Marchampt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marchampt
Marchampt
Place centrale du village, avec l'église, la fontaine et le monument aux morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Belleville
Intercommunalité Communauté de communes Saône Beaujolais
Maire
Mandat
Claude Dupon
2016-2020
Code postal 69430
Code commune 69124
Démographie
Gentilé Grobi, Grobire (pl. Grobis)
Population
municipale
455 hab. (2016 en augmentation de 2,02 % par rapport à 2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 48″ nord, 4° 34′ 20″ est
Altitude Min. 318 m
Max. 883 m
Superficie 17,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Marchampt

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Marchampt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marchampt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marchampt

Marchampt est une commune française située dans le département du Rhône, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé entre Beaujeu et Belleville, Marchampt est un joli petit village.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Didier-sur-Beaujeu Beaujeu Rose des vents
Claveisolles N Quincié-en-Beaujolais
O    Marchampt    E
S
Le Perréon

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Vue de la mairie en 2019.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Bernard Mera   Maire
mars 2008 2014 Jean-Louis Perraud   Maire
mars 2014 2016 Bernard Mera   Maire
juillet 2016 En cours Claude Dupon[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2016, la commune comptait 455 habitants[Note 1], en augmentation de 2,02 % par rapport à 2011 (Rhône : +5,26 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8495047328298949309721 0041 030
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
977977963912935930950908887
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
920908848713673663586597507
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
413317286295303363426435444
2016 - - - - - - - -
455--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les châteaux de Marchampt[modifier | modifier le code]

Le château de Varennes[modifier | modifier le code]

Le château des Roches[modifier | modifier le code]

Cette grande maison bourgeoise à l'architecture typique du XIXe siècle, fut construite au milieu des années 1860, sous le hameau des Chopins. Elle était la propriété du comte italien Agostino Antonelli et de sa femme Marie Emma Garcia de la Palmira. Le comte et la comtesse résidaient à Rome mais aimaient cependant venir passer des vacances dans leur château. Le comte était apprécié par les habitants de Marchampt car il a fait beaucoup pour la commune et en était un grand donateur. C'est lui qui a offert en 1889, une fontaine en marbre de Carrare venue directement d'Italie et sur laquelle trône la statue de saint Jean-Baptiste, saint patron du village. Il a également donné beaucoup pour la paroisse dont trois lustres de cristal (un détruit en 1898). Lorsque le comte Antonelli meurt à Rome le 9 juin 1916, en pleine guerre mondiale, c'est tout le village de Marchampt qui est en deuil. Les villageois organisèrent une procession en son honneur le 11 juillet 1916 ainsi qu'une messe, en compagnie de madame la comtesse, en l'honneur du comte, grand bienfaiteur de la commune.

Les Chapelles[modifier | modifier le code]

La Chapelle de Cremasson[modifier | modifier le code]

Ce fut le curé Despras qui entreprit la construction de la chapelle Notre-Dame-l'Auxiliatrice, au lieu-dit Cremasson en 1855, à la suite d'un vœu fait par la population. En effet, depuis près de sept ans, chaque année les récoltes étaient ravagées par la grêle. Les paroissiens décidèrent donc de bâtir une chapelle sur les hauteurs de Marchampt afin de demander la protection des cultures à la Vierge Marie. Les travaux commencèrent en 1856 grâce aux 6 700 francs de dons. La chapelle fut terminée au début de l'été 1857 et le 31 août de la même année, bénite par l'évêque monseigneur Nicolas-Augustin de La Croix d'Azolette, ancien archevêque d'Auch. La chapelle fut consacrée par le curé de Marchampt, M. Despras, le 24 mai 1858, devant les paroissiens. La fête de la chapelle Notre-Dame-l'Auxiliatrice se déroulait tous les ans, le 1er mai, mais elle a aujourd'hui disparu.


La chapelle de Varennes[modifier | modifier le code]

Cette petite chapelle, aussi appelée chapelle Saint-Emillian fut construite en 1577, au-dessus du château de Varennes. Il ne reste aujourd'hui de cette chapelle que la façade ainsi que quelques murs.

La fontaine[modifier | modifier le code]

Elle a été offerte en 1889 à la commune de Marchampt par le comte et la comtesse Antonelli. Elle est en marbre de Carrare et est venue directement de Rome où elle a été fabriquée. La statue représente saint Jean Baptiste enfant, le saint patron de la paroisse. Cette fontaine a amené l'eau courante de "Vers l'Haye" jusqu'à la place de l'église.

Le monument aux morts[modifier | modifier le code]

Monument aux morts en 2019.

Ce monument, célébrant la bravoure des hommes de Marchampt morts au combat a été érigé au début des années 1920 en présence des familles et des anciens soldats.

L'église[modifier | modifier le code]

La première église 1605-1840[modifier | modifier le code]

La nouvelle église 1840[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nouveau maire est Claude Dupon », sur leprogres.fr, (consulté le 27 mars 2019)
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :