Peine de mort à Singapour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La peine de mort constitue le châtiment suprême à Singapour, qui l'utilise couramment, par pendaison. Les exécutions ont lieu traditionnellement le vendredi matin.

Avec 5,3 millions d'habitants, Singapour a l'un des taux d'exécution capitale par habitant le plus élevé au monde avec environ quatre cent vingt détenus pendus entre 1991 et 2004, selon Amnesty International[1].

Actualité récente[modifier | modifier le code]

En 2012, Singapour a adopté un adoucissement législatif inédit de sa loi en la matière, autorisant notamment le juge à prononcer la prison à vie au lieu de la peine de mort pour trafic de drogue dans certaines circonstances, notamment en cas de coopération avec les autorités. Les exécutions avaient été suspendues afin de permettre cette réforme. Elles ont repris dès 2014[2] avec un rythme normal.

Crimes capitaux[modifier | modifier le code]

  • Meurtre ;
  • Tentative de meurtre par un condamné à la prison à perpétuité ;
  • Parjure ayant entraîné l'exécution d'un innocent ;
  • Provocation au suicide d'un mineur ou d'une personne vulnérable ;
  • Atteintes à la personne du président de la République (trahison) ;
  • Mutinerie ;
  • Piraterie dangereuse pour la vie humaine ;
  • Faire la guerre ; tenter de faire la guerre ou comploter en vue de faire la guerre au gouvernement de Singapour
  • Enlèvement ou abus sexuel en relation avec un meurtre ;
  • Vol en bande organisée suivi de mort ;
  • Possession de drogue (dans le cas d’une détention de plus de 500g de cannabis, de 30g de cocaine ou de 15g d'héroine, son application est alors obligatoire) ;
  • Possession illégale d'armes à feu.

Opinion publique[modifier | modifier le code]

Selon le journal The Straits Times, 95 % des Singapouriens sont partisans de la peine de mort[3].

Exécutions depuis en 1965[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive
Criminel Date Méthode(s) Crime(s) Présidence
Fung Yuk-shing[4] 4 mars 1994 Pendaison Trafic de drogue en 1990. Ong Teng Cheong
Nathan Tse Po-chung[5] Trafic de drogue en 1989.
Cheuk Mei-mei[6] Trafic de drogue en 1989.
Johannes Van Damme[7] 23 septembre 1994 Trafic de drogue en 1991.
Van Tuong Nguyen[8] 2 décembre 2005 Trafic de drogue en 2002. Sellapan Ramanathan
Tang Hai Liang[9] 18 juillet 2014 Trafic de drogue en 2009. Tony Tan Keng Yam
Foong Chee[10] Trafic de drogue en 2009.
Muhammad Kadar[11] 14 avril 2015 Meurtre en 2005 d'une retraitée en la poignardant à cent-dix reprises.
Chijioke Obioha[12] 18 novembre 2016 Trafic de drogue en 2008.
Devendran Supramaniam[13] Trafic de drogue en 2011.
Bill Agbozo[14] 13 mars 2018 Trafic de drogue en 2013. Halimah Yacob
Selamat Bin Paki[15] 24 octobre 2018 Trafic de drogue en 2012.
Ali Bahashwan[16] Trafic de drogue en 2012.
Irwan Bin Ali[17] 26 octobre 2018 Trafic de drogue en 2012.
Prabu Pathmanathan[18] Trafic de drogue en 2014
Michael Garing[19] 22 mars 2019 Meurtre en 2010 d'un homme lors d'un braquage en le battant à mort.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.liberation.fr/monde/0101649724-un-ecrivain-britannique-juge-a-singapour-pour-avoir-critique-la-peine-de-mort
  2. http://uk.reuters.com/article/2014/07/18/uk-singapore-execution-idUKKBN0FN1BO20140718
  3. http://docs.google.com/viewer?a=v&q=cache:90mi_d58MsgJ:www.straitstimes.com/STI/STIMEDIA/pdf/20090119/Rebuttal.pdf+%22Straits+Times%22+%22death+penalty%22+95%25&hl=fr&gl=fr&sig=AHIEtbRQtrC1ksNkp1sa7Gbfp1xwHEScoA
  4. (en) « Local drugs trio hanged in Singapore », sur South China Morning Post, invalid date (consulté le 6 juin 2019)
  5. (en) « Local drugs trio hanged in Singapore », sur South China Morning Post, invalid date (consulté le 6 juin 2019)
  6. (en) « Local drugs trio hanged in Singapore », sur South China Morning Post, invalid date (consulté le 6 juin 2019)
  7. (en-US) Philip Shenon, « Singapore Executes a Dutch Engineer Arrested on Drug Charges », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 6 juin 2019)
  8. (en) « ‘There was an innate cruelty to this rule’ », sur www.dailytelegraph.com.au, (consulté le 6 juin 2019)
  9. (en) « Singapore hangs two drug traffickers, first executions in over... », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2019)
  10. (en) « Singapore hangs two drug traffickers, first executions in over... », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2019)
  11. (en) migration, « Convicted killer executed after final plea failed », sur The Straits Times, (consulté le 6 juin 2019)
  12. (en) hermes, « Two drug traffickers hanged after appeals fail », sur The Straits Times, (consulté le 6 juin 2019)
  13. (en) hermes, « Two drug traffickers hanged after appeals fail », sur The Straits Times, (consulté le 6 juin 2019)
  14. (en) Human Rights Watch | 350 Fifth Avenue et 34th Floor | New York, « Singapore’s Death Penalty Claims Another Life », sur Human Rights Watch, (consulté le 6 juin 2019)
  15. (en-GB) « Singapore Court of Appeal clarifies certain aspects of personal consumption defence to abetment of drug trafficking », sur The Online Citizen, (consulté le 6 juin 2019)
  16. (en-GB) « Singapore Court of Appeal clarifies certain aspects of personal consumption defence to abetment of drug trafficking », sur The Online Citizen, (consulté le 6 juin 2019)
  17. (en) « New wave of executions condemned », sur Worldwide Movement for Human Rights (consulté le 6 juin 2019)
  18. (en-GB) « 4 Executions in 48 Hours - Singapore's "unprecedented and vicious" rampage », sur The Online Citizen, (consulté le 6 juin 2019)
  19. (en) hermesauto, « Malaysian convicted of murder is executed in Singapore », sur The Straits Times, (consulté le 6 juin 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]