Moudon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Moudon
Blason de Moudon
Héraldique
Vue du vieux bourg de Moudon
Vue du vieux bourg de Moudon
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Broye-Vully
Localité(s) et communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Moudon, Bressonnaz
Communes limitrophes :
Montanaire, Bussy-sur-Moudon, Lucens, Curtilles, Chesalles-sur-Moudon, Chavannes-sur-Moudon, Vulliens, Syens, Rossenges, Hermenches, Jorat-Menthue
Syndic Gilbert Gubler
Code postal 1510
N° OFS 5678
Démographie
Gentilé Moudonnois
Population 4 916 hab. (31 décembre 2011)
Densité 313 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 00″ N 6° 48′ 00″ E / 46.6666666667, 6.8 ()46° 40′ 00″ Nord 6° 48′ 00″ Est / 46.6666666667, 6.8 ()  
Altitude 514 m
Superficie 1 569 ha = 15,69 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Moudon

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Moudon

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Moudon
Liens
Site web www.moudon.ch
Sources
Référence population suisse[1].
Référence superficie suisse[2]

Moudon est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de la Broye-Vully. D'origine celtique, c'est une ville romaine, puis savoyarde et bernoise. C'est le chef-lieu du district de Moudon entre 1798 et 2007. La commune est peuplée de 4 916 habitants en 2011. Son terrioire, d'une surface de 1 571 hectares, est traversé par la Broye.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Étienne.

Moudon a une origine celtique. C'est un vicus assez important à l'époque romaine, connu sous le nom de Minnodunum ou Minnidunum. Le nom Moudon apparaît en 1161. Une église paroissiale dédiée à Saint Etienne est construite au début du christianisme, proche de l'actuelle. Lors des invasions barbares, les habitants construisent une église Notre-Dame, aujourd’hui disparue, sur les hauts de Moudon. En 1011, Moudon passe dans le domaine de l'évêque de Lausanne, qui a beaucoup de pouvoir dans la vallée de la Broye. Le comte Amédée Ier de Genève attaque ces positions et construit un castrum vers 1127, probablement le noyau primitif de la ville haute. Il est conquis par les ducs de Zähringen vers 1190, puis par le comte Thomas de Savoie vers 1207. En 1219, l'évêque reconnait à la Savoie la possession de Moudon, tout en y restant suzerain. La ville se développe vite pendant le XIIIe siècle. Le noyau primitif s'agrandit. L'église Saint-Etienne est reconstruite dans son état actuel entre le XIIIe et le XIVe siècle. Pierre II de Savoie établit à Moudon le siège du bailliage de Vaud vers 1260. Elle devient un centre administratif et judiciaire et devient capitale des États de Vaud. La ville est pillée deux fois lors des guerres de Bourgogne. En 1536, Moudon passe sous dominations bernoise et est le siège d'un bailliage. En 1798, la ville devient le chef-lieu du district de Moudon. Entre 1830 et 1850, les portes de la villes sont détruites, les rues sont élargies et un nouvel hôtel de ville est construit. Elle est intégrée au district de la Broye-Vully en 2008[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Moudon

Les armes de la commune de Moudon se blasonnent ainsi :
Parti de gueules et de sinople. à la lettre M majuscule gothique d'or brochante[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Moudon possède 4 916 habitants en 2011[1].. Sa densité de population atteint 313,3 hab./km².

En 2000, la population de Moudon est composée de 2 154 hommes (49,3 %) et 2 217 femmes (50,7 %). La langue la plus parlée est le français, avec 3 491 personnes (79,7 %). La deuxième langue est le portugais (198 ou 4,5 %). Il y a aussi 172 personnes parlant l'albanais (3,9 %), 119 parlant l'allemand (2,7 %), 96 parlant l'espagnol, 96 parlant l'italien (2,2 %) et 92 parlant le turc (2,1 %). 2 737 habitants sont suisses (62,5 %) et 1 644 habitants sont étrangers (37,5 %). Sur le plan religieux, la communauté catholique est la plus importante avec 1 485 personnes (33,9 %), suivie des protestants (1 463 ou 33,4 %) et des musulmans (508 ou 11,6 %). 433 personnes (9,9 %) n'ont aucune appartenance religieuse[5].

La population moudonnoise était de 2 443 habitants en 1850. Elle est restée stable jusqu'à une forte augmentation dans les années 1960 (+34.5% en 10 ans), qui s'est poursuivie depuis. Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Moudon entre 1850 et 2010[6] :

Géographie[modifier | modifier le code]

La Broye à Moudon.

La surface totale de la commune de Moudon représente 1571 hectares qui se décomposent en : 259 ha de surfaces d'habitat et d'infrastructure, 733 ha de surfaces agricoles, 550 ha de surfaces boisées et enfin 29 ha de surfaces improductives (lacs et cours d'eau par exemple). Dans le détail en 2005, les aires industrielles et artisanales représentent 2,93 % du territoire communal, les maisons et bâtiments 6,56 %, les routes et infrastructures de transport 5,54 %, les zones agricoles 27,82 % et les zones arboricoles et viticoles 1 %[2].

Jusqu'à sa dissolution, la commune faisait partie du district de Moudon. Depuis le 1er janvier 2008, elle fait partie du nouveau district de la Broye-Vully. Elle a des frontières communes avec Montanaire, Bussy-sur-Moudon, Lucens, Curtilles, Chesalles-sur-Moudon, Chavannes-sur-Moudon, Vulliens, Syens, Rossenges, Hermenches et Jorat-Menthue.

Le territoire communal occupe une grande partie de la vallée moyenne de la Broye et des terres adjacentes, en particulier sur sa partie orientale où la vallée est orientée du sud-ouest au nord-est sur une largeur allant de 500 à 1 000 mètres. À l'est de la vallée, le terrain monte en pente raide et boisée séparée par plusieurs petites vallées d'érosion. Au nord, la frontière est marquée par le ruisseau de Riau Gresin et le haut plateau de Bussy-sur-Moudon. La partie ouest de la commune s'étend de la colline marquant la source de la Cerjaule jusqu'aux vastes forêts de la Forêt Derrière et du Bois de la Cerjaule. Non loin de Moudon se trouvent les hauterus du Signal de Planche et la colline boisée des Bourlayes qui, avec 850 mètres d'altitude, est le point culminant de la commune. Au sud, la commune s'étend le long de la Broye inférieure jusqu'à l'embouchure de la Bressonne.

Moudon comprend plusieurs zones industrielles et artisanales, parmi lesquelles Bressonnaz à l'embouchure de la Bressonne dans la Broye et Grange-Verney (567 m d'altitude. M.) sur une terrasse du versant ouest de la Broye. La commune comprend également le hameau du Plan situé le long du ruisseau Voraire ainsi que plusieurs exploitations agricoles dispersées.

Politique[modifier | modifier le code]

Lors des élections fédérales suisses de 2011, la commune a voté à 41,52 % pour l'Union démocratique du centre. Les deux partis suivants furent le Parti socialiste suisse avec 19,38 % des suffrage et le Parti libéral-radical avec 14,91 %[7].

Lors des élections cantonales au Grand Conseil de mars 2011, les habitants de la commune ont voté pour le Parti libéral-radical à 31,53 %, les Verts à 20,48 %, l'Union démocratique du centre à 19,92 %, le Parti socialiste à 18.15 %, le Parti bourgeois démocratique et les Vert'libéraux à 7,60 % et Vaud Libre à 2,33 %[8].

Sur le plan communal, Moudon est dirigé par une municipalité formée de 7 membres et dirigée par un syndic pour l'exécutif et un Conseil communal, composé de 55 élus, dirigé par un président et secondé par un secrétaire, pour le législatif[9].

Économie[modifier | modifier le code]

Jusque dans la seconde moitié du XIXe siècle, l'économie locale était principalement axée sur la transformation des produits agricoles de la zone environnante. Avec la construction du chemin de fer reliant Morat à Palézieux, la région s'est ensuite progressivement industrialisée, tout d'abord avec la création d'une fromagerie en 1899 ; le développement industriel s'est accéléré pendant la seconde moitié du XXe siècle avec la création de plusieurs entreprises, dont en particulier les fonderies Gisling en 1951, la fabrique de boîtes de montres SA et les cartonneries et papeteries de Moudon SA en 1956[3]. Dans les dernières décennies, Moudon s'est de plus en plus développé comme centre de services : de 3 % de la population en 2001, le secteur tertiaire pourrait occuper 64 % dans les années à venir.

Les principales zone résidentielles de Moudon se trouvent à l'est et au sud de la vieille ville, sur les pentes exposées au soleil.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux[modifier | modifier le code]

La Maison des États de Vaud.

La vieille-ville de Moudon est inscrite comme site ISOS[10]. On y trouve de nombreux monuments datant de la période médiévale, notamment l'ancienne ville appelée « vieux bourg », constituée d'une unique rue traversant une colline fortifiée. C'est là que se trouvent en particulier la maison seigneuriale de Mézières, la maison seigneuriale de Rochefort, la maison d'Arnay, la maison des États de Vaud, la maison Loys de Villardin, la maison Tacheron, la fontaine de Moïse, l'hôtel de ville, l'église réformée Saint-Étienne et enfin la tour de la Broye, tous inscrits comme biens culturels suisses d'importance nationale[11].

