Brassac (Tarn)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brassac.
Brassac
Vue de Brassac.
Vue de Brassac.
Blason de Brassac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Castres
Canton Les Hautes Terres d'Oc
Intercommunalité Communauté de communes Sidobre Vals et Plateaux
Maire
Mandat
Jean-Claude Guiraud
2014-2020
Code postal 81260
Code commune 81037
Démographie
Gentilé Brassagais, Brassagaises
Population
municipale
1 298 hab. (2014)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 37′ 50″ nord, 2° 29′ 58″ est
Altitude Min. 463 m – Max. 828 m
Superficie 23,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Brassac

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Brassac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brassac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brassac
Liens
Site web www.brassac.fr

Brassac est une commune française, située aux portes du Sidobre dans le département du Tarn en région Occitanie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune est appelée Braçac.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte.

Située au sud-est du département du Tarn, au creux de la vallée de l'Agout, Brassac est en bordure du massif granitique du Sidobre, sur le versant ouest des monts de Lacaune, dans le parc naturel régional du Haut-Languedoc.

Brassac est située à 15 km de Vabre, à 16 km d'Anglès, à 22 km de Lacaune, à 24 km de Castres et à 29 km de Mazamet. Le principal axe routier traversant la commune est la RD 622, l'ancienne RN 622).
La gare de Castres est la plus proche de Brassac, elle est située à 25 km du bourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Brassac est une commune fondée au XIIIe siècle par Eudes, seigneur de Bonnéry.

Subsistent un pont médiéval et deux châteaux.

Brassac de Belfourtés a absorbé Brassac-de-Castelnau entre 1790 et 1794. La commune fusionnée a pris le nom de Brassac.

La ville se développe au XIXe siècle grâce au textile (laine).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Brassac Blason Deux écus accolés :
  • cinq points de sinople équipolés à quatre d'or (Brassac de Belfortès),
  • de gueules palissé d'argent de deux pièces et demie (Brassac de Castelnau), commune annexée à la fin du XVIIIe siècle.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1960 mars 2001 Max Caminade DVD Agent d'assurances, conseiller général
mars 2001 mars 2014 Damien Cros   Enseignant, vice-président de la communauté de communes
mars 2014 En cours Jean-Claude Guiraud   Médecin généraliste

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 298 habitants, en diminution de -7,02 % par rapport à 2009 (Tarn : 2,72 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 500 1 149 1 478 1 616 1 875 1 759 2 055 2 226 2 229
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 646 2 016 2 032 2 025 2 149 2 168 2 223 2 138 2 006
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 997 1 925 1 909 1 693 1 668 1 582 1 566 1 576 1 597
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 578 1 611 1 629 1 671 1 539 1 427 1 430 1 396 1 298
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[5] 1975[5] 1982[5] 1990[5] 1999[5] 2006[6] 2009[7] 2013[8]
Rang de la commune dans le département 29 31 37 41 46 48 51 54
Nombre de communes du département 326 324 324 324 324 323 323 323

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vieux pont (XIIe siècle).
  • Châteaux (hôtel de ville et marquise).
  • Église Saint-Georges.
  • Circuit historique balisé dans le village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Cavaillès, né le à Castelnau-de-Brassac, qui fréquenta l'école primaire de Brassac, de 1907 à 1912 (d'une famille protestante, il n'était pas admis à l'école catholique de son village), et qui deviendra le mécanicien de Jean Mermoz[9].

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Ludothèque de Brassac.

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  6. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  7. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  8. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  9. Cavaillès, compagnon de Mermoz, Jean-Pierre Gaubert, 2002, Éd. Loubatières, (ISBN 2-86266-406-5)