Thermes antiques de Faverges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Thermes antiques de Faverges
Thermes antiques de Faverges-Vue 1 (24.VII.14).JPG
Présentation
Type
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Le Thovey et impasse ThermesVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Haute-Savoie
voir sur la carte de Haute-Savoie
Red pog.svg

Les thermes antiques de Faverges sont des thermes situés à Faverges, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte interactive pour les thermes.

Les thermes sont situés, dans le département français de la Haute-Savoie, au lieu-dit Le Thovey, sur la commune de Faverges[2]. La villa du Thovey et ses thermes sont installés sur la zone de contact de la pente du crêt de Chambellon[3]. Elle se situe à 1 km au Sud-Est du vicus de Casuaria[3], aujourd'hui le village de Viuz sur la commune de Faverges, qui s'est développée au Ier siècle av. J.-C.[4].

On retrouve la mention de mansio Casuaria sur l'Itinéraire d'Antonin[5],[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Thermes antiques

Les vestiges semblent connus au moins à partir du XIXe siècle, notamment par Charles Marteaux, professeur au Lycée Berthollet, et Marc Le Roux, conservateur du Musée d'Annecy et membre de l'Académie florimontane, auteurs d'un article « Voie romaine de Boutae à Casuaria », paru dans la Revue savoisienne en 1903, dans lequel il indique la présence de traces archéologiques « le long du chemin du Tové »[3]. Les premiers sondages du site ont lieu entre 1973-74, avant d'une campagne de fouilles plus poussée soit mise en place en 1981[3]. La dernière campagne date de 1999[3].

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1992[1].

Les vestiges découverts recouvrent une superficie estimée à 9 000 m2[6].

Description[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une mansio/auberge d'étape équipée de thermes romains[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Alain Piccamiglio et Maxence Segard, « Le site de Viuz-Faverges/Casuaria (Haute-Savoie) : agglomération, sanctuaire et villa dans la cluse d'Annecy », Revue archéologique de Narbonnaise, vol. 38, no 39,‎ , p. 105-129 (lire en ligne).
  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 279-281 « Le canton de Faverges ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Daviet, « Villa du Thovey », sur site de la Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel en lien avec l'Assemblée des Pays de Savoie - patrimoine.rhonealpes.fr, (consulté en août 2017)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Thermes antiques », notice no PA00118479, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a et b Casuaria 2005, p. 106, 108.
  3. a b c d et e Casuaria 2005, p. 117.
  4. a et b Casuaria 2005, p. 105, 106.
  5. Katalin Escher, Genèse et évolution du deuxième royaume burgonde (443-534) : les témoins archéologiques, Archaeopress, , 1101 p. (ISBN 978-1-84171-842-2), p. 97
  6. Casuaria 2005, p. 118, Fig.12. Plan de la villa du Thovey.