Neuwiller-lès-Saverne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuwiller et Neuviller-la-Roche.
Neuwiller-lès-Saverne
Mairie de Neuwiller-lès-Saverne.
Mairie de Neuwiller-lès-Saverne.
Blason de Neuwiller-lès-Saverne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin (Strasbourg)
Arrondissement Saverne
Canton Ingwiller
Intercommunalité C.C. de Hanau-La Petite Pierre
Maire
Mandat
Alphonse Decker
2014-2020
Code postal 67330
Code commune 67322
Démographie
Gentilé Neuwillerois(es)
Population
municipale
1 120 hab. (2014)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 26″ nord, 7° 24′ 07″ est
Altitude Min. 187 m – Max. 415 m
Superficie 31,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Neuwiller-lès-Saverne

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Neuwiller-lès-Saverne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuwiller-lès-Saverne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuwiller-lès-Saverne
Liens
Site web www.cc.pays-de-hanau.com

Neuwiller-lès-Saverne est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace et du Parc naturel régional des Vosges du Nord.

Géographie[modifier | modifier le code]

Petite ville du Bas-Rhin, du canton de Bouxwiller et de l'arrondissement de Saverne située dans une contrée pittoresque au pied du massif des Vosges, et entourée de vignes, de prairies et de forêts.

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Oberhof (hameau en partie sur le ban d'Eckartswiller)
  • Thomasthal
  • Bocksmühl
  • Johannesthal
  • Herrensteinerforst
  • Nonnenthal
  • Breitschoss
  • Hünebourg : site du château de Hunebourg, à l’ouest de Neuwiller.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes latinisées Novumvillare en 1070, Neovillare en 1085 et Neovilla en 1264[réf. nécessaire].

Il s'agit d'un nom de lieu de type germanique *Newwîlâri > Neuwiler signifiant « nouveau domaine agricole », « nouveau village ». Le vieux haut allemand -wîlâri est issu du bas latin villare signifiant « domaine agricole ». C'est un équivalent des types romans septentrionaux (influencés par le germanique) Neuvillers, Neuviller, Neuville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Village fondé en 723[modifier | modifier le code]

Le village de Neuwiller-lès-Saverne doit son origine à une abbaye de Bénédictins fondée en l'an 723 par saint Sigebaud, évêque de Metz. Cette abbaye placée sous le vocable de saint Pierre et de saint Paul, fut enrichie de biens considérables, situés sur l'un et l'autre versant des Vosges. L'un des plus illustres prélats dont peut se glorifier l'église de Metz, Drogon, fils naturel de Charlemagne, reconstruisit le monastère qui avait été réduit en cendres. Drogon y fit transporter en 826 le corps de saint Adelphe, un de ses prédécesseurs, sous la direction de son suffragant Lantfried. Le village de Neuwiller fut longtemps soumis à l'abbé du monastère ; la bulle fulminée en 1178 par le pape Alexandre III, rappelle que le lieu même où était situé le couvent, appartenait à l'abbaye avec la ville, la juridiction, le ban, les terres cultivées et non cultivées.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Neuwiller-lès-Saverne

Les armes de Neuwiller-lès-Saverne se blasonnent ainsi :
« D'azur semé de croisettes d'argent à l'évêque Sigebald mitré et crossé d'or, brochant sur le tout. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Mario Lambert    
mars 2014 en cours Alphonse Decker    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 120 habitants, en diminution de -3,86 % par rapport à 2009 (Bas-Rhin : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 372 1 513 1 706 1 821 1 700 1 735 1 741 1 739 1 699
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 528 1 587 1 568 1 476 1 559 1 464 1 413 1 383 1 402
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 431 1 403 1 324 1 207 1 222 1 254 1 245 1 224 1 226
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 201 1 206 1 115 1 059 1 166 1 146 1 134 1 165 1 120
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Patrimoine civil et militaire[modifier | modifier le code]

  • Le château Freihof[6].
  • Le château de Herrenstein, construit au XIe siècle et modernisé au XVIe siècle.
  • Une fontaine du XVIIIe siècle[7],[8].
  • Le centre d'éducation à l'environnement, disposant d'une capacité de 110 lits. Ce centre fonctionne dans une logique de respect du développement durable. Les visiteurs peuvent y voir une mare pédagogique, un jardin chronologique et une tourbière. Le centre possède, également, une fourmilière et une salle faune où sont reconstitués les écosystèmes des Vosges du Nord.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Le monument du général Clarke, dans le quartier des officiers du cimetière catholique[25].
  • La chapelle Saint-Nicolas[26].
  • La tour et le mur d'enceinte, sur lequel figurent des inscriptions hébraïques datant du XIIIe au XVIe siècle et les cimetières juifs dont un de la fin du Moyen Âge[27],[28],[29].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Maisons remarquables[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Eugène Charles Auguste de Mandeville (1780-1850), général des armées de la République et de l'Empire,beau-frère du Maréchal Clarke y est décédé.
  • Adolphe d'Hastrel, officier et peintre, né à Neuwiller en 1805
  • Hans Barth : pasteur de l'église Saint-Adelphe, a été missionnaire en Afrique.
  • Frédéric Schwab : organiste, élève au conservatoire de Strasbourg, puis à Montpellier où il obtient sa médaille d'or. Il se perfectionne actuellement à Paris et commence une carrière de chanteur professionnel à la Schola cantorum.
Henri Jacques Guillaume Clarke, comte d'Hunebourg, Duc de Feltre, Maréchal de France (1765-1818).

