Cons-Sainte-Colombe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cons.

Cons-Sainte-Colombe
Cons-Sainte-Colombe
Chef-lieu
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Faverges
Code postal 74210
Code commune 74084
Démographie
Gentilé Colombins
Population 372 hab. (2013)
Densité 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 59″ nord, 6° 19′ 36″ est
Altitude Min. 479 m
Max. 2 063 m
Superficie 3,47 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Val de Chaise
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 15.svg
Cons-Sainte-Colombe

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 15.svg
Cons-Sainte-Colombe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Cons-Sainte-Colombe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Cons-Sainte-Colombe

Cons-Sainte-Colombe est une ancienne commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le , la commune fusionne avec celle de Marlens pour former la commune nouvelle de Val de Chaise.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cons-Sainte-Colombe se situe dans le Sud du département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes, partiellement au contact de la limite avec le département de Savoie.

Cons-Sainte-Colombe se trouve dans la vallée située en amont de la cluse et du lac d'Annecy, appelée vallée de Faverges, puis plus récemment pays de Faverges. Celui-ci appartient donc à l'ensemble plus vaste qu'est le bassin annécien, tout en formant une sous-entité bien distincte[Note 1].

À vol d'oiseau, le village se situe à 2,4 km à l'est du chef-lieu de canton, Faverges et à 23,3 km au sud-est d'Annecy, la préfecture du département. Les autres principales villes se trouvent dans le département voisin de la Savoie, avec à l'est Ugine à 7 km, au sud-est Albertville à 9,6 km[Note 2].

Le chef-lieu de commune est localisé par l'Institut national de l'information géographique et forestière à la longitude 6° 19′ 36″ est et à la latitude 45° 44′ 59″ nord[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Cons-Sainte-Colombe et les communes voisines.
Rose des vents Saint-Ferréol Marlens Rose des vents
Faverges N
O    Cons-Sainte-Colombe    E
S
Marthod
(Savoie)

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La commune de Cons-Sainte-Colombe se situe sur les rebords de la vallée de Faverges, bassin correspondant à un pli réalisée par la trouée glaciaire d'Annecy-Ugine, que l'on appelle parfois pour cette section « trouée de Faverges »[2]. Au-dessus, se situent les pentes septentrionales du chaînon de la dent de Cons, qui appartient à l'ensemble des Bauges[3].

Avec une superficie de 347 ha, elle la plus petite de l'ancien canton de Faverges, correspondant à la communauté de communes du pays de Faverges[4].

Les communes limitrophes avec Cons-Sainte-Colombe sont du Nord à l'Ouest et du Sud à l'Est : Marlens, Saint-Ferréol, Faverges, Marthod et Ugine

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le torrent dit « le Piassant » est composé d'un autre torrent se nommant le Nant. Il rejoint le Biel qui s'écoule dans la plaine de Faverges avant de se jetter dans la Chaise, jusqu'à Ugine pour rejoindre la rivière de l'Arly[5].

Climat[modifier | modifier le code]

La situation de Cons-Sainte-Colombe est celle d'un climat montagnard, dans un pays tempéré, où les hivers sont froids et neigeux, et la saison estivale est douce voire parfois connaît des épisodes orageux. Les intersaisons (avril et octobre) sont en moyenne un peu plus sèches, même si la pluviométrie peut être très élevée.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Aucun bus ou moyen de transport en commune ne dessert la commune de Cons Saint Colombe

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cons-Sainte-Colombe est un toponyme composé de l'association du nom de la paroisse Cons [6] à celui de la sainte Colombe, patronne de la première chapelle édifiée[4], à partir de 1858[7].

Le toponyme Cons aurait des origines différentes. Selon Ernest Nègre, celui-ci trouve son origine dans le mot bas-latin cumba qui donnera le mot « combe » (vallon)[8],[7]. Selon le chanoine Gros, Cons serait une forme romane du mot latin comes signifiant « compagnon », qui donnera le mot français « comte »[9]. Selon les auteurs de la collection Histoire des communes savoyardes qui consacrent un article à la commune, le nom proviendrait d'un propriétaire romain, Contius[4].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Konse, selon la graphie de Conflans[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La plaine de Faverges semble occupée dès la période protohistorique. Le musée archéologique de Viuz-Faverges présente ainsi une hache en cuivre dite d'Englannaz, qui serait datée de la période dite « chalcolithique » (appelée aussi âge du cuivre), correspondant à la « période où un outillage, principalement en pierre, peut être complété par des objets en cuivre travaillé ».

La vallée de Faverges se trouve en territoire des Allobroges qui contrôlent l'avant-pays plat, entre le Rhône et les Alpes[11]. Les différentes fouilles ont permis la découverte d'objets de la période celtique, notamment deux fibules remontant probablement au IVe siècle av. J.-C.[12].

Il semblerait qu'une propriété romaine se soit établie à cet emplacement, mais peu de traces ont été retrouvées[4]. Les auteurs de l'article sur la commune, dans Histoire des communes savoyardes (1981), indiquent cependant que le nom du village proviendrait du propriétaire, probablement un certain Contius[4]. Le manque de sources provient notamment de l'action du torrent qui a dû ensevelir ou charrier celles-ci[4].

Période médiévale[modifier | modifier le code]

La paroisse de Cons, bien que plus ancienne, n'est mentionnée qu'à partir du XIVe siècle[13]. La paroisse est rattachée au prieuré de Viuz[13]. D'après une étude des revenus des paroisses du diocèse d'Annecy, il semble que ceux de Cons-Saint-Colombe soient ceux qui aient connu la plus importante progression en un siècle avec 500 % (passant de 20 à 100 florins entre 1411 et 1516)[13].

La paroisse est fortement touchée par la peste en 1348, avec une baisse de la moitié de la population du village[13].

Une branche des sires des Clets, installés et contrôlant une partie de la vallée de Thônes jusqu'aux bords du lac d'Annecy, prêtent hommage pour une maison forte à Cons, au comte de Savoie[14]. Ainsi en 1279, un certain Pierre Josserand des Clefs est mentionné comme homme-lige du comte de Savoie pour des possessions entre le bourg de Conflans jusqu'à Cons[14]. Au XVe siècle, la seigneurie de Cons est possédée par un membre de la famille de Gilly (1428), puis un sire de Veigy, famille originaire du Chablais et installé dans la vallée de l'Isère (1448)[14]. Un petit-neveu des Veigy hérite de la seigneurie vers la fin du XVIe siècle[14]. La seigneurie échoit en 1667 au marquis de Faverges[14], Claude Emmanuel Milliet de Faverges. Le château est ruiné en 1701[14].

Commune rurale, d'importants défrichements sont opérés vers la fin du XVIIe siècle[15]. La commune connaît aussi une certaine activité artisanale et proto-industrielle. En 1696, un moulin et un scierie sont mentionnés[15]. On trouve également par la suite un foulon[15], où les draps étaient foulés. On mentionne aussi une « martinette »[15], soit un petit établissement où à l'aide d'un martinet on fabrique des outils en fer. En 1688, il est attesté qu'une tuilerie fonctionnait déjà au lieu-dit Grange-Neuve[15]. L'atelier employait un peu moins de huit ouvriers de façon saisonnière[15]. L'activité cessa définitivement vers 1880[15].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Photographie des cuves des fours à chaux.
Cuves des fours à chaux (XVIII-XIXe siècles), rénovés en 2003-2004.

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, une production de chaux hydraulique commence et des fours à chaux quasi-industriels sont construits dont il reste encore aujourd'hui quelques ruines du côté d'Ombre. Les blocs de calcaire étaient extraits de la carrière proche. Le sommet de production eut lieu en 1864 puis commença à décliner à partir de 1870. En 1875, il atteignait encore 540 tonnes. La production était vendue dans la vallée de Faverges et jusqu'à Annecy — la chaux de Cons-Saint-Colombe fut utilisée pour la construction de la préfecture, de l'abbaye de Tamié, de l'église locale, du pont d'Outre-chaise près d'Ugine ou encore du château de Giez. La production s'arrêta définitivement en 1878. Le bâtiment a été entièrement restauré entre 2003-2004. Il fait l'objet de visites guidées chaque été.

Le , elle fusionne avec Marlens pour former la commune nouvelle de Val de Chaise[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Vue de la mairie de Cons-Sainte-Colombe.
Mairie de Cons-Sainte-Colombe.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 2014 Alain Lathuraz   ...
2014 2015 Ulrich Gagneron   ...

Population et société[modifier | modifier le code]

Photographie de l'ancienne école et bassin (1897).
Ancienne école et bassin (1897) de Cons-Sainte-Colombe (chef-lieu).

Ses habitants sont appelés les Saintes-Colombiennes et Saints-Colombiens[17]. On peut parfois trouver les formes Colombines et Colombins. Le sobriquet en patois est Leups de Sainta-Colomba[18]. On trouve aussi le surnom de Coinards.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[20],[Note 3].

En 2013, la commune comptait 372 habitants, en augmentation de 11,38 % par rapport à 2008 (Haute-Savoie : 7,32 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
175175180175225247235224228
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
215222202205194177162171169
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
155136133139126130159156158
1982 1990 1999 2006 2011 2013 - - -
231227261325366372---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Santé[modifier | modifier le code]

Cons-Sainte-Colombe appartient au « Bassin 74123 : Faverges » avec 6 autres communes du canton de Faverges[22]. Ce bassin comptait en 2008 sept médecins généralistes installés à Faverges[23], en 2012, ils ne sont plus que six[22]. La desserte médicale[Note 4] est estimée en septembre 2012 à 1 médecin généraliste pour 1 759 hab., pour ce bassin[22]. Un spécialiste en ophtalmologie est présent à Faverges[22]. D'autres services liés à la santé sont aussi implantés, des dentistes, des infirmiers, un laboratoire d'analyse, des kinésithérapeutes, ainsi que des pharmacies sont également installés dans le chef-lieu de canton[22].

Faverges possède une maison de retraite[22].

La commune de Cons-Sainte-Colombe, comme l'ensemble des communes du canton, est attachée au service d'urgences du centre hospitalier Annecy Genevois. Anciennement idéalement placé du côté des Marquisats à Annecy, sur la RD 1508, ce dernier a dès lors déménagé en 2008 du côté de Metz-Tessy, obligeant la traversée de l'agglomération. Du côté d'Albertville, dans le département voisin, on peut également avoir accès au service du centre hospitalier intercommunal Albertville-Moûtiers.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Cons-Sainte-Colombe est située dans l'académie de Grenoble. En 2015, elle administre une école maternelle et une école élémentaire regroupant 55 élèves[24].

L'ensemble des établissements sont rattachés, en 2013, au collège public du canton, le Collège Jean-Lachenal, situé à Faverges[25]. Le collège, créé en 1966, porte le nom de l'un de ses premiers directeurs (1967 à 1979), qui fut également maire adjoint de 1959 à 1989[26]. Certains élèves se rendent au collège de Saint-Jorioz ou les établissements privés du bassin annécien.

Les futurs lycéens poursuivent leurs études selon leurs options, dans l'un des lycées d'Annecy (Lycée Gabriel-Fauré ou lycée professionnel Germain Sommeiller, parfois le lycée Berthollet ou le lycée privé Saint-Michel). Certains optent toutefois pour l'un des enseignements d'établissements des villes du département savoyard voisin (Lycée polyvalent René Perrin d'Ugine ou Lycée général et technologique privé Jeanne d'Arc d'Albertville).

La ville de Faverges possède cependant un établissement préparant différents diplômes dans son lycée professionnel privé "La Fontaine"[25] : C.A.P. (Esthétique-cosmétique, coiffure, dessinateur en communication graphique) ; B.P. (esthétique en alternance) ainsi que B.E.P. (Bio-services, carrières sanitaires et sociales, vente action marchande) ou encore Bac Pro (artisanat et métier d’arts option communication graphique, commerce, vente). On trouve également à Faverges, un institut médico-éducatif/SESSAD Guy Yver[27].

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS Radio, Radio Semnoz... Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale du bassin annécien. France 3 et son décrochage France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Genevois, le Courrier savoyard.

Culte[modifier | modifier le code]

L'ancienne paroisse de Cons-Sainte-Colombe était dédiée à sainte Colombe[17]. La commune est désormais intégrée à la paroisse Saint-Joseph en pays de Faverges[28], qui fait partie du doyenné de la Tournette, dont le siège se trouve à Faverges[29]. Elle se trouve dans le diocèse d'Annecy. Le culte catholique est célébré dans l'église Sainte-Colombe[30].

Économie[modifier | modifier le code]

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Activités agricoles[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Cons-Sainte-Colombe, observées sur une période de 22 ans[31] :

Évolution de l’agriculture à Cons-Sainte-Colombe (74)
entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 2 4 7
Équivalent Unité de travail annuel 7 2 12
Surface Agricole Utile (SAU) (ha) 179 120 108
Cheptel (nombre de têtes) 274 193 236
Terres labourables (ha) s 32 24
s : donnée soumise au secret statistique.

Industrie et services[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le pays de Faverges et la commune de Cons-Sainte-Colombe sont tournés vers le tourisme avec notamment la présence du lac d'Annecy, les stations de ski de La Sambuy-Seythenex, du Val de Tamié et de Montmin, ainsi que l'exploitation du riche patrimoine local (musées, châteaux, etc.). Cons-Sainte-Colombe dispose également d'un site rénové et pédagogique libre d'accès des anciens fours à chaux. La promotion touristique du pays de Faverges et de la commune se fait par l'intermédiaire de l'office du tourisme de la communauté de commune, « Sources du lac d’Annecy - Pays de Faverges ». L'office de tourisme cantonal, mis en place dans les années 1980[32], est installé dans l'ancienne mairie de la ville de Faverges.

Le territoire permet une offre touristique variée avec une cinquantaine d’établissements sur l'ensemble du territoire de la communauté de commune, soit environ 12 300 lits touristiques (dont 50 % en campings - hôtellerie de plein air)[M 1]. La capacité de la commune est estimée à 71 lits touristiques en 2013 (46 lits en 1995)[33]. En 2014, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie-Mont-Blanc, est de 72 lits touristiques répartis dans 15 établissements[34]. La commune ne dispose ni d'hôtel, ni de camping[F 1].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune ne compte aucun monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques[35] ainsi qu'à l'inventaire général du patrimoine culturel[36]. Elle possède par contre un objet répertorié à l'inventaire des monuments historiques (bénitier en pierre du début du XVIIIe siècle)[37] et mais aucun à l'inventaire général du patrimoine culturel[38].

La commune conserve sur les hauteurs du chef-lieu les ruines d'une ancienne maison forte (ruiné au XVIIIe siècle)[14].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Nef de l'église de Sainte-Colombe.
Nef de l'église de Sainte-Colombe.
  • Église sous le patronage de Sainte Colombe[39]. Le nouvel édifice, de style néogothique, est construit entre 1859 et 1860. Elle est consacrée en 1865[40]. Elle abrite un harmonium fabriqué en 1860. La tempête du avait causé de lourds dégâts sur la commune et sur l'église. Restaurations : clocher (1970), toiture (1980), façades, sol, chauffage, peinture... vitraux (2010, 27 m2).

Arnold van Gennep au sujet de la patronne de la paroisse : « Elle est la patronne d’une paroisse dite plus anciennement Cons, et ceci dès 1477 ; mais cette paroisse n’a précisément pas de reliques de la sainte. Pourtant, Cons-Sainte-Colombe a été vers le milieu du XVe siècle un réceptacle étonnant de reliques. Par donation du 3 avril 1477, noble Urbain de Vieugy, habitant de cette paroisse au mandement d'Ugine, lui légua non moins de trente et une reliques insignes, de sorte que la petite église en eut plus à elle seule que Chambéry et Annecy réunis. »[39]. L'original du document est conservé aux Archives communales d'Annecy.

Van Gennep ajoute : « On est, à Cons-Sainte-Colombe et à Entremont, dans une sorte d’imbroglio de thèmes légendaires et hagiographiques vraiment étrange. »[41]

Patrimoine rural[modifier | modifier le code]

Photographie des fours à chaux (XVIII-XIXe siècles), rénovés
Fours à chaux (XVIIIe et XIXe siècles), rénovés en 2003-2004.
  • Fours à chaux, construits côte à côte au pied de la butte, exploités de 1750 à 1878, qui servirent à de nombreuses constructions locales (églises ou même le bâtiment de la préfecture de la Haute-Savoie). Ils ont été rénovés en 2003-2004 et l'ensemble a remporté le Prix de la région pour le patrimoine en 2008[42].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune appartenait au Parc naturel régional du Massif des Bauges[43], qui a obtenu en septembre 2011 le label international soutenu par l’UNESCO, Geopark, devenant ainsi la 1re réserve cynégétique (faune sauvage) et 3e Géopark de France (87e mondial)[44]. Ce label récompense la politique du parc de promotion de la richesse géologique du massif des Bauges.

La commune possède un espace classé zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) avec les « Massifs orientaux des Bauges »[45].

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « trois fleurs » au concours des villes et villages fleuris[46].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 279-281 « Le canton de Faverges », pp.304-305 « Cons-Sainte-Colombe ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le bassin annécien est ainsi constitué de territoires distincts : l'agglomération annécienne, le pays du Laudon (appelé aussi rives du lac), le pays de Faverges, la vallée de Thônes et Les Aravis. in Vincent Pacini et Isabelle Brun, « Le livre blanc du bassin annécien. Une démarche aussi instructive qu'opérationnelle », Futuribles, no 328,‎ , p. 26 (lire en ligne).
  2. Calcul réalisé à partir du site « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 6 juillet 2015).
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. La desserte médicale est le rapport du nombre de praticiens ou de structures de santé à la population. En région Rhône-Alpes, celle-ci est estimée en 2012 à 1 médecin généraliste pour 1 296 hab. Publication pour la région : [PDF] L‛Union Régionale des Médecins Libéraux Rhône-Alpes., « Le schéma de démographie médicale de la région Rhône-Alpes - Synthèse régionale », sur urps-med-ra.fr, Union régionale des professionnels de santé, (consulté le 12 avril 2014), p. 11.

Références[modifier | modifier le code]

Sources communales[modifier | modifier le code]

  1. « Dossier de Presse - De Sources PURES », sur le site de l'Office de Tourisme "Sources du Lac d'Annecy - Pays de Faverges" (consulté en décembre 2014).

Fiche Insee de la commune[modifier | modifier le code]

  1. « Chiffres clés Tourisme » (consulté en décembre 2014).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, publié en janvier 2007, révisé en mars 2010, consulté en juillet 2015, [lire en ligne].
  2. « Faverges, Cons, Marlens - Entre Bauges et Aravis : la trouée de Faverges - Ugine », sur le site GEOL-ALP (consulté le 6 juillet 2015), par Maurice GIDON, 1998-2012.
  3. « Dent de Cons, Belle-Étoile », sur le site GEOL-ALP (consulté le 6 juillet 2015), par Maurice GIDON, 1998-2012.
  4. a b c d e et f Histoire des communes savoyardes 1981, p. 304.
  5. « Les rivières du bassin versant : La Chaise », sur le site contrat-riviere-arly.com, site du Syndicat Mixte du Bassin Versant Arly (consulté le 6 juillet 2015).
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. a et b D'après Henry Suter, « Cons, Cons-Sainte-Colombe », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur site henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté en juillet 2014).
  8. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France. Formations préceltiques, celtiques, romanes, vol. 1 : Formations dialectales (suite) et françaises : étymologie de 35000 noms de lieux, Genève, Librairie Droz, , 708 p., p. 245.
  9. Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 139.
  10. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 12
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  11. Henri Ménabréa, Histoire de la Savoie, Bernard Grasset, (réimpr. 1960, 1976, 2009), p. 10.
  12. Alain Piccamiglio et Maxence Segard, « Le site de Viuz-Faverges/Casuaria (Haute-Savoie) : agglomération, sanctuaire et villa dans la cluse d'Annecy », Revue archéologique de Narbonnaise, vol. 38, no 39,‎ , p. 105-129 (lire en ligne).
  13. a b c et d Histoire des communes savoyardes 1981, p. 304-305, « La paroisse ».
  14. a b c d e f et g Histoire des communes savoyardes 1981, p. 305, « Féodalité : la seigneurie de Cons ».
  15. a b c d e f et g Histoire des communes savoyardes 1981, p. 305, « Vie économique ».
  16. « Marlens et Cons-Sainte-Colombe vont fusionner et donner naissance à la commune de Val-de-Chaise », Le Dauphiné libéré, 16 octobre 2015
  17. a et b « Cons-Sainte-Colombe », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 6 juillet 2015), Ressources - Les communes.
  18. François Miquet, Sobriquets patois et dictons des communes et hameaux de l'ancien genevois et des localités limitrophes, Annecy, , 27 p. (lire en ligne), p. 19.
  19. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  22. a b c d e et f [PDF] L‛Union Régionale des Médecins Libéraux Rhône-Alpes., « Le schéma de démographie médicale de la région Rhône-Alpes - Département de la Haute-Savoie », sur urps-med-ra.fr, Union régionale des professionnels de santé, (consulté le 12 avril 2014), p. 71.
  23. [PDF] L‛Union Régionale des Médecins Libéraux Rhône-Alpes. Étude dirigée par M. EVRARD, « Le schéma de démographie médicale de la région Rhône-Alpes - Département de la Haute-Savoie », sur urps-med-ra.fr, Union régionale des professionnels de santé, (consulté le 8 avril 2014), p. 63-64.
  24. « Haute-Savoie (74) > Cons-Sainte-Colombe > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 6 juillet 2015).
  25. a et b « Annuaire de recherche « Faverges » », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 8 avril 2014).
  26. Hugues Aspord (Principal), « Présentation - Historique du collège », sur le site du Collège Jean Lachenal de Faverges, (consulté le 8 avril 2014).
  27. Patrick, « Les SESSAD », sur le site de l'IEN ASH 74, (consulté le 8 avril 2014).
  28. « Paroisse Saint-Joseph en pays de Faverges », sur Site du diocèse d'Annecy (consulté le 9 avril 2015).
  29. « Carte du Doyenné de la Tournette », sur Site du diocèse d'Annecy (consulté le 9 avril 2015).
  30. « Horaire des messes », sur le site egliseinfo.catholique.fr de la Conférence des évêques de France (consulté le 13 mars 2015).
  31. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 7 juillet 2015).
  32. « Politique régionale et développement touristique en Rhône-Alpes », Revue de géographie alpine, vol. 75, no 2,‎ , p. 122 (lire en ligne).
  33. Conseil général de la Haute-Savoie - L'Observatoire Départemental, « Cons-Sainte-Colombe : Nombre de lits touristiques », Accueil> Le territoire> Données statistiques départementales> Liste résultats> Cons-Sainte-Colombe, sur site du CG 74 - L'Observatoire Départemental, (consulté le 20 décembre 2014) : « Source : Savoie Mont Blanc Tourisme ».
  34. « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergement (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  35. « Liste des monuments historiques de la commune de Cons-Sainte-Colombe », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. « Liste des lieux et monuments de la commune de Cons-Sainte-Colombe à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. « Liste des objets historiques de la commune de Cons-Sainte-Colombe », base Palissy, ministère français de la Culture.
  38. « Liste des objets de la commune de Cons-Sainte-Colombe à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  39. a et b Arnold van Gennep, La Savoie : vie quotidienne, fêtes profanes & religieuses, contes & légendes populaires, architecture & mobilier traditionnels, art populaire, (réimpr. Curandera), 653 p., p. 318.
  40. Françoise Dantzer, Les Bauges : Terre d'art sacré, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 251 p. (ISBN 978-2-8420-6272-9), p. 80.
  41. Monique Fillion - Veillées d'autrefois - Collection " Les Amis du Val de Thônes" no 26 - p. 366.
  42. CAUE74, « Valorisation des fours à chaux - Cons Sainte Colombe », sur wwwwww.caue74.fr (consulté en juillet 2014), dossier [PDF] « Un espace pédagogique au service de l'histoire ».
  43. Antoine Reille, Guide des parcs naturels régionaux : Le patrimoine naturel, la vie traditionnelle, Delachaux et Niestlé, , 319 p. (ISBN 978-2-60301-151-5), p. 199.
  44. « Le label Géopark a été présenté à la population », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  45. « Liste des ZNIEFF - Commune : Cons-Sainte-Colombe », ZNIEFF, sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) - inpn.mnhn.fr (consulté le 6 juillet 2015).
  46. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).