Jarsy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jarsy
Jarsy rue principale avec vue sur la dent de Pleuven
Jarsy rue principale avec vue sur la dent de Pleuven
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Saint-Alban-Leysse
Intercommunalité Chambéry métropole - Cœur des Bauges
Maire
Mandat
Pierre Dupérier
2014-2020
Code postal 73630
Code commune 73139
Démographie
Gentilé Jarselains
Population
municipale
275 hab. (2014 en diminution de 2,14 % par rapport à 2009)
Densité 8,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 28″ nord, 6° 10′ 47″ est
Altitude Min. 697 m
Max. 2 217 m
Superficie 32,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Jarsy

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Jarsy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jarsy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jarsy

Jarsy est une commune française de la région Auvergne-Rhône-Alpes, située dans le département de la Savoie, au cœur du massif montagneux des Bauges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Jarsy est situé dans les « Bauges devant » au pied de la dent de Pleuven (1 771 m) sur un replat qui domine la vallée du Chéran. Il est entouré par les plus hauts sommets du massif, notamment l'Arcalod (2 217 m) et le Trélod (2 181 m).

Géographie administrative[modifier | modifier le code]

Le territoire est limitrophe à l'intérieur des Bauges de ceux des communes d'École, de la Compôte et de Doucy, et au niveau des lignes de crête ou des lignes de source de ceux de Chevaline, Doussard, Giez, Seythenex en Haute-Savoie, de Plancherine, Verrens-Arvey et Cléry en Savoie.

Communes limitrophes de Jarsy
Doucy Chevaline, Doussard, Giez Seythenex, Plancherine
La Compôte Jarsy Verrens-Arvey
École Cléry

Le finage s'étend sur 3 268 ha et s'étage sur un dénivelé de 1 520 m, entre les altitudes de 697 m à l'endroit où le Chéran passe sur le territoire communal de la Compôte et de 2 217 m à la pointe de l'Arcalod, point culminant du massif des Bauges.

Plusieurs hameaux dépendent de la commune de Jarsy : Belleville, Carlet, le Coudray, Être, Précherel, Rière-Bellevaux, Sur Roche et Très Roche.

Géologie[modifier | modifier le code]

Jarsy dominée par la dent de Pleuven (à gauche) et l'Arcalod (à droite).
Jarsy en hiver vue depuis la crête du bois de la Fullie.

Les reliefs sont typiques des Préalpes françaises du nord. Le caractère inversé y est ici particulièrement bien marqué avec la présence de synclinaux perchés comme celui de Serraval où se trouvent les chalets d'Orgeval et d'anticlinaux surcreusés comme celui de Chérel.

Les falaises claires de calcaire urgonien du Crétacé inférieur (âge barrémien) de la dent de Pleuven et de l'Arcalod sont les éléments les plus visibles de l'environnement géologique de Jarsy. Ces barres rocheuses surmontent un ensemble monotone et épais de près de 1 000 m de couches argilo-calcaires à lits siliceux plus anciennes (âges hauterivien à valanginien).

En fond de vallée, notamment au niveau de la falaise d'Être, mais aussi dans l'axe érodé de l'anticlinal de Chérel, les calcaires jurassiques d'âge tithonien apparaissent[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Sur les bordures sud et est du territoire communal ou à proximité, coule le Chéran, principale rivière des Bauges. Plusieurs affluents venant de Jarsy viennent en gonfler le cours, principalement d'ouest en est : les ruisseaux (ou nants) de Chérel, de Jarsy, des Molines, de l'Enfer et d'Orgeval[2].

Habitats naturels[modifier | modifier le code]

L'étagement altitudinal, la diversité des expositions, les pratiques pastorales et sylvicoles, l'exode rural et la mise en protection de certains territoires ont assuré le maintien d'habitats naturels remarquables et variés. Quatre zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type 1 sont en partie situées sur le territoire de Jarsy :

  • la ZNIEFF no 820031333[3] des « pelouses sèches d'Être », couvrant aussi une partie des territoires d'École et de la Compôte, située à 800 m d'altitude, constituée d'une petite falaise couverte de forêts thermophiles et de pelouses à orchidées ;
  • la ZNIEFF no 820031339[4] des « bois de Pré Poirier et du Pré Lamy », qui correspond à la combe entre la Montagne du Charbon et les Hautes-Bauges ;
  • la ZNIEFF no 820031340[5] de la « Montagne du Charbon », notamment autour des reliefs de la dent de Pleuven et du Trélod ;
  • la ZNIEFF no 820031346[6] des « Hautes-Bauges », qui correspond aux plus hauts sommets du massif.

Les forêts occupent les versants des montagnes. Ce sont majoritairement des forêts publiques dont notamment la forêt communale de Jarsy (279 ha)[7], la forêt sectionale de Carlet Très Roche (96 ha environ)[8], la forêt départementale de Coutarce (126 ha)[9] et une grande partie de la forêt domaniale de Bellevaux (600 ha sur 1679)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Jarsy dérive de Jarsiacum (mentionné dès le XIIe siècle) et de ses variantes, et pourrait se rapporter au nom ou surnom romain de Gercius[11]. Le nom de la commune, comme celui de ses habitants (les Jarselains), se prononce avec le son [z] pour le « s » central. En francoprovençal, selon la graphie de Conflans, il s'écrit d'ailleurs Jarzi[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après les recherches de l'historien Léon Menabrea, Jarsy aurait été au Xe siècle le lieu de retranchement d'un groupe de Sarrasins qui y aurait fondé une colonie avant de se convertir au christianisme. Le souvenir de cette origine aurait persisté jusqu'au XIXe siècle chez les baujus[13].

Jarsy est aussi l'un des premiers lieux où les moines de l'abbaye d'Hautecombe se constituent un domaine dans les Bauges. Ils y reçoivent, en 1192, une importante donation suivie par d'autres[14]. Et c'est ainsi que lors du recensement cadastral de 1738, les possessions de l'abbaye sur la commune actuelle de Jarsy s'élèvent à plus de cinq cents hectares (525 exactement, ce qui en fait la plus importante possession en surface de l'abbaye)[15].

La paroisse de Jarsy reçoit la visite d'inspection de l'évêque François de Sales, le lundi 10 juillet 1606.

Le 4, 5 et 6 juillet 1944, une division allemande entre dans le massif des Bauges en passant par les crêtes à la recherche des maquisards et des réfugiés juifs. Cinq personnes sont fusillées à Jarsy.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie est installée dans l'ancien bâtiment du presbytère.

Le premier maire de Jarsy après l'annexion de la Savoie en 1860 fut Louis-Marie Jaccaz. Celui-ci avait cependant déjà exercé la fonction de premier magistrat de la commune, en tant que “syndic” en 1855 et en 1859 sous l'administration sarde[16]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1860   Louis-Marie Jaccaz    
  1977 ? Ulrich Burgos    
1977 ? 1989 Édouard Péguet    
1989 2001 Guy Jay    
mars 2001 en cours
(au 7 juin 2015)
Pierre Dupérier    

La commune dépend de l'arrondissement de Chambéry.

Jusqu'aux élections départementales de 2015, les électeurs inscrits à Jarsy votaient pour l'élection du conseiller général du canton du Châtelard. En mars 2015, ils ont été appelés à voter pour les deux conseillers départementaux du nouveau canton de Saint-Alban-Leysse.

La commune de Jarsy adhère à la communauté d'agglomération de Chambéry Métropole - Cœur des Bauges où elle est représentée par un conseiller communautaire.

Jarsy fait également partie du syndicat mixte du parc naturel régional du Massif des Bauges.

Les élèves de maternelle et du primaire sont scolarisés au groupe scolaire des Hautes Bauges associant les communes de la Compôte, Doucy, École, Jarsy et Sainte-Reine et installé depuis 2013 dans des locaux neufs à École-en-Bauges[17].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2008, Jarsy comptait 278 habitants (soit une augmentation de 13 % par rapport à 1999). La commune occupait le 23 206e rang au niveau national, alors qu'elle était au 23 579e en 1999, et le 241e au niveau départemental sur 305 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Jarsy depuis 1793.

Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par loi du 27 février 2002, dite loi de démocratie de proximité[18], afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises.

Pour les communes dont la population est inférieure à 10 000 habitants, les enquêtes sont exhaustives et ont lieu chaque année par roulement au cours d'une période de cinq ans[19]. Pour Jarsy, le premier recensement a été fait en 2006[20], les suivants étant en 2011, 2016, etc. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006, qui, pour Jarsy, est un recensement exhaustif[Note 1].

Le maximum de la population a été atteint en 1838 avec 1 215 habitants.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[22].

En 2014, la commune comptait 275 habitants[Note 2], en diminution de 2,14 % par rapport à 2009 (Savoie : +3,87 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
859 895 916 1 118 1 215 1 197 1 038 1 037 953
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
943 946 899 861 810 804 766 704 670
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
540 513 466 424 374 294 247 208 196
1982 1990 1999 2006 2011 2014 - - -
166 172 247 294 287 275 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (21,6 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,4 % contre 48,4 % au niveau national et 49,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,7 %, 15 à 29 ans = 14,8 %, 30 à 44 ans = 21,6 %, 45 à 59 ans = 24,3 %, plus de 60 ans = 19,6 %) ;
  • 49,6 % de femmes (0 à 14 ans = 23,4 %, 15 à 29 ans = 10,9 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 19,8 %, plus de 60 ans = 24 %).
Pyramide des âges à Jarsy en 2007 en pourcentage[25]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
0,7 
6,1 
75 à 89 ans
8,2 
12,8 
60 à 74 ans
15,1 
24,3 
45 à 59 ans
19,8 
21,6 
30 à 44 ans
21,9 
14,8 
15 à 29 ans
10,9 
19,7 
0 à 14 ans
23,4 
Pyramide des âges du département de la Savoie en 2007 en pourcentage[26]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,1 
5,9 
75 à 89 ans
9,3 
12,7 
60 à 74 ans
13,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,3 
21,9 
30 à 44 ans
20,9 
18,9 
15 à 29 ans
17,0 
19,2 
0 à 14 ans
17,6 

Économie[modifier | modifier le code]

Les chalets du Chargieu avec le mont de la Coche en arrière-plan : un territoire d'estive, de randonnée, de chasse, de forêt et de protection de la nature.

L'activité économique est dominée par l'élevage laitier traditionnel et par le tourisme.

Productions agricoles et forestières[modifier | modifier le code]

Jarsy est entièrement inclus dans l'aire de production de l'AOP “tome des Bauges[27]. Pendant la saison d'estive, le lait produit dans les alpages est transformé directement en tomes sur place, en particulier dans les chalets d'Orgeval[28] ou d'Allant[29]. Quant au lait produit en vallée, il peut également être transformé sur place par un producteur local[30] ou collecté pour la fruitière coopérative de la Compôte qui fabrique de la tome ainsi que du gruyère gras des Bauges[31].

La production agricole n'a cependant pas été toujours exclusivement tournée vers l'élevage. Au XIXe siècle, les cultures occupaient une superficie importante, l'exposition ensoleillée des terroirs étant considérée comme favorable. Ainsi en 1869, on recensait quatre-vingt dix hectares en céréales et vingt hectares en pommes de terre[32]. Jarsy était également réputé pour ses « vergers de plein vent » et sa production de cidre[33].

Les forêts, traitées en futaie irrégulière, procurent une récolte régulière de bois d'œuvre résineux (de l'ordre d'un millier de m3 par an) de sapin pectiné et d'épicéa commun et de bois de chauffage de hêtre.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Situé dans la partie centrale du parc naturel régional des Bauges, Jarsy est un important site de départ de randonnées vers les plus hauts sommets des Bauges. La présence d'une faune sauvage abondante et assez facilement observable, notamment grâce à la réserve nationale de chasse et de faune sauvage des Bauges[34], apporte un attrait supplémentaire.

La chasse elle-même, pratiquée en tir encadré dans la réserve ou en périphérie sur le territoire de l'Association communale de chasse agréée de Jarsy, constitue une forme de « récréotourisme faunique »[35].

Structures touristiques[modifier | modifier le code]

  • 1 hôtel-restaurant[36],
  • 2 gîtes de France[37].

Commerce et artisanat[modifier | modifier le code]

La commune compte :

  • une boulangerie,
  • un atelier de maquettes professionnelles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Les pierres levées, extraites de l'ancienne carrière de la Lésine, marquent les bordures des chemins ou les limites des propriétés.

Monuments et constructions[modifier | modifier le code]

  • L'église de Jarsy, placée sous le patronage de Saint André, construite en 1867 dans le style néogothique selon les plans de l'architecte des Bâtiments du département et architecte diocésain, Joseph Samuel Revel, consacrée en 1895[38].
  • La « chapelle de la Lésine », édifice du XVIIe siècle tombé en ruines et restauré en 2015[39].
  • Les clôtures de pierres levées (ou palets) qui délimitent les propriétés ou les bords de chemins[33].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Brocard, Lucien Lagier-Bruno, André Palluel-Guillard, Histoire des communes savoyardes : Aix-les-Bains et ses environs - Les Bauges - La Chartreuse - La Combe de Savoie - Montmélian (vol. 2), Roanne, Éditions Horvath, , 463 p. (ISBN 978-2-7171-0310-6), p. 138-139.} ([PDF] lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de 5 ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 d’afficher dans le tableau des recensements : la population 2006, première population légale connue post-1999, les populations légales suivantes correspondant aux années réelles de recensement et enfin la dernière population légale publiée par l’INSEE. Dans le graphique sont par contre représentés l’ensemble des populations légales connues
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Geol-Alp, Les Bauges orientales
  2. geoportail, carte IGN
  3. fiche descriptive de la ZNIEFF n°820031333
  4. fiche descriptive de la ZNIEFF n°820031339
  5. fiche descriptive de la ZNIEFF n°820031340
  6. fiche descriptive de la ZNIEFF n°820031346
  7. Forêt communale de Jarsy : Révision d'aménagement forestier (2005-2019), Chambéry, Office national des forêts (lire en ligne)
  8. commune.mairie.fr :Forêt sectionale de Carlet Très Roche
  9. Forêt départementale de Coutarce : Révision d'aménagement forestier (2004-2018), Chambéry, Office national des forêts (lire en ligne)
  10. Forêt domaniale de Bellevaux : Révision d'aménagement forestier (2008-2022), Chambéry, Office national des forêts (lire en ligne)
  11. Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 236.
  12. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 21
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  13. Léon Menabrea, « Montmélian et les Alpes, étude historique », dans Mémoires de la société royale historique de Savoie, t. X, Chambéry, Puthod, (lire en ligne), p. 183-184
  14. Claudius Blanchard, Histoire de l'abbaye d'Hautecombe en Savoie avec pièces justificatives inédites, Chambéry, Chatelain, (lire en ligne), p. 114
  15. Dom Romain Clair, Hautecombe, Aix-les-Bains, Société d’art et d’histoire d'Aix-les-Bains, , 320 p. (ISBN 978-2951969179), p. 60
  16. Louis Morand, Les Bauges : histoire et documents, t.3, Peuple et clergé, p.153
  17. Pierre Beccu, film documentaire : écoles pour tous
  18. Loi no 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V "des opérations de recensement".
  19. INSEE : Les grandes étapes : 2002 – 2009
  20. « Calendrier des recensements des communes du département de la Savoie », sur www.insee.fr, Insee (consulté le 22 août 2011)
  21. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  25. « Évolution et structure de la population à Jarsy en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 août 2011)
  26. « Résultats du recensement de la population de la Savoie en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 août 2011)
  27. Tome des Bauges A.O.P. : L'aire géographique
  28. gites-bauges.com : Orgeval et son alpage, depuis Ecole en Bauges
  29. « La croix d'Allant », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne)
  30. Tome des Bauges A.O.P. : Tous les producteurs
  31. Les coopératives laitières et viticoles de la Savoie : Coopérative laitière de la Compôte
  32. p;110
  33. a et b Savoie le département, le patrimoine, IR8 Au cœur des Bauges
  34. Réserve nationale de chasse et de faune sauvage des Bauges :Rapport d'activité 2011
  35. Laine Chanteloup, Thèse pour obtenir le grade de Docteure de l’Univeristé de Grenoble et del’Université de Montréal : À la rencontre de l’animal sauvage : dynamiques, usages et enjeux du récréotourisme faunique
  36. Hôtel l'Arcalod, à Jarsy
  37. Gites de France localisés sur Jarsy
  38. Françoise Dantzer, Les Bauges : Terre d'art sacré, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 251 p. (ISBN 978-2-8420-6272-9), p. 80
  39. Fondation du patrimoine : Une nouvelle cloche pour la chapelle de la Lésine
  40. La Savoie littéraire et scientifique, 14e année (1919), 1er trimestre : Quelques Lettres de Mgr Chartaz à l'Abbé Bonnefoy, recteur à Jarsy-en-Bauges, de 1833 à 1844.