Lacaune (Tarn)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lacaune
Lacaune (Tarn)
La fontaine des Pisseurs.
Blason de Lacaune
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Castres
Intercommunalité Communauté de communes des Monts de Lacaune et de la Montagne du Haut Languedoc
(siège)
Maire
Mandat
Robert Bousquet
2020-2026
Code postal 81230
Code commune 81124
Démographie
Gentilé Lacaunais
Population
municipale
2 464 hab. (2019 en diminution de 2,84 % par rapport à 2013)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 34″ nord, 2° 41′ 35″ est
Altitude Min. 598 m
Max. 1 267 m
Superficie 91,36 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Lacaune
(ville isolée)
Aire d'attraction Lacaune
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton des Hautes Terres d'Oc
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lacaune
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lacaune
Géolocalisation sur la carte : Tarn
Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Lacaune
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Lacaune
Liens
Site web lacaune.com

Lacaune [la.ko.nə] (en occitan La Cauna[1] [la 'kaw.n]) est une commune française située dans l'est du département du Tarn, en région Occitanie. Sur le plan historique et culturel, la commune est dans le Lacaunais, un ensemble de plateaux où l'élevage de brebis laitières est prépondérant.

Exposée à un climat de montagne, elle est drainée par le Gijou, le Toudoure, le Ruisseau de Falcou, le Ruisseau de Gijoussel, le Ruisseau de Vernoubre, le Rieufrech, la rivière Caunaise, le ruisseau de la Grande Vergne, le ruisseau de Peyre Male, le ruisseau de Ramières et par divers autres petits cours d'eau. Incluse dans le parc naturel régional du Haut-Languedoc, la commune possède un patrimoine naturel remarquable : trois sites Natura 2000 (les « tourbières du Margnès », « le Montalet » et Les « vallées du Tarn, de l'Aveyron, du Viaur, de l'Agout et du Gijou »), deux espaces protégés (le « tourbière de la Jasse de Martinou » et le « tourbière de Piquotalen ») et treize zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Lacaune est une commune rurale qui compte 2 464 habitants en 2019. Elle est dans l'unité urbaine de Lacaune et fait partie de l'aire d'attraction de Lacaune. Ses habitants sont appelés les Lacaunais ou Lacaunaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'est du département du Tarn. Elle est limitrophe de l'Aveyron et de l'Hérault.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte

Lieux-dits et écarts (masatges en occitan)[modifier | modifier le code]

  • Adrech d'Empanse (l') ;
  • Adrech d'Escoubilhac (l') ;
  • Ayguebelle ;
  • Barraque de Famiac (la) ;
  • Barraque des Fournials (la) ;
  • Basse Vergne ;
  • Bechet ;
  • Belair ;
  • Bernique ;
  • Biarnès (le) ;
  • Bonbidou ;
  • Borie neuve (la) ;
  • Bourrel ;
  • Boussou ;
  • Cabane Crémade (la) ;
  • Cabane de Sagnaussels (la) ;
  • Cabannes du Landas ;
  • Calmejeanne ;
  • Calmels ;
  • Caminière (la) ;
  • Camp Castel ;
  • Cannac ;
  • Carausse ;
  • Caussade ;
  • Col ;
  • Colombiere (la) ;
  • Combe de Farayruc (la) ;
  • Combe d'Escande (la) ;
  • Combe d'Escoubilhac (la) ;
  • Constanci ;
  • Coudercarié (la) ;
  • Couloubrac ;
  • Couloubrac le Bas ;
  • Couloubrac le Haut ;
  • Dévès (le) ;
  • Embuel ;
  • Empanse ;
  • Envide ;
  • Escande ;
  • Escoubilhac ;
  • Farrayruc ;
  • Farret ;
  • Faubourg du Barry ;
  • Fauroullan ;
  • Font de Viala ;
  • Fontbesses ;
  • Fontbonne ;
  • Fontfranque ;
  • Fontréal ;
  • Founlaourado ;
  • Fournié ;
  • Frescaty ;
  • Gandilhou ;
  • Gay ;
  • Gazardet ;
  • Goudou ;
  • Gourdy ;
  • Gourp (le) ;
  • Gourp fumant (le) ;
  • Grange de Sagnens (la) ;
  • Grange Escoubillac (la) ;
  • Grange Sagnens (la) ;
  • Granisse ;
  • Grenouillères ;
  • Haute Vergne ;
  • Issartoux (les) ;
  • Jammary ;
  • Jasse de Garric (la) ;
  • Jasse de Gay (la) ;
  • Jasse de Martinou (la) ;
  • Jasse d'Envide (la) ;
  • Lacaune ;
  • Lacoste ;
  • Lagarrigue ;
  • Lagrave ;
  • Landas (le) ;
  • Laucate ;
  • Lauzié (le) ;
  • Lembas ;
  • Lugan ;
  • Maresque (la) ;
  • Maresquié ;
  • Martinou ;
  • Mauzabre ;
  • Mélague ;
  • Métairie Basse (la) ;
  • Métairie de Barthès (la) ;
  • Métairie Neuve (la) ;
  • Milhau ;
  • Montalet ;
  • Montfrech ;
  • Montgros ;
  • Moulin de Bernique ;
  • Moulin de Col ;
  • Moulin de Ferret ;
  • Moulin de Gay ;
  • Moulin de la Trompe ;
  • Moulin de Lagrave ;
  • Moulin de Lembas ;
  • Moulin de Marty ;
  • Moulin de Naubert ;
  • Moulin de Sénilhe ;
  • Moulin de Taurines ;
  • Moulin d'Empanse ;
  • Moulin paradou ;
  • Moulinas (le) ;
  • Mourel de Gay ;
  • Nadalle (la) ;
  • Naubert ;
  • Ouradou (l') ;
  • Oustalou (l') ;
  • Pansieres Basses (les) ;
  • Pansières Hautes (les) ;
  • Peyruc ;
  • Pin Blanc ;
  • Pintou ;
  • Pioch (le) ;
  • Piquetalen ;
  • Plo de Pinel ;
  • Poncy ;
  • Pont de Larroque (le) ;
  • Pont de Lunès (le) ;
  • Poutras ;
  • Prade (la) ;
  • Prat Long ;
  • Prat Merly ;
  • Rec de Garric (le) ;
  • Rec de Lacoste (le) ;
  • Rec de l'Estang (le) ;
  • Rec de Malamort (le) ;
  • Rec de Montalet (le) ;
  • Rec de Nore (le) ;
  • Rec d'Envide (le) ;
  • Redondel ;
  • Rieucousinié ;
  • Rieufrech ;
  • Rivayrolle (la) ;
  • Roqueplane ;
  • Roucayrol ;
  • Rouquis ;
  • Sagnaussel ;
  • Sagne Blanque (la) ;
  • Sagne de Gay (la) ;
  • Sagne de la Vernède (la) ;
  • Sagne du Loup (la) ;
  • Sagne le Sarrazou (la) ;
  • Sagne Longue (la) ;
  • Sagnens ;
  • Sahuc (le) ;
  • Sainte Croix ;
  • Sarrazou ;
  • Saut (le) ;
  • Scié ;
  • Seguier ;
  • Taurines ;
  • Thioys (le) ;
  • Traverse (la) ;
  • Tremoulines ;
  • Trivalle (la) ;
  • Vernède (la) ;
  • Vidals (les) ;
  • Vié.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Commune du Massif central située dans les monts de Lacaune, dans une cuvette topographique entre 7 monts, à 800 mètres d'altitude. Elle fait partie du parc naturel régional du Haut-Languedoc et en raison de son altitude, elle est classée en zone de montagne.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[3]. Elle est drainée par le Gijou, le Toudoure, le ruisseau de Falcou, le ruisseau de Gijoussel, le ruisseau de Vernoubre, le Rieufrech, Rivière Caunaise, le ruisseau de la Grande Vergne, le ruisseau de Peyre Male, le ruisseau de Ramières, un bras de la Rivière Caunaise, un bras de la Rivière Caunaise, un bras du Gijou, un bras du Gijou, et par divers petits cours d'eau, qui constituent un réseau hydrographique de 85 km de longueur totale[4],[Carte 1].

Le Gijou, d'une longueur totale de 50 km, prend sa source dans la commune et s'écoule d'est en ouest. Il traverse la commune et se jette dans l'Agout à Vabre, après avoir traversé 6 communes[5].

Le Toudoure, d'une longueur totale de 14,6 km, prend sa source dans la commune et s'écoule vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans le Rance à Combret, après avoir traversé 5 communes[6].

Le ruisseau de Falcou, d'une longueur totale de 10,4 km, prend sa source dans la commune et s'écoule du nord-est au sud-ouest. Il traverse la commune et se jette dans l'Agout à Fontrieu, après avoir traversé 3 communes[7].

