Centrale nucléaire de Golfech

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Golfech
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Golfech
La centrale nucléaire de Golfech vue d'Auvillar, une commune voisine.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
Département Tarn-et-Garonne
Commune Golfech
Coordonnées 44° 06′ 24″ Nord 0° 50′ 43″ Est / 44.10667, 0.84528
Opérateur Électricité de France
Année de construction 1982 (tranche 1); 1984 (tranche 2)
Date de mise en service 1991 (tranche 1); 1994 (tranche 2)
Statut En fonction
Direction Olivier Coadebez
Réacteurs
Fournisseurs Areva NP, Alstom
Type REP
Réacteurs actifs 2 x 1 310 MW
Puissance nominale 2 620 MW
Production d’électricité
Production annuelle d'électricité 19,2 TWh (en 2013)[1]
Production moyenne 18,323 TWh (sur les années 2010, 2011, 2012 et 2013)
Production totale 360 TWh (à la mi-2013)[2]
Divers
Source froide Garonne
Site web EDF : Page web dédiée à la centrale nucléaire de Golfech

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Centrale nucléaire de Golfech

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

(Voir situation sur carte : Tarn-et-Garonne)
Centrale nucléaire de Golfech

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Centrale nucléaire de Golfech

La centrale nucléaire de Golfech est implantée sur la commune de Golfech dans le département de Tarn-et-Garonne en région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, en bordure de la Garonne et en aval du confluent du Tarn entre Toulouse (75 km en amont), Agen (20 km en aval), Montauban (40 km à l'ouest) et Valence d'Agen2,5 km du centre-ville). Elle produit de l'électricité à partir de l'énergie dégagée par la fission nucléaire de l'uranium.

Présentation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Centrale nucléaire.
  • Le CNPE (centre nucléaire de production d'électricité) de Golfech, d'une superficie de 200 hectares[3], possède deux tranches nucléaires. Chaque tranche est équipée d'un réacteur nucléaire à eau pressurisée (REP) de 1 300 MW de palier P'4. Elles ont été mises en service respectivement en 1991 et 1994[4]. La centrale est équipée de deux tours aéroréfrigérantes (une pour chaque tranche) qui assurent un circuit de refroidissement semi-fermé pour chacune des unités de production. Ces tours de refroidissement sont les plus hautes d'Europe (178,5 mètres de haut). Le pompage en Garonne sert à compenser l'évaporation des aéroréfrigerants (le « panache de nuage ») et à refroidir des circuits auxiliaires de sûreté ou de support à la production.
  • En 2013, le site a produit 19,2 milliards de kWh (19,2 TWh). La centrale de Golfech emploie 939 personnes quotidiennement (739 salariés EDF et 200 prestataires)[1].

Caractéristiques des réacteurs[modifier | modifier le code]

Les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Golfech sont des réacteurs à eau pressurisée (REP) modèles du palier 4 (P'4), de même que les réacteurs des centrales nucléaires françaises de Belleville (1 et 2), Cattenom (1 à 4), Nogent (1 et 2) et Penly (1 et 2).

Les caractéristiques des réacteurs en service sont les suivantes[4],[5] :

Nom du réacteur Modèle Capacité (MW) Exploitant Constructeur Début constr. 1re divergence Raccord. au réseau Mise en service comm. 1re visite décennale 2e visite décennale
Thermique (MWt) brute (MWe) Nette (MWe)
Golfech-1[6] P'4 REP 1300 3817 1363 1310 EDF Framatome 17 nov 1982 24 avril 1990 7 juin 1990 1er février 1991 23 mars 2001 au ? 24 mars 2012 au 22 juillet 2012[7]
Golfech-2[8] P'4 REP 1300 3817 1363 1310 EDF Framatome 1er octobre 1984 21 mai 1993 18 juin 1993 4 mars 1994 12 juin 2004 au ? 26 avril 2014 au 13 juillet 2014[9]

Histoire[modifier | modifier le code]

1965 : annonce du premier projet[modifier | modifier le code]

En 1965, le préfet de la région Midi-Pyrénées annonce officiellement un projet de centrale électronucléaire près de Malause (Tarn-et-Garonne). EDF entame alors des démarches pour assurer l'acquisition des terres nécessaires. En 1967, une commission d'enquête reconnaît d'utilité publique le premier projet d'une centrale nucléaire de 2 réacteurs de 800 MW de type UNGG à Golfech. En 1968 débutent les travaux de la centrale hydroélectrique de Malause.

La baisse du prix du pétrole, et un conflit opposant le CEA à EDF à propos du choix entre les filières nucléaires graphite-gaz et eau sous pression, feront qu'aucun nouveau projet de centrale nucléaire ne sera décidé entre 1967 et 1969. Après le départ de De Gaulle en 1969, la filière française graphite-gaz maîtrisée par le CEA est abandonnée, ce qui entraîne l'abandon du premier projet de centrale nucléaire de Golfech.

1973 : annonce du second projet[modifier | modifier le code]

En février 1973 est inaugurée la centrale hydroélectrique d'une puissance de 69 MW sur la Garonne. Le directeur régional d'EDF annonce que la centrale nucléaire sera construite à l'horizon 1985.

Le 2 novembre 1974, un document du ministère de la qualité de vie confirme le choix de Golfech pour l'implantation d'une centrale. Le ministère de l'industrie demande aux préfets de région de saisir les bureaux des assemblées concernées pour consultation.

Le 1er juin 1975, un référendum organisé par les cantons de Valence-d'Agen et d'Auvillar se prononce à 83 % contre l'implantation de la centrale de Golfech (4 177 voix contre sur 5 028 exprimées).

En avril 1978, le conseil régional de Midi-Pyrénées se prononce contre l'implantation de la centrale de Golfech à l'unanimité moins deux abstentions.

En décembre 1978, EDF précise que Golfech est le site définitivement retenu pour la région Midi-Pyrénées et qu'il comprendra 4 réacteurs à eau pressurisée de 1 300 MW.

En janvier 1979, le parti communiste se prononce contre la centrale de Golfech en raison du caractère antidémocratique du projet. Toujours en janvier, le conseil général de Tarn-et-Garonne se prononce contre le projet à 21 voix contre, 2 voix pour, 4 abstentions.

En juin 1979, le Parti socialiste de Lot-et-Garonne rejoint ses camarades du PS de Tarn-et-Garonne pour dire non à la centrale de Golfech, avec le MRG, le PSU, la LCR, la CFDT, la FEN, la Ligue des droits de l'homme, etc.

Le 17 juin 1979, 5 000 marcheurs, élus en tête, se rendent sur le site de la future centrale pour effectuer un lâcher de ballons, démontrant l'éventuelle propagation jusqu'en Espagne d'un nuage radioactif.

Le 12 octobre 1979, 9 maires refusent d'accueillir le dossier de l'enquête d'utilité publique du projet Golfech.

En novembre 1979, le PC se prononce pour la centrale nucléaire de Golfech car la région est « à la limite de la catastrophe au point de vue des ressources énergétiques ».

1980 : enquête d'utilité publique[modifier | modifier le code]

En 1980, la commission d'enquête d'utilité publique rend un avis favorable à la construction des 4 réacteurs, et une pétition réunit 30 000 signatures contre le projet.

Les 26, 27 et 28 septembre 1980, 10 000 personnes se rendent sur le site du projet à l'initiative du Comité antinucléaire (CAN) de Golfech.

1981 : élection de François Mitterrand[modifier | modifier le code]

En février 1981, Jean Glavany (PS) assure par un courrier au CAN de Golfech que le site ne sera pas ouvert sans un vaste débat sur le recours au nucléaire. Le CAN de Golfech appelle alors à voter François Mitterrand à l'élection présidentielle de 1981. Après son élection, l'abandon du projet nucléaire de Plogoff est annoncé, ainsi que l'arrêt de 14 sites ouverts. Golfech n'est que simplement suspendu momentanément par le nouveau gouvernement, malgré cela, les travaux d'EDF continuent sur le site.

En octobre 1981, 4 000 personnes marchent sur le site en chantier. L'opposition avec les forces de l'ordre donne lieu à de violents affrontements. En novembre, une nouvelle marche réunit de 4 à 7 000 personnes et donne lieu à de longs et violents affrontements avec 2 000 CRS, gardes mobiles ou gendarmes et une dizaine de pronucléaires.

