Doussard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Doussard
Doussard
Vue générale du chef-lieu de Doussard dominé par la montagne du Charbon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Faverges
Intercommunalité Communauté de communes des sources du lac d'Annecy
Maire
Mandat
Michèle Lutz
2014-2020
Code postal 74210
Code commune 74104
Démographie
Gentilé Doussardiens
Population
municipale
3 609 hab. (2016 en augmentation de 1,35 % par rapport à 2011)
Densité 179 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 36″ nord, 6° 13′ 16″ est
Altitude Min. 442 m
Max. 1 804 m
Superficie 20,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Doussard

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Doussard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Doussard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Doussard
Liens
Site web ville-doussard.fr

Doussard est une commune française située dans le sud du département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Membre de la communauté de communes des Sources du Lac d'Annecy, la commune comptait 3 609 habitants en 2016 dans ses neuf hameaux. Le village se situe sur la rive ouest du lac d'Annecy au début de la vallée de Faverges, en amont de la cluse d'Annecy. La commune est membre du parc naturel régional du Massif des Bauges.

Installée dans une vaste plaine, le territoire semble accueillir dès le néolithique une présence humaine, notamment une cité lacustre, puis durant l'antiquité l'installation de domaines gallo-romains. Les différents sites permettent le développement d'une société rurale exploitant les diverses ressources agricoles, forestières, piscicoles voire viticoles, avant de connaître un pré-industrialisation en lien avec les cours d'eau au cours du XIXe siècle. Depuis la commune connaît un développement dynamique en lien avec ces zones industrielles et commerciales et surtout l'activité touristique en lien avec le milieu montagnard et le lac d'Annecy, en en faisant un pôle concurrent de Faverges, au sein de la communauté de communes des Sources du Lac d'Annecy.

Géographie[modifier | modifier le code]

Photographie de la vallée de Faverges depuis Entrevernes.
Vue de la vallée Faverges depuis l'oratoire d'Entrevernes. Doussard se situe au centre de l'image. Au loin Faverges, surplombée par La Belle Étoile (1 843 m).

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le territoire communal de Doussard se situe dans le sud du département de la Haute-Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes. Situé à l'extrémité sud-ouest de la cluse du lac d'Annecy[1], le territoire de la commune s'étale sur une vaste plaine, à l'altitude moyenne de 460 m. Elle est traversée par l'Eau morte et l'Ire, deux rivières qui se jettent dans le lac d'Annecy.

La plaine de Doussard se trouve dans une vallée située en amont de la cluse de la vallée glaciaire du lac d'Annecy[1], appelée vallée de Faverges, puis plus récemment pays de Faverges. L'ensemble appartient ainsi au bassin annécien, tout en formant une sous-entité bien distincte[Note 1]. La commune est membre du parc naturel régional du massif des Bauges[2].

À vol d'oiseau, la commune se situe à 6,6 km au sud-est du chef-lieu de canton, Faverges. Annecy, la préfecture du département, se trouve quant à elle à 16,4 km au nord-ouest. Les autres principales villes se trouvent dans le département voisin de la Savoie, au sud-est Albertville à 17,1 km et plus éloignée, au sud-ouest Chambéry, située à 32,6 km[Note 2].

Le chef-lieu de commune est localisé par l'Institut national de l'information géographique et forestière à la longitude 6° 13′ 16″ est et à la latitude 45° 46′ 36″ nord[Insee 1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Doussard et les communes voisines.

Les communes qui entourent Doussard sont, du Nord au Sud, Duingt, Talloires, Montmin, Faverges, Giez, Jarsy (commune du département voisin, la Savoie), Chevaline, Bellecombe-en-Bauges (commune de Savoie) et Lathuile.

Rose des vents Duingt Talloires-Montmin Talloires-Montmin Rose des vents
Lathuile N Faverges-Seythenex
O    Doussard    E
S
Bellecombe-en-Bauges
(Savoie)
Chevaline Jarsy (Savoie), Giez

Relief[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune possède une forme particulière[3],[1]. Il est constitué essentiellement par une vaste plaine qui est délimitée à l'ouest par le versant est de la chaine du Taillferer où est installée la commune de Lathuile. En direction du nord, la pente se rétrécit au contact avec le lac d'Annecy, en une étroite bande jusqu'à Duingt[3]. Dans la partie est, la commune est limitée par les pentes de la montagne du Villard, qui appartient au massif de la Tournette, coupée ensuite par la vallée glaciaire de Faverges avant de reprendre avec la montagne de La Serraz. Au sud, le territoire suit la Combe d'Ire jusqu'en dessous du col de Cherel, dans le massif des Bauges[1]. Dans la partie sud, les versants de la montagne du Charbon sont occupés par la commune de Chevaline et Doussard se projette en « deux langues » de part et d'autre, enserrant ainsi la petite commune, jusqu'aux limites avec le département voisin[3]. L'une remonte jusqu'au col de Bornette (1 300 m, à l'ouest), l'autre jusqu'au Plan de la France (1 679 m, à l'est)[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Photographie de d'Eau Morte.
Rivière de l'Eau morte entre Verthier et Sollier.

Le long de la montagne du Villard s'écoule la rivière de l'Eau morte. Le nant ou torrent de Saint-Ruph, qui prend sa source au col d'Orgeval, au cœur du massif des Bauges, traverse la commune de Faverges jusqu'aux marais du Bout du Lac avant de rejoindre le lac d'Annecy ; il prend d'ailleurs les noms de l'« Eau morte », parfois de la « Glière »[4].

En provenance d'une combe, qui débute au col de Cherel, le torrent de l'Ire[5].

La commune est marquée par des secteurs de zones humides voire de marais dans les parties nord et est. Une partie des marais est intégrée au site Natura 2000 de la « Cluse du Lac d'Annecy », reconnu par l'inventaire national du patrimoine naturel (INPN).

Risques naturels[modifier | modifier le code]

La commune est soumise à l'ensemble des aléas naturels que l'on retrouve en territoire de montagne (avalanches, crues torrentielles, mouvements de terrain). La commune ne possède pas de plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPRn) a été adopté, puis révisé en 2011[6].

Certaines parties du territoire sont soumises à des avalanches, la chute de pierres notamment dans le secteur de la combe d'Ire ainsi que sur celui du col de Bornette (DCS, p. 9-10)[6].

La commune de Doussard, du fait de son implantation alpine, est soumise au zonage réglementaire pour la prise en compte de la sismicité, avec un classement en zone 4 (sismicité moyenne) sur une échelle de 5, alors qu'elle était placée en zone 1B (sismicité faible) en 1991 (DCS, p. 20[6]). Le site planseisme.fr, site internet de prévention du risque sismique, classe encore en 2014 la commune en zone 4 (sismicité moyenne, catégorie d’importance II)[7].

Climat[modifier | modifier le code]

La situation de Doussard, d'une altitude médiane de 460 m, se trouve dans un climat continental montagnard caractérisé par une humidité marquée[8]. Les hivers sont plus froids et neigeux, que ceux observés dans l'avant-pays, comme à Chambéry, et la saison estivale douce avec parfois des épisodes orageux. Les intersaisons (avril et octobre) sont aussi en moyenne plus humides.

L'amplitude thermique est proche de celle observée pour la ville d'Annecy, 20,7 °C[8].

Le tableau suivant donne les normales mensuelles de température et de précipitations pour la station de Chambéry (station météorologique de référence pour Météo-France) relevées sur la période 1981-2010. La station est située à environ 35 km au nord-est de Doussard, de l'autre côté du massif des Bauges, et elle se trouve à une altitude de 235 m.

Chambéry 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,4 −0,7 2,1 5,1 9,7 12,8 14,7 14,2 11 7,4 2,5 −0,2 6,5
Température maximale moyenne (°C) 5,8 7,9 12,6 16,3 20,8 24,6 27,4 26,6 22 16,7 10,1 6,4 16,5
Record de froid (°C) −19 −14,4 −10,3 −4,6 −1,4 2,8 5,4 5 1 −4,3 −10,8 −13,5 −19
Record de chaleur (°C) 17,9 20,5 25,1 29,5 32,7 36,1 38,3 38,8 32 29 23,3 22,7 38,8
Ensoleillement (h) 77,7 104,4 156,7 172,8 202,5 234 260,1 232,5 176,3 121,4 71,2 60,6 1 870,3
Précipitations (mm) 102,6 91,5 100 92,2 104,2 94,8 86,6 91,7 111,8 122,6 105 118 1 221
Source : Météo-France[9]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Doussard est accessible par la route. La commune se trouve sur l'axe de l'ex-RN 508 aujourd'hui Route départementale 1508 qui se dirige au nord vers Annecy et au sud vers Albertville, via Faverges[Mairie 1]. La circulation est estimée à plus de 12 715 véhicules par jour dont la proportion de poids lourds est d'environ 8 %[Mairie 1]. Dans cette direction, il est possible de rejoindre Albertville située à 25 km, ville depuis laquelle on peut rejoindre l'autoroute A430 permettant de rejoindre la combe de Savoie menant à la vallée de Maurienne ou les métropoles de Chambéry ou de Grenoble ainsi que la RN 90 qui permet de se diriger vers les stations de sports d'hiver de la vallée de la Tarentaise. En remontant vers le nord, en traversant Annecy, il est possible de rejoindre l'autoroute A41 (sortie Annecy-Sud à 25 km ou Annecy-Nord à 28 km) permettant de se rendre vers la vallée de l'Arve à l'est ou de se diriger vers Chambéry, via Aix-les-Bains à l'ouest. On peut éventuellement rejoindre l'autoroute A40, dite « Autoroute Blanche » en empruntant l'ancienne RN 508 direction Frangy.

La ville est reliée au reste du département et aux villes du département voisin par un service de cars journaliers assurant la liaison Annecy-Albertville par la société Philibert Transport, membre du réseau Lihsa (lignes interurbaines de Haute-Savoie)[Mairie 2]. Il s'agit de la ligne 51 dont les autocars effectuent de façon quotidienne[10].

À partir d'Annecy, on peut se connecter au réseau ferré de la plate-forme multimodale de la gare d'Annecy. Pour les vols internationaux, on peut emprunter soit l'aéroport français de Lyon-Saint-Exupéry (145 km et 1 h 40), soit plus proche de Genève Cointrin en Suisse (70 km et 1 h).

La commune est également parcourue par une piste cyclable ou voie verte, dite du lac d'Annecy, implantée sur l'ancien tracé de chemin de fer, longeant la RD 1508, entre Annecy et Albertville, s'arrêtant pour la Haute-Savoie sur la commune de Marlens[Mairie 3],[11]. Le dernier tronçon reliant Giez à Marlens a été réalisé entre 2004-2005[11]. Elle mesure 30 km de long[Mairie 3],[11]. Elle est gérée par le syndicat intercommunal du lac d'Annecy (SILA)[11]. Cette piste cyclable est considérée comme l'une des plus fréquentées de France[11].

On peut se rendre également à Annecy par bateau grâce à l'une des trois liaisons journalières proposées par la Compagnie des bateaux du lac d'Annecy.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Vue de la rue du village de Verthier.
Rue du village de Verthier.

Morphologie du village[modifier | modifier le code]

Le village de Doussard est composé de différents villages, hameaux ou lieux-dits dont on distingue dans la plaine le noyau urbain formé par Doussard-Centre (chef-lieu) ou Macherine[1]. Au nord, sur les contreforts de la montagne du Villard, appartenant au massif de la Tournette, on trouve d'est en ouest, les hameaux ou lieux-dits de Sollier, la Reisse, Verthier puis en descendant au sud vers la plaine, le Pont-Monnet et la Nublière[1]. Au, sud, vers la montagne du Charbon, en direction de Chevaline, on trouve le village de Arnand, ainsi que les lieux-dits les Vignes de la Combe et Vers le Moulin[1]. Vers l'ouest, on trouve les villages de Marceau-Dessus et Marceau-Dessous[1]. Enfin, au nord, entre la montagne du Taillefer et le lac, on trouve les villages du Bout-du-Lac, de la Ravoire, de Chaparon et de Bredannaz[1].

Ressources[modifier | modifier le code]

L'alimentation en eau potable est en situation d'affermage avec la société Veolia[Mairie 4]. Le prix de l'eau par m³ est de 1 à 1,5 € (donnée d’août 2014[Mairie 4]).

Le réseau d’assainissement est géré par le syndicat mixte du lac d'Annecy (SMLA). Les eaux de la commune sont traitées par la station d'épuration (aujourd'hui appelée UDEP, Unité de dépollution des eaux) de Siloé à Cran-Gevrier[Mairie 4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Photographie de Pont Monnet.
Les deux anciens ponts au-dessus de l'Ire à Pont Monnet dont l'un est utilisé par la piste cyclable.

Le toponyme de Doussard pourrait venir de trois sources :

Les différentes mentions de la commune ou de la paroisse sont villa Dulziatdum (866)[12], puis curtem Dulciatis (879)[12], Dulsatis vers 1031-1032[12], puis Dolsas en 1121. On trouve ensuite la Cura de Douczaz vers 1344. Enfin, on a les formes Dulsaz, Dussard et Doussar qui sont mentionnées[HS 1].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Deussâr, selon la graphie de Conflans[17].

Village de Bredannaz depuis le lac.

Les toponymes des autres hameaux et noms de lieux peuvent renvoyer à un patronyme comme pour le village de « Arnand »[HS 2] ; un type de lieu comme pour « Glière », variante de Glaire, provenant du latin Glaria, Glarea, désignant un lieu composé de gravier ou assimilés, souvent inondé[18],[HS 3] ou encore « Sollier » (vient de Solier, dérivé du mot latin solarium, désignant une terrasse exposée au soleil)[19],[HS 4] ; le nom d'un domaine gallo-romain pour « Marceau » (Marsaciacum (1031, Marsaux), nom d'un domaine gallo-romain dérivé avec la terminaison ou suffixe "-acum", qui signifie propriété, et du nom Marsacius)[HS 5] ainsi que pour celui de « Verthier » (villa Vetri, avec le nom gallo-romain Vetrius, variante de Veturius)[HS 4]. Les sources manquent pour ceux de « Macherine » (nouveau chef-lieu), « Brédannaz » et « Chaparon ».

La prononciation de Bredannaz est Bredanne[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

Photographie de la piste cyclable.
Vue de la piste cyclable créée sur le tracé de l'ancienne voie de chemin de fer d'Annecy à Albertville.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces de la présence humaine sur le territoire de la commune remontent au Néolithique et au bronze moyen[3],[21]. Des traces et des objets ont ainsi été retrouvés[3]. Une hache datant de la période près de La Serraz[3], ainsi qu'une autre datée de l'âge du bronze aux environs du village de Verthier[21]. Enfin, les traces d'une cité lacustre ont été mis au jour au Bout-du-Lac[21].

Antiquité[modifier | modifier le code]

La plaine de Doussard se trouve en territoire des Allobroges qui contrôlent l'avant-pays plat, entre le Rhône et les Alpes[22].

Les Romains interviennent dans les environs à partir du IIe siècle av. J.-C.. Une fois le territoire pacifié, ils construisent des routes afin de commercer et notamment la route secondaire reliant Turin à Genève, passant par le village de Verthier en provenance de la mansio Casuaria (village de Viuz sur la commune de Faverges), qui se développe au Ier siècle[23]. Des fouilles archéologiques ont permis de trouver des vestiges d'une présence gallo-romaine à différents endroits du territoire de la commune, notamment à proximité de la voie[12] (chef-lieu, Bredannaz ainsi que dans les marais du Bout-du-Lac)[21]. Divers travaux notamment de terrassement ont permis de mettre au jour de nombreuses traces de cette présence : restes de murs, des pièces de monnaies (des empereurs Auguste à Constantin), des tuiles, des morceaux de poteries ou encore des tombes datant de cette période[12],[21].

La mention de villas, dans des documents du haut Moyen Âge, villa Dulciatis (Dulziadum)[12],[HS 1], villa Vetri (Vertiacum)[HS 4] ou encore de Marciacum (Marceau)[HS 5] indique la présence de domaine gallo-romain durant l'Antiquité tardive.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Vue de la tour de Beauvivier en ruine.
La tour de Beauvivier (XIe et XIIe siècles), aujourd'hui en ruine, dans la réserve naturelle du Bout-du-Lac.

Dans le village de Marceau-dessous, les traces d'un cimetière du haut Moyen Âge ont été retrouvées[21].

Doussard est mentionné sous la forme Dulsatis ou Dulciatis ou Dulziadum, ainsi que le village de Vertiacum, en -868, lors d'une donation de terres à proximité du lac d'Annecy par Lothaire II de Lotharingie à sa femme Thiedberge[12],[13],[HS 1],[21]. La paroisse est également citée en 879 dans un document où le roi de Bourgogne, Boson de Provence, cède des terres à l'abbaye de Tournus[12],[21].

En 1016, le roi Rodolphe III de Bourgogne donne à son épouse, la reine Hermengarde ou Ermengarde, les droits sur les localités de Dulsatis (Doussard), de Marsiacum (Marceau), de Vesonam (Vesonne) et de Marlendis (Marlens)[15],[24]. Les droits donnés portaient aussi sur l'église[24] — qui se trouvait alors dans le périmètre actuel de la réserve naturelle — sur les dépendances et les annexes. Son emplacement est aujourd'hui matérialisé par un socle portant une croix scellée. La reine, en 1031, fait don de la seigneurie avec l'église et les terres attenantes à l'abbaye de Talloires[12],[15],[21].

Au XIIIe siècle, la paroisse et les différents villages appartiennent aux nobles de Duin (Duingt)[25], vassaux des comtes de Genève (ou Genevois)[21]. Doussard possède deux seigneuries[25] : Beauvivier, dont le centre est la maison forte du même nom et qui comprend les terres correspondant aux marais actuels où se trouvait un port et au village de Verthier où se trouve un pont sur l'Eau Morte et un péage sur la voie entre Annecy et Faverges, et l'autre partie de la plaine et ses contreforts sur les versants des Bauges, avec les paroisses et maisons fortes de Lathuile et de Chevaline, appartiennent à la seigneurie de Ruange[25],[21].

Au XIVe siècle, Verthier est le passage emprunté par la route reliant Annecy à Ugine, via Faverges. Deux péages existent l'un pour la voie routière, sur le pont enjambant l'Eau Morte, le second pour les bateaux faisant commerce avec Annecy, avec le port de Le Vivier, où se trouve la tour de Beauvivier[26].

En 1530, Louise de Duin vend sa baronnie, dont le fief de Beauvivier, au duc Philippe de Genevois-Nemours[25]. Les seigneuries de Beauvivier (en ruines) et Ruange entrent dans les possessions de Gaspard Jodoc Stockalper[21] de la Tour (1609-1691), bailli du Valais et devenu baron de Duin[25]. Elles passent ensuite à la famille de Monthoux (1681-1696), puis à la famille de Sales (1698)[25],[21].

En 1734, le transfert de l'église vers le hameau de Macherine est décidé à cause des crues fréquentes[21]. Le nouveau cimetière est béni en 1737 et l'église consacrée le [27]. La tombe du curé Maistre, dernier de l'ancienne église et premier de la nouvelle, porte l'inscription « Ultimus in veteri, primo in nova »[15]. Le nouvel édifice comporte le portail de l'ancienne église du XVIe siècle[27].

Période d'occupation (1792-1814)[modifier | modifier le code]

Avant l'entrée des troupes révolutionnaires françaises dans le duché de Savoie, le curé Bigex décrit sa paroisse « la paroisse est composée d'environ 500 communiants soit d'environ 900 habitants en 9 hameaux qui sont : Macherine où est l'église paroissiale, Marceau-dessus, Marceau-du-milieu, Marceau-dessous, Arnand, Sollier, Verthier, Chapparon, et Bredannaz »[21]. Si le duché de Savoie est annexé la France en 1792, le prête a fui[15]. L'église est détruite et au retour du prêtre, le , il ne restait plus que les quatre murs. Reconstruite à partir de 1797, un incendie à nouveau la ravagea et elle fut à nouveau réparée[15].

La commune est attachée au canton de Duingt-Dhéré, avec notamment les paroisses de Lathuile et Montmin, dans le district d'Annecy, qui appartient au département du Mont-Blanc[28]. Lors de la modification de ce département avec la création de celui du Léman, en 1798, Doussard est maintenu dans le département du Mont-Blanc dans l'arrondissement d'Annecy, mais intégré au canton de Faverges, qui regroupe 16 communes[Note 3].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Ancienne carrière ouverte au-dessus du village de Bredannaz.

Lors de la restauration du duché de Savoie de 1814, le village de Doussard entre dans le mandement de Faverges, situé dans la province du Genevois, avec 7 autres communes (tandis que Chevaline et Lathuile reviennent au mandement de Duingt)[30], puis 10 en 1818[31]. Lors des réformes de 1835-1837, le mandement de Faverges est détaché de la province du Genevois pour être intégré à la nouvelle province de la Haute-Savoie qui a pour chef-lieu Albertville. Le mandement garde les mêmes 10 communes[32].

L'église actuelle, de style néo-classique sarde, fut construite à partir de 1850 et consacrée en 1853[15],[27]. Le village possède un petit port installé sur le rivage de ce qui deviendra le hameau du Bout-du-Lac[21]. Celui-ci dessert les villages de la plaine et des versants (Doussard, Chevaline et Lathuile) au cours du XIXe siècle[21]. Le site sert au milieu du XIXe siècle à l'expédition des productions locales (bois, charbon de la mine d'Entrevernes)[21].

Lors de l'Annexion à la France en 1860, Doussard reste dans le nouveau canton de Faverges, constitué au sein du nouveau département de la Haute-Savoie.

Maisons de maître au bord du lac d'Annecy, au Bout-du-Lac.

En 1967, la foudre provoque un incendie qui détruit le clocher et une grande partie de la toiture[15]. La croix du clocher est transportée et installée au sommet de la montagne du Charbon, elle porte désormais le nom de « Croix du Roy »[15].

Un projet de fusion entre la commune et celle de Faverges-Seythenex (7 800 habitants), est envisagé en 2017 pour une réalisation au [33]. Les communes voisines de Chevaline, Giez, Lathuile, Saint-Ferréol et Val-de-Chaise sont également invitées à participer au projet[34]. Toutefois, au bout de quelques mois le projet est arrêté lors d'un vote commun des deux conseils municipaux le , car si le Conseil de Faverges-Seythenex a voté favorablement, celui de Doussard est négatif[35].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune appartient au canton de Faverges dans l'arrondissement d'Annecy[Insee 2], qui depuis le redécoupage cantonal de 2014, est composé de 24 communes. La ville de Faverges-Seythenex en est le bureau centralisateur[36].

Elle est aussi membre de la communauté de communes des Sources du Lac d'Annecy (ex-CC du pays de Faverges), et qui comporte six autres communes du Pays de Faverges. Elles font suite à l'ancien SIVOM de Faverges, depuis l'an 2000[37].

La commune relève de la deuxième circonscription de la Haute-Savoie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 3 500 et 4 999 habitants, le nombre de membres du conseil municipal est de 27[38].

À la suite des élections municipales de 2014, la répartition des sièges au sein du conseil municipal se fait comme suit[39] :

Répartition du nmbre de conseillers municipaux selon les groupes
Groupe Président Effectif Statut
UD Michèle Lutz 21 majorité
DVG Marc Millet-Ursin 6 opposition

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 2012, le député sortant Lionel Tardy (UMP), est arrivé en tête au premier tour avec 41,78 % des voix, devant Denis Duperthuy (PS) avec 28,04 %[40]. La troisième place est occupée par la candidate du FN avec 13,81 %[40]. Le second tour confirma cette tendance, Lionel Tardy devançant Denis Duperthuy (59,20 % contre 40,80 %) comme sur l'ensemble de la circonscription[40],[41].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Doussard.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1959 mars 1977 François Malfroid DVD Vétérinaire
Conseiller général de canton de Faverges (1961 → 1979)
Les données manquantes sont à compléter.
? mars 2001 Robert Chappet    
mars 2001 octobre 2009
(décès)
Jean-Claude Deronzier DVD Président de la CC du Pays de Faverges (2008 → 2009)
décembre 2009 En cours Michèle Lutz UMP-LR Cadre d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune de Doussard dépend du tribunal d'instance et du tribunal de grande instance d'Annecy. La cour d'appel pour la circonscription judiciaire se trouve à Chambéry (Cour d'appel de Chambéry)[42]. Elle dépend par ailleurs du tribunal pour enfants et du conseil de prud'hommes d'Annecy, ainsi que du tribunal administratif de Grenoble[43].

Jumelages[modifier | modifier le code]

À ce jour, aucune coopération décentralisée ou autres actions extérieures n'ont été mises en place[44].

Toutefois, la commune a effectué un jumelage avec la commune de Dirinon (Finistère) depuis 2003[45].

Population et société[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Doussardaines et Doussardains[46]. On trouve aussi la forme Doussardiennes et Doussardiens. La forme en patois est Bobans. Le sobriquet pour désigner les habitants est Doussard, sans douceur[47].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement de 2016, la commune comptait 3 609 habitants. Depuis 2004, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants font l'objet d'enquêtes tous les cinq ans[Note 4]. Le maximum de la population a été atteint en 2011 avec 3 561 habitants[Insee 3]. La densité moyenne de la commune est de 176,8 habitants par km2[Insee 4].

À partir des données du tableau et du graphique, on observe trois temps démographiques. Le premier correspond à celui où le village appartenait au duché de Savoie jusqu'à la veille de l'annexion à la France de 1860, où la population atteint 1 272 habitants (1848) ; puis une baisse de la population jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale où la population est de 860 habitants, à mettre en relation avec l'exode rural vers les villes industrielles de Faverges et l'agglomération annécienne[Mairie 5]. La croissance démographique reprend au cours des décennies suivantes, notamment au cours de la période des années 1990 (entre 50 et 100 habitants par an)[Mairie 6]. Sur la période suivante (1999-2009), la commune regagne de la population (+693 hab.)[Mairie 6]. Toutefois Faverges reste cependant le pôle urbain majeur du canton en regroupant presque 50 % de la population totale (6 657 habitants sur 14 860 habitants en 2009)[Mairie 7].

De 1968 à 1975, la commune a un taux de natalité de 19,1  (taux national : 16,9 ), alors que le taux de mortalité s'élève à 10,5  (taux national : 10,8 ). Après 1975, le taux de natalité baisse légèrement à 15  dans les années 1980, puis à 14,8  pour la période 1999-2006 (France entière : 13 ) ; se stabilisant encore entre 2006 et 2011 pour atteindre 14,4  [Insee 5].

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
7648648601 0101 2121 2721 1031 1681 238
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 1321 1261 1311 1331 0481 0601 174937909
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
8769069258601 0261 1241 1701 2391 543
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2016 -
1 7252 0702 7813 2763 3473 4173 5843 609-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[48] puis Insee à partir de 2006[49].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2009, la part des 15 à 44 ans était d'environ 40 %[Insee 6], soit un taux légèrement supérieur à celui du département de la Haute-Savoie qui est de 39,9 %, ainsi que celui observé au niveau national, 38,99 %. Le taux de la population jeune, moins de 29 ans, était quant à lui de 36,1 %[Insee 6], soit inférieur d'un point à la moyenne départementale (37,1 %) et nationale (37,2 %). Enfin, la part des personnes de 60 ans et plus était de 13,1 %, soit très inférieur aux taux départementaux (20,2 %) et nationaux (21,8 %)[Insee 6].

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2011, la suivante[Insee 6] :

  • 50,65 % d’hommes (dont 0 à 14 ans = 20.9 %, 15 à 29 ans = 17.3 %, 30 à 44 ans = 24.3 %, 45 à 59 ans = 18.5 %, plus de 60 ans = 19 %) ;
  • 49,35 % de femmes (dont 0 à 14 ans = 19.2 %, 15 à 29 ans = 14.8 %, 30 à 44 ans = 23.5 %, 45 à 59 ans = 20.8 %, plus de 60 ans = 21.8 %).

Voici une présentation graphique dite « pyramide des âges » de la commune de Faverges comparée à celle du département de la Haute-Savoie :

Pyramide des âges à Faverges en 2011 (en pourcentage)[Insee 6].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,4 
5,2 
75 à 89 ans
6,6 
13,7 
60 à 74 ans
14,8 
18,5 
45 à 59 ans
20,8 
24,3 
30 à 44 ans
23,5 
17,3 
15 à 29 ans
14,8 
20,9 
0 à 14 ans
19,2 
Pyramide des âges de la Haute-Savoie en 2011 (en pourcentage)[Insee 7]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,9 
5,1 
75 à 89 ans
7,8 
12,9 
60 à 74 ans
13,5 
20,3 
45 à 59 ans
20,3 
22,6 
30 à 44 ans
22 
18,6 
15 à 29 ans
16,8 
20,2 
0 à 14 ans
18,7 

Ménages[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 526 ménages[Insee 8]. Si l'on compare la situation de Doussard avec le reste de la France en 2010, on observe un comportement quasi identique. Ainsi la part de ménages d'une seule personne est de 30,2 %, soit légèrement inférieur à la moyenne nationale (33,7 %)[Insee 8]. La part des ménages avec famille est quant à elle d'environ 67,4 %[Insee 8].

On observe une légère évolution entre 2006 et 2011, où le nombre de ménages d'une seule personne passe de 399 à 461, soit une augmentation de 1,42 point (de 28,78 % à 30,2 %)[Insee 8]. Par contre, le nombre de ménages avec famille augmente légèrement plus, passant de 955 à 1 029, soit une augmentation mais dont la part baisse légèrement (de 68,8 % à 67,4 %)[Insee 8]. Le ménage moyen en 2009 pour la commune se compose de 2,3 personnes, ce qui reste assez faible[Mairie 8]. Ce chiffre est identique à celui observé pour la communauté de communes, d'ailleurs passé de 3,3 en 1968 à 2,3 en 2009[Mairie 8]. Cette tendance suit celle des échelons supérieurs (départemental et national)[Mairie 8].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Doussard est située dans l'académie de Grenoble. En 2019, elle administre une école maternelle et une école élémentaire regroupant 343 élèves[50].

L'ensemble des établissements sont rattachés, en 2019, au collège public du canton, le collège Jean-Lachenal, situé à Faverges[51]. Le collège, créé en 1966, porte le nom de l'un de ses premiers directeurs (1967 à 1979), qui fut également maire adjoint de 1959 à 1989[52]. Certains élèves se rendent au collège de Saint-Jorioz ou les établissements privés du bassin annécien.

Les futurs lycéens poursuivent leurs études selon leurs options, dans l'un des lycées d'Annecy (lycée Gabriel-Fauré ou lycée professionnel Germain-Sommeiller, parfois le lycée Berthollet ou le lycée privé Saint-Michel). Certains optent toutefois pour l'un des enseignements d'établissements des villes du département savoyard voisin (lycée polyvalent René-Perrin d'Ugine ou lycée général et technologique privé Jeanne-d'Arc d'Albertville).

La ville de Faverges possède cependant un établissement préparant différents diplômes dans son lycée professionnel privé La Fontaine[51] : C.A.P. (Esthétique-cosmétique, coiffure, dessinateur en communication graphique) ; B.P. (esthétique en alternance) ainsi que B.E.P. (Bio-services, carrières sanitaires et sociales, vente action marchande) ou encore Bac Pro (artisanat et métier d’arts option communication graphique, commerce, vente). On trouve également à Faverges, un institut médico-éducatif/SESSAD Guy-Yver[53].

Santé[modifier | modifier le code]

En 2008, il y avait cinq médecins généralistes installés sur la commune[54], en 2012, ils ne sont plus que quatre[55]. La desserte médicale[Note 5] est estimée en septembre 2012 à un médecin généraliste pour 1 241 hab. (soit légèrement inférieur à la moyenne rhônalpine), pour le bassin de Doussard qui comprend les communes de Chevaline et Lathuile[55]. D'autres services liés à la santé sont aussi implantés, un dentiste, des infirmiers, des kinésithérapeutes, ainsi qu'une pharmacie[55].

Le village possède également une maison de retraite[55].

La commune de Doussard est rattachée au service d'urgences du centre hospitalier Annecy Genevois. Anciennement idéalement placé du côté des Marquisats à Annecy, sur la RD 1508, ce dernier a dès lors déménagé en 2008 du côté de Metz-Tessy, obligeant la traversée de l'agglomération. Du côté d'Albertville, dans le département voisin, on peut également avoir accès au service du centre hospitalier intercommunal Albertville-Moûtiers.

Médias[modifier | modifier le code]

La commune édite un bulletin municipal, Le petit Doussard. Magazine d'informations municipales, distribué à tous les Doussardiens. Il est également possible de le consulter sur le site de la ville[Mairie 9].

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS Radio, Radio Semnoz... Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale du bassin annécien. France 3 et son décrochage France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Genevois, le Courrier savoyard.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Plaisanciers croisants des plagistes.
Entrée du port de plaisance et de la plage.
Photographie de l'aire d'atterrissage de parapente.
Vue de l'aire d'atterrissage de parapente et de deltaplane.
  • Nautisme

Le port de plaisance de Doussard permet le départ et la pratique des sports nautiques sur le lac d'Annecy : ski nautique, kite surf et pratique de la voile...

  • Vol libre

Le parapente et le deltaplane sont largement pratiqués à partir des montagnes environnantes.
Atterrissage officiel : Salle polyvalente à l'entrée du village.
Orientation : N, S - Coordonnées GPS : 45°47'08"N - 06°13'53"E - Altitude : 460 m.
Aire réservée pour le cerf-volant ou kite.
Observations : restriction quelques jours dans l'année à l'occasion de fêtes locales.

  • Cinévillage de 180 places.

Cultes[modifier | modifier le code]

L'ancienne paroisse de Doussard était dédiée à saint Maurice[46]. La commune est désormais intégrée à la paroisse Saint-Joseph en pays de Faverges[56], qui fait partie du doyenné de la Tournette, dont le siège se trouve à Faverges[57]. Elle se trouve dans le diocèse d'Annecy. Le culte catholique est célébré dans l'église de Saint-Maurice[58].

Il existe par ailleurs une Association cultuelle et culturelle des musulmans de Faverges, qui dispose depuis 2014 de locaux en travaux de réfection. Les mosquées les plus proches se trouvent sur Annecy ou Albertville.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 35 209 €, ce qui plaçait Doussard au 7 522e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[Insee 9]. La commune comptait 1 505 ménages fiscaux, dont environ 70 % sont imposables[Insee 10]. Les indicateurs de revenus et de fiscalité et dans l'ensemble de la Haute-Savoie en 2011 sont présentés dans le tableau ci-après[Insee 10],[Insee 11] :

Revenus et fiscalité à Doussard et en Haute-Savoie (2011).
Doussard Haute-Savoie
Revenu net déclaré par foyer fiscal (en €) 29 012 32 107
Part des foyers fiscaux imposables sur l'ensemble des foyers fiscaux (en %) 66,8 62,3

Si le revenu net déclaré par foyer doussardien est inférieur à celui de la moyenne départementale, la proportion de foyers imposables est légèrement supérieur (+ 4,5 points).

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Doussard est une ancienne commune rurale dont l'activité est désormais tournée vers le commerce et les services. Le tableau ci-dessous détaille le nombre d'entreprises implantées selon leur secteur d'activité et le nombre de leurs salariés en 2012[Insee 12] :

Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2012.
Total % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 430 100,0 333 90 4 3 0
Agriculture, sylviculture et pêche 16 3,7 15 1 0 0 0
Industrie 28 6,5 12 14 2 0 0
Construction 59 13,7 46 13 0 0 0
Commerce, transports, services divers 277 64,4 214 60 2 1 0
dont commerce et réparation automobile 64 14,9 42 20 2 0 0
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 50 11,6 46 2 0 2 0
Champ : ensemble des activités.

Toutes les entreprises implantées à Doussard sont en 2012 des très petites entreprises (TPE) employant au maximum 9 salariés. Les 90 entreprises concernées emploient au total 247 salariés[Insee 12].

En 2103, 32 entreprises, principalement dans le secteur du commerce, des transports et des services divers, se sont créées sur la commune[Insee 13]. 21 sont des créations d'entreprises individuelles[Insee 14].

Activités agricoles[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Doussard, observées sur une période de 22 ans[59] :

Évolution de l’agriculture à Doussard (74)
entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 19 16 7
Équivalent Unité de travail annuel 21 11 8
Surface Agricole Utile (SAU) (ha) 254 264 179
Cheptel (nombre de têtes) 273 200 63
Terres labourables (ha) 53 51 s
s : donnée soumise au secret statistique.

Ancienne commune agricole, en 2012 ce secteur agricole ne compte plus que sept établissements actifs, le nombre des exploitations a été divisé par 34 % depuis 1988[Note 6]. La SAU a diminué au cours de la même période. L'agriculture communale est spécialisée dans la culture des céréales. L'activité d'élevage est modeste. Le cheptel bovin compte moins d'une centaine de têtes. Ce type d'activité n'emploie pas de main d'œuvre salariée : seul le chef d'exploitation travaille sur sa ferme[Note 7].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Vue sur le lac d'Annecy avec un plongeoir.
Le Bout-du-Lac depuis la plage de Doussard.

Commune touristique en raison de sa situation géographique à proximité du Lac d'Annecy, et des montagnes, elle propose de nombreuses activités de loisirs. La commune est aussi adhérente au parc naturel régional du Massif des Bauges.

La promotion touristique de la commune se fait par l'intermédiaire de l'office du tourisme de la communauté de commune, « Sources du lac d’Annecy ». L'office de tourisme cantonal, mis en place dans les années 1980[60], est installé dans l'ancienne mairie de la ville de Faverges.

La réserve naturelle du Bout-du-Lac se situe sur la commune, en bordure du lac. 84 ha de zones humides et de marais plantés de Roseaux consacrés à la nature dans lesquels s'écoulent les rivières de l'Ire et de l'Eau Morte. La réserve est un lieu d'observation du castor. Depuis 2010, un nouveau sentier de découverte sur pilotis et sable, bordé de panneaux informatifs sur la faune et la flore, conduit les promeneurs à la découverte de la réserve sur 1,6 km. On peut « visiter » aussi les vestiges de la tour médiévale de Beauvivier.

Le pays de Faverges dispose également d'un patrimoine riche dont un musée archéologique à Viuz et le château de Faverges, trois stations de ski, La Sambuy-Seythenex, Val de Tamié et Montmin.

En 2014, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 4 924 lits touristiques (4 778 lits en 1995[61]) répartis dans 323 structures[Note 8]. Les hébergements marchands se répartissent comme suit : 88 meublés ; 6 hôtels ; 6 structures d'hôtellerie de plein air (avec une capacité de 1 056 emplacements[Insee 15]) un refuge ou gîte d'étape et une chambre d'hôtes[62].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine classés[modifier | modifier le code]

La commune compte deux monuments répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[63] et aucun répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[64]. Par ailleurs, elle compte trois objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[65] et aucun répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[66].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle de Notre-Dame de la Nativité de Verthier.
Chapelle de Notre-Dame de la Nativité de Verthier.
  • Chapelle de Notre-Dame-de-la-Nativité, au village de Verthier, attestée au Moyen Âge. Elle aurait été visitée par saint Rulph, par saint Jorioz (Jorius) et par saint François-de-Sales. Ruinée après la Révolution française et tombant en ruines, elle fut reconstruite en 1862. Statue de saint Jean (XVe, classée), statue de la Vierge (XIXe, classée) sculptée par Pedrini, croix aux couleuvres en fonte (1832, classée). La première grappe mûre des vignes de la commune était déposée dans la main de la statue de la Vierge et y restait toute l'année[68].

Patrimoine rural et pré-industriel[modifier | modifier le code]

La commune possède par ailleurs un petit patrimoine hérité de son passé agro-pastoral, dont certains sont toujours en activité, parfois en friche ou réaménagé en logements, qui a fait l'objet d'études par la Direction de la Culture de la région Auvergne-Rhône-Alpes dans sa série « Les dossiers de l'inventaire » (Études sur le patrimoine). Ce ne sont pas moins de 187 édifices (scieries, fontaines, fermes, bâtiments publics, ou encore petit patrimoine religieux) qui ont ainsi retenu une certaine attention[70].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune appartient au parc naturel régional du Massif des Bauges[2], qui a obtenu en septembre 2011 le label international soutenu par l’UNESCO, Geopark, devenant ainsi la 1re réserve cynégétique (faune sauvage) et 3e Géopark de France (87e mondial)[71] Ce label récompense la politique du parc de promotion de la richesse géologique du massif des Bauges. Le donjon du château fait partie des géosites répertoriés du Géopark, permettant une lecture du paysage de la vallée de Faverges et ses environs sur 360°[72]. De fait, les bois et alpages de la commune font partie intégrante de la Réserve nationale de chasse et de faune sauvage des Bauges.

Les marais du Bout-du-Lac dont la réserve naturelle nationale du Bout du lac sont protégés depuis 2002 et intégrés au site Natura 2000 de la « Cluse du lac d'Annecy », reconnu par l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN)[73],[74].

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune a obtenu sa première fleur au concours des villes et villages fleuris en 2015[75].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 279-281 « Le canton de Faverges », pp. 306-309 « Doussard ».
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Jules-Joseph Vernier, Étude historique et géographique sur la Savoie, Le Livre d'Histoire - Res Universis (réimpr. 1993) (1re éd. 1896), 185 p. (ISBN 2-7428-0039-5, ISSN 0993-7129).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le bassin annécien est ainsi constitué de territoires distincts : l'agglomération annécienne, le pays du Laudon (appelé aussi rives du lac), le pays de Faverges, la vallée de Thônes et Les Aravis. in Vincent Pacini et Isabelle Brun, « Le livre blanc du bassin annécien. Une démarche aussi instructive qu'opérationnelle », Futuribles, no 328,‎ , p. 26 (lire en ligne).
  2. Calcul réalisé à partir du site « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté en décembre 2014).
  3. Les 16 communes du canton sont : « Chevaline, Cohennoz, Cons, Doussard, Entrevernes, Faverges, Giez, Héry-sur-Ugines, Marlens, Marthod, Montmin, Outrechaise, Saint-Ferréol, Settenex, La Thuile, Ugines »[29].
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc. et la dernière population légale publiée par l’Insee.
  5. La desserte médicale est le rapport du nombre de praticiens ou de structures de santé à la population. En région Rhône-Alpes, celle-ci est estimée en 2012 à un médecin généraliste pour 1 296 hab.. Publication pour la région : [PDF] L‛Union Régionale des Médecins Libéraux Rhône-Alpes., « Le schéma de démographie médicale de la région Rhône-Alpes - Synthèse régionale », sur urps-med-ra.fr, Union régionale des professionnels de santé, (consulté le 12 avril 2014), p. 11.
  6. Les données relatives au secteur de l'économie agricole fournies par l'Insee et le ministère de l'Agriculture dans le cadre du recensement général agricole (RGA) ne sont pas comparables, les calculs n'étant pas effectués à partir des mêmes bases.
  7. Remarque ne résultant pas d'une analyse statistique des données présentées. Elle n'est qu'une valeur strictement indicative.
  8. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[62].

Références[modifier | modifier le code]

Données Insee[modifier | modifier le code]

[lire en ligne] :

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, publié en janvier 2007, révisé en mars 2010, consulté en avril 2014, [lire en ligne].
  2. « Commune de Doussard (74010) » (consulté le 16 mai 2015).
  3. INSEE 2011, p. « POP T0 - Population par grandes tranches d'âges ».
  4. INSEE 2009, p. « POP T1M - Population ».
  5. INSEE 2009, p. « POP T2M - Indicateurs démographiques ».
  6. a b c d et e INSEE 2011, p. « POP T3 - Population par sexe et âge en 2011 ».
  7. « Résultats du recensement de la population de la Haute-Savoie en 2011 », INSEE (consulté en août 2014).
  8. a b c d et e INSEE 2011, p. « FAM T1 - Ménages selon leur composition ».
  9. [zip] « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 » (consulté le 11 mai 2015).
  10. a et b INSEE 2011, p. « REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux ».
  11. « REV T1 Impôt sur le revenu des foyers fiscaux -Haute-Savoie », sur site de l'Insee (consulté le 11 mai 2015).
  12. a et b INSEE 2011, p. « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2012 ».
  13. INSEE 2011, p. « DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2013 ».
  14. INSEE 2011, p. « DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2013 ».
  15. « Chiffres clés Tourisme » (consulté en décembre 2014).

Institutions locales[modifier | modifier le code]

Données issues des sites de la mairie de Doussard et de la communauté de communes du pays de Faverges :

  1. a et b PLUi 1.1, p. 15, 53, 300-301.
  2. PLUi 1.1, p. 302-303.
  3. a et b PLUi Partie 1, p. 305.
  4. a b et c PLUi 1.1, p. 275-277.
  5. PLUi 1.1, p. 327-328.
  6. a et b PLUi 1.1, p. 329-333.
  7. PLUi Partie 1, p. 334-339.
  8. a b et c PLUi 1.1, p. 341.
  9. « Le Bulletin Municipal » (consulté en décembre 2014).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Site personnel d'Henry Suter (Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs », sur le site d'Henry Suter - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en décembre 2014)) :

  1. a b c et d « (…) Doussard (…) ».
  2. « Arnand ».
  3. « (...) Glière (...) ».
  4. a b et c « Verthier », citant André Pégorier, Les noms de lieux en France, glossaire de termes dialectaux, Troisième édition, revue et complétée par Sylvie Lejeune et Elisabeth Calvarin, Paris, éditions de l'Institut Géographique National, 2006.
  5. a et b « Marceau ».

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j Patrimoine architectural et mobilier en Rhône-Alpes 2010, p. « Description ».
  2. a et b Antoine Reille, Guide des parcs naturels régionaux : Le patrimoine naturel, la vie traditionnelle, Delachaux et Niestlé, , 319 p. (ISBN 978-2-60301-151-5), p. 199.
  3. a b c d e et f Histoire des communes savoyardes 1981, p. 306.
  4. Paul Mougin, Les torrents de la Savoie, La Fontaine de Siloé, (réimpr. 2001), 1251 p. (ISBN 978-2-8420-6174-6), p. 565-581, Le Torrent de Saint-Ruph.
  5. Paul Mougin, Les torrents de la Savoie, La Fontaine de Siloé, (réimpr. 2001), 1251 p. (ISBN 978-2-8420-6174-6), p. 585-591, L'Ire.
  6. a b et c « Données communales : plans de prévention des risques naturels, information des acquéreurs et locataires (IAL)... Doussard », sur Préfecture de la Haute-Savoie (http://www.haute-savoie.gouv.fr) (consulté le 13 avril 2014), dont le [PDF] « Dossier communal synthétique (DCS) » (28 pages).
  7. « Didacticiel de la règlementation parasismique pour Doussard (74) », sur le site de prévention du risque sismique du BRGM (consulté en décembre 2014).
  8. a et b [PDF] Ministère de l'agriculture et de la forêt - Direction de l'espace rural et de la forêt, « Section « 1.2.2. - Climat » », Département de la Haute-Savoie - Résultats du deuxième inventaire forestier (tome 1), sur le site du Service de l’inventaire forestier et statistique de l'Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) - inventaire-forestier.ign.fr, (consulté en décembre 2014), p. 4.
  9. « Données climatiques de la station de Chambéry », Météo-France (consulté en août 2014).
  10. Ligne n°51 du Réseau interurbain de Haute-Savoie.
  11. a b c d et e « Voie Verte - Présentation », sur le site du Syndicat intercommunal du lac d'Annecy (SILA) - http://www.sila.fr (consulté en août 2014).
  12. a b c d e f g h i et j Histoire des communes savoyardes 1981, p. 306, « Période romaine et haut Moyen Âge ».
  13. a et b Jean-Louis Grillet, Dictionnaire historique, littéraire et statistique des départements du Mont-Blanc et du Léman, contenant l'histoire ancienne et moderne de la Savoie, vol. 3, t. 2, Chambéry, J.F. Puthod, , p. 397 (tome III). (lire en ligne).
  14. Régeste genevois, no 95, acte du , côte REG 0/0/1/095, sur le site de la Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice (Suisse) - digi-archives.org.
  15. a b c d e f g h et i La Rédaction, « Ducziadum...Dulsas....Doussard », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  16. Jean-Yves Mariotte, « Annecy et ses environs au XIIe siècle d'après le cartulaire de Talloires », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 130, no 1,‎ , p. 5-32 (lire en ligne).
  17. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 12
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  18. Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 212.
  19. Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 452.
  20. Le -az final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe, Henri Dénarié, « Berlioz ne rime pas avec myxomatose », La Voix des Allobroges,‎ (lire en ligne) (Article publié dans le numéro 13 de La Voix des Allobroges, été 2007) et Jean-Baptiste Serron avec Marc Bron, « Comment bien prononcer les noms de nos communes? », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne) .
  21. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r Patrimoine architectural et mobilier en Rhône-Alpes 2010, p. « Historique ».
  22. Henri Ménabréa, Histoire de la Savoie, Bernard Grasset, (réimpr. 1960, 1976, 2009), p. 10.
  23. Alain Piccamiglio et Maxence Segard, « Le site de Viuz-Faverges/Casuaria (Haute-Savoie) : agglomération, sanctuaire et villa dans la cluse d'Annecy », Revue archéologique de Narbonnaise, vol. 38, no 39,‎ , p. 105 (lire en ligne).
  24. a et b Histoire des communes savoyardes 1981, p. 307, « La paroisse ».
  25. a b c d e et f Histoire des communes savoyardes 1981, p. 306-307, « La féodalité ».
  26. a b et c Pierre Duparc, La formation d'une ville, vol. 1, Annecy, Société des amis du vieil Annecy, , 372 p., p. 35. (Lire en ligne le résume sur http://www.persee.fr).
  27. a b c et d Histoire des communes savoyardes 1981, p. 307-308, « L'église ».
  28. Vernier 1896, p. 96, 100.
  29. Vernier 1896, p. 109-110, 113.
  30. Vernier 1896, p. 117-121, 125.
  31. Vernier 1896, p. 129, 134-135.
  32. Vernier 1896, p. 137-138, 141.
  33. Garlonn Gaud, « La fusion s’organise pour Faverges-Seythenex et Doussard », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  34. « Bassin annécien: Après Seythenex, Faverges s’apprête à fusionner avec Doussard », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  35. Jean-Baptiste Serron, « Le mariage entre Faverges et Doussard proche de la rupture », Le Messager,‎ (lire en ligne).
  36. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en août 2014).
  37. Marité Martiney, « La communauté de communes à de grands projets », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne), p. 12.
  38. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  39. « Accueil Municipales 2014 > HAUTE SAVOIE (74) > D > Résultats reçus 1er tour », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté en août 2014).
  40. a b et c « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Deuxième circonscription (résultats officiels) > Doussard », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté en août 2014).
  41. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Deuxième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté en août 2014).
  42. [PDF] « Carte judiciaire (2010) », sur le site du ministère de la Justice (consulté en août 2014).
  43. « Juridictions pour la commune de Doussard », sur le site du ministère de la Justice (consulté en août 2014).
  44. Délégation pour l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales - Ministère des Affaires étrangères, « Doussard », Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures, sur le Site extranet de la Commission nationale de la coopération décentralisée (CNCD) - Ministère des Affaires étrangères - pastel.diplomatie.gouv.fr (consulté en août 2014).
  45. La rédaction, « Dix ans d'amitié avec Dirinon pour le comité de jumelage », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne)
  46. a et b « Doussard », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en juillet 2014), Ressources - Les communes.
  47. François Miquet, Sobriquets patois et dictons des communes et hameaux de l'ancien genevois et des localités limitrophes, Annecy, , 27 p. (lire en ligne), p. 19.
  48. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  49. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  50. « Haute-Savoie (74) > Doussard > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté en février 2019).
  51. a et b « Annuaire de recherche « Faverges » », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 8 avril 2014).
  52. Hugues Aspord (Principal), « Présentation - Historique du collège », sur le site du Collège Jean Lachenal de Faverges, (consulté le 8 avril 2014).
  53. Patrick, « Les SESSAD », sur le site de l'IEN ASH 74, (consulté le 8 avril 2014).
  54. [PDF] L‛Union Régionale des Médecins Libéraux Rhône-Alpes. Étude dirigée par M. EVRARD, « Le schéma de démographie médicale de la région Rhône-Alpes - Département de la Haute-Savoie », sur urps-med-ra.fr, Union régionale des professionnels de santé, (consulté le 8 avril 2014), p. 57.
  55. a b c et d [PDF] L‛Union Régionale des Médecins Libéraux Rhône-Alpes., « Le schéma de démographie médicale de la région Rhône-Alpes - Département de la Haute-Savoie », sur urps-med-ra.fr, Union régionale des professionnels de santé, (consulté le 12 avril 2014), p. 67.
  56. « Paroisse Saint-Joseph en pays de Faverges », sur le site du diocèse d'Annecy (consulté en mai 2018).
  57. « Carte du Doyenné de la Tournette », sur Site du diocèse d'Annecy (consulté en août 2014).
  58. « Horaire des messes », sur le site egliseinfo.catholique.fr de la Conférence des évêques de France (consulté le 13 mars 2015).
  59. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 11 mai 2015).
  60. J. Billet, « Politique régionale et développement touristique en Rhône-Alpes », Revue de géographie alpine, vol. 75, no 2,‎ , p. 122 (lire en ligne).
  61. [PDF] Conseil général de la Haute-Savoie - L'Observatoire Départemental, « Doussard : Nombre de lits touristiques », Accueil > Le territoire > Données statistiques départementales > Liste résultats > Doussard, sur site du CG 74 - L'Observatoire Départemental, (consulté le 20 décembre 2014) : « Source : Savoie Mont Blanc Tourisme ».
  62. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  63. « Liste des monuments historiques de la commune de Doussard », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  64. « Liste des lieux et monuments de la commune de Doussard à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  65. « Liste des objets historiques de la commune de Doussard », base Palissy, ministère français de la Culture.
  66. « Liste des objets de la commune de Doussard à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  67. Paul Lullin et Charles Le Fort, Régeste genevois ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l'histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l'année 1312, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, , 542 p., p. 470.
  68. Jérôme Daviet, « Chapelle Notre-Dame-de-la-Nativité », sur site de la Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel en lien avec l'Assemblée des Pays de Savoie - patrimoine.rhonealpes.fr, (consulté en août 2017).
  69. Françoise Dantzer, Les Bauges : Terre d'art sacré, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 251 p. (ISBN 978-2-8420-6272-9), p. 70.
  70. Patrimoine architectural et mobilier en Rhône-Alpes 2010, p. Liste du patrimoine.
  71. « Le label Géopark a été présenté à la population », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  72. Muriel Rottier, « 30 mètres à gravir le donjon des seigneurs », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  73. « Liste des espaces protégées - Commune : Doussard », Natura 2000, sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) - inpn.mnhn.fr (consulté le 11 mai 2015).
  74. « Marais de la cluse d'Annecy », Natura 2000, sur le site du Conservatoire du littoral - conservatoire-du-littoral.fr (consulté le 11 mai 2015).
  75. « Les villes et villages fleuris - Site officiel des Villes et Villages Fleuris, label de qualité de vie », sur www.cnvvf.fr (consulté le 29 décembre 2015)