Le ruisseau de Gijoussel, d'une longueur totale de 12,7 km, prend sa source dans la commune et s'écoule du sud vers le nord puis le nord-ouest, puis le sud-ouest. Il traverse la commune et se jette dans le Girou à Viane, après avoir traversé 4 communes[8].

Le ruisseau de Vernoubre, d'une longueur totale de 18,5 km, prend sa source dans la commune et s'écoule du nord-est au sud-ouest puis se réoriente au sud. Il se jette dans l'Agout à La Salvetat-sur-Agout[9].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Lacaune.

Climat[modifier | modifier le code]

Trois influences régissent le climat de Lacaune : l'influence océanique, l'influence méditerranéenne et l'influence montagnarde.

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1949 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[10]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records LACAUNE (81) - alt : 811 m 43° 42′ 30″ N, 2° 42′ 12″ E
Records établis sur la période du 01-01-1949 au 04-01-2022
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,3 −1,1 0,9 2,9 7 10,3 12,4 12,2 9,2 6,7 2,1 −0,5 5,1
Température moyenne (°C) 2,4 2,9 5,4 7,8 12 15,8 18,5 18,2 14,8 11 5,8 3,3 9,9
Température maximale moyenne (°C) 6,1 6,9 10 12,6 17,1 21,4 24,5 24,3 20,4 15,3 9,5 7 14,6
Record de froid (°C)
date du record
−22,5
16.01.1985
−21,5
15.02.1956
−18
07.03.1971
−10,5
10.04.1953
−5,5
01.05.1960
0
03.06.1973
0
18.07.1955
−0,5
01.08.1955
−4
29.09.1950
−6,1
15.10.1975
−13
23.11.1988
−18,1
03.12.1973
−22,5
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
21,9
29.01.02
24
24.02.1990
24
22.03.1990
27
21.04.1949
30,2
30.05.01
37
28.06.1950
36,5
22.07.1990
37
13.08.03
34,5
16.09.1987
31
18.10.1954
23
02.11.1981
20
18.12.1987
37
2003
Précipitations (mm) 153,6 127,3 108,6 136,7 107 81,9 57,5 78,3 92,1 145 161,2 159,7 1 408,9
Source : « Fiche 81124001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Lacaune est desservie quotidiennement par des lignes régulières du réseau régional liO : la ligne 708 la relie à Albi ; les lignes 763 et 766 à Castres.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[11],[12].

La commune fait partie du parc naturel régional du Haut-Languedoc, créé en 1973 et d'une superficie de 307 184 ha, qui s'étend sur 118 communes et deux départements[13]. Implanté de part et d’autre de la ligne de partage des eaux entre Océan Atlantique et mer Méditerranée, ce territoire est un véritable balcon dominant les plaines viticoles du Languedoc et les étendues céréalières du Lauragais[14],

Deux autres espaces protégés sont présents sur la commune :

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 1]. Trois sites Natura 2000 ont été définis sur la commune au titre de la directive habitats[18] :

  • les « tourbières du Margnès », d'une superficie de 2 787 ha, les dernières tourbières du massif central avant la zone méditerranéenne. Elles renferment quelques espèces et formations végétales remarquables[19] ;
  • « le Montalet », d'une superficie de 381 ha, un sommet granitique (point culminant du Tarn), trés venté et pluvieux, mais avec un sol peu épais sur le haut ce qui a permis l'installation et le maintien d'une lande, où de nombreuses espèces remarquables sont présentes[20] ;
  • Les « vallées du Tarn, de l'Aveyron, du Viaur, de l'Agout et du Gijou », d'une superficie de 17 144 ha, s'étendant sur 136 communes dont 41 dans l'Aveyron, 8 en Haute-Garonne, 50 dans le Tarn et 37 dans le Tarn-et-Garonne. Elles présentent une très grande diversité d'habitats et d'espèces dans ce vaste réseau de cours d'eau et de gorges. La présence de la Loutre d'Europe et de la moule perlière d'eau douce est également d'un intérêt majeur[21].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Dix ZNIEFF de type 1[Note 2] sont recensées sur la commune[22] :

  • le « bois des Cambous » (841 ha), couvrant 3 communes dont deux dans l'Aveyron et une dans le Tarn[23] ;
  • la « grotte de Saint-Michel et environs » (23 ha)[24] ;
  • le « puech de l'Escournadouyre et pech d'Embuel » (108 ha)[25] ;
  • la « rivière Gijou amont » (274 ha), couvrant 5 communes du département[26] ;
  • la « sagne de Frantsaou » (14 ha)[27] ;
  • la « sagne du puech del Vert » (31 ha)[28] ;
  • les « sagnes de la Teillouse » (98 ha), couvrant 3 communes du département[29] ;
  • les « sagnes de Martinou - Picotalen » (135 ha)[30] ;
  • les « sagnes du ruisseau du Falcou » (157 ha), couvrant 4 communes du département[31] ;
  • la « tourbière et landes du Roc de Montalet » (110 ha), couvrant 2 communes du département[32] ;

et trois ZNIEFF de type 2[Note 3],[22] :

