Archives départementales de la Haute-Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Archives départementales de la Haute-Savoie
Archives départementales de la Haute-Savoie-1.jpg
Présentation
Destination initiale
Site web
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Savoie
voir sur la carte de la Savoie
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Les archives départementales de la Haute-Savoie sont un service du conseil départemental de la Haute-Savoie (Auvergne-Rhône-Alpes, France), installé à Annecy.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Les archives départementales de la Haute-Savoie ont été créées en 1861, un an après l'Annexion de la Savoie à la France, à la suite du traité de Turin de 1860, afin de conserver les papiers des intendances du XVIIIe siècle, les archives des administrations françaises ayant fonctionné entre 1792 et 1814 (période d'occupation révolutionnaire), et celles suivant la restauration sarde (1815-1860). Les archives ont par ailleurs, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, reçu une partie des fonds concernant le duché de Savoie, transférées à Turin à partir du XVIe siècle et surtout au XVIIIe siècle.

Les bâtiments[modifier | modifier le code]

Le premier bâtiment de conservation date de 1885.

Façade d'entrée du grand séminaire.
Le grand séminaire d'Annecy en 2016

En 1979, Jean-Yves Mariotte organise le transfert des archives départementales qui déménagent dans l'ancien Grand Séminaire d’Annecy[1], acquis par le Conseil général de la Haute-Savoie en janvier 1973 à la ville d'Annecy, alors qu'il était destiné à la destruction[2],[3]. Ce grand bâtiment a été édifié par entre 1684 et 1688 par Mgr Jean d'Arenthon d'Alex, évêque de Genève-Annecy[4].

Les archives déménagent à nouveau, en 2001, dans un nouveau bâtiment situé avenue de la Plaine[5].

Fonds[modifier | modifier le code]

En 1861, le nouveau préfet, Joseph Louis Ferrand, dénonce le désordre trouvé dans les archives sardes. En 1862, il obtient un archiviste paléographe afin d'effectuer le travail d'archivage[6]. Un an plus tard, le fonds concernant la période sarde de 1815 à 1840 est classé[6].

Les fonds sont fixés et confirmés[Quoi ?] sous Jean-Yves Mariotte[7] :

  • Fonds sarde (1815-1860) - Série FS 1 à 15
  • Séries modernes (1860-1940) - Série K à Y

Elles sont complétées par les Archives de l'ancien duché de Savoie (Série SA). Cette série fait suite à une demande de la France du rapatriement (effectué en 1950-1951) de Turin à Chambéry de 175 caisses d'archives concernant l'ancien duché de Savoie[8]. L'article 10 des conventions du 23 août, passées entre l'empereur Napoléon III et le roi Victor-Emmanuel de Sardaigne, à la suite du traité de Turin de 1860, n'avait pas eu de suite jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale[8]. Le traité du 10 février 1947 (art. 7) reconnait à la France la légitimité de recueillir les "archives contenant les titres de propriétés, les documents administratifs, religieux et de justice civile" de l'ancien duché et du comté de Nice[8]. Un premier tome Archives de cour concernant cette nouvelle série est publié par le conservateur des archives de Savoie, André Perret, en 1966[8].

Les archives sont complétées par les séries suivantes ; Administrations provinciales avant 1792 (Série C), les fonds privés.

Le document le plus ancien des fonds est une donation d'Ambilly par l'évêque de Langres, Lambert de Bassigny, au premier comte Humbert de Savoie, datant du 8 avril 1022[9].

Depuis 2011, le site des archives s'est modernisé et « (met) en ligne 22 kilomètres de linéaires et en (offre) l’accès à tous les publics »[10].

Directeurs[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1947-2017 : de part et d'autre des Alpes, le périple des archives savoyardes. 70e anniversaire du Traité de Paris, Archives départementales de la Haute-Savoie - Conseil départemental de la Haute-Savoie, Annecy, 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves-Marie Bercé, « Jean-Yves Mariotte (1935-2003) », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 162,‎ , p. 659-662 (lire en ligne).
  2. Revue savoisienne, Académie florimontane, Volume 137, p.198.
  3. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (ISBN 978-2-8420-6374-0), p. 127.
  4. Justinien Raymond, La Haute-Savoie sous la IIIe République : histoire économique, sociale et politique, 1875-1940, Atelier national de reproduction des thèses, (ISBN 2-903528-25-X), p. 938.
  5. Vincent Duclert, L'avenir de l'histoire, Armand Colin, , 224 p. (ISBN 978-2-20025-849-8), note 88.
  6. a et b Denis Varaschin, Aux sources de l'histoire de l'annexion de la Savoie, Peter Lang, , 625 p. (ISBN 9-05201-570-8), p. 71, 73-74.
  7. Jean-Yves Mariotte, Guide des archives de la Haute-Savoie, Annecy, 1976, 508 pages, pp. 243 à 256 .
  8. a b c et d Robert Avezou, « Départements de la Savoie et de la Haute-Savoie. Archives de l'ancien duché de Savoie. Série SA. Inventaire, tome I », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 125, no 2,‎ , p. 453-457 (lire en ligne).
  9. Guy Gavard, Histoire d'Annemasse et des communes voisines : les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », (ISBN 978-2-8420-6342-9, présentation en ligne), p. 48-49.
  10. Krystel Bablée, « Les archives départementales consultables sur le Net », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  11. Notice sur data.bnf.fr
  12. « Etat des Membres de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Savoie depuis sa fondation (1820) jusqu'à 1909 », sur le site de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie et « Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie », sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques - cths.fr.
  13. Notice sur data.bnf.fr
  14. Notice sur data.bnf.fr
  15. Notice sur data.bnf.fr
  16. Notice sur data.bnf.fr
  17. « Yves Kinossian : « Les Archives départementales sont ouvertes à tout le monde » », Le Messager,‎ (lire en ligne).
  18. Notice sur data.bnf.fr