Val de Chaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Val de Chaise
Village de Marlens, vu depuis la RD 1508.
Village de Marlens, vu depuis la RD 1508.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Faverges
Intercommunalité C.C. des Sources du Lac d'Annecy
Maire
Mandat
Nicolas Blanchard
2016 - 2020
Code postal 74210
Code commune 74167
Démographie
Gentilé Valchaisans
Population
municipale
1 305 hab. (2014)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 07″ nord, 6° 21′ 00″ est
Altitude Min. 437 m
Max. 2 063 m
Superficie 18,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Val de Chaise

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Val de Chaise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Val de Chaise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Val de Chaise
Liens
Site web valdechaise.fr

Val de Chaise est, depuis le , une commune nouvelle française située dans le département de la Haute-Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle est issue de la fusion des communes de Cons-Sainte-Colombe et de Marlens

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vue du village de Cons-Sainte-Collombe.

Val de Chaise se situe dans le Sud du département de la Haute-Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes, au contact de la limite avec le département de Savoie.

Val de Chaise se trouve dans la vallée située en amont de la cluse et du lac d'Annecy, appelée vallée de Faverges, puis plus récemment pays de Faverges. Celui-ci appartient donc à l'ensemble plus vaste qu'est le bassin annécien, tout en formant une sous-entité bien distincte[Note 1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Serraval Le Bouchet-Mont-Charvin Rose des vents
Saint-Ferréol N Ugine
(Savoie)
O    Val de Chaise    E
S
Faverges-Seythenex Marthod
(Savoie)

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le fond de la vallée est parcouru par la rivière de la Chaise, qui se dirige vers Ugine pour rejoindre la rivière de l'Arly[1],[2]. Le torrent de la Chaise prend sa source dans le massif des Bornes, au niveau de la Riondaz, située au pied du mont Charvin[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune à proximité de l'axe de l'ex-RN508 aujourd'hui Route départementale 1508 qui se dirige au nord vers Annecy, via Faverges, et au sud vers Albertville, via Ugine. Dans cette direction, il est possible de rejoindre l'autoroute A41, située à 19 km à la sortie d'Albertville, permettant de se diriger vers les stations de sports d'hiver de la vallée de la Tarentaise ou de rejoindre la combe de Savoie menant à la vallée de Maurienne ou les métropoles de Chambéry ou de Grenoble. En remontant vers le nord, en traversant Annecy, il est également possible de rejoindre l'autoroute A430 (sortie Annecy-sud à 25 km ou Annecy-nord à 28 km) permettant de se rendre vers la vallée de l'Arve à l'est ou de se diriger vers Chambéry, via Aix-les-Bains à l'ouest. On peut éventuellement rejoindre l'autoroute A40, dite « Autoroute Blanche » en empruntant l'ancienne RN508 direction Frangy.

Le village est relié au reste du département et aux villes du département voisin par un service de car journalier assurant la liaison Annecy-Albertville par la société Voyages Crolard (Groupe Transdev), membre du réseau Lihsa (lignes interurbaines de Haute-Savoie)[M 1]. Il s'agit de la Ligne 51 dont les autocars effectuent de façon quotidienne dans la direction d'Annecy et sept à destination d'Albertville[M 1]. Les arrêts pour la commune se trouvent dans la plaine, sur les bords de la RN508.

À partir d'Annecy, on peut se connecter au réseau ferré de la plate-forme multimodale de la gare d'Annecy. Pour les vols internationaux, on peut emprunter soit l'aéroport français de Lyon-Saint-Exupéry (environ 145 km et 1 h 40), soit plus proche de Genève Cointrin en Suisse (environ 70 km et 1 h 00).

La commune est également parcourue par une piste cyclable ou voie verte, dite du lac d'Annecy, implantée sur l'ancien tracé de chemin de fer, longeant la RD1508, entre Annecy et Albertville, s'arrêtant pour la Haute-Savoie au niveau de Marlens[M 2],[3]. Le dernier tronçon reliant Giez à Marlens a été réalisé entre 2004-2005[3]. Elle mesure 30 km de long[M 2],[3]. Elle est gérée par le Syndicat intercommunal du lac d'Annecy (SILA)[3]. Cette piste cyclable est considérée comme l'une des plus fréquentées de France[3].

On peut se rendre également à Annecy par bateau grâce à l'une des trois liaisons journalières proposées par la Compagnie des bateaux du lac d'Annecy.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est un toponyme faisant référence à la portion de vallée — le val — où s'écoule la rivière de la Chaise qui traverse la commune. L'origine de cet hydronyme est latine casa, désignant un lieu habité[4]. La forme Aqua Chesie signifie « l'eau de la Chaise, l'eau qui passe à la Chaise[4]. » Le torrent est mentionné en 1375 sous la forme Aqua Chesie, puis Chèze en 1807[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , les conseils municipaux des communes de Marlens et Cons-Sainte-Colombe se sont réunis et ont décidé le regroupement de leurs communes respectives sous le nom de « Val de Chaise »[5].

L'arrêté préfectoral du [6] créant la commune reprend la graphie « Val de Chaise » choisie par les conseillers municipaux, graphie ensuite reprise par le Code officiel géographique[Insee 1] et par la presse locale[7], graphie non conforme aux règles de typographie française, car elle aurait dû être « Val-de-Chaise » avec des traits d'union, comme on la rencontre sur des sites web, voire un arrêté ministériel connexe[8].

La création de la nouvelle commune est effective depuis le par la fusion de ces communes, sous le régime juridique des communes nouvelles, instauré par la loi no 2010-1563 du de réforme des collectivités territoriales.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune appartient au canton de Faverges dans l'arrondissement d'Annecy[Insee 1]. La ville de Faverges-Seythenex en est le bureau centralisateur[9].

Elle est aussi membre de la communauté de communes des Sources du Lac d'Annecy (ex-CC du pays de Faverges), et qui comporte six autres communes du pays de Faverges. Elles font suite à l'ancien SIVOM de Faverges[10].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le siège de la commune se trouve au village de Marlens[5],[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016 en cours Nicolas Blanchard[11]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 2014. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2019[13],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 305 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
2014
1 305
Population municipale [15].
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999 puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique


Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Marlens
(siège)
74167 CC du Pays de Faverges 15,23 909 (2013) 60
Cons-Sainte-Colombe 74084 CC du Pays de Faverges 3,47 372 (2013) 107

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le pays de Faverges est tourné vers le tourisme avec notamment la présence du lac d'Annecy, les stations de ski de La Sambuy-Seythenex, du Val de Tamié et de Montmin, ainsi que l'exploitation du riche patrimoine local (musées, châteaux, etc.). Val de Chaise dispose également d'un site rénové et pédagogique libre d'accès des anciens fours à chaux (village de Cons-Sainte-Collombe). La promotion touristique du pays de Faverges et de la commune se fait par l'intermédiaire de l'office du tourisme de la communauté de commune, « Sources du lac d’Annecy - Pays de Faverges ». L'office de tourisme cantonal, mis en place dans les années 1980[16], est installé dans l'ancienne mairie de la ville de Faverges.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine rural[modifier | modifier le code]

Photographie des fours à chaux (XVIII-XIXe siècles), rénovés
Fours à chaux (XVIIIe et XIXe siècles), rénovés en 2003-2004.
  • Fours à chaux (village de Cons-Sainte-Collombe), exploités de 1750 à 1878, qui servirent à de nombreuses constructions locales (églises ou même le bâtiment de la préfecture de la Haute-Savoie). Ils ont été rénovés en 2003-2004 et l'ensemble a remporté le Prix de la région pour le patrimoine en 2008[19].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune possède trois espaces classés zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) : les « Massifs orientaux des Bauges »[20], « Ensemble des pelouses sèches de la Cluse d'Annecy »[21] et « Chaîne des Aravis »[22]. Une partie du territoire de la commune appartient au Site d'importance communautaire des Aravis, classé site Natura 2000 de la Haute-Savoie[23].

La commune se trouve également à proximité du Parc naturel régional du Massif des Bauges[24], qui a obtenu en septembre 2011 le label international soutenu par l’UNESCO, Geopark, devenant ainsi la 1re réserve cynégétique (faune sauvage) et 3e Géopark de France (87e mondial)[25]. Ce label récompense la politique du parc de promotion de la richesse géologique du massif des Bauges.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 279-281 « Le canton de Faverges ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le bassin annécien est ainsi constitué de territoires distincts : l'agglomération annécienne, le pays du Laudon (appelé aussi rives du lac), le pays de Faverges, la vallée de Thônes et Les Aravis. in Vincent Pacini et Isabelle Brun, « Le livre blanc du bassin annécien. Une démarche aussi instructive qu'opérationnelle », Futuribles, no 328,‎ , p. 26 (lire en ligne).
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Sources communales[modifier | modifier le code]

  1. a et b PLUi Partie 1, p. 41-43.
  2. a et b PLUi Partie 1, p. 44-45.

Fiche Insee de la commune[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Commune de Val de Chaise (74167) », sur le Code officiel géographique publié par l'Insee (consulté le 21 octobre 2016).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Les rivières du bassin versant : La Chaise », sur le site contrat-riviere-arly.com, site du Syndicat Mixte du Bassin Versant Arly (consulté le 28 décembre 2013).
  2. [PDF] « Étude hydromorphologique des cours d'eau du bassin de l'Arly (Rapport définitif) », sur du portail "Les documents techniques sur l'eau" - documentation.eaufrance.fr (consulté en août 2014), publié en août 2010.
  3. a, b, c, d et e « Voie Verte - Présentation », sur Site du Syndicat intercommunal du lac d'Annecy (SILA) - www.sila.fr (consulté en août 2014).
  4. a, b et c Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 331.
  5. a et b Franck Grassaud, « Les communes de Cons-Sainte-Colombe et Marlens fusionnent pour devenir "Val de Chaise" », france3-regions,‎ (lire en ligne).
  6. a et b Recueil des actes administratifs - Haute-Savoie, no 76 du , p. 65/76, consulté le 21 décembre 2016.
  7. IM, « Les communes de Cons-Sainte-Colombe et Marlens fusionnent pour devenir "Val de Chaise" », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  8. Arrêté du 18 décembre 2015 portant réorganisation de postes comptables des services déconcentrés de la direction générale des finances publiques.
  9. Décret n° 2014-153 du 13 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie..
  10. Marité Martiney, « La communauté de communes à de grands projets », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne), p. 12.
  11. La Rédaction, « Nicolas Blanchard devient le maire de la nouvelle commune », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2009 .
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années [ 2012]
  16. « Politique régionale et développement touristique en Rhône-Alpes », Revue de géographie alpine, vol. 75, no 2,‎ , p. 122 (lire en ligne).
  17. Félix Bernard, L'Abbaye de Tamié, ses granges (1132-1793), Imprimerie Allier, , 307 p., p. 130.
  18. Arnold van Gennep, La Savoie : vie quotidienne, fêtes profanes & religieuses, contes & légendes populaires, architecture & mobilier traditionnels, art populaire, (réimpr. Curandera), 653 p., p. 318.
  19. CAUE74, « Valorisation des fours à chaux - Cons Sainte Colombe », sur wwwwww.caue74.fr (consulté en juillet 2014), dossier [PDF] « Un espace pédagogique au service de l'histoire ».
  20. « Massifs orientaux des Bauges », ZNIEFF, sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) - inpn.mnhn.fr (consulté en août 2017).
  21. « Ensemble des pelouses sèches de la Cluse d'Annecy », ZNIEFF, sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) - inpn.mnhn.fr (consulté en août 2017).
  22. « Ensemble des pelouses sèches de la Cluse d'Annecy », ZNIEFF, sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) - inpn.mnhn.fr (consulté en août 2017).
  23. « Les Aravis », Sites Natura 2000, sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) - inpn.mnhn.fr (consulté en août 2017).
  24. Antoine Reille, Guide des parcs naturels régionaux : Le patrimoine naturel, la vie traditionnelle, Delachaux et Niestlé, , 319 p. (ISBN 978-2-60301-151-5), p. 199.
  25. « Le label Géopark a été présenté à la population », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).