1989 : occupation d'une tour[modifier | modifier le code]

Après la catastrophe de Tchernobyl en 1986, le mouvement antinucléaire se réveille. La nouvelle coordination Stop Golfech, créée à l'occasion de l'occupation d'une tour aéroréfrigérante de la centrale par 5 activistes pendant 5 jours en 1989, tente de bloquer le démarrage de la centrale.

1990 : mise en route du premier réacteur[modifier | modifier le code]

La mise en route du réacteur no 1 (1re divergence) a finalement lieu le 24 avril 1990.

1993 : mise en route du second réacteur[modifier | modifier le code]

La mise en route du réacteur no 2 (1re divergence) a lieu le 21 mai 1993 à 18h13.

1993 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Actuellement, la centrale nucléaire de Golfech comprend deux réacteurs bien que le site ait été étudié et conçu pour l'implantation de 4 réacteurs.

  • Entre avril et juillet 2014, lors de la deuxième visite décennale de l'unité de production numéro 2, l'alternateur de cette dernière a subi un « rebobinage », c'est-à-dire que les 168 barres qui composent le stator (partie fixe qui forme, avec le rotor, l'alternateur) vont être changées[13].
  • Le jeudi 30 octobre 2014 vers 21 heures, un drone non identifié a été repéré par les gendarmes du peloton spécialisé de surveillance de la Gendarmerie (P.S.P.G.) en train de survoler le site nucléaire. Il est finalement parti en direction de département de Lot-et-Garonne[14]. Même évènement le mercredi 12 novembre, où cette fois-ci deux drones ont survolé la centrale par plusieurs passages de 21 heures à 23 heures[15].

Communication et prévention[modifier | modifier le code]

La communication de l'industrie nucléaire se bat essentiellement sur les arguments d'un risque non significatif d'accident majeur, d'un impact environnemental relativement faible, et de l'inéluctabilité de la présence de centrales nucléaires au travers du monde.

Commission locale d'information (CLI)[modifier | modifier le code]

La Commission locale d'information nucléaire de Golfech (CLI) date de 1982. Ces commissions techniques sont relatives à la protection des populations pour l'une et au suivi du fonctionnement et de l'impact de la centrale pour l'autre. La CLI est une organisation mise en place par les autorités locales. En 2011, son Président est le maire de Golfech, Alexis Calafat. La CLI compte des membres venant de divers milieux.

Plan particulier d'intervention[modifier | modifier le code]

Dans le cas particulier où un accident nucléaire se produirait, il existe à Golfech un plan particulier d'intervention (PPI), qui prévoit une évacuation dans un périmètre de 10 kilomètres, alors que l'évacuation sur un périmètre de 20 km s'est révélée être insuffisante lors de l'accident de Fukushima[16].

Exercices de sûreté[modifier | modifier le code]

Afin de parer à toute éventualité d'accident nucléaire, des exercices de sûreté sont organisés sur un rythme quinquennal. L'exercice n'est pas effectué avec les 20 000 habitants des 31 communes concernées par les 10 kilomètres du plan particulier d'intervention (PPI), pour des raisons pratiques[17].

L'exercice de sûreté de 2008 a notamment concerné l'automate d'appel des populations du périmètre des deux kilomètres, périmètre à protéger rapidement, et l'évacuation des personnes de ce périmètre (400 foyers). Par ailleurs, la population abonnée à une ligne fixe de téléphone (hors dégroupage et téléphones portables et liste rouge) est avertie par téléphone au travers d'un système d'appel des populations en phase réflexe (système SARRPE), déclenché depuis la centrale nucléaire, ou à défaut depuis l'astreinte nationale EDF à travers le réseau internet. Cependant, le téléphone ne peut sonner que si une communication n'est pas déjà en cours et si le réseau téléphonique (voire électrique) n'est pas défaillant. Selon les statistiques d'EDF de 2008, en situation de fonctionnement, l'automate d'appel peut toucher 70 % des foyers situés sur le périmètre[18]. Le système permet d'effectuer jusqu'à deux appels par foyer en moins d'une heure. Les populations non référencées en tant que foyer, comme les salariés itinérants par exemple, n'entrent pas dans la statistique. Le cas échéant, toute la population est avertie au travers des sirènes.

Zone d'impact d'un accident[modifier | modifier le code]

Dans l'hypothèse d'un accident nucléaire où la centrale libérerait un nuage radioactif dans l'atmosphère, les zones impactées dépendraient du vent et de la pluie. Le vent le plus fréquent est le vent Bordeaux-Toulouse (43 % des cas et 59 % des cas de situation pluvieuse). Dans cette configuration, les villes de Montauban, Castelsarrasin, Toulouse, Narbonne et Perpignan seraient atteintes. Le temps nécessaire au nuage pour atteindre Toulouse est estimé dans 70 % des cas à plus de trois heures. Toutefois, la ville de Toulouse ne pourrait pas être évacuée, d'une part en raison des embouteillages qui y bloquent fréquemment la circulation, et d'autre part en raison de la panique vraisemblablement générée par l'évacuation d'une grande ville[19].

Impact des rejets dans la Garonne[modifier | modifier le code]

Lorsque la centrale fonctionne, les effluents radioactifs liquides proviennent du circuit primaire de la centrale nucléaire et des circuits annexes nucléaires. Les principaux rejets radioactifs liquides sont constitués par du tritium, du carbone 14, des iodes et d’autres produits de fission. La totalité de ces effluents est collectée, puis traitée, pour retenir l’essentiel de la radioactivité. Les effluents sont ensuite acheminés vers des réservoirs d’entreposage où ils sont analysés, sur le plan radioactif et sur le plan chimique, avant d’être rejetés selon la réglementation.

L'impact thermique de la centrale est limité par l'utilisation d'un circuit de réfrigération semi-fermé équipé de tours aéroréfrigérantes. La réglementation de l'arrêté de 18 septembre 2006 impose un échauffement maximum de 1,25 °C du 1er juin au 30 septembre, de 2 °c le reste de l'année.

Les circuits de refroidissement de la centrale de Golfech sont confrontés à la problématique des amibes. Ces micro-organismes, dont quelques espèces seulement sont potentiellement dangereuses pour la santé, sont naturellement présentes dans l'eau de la Garonne utilisée pour le refroidissement de la centrale. Les amibes peuvent trouver un biotope favorable dans les eaux tièdes. Afin de contrôler cette population de micro-organismes en période d'été, le circuit de réfrigération fait l'objet d'un traitement saisonnier à la mono-chloramine.

Selon les associations opposées à l'énergie nucléaire, les rejets liquides de la centrale de Golfech posent également la question de la qualité de l'eau pompée dans la Garonne pour l'irrigation et de l'eau courante. Ces rejets peuvent notamment contenir de l'iode 131 (289 becquerels/litre en 2003). Ces rejets conduisent également au réchauffement de la Garonne[20].

Depuis le 1er février 2010, et comme l’ensemble des autres acteurs du nucléaire en France (CEA, ANDRA, Marine nationale…), la centrale de Golfech transmet les résultats de sa surveillance de l’environnement au réseau national de mesures de la radioactivité dans l’environnement, réseau mis en place par l’IRSN. L’ensemble de ces données sont disponibles sur le site internet www.mesure-radioactivite.fr.

Emplois et formation[modifier | modifier le code]

En 2013, la centrale nucléaire de Golfech emploie 939 personnes (739 salariés EDF et 200 prestataires)[1]. Elle est également concernée par un grand chantier d'embauches, afin de transmettre un savoir-faire acquis depuis plusieurs décennies par les agents du nucléaire aux nouvelles générations. Toutefois, en dépit du fort taux de chômage, certains métiers du nucléaire sont difficiles à pourvoir[21]. Une réduction des coûts a pu être effectuée au travers du plan Altitude 7005, conduisant à la réduction d'environ 60 emplois à Golfech entre 2005 et 2010, et à un changement d'employeur pour les salariés sous-traitants[22].

Pour la formation des salariés du nucléaire, trois équipements ont été mis en service :

  • le chantier école, une reproduction des locaux situés en zone nucléaire,
  • un simulateur de conduite, qui imite le pilotage des réacteurs de la centrale,
  • le chantier maquette, pour s'entraîner sur du matériel à taille réelle[23].

Urbanisme du voisinage de la centrale[modifier | modifier le code]

En 2011, l'urbanisme du voisinage est un sujet controversé, en particulier autour des notions de la zone de deux kilomètres, du Porter à connaissance du préfet, et de la possible dépréciation du foncier avoisinant[24].

Incidents nucléaires et techniques[modifier | modifier le code]

La centrale nucléaire de Golfech (vue aérienne). On distingue nettement ses deux tours aéroréfrigérantes (une pour chaque tranche).
  • Le 27 novembre 1998 : le bâtiment d'un réacteur est évacué à la suite du déclenchement d'une alarme de détection de radioactivité atmosphérique. Une dizaine de salariés d'entreprises prestataires présentent une légère contamination (classé au niveau 1 de l'échelle INES)[25].
  • Le 25 mai 2007 : contamination interne d'un intervenant sur l'unité de production no 2 (tranche no 2)[26].
  • Le 25 janvier 2008 : à la suite d'un défaut sur un tableau d'alimentation électrique, une chaîne de mesure de la puissance du réacteur de l'unité de production no 2 (tranche no 2) est devenue indisponible (classé au niveau 1 de l'échelle INES)[27].
  • Le 25 octobre 2008 : écart d'exploitation lors de l'arrêt programmé de l'unité de production no 2 (tranche no 2) (classé au niveau 1 de l'échelle INES)[28].
  • Le 12 novembre 2008 : écart d'exploitation lors de la réalisation de travaux de maintenance sur l'unité de production no 2 (tranche no 2) (classé au niveau 1 de l'échelle INES)[29].
  • Le 18 septembre 2009, des prélèvements opérés dans la Garonne, en amont et en aval, ont été analysés par un laboratoire indépendant et montrent des teneurs en tritium beaucoup plus élevés que la norme autorisée en aval de la centrale[30].
  • Le 7 mars 2010 : écart d'exploitation lors de la mise à l'arrêt de l'unité de production no 2 (tranche no 2) (classé au niveau 1 de l'échelle INES)[31].
  • Le 9 septembre 2010 : déclenchement d'une alerte PUI (plan d'urgence interne) à la suite d'un dégagement de fumée dans les locaux électriques de l'unité de production no 2 (tranche no 2)[32].
  • Le 22 octobre 2010 : non-respect d'une règle d'exploitation sur l'unité de production no 1 (tranche no 1) (classé au niveau 1 de l'échelle INES)[33].
  • Le 28 octobre 2010 : des intervenants EDF s'aperçoivent de l'indisponibilité d'un boremètre (appareil mesurant la concentration de bore dans le circuit primaire) sur l'unité de production no 1 (tranche no 1) (classé au niveau 1 de l'échelle INES)[34].
  • Le 5 mai 2011, en raison de l’échauffement d’une pompe du bâtiment d’entreposage de l'unité de production no 2 (tranche no 2), les équipes de la centrale sont intervenues pour procéder à l’arrêt de cette pompe et son remplacement immédiat[37].
  • Le 29 juin 2011, un membre d'une équipe de maintenance s'aperçoit que deux vannes d'isolement qui traversent l'enceinte de confinement de l'unité de production no 2 (tranche no 2) sont ouvertes. Or, pour garantir l'étanchéité du bâtiment réacteur, il faut qu'une des deux vannes soit fermée (classé au niveau 1 de l'échelle INES)[38].
  • Pendant l'année 2012, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a enregistré 38 incidents mineurs[39].
  • Le 3 avril 2012, sur l'unité de production no 1 (tranche no 1), des intervenants EDF se rendent compte de l'inversion de deux sondes mesurant le flux neutronique dans le cœur du réacteur (classé au niveau 1 de l'échelle INES)[40].
  • Le 19 janvier 2013, sur l'unité de production no 1 (tranche no 1), une équipe de maintenance d'EDF se rend compte de l'indisponibilité d'un système d'évacuation de vapeur du circuit secondaire (classé au niveau 1 sur l'échelle INES)[41].
  • Le 3 septembre 2013, sur l'unité de production no 1 (tranche no 1), le réacteur s'est mis en arrêt automatique à la suite de l'arrêt d'une pompe du circuit secondaire. L’événement n'a pas été classé sur l'échelle INES[42].
  • Le 11 septembre 2013, sur l'unité de production no 1 (tranche no 1), durant la montée en puissance du réacteur après un arrêt pour rechargement de combustible, les équipes d'EDF détectent un écart de paramétrage au niveau des protections automatiques du réacteur. Cet incident est dû à un mauvais paramétrage du débit d'eau du circuit secondaire. Ce dernier a été classé au niveau 1 de l'échelle INES[43].
  • Le 28 avril 2014, lors de l'arrêt de l'unité de production no 2 (tranche no 2) pour sa visite décennale, une baisse de pression du circuit primaire en-dessous de la limite autorisée par les règles générales d'exploitation a été détecté pendant 38 minutes (classé au niveau 1 sur l'échelle INES)[44].
  • Le 5 octobre 2014, sur l'unité de production no 2 (tranche no 2), le réacteur s'est mis en arrêt automatique à la suite d'une défaillance d'un composant électrique, probablement un fusible. L’événement n'a pas été classé sur l'échelle INES[45].
  • Les 7 et 8 octobre 2014, durant l'arrêt de l'unité de production no 1 (tranche no 1), une cellule d'alimentation électrique ést restée déconnectée à l'issue d'une opération d'entretien sur les alimentations électriques du système de ventilation du bâtiment combustible. Cela a rendu indisponible l'un des deux systèmes redondants de ventilation du bâtiment combustible (classé au niveau 1 sur l'échelle INES)[46].

