Peine de mort à Singapour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La peine de mort constitue le châtiment suprême à Singapour, qui l'utilise couramment, par pendaison. Les exécutions ont lieu traditionnellement le vendredi matin.

Avec 5,3 millions d'habitants, Singapour a l'un des taux d'exécution capitale par habitant le plus élevé au monde avec environ quatre cent vingt détenus pendus entre 1991 et 2004, selon Amnesty International[1].

En , plus de quarante personnes condamnées restaient dans l'attente de leur execution[2].

Crimes punis de la peine de mort[modifier | modifier le code]

  • Meurtre ;
  • Tentative de meurtre par un condamné à la prison à perpétuité ;
  • Parjure ayant entraîné l'exécution d'un innocent ;
  • Provocation au suicide d'un mineur ou d'une personne vulnérable ;
  • Atteintes à la personne du président de la République (trahison) ;
  • Mutinerie ;
  • Piraterie dangereuse pour la vie humaine ;
  • Faire la guerre ; tenter de faire la guerre ou comploter en vue de faire la guerre au gouvernement de Singapour
  • Enlèvement ou abus sexuel en relation avec un meurtre ;
  • Vol en bande organisée suivi de mort ;
  • Possession de drogue (dans le cas d'une détention de plus de 500 g de cannabis, de 30 g de cocaïne ou de 15 g d'héroïne, son application est alors obligatoire) ;
  • Possession illégale d'armes à feu.

Actualité récente[modifier | modifier le code]

En 2012, Singapour a adopté un adoucissement législatif inédit de sa loi en la matière, autorisant notamment le juge à prononcer la prison à vie au lieu de la peine de mort pour trafic de drogue dans certaines circonstances, notamment en cas de coopération avec les autorités. Les exécutions avaient été suspendues afin de permettre cette réforme. Elles ont repris dès 2014[3] au même rythme que précédemment.

Le , Punithan Genasan, un malaisien de 37 ans, reconnu coupable de complicité dans le transport d'au moins 28,5 g d'héroïne en 2011[4], est condamné à mort au terme d'une audience qui s'est déroulée par vidéoconférence sur l'application Zoom[5]. Ce fait, inédit, intervient dans le cadre du confinement mis en place par l'État singapourien à partir du pour lutter contre la pandémie de COVID-19 qui sévit dans le pays. Auparavant, la « téléjustice » avait déjà été testé en France et aux États-Unis mais, étant surtout utilisé pour les petits procès, elle n'avait jamais aboutit à une telle condamnation.

Opinion publique[modifier | modifier le code]

Selon le journal The Straits Times, 95 % des Singapouriens étaient partisans de la peine de mort en 2005[6].

Exécutions notables depuis en 1965[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive
Criminel Sexe Date Méthode(s) Crime(s)
Sunny Ang Soo Suan M Pendaison Meurtre de Jenny Cheok Cheng Kid en 1962
Usman bin Haji Muhammad Ali M Pendaison Attentat à la bombe en 1965
Harun Thohir M Pendaison Attentat à la bombe en 1965
Adrian Lim M Pendaison Meurtres de Agnes Ng Siew Heok (9 ans) et Ghazali bin Marzuki (10 ans) en 1981
Tan Mui Choo F Pendaison Meurtres de Agnes Ng Siew Heok (9 ans) et Ghazali bin Marzuki (10 ans) en 1981
Hoe Kah Hong F Pendaison Meurtres de Agnes Ng Siew Heok (9 ans) et Ghazali bin Marzuki (10 ans) en 1981
Fung Yuk-shing M Pendaison Trafic de drogue en 1990
Nathan Tse Po-chung M Pendaison Trafic de drogue en 1989
Cheuk Mei-mei F Pendaison Trafic de drogue en 1989
Johannes van Damme M Pendaison Trafic de drogue en 1991
Flor Contemplacion F Pendaison Meurtres de Delia Mamaril Maga et de Nicholas Huang en
Tong Ching-man F Pendaison Trafic de drogue en 1991
Lam Cheuk-wang F Pendaison Trafic de drogue en 1991
Poon Yuen-chung F Pendaison Trafic de drogue en 1991
Angel Mou Pui-peng F Pendaison Trafic de drogue en 1991
John Martin Scripps M Pendaison Meurtre de Gerard Lowe en
Vignes Mourthi M Pendaison Trafic de drogue en 2003
Shanmugam Murugesu M Pendaison Trafic de drogue en 2001
Van Tuong Nguyen M Pendaison Trafic de drogue en 2002
Took Leng How M Pendaison Meurtre de Huang Na (8 ans) en 2004
Iwuchukwu Amara Tochi M Pendaison Trafic de drogue en 2004
Tang Hai Liang M Pendaison Trafic de drogue en 2009
Foong Chee M Pendaison Trafic de drogue en 2009
Muhammad Kadar M Pendaison Meurtre d'une retraitée en 2005
Kho Jabing M Pendaison Meurtre de Cao Ruyin en 2008
Chijioke Obioha M Pendaison Trafic de drogue en 2008
Devendran Supramaniam M Pendaison Trafic de drogue en 2011
Bill Agbozo M Pendaison Trafic de drogue en 2013
Selamat Bin Paki M Pendaison Trafic de drogue en 2012
Ali Bahashwan M Pendaison Trafic de drogue en 2012
Irwan Bin Ali M Pendaison Trafic de drogue en 2012
Prabu Pathmanathan M Pendaison Trafic de drogue en 2014
Michael Garing M Pendaison Meurtre de Shanmuganathan Dillidurai en
Abd Helmi Ab Halim M Pendaison Trafic de drogue en 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Un écrivain britannique jugé à Singapour pour avoir critiqué la peine de mort », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. (en) « Death sentences and executions 2019 » [PDF], Amnesty International, (consulté le )
  3. (en) Reuters Editorial, « Singapore hangs two drug traffickers, first executions in over three years », sur reuters.com, (consulté le ).
  4. (en) Rebecca Ratcliffe, « Singapore sentences man to death via Zoom call », sur TheGuardian.com, (consulté le )
  5. Camille Sarazin, « Coronavirus : à Singapour, un homme condamné à mort via Zoom », sur RTL.fr, (consulté le )
  6. http://docs.google.com/viewer?a=v&q=cache:90mi_d58MsgJ:www.straitstimes.com/STI/STIMEDIA/pdf/20090119/Rebuttal.pdf+%22Straits+Times%22+%22death+penalty%22+95%25&hl=fr&gl=fr&sig=AHIEtbRQtrC1ksNkp1sa7Gbfp1xwHEScoA

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]