Metz-Tessy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Metz (homonymie) et Tessy.
Metz-Tessy
Vue du centre-ville.
Vue du centre-ville.
Blason de Metz-Tessy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Annecy-le-Vieux
Intercommunalité CA Annecy
Code postal 74370
Code commune 74181
Démographie
Gentilé Metz-Tesserans
Population 3 051 hab. (2013)
Densité 577 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 29″ nord, 6° 06′ 26″ est
Altitude Min. 423 m – Max. 708 m
Superficie 5,29 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Epagny Metz-Tessy
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 15.svg
Metz-Tessy

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 15.svg
Metz-Tessy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Metz-Tessy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Metz-Tessy

Metz-Tessy (se prononce Met-Tessy[1]) est une ancienne commune française située dans le département de la Haute-Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Depuis le , elle fait partie de la commune d'Epagny Metz-Tessy[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Metz-Tessy est située au nord des Alpes françaises, à une quarantaine de kilomètres de la Suisse et de Genève. Son altitude moyenne est de 461 m, elle culmine à 780 m. Son territoire de 529 hectares est inclus dans une sphère de développement urbain et économique dont l'épicentre est Annecy.

Géologie[modifier | modifier le code]

Sur le plan géologique, la commune est essentiellement composée d'une plaine recouverte de dépôts d'alluvions d'origine lacustre qui constituent une formation d'une superficie importante. Les molasses qui affleurent dans la zone du Crêt forment un mur imperméable.

Du point de vue paysager, la commune se présente comme un vaste amphithéâtre entouré d'une ceinture verte, largement ouvert au sud sur un paysage de montagnes, où les éléments naturels sont fortement visibles.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Metz est mentionné sous la forme latinisée Metis ou encore Maez au XIVe siècle, ainsi que la forme Méez[3].

Metz-Tessy est un toponyme composé de l'ancien nom du village Metz et du toponyme Tessy, ajouté en 1935[4],[5]. Le toponyme Metz semble trouver son origine dans le mot de l'ancien français meix, synonyme de oche désignant un jardin à proximité d'un village[3] ou une maison (même étymologie que mas et maison). Pour Charles Marteau, le toponyme Tessy représente l'ancien nom de domaine gallo-romain *Tessiacum, composé du gentilice Tessius et du suffixe -acum[6],[7] d'origine gauloise. Le lieu est mentionné en 1392.

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Mèznyi , selon la graphie de Conflans[8].

Ses habitants sont les Metz-Tesserans[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Charles Marteau découvre au XIXe siècle des tuiles à rebords au niveau de Tessy, qui serait le lieu d'implantation d'un ancien domaine antique, Tessiacum[6].

En 1686, Nicolas Baytaz achète la maison forte et la métairie de Tessy à Laurent de Montfalcon.

En 1699, après l'invasion de la Savoie par les troupes de Louis XIV (1690-1697), Nicolas Baytaz achète la seigneurie de Metz, d'une superficie de 523 ha, au duc de Savoie Victor-Amédée II.

En 1731, François-Nicolas de Ville, petit-fils de Nicolas Baytaz, hérite des biens de ses parents. À sa mort, ses biens reviennent à son cousin François-Louis, comte de La Croix.

En 1792, la Convention annexe la Savoie qui quitte donc le Piémont, mais en 1814 la Savoie réintègre l'État piémontais. Pendant cette période, la commune de Metz fait partie du département du Mont-Blanc.

En 1860, un plébiscite, entérinant le traité de Turin, unit la Savoie à la France ; la commune de Metz redevient française.

Metz devient Metz-Tessy par un décret du [4] à la suite des problèmes de distribution postale liés à la confusion avec la ville de Metz en Moselle, depuis le rattachement de l'Alsace-Lorraine à la France en 1919.

En 2015, les conseils municipaux d'Épagny et de de Metz-Tessy décident d'une fusion entre les deux communes[9]. La création de la commune nouvelle d'Epagny Metz-Tessy intervient le [2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Metz-Tessy

Les armes de Metz-Tessy se blasonnent ainsi : Coupé:au premier d'azur à la double croix d'argent cantonnée au chef à dextre d'une étoile d'or;au second d'or à l'aigle de sable à la bordure d'azur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Les maires de Metz-Tessy[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1900 1908 Auguste Dunand ... ...
1908 1911 Pétrus Dunand ... ...
1911 1945 Georges d'Asnières de Sales ... ...
1945 1947 Alexis Lavorel ... ...
1945 1947 Alexis Lavorel ... ...
1947 1953 Francis Guillermin ... ...
1953 1961 Johanny Robert ... ...
1961 1967 André Broissant ... ...
1967 1983 Louis Fontaine ... ...
1983 1999 Joseph Falconnat ... ...
1999 2008 Gérard Viale ... ...
2008 2015 Ségolène Guichard ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 3 051 habitants, en augmentation de 19,6 % par rapport à 2008 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
244 252 283 301 393 442 493 515 511
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
491 471 447 432 384 398 420 432 408
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
420 450 441 421 432 435 524 566 674
1982 1990 1999 2007 2011 2013 - - -
980 1 411 2 009 2 490 2 834 3 051 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La ville est le siège de la société PSB Industries, anciennement Pierre synthétique Baikowski, qui est spécialisée dans l'emballage et la chimie de spécialités.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle[modifier | modifier le code]

C'est en 1876 que les sœurs franciscaines firent entreprendre la construction de la chapelle de l'Institution Saint-Joseph. Lors de l'incendie du village, le , la charpente du clocher prit feu et fut sérieusement endommagée, ce qui retarda l'achèvement des travaux qui n'eut lieu qu'en 1893.

En 1910, le diocèse acheta les locaux de l'institution et le Grand Séminaire y fut installé de 1912 à 1923.

En 1928, les Frères de la Sainte-Famille créèrent l'Institut Saint-Joseph, qui de 1951 à 1959 fut uniquement consacré à l'enseignement agricole. En 1959, des classes secondaires y furent ajoutées.

1962 vit le rachat au diocèse par les Frères de la Sainte-Famille des locaux de l'Institution où ils purent créer leur juvénat (maison d'études où les futurs novices perfectionnent leur formation littéraire ou religieuse). L'année suivante, l'Institution sera entièrement occupée par ce juvénat et l'École Agricole[14] sera transférée à Chavanod.

En 1977, la commune racheta l'Institution en même temps que les 8 000 m2 de terrain sur lesquels se trouve l'actuelle mairie ; celle-ci est d'ailleurs installée dans l'ancien juvénat.

Elle a été rénovée en 2002 et la crypte située au rez-de-chaussée a été transformée en bibliothèque.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notice de Franck Gabayet, « Metz-Tessy Les Prés-Falquet », Archéologie de la France - Informations,‎ (lire en ligne).
  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 21-25, « Les cantons d'Annecy - Annecy-le-Vieux - Seynod », p. 174 « Metz-Tessy »..

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le -z final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe, Henri Dénarié, « Berlioz ne rime pas avec myxomatose », La Voix des Allobroges,‎ (lire en ligne) (Article publié dans le numéro 13 de la La Voix des Allobroges, été 2007) et Jean-Baptiste Serron avec Marc Bron, « Comment bien prononcer les noms de nos communes? », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne) .
  2. a et b Arrêté du 26 septembre 2015 portant création de la commune nouvelle d'Epagny Metz-Tessy, Journal officiel, 22 décembre 2015
  3. a et b Henry Suter, « Mais », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en octobre 2014).
  4. a, b et c « Metz-Tessy », Accueil > Ressources > Communes, sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en juillet 2014), Ressources - Les communes.
  5. Ldh/EHESS/Cassini, « Metz-Tessy », Notice communale, sur Des villages cassini aux communes d'aujourd'hui, sur le site cassini.ehess.fr (consulté en octobre 2014).
  6. a et b Gabayet 2008, p. 1.
  7. Henry Suter, « Tessy », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en octobre 2014).
  8. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 13
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  9. Haute-Savoie: Les communes d’Épagny et de Metz-Tessy vont fusionner, France Bleu Pays de Savoie, Richard Vivion, 28 septembre 2015
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  14. Lycée agricole de Poisy-Chavanod
  15. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).