  • les « bois, landes, pelouses et zones humides des environs du lac du Laouzas » (7 053 ha), couvrant 5 communes dont deux dans l'Hérault et trois dans le Tarn[33] ;
  • la « vallée de l'Agoût de Brassac à Burlats et vallée du Gijou » (15 868 ha), couvrant 17 communes du département[34] ;
  • les « zones humides des Monts de Lacaune » (10 888 ha), couvrant 9 communes dont une dans l'Hérault et huit dans le Tarn[35].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lacaune est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[36],[I 1],[37]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lacaune, une unité urbaine monocommunale[I 2] de 2 492 habitants en 2017, constituant une ville isolée[I 3],[I 4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lacaune, dont elle est la commune-centre[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 11 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 5],[I 6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (66 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (67,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (61,7 %), prairies (24,5 %), zones agricoles hétérogènes (6,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,3 %), zones urbanisées (1,5 %), terres arables (0,7 %), mines, décharges et chantiers (0,5 %)[38].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Lacaune est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité très faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses, et à un risque particulier : le risque de radon[39]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[40].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment le Gijou, le Toudoure, le ruisseau de Vernoubre, le ruisseau de Falcou et le ruisseau de Gijoussel. La cartographie des zones inondables en ex-Midi-Pyrénées réalisée dans le cadre du XIe Contrat de plan État-région, visant à informer les citoyens et les décideurs sur le risque d’inondation, est accessible sur le site de la DREAL Occitanie[41]. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1996, 1999, 2012 et 2014[42],[39].

Lacaune est exposée au risque de feu de forêt du fait de la présence sur son territoire. En 2022, il n'existe pas de Plan de Prévention des Risques incendie de forêt (PPRif). Le débroussaillement aux abords des maisons constitue l’une des meilleures protections pour les particuliers contre le feu[Note 6],[43].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Lacaune.

La commune est vulnérable au risque de mouvements de terrains constitué principalement du retrait-gonflement des sols argileux[44]. Cet aléa est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 53 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (76,3 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 1 286 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 995 sont en en aléa moyen ou fort, soit 77 %, à comparer aux 90 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[45],[Carte 3].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[46].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[47].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Certaines communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon la classification de 2018, la commune de Lacaune est classée en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[48].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lacaune vient de l'occitan La Cauna, qui signifie La Grotte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen-âge[modifier | modifier le code]

Les chartes médiévales de Lacaune sont rassemblées dans Le livre vert de Lacaune, écrit en occitan par l'abbé Joseph Gautrand[49].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

De 1910 à 1962, la ligne de Castres à Murat en voie métrique exploitée par les Chemins de fer départementaux du Tarn a desservi la commune.

Durant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

À partir de janvier 1942, par décision du préfet de Toulouse, Lacaune devient centre d'assignation à résidence « des individus dont les agissements, l’attitude, la nationalité ou la confession constituent des facteurs de mécontentement ou de malaise dans la population ». Jusqu'en 1944, 650 juifs y seront assignés[50].

Mémorial de la déportation des juifs de Lacaune.

Le s'y déroule une rafle menée par des Groupes Mobiles de Réserve, qui provoque une onde de choc parmi la population lacaunaise et des environs, encore pétrie de l'histoire du protestantisme. Cette rafle sera le déclencheur de l'aide aux juifs, y compris par les gendarmes locaux[51],[50]. Le souvenir de cette période sera perpétué en 1999 par l'édification d'un Mémorial de la déportation des juifs[52].

De nombreux lacaunais seront reconnus Justes parmi les Nations[53] :

  • Albertine, née Albert, distributrice de journaux, et Raoul Bonnafous, forgeron,
  • Fernande, née Riols, et Raoul Durand, propriétaires d'un magasin de confiserie, résistants,
  • Louise Fourgassié, née Escande, agricultrice,
  • Reine, née Albert, et Henri Lefèbvre, chef de gare et résistant,
  • Marcelle, née Medalle, et Roger Maraval, grossistes en vins et liqueurs,
  • Marie-Louise Menou, née Bonnafon, gérante de café,
  • Julie, née Nicouleau, et Louis Plegades, agriculteurs,
  • Paul Sers, restaurateur,
  • Joseph Vergnet, fonctionnaire.

En mars 1944, le Corps Franc de la Montagne Noire (CFMN) est créé. Le 22 avril, il est attaqué par les troupes allemandes à la Jasse-de-Martinou[54],[55],[56],[57]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 mars 1971 René Escande Rad. Horloger-bijoutier
Conseiller général du canton de Lacaune (1955 → 1958)
mars 1971 mars 1983 Joseph Bonnet DVD Docteur en médecine
Conseiller général du canton de Lacaune (1970 → 1982)
mars 1983 mars 1989 Jean Calas RPR Agent encaisseur
Conseiller général du canton de Lacaune (1982 → 1988)
mars 1989 juin 1995 Elisabeth Roussel DVD Docteur en chirurgie dentaire
Conseillère générale du canton de Lacaune (2001 → 2008)
juin 1995 mars 2014 André Cabrol DVD puis UMP Gérant de société
Conseiller général du canton de Lacaune (2008 → 2015)
mars 2014 En cours Robert Bousquet DVD puis DVG Retraité
Président de la CC des Monts de Lacaune (2014 → 2017)
Président de la CC des Monts de Lacaune et de la Montagne
du Haut Languedoc
(2017 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[58]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[59]. En 2019, la commune comptait 2 464 habitants[Note 7], en diminution de 2,84 % par rapport à 2013 (Tarn : +2,07 %, France hors Mayotte : +2,17 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 6122 4882 8303 4303 6814 0503 9653 9854 078
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 5203 5433 6623 5533 5783 7553 9553 5473 606
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 5653 5773 3602 7772 5572 5462 5492 5802 742
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 8493 2123 2883 2593 1172 9142 8442 8392 616
2014 2019 - - - - - - -
2 5202 464-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[60] puis Insee à partir de 2006[61].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[62] 1975[62] 1982[62] 1990[62] 1999[62] 2006[63] 2009[64] 2013[65]
Rang de la commune dans le département 16 13 15 16 17 21 23 25
Nombre de communes du département 326 324 324 324 324 323 323 323

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lacaune possède une école maternelle publique (66 élèves en 2013)[66], une école élémentaire publique (130 élèves en 2013)[67] et un collège public[68].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Notons la Confrérie des Maseliers des Monts de Lacaune qui s'est réunie les 23 et 24 juillet 2022, en l’honneur de Saint Antoine patron des charcutiers.

Santé[modifier | modifier le code]

Culte[modifier | modifier le code]

Le culte protestant se célèbre au Temple protestant de l'église unie[69].

Sports[modifier | modifier le code]

De nombreux équipements sportifs : stade de rugby avec piste d'athlétisme, stade de football, circuit de motocross...

A l'emplacement des anciens thermes, la commune a construit la piscine couverte des Sources Chaudes alimentée par une eau jaillissant à 22° et réchauffée par un système de géothermie (bassin extérieur ouvert juillet - août) avec salle de musculation.

Médias[modifier | modifier le code]

Radio Lacaune

Créée en 2001 par l’association des commerçants, artisans et services de Lacaune (Lacaune Animation)[70], le but premier de la radio était de proposer une animation sonore dans les commerces lacaunais.

En 2006, elle a obtenu l'autorisation d'émettre sur tous les Monts de Lacaune.

Depuis cette date, et émettant désormais sur 89.2 FM sur Lacaune et 106.2 FM sur Murat-sur-Vèbre, elle dynamise la vie associative et l'animation de la ville et de ses environs, avec une fréquence supplémentaire à Murat-sur-Vèbre[71].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 1 090 ménages fiscaux[Note 8], regroupant 2 382 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 20 220 [I 7] (20 400  dans le département[I 8]). 43 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 9] (42,8 % dans le département).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 9] 5,4 % 6,5 % 6,8 %
Département[I 10] 8,2 % 9,9 % 10 %
France entière[I 11] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 1 457 personnes, parmi lesquelles on compte 76,5 % d'actifs (69,7 % ayant un emploi et 6,8 % de chômeurs) et 23,5 % d'inactifs[Note 10],[I 9]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune est la commune-centre de l'aire d'attraction de Lacaune[Carte 4],[I 12]. Elle compte 1 569 emplois en 2018, contre 1 615 en 2013 et 1 593 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 1 032, soit un indicateur de concentration d'emploi de 152,1 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 52,7 %[I 13].

Sur ces 1 032 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 888 travaillent dans la commune, soit 86 % des habitants[I 14]. Pour se rendre au travail, 77,1 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 0,9 % les transports en commun, 14,1 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 8 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 15].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

248 établissements[Note 11] sont implantés à Lacaune au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 12],[I 16].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 248 100 % (100 %)
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
54 21,8 % (13 %)
Construction 22 8,9 % (12,5 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
85 34,3 % (26,7 %)
Information et communication 4 1,6 % (2,1 %)
Activités financières et d'assurance 12 4,8 % (3,3 %)
Activités immobilières 10 4 % (4,2 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
20 8,1 % (13,8 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
26 10,5 % (15,5 %)
Autres activités de services 15 6 % (9 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 34,3 % du nombre total d'établissements de la commune (85 sur les 248 entreprises implantées à Lacaune), contre 26,7 % au niveau départemental[I 17].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Les cinq entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[72] :

  • Roussaly, transformation et conservation de la viande de boucherie (64 010 k€)
  • Maison Milhau, préparation industrielle de produits à base de viande (29 122 k€)
  • Etablissement Gros, commerce de gros (commerce interentreprises) d'animaux vivants (10 285 k€)
  • Soc Tuelacau Soc Expl Abattoir, transformation et conservation de la viande de boucherie (6 036 k€)
  • Rascol Marcel & Fils, préparation industrielle de produits à base de viande (1 637 k€)

À partir de 1854, Lacaune fut une station thermale grâce à sa source d'eau chaude (Bel Air). Elle déclina après la seconde guerre mondiale, et en 2005, sa source est à nouveau exploitée (Espace des Sources Chaudes)[73]. Elle a gardé de ce passé thermal un casino.

Sur son territoire se situe une autre source minérale naturelle, exploitée depuis 1977 sous la marque Mont Roucous.

L'activité économique principale est centrée sur la charcuterie et les salaisons (avec un abattoir sur place). et l'élevage de brebis, Lacaune ayant donné son nom à une race de brebis riches en lait servant notamment à l'élaboration du fromage de Roquefort et à la tomme de brebis Mont-Lacaune.

Brebis de race Lacaune

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune est dans les Monts de Lacaune, une petite région agricole située dans le sud-est du département du Tarn. Entre bocages et forêt, cette zone est dédiée à l’élevage de ruminants de races à viande ou laitières. Sur les plus hauts plateaux, de nombreux élevages de brebis laitières produisent le lait destiné à la fabrication du roquefort[74]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 13] sur la commune est l'élevage d'ovins ou de caprins[Carte 5].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 74 43 35 29
SAU[Note 14] (ha) 3 117 3 599 3 232 3 204

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 74 lors du recensement agricole de 1988[Note 15] à 43 en 2000 puis à 35 en 2010[76] et enfin à 29 en 2020[Carte 6], soit une baisse de 61 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 58 % de ses exploitations[77],[Carte 7]. La surface agricole utilisée sur la commune a quant à elle augmenté, passant de 3117 ha en 1988 à 3204 ha en 2020[Carte 8]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 42 à 110 ha[76].

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Charcuteries et salaisons de Lacaune

La délimitation géographique de Lacaune repose sur un climat spécifique unique et propice au séchage des produits de charcuterie et salaison (influence des climats océanique, méditerranéen et montagnard). Cette situation géographique justifie depuis plusieurs décennies la forte activité de production de charcuteries et salaisons à Lacaune, générant un savoir-faire transmis de génération en génération.

En , le jambon de Lacaune est devenu une IGP[78].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Statues-menhirs[modifier | modifier le code]

De nombreuses statues-menhirs ont été érigées sur le territoire de la commune au Néolithique final. Elles ont été abattues, parfois enterrées, d'autres ont été étêtées avant d'être redécouvertes à partir du XIXe siècle. L'abbé Hermet, l'inventeur des statues-menhirs, a fait don de quelques-unes d'entre elles aux sociétés savantes les plus importantes de la région. Si certaines ont continué d'être détruites, d'autres ont été redressées à l'endroit de leur découverte. D'autres menhirs ont également été dressés sur la commune de Lacaune à l'époque préhistorique.

