel Observateur
  122. « Jugés pour avoir lapidé une jeune femme à Marseille », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  123. Une Iranienne accusée d'adultère condamnée à mort, Le Figaro, 9 juillet 2010.
  124. Il faut empêcher la lapidation de Sakineh, Libération, 15 août 2010.
  125. Sakineh : "Ce verdict est en cours d'examen" affirme l'Iran, Le Monde, 28 août 2010

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :