Pulversheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pulversheim
Pulversheim
L'église Saint-Étienne.
Blason de Pulversheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haut-Rhin
Arrondissement Mulhouse
Canton Wittenheim
Intercommunalité Mulhouse Alsace Agglomération (M2A)
Maire
Mandat
Jean-Claude Eicher
2014-2020
Code postal 68840
Code commune 68258
Démographie
Population
municipale
2 940 hab. (2016 en augmentation de 1,03 % par rapport à 2011)
Densité 343 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 16″ nord, 7° 18′ 23″ est
Altitude Min. 222 m
Max. 243 m
Superficie 8,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Pulversheim

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Pulversheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pulversheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pulversheim

Pulversheim (nom dialectal : Pulverscha) est une commune de la banlieue de Mulhouse[1] située dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace et est membre de Mulhouse Alsace Agglomération.
Ses habitants sont appelés les Pulversheimois et les Pulversheimoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Pulversheim, située au centre du Bassin Potassique, compte environ 2 900 habitants. Son ban s’étend sur 856 hectares.

Appartenant au canton d'Ensisheim et à l’arrondissement de Mulhouse, Pulversheim a été tôt marquée par l’exploitation de la potasse qui a largement contribué au développement du village. À l’ouverture de la mine Rodolphe, en 1913, la population compte 260 habitants, 675 en 1936 et cette croissance s’est poursuivie pour atteindre 2 200 habitants en 1973.

Avec son adhésion à la communauté de l’agglomération mulhousienne Sud-Alsace (CAMSA) et sa situation stratégique au centre du département, la commune est confrontée à de nouveaux enjeux territoriaux. Malgré le développement de l’urbanisme, de zones d’activités, la commune reste dominé par des espaces naturels, forêts, vergers, espaces agricoles, la rivière Thur et ses marais au nord-ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Pulversheim est entré dans l’histoire au VIIIe siècle, sous son nom primitif Wolfrigesheim ou Wolfriegeshaim son orthographe a subi au cours des siècles de nombreuses mutations. Étymologiquement la partie génétique provient du gothique wulf ou wolf, (syllabe du nom qu’on retrouve dans le nom de nombreuses localités). Une ébauche de l’orthographe actuelle apparaît dès le XIVe siècle Bulffersheim (1369) et (1506) Wulfersheim (1544) puis Pulversheim (1725). Avec le temps les méchants loups (wulf, wolf) ont été mutés en oiseau, coucou, messager du printemps.

La situation de Pulversheim sur une ancienne voie celtique a favorisé le passage des tribus vers l’ouest. Les successeurs de Clovis créèrent le duché d’Alsace et accrurent leur autorité sur notre région, possédant des terres allant du Sundgau jusqu’à Seltz.

Sous les Carolingiens, Pulversheim dépend du Sundgau et l’évêque de Bâle. La Révolution, en créant de nouvelles divisions administratives, fait appartenir la commune de Pulversheim au département du Haut-Rhin, au district de Colmar et au canton d’Ensisheim.

De l’ancien village agricole à une cité moderne[modifier | modifier le code]

Dès son origine, le village a une vocation agricole. Les habitants sont pauvres et pour la quasi-totalité ont travaillé comme bûcheron ou journalier. Entre 1790 et 1830, la population passe de 150 habitants à 347. La démographie du village chute à partir de 1870, et compte 280 habitants en 1885.

Le gisement potassique a provoqué dans les villages situés dans le périmètre du bassin potassique dont Pulversheim est le centre, un bouleversement total et une transformation rapide de leur structure économique, sociale et culturelle.

Article détaillé : Mines de potasse d'Alsace.

De 250 habitants en 1920, la population passe à 376 en 1930. Grâce à l’agrandissement de la cité minière, la population progresse rapidement : 1 000 habitants en 1946 ; 2 292 au recensement de mars 1999 et 2 917 au recensement complémentaire de 2005. La reconversion économique du bassin potassique oriente aujourd’hui la population active vers les sites industriels de l’entreprise « Automobiles Peugeot », vers les entreprises chimiques et pharmacologiques, notamment en Suisse. Après avoir développé l’intercommunalité en fondant la communauté de commune du Bassin Potassique, Pulversheim et la majorité des communes limitrophes ont rejoint en janvier 2004 la communauté d’agglomération mulhousienne Sud-Alsace (CAMSA), devenue Mulhouse Alsace Agglomération en 2009.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Pulversheim

Les armes de Pulversheim se blasonnent ainsi :
« D'or à trois roses de gueules, boutonnées d'or et feuillées de sinople, deux et un. »[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Georges Bourgeois RPF puis RS
puis UNR puis UDR
Huissier de justice
Sénateur du Haut-Rhin (1948 → 1951)
Député du Haut-Rhin (1951 → 1958)
Député de la 2e circonscription du Haut-Rhin (1958 → 1978)
Conseiller général du canton d'Ensisheim (1945 → 1973)
Président du conseil général du Haut-Rhin (1958 → 1973)
Pierre Meyer   Directeur d'école retraité
Claude Ott   Proviseur retraité
Louis Feder    
En cours Jean-Claude Eicher[3] UDI Contremaître
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2016, la commune comptait 2 940 habitants[Note 1], en augmentation de 1,03 % par rapport à 2011 (Haut-Rhin : +1,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
157187208286347335324337335
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
329340350321281274291287303
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3093072832622713766751 0501 510
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 7471 8762 1302 0062 0212 2662 7442 8192 925
2016 - - - - - - - -
2 940--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Georges Bourgeois : député-maire de 1945 à 1973.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]