  • La Peyro-Lebado (la Pierre Levée), dite aussi Peyro Plantado de Thioy, classée au titre des monuments historiques par arrêté du 17 septembre 1883[79].
  • La statue-menhir de Granisse est dressée contre le mur de l'Office du Tourisme de Lacaune, derrière une vitre. Elle est dressée à 750 m du chemin ou elle a été découverte en 1969.
  • La statue-menhir de Laucate (amputée de sa part inférieure), dite aussi Menhir de Laucate, est plantée sur la place des Griffouls de Lacaune, à côté de la Fontaine des Pisseurs. Elle est très probablement la partie supérieure de la statue-menhir trouvée près du Trou de l'Avenc, non loin de la Pierre Plantée, qui a été transportée à l'époque au Moulin de Laucate pour y être retaillée et remployée. Dans ce cas, elle serait donc dressée à 3 km de l'emplacement de sa découverte en 1817.
  • La statue-menhir de Montalet a été identifiée en 2011 par Michel Maillé et Jean-Pierre Serres. Elle est couchée sur son lieu de découverte.
  • La statue-menhir du Pech de Naudène est dressée non loin de son lieu découverte en 1985, dans un jardin privé.
  • La statue-menhir de la Barraque des Fournials est plantée devant le Musée de Rieumontagné (à Nages) à 9 km de son lieu de découverte.
  • La statue-menhir de Frescaty a été donnée par l'abbé Hermet à la SAMF de Toulouse (Haute-Garonne), où elle est conservée à 122 km de son lieu de découverte.
  • La statue-menhir des Vidals a été donnée par l'abbé Hermet à la Société Scientifique de Montpellier (Hérault), qui en a transféré la propriété au Zoo de Montpellier lors de sa dissolution. Elle est aujourd'hui conservée à 125 km de son lieu de découverte. Après avoir été placée successivement à plusieurs endroits du Zoo, elle est dressée devant l'enclos des rhinocéros, depuis les derniers travaux sans aucun panneau explicatif ni aucune protection contre les intempéries. Ni les employés du Zoo ni les pompiers ne reçoivent d'information sur cette pierre par la direction. Quand on la compare aux photos prises par l'Abbé Hermet, on constate que ses gravures sont en cours d'effacement complet.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Panorama de Lacaune

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lacaune

Les armes de Lacaune se blasonnent ainsi : de gueules, à un veneur sonnant du cor d'argent, tenant en laisse de sa main sénestre deux limiers de même[80].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Gautrand, Histoire de Lacaune, 1902
  • Abbé Gautrand, Le livre vert de Lacaune, 1911[81]
  • Rémi Chabbert, Lacaune, les lieux du culte protestant du XVIe au XXIe siècle, 2005, Centre de recherches du patrimoine de Rieumontagné.
  • Jules Coffe, Lacaune reine des basses Cévennes, 1964
  • Michel Maldinier, Lacaune-les-Bains (des origines à nos jours), 1988
  • Sandra Marc, Les juifs de Lacaune sous Vichy (1942 - 1944), assignation à résidence et persécution, L'Harmattan, 2001
  • André Cabrol et Robert Pistre, La charcuterie des monts de Lacaune des débuts jusqu'à l'annualisation de l'activité à partir des années 1950, Centre de recherches du patrimoine de Rieumontagné, 2020

