Cassagnoles (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cassagnoles
Cassagnoles (Hérault)
  1. Héraldique
Blason de Cassagnoles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Intercommunalité Communauté de communes du Minervois au Caroux
Maire
Mandat
Harmonie Gonzalez
2020-2026
Code postal 34210
Code commune 34054
Démographie
Gentilé Cassagnolais
Population
municipale
103 hab. (2018 en augmentation de 5,1 % par rapport à 2013)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 23′ 11″ nord, 2° 37′ 14″ est
Altitude 430 m
Min. 280 m
Max. 1 005 m
Superficie 24,54 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Saint-Pons-de-Thomières
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Cassagnoles
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Cassagnoles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cassagnoles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cassagnoles

Cassagnoles (en occitan Cassinhòlas) est une commune française située dans le département de l'Hérault, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue générale du village.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe des départements de l'Aude et du Tarn.

Carte.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La Serre d'Alaric (environ 1 012 m d'altitude), est le sommet de plus de 1 000 mètres le plus méridional du Massif central.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cassagnoles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (83 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (84,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (57,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (25,8 %), prairies (11 %), zones agricoles hétérogènes (3,2 %), cultures permanentes (2,9 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Cassagnoles est issu du gaulois cassanos, signifiant chêne[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 René Azema    
mars 2008 2014 Michel Ruffel    
mars 2014 En cours Harmonie Gonzalez SE Retraitée Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Une rue de Cassagnoles.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2018, la commune comptait 103 habitants[Note 2], en augmentation de 5,1 % par rapport à 2013 (Hérault : +6,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
490517594587616637642630609
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
556517504462430445409394376
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
364342332255239231221211184
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1581511279791798592100
2018 - - - - - - - -
103--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts érigé en hommage aux défunts soldats de la Première Guerre mondiale.

Il existe à Cassagnoles un monument aux morts construit en hommage aux soldats morts durant la Première Guerre mondiale.

Curiosité de Lauriole[modifier | modifier le code]

A quelques kilomètres au sud de Cassagnoles à Siran, se trouve une curiosité qui ne cesse d'attirer chaque année les curieux et les sceptiques. Au lieu-dit de Lauriole une route semble monter alors qu'elle descend… ou l'inverse ! Cette « côte qui descend » est signalée par le panneau Curiosité de Lauriole. Une configuration spéciale du terrain environnant donne une mauvaise impression du sens de la pente de la route. Le résultat n'est pas spectaculaire, mais cependant très curieux. On peut faire l'expérience avec une balle, une bouteille ou une voiture au point mort. En fait, tout se joue sur une dénivellation de quelques décimètres. L'effet provient donc d'une erreur visuelle par rapport aux alentours : une illusion d'optique. Le sens constaté de la descente (en laissant descendre un objet cylindrique ou sphérique par exemple) correspond bien au sens déterminé par un relevé de niveaux[13]. Cette curiosité fait l'objet d'un récit humoristique dans un livre intitulé « La Côte qui descend » (Patrice Cartier, Éditions Pimientos), récit repris dans l'anthologie littéraire « Nouvelles du Minervois ». Une émission diffusée sur TF1 a contribué à rendre célèbre cette « côte qui descend ». De nombreuses routes avec cet effet d'optique existent et sont référencées en Italie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Cassagnoles
Blason de Cassagnoles Blason
De gueules au chêne terrassé d'or accompagné en chef de deux abeilles du même et au bélier d'argent passant devant le tronc de l'arbre.
Détails
Création Jean-Paul Fernon (d'après un projet de l'Archiviste en chef des Archives Départementales de l'Hérault en 1956). Adopté le 10 décembre 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  8. Henriette Walter, L'aventure des mots français venus d'ailleurs, Robert Laffont, p. 44
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. « La côte de Lauriole » sur le site Psiland

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Ferrer, Précis chronologique d'histoire de Cassagnoles dans l'Hérault : avec des éléments de géographie physique, économique, humaine et touristique, Minerve, J.-P. Ferrer, coll. « Cahiers de Minerve », , 112 p.
  • Joseph Sahuc, Martyrologe et nécrologe de l'abbaye de Saint-Pons-de-Thomières : Quelques documents inédits sur l'ancien diocèse de Saint-Pons-de-Thomières, Saint-Pons-de-Thomières, M. Francès, , 155 p.
  • Georges Reverdy, « De la Haute Vallée du Thoré à la plaine de l'Aude : notes de géographie humaine », Annales de géographie, t. 26,‎

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]