Talloires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Talloires
Talloires, au bord du lac d'Annecy.
Talloires, au bord du lac d'Annecy.
Blason de Talloires
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Faverges
Intercommunalité Communauté de communes de la Tournette
Code postal 74290
Code commune 74P03
Démographie
Gentilé Talloiriens
Population 1 733 hab. (2013)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 28″ nord, 6° 12′ 52″ est
Altitude Min. 440 m
Max. 2 320 m
Superficie 20,69 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Talloires-Montmin
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 15.svg
Talloires

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 15.svg
Talloires

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Talloires

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Talloires

Talloires est une ancienne commune française située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes. Située sur la rive est du lac d'Annecy, la commune est membre de la communauté de communes de la Tournette.

Au , la commune fusionne avec celle de Montmin pour former la commune nouvelle de Talloires-Montmin[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Talloires et les communes voisines.
Talloires et les communes voisines.

Talloires se situe sur la rive Est du Lac d'Annecy, à 447 mètres d'altitude, à 13 km d'Annecy, au pied des Dents de Lanfon (1 824 m) et de la Tournette (2 351 m) point culminant du massif entourant le lac.

La commune est délimitée d'un côté par le lac et de l'autre par les montagnes.

Sa superficie est de 20,69 km2 [2] et si on ajoute la partie du lac incluse dans la commune d'environ 25,50 km2.

Climat[modifier | modifier le code]

Vue depuis les rives de Talloires sur le lac et le sud.

Le climat y est de type montagnard, mais adouci en période hivernale par la présence du lac d'Annecy. Globalement, la commune est exposée à l'Ouest et au Sud et protégée du vent du Nord par les montagnes et le Roc de Chère. Le plateau du bas avec une altitude d'environ 500 m était couvert de vignes au début du XXe siècle.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune de Talloires est située sur la départementale D 909A, longeant le lac d'Annecy sur sa rive Est. L'autoroute A41 pour Chambéry, Grenoble, Lyon ou Genève est située à 15 km (en allant vers Annecy) et l'autoroute A43 pour la vallée de la Maurienne, l'Italie, Grenoble est joignable à une quarantaine de kilomètres (en direction d'Albertville). Talloires est à presque équidistance des tunnels routiers du Mont-Blanc et du Fréjus pour accéder à l'Italie.

La commune est reliée au reste du département par un service de d'autocar journalier assurant la liaison Annecy-Talloires par la société Voyages Crolard (Groupe Transdev), membre du réseau Lihsa (lignes interurbaines de Haute-Savoie). Il s'agit de la ligne 61 dont les autocars effectuent de façon quotidienne environ huit allers-retours avec Annecy.

Pendant l'été, une ligne nautique par bateau relie Annecy à Talloires pendant l'été, et une « éco-navette » gratuite relie les différents hameaux de la commune au bourg.

À partir d'Annecy, on peut se connecter au réseau ferré de la plate-forme multimodale de la gare d'Annecy. Les aéroports les plus proches sont l'aéroport Genève Cointrin en Suisse (54 km) et l'aéroport Lyon-Saint-Exupéry (136 km). L'aéroport d'Annecy Haute-Savoie Mont-Blanc (17 km) situé sur la commune de Meythet est tourné vers l'aviation d'affaires et de loisirs uniquement.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Vue des hameaux des Granges et d'Echarvines.

L'occupation humaine de l'espace communal se répartit sur le bourg et dix hameaux, près du lac et sur les deux plateaux alpins :

  • le plateau du bas avec Le Bourg, Balmette et Angon ;
  • le plateau du milieu avec Les Granges, Perroix et Écharvines ;
  • le plateau du haut avec Verel, la Sauffaz, la Piraz, Rovagny et Ponnay.

Le reste du territoire est constitué d'alpages et de montagne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Talloires est un toponyme d'origine inconnue[3].

Les premières mentions remontent au IXe siècle. On trouve ainsi Talgurium en 867[3], dans une charte du roi Lothaire II de Lotharingie où il fait une donation à sa femme Thieteberge[4],[5], puis cellam quae vocatur Talgeria en 879[3], où le roi Boson de Provence donne à l'abbaye de Tournus le lieu-dit Talgeria[6]. La donation est confirmée en 916 par Charles-le Simple, avec la forme Talgariam[3],[7].

Au XIe siècle, les documents utilisent les étymons Tallueriis villa entre 1016-1018, Talueriis en 1031-1032[3]. L'église paroissiale est mentionnée sous la forme ecclesia Sanctae Mariae Tallueriis en 1108 et le prieur, prior Tallueriarum, vers 1344[3].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Talouère (graphie de Conflans) ou Talouères (ORB)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue plongeante sur le village et la rive ouest du lac, le château de Duingt, le sommet du Semnoz

Périodes préhistorique et antique[modifier | modifier le code]

Les archéologues ont observé une présence de populations dès le Néolithique sur les bords du lac et dans quelques grottes situées sur les rives.

Le territoire se trouve en territoire des Allobroges qui contrôlent l'avant-pays plat, entre le Rhône et les Alpes[9].

Les Romains interviennent dans les environs à partir du IIe siècle av. J.-C.. Une fois le territoire pacifié, ils construisent des routes afin de commercer et notamment la route secondaire reliant Turin à Genève, passant par le village de Verthier en provenance de la mansio Casuaria (village de Viuz sur la commune de Faverges), qui se développe au Ier siècle, sur la rive droite du lac[10].

Période médiévale[modifier | modifier le code]

Talloires est mentionné dès le IXe siècle, lorsque la villa est donnée en 867 par le roi Lothaire à son épouse Thiedberge[4]. La donation de l'église faite à l'abbaye de Tournus par le roi Boson en décembre 879 est confirmée en 916[6] par le roi Charles-le Simple[7] et en 941 par Louis-d'Outremer.

Rodolphe III de Bourgogne donne en 1018, sous l'impulsion de sa femme Ermengarde, le domaine de Talloires (église dédiée à cette époque à sainte Marie, saint Pierre et saint Maurice, dépendances) aux moines de Savigny[11]. Le prieuré s'installe sur la rive du lac d'Annecy, face au prieuré de Saint-Jorioz (fondé au IXe siècle) dans le pagus de l'Albanais (in pago Albanense in villa quæ vocatur Talueriis). La reine complète la donation en 1030[11]. Celle-ci l'offre à l'abbé bénédictin Itier ou Itier (1018-1044) de Savigny (attestée en 817), qui envoie quatre moines : Ismius, Ismidon, Ruph et Germain[11],[12]. L'abbaye est investie par des moines de Cluny[13]. Les papes Pascal II en 1107, Calixte II en 1123 et Eugène III en 1145 confirment sa création. Le premier prieur de l'abbaye, Germain de Talloires, vécut en ermite de 1033 à 1060 dans une grotte au-dessus de Talloires[14]. Parmi les autres prieurs, on trouve dans le Régeste genevois, les mentions de Ismidus (début du XIIe siècle), Odilon (milieu du XIIe siècle), Jean (début du XIIIe siècle), Guillaume (milieu du XIIIe siècle), Jacques de Lully (fin du XIIIe siècle).

Les bâtiments actuels de l'abbaye ont commencé à être érigés en 1681 et comprenaient un hôpital et une maladrerie sur le site d'Angon.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1860, l'impératrice Eugénie est hébergée à la villa Santa Maria, construite en 1850 avec des pierres de l'église de l'abbaye brûlée lors de la Révolution française.

En 1902, le premier cliché de photographie en couleurs fut réalisé dans le cloître de l'abbaye par le physicien français Gabriel Lippmann.

En février 1986, le dictateur Jean-Claude Duvalier, sa famille et sa suite, fuyant Haïti dont il était président depuis 1971, s'installent pour trois semaines à l'abbaye, après réquisition de l'hôtel par l'État.

Les 5 et 6 juin 2004, les ministres de la Recherche de l'Union européenne se sont réunis à l'abbaye de Talloires.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville.

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune appartient au canton de Faverges, qui depuis le redécoupage cantonal de 2014, est composé de 27 communes dont Alex, Lathuile, La Balme-de-Thuy, Chevaline, Le Bouchet-Mont-Charvin, Les Clefs, Cons-Sainte-Colombe, La Clusaz, Doussard, Entremont, Giez, Dingy-Saint-Clair, Marlens, Le Grand-Bornand, Montmin, Lathuile, Saint-Ferréol, Seythenex, Manigod, Saint-Jean-de-Sixt, Les Villards-sur-Thônes, Lathuile, Thônes, Veyrier-du-Lac, Serraval. La ville de Faverges en est le bureau centralisateur[15]. Auparavant la commune était attachée au canton d'Annecy-le-Vieux.

Elle est aussi membre de la Communauté de communes de la Tournette, qui comporte quatre communes.

La commune relève de l'Arrondissement d'Annecy et de la Deuxième circonscription de la Haute-Savoie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    M. Burdeyron RPR Chirurgien -Dentiste
mars 1988 en cours
(au avril 2014)
Jean Favrot DVD
Liste Union de la droite (2014)
médecin

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Talloires est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Talloiriens[16].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 1 733 habitants, en augmentation de 6,58 % par rapport à 2008 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 107 1 095 1 082 1 126 1 207 1 327 1 214 1 183 1 172
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 158 1 125 1 071 1 051 892 844 730 695 645
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
581 563 594 598 641 754 623 700 785
1982 1990 1999 2005 2010 2013 - - -
931 1 287 1 448 1 469 1 690 1 733 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Talloires est située dans l'académie de Grenoble. En 2016, elle administre une école maternelle et une école élémentaire regroupant 150 élèves[20].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La fête du livre (mai). Une trentaine d'auteurs sont venus en 2010 à la rencontre du public pour la première édition.
  • Les « Pyroconcerts», (dernière semaine d'août) associent sur l'eau des musiques (classique/jazz) et des feux d'artifice qui magnifient la baie de Talloires.
  • « Montée de la Tournette », course en montagne (septembre).
  • Concerts de musique classique dans le cadre médiéval de l'abbaye de Talloires et du prieuré (toute l'année)
  • Expositions de sculpture et de peinture (toute l'année)
  • Conférences au Prieuré (été)
  • Marché hebdomadaire en été le jeudi
  • Cinéma
  • Bibliothèque
  • Feu d'artifice et bals

Santé[modifier | modifier le code]

Le maire actuel est le médecin de la commune. La pharmacie la plus proche se situe à 5 minutes à Menthon-Saint-Bernard, en direction d'Annecy. Talloires dispose également d'un cabinet d'infirmières, d'un cabinet d’ostéopathie et d'un kinésithérapeute.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS radio, Radio Semnoz… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale du bassin annécien. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Genevois, le Courrier savoyard.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Talloires est réputée depuis le siècle dernier pour être un lieu apprécié de villégiature. La commune compte une dizaine d'hôtels et de restaurants, dont plusieurs renommés pour leur emplacement exceptionnel au bord du lac.

En 2015, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 4 315 lits touristiques répartis dans 476 structures[Note 2]. Les hébergements marchands se répartissent comme suit : 34 meublés ; une résidence de tourisme ; 11 hôtels ; 4 structures d'hôtellerie de plein air et une auberge de jeunesse[22]. Le secteur non marchand représente environ 2 000 lits touristiques, situés dans 425 résidences secondaires[22].

Commerces[modifier | modifier le code]

Le village possède :

  • une boulangerie, une supérette, une maison de la presse-tabac, un coiffeur, deux galeries de peinture, un magasin de décoration, un magasin de souvenirs et vêtements ;
  • plusieurs bars avec restauration.
  • une salle de cinéma d'une capacité de 120 places.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments civils[modifier | modifier le code]

  • Maison Depommier (peintures du XVIIe s.[23]).
  • Le pont médiéval des fées
  • Inscriptions romaines

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

L'illustraton est une photographie ancienne colorisée. Elle montre un village accolé au lac d'Annecy. Tous les coteaux aux premier et deuxième plans sont couverts de vigne. En arrière-plan, les pentes fortes sont boisées.
Vignoble autour de Talloires à la fin du XIXe siècle.
  • Parc du prieuré de deux hectares de l'université Tufts. Jardin expérimental des plantes autonomes, créé en 2003 regroupant quelque 2 500 plantes, proposant les alternatives aux méthodes d'entretien courante grâce à la diversité écologique (entrée payante).
  • La réserve naturelle du Roc de Chère
  • La cascade d'Angon

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Talloires et les arts[modifier | modifier le code]

Talloires et la peinture[modifier | modifier le code]

Article connexe : Lac d'Annecy dans la peinture.

L'anse de Talloires, perle du lac d'Annecy, a inspiré de nombreux peintres dont Paul Cézanne qui y peint Le Lac bleu (1896 Institut Courtauld - Londres), Albert Besnard, Paul Chabas, Mathey, Édouard Cortès[30], André-Charles Coppier et visité par de nombreuses célébrités mondaines, l'impératrice Eugénie et Napoléon III, la reine mère d'Angleterre et l'Aga Khan, Hippolyte Taine, Ernest Renan, Alphonse de Lamartine, Winston Churchill, le Shah d'Iran , Grace Kelly et le prince Rainier de Monaco, Richard Nixon.

Talloires et la littérature[modifier | modifier le code]

J'ai vu un paysage merveilleux, tout baigné de lumière bleue et de clartés dormantes. La Roche-Murraz, la Tournette semblaient aériennes, irréelles, perdues dans une brume d'argent qui grandissaient les formes en estompant les contours. Une planète d'or scintillait au-dessus des crêtes dentelées de Lanfon.

Gaston Deschamps, Le Chemin fleuri

Talloires et le cinéma[modifier | modifier le code]

Plusieurs films ont été tournés à Talloires :

Campus Européen de l'université Tufts[modifier | modifier le code]

L'université Tufts (en anglais : Tufts University) est une institution éducative de Somerville et Medford, près de Boston,Massachusetts aux États-Unis, fondée en 1852. Elle possède à Talloires son campus européen (The Tufts European Center) dans d'anciens bâtiments religieux du XIe siècle, achetés en 1958 par Donald MacJannet et son épouse. En 1978, le couple en a fait don à la Tufts[31].

Plaque de l'université Tufts.

Chaque année, le campus européen reçoit des étudiants pour un programme d'études en juillet, destiné à des étudiants en études supérieures qui apprennent le français. En complément le campus reçoit d'autres étudiants de mai à fin juin. Le site est aussi un lieu de rassemblement de conférences internationales, notamment la Déclaration de Talloires[32] (Talloires Declaration (en)). Celle-ci s'est déroulée en 1990, réunissant 22 universités provenant de 23 pays. Le texte engage les établissements d'enseignement supérieur à être des leaders dans le développement, la création et le maintien de la sustainability (soutenabilité, durabilité). Ce texte a été signé par des institutions d'enseignement supérieur de 49 pays. En 2005, une nouvelle conférence du « Réseau Talloires » a adopté une autre déclaration Sur les rôles civiques et les responsabilités sociales de l'enseignement supérieur.

Le campus de Talloires est classé aux USA comme un des meilleurs campus étrangers par l'association nationale des administrateurs de campus universitaires (National Association of Branch Campus Administrators)[33].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Talloires

Les armes de Talloires se blasonnent ainsi : De gueules à la croix d'argent; à un cygne contourné aussi d'argent nageant sur une champagne ondée d'azur brochant sur le tout.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 21-25, « Les cantons d'Annecy - Annecy-le-Vieux - Seynod », p.204-210 « Talloires ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, des meublés,des auberges de jeunesse, des villages vacances; et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale, principalement des résidences secondaires[22].

Références[modifier | modifier le code]

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « INFOS DE LA MAIRIE », sur www.montmin-col-forclaz.com (consulté le 15 novembre 2015).
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. a, b, c, d, e et f Henry Suter, « Article « Talloires » », sur le site Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, site personnel de henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009 (consulté le 22 décembre 2015).
  4. a et b Régeste genevois, no 95, acte du , côte REG 0/0/1/095, sur le site de la Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice (Suisse) - digi-archives.org.
  5. Jean-Louis Grillet, Dictionnaire historique, littéraire et statistique des départements du Mont-Blanc et du Léman, contenant l'histoire ancienne et moderne de la Savoie, vol. 3, t. 2, Chambéry, J.F. Puthod, , p. 397 (tome III). (lire en ligne).
  6. a et b Régeste genevois, no 101, acte du , côte REG 0/0/1/101, sur le site de la Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice (Suisse) - digi-archives.org.
  7. a et b Régeste genevois, no 118, acte du , côte REG 0/0/1/118, sur le site de la Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice (Suisse) - digi-archives.org.
  8. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 13
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  9. Henri Ménabréa, Histoire de la Savoie, Bernard Grasset, (réimpr. 1960, 1976, 2009), p. 10.
  10. Alain Piccamiglio et Maxence Segard, « Le site de Viuz-Faverges/Casuaria (Haute-Savoie) : agglomération, sanctuaire et villa dans la cluse d'Annecy », Revue archéologique de Narbonnaise, vol. 38, no 39,‎ , p. 105 (lire en ligne).
  11. a, b et c Histoire des communes savoyardes 1981, p. 204-210 « Talloires ».
  12. Michel Germain, Personnages illustres des Savoie, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-9156-8815-3), p. 283.
  13. Francis Wey, La Haute Savoie. Récits d'histoire et de voyage, 1866, p.145
  14. Jean Prieur et Hyacinthe Vulliez, Saints et saintes de Savoie, La Fontaine de Siloé, , 191 p. (ISBN 978-2-8420-6465-5), p. 42-43.
  15. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté en août 2014).
  16. « Talloires », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 29 avril 2015), Ressources - Les communes.
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  20. « Haute-Savoie (74) > Talloires > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté en août 2017).
  21. R. Durieux Escalade Choisie aux environs du lac d'Annecy (Haute Savoie), 2007 - fiche de la falaise d'Angon sur le site FFME
  22. a, b et c « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements »
  23. Notice Base Mémoire
  24. Notice no PA00118445, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. Paroisse de Menthon-Saint-Bernard - Saint-Germain du lac, « Saint-Germain sur Talloires », sur www.diocese-annecy.fr, (consulté en juillet 2013).
  26. « Œuvres mobilières de Talloires », base Palissy, ministère français de la Culture.
  27. Notice no PA00118446, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. Abbé Gonthier, « Les évêques de Genève du Grand Schisme a la Reformation », Mémoires & documents publiés par l'Académie salésienne, t. 22,‎ , p. 144 (lire en ligne).
  29. Fiche sur Sabaudia.org
  30. Chalets à Talloires, vente Camard 14-6-2013, Drouot
  31. Anne Sauer, Tufts University, Arcadia Publishing, , 128 p. (ISBN 978-0-73850-853-5, lire en ligne), p. 61.
  32. (en) « Tufts University European Center in Talloires, France » (consulté le 3 août 2015).
  33. (en) Abigail Feldman, « Talloires program ranked among best branch campuses » [archive du ].