Chaîne des Aravis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aravis)
Aller à : navigation, rechercher

45° 57′ 21″ N 6° 33′ 20″ E / 45.9558, 6.55556

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aravis (homonymie).
Chaîne des Aravis
Massifs des Alpes occidentales
Géographie
Altitude 2 750 m, Pointe Percée
Massif Alpes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Départements Savoie, Haute-Savoie
Géologie
Roches Roches sédimentaires

La chaîne des Aravis est une chaîne de montagnes située dans les préalpes à cheval entre la Haute-Savoie (versant Ouest), et une bonne partie de la Savoie (versant Est). Son plus haut sommet est la pointe Percée (2 750 m) partagé par les communes du Grand-Bornand, de Sallanches et du Reposoir.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Elle s'étend du nord au sud, de Cluses à Ugine. À l'ouest, la dépression de Thônes et le massif des Bornes, au nord-est la vallée de l'Arve et le massif du Giffre, et au sud-est le val d'Arly (Megève) et le massif du Beaufortain.

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

Chaîne des Aravis et son point culminant : Pointe-Percée (2 750 m)
Vue depuis la commune du Grand-Bornand

Du nord au sud :

La chaîne est ici coupée par le col des Aravis (1 486 m) qui relie La Clusaz à Flumet dans le val d'Arly.

Versant oriental du massif, depuis le plateau des Saisies en Savoie, du sud avec le mont Charvin au nord avec la pointe Percée dans les nuages, en passant par le col des Aravis (au centre).
Versant occidental du massif, du nord avec une partie du massif des Bornes et la pointe Percée jusqu'à l'Étale.
Reste du versant occidental du massif, au sud du col des Aravis (de gauche à droite) : Merdassier, Étale, Mandalle, Tête de l'Aulp et Rouelle, Goenne, Charvin, aiguilles du Mont et aiguille du Bouchet ; tout à droite dans les nuage, la Dent de Cons.

Principaux cols[modifier | modifier le code]

Principales vallées[modifier | modifier le code]

Principales communes[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Comme tous les massifs des Préalpes, la chaîne des Aravis est constituée principalement de calcaire (et ses dérivés).

Climat[modifier | modifier le code]

Les Aravis sont un massif particulièrement arrosé, mais les anciens redoutaient particulièrement les années très pluvieuses et froides qui étaient des années de faibles récoltes et potentiellement de famines comme en 1812.

Dès 1881, la vallée de Thônes accueille une des 172 stations météorologiques recensées dans les Alpes :

  • entre 1881 et 1910, la vallée connaît des précipitations annuelles moyennes de 1 556 mm, la classant deuxième après celle de Flumet avec 1 642 mm ;
  • entre 1932 et 1992, les précipitations annuelles moyennes sont de 1 743 mm ;
  • entre 1992 et 2002, les précipitations annuelles moyennes sont de 1 844 mm.

Les années de sécheresse — relative — les plus mémorables sont les années 1782, 1800, 1802, 1816, 1818, 1832, 1859, 1870, 1893, 1904, 1906, 1921, 1949, 1962, 1976, 1983, 1984, 1994 et 2003[1].

Parmi les années les plus froides : janvier 1905 (−22,2 °C), février 1956, janvier 1963 (−21,0 °C), janvier 1985 (−21,2 °C), février 2012 (−18,0 °C).

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le seigneur des Clefs régnait sur une grande partie des Aravis. Son vaste domaine s'étendait du Reposoir jusqu'à la rive droite du lac d'Annecy.

En 1851, la vallée de Thônes est frappée d'une importante épidémie de variole (petite vérole).

En 1911, la 9e édition du Tour de France cycliste pénètre pour la première fois dans le massif en arrivant par la Giettaz, passant la col des Aravis et descendant la vallée de Thônes.

Le Régie d’électricité de Thônes est distributeur et fournisseur d'électricité depuis 1931

En 1971, la « Coopérative des producteurs de reblochon fermier » est créée à Thônes. Une fête se tient à La Clusaz début août depuis 1962.

En 1991, le festival international « Au Bonheur des Mômes » est créé au Grand-Bornand.

En 2006, la chaîne des Aravis est classée « site Natura 2000 » ce qui garantit son environnement et sa biodiversité. Le , le président Nicolas Sarkozy, en déplacement à La Clusaz, à l'occasion d'une table ronde organisée sur l'économie de montagne annonce le classement de la chaîne des Aravis en réserve naturelle, ce qui divise les maires concernés.

Activités[modifier | modifier le code]

La chaîne des Aravis est souvent étroitement associée au massif des Bornes, qu'on appelle alors massif des Bornes-Aravis. Mais on rencontre également l'appellation raccourcie « massif des Aravis » pour l'ensemble du massif, peut-être un effet du marketing touristique.

Sport estival[modifier | modifier le code]

  • Ascension de la Pointe Percée[2]
  • Escalade sur la Pointe Percée (Paroi de Gramusset)[3]
  • Aravis Trail, course de montagne
  • Randonnée cycliste « Le Reblochon ».

Stations de sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Chaîne des Aravis, en hiver, vue du village de la Clusaz

Le « Master des Neiges » est une compétition de raquette à neige (finale de la coupe d'Europe), mi-mars à Thônes/Manigod au plateau de Beauregard.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pont romain
  • Le pont romain situé sur la commune Les Clefs est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 29 août 1947.
  • La chapelle des Aravis construite au col en 1624.
  • Le plateau de Beauregard, partagé entre 4 communes, offre un magnifique panorama sur la chaîne des Aravis et sur le massif du Mont-Blanc. Il dispose d'une flore particulièrement riche grâce à ses nombreuses tourbières. Son territoire présente un fort magnétisme et la foudre frappe souvent lors des orages. Il existe sur le plateau deux vestiges très anciens, le menhir de la Croix-Fry et le mur de Colomban.
  • La scierie du Pont de la Scie à La Clusaz, écomusée du Bois et de la forêt.
  • Le four des Murailles à Manigod.
  • La maison du patrimoine du Grand-Bornand, la maison du patrimoine de Manigod, la galerie des amis du Val-de-Thônes.

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

La chaîne des Aravis est une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique, classée sur une surface de 8 034 hectares. C'est un site de nidification de l'Aigle royal et du Gypaète barbu[4]. Les forêts des Aravis sont constitueés en moyenne par 70 % de conifères.

Culture[modifier | modifier le code]

  • La Jeune Fille et les loups de Gilles Legrand, un film inspiré de La Mort du loup d'Alfred de Vigny et tourné dans les Aravis. Au sortir de la Grande Guerre, une jeune fille désireuse de devenir la première femme vétérinaire est amenée à s'opposer à l'éradication planifiée de la dernière meute de loups en France qui ignorant les frontières réapparaîtront naturellement en provenance d'Italie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Lansard, Gilles Lansard, Aravis : Les plus belles randonnées, Glénat, coll. « Montagne Randonnée », 2005 (ISBN 2723450864)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Essor savoyard du 29 juillet 2010, page 18
  2. Pointe Percée > "Cheminées de Sallanche", summitpost.org
  3. Pointe Percée > Paroi de Gramusset, summitpost.org
  4. « Chaîne des Aravis N° régional : 74220004 », DIREN Rhône-Alpes