Le Rialet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Rialet
Le Rialet
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Arrondissement de Castres
Canton Mazamet-2 Vallée du Thoré
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Vallée du Thoré
Maire
Mandat
Michel Castan
2014-2020
Code postal 81240
Code commune 81223
Démographie
Population
municipale
55 hab. (2016 en augmentation de 1,85 % par rapport à 2011)
Densité 7,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 33′ 45″ nord, 2° 27′ 44″ est
Altitude Min. 581 m
Max. 783 m
Superficie 7,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Le Rialet

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Le Rialet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Rialet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Rialet

Le Rialet est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte.

Petite commune du Massif central, perchée à 700 mètres d'altitude, est située dans l'arrondissement de Mazamet-Nord-Est, à la limite du canton de Brassac, à l'est de Boissezon, au nord du Vintrou et près d'Anglès. Le Rialet fait partie de la communauté d'agglomération Castres-Mazamet.

Le village est traversé par la route d'Anglès à Mazamet (à 15 km).

La situation géographique du village du Rialet l'a maintenu isolé de l'activité de la vallée. On lit ainsi dans le dictionnaire historique et géographique du Tarn, paru en 1862, qu'à cette époque « on ne peut y accéder qu'à dos de mulet ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur le plan historique, on relève essentiellement la place qu'a jouée la région du Rialet pendant la Seconde Guerre mondiale. La région du Rialet a abrité en 1944 un foyer de résistance connu sous le nom de Corps franc du Sidobre. En mesure de rétorsion à cette résistance locale, les Allemands ont brûlé les métairies de Sagne Plane et du Catié.

Le 12 août 1944, une escarmouche eut lieu au Rialet entre des hommes du corps franc et deux pelotons allemands. Les maquisards attaquèrent le détachement allemand qui fut contraint de prendre la fuite, en laissant derrière lui un soldat allemand blessé. Ce soldat, touché au bras, fut soigné par des habitants du Rialet.

C'est en voulant récupérer ce soldat blessé que des Allemands dépêchés le même jour depuis Mazamet furent attaqués à leur tour, occasionnant un mort et plusieurs blessés.

Averti de cette deuxième attaque dans la même journée, le poste de commandement allemand de Mazamet dépêcha un détachement militaire composé de plusieurs petits blindés. Le village du Rialet fut intégralement évacué de ses habitants pour être incendié, en représaille de ces attaques. Finalement les Allemands se ravisèrent, sur l'insistance du maire et du curé du Rialet qui firent valoir les traitements décents qui avaient été prodigués aux blessés.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 En cours Michel Castan[1]   Agriculteur
Président de la Communauté de communes
mars 2001 2008 Francis Bouzac    
juin 1995 2001 Jacques Berry    
1971 1995 Bernard Raynaud    
1934 1971 François Berry    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3]. En 2016, la commune comptait 55 habitants[Note 1], en augmentation de 1,85 % par rapport à 2011 (Tarn : +2,32 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350276364413484505485479451
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
400389392366365366331286250
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
236239241195173185173136110
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
857251605540445455
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

À l'image de nombreuses communes rurales de France, elle a été marquée par l'exode rural. Le Rialet comptait 228 habitants en 1914. Il n'y a plus de commerce sur la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'Église est dédiée à la Nativité de la Sainte Vierge fêtée le 8 septembre. C'est un bâtiment de charme datant du XIXe siècle ,jadis surmonté d'un clocher à flèche détruit par la foudre peu de temps après sa construction.

Ce bâtiment a remplacé une église plus petite entourée d'un cimetière. Seule subsiste une cloche du XVIe siècle.

  • Stèle du Corps Franc du SIDOBRE, en granit, inaugurée le 10 mai 1980

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Famille Schabaver. Ignace Schabaver (1834-1911), industriel d'origine alsacienne acquiert vers 1880 un domaine au Rialet. Il sort major de l'école des Arts-et-Métiers de Châlons (les « gadzarts ») et épouse la fille d'un industriel de Castres, Nestor Delpech, dont il reprit l'entreprise. Associé à son collègue Fourès, il met au point une série de pompes centrifuges et la turbine Fontaine, avec succès, puisque les villes de Narbonne, Monaco, les aciéries du Saut du Tarn furent équipées par ses soins.

Son fils, Paul Schabaver (1869-1934) reprit l'entreprise et fut maire du Rialet. L'entreprise Schabaver de Castres a été vendue par la famille après la Seconde Guerre mondiale. Sous la dénomination Schabaver puis Weir Minerals France en 1998, poursuivant la même activité : la fabrication de pompes à liquides chargés. Fin 2014, le groupe Weir Minerals a décidé de déménager les activités de Castres en Écosse entraînant la fermeture définitive du site de Castres actif depuis plus d'un siècle.

Famille Pech. Cette famille de hauts magistrats succéda par alliance aux Schabaver. Jean Pech (1900-1985), officier de la légion d'honneur, fut procureur général près la cour d'appel de Bourges. Son fils, Jean-Pierre Pech, né en 1936, commandeur de la légion d'honneur, ancien premier Président de la Cour d'appel d'Aix en Provence, est Mainteneur de l'Académie des Jeux Floraux de Toulouse.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]