Ruelisheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ruelisheim
L'église Saint-Nicolas.
L'église Saint-Nicolas.
Blason de Ruelisheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haut-Rhin
Arrondissement Mulhouse
Canton Wittenheim
Intercommunalité Mulhouse Alsace Agglomération (M2A)
Président : Fabian Jordan
Maire
Mandat
Francis Dussourd
2014-2020
Code postal 68270
Code commune 68289
Démographie
Population
municipale
2 317 hab. (2014)
Densité 319 hab./km2
Population
aire urbaine
321 520 hab. (2008)
Géographie
Coordonnées 47° 49′ 26″ nord, 7° 21′ 32″ est
Altitude Min. 221 m – Max. 234 m
Superficie 7,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Ruelisheim

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Ruelisheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ruelisheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ruelisheim
Liens
Site web http://www.mairie-ruelisheim.fr/

Ruelisheim est une commune de la banlieue de Mulhouse[1] située dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Ses habitants sont appelés les Ruelisheimois et les Ruelisheimoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Ruelisheim s'étend sur 7,27 km2, avec une densité de population de 319 hab./km2. Elle est incluse dans l'unité urbaine de Mulhouse. Elle est bordée par la ville d'Ensisheim au nord, le village de Battenheim à l'est et la commune de Baldersheim au sud-est, celle de Wittenheim au sud et pour finir celle de Pulversheim au nord-ouest. Situé à 230 mètres d'altitude, Ruelisheim, ancien village du bassin potassique ayant sur son banc la mine Théodore, est aujourd'hui intégré à la M2A. Ruelisheim est un village à dominante agricole et forestière avec une forêt qui s'étend jusqu'aux portes de Pulversheim et un banc agricole allant jusqu'au panneau Battenheim, voisin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ruelisheim est cité pour la première fois en 1160 sous le nom de Ruoleichesheim. Le village est d'abord propriété des Habsbourg en 1303 puis passe sous le contrôle de la ville d'Ensisheim jusqu'en 1789. Ruelisheim est plusieurs fois dévastée durant son histoire, d'abord par les Mulhousiens pendant la guerre des Six Deniers, puis brûlée par les Suédois durant la guerre de Trente ans, encore une fois ruinée lors de la guerre de Hollande en 1677. Le village souffrit peu de la guerre de 14-18 mais subit les bombardements de la Seconde Guerre mondiale de novembre 1944 au 3 février 1945, jour de sa libération. La guerre est meurtrière pour le village qui voit sa population décimée et le village quasiment rasé. Mais l'après-guerre donne un nouvel essor à la localité, ainsi, de 1946 à 1990, la population a plus que triplé.

Mines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mines de potasse d'Alsace.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Ruelisheim

Les armes de Ruelisheim se blasonnent ainsi :
« D'azur à trois chevrons d'or. »[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Philippe Hartmeyer    
mars 2014 en cours Francis Dussourd    
Les données manquantes sont à compléter.
Les adjoints
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Jean-Michel Faivre   1er adjoint
mars 2014 en cours Pascale Bruno   2e adjoint
mars 2014 en cours Damien Schirck   3e adjoint
mars 2014 en cours Paulette Hemmerlin-Mongin   4e adjoint
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 317 habitants, en diminution de -3,5 % par rapport à 2009 (Haut-Rhin : 1,52 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
706 706 724 879 983 1 077 1 070 1 071 1 115
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 088 1 094 1 031 991 909 954 918 914 910
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
835 808 767 781 800 876 855 791 859
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 175 1 312 1 546 1 890 2 653 2 657 2 426 2 297 2 317
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les lieux marquants de Ruelisheim[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs calvaires sont présents sur le ban ruelisheimois situés :
    • rue de Battenheim,
    • route de Wittenheim,
    • route de Colmar,
    • rue Verte,
    • à la chapelle Notre-Dame-du-Chêne,
    • derrière l'église Saint-Nicolas,
    • au cimetière.
  • Le monument aux morts.
  • L'église Saint-Nicolas construite en 1783 sur l'emplacement de l'ancienne église Saint-Michel devenue trop petite pour accueillir les pèlerins. Le clocher est d'ailleurs toujours celui de l'ancienne église. Elle a été rafraîchie en 2010. Une église encore plus ancienne, du nom de Saint-Laurent, pourrait exister mais sans certitudes.
  • La chapelle Notre-Dame-du-Chêne de 1704, lieu de pèlerinage connu.
  • La mairie-école située rue principale, qui n'occupe plus la fonction d'école depuis 1993, date de la construction d'une nouvelle école située rue de l'Ill.
  • La salle de sport située rue de l'Ill.

Il subsiste peu de vieilles bâtisses et maisons, conséquence de la guerre 1939-1945.

Jumelage[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec Talloires, village sur les rives du lac d'Annecy.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :