Bassompierre (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bassompierre
Bassompierre (Moselle)
Chapelle Saint-Luc de Bassompierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Arrondissement de Thionville
Canton Canton d'Algrange
Intercommunalité Communauté de communes du Pays-Haut Val d'Alzette
Commune Boulange
Statut Ancienne commune
Code postal 57655
Démographie
Population 124 hab. (1900)
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 08″ nord, 5° 57′ 44″ est
Historique
Date de fusion 1812
Commune(s) d’intégration Boulange
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 15.svg
Bassompierre
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 15.svg
Bassompierre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Bassompierre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Bassompierre
Liens
Site web http://www.boulange.fr/fr/information/18137/le-hameau-bassompierre

Bassompierre est un village et une ancienne commune de France située dans le département de la Moselle. Depuis 1812, le village fait partie de la commune de Boulange.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce village français est situé dans le département de la Moselle (57), sur la commune de Boulange.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Le nom a pour origine le doublet germanique beta-stein "pierre de prière" (probablement un mégalithe)[1]. Ou bien un nom de personne germanique Basso/Beczo suivi du latin petra "pierre"[2].
  • Bazompetra en 1133, Bassompetra en 1138, Betstein[1] et Betsteyn[2] en 1570, Basompier en 1636, Saint-Menge en 1766, Bassompierre en 1793[3].
  • En allemand : Betstein[4]. En francique lorrain : Betsteen[5], Bettsteen[6] et Betschden. En lorrain roman : Besompierre[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La châtellenie de Bassompierre était qualifiée de baronnie dès le XVe siècle et fut érigée en marquisat en 1633[4].

En 1766, il fut décidé que le nom de Bassompierre serait attribué à la seigneurie de Baudricourt (auparavant appelée Saint-Menge) et que le nom de Saint-Menge serait porté par le village de Bassompierre. Cette décision avait pour motif l'érection de la seigneurie de Saint-Menge en marquisat qui avait eu lieu en 1719[4].

Avant 1790, Bassompierre faisait partie du bailliage de Briey et était spirituellement rattaché au diocèse de Trèves (doyenné de Luxembourg). Ce village devint ensuite une commune jusqu'au , date a laquelle elle est rattachée à Boulange par décret[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[3]
1793 1800 1806
150147146

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancien château des Bassompierre rasé sur ordre du cardinal de Richelieu en 1635.
  • Chapelle Saint-Luc datant de 1133 et agrandie en 1764 (c'est cette même année que Mgr Laval, évêque de Metz y fit sceller la pierre de marbre du maître-autel), date de sa dernière modification. On peut remarquer en regardant son chœur qu'il s'agit d'une ancienne construction purement romane.

Personnalités liées au village de Bassompierre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alain Simmer, Le Pays-Haut (Longwy), n°1, 2009.
  2. a et b Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre.
  3. a et b http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=2837
  4. a b c d et e Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  5. Zesummegestallt vum Henri Leyder-Lëtzebuerger Marienkalender-iwwerschaft 3/2011.
  6. Marcel Konne et Albert-Louis Piernet, « Dierfer vun äiser Hemecht », Hemechtsland a Sprooch, no 1,‎ (ISSN 0762-7440)