Boissezon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Boissezon
Boissezon
Blason de Boissezon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Arrondissement de Castres
Canton Mazamet-1
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Castres - Mazamet
Maire
Mandat
Jacqueline Cabrol
2018-2020
Code postal 81490
Code commune 81034
Démographie
Gentilé boissezonnais ou boissesonols
Population
municipale
407 hab. (2015 en augmentation de 4,63 % par rapport à 2010)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 34″ nord, 2° 22′ 53″ est
Altitude 314 m
Min. 247 m
Max. 734 m
Superficie 19,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Boissezon

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Boissezon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boissezon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boissezon

Boissezon est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie. Elle fait partie du parc naturel régional du Haut-Languedoc.

Ses habitants sont appelés les Boissezonnais ou Boissesonols. C'est un village situé dans un cadre naturel très varié.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte.

Boissezon est située au confluent des rivières Durenque et Durencuse.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Buxadono en 1069, Boxazonem en 1112, de Boissado en 1165[1].

D'après Ernest Nègre, son nom serait issu du latin Buxus, signifiant « ensemble de buis ». Mais Boissezon ne vient ni de *Buxadunum, ni de *buxetone, qui auraient abouti à *Boisseau et à *Boissedon [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • À l'époque médiévale, Trencavel, vicomte d'Albi, construit un château à l'emplacement de l'église actuelle.
  • À la fin du XIIe siècle, les Boissezon, châtelains de Lombers, sont des seigneurs importants de la région. Alazaïs de Boissezon, femme de Bernard de Boissezon, est célébrée par le troubadour Raimon de Miraval. Sur la foi de celui-ci, le roi Pierre d'Aragon se serait épris de la beauté d'Alazaïs et serait venu lui faire la cour.
  • En 1280, Jean de Montfort donne la seigneurie de Boissezon aux Burlats.
  • À l'époque moderne, Boissezon est désigné sous le vocable Boissezon d'Augmontel, pour le distinguer de Boissezon de Matviel, actuelle commune de Murat-sur-Vèbre.
  • Lors de conflits du XVIe siècle, le château est occupé successivement par les troupes protestantes du duc de Rohan, et les troupes catholiques du duc de Montmorency. Il est finalement rasé par le Vicomte de Paulin, à l'exception de la tour du guetteur conservée jusqu'à nos jours.
  • Pierre Borel décrit au XVIIe siècle une nymphe vivant aux environs de Boissezon, vêtue d'une robe plissée, avec des pieds et des bras très longs, rencontrée par un dénommé Séve qui, une fois arrivé à Boissezon, raconta son aventure aux habitants. Une légende locale mentionne la Salimonde, belle femme aux longs cheveux, qui n'apparaissait qu'à la Chandeleur, mangeant une pomme si la récolte de l'année allait être bonne.
  • En 1714, la marquise de Saint-Chamond, héritière de Louis de Cardaillac, vend sa part de la seigneurie de Boissezon a noble Barbara de La Belotterie.
  • En 1768, Boissezon est victime d'une inondation.
  • En 1789, Boissezon appartient à la sénéchaussée et au diocèse de Castres.
  • En 1792, lors du recrutement des bataillons de volontaires du Tarn, Boissezon est tenu de fournir 25 volontaires.
  • En 1790 est créée la municipalité de Boissezon d'Augmontel, chef-lieu de canton comprenant les communes d'Augmontel, Boissezon d'Augmontel, Cambounès, Saint-Julien de Gaïx (aujourd'd'hui Lagarrigue) et Valdurenque.
  • Le 20 mars 1830, la section de Payrin-haut, enclave de Boissezon, est réunie à la commune d'Augmontel.
  • Le 12 juin 1833, une ordonnance redélimite les communes de Boissezon et de Castres.
  • Le 22 juin 1889, la commune de Boissezon est diminuée de la paroisse de Saint-Salvy-de-la-Balme, érigée en commune.
  • le 14 mars 1928, malgré un avis défavorable du Conseil d'État, la commune est à nouveau diminuée de la paroisse de Noailhac, à son tour érigée en commune.
  • Le 3 juillet 1973, la commune de Boissezon est rattachée au canton de Mazamet-Nord-Est.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Boissezon

Son blasonnement est : Palé et contre-palé d'argent et de sable de quatre pièces.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
février 2018 en cours Jacqueline Cabrol [3]    
mars 2008 novembre 2017[4] Claude Aussillou[5]    
mars 2001 mars 2008 René Bernard    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2015, la commune comptait 407 habitants[Note 1], en augmentation de 4,63 % par rapport à 2010 (Tarn : +2,97 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 0092 4972 8623 3693 3692 9942 9452 9803 063
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 6372 7072 7102 7272 8452 8322 8471 9351 962
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8411 9131 7661 5271 513761777702757
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
707633572509398390385384403
2015 - - - - - - - -
407--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Page 334 - (ISBN 2600028838).
  2. Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale Année 1964 Volume 76 Numéro 67 pp. 229-232.
  3. https://www.ladepeche.fr/article/2018/02/20/2745774-jacqueline-cabrol-elue-maire.html
  4. Décès en cours de mandat, Le Tarn libre, 24 novembre 2017, p. 2
  5. Site de l'association des maires du Tarn consulté le 15 décembre 2008
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.