Amirat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Amirat
Amirat
La mairie.
Blason de Amirat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Grasse
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Grasse
Maire
Mandat
Jean Louis Conil
2020-2026
Code postal 06910
Code commune 06002
Démographie
Gentilé Amiratois
Population
municipale
54 hab. (2019 en diminution de 21,74 % par rapport à 2013)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 53′ 29″ nord, 6° 49′ 30″ est
Altitude Min. 725 m
Max. 1 373 m
Superficie 12,95 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Nice
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Grasse-1
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Amirat
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Amirat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Amirat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Amirat
Liens
Site web ville-amirat.com

Amirat est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Amirat est un village du haut-pays grassois situé dans le centre-ouest du département des Alpes-Maritimes à la lisière des Alpes-de-Haute-Provence, à 27 km au nord de Grasse et 9 km au sud de Puget-Théniers[1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Rochers Notre-Dame, vus de Castellet-Saint-Cassien (situés sur la commune d'Amirat).

Ce petit village[2], situé sur un territoire montagneux (Rochers Notre-Dame, Chadastier, col du Buis, col du Trébuchet[3]...), avec vue dominante sur la vallée du haut Estéron[4], se compose de trois quartiers :

  • Les Agots, avec une belle maison dite le château, l'église paroissiale Sainte-Anne et le gîte d'étape ;
  • Amirat village, avec la mairie et la chapelle Notre-Dame ; de sa belle place vous aurez une vue panoramique sur la vallée ;
  • Maupoil, avec la chapelle de Saint-Jeannet (du XVIe siècle).

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située en zone de sismicité aléa moyen[5],[6].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[7] :

  • ravins de la pinée, de fontanil, de l'ubac, de la pinée,
  • vallons du pestré, du castellet, de praconi, des groussières, de la route, de la cressonnière, de l'ubac,
  • le riou.

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[8].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le village est accessible via la rotonde 2211 (D2211 A).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ligne numéro 420 du réseau Sillages (Sallagriffon - Saint-Auban) dessert la commune du lundi au samedi à la demande[9].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Commune membre de la Communauté d'agglomération du Pays de Grasse.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Amirat est une commune rurale[Note 1],[10]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nice, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 100 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[13],[14].

Amirat dispose d'une Carte communale[15].

la commune est intégrée dans le Périmètre du Schéma de cohérence territoriale (SCoT’Ouest acté par Arrêté préfectoral le [16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (97,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (98 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (88,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (9,6 %), zones agricoles hétérogènes (2,1 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[18].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Amirati en 1125[19], Willelmi de Amirad en 1126 dans le cartulaire de l'abbaye de Lérins; castrum de Anmirat en 1204.

De l'occitan Amiradou (« belvédère, (poste de guet) »). Ce toponyme rappelle que ce village avait quelque chose d'admirable avec des Admiror, Admirantus qui rappellent cette hypothèse.

L'ancien village, installé sur les pentes méridionales des Rochers de Notre-Dame, avait sans doute, par sa situation, quelque chose d'admirable.

Histoire[modifier | modifier le code]

Amiratum est cité en 1043[20],[21]. Le comte Aldebert, sa femme et leurs enfants donnent l'église Saint-Cassien, église initiale d'Amirat et aujourd'hui au Castellet-Saint-Cassien, située sous le castrum d'Amirat, et tout ce qui en dépendait, à l'abbaye Saint-Victor de Marseille. Amirat est au XIe siècle un habitat fortifié. Le village est alors situé sur les roches de Notre-Dame et sur la pente méridionale.

Au XIIe siècle, le seigneur d'Amirat est aussi seigneur de Thorenc.

Amirat dépendait de la viguerie de Grasse[22].

Le village est d'Admirato est cité au XIIIe siècle et au début du XIVe siècle. L'église est citée en 1376. Mais la crise du XIVe siècle va entraîner sa dépopulation. Il n'y a plus d'habitants en 1400.

Au moment de la dédition de Nice à la Savoie, en 1388, le village choisit de rester fidèle au comte de Provence.

La seigneurie appartenait à la famille de Grasse-Bar, branche de Briançon à partir de la fin du XVe siècle[23].

Un nouveau village non fortifié à l'habitat dispersé est recréé plus bas, à la fin du XVIe siècle. La chapelle Notre-Dame lui sert de paroisse.

Lors du deuxième tour de l'élection présidentielle française de 2002, Amirat fut la quatrième commune de France à avoir voté le plus pour Jean-Marie Le Pen, son score dans la commune fut de 59,26 %[24].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Amirat

Les armes d'Amirat se blasonnent : D'or, à un écureuil de gueules, coupé de sable à une fasce d'argent.[25]


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945   Michel Toussin    
1953   Armande Doudon    
1953   Maurice Michel    
1971   Daniel Ollivier    
1977   Raymonde Chanier    
mars 2001 2005 Gabriel Anglade DVD  
mars 2005[26] 2015 Yvon Michel UMP-LR Fonctionnaire
2015 En cours Jean Louis Conil    

Budget et fiscalité 2019[modifier | modifier le code]

En 2019, le budget de la commune était constitué ainsi[27] :

  • total des produits de fonctionnement : 135 000 , soit 1 856  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 142 000 , soit 1 939  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 145 000 , soit 1 987  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 262 000 , soit 3 587  par habitant ;
  • endettement : 81 000 , soit 1 108  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 6,85 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 8,31 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 25,33 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2017[28].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[30].

En 2019, la commune comptait 54 habitants[Note 3], en diminution de 21,74 % par rapport à 2013 (Alpes-Maritimes : +1,25 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
121132122130146156150156161
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
15714614613513411010310484
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
929649626461623325
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
293940725041262653
2014 2019 - - - - - - -
7554-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[33] :

  • Écoles maternelles à Puget-Theniers, Saint-Auban, Andon,
  • Écoles primaires à Brianconnet, Puget-Theniers, Saint-Auban,
  • Collèges à Puget-Theniers.
  • Lycées à Grasse[34].

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[35] :

  • Médecins à Entrevaux, Puget-Théniers, Annot,
  • Pharmacies, à Entrevaux, Annot,
  • Hôpitaux à Puget-Théniers, Castellane.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Activités agricoles[37].
  • Élevage d'ovins et de caprins.

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Gîte d´étape "L´Estelle", sur le sentier de randonnée GR4[38].

Commerces[modifier | modifier le code]

Commerces et services de proximité dans les villages environnants[39].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Dans le quartier Maupoil, chapelle du XVIe s., dédiée à Saint-Jeannet, avec une belle grille en bois[40].
  • Église paroissiale Sainte-Anne du XVIIe entre Amirat et les Agôts[41].
  • Bastide "Le château" au hameau des Agôts, qui a appartenu à la famille Saint Ferréol, des seigneurs du lieu[42].
  • Borne milliaire de Notre dame[43].
  • Monument aux morts, Conflits commémorés 1914-1918 et 1939-1945[44].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Calcul de la distance entre Amirat et d'autres communes
  2. Reliefs, sols
  3. Col du Trébuchet
  4. Le village d'Amirat
  5. Zonage administratif
  6. Le risque sismique dans les Alpes-Maritimes
  7. L'eau dans la commune
  8. Table climatique
  9. Horaire de la ligne Sillages à la demande no 420
  10. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. État d'avancement des documents d'urbanisme données SuDoCuH au 01/01/2018
  16. Périmètre du SCoT’Ouest
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  18. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  19. André Compan - 1993 - Alpes-Maritimes - Page 269.
  20. CG06 : Amirat
  21. Village de Amirat : Historique
  22. CG06 Archives : viguerie de Grasse - Amirat
  23. Philippe de Beauchamp, Villages et hameaux isolés des Alpes-Maritimes : le haut pays méconnu, Nice, Serre, , 160 p. (ISBN 2-86410-131-9), p. 133
  24. http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/elections/resultats/presidentielle/presidentielle-2002
  25. Les Monts d'azur : Amirat, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  26. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  27. Les comptes de la commune
  28. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  33. Établissements d'enseignements
  34. Lycées à Grasse
  35. Professionnels et établissements de santé
  36. Paroisse Sainte-Marie-des-Sources
  37. Pastoralisme et agriculture
  38. Gîte d´étape "L´Estelle"
  39. Commerces et services de proximité dans les villages environnants
  40. Village d'Amirat : chapelle Saint-Jeannet
  41. Village d'Amirat : église Sainte-Anne
  42. Village d'Amirat : le château
  43. Ferme Notre Dame
  44. Monument aux morts