Château de Giez (Haute-Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec le château de Gy (Gy, Haute-Saône) ou encore le château de Giez (Giez, Canton de Vaud).

Château de Gyez
Image illustrative de l’article Château de Giez (Haute-Savoie)
Nom local Château de Gy / Gye
Période ou style Médiéval
Type Maison forte
Début construction XIIIe siècle
Fin construction XIXe siècle
Propriétaire initial Famille de Chevron Villette
Destination initiale Famille de Chevron Villette
Destination actuelle Habitation - Exploitation agricole
Protection  Inscrit MH (1979, Façades, toitures et intérieur)
 Inscrit MH (1996, Communs et parc)[1]
Coordonnées 45° 45′ 05″ nord, 6° 14′ 46″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces du Duché de Savoie Genevois
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
commune française Giez

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Château de Gyez

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Gyez

Le château de Giez dit aussi de Gy ou Gye, est une ancienne maison forte du XIIIe siècle, remaniée au XVIe siècle et restaurée au XIXe siècle, qui se dresse sur la commune de Giez une commune française, dans le département de Haute-Savoie et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les façades, toitures et intérieur, font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Les communs et le parc font l'objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Situation[modifier | modifier le code]

Carte interactive pour le château.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Gy ou Gye est une ancienne maison forte[3],[4], dont l'origine pourrait remonter au début du XVe siècle. Le [5], Amédée VIII de Savoie, inféode la seigneurie de Giez à Pierre II de Villette, vice-bailli du Chablais, à charge héréditaire.

En 1430, Urbain Ier de Villette, en fait hommage au duc Louis Ier de Savoie[5]. Blanche de Savoie, régente, le [5] accorde à François de Villette, la « haute, moyenne et basse justice » avec droits de chasse et pêche. Urbain II de Villette créée une chapelle, dédicacée à Notre-Dame de Pitié et à sainte Barbe, dans l'église de Gyez. La famille de Chevron-Villette, en la personne d'Amédée III de Villette, verra ses terres de Gyez érigées en baronnie le [5] et par la suite en comté. La seigneurie regroupait en 1732[5], en plus de la maison forte, deux maisons de ferme, deux moulins, un battoir, une forge et un ensemble de terre évalué à 330 journaux dont 92 en bois. Elle est aujourd'hui toujours possession de la famille de Chevron-Villette.

Description[modifier | modifier le code]

Château et village

Le château de Giez est une maison forte, qui garde quelques traces de son rôle militaire, mais qui a été fortement transformée[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, Éditions La Découvrance, coll. « L'amateur Averti », , 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 338-340.
  • F. Coulin, « Monographie du château de Giez en Genevois au Mandement de Faverges », paru dans la Revue savoisienne, 1949, p. 23-29.
  • Christian Regat et François Aubert, Châteaux de Haute-Savoie : Chablais, Faucigny, Genevois, Éditions Cabédita, , 193 p. (ISBN 978-2-8829-5117-5), p. 88-89.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Château de Giez », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative (consulté le 19 février 2019)
  • « Cheminée du salon », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative (consulté le 19 février 2019)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Château de Gye », notice no PA00118400, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  3. Bernard Demotz, « La noblesse et la guerre dans la Savoie médiévale », dans Jacques Paviot et Jacques Verger, éditeurs scientifiques, Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge : Mélanges en l'honneur de Philippe Contamine, Paris, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, (ISBN 978-2-84050-179-4), p. 197-205.
  4. * Réjane Brondy, Bernard Demotz, Jean-Pierre Leguay, Histoire de Savoie - La Savoie de l'an mil à la Réforme, XIe-début XVIe siècle, Ouest France Université, , 626 p. (ISBN 2-85882-536-X, lire en ligne), p. 338. .
  5. a b c d et e Georges Chapier 2005, p. 338-340.
  6. Bernard Demotz, « Les fortifications de pierre dans le Comté de Savoie », L'Histoire en Savoie : revue de culture et d'information historique,‎ , p. 119-134 (lire en ligne).