Fuite de janvier 2010[modifier | modifier le code]

  • Le 7 décembre 2012, EDF a déposé un pourvoi en cassation contre cette décision[53], puis s'est finalement désistée.

Risque sismique[modifier | modifier le code]

Selon un document de l'Autorité de sûreté nucléaire datant d'octobre 2002, des anomalies pourraient rendre le système de commande à distance des robinets inopérant après un séisme, remettant ainsi en cause le fonctionnement, important pour la sûreté, de ces robinets.

Canicule de 2003[modifier | modifier le code]

Les 13 et 14 juin 2003 : la centrale nucléaire de Golfech a commis une infraction concernant les rejets d'eau chaude dans la Garonne : le 13 juin de 16h50 à 21h38, pendant une durée de 4h48 et le 14 juin de 13h à 17h30 pendant une durée de durée 4h30 [54]. Le 13 juillet 2003, EDF a obtenu de l’Autorité de sûreté nucléaire une dérogation pour la centrale nucléaire de Golfech. Mais du 13 au 15 juillet, la centrale a dépassé à plusieurs reprises les limites légales, en particulier le 15 juillet pendant environ 5h30, malgré la dérogation octroyée depuis le 13 juillet[55]. Les 5 et 6 août 2003, la centrale commet à nouveau des infractions pendant une durée totale de 21 heures (toujours malgré la « dérogation » accordée par l’ASN). Or, la production de la centrale n'a pas été arrêtée[55].

À la suite des canicules de 2003 et 2006, EDF a réalisé d’importants travaux sur les aéroréfrigérants des centrales situées en bord de fleuve ou de rivière. Près de 200 millions d’euros ont été investis afin d’améliorer leurs performances et ainsi assurer un refroidissement plus efficace de l’eau avant que celle-ci ne soit rejetée et donc de respecter les limites fixées par la réglementation.

