Philippe de Savoie-Nemours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres des familles, voir : Maison de Savoie et Genevois-Nemours.
Philippe de Savoie-Nemours
Titre comte apanagiste de Genève
(1514-1533)
Autre titre Duc de Nemours (1528-1533)
Prédécesseur Charles II, dit Charles III
Successeur Jacques de Savoie-Nemours
Commandement lieutenant-général du duché de Savoie (1515-1519)
Autres fonctions évêque de Genève (1495–1509)
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Naissance
Château de Bourg-en-Bresse
Décès
Marseille
Père Philippe II de Savoie
Mère Claudine de Brosse
Conjoint Charlotte d'Orléans-Longueville
Enfants Jacques, Jeanne de Savoie-Nemours

Armoiries Savoie-Nemours.svg

Philippe de Savoie, né en 1490 au château de Bourg-en-Bresse, mort à Marseille le , est un comte apanagiste de Genève de 1514 à 1533 et duc de Nemours de 1528 à 1533. Il est le fils de Philippe II, duc de Savoie et prince de Piémont et de sa deuxième femme Claudine de Brosse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Philippe de Savoie est le troisième fils et septième enfantdu duc Philippe II de Savoie et de Claudine de Brosse[1]. Il est né en 1490 dans le château de Bourg-en-Bresse. Il est le frère des futurs ducs Philibert ll et Charles ll.

Ne pouvant prétendre à la succession du duché, il est d'abord destiné à une vie ecclésiastique. Dès l'âge de sept ans, il est élu évêque de Genève[1]. C'est, pour le XVe siècle, le quatrième prince de la Maison de Savoie nommé à la tête de cet important diocèse, après Pierre (1451-1458), Jean-Louis (1460-1482), et François (1484-1490).

Il est pourvu en commende de la Prévôté de l'Hospice du Grand-Saint-Bernard (1494-1509), des abbayes de Saint-Just de Suse et de Saint-Pierre de Rivalta en 1502.

Il participe à la bataille d'Agnadel le 14 mai 1509 au côté du roi de France, puis renonce à son évêché qu'il confie à Charles de Seyssel en novembre 1509, et à ses bénéfices ecclésiastiques.

Il devient comte de Genève dès cette époque et se consacre entièrement à la politique intérieure et extérieure menée par son frère, le duc Charles III de Savoie. En 1515, il est fait lieutenant-général du duché de Savoie, charge qu'il exerce encore en 1519.

En 1514, le duc Charles III de Savoie crée en faveur de son frère Philippe un apanage constitué du Comté de Genevois, des baronnies de Faucigny et de Beaufort, complétés de quelques terres en Bugey.

Philippe de Savoie et ses descendants fréquentent assidûment la Cour des rois de France, à commencer par la cour de François Ier[2].

Son neveu, le roi de France François Ier, fait donation à Philippe du duché de Nemours en 1528 à l'occasion de son mariage avec Charlotte d'Orléans-Longueville[3].

Les ducs de Savoie-Nemours présenteront la particularité d'être à la fois des princes français et savoyards, grands féodaux sur les deux rives du Rhône. Ils résideront le plus souvent en France, détermineront leurs propres alliances et administreront leur pays en nommant les présidents du conseil de Genevois qui sera situé à Annecy. Les présidents du conseil assumeront le gouvernement du Genevois au nom de leurs lointains souverains, sous la surveillance attentive des ducs de Savoie régnant à Chambéry, puis à Turin.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Il épouse en septembre 1528 Charlotte d'Orléans-Longueville (1512 † 1549). À cette occasion, son neveu François Ier de France lui donne le duché de Nemours[4].

De cette union sont issus:

Il a également un fils naturel Jacques dit de Savoie, abbé d'Entremont, doyen de l'église de N.-D. et prieur de Talloires[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph-Antoine Besson Mémoires pour l'histoire ecclésiastique des diocèses de Genève, Tarantaise,Aoste et Maurienne et du dècanat de Savoye, Henault imprimeur-libraire, Nancy 1759.
  • Laurent Perrillat, L'apanage de Genevois aux XVI° et XVII° siècles. Pouvoirs, Institutions et sociétés, Annecy, Académie Salésienne, 2006, 2.Vol.
  • Henri Baud (éditeur scientifique), Louis Binz (contributeur), Robert Brunel (contributeur), Paul Coutin (contributeur), Roger Devos (contributeur), Paul Guichonnet (contributeur), Jean-Yves Mariotte (contributeur) et Jean Sauvage (contributeur), Le Diocèse de Genève-Annecy, Paris, Editions Beauchesne, coll. « Histoire des diocèses de France », , 331 p. (ISBN 2-7010-1112-4, notice BnF no FRBNF34842416, lire en ligne).
  • Réjane Brondy, Bernard Demotz, Jean-Pierre Leguay, Histoire de Savoie - La Savoie de l'an mil à la Réforme, XIe-début XVIe siècle, Ouest France Université, , 626 p. (ISBN 2-85882-536-X).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michel Germain, Personnages illustres des Savoie, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-9156-8815-3), p. 413.
  2. Le roi François Ier, fils de Louise de Savoie, (sœur aînée de Philippe de Savoie-Nemours) et de Charles d'Orléans, comte d'Angoulême, est le propre neveu de Philippe
  3. Charlotte d'Orléans-Longueville descend du duc Louis Ier de Savoie. Elle fait partie des cousins issus-de-germains du roi François Ier. Elle descend également du roi de France Charles V par la branche bâtarde d'Orléans et par le comte de Dunois, compagnon de Jeanne d'Arc.
  4. « Propriétaires successifs et aménagements du château (XIIIe – XVIIe siècle) », sur http://www.nemours.fr, Nemours,‎ (consulté le 25 septembre 2013).
  5. François Mugnier, La vie et les poésies de Jean de Boyssonné, Slatkine, première impression en 1897 (H. Champion), réimprimé en 1971, 508 pages, p. 185 (Lire en ligne).