Duingt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Duingt
Vue de Duingt depuis les pentes du Taillefer.
Vue de Duingt depuis les pentes du Taillefer.
Blason de Duingt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Arrondissement d'Annecy
Canton Canton de Seynod
Intercommunalité Grand Annecy
Maire
Mandat
Marc Rollin
2014-2020
Code postal 74410
Code commune 74108
Démographie
Gentilé Dunois
Population
municipale
904 hab. (2014)
Densité 206 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 44″ nord, 6° 12′ 12″ est
Altitude Min. 442 m – Max. 1 202 m
Superficie 4,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Duingt

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Duingt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Duingt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Duingt
Liens
Site web duingt.fr

Duingt (prononcer [duɛ̃] et non [dyɛ̃]) est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Village de la rive gauche du lac d'Annecy, la commune comptait 904 habitants en 2014.

La commune actuelle de Duingt est constituée de deux anciens villages installés en bout de deux chaînes parallèles qui s'affaissent en direction du lac depuis le massif des Bauges. Le premier — Duingt (Duin ou Duyn) — s'est développé entre la rive du lac et les contreforts de l'éperon du Taillefer, avec notamment sur la pointe rocheuse le château de Duingt, dont il ne reste que des ruines, qui contrôlait la route entre Annecy et la Tarentaise, donnant accès à l'Italie, associé à château de Châteauvieux qui se trouve en contre-bas sur la presqu'île. L'autre chaîne, plus en retrait, qui s'affaisse en direction du lac est celle du Roc des Bœufs, où l'ancien village de Dérée ou Dhéré s'est développé avec notamment son château.

La commune fait partie du parc naturel régional du massif des Bauges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Duingt est une commune haut-savoyarde, située sur la rive ouest (ou gauche) du lac d'Annecy. Sa position, parallèle à celle de Talloires sur la rive opposée, marque la distinction entre le « grand lac », en direction d'Annecy, et le « petit lac », en direction de Doussard. En effet, le village commande un verrou glaciaire (ou étroit) au niveau du lac, entre le lieu d'affaissement des chaînes parallèles du Taillefer et du Roc des Bœufs et le Roc de Chère.

À partir de Dhéré, en direction du Nord, s'ouvre la vallée du Laudon, appelé depuis récemment pays du Laudon. Celui-ci appartient à l'ensemble plus vaste qu'est le bassin annécien, tout en formant une sous-entité bien distincte[Note 1].

La commune est aussi membre, ainsi que les communes du canton de Seynod, du parc naturel régional du massif des Bauges[1].

À vol d'oiseau, la ville se situe à 2,8 km au sud-est de Saint-Jorioz, à 10,7 km de Seynod, chef-lieu de canton et à 10,6 km au sud-est d'Annecy, la préfecture du département. Les autres principales villes se trouvent dans le département voisin de la Savoie, avec au sud-est Albertville à 22,2 km et plus éloignée, au sud-ouest Chambéry à 36 km[Note 2].

Le chef-lieu de commune est localisé par l'Institut national de l'information géographique et forestière à la longitude 6° 20′ 33″ est et à la latitude 45° 82′ 88″ nord[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte montrant Duingt et les communes voisines.
Duingt et les communes voisines.

Duingt est entourée, du Nord au Sud, par les communes haut-savoyardes de Saint-Jorioz, de Talloires (sur la rive opposée du lac), puis sur le versant est du Taillefer Doussard, Lathuile, au sud en altitude le village d'Entrevernes et sur le versant ouest du Roc des Bœufs, le village de Saint-Eustache.

Rose des vents Talloires Rose des vents
Saint-Jorioz N Doussard
O    Duingt    E
S
Saint-Eustache Entrevernes Lathuile

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'ex-RN 508 aujourd'hui route départementale 1508 qui se dirige au nord vers Annecy et au sud vers Albertville, via Ugine. En remontant vers le nord, en traversant Annecy, il est possible de rejoindre l'autoroute A430 (sortie Annecy-sud ou Annecy-nord) permettant de se rendre vers la vallée de l'Arve à l'est ou de se diriger vers Chambéry, via Aix-les-Bains à l'ouest. On peut éventuellement rejoindre l'autoroute A40, dite « autoroute blanche » en empruntant l'ancienne RN 508 direction Frangy.

La commune est reliée au reste du département et aux villes du département voisin par un service de cars journaliers assurant la liaison Annecy-Albertville par la société Philibert Transport, membre du réseau Lihsa (lignes interurbaines de Haute-Savoie). Il s'agit des lignes 51 et 52 dont les autocars effectuent de façon quotidienne[3].

À partir d'Annecy, on peut se connecter au réseau ferré de la plate-forme multimodale de la gare d'Annecy. Pour les vols internationaux, on peut emprunter soit l'aéroport français de Lyon-Saint-Exupéry (150 km soit environ 1 h 20), soit celui plus proche de Genève-Cointrin en Suisse (75 km soit environ 0 h 40).

La commune est également parcourue par une piste cyclable ou voie verte, dite du lac d'Annecy, implantée sur l'ancien tracé de chemin de fer, longeant la RD 1508, entre Annecy et Albertville, s'arrêtant pour la Haute-Savoie sur la commune de Val de Chaise (village de Marlens)[4]. Le dernier tronçon reliant Giez à Marlens a été réalisé entre 2004-2005[4]. Elle mesure 30 km de long[4]. Elle est gérée par le syndicat intercommunal du lac d'Annecy (SILA)[4]. Cette piste cyclable est considérée comme l'une des plus fréquentées de France[4].

On peut aussi se rendre à Annecy par bateau depuis l'embarcadère, grâce à l'une des trois liaisons journalières proposées par la Compagnie des bateaux du lac d'Annecy.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Duingt, sans prononcer le « G » et le « T » (ancienne prononciation Duin avec le son « ouin »), ou Duin, est un toponyme d'origine burgonde qui selon le linguiste Théophile Perrenot et son ouvrage La Toponymie burgonde (1942) pourrait dériver de *Dugingo, et par-delà lui-même dériver d'un nom propre, Dugo, qui en germanique donne *dugan, signifiant « valoir, être utile »[5],[6]. En burgonde le mot duin pourrait signifier un monticule, une dune rappelant ainsi le promontoire rocheux au cœur du village, où fut érigé le deuxième château (du Roc).

Selon le site communal, Duingt pourrait dériver du mot celtique Don, signifiant « un monticule fortifié » d'où la présence à l'époque romaine puis féodale d'un castrum puis d'un château[M 1]. Enfin, il peut s'agir également du latin Duinus, nom patronymique des seigneurs de Duin de Châteauvieux.

Le village est mentionné au XIIe siècle avec les toponymes Duig (en 1198, à lire Duing) ou encore Duginum[5]. Dans les deux siècles suivants, on trouve la forme Duin (notamment 1225), ou Duginno ou encore Cura de Duyng (1344)[5]. On trouve les formes : Dugnensis, Duniensis sur le cartulaire de l'abbaye de Talloires de la fin du XIIe siècle- début du XIIIe siècle[7]. Enfin la forme évolue encore avant de se stabiliser avec Duygnum (XIVe siècle), Duing-Dhérée (XVIIIe siècle)[5], ou encore Duing (lors de la période de l'annexion française, en 1793 et 1801)[8].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Douin, selon la graphie de Conflans[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Période médiévale[modifier | modifier le code]

La commune appartient au comté de Genève, et plus particulièrement au pagus minor Albanensis (Albanais). Les de Duin ou Duyn apparaissent au XIe siècle, ils sont seigneurs de Duin et vassaux des comtes de Genève. Cette famille domine la région avant de disparaître au XVIe siècle. Une branche cadette porte le titre de vicomte de Tarentaise et de la Val d'Isère. Leurs vassaux les plus proches sont les seigneurs de Dhéré.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Duingt est une commune du département de la Haute-Savoie, située dans le canton de Seynod, dans l'arrondissement d'Annecy[10]. Duingt est associé avec l'ensemble des communes du pays du Laudon pour former en 1999 la communauté de communes de la Rive Gauche du Lac d'Annecy, remplacée le par le Grand Annecy.

Elle appartient à la deuxième circonscription de la Haute-Savoie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Bruno Chanay ... ...
mars 2008 en cours
(au 30 avril 2014)
Marc Rollin ... ...

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Dunois[11].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13],[Note 3].

En 2014, la commune comptait 904 habitants, en augmentation de 1,46 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
297 316 283 324 373 345 345 367 360
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
384 381 363 343 336 389 346 310 290
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
267 268 281 250 243 302 237 297 330
1982 1990 1999 2006 2011 2014 - - -
446 635 797 870 877 904 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Duingt est située dans l'académie de Grenoble. En 2015, elle administre une école maternelle et une école élémentaire regroupant 101 élèves[15]. L'établissements est rattaché au collège public Jean-Monet, situé à Saint-Jorioz.

Les futurs lycéens poursuivent leurs études selon leurs options, dans l'un des lycées d'Annecy (lycée Gabriel-Fauré ou lycée professionnel Germain-Sommeiller, parfois le lycée Berthollet ou le lycée privé Saint-Michel).

Santé[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée au service d'urgences du centre hospitalier Annecy Genevois. Anciennement idéalement placé du côté des Marquisats à Annecy, sur la RD 1508, ce dernier a dès lors déménagé en 2008 du côté de Metz-Tessy, obligeant la traversée de l'agglomération. Du côté d'Albertville, dans le département voisin, on peut également avoir accès au service du centre hospitalier intercommunal Albertville-Moûtiers.

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radio dont France Bleu Pays de Savoie, ODS radio, Radio Semnoz… La chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. L'émission La Place du village expose régulièrement la vie locale du bassin annécien. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Genevois, le Courrier savoyard.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 1 459 lits touristiques répartis dans 202 structures[Note 4]. Les hébergements se répartissent comme suit : 55 meublés ; 2 hôtels et 2 structures d'hôtellerie de plein air[16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Vue sur la presqu'île et le château depuis la montagne du Semnoz.
La presqu'île de Duingt était autrefois une île.
Le château de Ruphy, sur sa presqu'île, en hiver.
Le château de Dhéré sur la route d'Entrevernes.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine archéologique et civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel et fleurissement[modifier | modifier le code]

  • Grotte et belvédère de Notre-Dame-du-Lac, départ de randonnée sur le Taillefer avec une vue imprenable sur le lac d'Annecy.

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Duingt.svg

Les armes de Duingt se blasonnent ainsi : D'or à la croix de gueules cantonnée en chef de deux tours de sable[18]

Citation[modifier | modifier le code]

Le rivage, au-delà du hameau de Duingt, allonge sur l'eau une étroite presqu'île qui semble flotter, à peine retenue à la terre ferme. Enfouie sous un luxe de feuillages et de fleurs, peuplée de grands arbres qui entrelacent leurs branches et dont l'image renversée tremble dans le miroir des eaux, cette petite presqu'île est un Eden en raccourci, un paradis-joujou qu'un propriétaire trop intelligent a peut-être arrangé avec une habilité trop inventive. Au milieu de cette corbeille touffue, près d'une vieille maison qui est ensevelie sous le lierre et la clématite, une tour, qui est neuve et cependant moyenâgeuse, dessine sous le ciel sa dentelure d'inofensifs créneaux.

Gaston Deschamps, Le Chemin fleuri, 1896.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 21-25, « Les cantons d'Annecy - Annecy-le-Vieux - Seynod », p. 150-154 « Duingt ou Duin »..

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le bassin annécien est ainsi constitué de territoires distincts : l'agglomération annécienne, le pays du Laudon (appelé aussi rives du lac), le pays de Faverges, la vallée de Thônes et Les Aravis. in Vincent Pacini et Isabelle Brun, « Le livre blanc du bassin annécien. Une démarche aussi instructive qu'opérationnelle », Futuribles, no 328,‎ , p. 26 (lire en ligne).
  2. « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté en octobre 2014).
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[16].

Références[modifier | modifier le code]

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  • Données issues du site de la mairie de Duingt.
  1. « Duingt son histoire, ses habitants », Accueil > La commune > Culture et patrimoine, sur le site de la commune de Duingt (consulté en octobre 2014).

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Antoine Reille, Guide des parcs naturels régionaux : Le patrimoine naturel, la vie traditionnelle, Delachaux et Niestlé, , 319 p. (ISBN 978-2-60301-151-5), p. 199.
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, publié en janvier 2007, révisé en mars 2010, consulté en octobre 2014, [lire en ligne].
  3. Ligne n°51 et Ligne n°52 du Réseau interurbain de Haute-Savoie.
  4. a, b, c, d et e « Voie Verte - Présentation », sur Site du Syndicat intercommunal du lac d'Annecy (SILA) - www.sila.fr (consulté le 3 avril 2016).
  5. a, b, c et d Henry Suter, « Duingt », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en octobre 2014).
  6. Henry Suter, « Toisinges », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en octobre 2014).
  7. Jean-Yves Mariotte, « Annecy et ses environs au XIIe siècle d'après le cartulaire de Talloires », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 130, no 1,‎ , p. 5-32 (lire en ligne).
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 12
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  10. Code officiel géographique de Duingt sur le site de l'Insee, consulté le 16 septembre 2015.
  11. « Duingt », Accueil > Ressources > Communes, sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en juillet 2014), Ressources - Les communes.
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Haute-Savoie (74) > Duingt > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 29 mai 2016).
  16. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  17. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  18. « Armes de Duingt », sur labanquedublason2.com (consulté le 16 septembre 2015).