Divertissement[modifier | modifier le code]

Dans le sketch Premier chanteur nucléaire des Chevaliers du Fiel, Éric Carrière, un des deux membres du groupe, joue le rôle de Jean-Paul André, un chanteur ayant un handicap mental né tout près de la centrale nucléaire de Golfech et interprétant une chanson humoristique sur la Simca 1000[56].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) « Dossier de presse 2014 sur la centrale nucléaire de Golfech (document au format PDF). », sur http://france.edf.com/ (consulté le 22 juin 2014)
  2. (fr) « Golfech: entre EDF et les élus locaux, le courant passe très bien. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté en 24 juin 2013 (chiffres présents seulement sur l'édition papier de l'article (la dépêche du midi : édition du dimanche 23 juin 2013)))
  3. (fr) « Golfech: Présentation de la centrale nucléaire de Golfech. », sur http://france.edf.com/ (consulté le 23 juin 2013)
  4. a et b (en) « Nuclear power reactors in the World in 2012 (document au format PDF). », sur http://www.iaea.org/pris/ (consulté le 23 juin 2013)
  5. (fr) « Les dates clefs des deux décennies du site nucléaire de Golfech. », sur www.ladepeche.fr (consulté le 9 juin 2013)
  6. (en) « Nuclear Power Reactor Details - Golfech-1. », sur http://www.iaea.org/pris/ (consulté le 23 juin 2013)
  7. (fr) « Arrêt pour visite décennale du réacteur n° 1 », sur http://www.asn.fr/ (consulté le 23 juin 2013)
  8. (en) « Nuclear Power Reactor Details - Golfech-2. », sur http://www.iaea.org/pris/ (consulté le 23 juin 2013)
  9. (fr) « Un poumon neuf pour l'unité n° 2 de la centrale nucléaire », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 22 juin 2014)
  10. (fr) « Les anti solidaires. », sur http://www.sudouest.fr/ (consulté le 6 décembre 2011)
  11. (fr) « Golfech: entre EDF et les élus locaux, le courant passe très bien. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 24 juin 2013)
  12. (fr) « 20 ans de la centrale de Golfech, un anniversaire plein de vie ! », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 24 juin 2013)
  13. (fr) « Un poumon neuf pour l'unité n° 2 de la centrale nucléaire. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 22 juin 2014)
  14. (fr) « Tarn-et-Garonne: Un drone non-identifié a survolé la centrale de Golfech. », sur http://www.20minutes.fr/ (consulté le 1er novembre 2014)
  15. (fr) « Tarn-et-Garonne: Deux drones ont à nouveau survolé la centrale nucléaire de Golfech. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 14 décembre 2014)
  16. (fr) « Golfech: la CLI braque ses yeux sur le Japon. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 14 mars 2011)
  17. (fr) « Golfech : centrale nucléaire bonjour, ceci est un appel de survie. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 7 juin 2008)
  18. (fr) « Centrale de Golfech : exercice d'appel d'alerte automatique le 19 juin. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 11 juin 2008)
  19. (fr) « En cas d'accident, le ciel sera menaçant. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 4 avril 2002)
  20. (fr) « Haro sur les rejets de Golfech. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 14 août 2003)
  21. (fr) « Valence-d'Agen : En 2017, Golfech aura changé de génération. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 24 juin 2013)
  22. (fr) « Golfech-centrale nucléaire : la sécurité en question. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 18 novembre 2005)
  23. (fr) « La centrale va lever le voile sur son chantier maquette. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 2 décembre 2012)
  24. (fr) « Golfech: le maire se dit prêt à «vendre le village». », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 26 janvier 2011)
  25. (fr) « Alarme à Golfech. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté en 28 juin 2013)
  26. (fr) « Événements de la centrale nucléaire de Golfech, article : Contamination interne d'un intervenant. », sur http://france.edf.com/ (consulté le 28 juin 2013)
  27. (fr) « Événements de la centrale nucléaire de Golfech, article : Événement significatif pour la sûreté de niveau 1. », sur http://france.edf.com/ (consulté le 28 juin 2013)
  28. (fr) « Événements de la centrale nucléaire de Golfech, article : Écart d'exploiration lors de l'arrêt programmé de l'unité de production numéro 2. », sur http://france.edf.com/ (consulté le 28 juin 2013)
  29. (fr) « Événements de la centrale nucléaire de Golfech, article : Écart d'exploiration lors de la réalisation de travaux de maintenance sur l'unité de production numéro 2. », sur http://france.edf.com/ (consulté le 28 juin 2013)
  30. (fr) « Résultats des mesures de tritium (document au format PDF). », sur http://sortirdunucleaire.org/ (consulté le 23 décembre 2009)
  31. (fr) « Événements de la centrale nucléaire de Golfech, article : Écart d'exploitation lors de la mise à l'arrêt de l'unité de production numéro 2. », sur http://france.edf.com/ (consulté le 28 juin 2013)
  32. (fr) « Golfech : que s'est-il passé à la centrale ? », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 10 septembre 2010)
  33. (fr) « Événements de la centrale nucléaire de Golfech, article : Non-respect d'une règle d'exploitation sur l'unité de production numéro 1. », sur http://france.edf.com/ (consulté le 28 juin 2013)
  34. (fr) « Événements de la centrale nucléaire de Golfech, article : Indisponibilité d'un appareil de mesure sur l'unité de production numéro 1. », sur http://france.edf.com/ (consulté le 28 juin 2013)
  35. (fr) « Centrale de Golfech : une alarme se déclenche et affole la population. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 4 mai 2011)
  36. (fr) « Contaminés au ras-le-bol. », sur http://www.sudouest.fr/ (consulté le 4 mai 2011)
  37. (fr) « Golfech : une pompe chauffe à la centrale. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 6 mai 2011)
  38. (fr) « Golfech : anomalie de niveau 1 à la centrale. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 27 juin 2013)
  39. (fr) « La centrale nucléaire de Golfech est-elle sûre ?. », sur http://www.francebleu.fr/ (consulté le 24 mai 2013)
  40. (fr) « Golfech : un « évènement » sans impact à la centrale nucléaire. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 27 juin 2013)
  41. (fr) « Evénement significatif de sûreté à la centrale nucléaire de Golfech. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 27 juin 2013)
  42. (fr) « Événements de la centrale nucléaire de Golfech, article : Arrêt automatique du réacteur numéro 1. », sur http://france.edf.com/ (consulté le 22 juin 2014)
  43. (fr) « Événements de la centrale nucléaire de Golfech, article : Erreur de réglage d'un paramètre sur l'unité de production numéro 1. », sur http://france.edf.com/ (consulté le 22 juin 2014)
  44. (fr) « Événements de la centrale nucléaire de Golfech, article : Écart d'exploitation lors de la mise à l'arrêt de l'unité de production n°2. », sur http://france.edf.com/ (consulté le 22 juin 2014)
  45. (fr) « Événements de la centrale nucléaire de Golfech, article : Arrêt automatique du réacteur numéro 2. », sur http://france.edf.com/ (consulté le 1er novembre 2014)
  46. (fr) « Événements de la centrale nucléaire de Golfech, article : Ecart aux règles d'exploitation sur l'unité de production n°1. », sur http://france.edf.com/ (consulté le 15 octobre 2014)
  47. Journal télévisé de France 3 Midi-Pyrénées du 3 mai 2010.
  48. (fr) « Golfech : une plainte contre X déposée après des incidents à la centrale. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 18 novembre 2010)
  49. (fr) « Dépôt d'une plainte contre X de Sortir du nucléaire après des incidents EDF. », sur http://www.leparisien.fr/ (consulté le 18 novembre 2010)
  50. (fr) « Le réseau "Sortir du nucléaire" porte plainte à la suite de rejets de la centrale de Golfech. », sur http://groupes.sortirdunucleaire.org/ (consulté le 18 novembre 2010)
  51. (fr) « Amende requise contre EDF pour une fuite à la centrale de Golfech. », sur http://www.lanouvellerepublique.fr// (consulté le 25 juin 2013)
  52. (fr) « Golfech : une amende pour EDF. », sur http://www.ladepeche.fr/ (consulté le 4 décembre 2012)
  53. (fr) « Déversement radioactif à Golfech : EDF condamnée pour la première fois pour ses manquements à la réglementation. », sur http://amisdelaterremp.free.fr/ (consulté le 22 septembre 2013)
  54. Division de la Sûreté nucléaire et de la Radioprotection de Bordeaux
  55. a et b (fr) « Dépassements de la température autorisée après rejet dans la Garonne. », sur http://www.asn.fr/ (consulté le 26 juin 2013)
  56. (fr) « Les Chevaliers du Fiel : premier chanteur nucléaire. », sur https://www.youtube.com (consulté le 9 novembre 2014)