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[17].
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Le principe d’un débroussaillement efficace consiste à couper et éliminer tous les bois morts, les broussailles et les herbes sèches 50 mètres autour des habitations et 2 mètres de part et d’autre des voies, élaguer les branches basses des arbres, espacer les arbres et les arbustes situés dans la zone à débroussailler pour éviter que le feu ne se propage d’arbre en arbre, éliminer les arbustes sous les grands arbres pour éviter que le feu ne se propage vers la cime des arbres, toujours se débarrasser des végétaux coupés par compostage, par évacuation en décharge autorisée ou par incinération en respectant la réglementation sur le brûlage et entretenir régulièrement la zone débroussaillée, tous les 2 ou 3 ans maximum sur le pourtour, tous les ans à proximité de l’habitation
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  8. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  9. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  10. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  11. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  12. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  13. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  14. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  15. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[75].
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Lacaune » sur Géoportail (consulté le 10 décembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le )
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
  4. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Unité urbaine 2020 de Lacaune » (consulté le ).
  3. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lacaune » (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  7. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Lacaune » (consulté le ).
  8. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans le Tarn » (consulté le ).
  9. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Lacaune » (consulté le ).
  10. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans le Tarn » (consulté le ).
  11. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  13. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Lacaune » (consulté le ).
  14. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  15. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  16. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Lacaune » (consulté le ).
  17. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans le Tarn » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « La Cauna » en occitan signifie « la Grotte ».
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  4. « Fiche communale de Lacaune », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  5. Sandre, « le Gijou »
  6. Sandre, « le Toudoure »
  7. Sandre, « le ruisseau de Falcou »
  8. Sandre, « le ruisseau de Gijoussel »
  9. Sandre, « le ruisseau de Vernoubre »
  10. « Fiche du Poste 81124001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le )
  12. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  13. « Le parc naturel régional du Haut-Languedoc en chiffres », sur https://www.parc-haut-languedoc.fr/ (consulté le )
  14. [PDF]« Le parc naturel régional du Haut-Languedoc – charte 2011-2023 », sur https://www.parc-haut-languedoc.fr/ (consulté le )
  15. « le « tourbière de la Jasse de Martinou » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « le « tourbière de Piquotalen » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  18. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Lacaune », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « site Natura 2000 FR7300946 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « site Natura 2000 FR7300948 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « site Natura 2000 FR7301631 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Lacaune », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « ZNIEFF le « bois des Cambous » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « ZNIEFF la « grotte de Saint-Michel et environs » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « ZNIEFF le « puech de l'Escournadouyre et pech d'Embuel » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « ZNIEFF la « rivière Gijou amont » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « ZNIEFF la « sagne de Frantsaou » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « ZNIEFF la « sagne du puech del Vert » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « ZNIEFF les « sagnes de la Teillouse » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « ZNIEFF les « sagnes de Martinou - Picotalen » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  31. « ZNIEFF les « sagnes du ruisseau du Falcou » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  32. « ZNIEFF la « tourbière et landes du Roc de Montalet » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  33. « ZNIEFF les « bois, landes, pelouses et zones humides des environs du lac du Laouzas » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  34. « ZNIEFF la « vallée de l'Agoût de Brassac à Burlats et vallée du Gijou » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  35. « ZNIEFF les « zones humides des Monts de Lacaune » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  36. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  37. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  38. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  39. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Lacaune », sur Géorisques (consulté le )
  40. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  41. DREAL Occitanie, « CIZI », sur www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  42. « Les risques majeurs dans le Tarn », sur www.tarn.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  43. « Les risques majeurs dans le Tarn », sur www.tarn.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  44. « Les risques majeurs dans le Tarn », sur www.tarn.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  45. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  46. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Lacaune », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  47. « Les risques majeurs dans le Tarn », sur www.tarn.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  48. « Cartographie du risque radon en France. », sur le site de l’IRSN, (consulté le )
  49. Réédité en 2008.
  50. a et b L’assignation à résidence des Juifs par le gouvernement de Vichy, l'exemple de Lacaune., Association Amitiés judéo-lacaunaises (lire en ligne).
  51. « Oral history interview with Odile de Rouville - USHMM Collections Search », sur collections.ushmm.org (consulté le ).
  52. « Lacaune a résisté à l'oubli » (consulté le ).
  53. « Rechercher un Juste | Le comité Français pour Yad Vashem », sur www.yadvashem-france.org (consulté le ).
  54. Lacaune, jasse de Martinou et col de Picotalen (22 avril 1944)
  55. COUSINIER Maurice écrit parfois « COUSINIÉ » ou « COUSINIE »
  56. LA RESISTANCE A LACAUNE PENDANT LA GUERRE
  57. Alain Robert : De Martinou à la Mouline: le maquis dans les monts de Lacaune : avril - août 1944
  58. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  59. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  60. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  61. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  62. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  63. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  64. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  65. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  66. Ministère de l'Éducation nationale, école maternelle publique de Lacaune
  67. Ministère de l'Éducation nationale, école primaire publique de Lacaune
  68. Ministère de l'Éducation nationale, collège public de Lacaune
  69. « Église Protestante Unie de la Montagne du Tarn »
  70. L'Association des Commerçants et Artisans de Lacaune
  71. Le site de Radio Lacaune (89.2 FM)
  72. « Entreprises à Lacaune », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  73. ASNAT, « Source de Bel-Air, toute une histoire » (consulté le ).
  74. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  75. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  76. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Lacaune - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  77. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département du Tarn » (consulté le ).
  78. Journal Officiel de l'Union Européenne L 224/35, Bruxelles, (lire en ligne).
  79. « Menhir dit Peyro-Lebado », notice no PA00095579, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  80. Gastier de la Tour, Armorial des Etats du Languedoc, Paris, 1767.
  81. (fr + oc) Abbé Joseph Gautrand, Le livre vert de Lacaune, (lire en ligne).