Briançonnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Briançonnet
Briançonnet
La mairie et les locaux de la société de chasse de la commune.
Blason de Briançonnet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Grasse
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Grasse
Maire
Mandat
Ismaël Ogez
2020-2026
Code postal 06850
Code commune 06024
Démographie
Gentilé Briançonnois ou Briançonnards
Population
municipale
201 hab. (2020 en diminution de 12,99 % par rapport à 2014)
Densité 8,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 51′ 58″ nord, 6° 45′ 30″ est
Altitude 1 010 m
Min. 740 m
Max. 1 600 m
Superficie 24,32 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Grasse-1
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Briançonnet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Briançonnet
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Briançonnet
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Briançonnet
Liens
Site web http://brianconnet.fr

Briançonnet est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants peuvent être appelés les Briançonnois ou les Briançonnards. La commune fait partie du parc naturel régional des Préalpes d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Briançonnet est un village du haut-pays grassois situé dans le centre-ouest du département des Alpes-Maritimes à la lisière des Alpes-de-Haute-Provence à 25 km au nord de Grasse et 14 km au sud de Puget-Théniers[1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le site de Briançonnet

La commune fait partie du Parc naturel régional des Préalpes d'Azur

Le territoire communal de Briançonnet a une altitude moyenne de 1010 mètres, de 732 mètres à l'Est dans le lit de l'Estéron à 1578 mètres au Nord aux Gros Roucas. Il est caractérisé par sa structure axée sur la vallée de l'Estéron.

Une étude d'impact a été réalisée pour analyser les effets de la construction d’une centrale solaire photovoltaïque sur la commune de Saint-Auban[2].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située en zone de sismicité moyenne[3].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[4] :

  • rivière l'Esteron,
  • torrent de la sagne,
  • vallons de l'ubac, de pracon, du prignolet, de la loubré, de baratus, de combe fée, de thomas, de serra boutin.

La commune dispose de trois stations d’épuration, une pour le village et une par hameau :

Chaque station d'épuration correspond à un réseau indépendant avec les caractéristiques suivantes :

  • Briançonnet : capacité de 350 Équivalent-habitants,
  • le Prignolet : capacité de 190 EH,
  • la Sagne : capacité de 140 EH,
  • Le camping, avec sa capacité d'accueil de 400 personnes, possède sa propre station, d'une capacité de 600 EH.

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Cfb dans la classification de Köppen et Geiger[5].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le village est accessible via la D2211.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ligne numéro 420 du réseau Sillages (Sallagriffon - Saint-Auban) dessert la commune du lundi au samedi à la demande[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Briançonnet est une commune rurale[Note 1],[7]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[8],[9]. La commune est en outre hors attraction des villes[10],[11].

Briançonnais dispose d'une carte communale[12],[13].

La commune est intégrée dans le Périmètre du Schéma de cohérence territoriale (SCoT’Ouest acté par Arrêté préfectoral le 23 mai 2007[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (92 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (53,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (30,6 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (8,1 %), prairies (8 %)[15].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[16].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Commune membre de la Communauté d'agglomération du Pays de Grasse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cippe gallo-romain devant la mairie

Dans l’Antiquité, Briançonnet s’appelait Brigomagus[17]. C'est un ancien oppidum puis bourg romain dont les pierres furent réutilisées dans des constructions plus tardives, comme en témoignent les inscriptions romaines, datant du IIe siècle au IVe siècle, scellées dans les murs des maisons. Le nom du peuple installé dans la vallée à l’arrivée des Romains n’est pas certain, mais il peut s’agir des Velaunii[18]. À la fin du IIe siècle le bourg est administré par des duumvirs choisis dans l'ordre des décurions.

Une voie romaine reliait Castellane à Entrevaux en passant par Briançonnet[19].

Il est probable que la cité romaine a été le siège d'un évêché qui aurait été déplacé à Glandèves qui a été fondé tardivement, en 541, à la suite de la destruction de la cité pendant les invasions. Aujourd'hui encore le poste d'évêque de Briançonnet est utilisé par l'Eglise, son titulaire est Mgr Le Vert, par ailleurs évêque auxiliaire de Bordeaux. La seigneurie a appartenu à la famille de Grasse-Bar de 1474 à la Révolution.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 janvier 2013[20] Hubert Germain    
mars 2013 En cours Ismaël Ogez SE Fonctionnaire

Par le décret du 25 janvier 2013[21], le conseil municipal a été dissous, en considérant que les dissensions qui existaient au sein du conseil municipal entravaient l'administration de cette commune.

Budget et fiscalité 2019[modifier | modifier le code]

En 2019, le budget de la commune était constitué ainsi[22] :

  • total des produits de fonctionnement : 274 000 , soit 1 224  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 292 000 , soit 1 305  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 66 000 , soit 295  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 90 000 , soit 401  par habitant ;
  • endettement : 102 000 , soit 456  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 8,33 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 5,55 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 29,54 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2017 : médiane en 2017 du revenu disponible, par unité de consommation : 18 480 [23].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[25].

En 2020, la commune comptait 201 habitants[Note 2], en diminution de 12,99 % par rapport à 2014 (Alpes-Maritimes : +1,3 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
496519504609646659654630610
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
597544594587520539470511459
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
427394363323303274261177168
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
178158193184190170194231222
2020 - - - - - - - -
201--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[28] :

  • École maternelle à Saint-Auban,
  • École primaire,
  • Collèges à Annot, Puget-Théniers,

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[29] :

  • Infirmière,
  • Médecins à Entrevaux, Valderoure, Annot,
  • Pharmacies à Entrevaux, Annot,
  • Hôpitaux à Puget-Théniers, Castellane.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le secteur agricole est bien implanté avec la présence de deux éleveurs ovins et d'un cultivateur maraîcher. Deux de ces exploitants sont classés BIO.

Commerces et services[modifier | modifier le code]

Comme le souligne la carte communale, la commune de Briançonnet accueille quatre commerces et services :

  • Une épicerie toujours présente à l’année avec pour projet de la faire évoluer en pôle multiservice,
  • Un plombier,
  • Une infirmière libérale
  • Un artiste céramiste-verrier reconnu (maître d'art, titre décerné à vie par le ministre de la Culture à des professionnels des métiers d’arts qui possèdent un savoir-faire rare et souhaitent transmettre leurs connaissances), et Prix national de la culture et de l'art.
  • Des services ambulants permettent de compléter cette offre et de renforcer les dynamiques sociales et commerciales : boulanger, boucher, épicier, fromager, pizzaiolo et coiffeur.
  • Les commerces et services présents sur les autres communes du canton de Saint-Auban complètent l’offre commerciale communale.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux :

Patrimoine civil :

  • De ses origines romaines, le village a conservé seize inscriptions romaines réemployées dans les murs des maisons.
  • Plaque funéraire Gallo-romaine[33] dans le cimetière de la Sagne.
  • 2 plaques commémoratives gallo-romaine dans l'église paroissiale[34].
  • Château remanié au XVIIe siècle.
  • Ruines du château médiéval sur un sommet à l'extérieur du village. Il est déjà cité en 1080. Après des litiges, sa propriété avait été divisée en deux. Une partie a été la propriété des moines de l'abbaye de Lérins.
  • Hameau de La Sagne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Briançonnet Blason
D’azur à la vierge de carnation, habillée de gueules, avec son châle d’argent, assise sur un tertre de sinople, tenant de la main senestre un sceptre fleurdelysé d’or et soutenant de son bras dextre l’enfant Jésus aussi de carnation habillé aussi d’argent, tous deux couronné et nimbés aussi d’or[35].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Le site de la mairie évoque des « armoiries ». Ce terme réservé au langage de l'héraldique ainsi que la forme générale en forme d'écu peuvent faire penser à un blason. Toutefois un tel blason comprendrait des erreurs grossières (un chef "crénelé" découpant le sommet de l'écu, deux nuances de bleu – lequel serait l'azur ? – sans parler de la Vierge, « indissoluble » (sic) de la commune.) Il s'agit donc non d'armoiries, mais d'emblème ou logotype, adopté en 2002.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Calcul de la distance entre Briançonnet et d'autres communes
  2. Analyse des effets cumulés du projet avec d'autres projets connus
  3. Didacticiel de la règlementation parasismique
  4. L'eau dans la commune
  5. Table climatique
  6. Horaire de la ligne Sillages à la demande no 420
  7. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. État d'avancement des documents d'urbanisme données SuDoCuH au 01/01/2018 Elaboration de la carte communale
  13. Carte communale : Rapport de présentation
  14. Périmètre du SCoT’Ouest
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  16. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  17. Guy Barruol et Raymond Boyer, « Carte 12 : peuples et habitats de l’époque pré-romaine », in Sous la direction d'Édouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris, Librairie Armand Colin, (BNF 35450017)
  18. Raymond Boyer et Guy Barruol, carte 12 « Peuples et habitats de l’époque pré-romaine », in Baratier, Duby & Hildesheimer, Atlas historique de la Provence, et commentaire
  19. Archéam : Vincent Chavane, Description d'une voie romaine reliant Castellane à Briançonnet et Entrevaux (Glandèves)
  20. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  21. Décret du 25 janvier 2013 portant dissolution du conseil municipal de la commune de Briançonnet (Alpes-Maritimes) sur Légifrance
  22. Les comptes de la commune
  23. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  28. Établissements d'enseignements
  29. Professionnels et établissements de santé
  30. Paroisse Saint-Marie des Sources
  31. Charles Astro, Luc F. Thévenon, La peinture au XVIIe siècle dans les Alpes maritimes, p. 26-27, Éditions Serre, Nice, 1985 (ISBN 2-86410-048-7)
  32. « Chapelle Saint-Martin », notice no PA00080678, base Mérimée, ministère français de la Culture
  33. Notice no PM06000090, base Palissy, ministère français de la Culture plaque funéraire
  34. Notice no PM06000085, base Palissy, ministère français de la Culture plaques commémoratives
  35. Les Monts d'azur : Briançonnet, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]