Chiroubles (Rhône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chiroubles
Chiroubles (Rhône)
Panorama depuis le lieu-dit Bois-Neuf, commune de Chiroubles
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Intercommunalité Communauté de communes Saône-Beaujolais
Maire
Mandat
Frédéric Besème
2020-2026
Code postal 69115
Code commune 69058
Démographie
Gentilé Chiroublons
Population
municipale
387 hab. (2018 en diminution de 6,3 % par rapport à 2013)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 02″ nord, 4° 39′ 16″ est
Altitude Min. 290 m
Max. 454 m
Superficie 7,38 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Belleville-en-Beaujolais
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Chiroubles
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Chiroubles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chiroubles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chiroubles

Chiroubles est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle a donné son nom à un vin AOC le chiroubles.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chiroubles est située dans le Nord du Beaujolais, à 11 km de Beaujeu et à 13 km de Belleville.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Desserte routière[modifier | modifier le code]

Traversée principalement par les départementales 86 et 119, la commune se trouve à 7 km de la départementale 306 et à 14 km de l'échangeur n°30 à Belleville de l'A 6.

Transports routiers[modifier | modifier le code]

Chiroubles est desservie par les lignes fréquence n° 312 et 357A des cars du Rhône, ainsi que par un service de transport à la demande du même transporteur.

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Les gares ferroviaires les plus proches sont celles de Romanèche-Thorins et de Belleville-sur-Saône, situées sur la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles et desservies par les TER Rhône-Alpes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vauxrenard Rose des vents
Avenas N Fleurie
O    Chiroubles    E
S
Villié-Morgon

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chiroubles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (82,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (82,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (62,1 %), forêts (17,5 %), prairies (14,8 %), zones agricoles hétérogènes (5,6 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Aucune trace d'occupation n'est attestée pendant la période romaine, tant au niveau archéologique que bibliographique[8].

Chiroubles disposa durant toute la première moitié du XIXe siècle d'une station (ou poste télégraphique aérien) du télégraphe Chappe implantée sur la ligne Paris-Toulon, installation mise en service en 1807 et qui cessa de fonctionner en 1853, remplacée par la télégraphie électrique[9].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chiroubles Blason
De gueules à la grappe de raisin tigée d'argent ; au chef cousu d’azur chargé de trois soleils non figurés à six rais d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Chiroubles.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1952 Jean Desmures    
1952 1971 Charles Geoffroy    
1971 1983 Paul Geoffroy    
1983 1995 Jean Lapierre PS  
1995 2002 Georges Marchand    
2002 2014 Sylvie Morin    
2014 2020 Bernard Brunet PCF Viticulteur
juin 2020 En cours Frédéric Besème    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes Saône Beaujolais.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2018, la commune comptait 387 habitants[Note 2], en diminution de 6,3 % par rapport à 2013 (Rhône : +4,48 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
532412591529603609700702727
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
708679690690747720756715708
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
653667606530542513522483401
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
389415409369379349354354411
2017 2018 - - - - - - -
391387-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
L'école de garçons de Chiroubles en 1904.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le groupe scolaire de Chiroubles, construit en 1954, accueille les enfants de la maternelle et de l'école élémentaire.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • A la mi-février a lieu la traditionnelle fête des conscrits.
  • Si la « Fête des Crus »[14], une manifestation annuelle initiée et localisée à Chiroubles de 1980 jusqu’en 2000 avant de se dérouler ensuite à tour de rôle dans les autres Crus jusqu’à une dernière édition en 2017, le concours Victor-Pulliat, qui lui était jumelé perdure. Ce concours vise à désigner les meilleures cuvées du millésime, dans chacun des 10 Crus du Beaujolais. [15]
  • Depuis 2006, les mercredis soirs de juillet et d’août, ont lieu à la Terrasse de Chiroubles « les Estivales », une animation avec des concerts gratuits. Le site a été aménagé (parking, gradins en gabions) pour accueillir jusqu’à 1 000 personnes par soirées.[16]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Le site de la Terrasse de Chiroubles offre un panorama exceptionnel sur les coteaux du Beaujolais, la vallée de la Saône et la chaîne des Alpes, notamment le Mont-Blanc. Le site comprend le chalet de dégustation du Cru Chiroubles, un restaurant panoramique, et le sentier de découverte des Crus du Beaujolais.

Environnement[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

La commune de Chiroubles est jumelée avec : Drapeau de la Belgique Marcourt (Belgique) en Wallonie.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Germain érigée en 1838 avec un clocher en dôme à 8 pans - architecte Pierre Duret.
  • Chapelle Saint-Roch érigée en 1629 après une épidémie de peste.
  • Monument aux morts :
    Monument aux morts, œuvre d'Hubert Paquelet, sculpteur à Pontanevaux (Saône-et-Loire),1927.
    le monument aux morts de la Première Guerre mondiale est situé au cimetière ; c'est une stèle en triptyque, en calcaire à entroques, surmontée d'une croix de guerre sculptée. [17].

Chiroubles compte deux châteaux :

  • Château de Vers-les-Prés, construit vers 1850 par Léon Félissent, soyeux lyonnais,
  • Château de Javernand datant de la fin du XVIIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Monument Pulliat à Chiroubles inauguré en 1898, buste sculpté par Pierre Aubert.
  • Émile Cheysson (° le 18 mai 1836 à Nimes - † le 7 février 1910) à Leysin (Suisse), ingénieur et réformateur social français. Il achète en 1870 un domaine viticole à Chiroubles qui porte aujourd'hui son nom (surface 26 ha), ancienne propriété des moines de Cluny avant 1789, et croit d'abord au pouvoir insecticide du sulfure de carbone comme moyen de lutte contre le phylloxera avant de reconnaître le bien-fondé du greffage.
    Plaque commémorative apposée près du portail de la Villa Cheysson (Les Farges) à Chiroubles .

Économie[modifier | modifier le code]

La commune produit des vins du Beaujolais de l'AOC Chiroubles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 30 avril 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 30 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 193.
  9. « Le télégraphe Chappe en Saône-et-Loire (1799-1853) », article de Pierre Laffont paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 84 (hiver 1990-1991), pages 17 à 24.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. « Affiches de la Fête des Crus » (consulté le 4 février 2020).
  15. « Le concours Victor Pulliat » (consulté le 4 février 2020).
  16. « Les Estivales de la Terrasse de Chiroubles » (consulté le 4 février 2020).
  17. http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/commune/28471/chiroubles/

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :