Gars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gars
Gars
Vue du village depuis la piste du col de Baratus.
Blason de Gars
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Grasse
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Grasse
Maire
Mandat
Marino Cassez
2014-2020
Code postal 06850
Code commune 06063
Démographie
Gentilé Garcinois
Population
municipale
72 hab. (2017 en augmentation de 7,46 % par rapport à 2012)
Densité 4,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 51′ 59″ nord, 6° 48′ 14″ est
Altitude Min. 640 m
Max. 1 649 m
Superficie 15,57 km2
Élections
Départementales Canton de Grasse-1
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Gars
Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes
Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Gars
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gars
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gars

Gars est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Garcinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Gars est un village du haut-pays grassois situé dans le centre-ouest du département des Alpes-Maritimes à 24 km au nord de Grasse et 12 km au sud de Puget-Théniers[1].

Le village se trouve dans la Vallée de l'Estéron.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le village, à la frontière du département du Var, constitue une des 45 communes du territoire du parc naturel régional des Préalpes d'Azur. Il est adossé à une barre rocheuse qui constitue la barre des Fournès[2], dominant l'Estéron[3].

La Montagne de Charamel (1432 m), plus communément appelée l'Arpille, est le point culminant de la commune[4].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située en zone 4 d'aléa moyen[5].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[6] :

  • rivière l'Estéron,
  • vallons de l'ubac, de praconi, de combe fée, des groussières, de malespine, des cougourdières, du suyet, de la tuilière, de la lavanche.

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[7].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la départementale RD 84 qui la traverse du nord au sud.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne numéro 420 du réseau d'autobus Sillages (Sallagriffon—Saint-Auban)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village est d’origine celte, gar ou kar signifiant « gros rocher »[9]. Situé au pied de la montagne de Gars[10], le village s’est développé selon une organisation linéaire suivant les lignes de niveau. La commune a une superficie de 1 557 ha et sa population (les Garcinois) était de 70 habitants en 1999.

Son histoire est connue à partir du Moyen Âge, le lieu de Gars est mentionné pour la première fois en 1125. En 1158, il est mentionné comme habitat fortifié et son château est cité[11]. Il se trouvait, ainsi probablement qu’un village, sur le rocher dominant l’agglomération actuelle. Son église, dédiée au saint Sauveur, est mentionnée en 1306 ; elle est située à son pied.

À la fin du XIVe siècle, le village est dévasté par les guerres, la famine et la peste. Par la suite, probablement dès le début du XVe s., une nouvelle agglomération est reconstruite à son emplacement actuel.

En 1158, l’abbé Boson donne Gars en fief aux chevaliers de Briançonnet[12]. En 1383, le comte de Provence fait don de la seigneurie à Pierre de Terminis, puis au XVe s., le fief passe aux Grasse-Bar puis aux Grasse-Briançon et finalement aux Théas[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Odette Paillier SE  
mars 2008 En cours Marino Cassez[14] SE Fonctionnaire

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Commune membre de la Communauté d'agglomération du Pays de Grasse.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée dans le Périmètre du Schéma de cohérence territoriale (SCoT’Ouest acté par Arrêté préfectoral le [15].

Budget et fiscalité 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[16] :

  • total des produits de fonctionnement : 146 000 , soit 2 056  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 141 000 , soit 1 980  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 79 000 , soit 1 117  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 208 000 , soit 2 931  par habitant ;
  • endettement : 18 000 , soit 256  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 6,60 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 4,28 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 30,99 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2015[17].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2017, la commune comptait 72 habitants[Note 1], en augmentation de 7,46 % par rapport à 2012 (Alpes-Maritimes : -0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
240283294295311321283300316
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
311309273252230221216204203
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
189168162141143108967573
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
637364837049585960
2013 2017 - - - - - - -
7072-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[22] :

  • Écoles maternelles et primaires à Saint-Auban, Andon.
  • Collèges à Puget-Théniers, Annot.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[23] :

  • Médecins à Entrevaux, Valderoure, Puget-Théniers, Annot, Saint-Vallier-de-Thiey,
  • Pharmacies à Entrevaux, Annot, Saint-Vallier-de-Thiey,
  • Hôpital à Puget-Théniers, Castellane, Cabris, Grasse.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique, église paroissiale Saint-Sauveur[24], Diocèse de Nice.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Exploitation agricole[25].

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Gîtes de France[26].
  • Restaurants à Briançonnais, Entrevaux, Andon.

Commerces, artisanat et services[modifier | modifier le code]

  • Services aux particuliers ː 2,
  • Céramiste et Fresquiste, Vannière[27],
  • Services du bâtiment : 2[28]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux

Patrimoine civil

  • Vestiges de l'ancien château, à l'est, dans la falaise[33],[34].
  • Abri fortifié[35].
  • Pont du XVIIIe siècle près du village.
  • Un ancien moulin à huile abrite par ailleurs un musée consacré à Célestin Freinet[36],[37].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Gars (Alpes-Maritimes).svg

Les armoiries de Gars se blasonnent ainsi :

D’azur à saint Laurent bénissant d’argent, barbé de sable habillé et auréolé d’or, tenant dans sa main senestre un globe du même, un gril d’argent en pal, la poignée en chef, à ses pieds à senestre, le tout posé sur une nuée du même mouvant de la pointe.
Devise: « per ben faire jamai tro tar» (il n’est jamais trop tard pour bien faire)[38].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Gars est le village natal de Célestin Freinet ( [39]- ). Pédagogue mondialement connu[40], il a développé ses conceptions à l'École Freinet, à Vence, qui existe toujours. Freinet est enterré à Gars avec son épouse Élise ( - ), et leur fille Madeleine ( - ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Calcul de la distance entre Aiglun et d'autres communes
  2. Gars au pied de la barre des Fournès
  3. Gars constitue une des 45 communes du territoire du Parc Naturel Régional des Préalpes d'Azur
  4. L'Arpille
  5. Zonage administratif (ancien nouveau)
  6. L'eau dans la commune
  7. Table climatique
  8. Horaires de la ligne Sillages à la demande n°420
  9. Vexillologie Provençale
  10. Inventaire national du patrimoine naturel ː Clue des Mujouls et montagne de Gars
  11. Gars au Moyen-Âge
  12. Un peu d'histoire : Gars
  13. Vexillologie Provençale, Les Monts d'Azur
  14. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  15. Périmètre du SCoT’Ouest
  16. Les comptes de la commune de Gars
  17. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  22. Établissements d'enseignements
  23. Professionnels et établissements de santé
  24. [https://mariedessources.fr/mois-de-fevrier-2018/
  25. Exploitations agricoles : Gars
  26. Gîtes de France
  27. Artisanat
  28. Entreprises, commerces et services à Gars
  29. « Eglise : inscription par arrêté du 12 décembre 1936 », notice no PA00080723, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « Chapelle Saint-Joseph : inscription par arrêté du 13 mai 1937 », notice no PA00080722, base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. La Chapelle Saint Pancrace Pénitents, d’époque romane
  32. Notre Dame de la Clue à Saint Auban, histoire du Sanctuaire
  33. Les vestiges de l’ancien château et de ses fortifications, adossées au mont de Gars
  34. Grotte fortifiée de Gars
  35. Abri fortifié
  36. Association "Les Amis de Frénet"
  37. Eco-Musée Célestin Freinet. Sous le musée, découverte de l'ancien moulin avec son histoire
  38. Les Monts d'azur : Gars, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  39. Table décennale des naissances ; mariages et décès de la commune de Gars : Naissance de Cébastien-Baptistin Freinet le 16 octobre 1896
  40. Célestin Freinet

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vidéo de présentation du village réalisée par Azur TV
  • Philippe de Beauchamp, Le haut pays méconnu. Villages & hameaux isolés des Alpes-Maritimes, p. 134, éditions Serre, Nice, 1989 (ISBN 2-86410-131-9) ; p. 159
  • collectif (dir.), Le patrimoine des communes des Alpes-Maritimes en deux volumes, vol. II : Dont le Canton de Saint-Auban, Paris, Flohic Éditions, coll. « Le Patrimoine des Communes de France », , 574 p. (ISBN 2-84234-071-X)
    Canton de Saint-Auban : Gars, pages 804 à 808
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et fortifications de la France du Moyen Âge en France, Strasbourg, éditions Publitotal, 1978, reprint 1991, 1287 p. (ISBN 978-2-86535-070-4 et 2-86535-070-3)
    Une vision d’ensemble de l’architecture castrale. Page 504 : Gars
  • Une étude générale du bâti du village a été réalisé par des stagiaires du « Centre européen de formation PARTIR (Patrimoine Architectural Rural, Techniques d'Identification et de Restauration) » dans le cadre des sessions de formations d'application, organisées par l'antenne du centre basée à Villars-sur-Var.
  • Gars par Monts et par Vaux
  • Murs et linteaux de Gars

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]