Arthur Clarke (1802-1829)[modifier | modifier le code]

Arthur Clarke, comte de Feltre, frère d'Edgar et fils cadet de Henri-Jacques-Guillaume Clarke, vit le jour à Neuwiller, le 23 juin 1802.

Admis en 1821 à l'École polytechnique, il en sortit en 1823 avec le brevet d'officier d'artillerie ; mais il demanda et obtint d'entrer comme sous-lieutenant dans le 4e régiment de cuirassiers pour y servir avec son frère aîné.

En 1827, il passa dans le 1er régiment de grenadiers à cheval de la Garde. L'année suivante, il fit l'expédition de Morée comme officier d'ordonnance du général Schneider.

La croix de la Légion d'honneur fut la récompense du zèle et de la capacité dont il fit preuve.

Atteint par l'épidémie qui décima les troupes françaises à Patras, il ne voulut pas cependant quitter l'armée, et ne se décida à revenir en France qu'après plusieurs rechutes. Il languit pendant trois mois, et mourut à Paris le .

« Arthur de Feltre, joignant toutes les qualités du cœur à beaucoup d'instruction et à un esprit distingué, dessinait agréablement et taisait des vers où se révélait le germe d'un talent réel. »

Sources 

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annette Saemann, Mini-guides des châteaux d’Alsace, Strasbourg, Centre d’étude des châteaux-forts, 16 p.
    Châteaux et manoirs de Neuwiller-les-Salerne (2007)
  • Charles-Laurent Salch, Imagiers des châteaux et remparts d’Alsace, vol. 1, Strasbourg, Châteaux-forts d'Europe-Castrum Europe, , 160 p. (ISSN 1253-6008)
    N°53/54/55 2010. TOME 1 : A - F : Lichtenberg : Manoirs des XIVe et XVIe siècles, photo Louis Christmann, 1888/91, p. 93
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, Strasbourg, Editions Publitotal, 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Neuwiller-les–Saverne, p. 843
  • Dominique Toursel-Harster, Jean-Pierre Beck, Guy Bronner, Dictionnaire des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg, La Nuée bleue, , 663 p. (ISBN 2-7165-0250-1)
    Neuwiller-les –Saverne, pp. 269 à 274
  • Charles-Laurent Salch, Nouveau Dictionnaire des Châteaux Forts d’Alsace, Ittlenheim, éditions alsatia. Conception et réalisation Lettrimage, , 384 p. (ISBN 2-7032-0193-1)
    Neuwiller-lès-Saverne p. 214

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Notice no IA67009931 », base Mérimée, ministère français de la Culture Château Freihof
  7. « Notice no PA00084822 », base Mérimée, ministère français de la Culture Fontaine du XVIIIe siècle
  8. « Notice no IA67009921 », base Mérimée, ministère français de la Culture Fontaine
  9. « Notice no IA67009915 », base Mérimée, ministère français de la Culture Église Saint-Adelphe, église protestante
  10. « Notice no IM67014299 », base Palissy, ministère français de la Culture Orgue église Sainte-Adelphe, église protestante
  11. « Notice no PM67001059 », base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune église protestante Saint-Adelphe
  12. « Notice no PM67000463 », base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue église protestante Saint-Adelphe
  13. « Notice no PM67000627 », base Palissy, ministère français de la Culture Cloche du temple Saint-Adelphe 2e quart XVe siècle
  14. « Notice no IM67014297 », base Palissy, ministère français de la Culture Cloche No 1 église Sainte-Adelphe, église protestante 1431
  15. « Notice no IM67014298 », base Palissy, ministère français de la Culture Cloche No 2 église Sainte-Adelphe, église protestante 1820
  16. « Notice no IA67009925 », base Mérimée, ministère français de la Culture Cimetière protestant
  17. « Notice no IA67009917 », base Mérimée, ministère français de la Culture Eglise abbatiale Saint-Pierre et Saint-Paul
  18. « Notice no IM67015554 », base Palissy, ministère français de la Culture Orgue et sa tribune église abbatiale Saint-Pierre-Saint-Paul
  19. « Notice no PM67001060 », base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune église paroissiale Saint-Pierre Saint-Paul, ancienne abbaye bénédictine
  20. « Notice no PM67000199 », base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue église paroissiale Saint-Pierre Saint-Paul, ancienne abbaye bénédictine
  21. « Notice no PM67000198 », base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : buffet d'orgue ; tribune d'orgue église paroissiale Saint-Pierre Saint-Paul, ancienne abbaye bénédictine
  22. « Notice no IM67015551 », base Palissy, ministère français de la Culture Cloche du XIXe siècle église abbatiale Saint-Pierre-Saint-Paul
  23. « Notice no IM67015550 », base Palissy, ministère français de la Culture Cloche de 1771 siècle église abbatiale Saint-Pierre-Saint-Paul
  24. « Notice no IM67015549 », base Palissy, ministère français de la Culture Ensemble de1327 de 3 cloches église abbatiale Saint-Pierre-Saint-Paul
  25. « Notice no IA67009924 », base Mérimée, ministère français de la Culture Cimetière catholique
  26. « Notice no IA67009918 », base Mérimée, ministère français de la Culture Chapelle Saint-Nicolas
  27. « Notice no IA67009927 », base Mérimée, ministère français de la Culture Cimetière créé à cet emplacement en 1877, rue d'Ingwiller
  28. « Notice no IA67009926 », base Mérimée, ministère français de la Culture Cimetière désaffecté depuis la création du nouveau, en 1877. Une présence juive est attestée à Neuwiller depuis 1335.
  29. « Notice no PA67000027 », base Mérimée, ministère français de la Culture Ancien cimetière juif