L'arsenal, établi en 1836-1839 en annexe à l'ancien grenier bernois, a été construit selon les plans de l'architecte lausannois Henri Perregaux[12]. Ensemble classé monument historique en 1988[13].

La commune accueille également un grand nombre d'objets inscrits comme biens culturels d'importance régionale dans la liste cantonale dressée en 2009[14] : l'ancien hôpital de Malte, l'ancien stand, les archives communales, l'hôtel de la poste ancien Hôtel de Ville, le bâtiment des prisons, le château de Billens, le château de Carrouge, la fontaine et statue de la Justice, la gare, l'ancienne école cantonale d'Agriculture, la maison de campagne Gréchon, l'arsenal, les maisons de campagne La Clergère, La Grenette, La Rochette, Clavel, d'Arnay, de Cerjat, du Chasseur, de Denezy, de Forel, le pont sur la Bressonne et enfin le musée du Vieux-Moudon dans le château du Rochefort. Elle accueille aussi l'association Rétrobus qui occupe 2 halles dans les zones industrielles de Bressonnaz et la Pussaz.

Fêtes locales[modifier | modifier le code]

La commune accueille deux événements annuels : les Brandons de Moudon, carnaval ayant lieu quatre semaines avant Pâques, et le festival des musiques populaires qui offre des concerts de musiques populaires et traditionnelles de Suisse romande[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Le train de la ligne S21 quitte Moudon en direction de Payerne.

Moudon se trouve au carrefour des axes routiers historiques reliant l'Italie à la Bourgogne et Genève à Berne. Moudon se trouve sur le parcours de la route nationale 1,construite en 1964, qui relie la commune à Lausanne et Payerne en contournant la ville[3]. Concernant les transports en commun, elle fait partie des communautés tarifaires vaudoise (Mobilis) et fribourgeoise (Frimobil). Depuis 1876[3], la commune possède une gare des Chemins de fer fédéraux sur la ligne qui relie Lausanne à Payerne par Palézieux faisant partie du Réseau express régional vaudois et de la Ligne de la Broye[16]. La commune est également le départ de six lignes de bus : l'entreprise CarPostal y exploite trois lignes vers Échallens, Lucens en passant par Villars-le-Comte[17] et Yverdon-les-Bains[18]. Les Transports publics fribourgeois exploitent une ligne reliant Moudon à Romont en passant par Lucens ou Chavannes-sur-Moudon[19]. Enfin, les Transports publics de la région lausannoise exploitent une ligne vers Lausanne par Mézières[20]. Moudon est aussi desservi par les bus sur appel Publicar, qui sont un service de CarPostal[21].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2011 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 28 septembre 2012)
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. a, b, c et d Monique Fontannaz, « Moudon », Dictionnaire historique de la Suisse,‎ 28 janvier 2010 (consulté le 15 octobre 2012)
  4. « Annexe à l'arrêté relatif aux armoiries communales (AAC) du 10 février 1925 (175.12.1) » (consulté le 15 octobre 2012)
  5. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse
  6. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 2 octobre 2012)
  7. « Elections au Conseil national 2011: Participation, force des partis, électeurs fictifs », sur Statistique suisse (consulté le 2 octobre 2012)
  8. « Election du Grand Conseil du 11 mars 2012 », sur vd.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  9. « Moudon », sur communal.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  10. « Liste des sites d'importance nationale », sur Office fédéral de la culture (consulté le 3 octobre 2012)
  11. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  12. Paul Bissegger, D'ivoire et de marbre. Alexandre et Henri Perregaux ou l'Age d'Or de l'architecture vaudoise (1770-1850), Bibliothèque historique vaudoise, coll. « Bibliothèque historique vaudoise 131 »,‎ 2007 (ISBN 978-2-88454-131-4), p. 293-295
  13. « Fiche de recensement 157 », sur recensementarchitectural.vd.ch
  14. [PDF] « Inventaire PBC, liste provisoire des objets B », sur Office fédéral de la protection de la population (consulté le 3 octobre 2012)
  15. « Fêtes, Festivals et Marchés », sur moudon.ch (consulté le 27 août 2013)
  16. « Région Fribourg-Payerne », sur cff.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  17. « Moudon-Echallens, Moudon-Villars-le-Comte-Lucens », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  18. « Moudon-Thierrens-Yverdon-les-Bains », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  19. « Réseau régional », sur tpf.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  20. « Epalinges-Mézières VD-Moudon », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  21. « PubliCar Thierrens (VD) », sur carpostal.ch (consulté le 2 octobre 2012)

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :